AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Something Good Can Exist - [ Alida & Mona-Lou ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 282
♣ Localisation : San Francisco
♣ Situation amoureuse : J'adore votre humour.

MessageSujet: Something Good Can Exist - [ Alida & Mona-Lou ]   Mar 22 Juin 2010 - 18:27


&
Wake me up without know who I am.


La Plage. Quel endroit charmant pendant les après-midi d’été. Ensoleillé. Chaleureux. Beau. Et peuplé. A cause de toutes ces raisons, Mona-Lou ne s’y rendait qu’à partir de dix-huit heures, heure à laquelle les familles partaient en laissant le lieu aux groupes de jeunes, aux promeneurs solitaires tels que la sorcière et au soleil déclinant.

La jeune femme arriva sur l’étendue sableuse et s’arrêta pour parcourir l’endroit du regard. Comme prévu, il était loin d’être peuplé. Bien sûr, il faisait encore assez chaud et beau pour ne pas avoir découragé une masse importante de perdurer sur la plage mais il restait suffisamment d’endroit approximativement désertique pour que la sorcière se sente bien. Elle retira ses chaussures et posa avec précaution ses pieds sur le sable chaud. Sensation délicieuse. La sorcière commença à marcher en direction de l’eau, ses pensées s’envolant avec le léger vent marin qui soulevait ses longs cheveux bruns. Elle avait l’impression de ne plus exister. Qu’elle ne faisait plus qu’un avec la plage et l’océan. Elle qui ne comprenait jamais les grands adorateurs de la nature, se sentait en symbiose avec une partie d’Elle, cette chère Dame Nature. La sorcière aurait détruit quiconque abîmait son Eden.

Les vagues arrivèrent et léchèrent ses pieds doucement provoquant des frissons de surprise dans le corps de la jeune femme qui ne s’était pas rendue compte de son avancée. Un sourire déforma ses lèvres et elle
leva sa tête vers le ciel en respirant à plein poumons l’air marin. Quand elle aurait suffisamment d’argent, elle vendrait son appartement du centre pour s’acheter une des villas qui décoraient mes côtes océaniques pour le simple plaisir d’avoir cette sensation à loisir.

Jugeant s’être suffisamment shootée pour le moment, la sorcière abandonna la rive proche pour aller s’installer un peu plus loin. Elle s’assit en tailleur et parcourut à nouveau les environs du regard. Une jeune
femme à la longue chevelure brune attira son attention un peu plus loin sur sa gauche. Elle semblait prise dans ses pensées et ne voir que l’océan qui déroulait ses vagues devant elle. Son attitude intrigua Mona-Lou. Le fait, surtout, que la jeune femme soit seule et qu’elle ne semble pas prêter
d’importance à ce qui l’entourait lui sembla incongru. La plage était un endroit paradisiaque mais ce n’était pas malgré ça un endroit cent pour cent sûr. Mue d’une impulsion subite, la sorcière se leva pour aller apostropher l’inconnue.

- Je ne sais pas qui tu es mais tu devrais faire un peu plus attention aux autres surtout quand la nuit commence à tomber. San Francisco et ses environs ne sont pas sûrs… déclara-t-elle avant de s’apercevoir que la jeune femme ne l’avait pas entendue.

La sorcière siffla d’agacement et maudit son impulsion avant de tourner les talons, bien décidée à ne plus tenter une approche avec l’inconnue. Elle n’était pas là pour secourir les âmes inconscientes qui
peuplaient ce monde.


Dernière édition par Mona-Lou Rechtet le Dim 21 Nov 2010 - 19:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 414
♣ Situation amoureuse : Célibataire

MessageSujet: Re: Something Good Can Exist - [ Alida & Mona-Lou ]   Mer 23 Juin 2010 - 10:30

Je m’étais décidée, pendant un bel après-midi d’été, d’aller explorer un peu la plage si connue de San Francisco. Et depuis cette première fois, je n’avais pu m’empêcher d’y revenir. L’eau me fascinait. J’aimais surtout y aller très tôt le matin, quand encore personne n’était réveillé ou plus tard le soir, lorsque le soleil se couchait. L’océan étincelait alors de mille couleurs aux reflets changeants selon les vagues et l’avancée du jour ou de la nuit. Rien ni personne ne pouvait troubler cette magnifique scène quotidienne. Et je ne me lassais de voir ce spectacle, juste pour le plaisir.

L’après-midi était déjà bien avancée et j’attendais patiemment que peu à peu, la plage ne se vide et que le soleil se couche. Depuis que j’étais venue ici pour la première fois, je faisais régulièrement le chemin jusqu’ici selon mon humeur, prenant soin de choisir un endroit différent à chaque fois, pour mieux apprécier ce moment de points de vue variés. Nulle photo ou dessin ne pouvait immortaliser la beauté et la pureté de ce paysage tant il était changeant. C’est pourquoi je revenais continuellement.

Petit à petit, les gens partaient les uns après les autres, une douce brise commençant à se faire sentir. Assise sur le sable qui se refroidissait aussi vite que la température baissait, les bras entourant mes genoux ramenés à ma poitrine, j’étais complètement plongée dans mes pensées, le regard fixé sur l’océan. Je n’entendais que le doux roulis des vagues et le cri de quelques mouettes par moments.

- Je ne sais pas qui tu es mais tu devrais faire un peu plus attention aux autres surtout quand la nuit commence à tomber. San Francisco et ses environs ne sont pas sûrs…

La remarque faite par une personne sûrement féminine s’accompagna d’un sifflement lorsque l’inconnue vit que je ne réagis pas. Sans doute crut-elle que je n’avais rien entendu car elle s’éloigna.

- Rien n’est jamais sûr. Que l’on soit le jour ou la nuit, les dangers sont toujours présents. Les lieux comme les personnes.

J’avais répliqué cette phrase suffisamment fort et réagis assez rapidement de façon à ce que la personne qui m’avait apostrophé puisse l’entendre. Mon ton neutre ne laissait rien transparaître de ce à quoi je pouvais réfléchir. Mais je pensais réellement ce que je disais. Quoi que l’on fasse, le danger est toujours présent. Alors pourquoi ne pourrai-je donc pas voir quelque chose qui me fascinait même si la nuit commençait à tomber ? De toute façon, qui pourrait dire si je suis encore de ce monde ou non ?

- Ce n’est pas la première fois que je viens, ajoutais-je. Et pourtant, je suis toujours vivante.

Je n’avais pas détaché mon regard de l’océan, pas bougé d’un seul cil en prononçant ces phrases. Je ne savais pas si l’inconnue s’était arrêtée ou si elle avait simplement continué son chemin sans se soucier de ce que je puisse répondre. Si elle avait d’ailleurs même entendu que je lui avais répondu. Mais je ne me souciais pas de cela, qu’importe. Je fis le vide dans ma tête et ne pensais à rien d’autre qu’à l’océan en face de moi qui commençait à prendre quelque teinte violine et terre d’ombre brûlée par endroits..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 282
♣ Localisation : San Francisco
♣ Situation amoureuse : J'adore votre humour.

MessageSujet: Re: Something Good Can Exist - [ Alida & Mona-Lou ]   Mar 29 Juin 2010 - 2:24

Les pieds de Mona-Lou s’enfonçaient dans le sable sec comme si quelque chose cherchait à la retenir. Elle pesta à voix basse mais persista jusqu’à ce que les paroles de l’inconnue ne résonnent à ses oreilles.

- Rien n’est jamais sûr. Que l’on soit le jour ou la nuit, les dangers sont toujours présents. Les lieux comme les personnes.

La sorcière s’arrêta. Elle sentit le sable l’aspirer légèrement mais demeura figée. Le sable avait refroidit depuis tout à l’heure et elle sentit sa peau se hérisser sans parvenir à en déterminer la raison précise. Était-ce seulement à cause du sable ou parce qu’elle se sentait visée par les paroles ? Car même si elle n’était certainement pas la plus dangereuse créature de San Francisco, elle savait qu’elle se défendrait sans aucune pitié en cas de problème.

- Ce n’est pas la première fois que je viens, ajouta l’inconnue. Et pourtant, je suis toujours vivante.

La sorcière se retourna vers la jeune femme en serrant les poings. La chair de poule avait disparu, évacuée par l’agacement. Elle trouvait le raisonnement de sa nouvelle connaissance, absurde. Certes, à tout moment un danger pouvait survenir. Certes, il fallait profiter de la vie. Certes, le hasard influait sans doute beaucoup dans la vie. Mais il ne fallait néanmoins pas tenter le diable pour ça. Agir à sa guise sous prétexte qu’on a une chance d’en réchapper était un comportement que la jeune magicienne jugeait stupide. La vie était une chance. Même si elle n’était pas toute rose et que ce qui la rendait belle changeait pour tout le monde. Mona-Lou s’avança vers l’inconnue et parla en ponctuant ses phrases de gestes :

- Vous avez cette chance en effet, ne la gâchez pas en prenant des risques inutiles. Je vous accorde que le danger se trouve partout mais ne pensez-vous pas que ce n’est pas assez pour justifier des comportements proches de l’inconscience ? Regardez l’océan. N’est-il pas magnifique ? Rien que pour profiter le plus possible de ce spectacle, ne croyez-vous pas qu’il vaille mieux faire attention
à soi ?


Sa voix était clairement exaspérée. Mais ses gestes soulignaient une certaine inquiétude. La sorcière s’auto-analysa immédiatement après qu’elle eut fini de parler et ce constat la troubla énormément : elle n’était pas du genre à s’inquiéter. Que ce soit pour elle ou pour les autres. Elle avait parfaitement confiance en elle-même et les seules personnes pour lesquelles elle aurait éventuellement pu s’inquiéter, savaient très bien s’occuper d’elles. Donc qu’elle puisse se soucier du sort d’une inconnue la bouleversait presque. Elle la jaugea du regard et choisit d’attendre la réponse avant d’établir de véritables suppositions. Peut-être que la prochaine réplique de la jeune femme aux yeux océaniques la ferait se rasseoir sur ses premières impressions et qu’elle n’aurait qu’une hâte c’est s’en éloigner pour ne plus jamais repenser à elle. Étrangement, la sorcière ne put pas se convaincre de ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 414
♣ Situation amoureuse : Célibataire

MessageSujet: Re: Something Good Can Exist - [ Alida & Mona-Lou ]   Mar 29 Juin 2010 - 7:17

J’entendis le sable crisser sous les pieds de la jeune femme. A coup sûr, elle revenait sur ses pas et lorsque je tournais la tête pour la regarder, je remarquais ses poings serrés. Elle semblait énervée et je n’en voyais pas franchement la raison puisqu’elle ne me connaissait pas. Elle avait peut-être été atteinte par certains de mes propos mais lesquels ?

- Vous avez cette chance en effet, ne la gâchez pas en prenant des risques inutiles. Je vous accorde que le danger se trouve partout mais ne pensez-vous pas que ce n’est pas assez pour justifier des comportements proches de l’inconscience ? Regardez l’océan. N’est-il pas magnifique ? Rien que pour profiter le plus possible de ce spectacle, ne croyez-vous pas qu’il vaille mieux faire attention à soi ?

La brunette avait accompagné ses paroles exaspérées par de grands gestes qui trahissaient sa colère et... son inquiétude ? Car après tout, de quoi pouvait-il s’agir d’autre ? Je la trouvais assez gonflée de me dicter ma conduite mais elle n’avait pas tout à fait tord. Seulement, ce qu’elle ne savait pas c’est que je me fichais un peu de tout puisque je n’avais rien à quoi me raccrocher. Ma famille n’était plus, et seules quelques connaissances que j’avais pu faire auraient pu éventuellement se rendre compte si je disparaissais soudainement.

Je tournais de nouveau mon regard vers l’océan. Mon visage ne trahissait aucune émotion pour une fois. J’avais énormément de mal à cacher ce que je ressentais mais là c’était plus simple, je n’éprouvais rien en particulier, seulement le fait que l’océan était toujours aussi superbe. Je ne me départis pas de mon calme en répondant à l’inconnue :

- Quels risques inutiles ? Je suis parfaitement bien ici et je n’ai rien à quoi me raccrocher. Pourquoi se priver d’un spectacle aussi magnifique lorsqu’on peut tout simplement le voir ?

Je me rendis compte que j’avais révélé un peu de ma vie dans ces phrases qui n’en restaient pas moins vraies. Je n’allais pas non plus me cloitrer chez moi sous prétexte qu’une inconnue trouvait que la ville et ses environs étaient trop dangereux pour la simple humaine que j’étais. J’étais persuadée qu’après cela, l’inconnue allait tourner les talons alors j’ajoutais :

- Merci à vous de vous soucier de moi. Mais je me débrouille très bien toute seule depuis plusieurs années.

Ma voix était posée, calme sans intonations particulières. Et pourtant, j’avais ressentit un pincement en prononçant cette dernière phrase qui me rappelait ce pourquoi j’étais là. Au fond, quoi que l’on dise, le passé ne s’efface jamais vraiment. Il revient toujours à la charge. Et dans mon cas, il était continuellement présent, quoi que j’y fasse.

Maintenant que j’étais convaincue que l’inconnue s’en irait, je me plongeais de nouveau dans ma contemplation, observant les moindres reflets de l’océan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 282
♣ Localisation : San Francisco
♣ Situation amoureuse : J'adore votre humour.

MessageSujet: Re: Something Good Can Exist - [ Alida & Mona-Lou ]   Mer 30 Juin 2010 - 16:23

Mona-Lou retint un grognement lorsque l’inconnue se désintéressa d’elle pour replonger son attention dans les vagues mugissantes. La voix de la jeune femme s’éleva néanmoins peu de temps après, dans l’air et apaisa momentanément l’agacement de la sorcière :

- Quels risques inutiles ? Je suis parfaitement bien ici et je n’ai rien à quoi me raccrocher. Pourquoi se priver d’un spectacle aussi magnifique lorsqu’on peut tout simplement le voir ?

Rien à quoi se raccrocher ? Mona-Lou ne comprenait pas que l’on puisse dire cela. La vie simplement, n’était-elle pas suffisant pour se raccrocher à elle ? Malgré son amour pour l’argent, la sorcière pensait que si. Mais il semblait que pour les autres, ne pas avoir d’autre présence que soi dans son entourage, ne suffisait pas toujours. Elle sentit une grande lassitude l’envahir. Pourquoi avait-elle du libérer ses instincts sociaux ici, là, à ce moment précis, avec une fille aux limites du suicide ?

- Merci à vous de vous soucier de moi. Mais je me débrouille très bien toute seule depuis plusieurs années.

Mona-Lou passa une main dans ses cheveux décoiffés par le vent et les rassembla pour les ramener sur sa poitrine afin d’éviter qu’ils ne continuent à voler comme un étendard. Cette inconnue la révulsait par son manque de confiance en la vie. La sorcière ne comprenait pas que l’on puisse être sensible à la nature et jouer de cela pour justifier ses actes irraisonnés. C’était presque un sacrilège à ses yeux. Elle observa attentivement son interlocutrice et constata que le regard bleu de la jeune inconnue semblait s’être de nouveau perdu dans un fil inextricable de pensées douloureuses.

A peine eut-elle compris cela que la sorcière tombait à genoux près de l’inconnue pour la serrer maternellement contre elle. Sans comprendre d’où lui venait cet acte. Personne n’avait jamais agi ainsi avec elle et elle ne l’avait jamais fait non plus avant ce jour. Néanmoins, elle trouvait cela parfaitement naturel. Si l’on exceptait le fait que c’était une inconnue qu’elle enlaçait.

Réalisant soudainement ce qu’elle faisait, elle lâcha la jeune brune et se releva brusquement comme si rester trop près d’elle lui était devenu insupportable.

- Veuillez excuser mon acte. Je ne sais vraiment pas ce qui m’a pris, balbutia-t-elle en crispant ses doigts sur une mèche de cheveux.

Elle se sentait bizarre. Jamais elle ne balbutiait. Jamais elle n’avait d’élan d’affection. Jamais elle n’était aussi humaine. Elle toisa la jeune femme du regard, cherchant à trouver ce qui provoquait ces changements en elle tout en espérant que ça ne soit que passager. Jamais elle ne pourrait supporter d’être réellement aimante sur du long terme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 414
♣ Situation amoureuse : Célibataire

MessageSujet: Re: Something Good Can Exist - [ Alida & Mona-Lou ]   Jeu 1 Juil 2010 - 7:33

Alors que mes pensées dérivaient de nouveau, je sentis tout d’un coup une masse contre moi. Je ne me rendis compte que quelques secondes plus tard que l’inconnue était loin d’être partie et venait de me serrer dans ses bras. Ce qui, évidemment, me laissa pantoise et surprise. Quelques dizaines de secondes passèrent tandis que nous nous serrions l’une l’autre. Car je ne comprenais pas la raison de cet acte mais d’un côté, cela me réconfortait car personne ne m’avait pris dans ses bras depuis des années.

Puis aussi soudainement et brutalement qu’elle s’était mise à genoux pour me serrer dans ses bras, l’inconnue m’avait lâché et était de nouveau campée sur ses deux jambes.

- Veuillez excuser mon acte. Je ne sais pas ce qui m’a pris, balbutia-t-elle tout en prenant une mèche de cheveux entre ses doigts crispés.

La jeune femme semblait troublée, gênée et éprouver sûrement beaucoup d’autres sentiments au vu de son visage. Et c’était réciproque. En effet, quelques instants plus tôt, nous débattions quant au fait que je reste seule sur une plage et tout d’un coup, la voici qui me prenait dans ses bras. Il y avait de quoi être surpris ! Mais après tout, peut-être faisait-elle cela souvent ? Mais quelque chose me disait qu’elle avait rarement de tels élans d’affection. Songeant que la jeune inconnue à mes côtés était toujours debout à me toiser, je lui répondis :

- Ce n’est pas grave. Même si cela m’a... surpris, il n’y a pas de problème, ne vous inquiétez pas.

Après cela, je m’efforçais d’être tout de même sympathique. Qui sait, peut-être deviendrons-nous amies ? Son attitude aurait de quoi faire fuir ou déconcerter n’importe qui, mais je n’étais pas n’importe qui. Et cela prouvait qu’elle aussi.

D’un geste, je lui désignais le sable à mes côtés et un fin sourire se peignit sur mon visage. Je ne savais pas ce que je faisais tout d’un coup, mais j’en avais marre de fuir tout le monde. Comme elle ne réagissait toujours pas, je finis par lui lancer malicieusement :

- Vous allez avoir des crampes si vous restez comme ça à ne pas bouger.

Ne me départissant pas de mon sourire, je me présentais rapidement, ne la quittant pas des yeux :

- Au fait, je m’appelle Alida Dantas.

Décidant que j’en avais assez dit, je me tus et attendis qu’elle réagisse enfin. Qu’elle parte ou qu’elle reste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 282
♣ Localisation : San Francisco
♣ Situation amoureuse : J'adore votre humour.

MessageSujet: Re: Something Good Can Exist - [ Alida & Mona-Lou ]   Jeu 8 Juil 2010 - 22:50

Au sein de la sorcière, l'incompréhension figurait toujours en bonne place avec l'inquiétude de paraître anormalement affective... L'inconnue semblait elle aussi troublée. Mais déterminée aussi. Mona-Lou n'arrêta pas son tic nerveux, attendant avec anxiété que la situation avance.

- Ce n’est pas grave. Même si cela m’a... surpris, il n’y a pas de problème, ne vous inquiétez pas.

La boule dans le ventre de la sorcière se relaxa un peu et lorsque la jeune femme lui désigna un endroit où s'asseoir, elle ne regretta plus d'avoir cédé à cette étrange pulsion. Un léger sourire déforma ses lèvres mais elle n'arriva pas à décider ses jambes de se plier pour s'installer sur le sable.

-Vous allez avoir des crampes si vous restez comme ça à ne pas bouger.

Mona-Lou était d'accord avec la jeune femme mais ses muscles semblaient vouloir rester crisper dans leur résistance absurde. L'idée de forcer dessus lui traversa l'esprit mais elle jugea préférable d'éviter de passer encore pour une personne bizarre. Parce qu'elle ne l'était pas, que diable. Mona-Lou Rechtet était parfaitement normale et d'ailleurs, elle allait effacer ce sourire stupide de son visage et tourner les talons comme une New-Yorkaise le ferait. Et même si elle était Parisienne et qu'elle se trouvait en ce moment à San Francisco, ça n'avait aucune importance. Décidée à mener son plan à bien, elle fut contre carrée par son interlocutrice, qui, insensible à ses machinations intérieures continuait à vouloir être aimable.

- Au fait, je m’appelle Alida Dantas.

Le tic de la sorcière cessa quand elle prit le temps d'analyser l'information avant de répondre:

- Enchantée, Alida. L'étrange énergumène qui vous a enlacée précédemment s'appelle Mona-Lou Rechtet. Mais vous pouvez juste m'appeler Mona.Vous saviez que votre nom pouvait former Satan Aida L.D? interrogea la sorcière en calant l'un de ses coudes dans l'une de ses paumes de main pour poser son menton sur la paume libre. Elle sentit la raideur de ses jambes disparaître et s'assit en tailleur, les mains posées en arrières.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 414
♣ Situation amoureuse : Célibataire

MessageSujet: Re: Something Good Can Exist - [ Alida & Mona-Lou ]   Lun 12 Juil 2010 - 11:07

La jeune femme mit un certain temps à me répondre, comme si elle analysait l’information de long en large :

- Enchantée, Alida. L'étrange énergumène qui vous a enlacée précédemment s'appelle Mona-Lou Rechtet. Mais vous pouvez juste m'appeler Mona. Vous saviez que votre nom pouvait former Satan Aida L.D ?

Le fait qu’elle m’annonce son nom pouvait être une preuve que la situation s’était arrangée, que nous n’en étions plus à nous balancer des phrases à la figure sans nous connaître le moins du monde. Elle s’était d’ailleurs enfin assise, les mains en arrière tout en m’interrogeant sur mon nom. Je n’avais d’ailleurs jamais pu imaginer que celui-ci puisse former le nom d’une autre personne comme celui de Satan, cela m’avait même surpris fortement. Peut-être était-ce une autre preuve que je n’étais pas si loin de la vérité…

Maintenant assises l’une à côté de l’autre, le silence s’était rétablit sans qu’aucune de nous ne parle. Enfin jusqu’à ce que je me remémore ce qu’elle venait de dire.

- Non, je n’en avais aucune idée. C’est d’ailleurs assez étonnant qu’il y ait pile le bon nombre de lettres et exactement les lettres qui correspondent.

Mona-Lou ne réagit pas à ma phrase, restant parfaitement impassible. Je l’avais quitté des yeux pour river ces derniers sur l’océan et le paysage qui commençait à se former comme je le connaissais. De mes paroles s’en suivit un silence à la fois apaisant et emplit de réflexion en tout genre que je n’avais pas envie de briser, pour une fois. Car généralement, je ne pouvais m’empêcher de parler lorsque quelqu’un était près de moi, c’était comme ça. Par contre, une fois seule, je me fermai comme une huître et ne parlais généralement pas. Ou face à des gens que je n’appréciai pas également. Ce qui n’était pas le cas ici, et pourtant, je ne parlais pas.

Je sentis un doux effluve marin monter jusqu’à nous, une brise qui commençait plus à ressembler à du vent faisait voleter nos cheveux. Si une tierce personne nous regardait, elle devait apercevoir deux jeunes femmes, aussi différentes l’une que l’autre autant par la couleur des cheveux que par l’allure et le visage, assises l’une à côté de l’autre sur le sable. Toutes deux en pleine contemplation de l’océan et si la personne était assez près, pouvait voir que nos lèvres ne remuaient pas et pouvait donc comprendre que nous ne parlions pas. J’imaginais parfaitement que l’individu en question ne s’intéresserait pas plus que cela à nous, et s’en détournerait pour regarder ailleurs et partir.

Secouant légèrement la tête de gauche à droite, je souriais à ma stupidité d’imaginer de pareilles choses. Fermant les yeux un instant, je profitais de l’air chargé de sel qui parvenait jusqu’à nous et offrant pleinement mon visage au vent qui faisait voler mes cheveux vers mon dos. Après ces quelques instants de tranquillité, je fixais de nouveau mon regard sur le paysage nous faisant face, décidant de parler enfin :

- Pourquoi es-tu venue vers moi en particulier alors qu’il y a bien d’autres personnes seules sur cette plage ?

En effet, cela m’intriguait beaucoup. Pourquoi moi ? Bien sur, je ne m’en plaignais pas, je voulais juste savoir. En ce moment je faisais toutes sortes de rencontres alors que pendant mes premières semaines, c’était tout juste si j’en avais fait une ou deux. Comme si tout d’un coup j’avais un aimant attirant les gens à venir me parler.

Tout en songeant à cela, c’est à peine si j’avais remarqué que Mona-Lou réfléchissait également à ma question pour m’en donner une réponse, quelques instants plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 282
♣ Localisation : San Francisco
♣ Situation amoureuse : J'adore votre humour.

MessageSujet: Re: Something Good Can Exist - [ Alida & Mona-Lou ]   Mar 13 Juil 2010 - 21:58

Installée sur le sable aux côtés d'Alida, Mona-Lou admirait les rouleaux d'eau aller et venir tout en respirant l'air océanique à plein poumons. Elle avait la sensation de se purifier corps et âme. Si elle avait pu, elle se serait laissée hypnotiser par l'écume et emporter au large afin de ne faire qu'un avec l'élément qu'elle affectionnait tant. Elle en avait même oublié qu'Alida lui devait une réponse et lorsque celle-ci lui fut faite, elle réprima une expression surprise.

- Non, je n’en avais aucune idée. C’est d’ailleurs assez étonnant qu’il y ait pile le bon nombre de lettres et exactement les lettres qui correspondent.

La sorcière ne ressentit pas le besoin d'ajouter quelque chose et poursuivit sa contemplation en songeant aux miracles des anagrammes et à tout ce qu'ils pouvaient permettre de faire. Elle-même adorait en créer et en détruire, la gymnastique mentale requise dans ces instants, l'enivrant plus sûrement qu'une bouteille de Whisky pur-malt.

Revenant rapidement à l'instant présent, elle ne se choqua pas du silence qui l'enveloppait en même temps qu'Alida mais le savoura. N'étant pas une grande bavarde, elle était toujours relativement reconnaissante à ceux qui partageaient ce trait de caractère. Même si écouter des choses intéressantes ne la dérangeait pas. Et qu'il n'était pas dit que la brune partageait réellement cet avis.

Un courant d'air arriva pour troubler leur immobilité et la sorcière sentit avec délectation ses longues mèches remuer au rythme qui leur était imposé. Elle jeta un léger coup d'oeil à Alida et s'amusa de voir qu'elle était à la même enseigne qu'elle-même et toute aussi heureuse de ce qui leur arrivait.


Totalement apaisée, Mona-Lou relâcha la constante pression -physique & mentale- qu'elle s'imposait à longueur de temps et referma ses doigts sur le sable qui glissait sous ses paumes. Elle savoura le contact granuleux et la différence de sensations qui existait entre celles émanant des membres inférieurs et celles provenant de la partie supérieure du corps. Son esprit dériva sur ces éléments loufoques et l'emmena à l'écart de l'endroit où elle se tenait. Plongée dans ses considérations diverses, elle faisait abstraction de tout. Même de sa propre existence. Finalement, elle réatterrit grâce à l'aimable voix de sa nouvelle connaissance:

- Pourquoi es-tu venue vers moi en particulier alors qu’il y a bien d’autres personnes seules sur cette plage ?

La question n'étonna pas la sorcière qui aurait elle-même du se la poser si seulement, son esprit n'était pas passé à autre chose en s'abandonnant au calme offert par la proximité avec l'humaine. Elle réfléchit un moment à ce qui l'avait poussé à sortir de sa misanthropie et ne trouva aucun élément rationnel. La confusion commença à déployer ses racines en elle mais elle fut bien vite éradiquée par le je-m'en-foutisme habituel de la française qui décida de ne pas s'embarrasser de manières inutiles. Et surtout de ne pas chercher à trouver d'excuses rationnelles qui ne feraient que l'handicaper plus encore si jamais elle n'arrivait pas à se retrouver dans la logique.

-
Je n'en ai aucune idée. J'ai toujours suivi mes pulsions et notre rencontre n'est que le fruit de l'une d'elles. On se tutoie, maintenant, au fait? nota-t-elle en souriant gentiment à son interlocutrice.

Pas que le tutoiement la gênât, du moins pas dans le cas présent, mais elle aimait bien embêter les autres pour tester leur confiance en eux. C'était follement amusant d'après elle. Même si parfois, la cruauté reprenait les dessus sur le simple jeu. Elle se souvint soudainement d'un garçon auquel elle n'avait plus penser depuis des années. Elle l'avait rencontré à Ibiza durant sa seizième année et ils étaient devenus proches, du moins aussi proches que possible pour l'associable chronique qu'était la sorcière, et un soir, il avait commencé à lui parler de ses plus grands frayeurs. Grossière erreur. Lorsqu'il s'était endormi, Mona-Lou avait fait en sorte de personnifier l'un de ses cauchemars pour ensuite le réveiller. Le pauvre garçon était tombé de la falaise sur laquelle leur hôtel se situait, en cherchant à fuir. Il en était évidemment mort et la brune avait été satisfaite d'être débarrassée d'un être aussi faible.
Aujourd'hui encore, nul remord ne l'habitait. Et elle ne se souvenait même plus du prénom de sa victime.

Coupant court à la remémoration, la française renversa sa tête en arrière pour offrir à son cou les derniers rayons du soleil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 414
♣ Situation amoureuse : Célibataire

MessageSujet: Re: Something Good Can Exist - [ Alida & Mona-Lou ]   Ven 16 Juil 2010 - 11:15

Mona-Lou mit quelques minutes à réfléchir à ma question. Question tout de même assez importante pour moi puisque je ne voyais pas ce que j’avais de particulier. Je n’étais qu’une humaine parmi tant d’autres. D’accord, j’avais une grande tendance à m’intéresser à tout ce qui touchait au surnaturel, mais comment pouvait-elle être au courant ? A part Ninon qui suivait avec attention mes lectures, personne ne le savait. Et encore, cette dernière ne savait pas le but de mes recherches. Et de toute façon, je ne voyais pas en quoi cela aurait pu intéresser Mona-Lou que je fasse des recherches sur le surnaturel. Non franchement, je ne voyais vraiment pas. Alors que je m’interrogeais, la jeune femme m’avait finalement répondu :

- Je n'en ai aucune idée. J'ai toujours suivi mes pulsions et notre rencontre n'est que le fruit de l'une d'elles. On se tutoie, maintenant, au fait ?

Une pulsion… Pourquoi pas. Je n’avais pas pour habitude d’aller voir les gens comme ça sur la plage, de les aborder, mais c’était une explication qui me suffisait. Après tout, nous sommes tous différents. Et au fond, qu’est-ce qui pourrait l’avoir poussé à venir me voir, sinon ? Une pulsion. C’est tout. Simple et logique.

Je souris en entendant la dernière partie de ses propos. Je l’avais tutoyée presque malgré moi. Une fois les présentations faites, je trouvais évident de tutoyer mon interlocuteur. Mona-Lou m’avait d’ailleurs sourit gentiment en notant cela et je voyais donc qu’elle me taquinait, faisait juste une remarque réaliste. J’attendis que la jeune femme sorte de ses pensées pour lui répondre, tout en réfléchissant attentivement à ce que j’allais lui dire. Mona-Lou pencha soudainement la tête en arrière et j’en conclus donc que je pouvais lui répondre :

- Une fois que je connais au moins le nom de mon interlocuteur, j’ai pour habitude de le tutoyer. Surtout quand la personne en question m’apparaît comme un potentiel ami.

J’avais dit cela en souriant, légèrement amusée. Je n’étais pas gênée le moins du monde. Après tout, Mona l’avait pris avec le sourire, donc moi aussi. J’étais rarement gênée pour une chose comme celle-ci, pour une simple remarque. Mais je n’étais pas non plus insensible à tout. Seulement là, je ne voyais franchement pas en quoi j’aurai pu être embarrassée plus que ça. Malicieuse, j’ajoutais donc :

- Mais si Madame préfère que je la vouvoie, je peux tout aussi bien le faire.

Un grand sourire animait mon visage. La situation m’amusait autant qu’elle me détendait. Au fond, je trouvais ce moment relaxant. De plus que le spectacle commençait. Le soleil descendait, petit à petit, colorant l’océan de mille couleurs. La mer parfois bleue outremer se mêlait à un beau bleu cyan. L’eau renvoyait également le reflet du soleil, rouge orangé. Toutes ces nuances disposées d’une certaine façon nous offraient une vue absolument magnifique, enchanteresse. Chaque fois que je venais, j’étais ébahie par tant de beauté. Pour moi, un lever ou un coucher de soleil est au summum de sa beauté quand on le regarde sur un océan. J’étais tellement absorbée par ce qui se déroulait sous mes yeux que j’en avais oublié la jeune femme assise à mes côtés. Mais le silence s’étant fait omniprésent et la vue me fascinait tant que je ne tenais pas à le briser. C’était agréable.

Parcourant les environs des yeux, je me rendis compte que tous avaient déserté les lieux. Je ne trouvais pas cela dérangeant, au contraire, cela ne renforçait que plus la quiétude parfaite qui s’était emparée de la plage. Nous n’étions plus que toutes les deux, assises face à l’océan, nos chevelures ondulant au rythme imposé par le vent. Tout était calme. Je n’entendais que le bruit des rouleaux dans la mer, de quelques mouettes égarées. L’air marin, chargé de sel, nous emplissait les narines. La température assez élevée se rafraîchissait progressivement, devenant plus douce. La luminosité aussi baissait lentement. Le soleil ne nous éblouissait plus, il nous éclairait simplement et laissait derrière lui tout de même quelque chaleur. C’était dans un moment comme celui-ci qu’une baignade était la meilleure, la température extérieure étant proche de celle de l’eau. Je l’avais appris du temps où j’avais encore une famille.

Secouant la tête, je m’interdis d’aller plus loin dans ma réflexion. Penser à ma famille, au passé ne me rendrait pas plus aimable. Je me concentrais donc sur les teintes que prenait l’océan. J’avais une folle envie de m’y baigner tout d’un coup. De nager, voir m’amuser. C’en était presque un besoin.

- Une baignade, ça te dit ? Demandais-je à Mona-Lou avec un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 282
♣ Localisation : San Francisco
♣ Situation amoureuse : J'adore votre humour.

MessageSujet: Re: Something Good Can Exist - [ Alida & Mona-Lou ]   Dim 18 Juil 2010 - 1:44

- Une fois que je connais au moins le nom de mon interlocuteur, j’ai pour habitude de le tutoyer. Surtout quand la personne en question m’apparaît comme un potentiel ami.

La sorcière sourit à l'explication de son interlocutrice
et la regarda du coin de l'oeil. Elle vit le sourire malicieux de l'humaine s'agrandir tandis que la suite de sa déclaration arrivait:

- Mais si Madame préfère que je la vouvoie, je peux tout aussi bien le faire.

Mona-Lou comprit ce que les relations amicales avaient d'attirantes. Elles étaient reposantes. Ce ne faisait que peu de temps qu'elle était en lien avec son interlocutrice que celle-ci la considérait comme une éventuelle amie sans faire grand cas de son attitude bizarre. Ni de son silence récurrent.
Le regard fixé sur le ciel, elle chassa ses pensées pour se focaliser sur l'instant présent. Carpe Diem. Toujours. D'orangé, les cieux passèrent à rouge sanglant pour doucement s'atténuer dans un délicat rosé et finir par se dégrader dans des nuances violines et bleuâtres. La sorcière, qui observait le spectacle avec fascination, avait l'impression de ne faire qu'un avec l'univers qui défilait sous ses yeux. Comme précédemment avec l'eau, elle rêvait de tomber dans l'immensité céleste et de se laisser transporter, sans résister, dans quelques endroits mystérieux.

Autour d'elle, seule la présence d'Alida se faisait ressentir et elle ne jugea pas ça être mal. Après tout, qu'est-ce qu'elle en avait à faire des autres? Une petite fois lui demanda ce qu'elle en avait à faire de l'humaine mais elle lui fit rabattre son caquet d'une gifle mental. Alida était le fruit d'une pulsion, elle n'avait donc pas à la renier mais à l'accepter. Ou mieux encore : à s'en ficher dans le sens où c'était ainsi et voilà. Même si quelques temps auparavant, elle avait voulu tourner les talons.

Elle ferma brièvement les yeux et inspira profondément l'air marin pour s'apaiser. La situation était troublante même si elle faisait tout pour la rationaliser et enfouir les choses étonnantes au plus profond d'elle-même. Ce qui l'agaçait le plus était qu'elle puisse se prendre la tête avec quelque chose d'aussi futile alors que lorsqu'elle avait découvert ses pouvoirs elle n'avait pas réagi ainsi. Elle avait été stoïque comme toujours et ça avait été tant mieux. Même chose pour les morts qu'elle avait provoqué. Aucune réaction n'avait eu lieu en elle.


Ses pensées voguèrent alors vers l'impulsion qui l'avait conduite à San Francisco, seule autre acte irréfléchi qui avait déclenché des questions en elle. Etait-ce pour lui faire rencontrer toutes ces personnes qui changeaient par petites touches sa vie, qu'elle avait débarqué ici? Pour qu'enfin, elle s'humanise réellement? Ou était-ce pour une raison encore plus obscure? La sorcière n'en savait fichtre rien et cette absence de réponse la dérangeait autant que pour la question "Alida". Elle s'en voulut d'avoir fait confiance à son instinct et de s'être laissée amener ici... Comme pour couper court à ses inutiles regrets, la voix de l'une de ses principales préoccupations revint sonner à ses oreilles:

- U
ne baignade, ça te dit ? Demanda-t-elle avec un sourire.

Un instant décontenancée, Mona-Lou hocha néanmoins la tête pour acquiescer et se leva pour se déshabiller. Carpe Diem, se répétait-elle inlassablement pour essayer d'éloigner définitivement ses interrogations qui, elle en était sûre, ne trouveraient jamais de réponse.

Afin de se changer les idées, elle chercha quoi dire qui la ferait passer pour quelqu'un de normal. Finalement, c'est un épisode d'une série pour adolescente gloussante qui la tira de l'embarras. Elle sourit et lança très naturellement:

- La première à l'eau paie le repas de ce soir?


Avant de se souvenir qu'elles n'avaient pas parlé d'un après-plage. Peut-être que la jeune femme avait mieux à faire que de passer son temps avec une fille qui commençait à réellement dérailler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 414
♣ Situation amoureuse : Célibataire

MessageSujet: Re: Something Good Can Exist - [ Alida & Mona-Lou ]   Lun 9 Aoû 2010 - 19:34

Mona-Lou sembla un instant complètement à l’ouest. Et je ne pouvais pas l’en blâmer. Mon humeur souvent joyeuse pouvait tout d’un coup déraper et j’envoyais alors bouler quiconque m’approchait. Et ces sautes d’humeur bien que plus rares par périodes étaient alors remplacées par des idées loufoques. Non, rectification. J’avais toujours des idées bizarres. Comme celle de vouloir se baigner à une heure pareille, quoique la mer soit d’ailleurs meilleure, car la différence de température est moins flagrante. Mais sans serviette pour s’essuyer après ce qui supposait donc que je rentrerai donc frigorifiée chez moi. Et à pied, qui plus est. Mais je m’en fichais, je préférai amplement me concentrer sur l’instant présent. J’avais encore le temps de penser à cela plus tard.

Voyant que ma voisine avait commencé à se déshabiller, j’en fis donc de même. Nos regards se croisèrent et je pus voir un sourire étonnant orner son visage assez rapidement suivi d’une phrase qui m’a étonné au premier abord :

- La première à l'eau paie le repas de ce soir ?

Je restais d’infimes secondes figée avant de reprendre possession de mes moyens et de continuer à enlever mes vêtements. Je n’avais pas songé à un après. Je me refusais déjà de penser à quand nous sortirions et je sentais déjà des frissons me parcourir l’échine du dos. Mais l’idée me plaisait finalement et je ne pus m’empêcher de lui sourire en retour. Quelque chose me disait que Mona était différente en ma présence. Je ne pouvais pas l’affirmer comme ça, mais j’avais bien l’impression que son comportement était étrangement… doux en ma compagnie. Et mon sourire s’agrandit à cette pensée. Je ne pensais pas pouvoir à ce point changer quelqu’un. Mona l’avait dit elle-même lorsqu’elle m’avait prise dans ses bras, elle n’était pas comme cela d’habitude, elle ne savait pas quelle mouche l’avait piqué. Mais bon, je n’allais certainement pas m’en plaindre.

Une fois en sous-vêtements, je me souvins des paroles de la jeune femme. De sa proposition. C’était il y avait seulement quelques secondes mais elle attendait sûrement une réponse. Malicieusement, je déposais mon tee-shirt bien plié sur la pile de mes vêtements, respirai un bon coup et m’élançais sur le sable tout en lançant à la brunette :

- Prépare ton porte-monnaie !

M’étant mise à bonne distance de la mer mais assez près de façon à bien la voir, j’avais quand même une bonne vingtaine de mètres à faire. J’entendis Mona-Lou commencer à courir alors que je dévalais la légère pente de l’endroit quelque peu surélevé sur lequel je m’étais installée.

Je n’avais jamais été douée pour la course, et ce, depuis toute petite. Je n’aimais pas lorsque nous en étions au cycle relais ou course mais j’aimais bien la course d’orientation, bizarrement. J’avais vraiment du mal à tenir une longue distance mais j’étais quand même assez bonne coureuse sinon. Seulement, nous étions à la plage, et je courrai donc sur du sable. Et comme chacun le sait, ce n’est pas forcément le meilleur endroit où pratiquer une course rapide. Cela me ralentissait donc considérablement. Mais pourtant, je continuais, me prenant entièrement au jeu. La mer se rapprochait petit à petit, à mesure que j’avançais. Mais j’entendais également Mona-Lou derrière moi qui se rapprochait assez rapidement. Plus que quelques mètres…

Nous étions presque en train de patauger quand je sentis qu’elle était encore plus prêt de moi. L’effet de surprise avait joué en ma faveur, me laissant une légère avance sur la jeune femme. Mais elle m’avait bien rattrapé, je devais l’avouer. Nous finissâmes quasiment en même temps dans l’eau. Tout dépendait de qu’on appelait la ligne d’arrivée. Car l’eau m’arrivait au mollet que je marchais déjà plus que je ne courrai. Avançant quand même en de grandes enjambées, j’eus bientôt de l’eau aux genoux, puis en haut des cuisses. Mona-Lou maintenant à mes côtés avançait elle aussi en marchant dans l’eau. Je plongeais ma main dans l’eau salée pour la relever d’un mouvement sec, arrosant une petite partie de la jeune femme. Ce qui annonça bientôt une bataille d’eau où je n’arrivais même plus à la discerner. Je finis par plonger, hilare, dans l’eau.

Remontant à la surface aussi rapidement que j’avais pu plonger, envahie par la froideur de l’eau pourtant de bonne température pour la mer, je repérais Mona-Lou d’un coup d’œil. Nous nous étions aventurées assez loin de la côte pour que l’eau m’arrive à la poitrine. Je plongeais de nouveau, me dirigeant vers la jeune femme. Je finis par trouver sa jambe et la tirais, crevant par la même occasion la surface, déséquilibrant donc la brunette qui finit par avoir la tête sur l’eau et je pus donc relâcher sa jambe. Je la vis réapparaître quelques instants plus tard à la surface. Riant depuis un bon moment déjà, mon rire redoubla en voyant sa tête. Une algue avait réussi à s’accrocher à ses cheveux pourtant rendus bien lisses par l’eau. Mona-Lou se rendit bien vite compte de la cause de mon rire et après avoir retiré l’élément de son cuir chevelu, ne put s’empêcher de rire à son tour.

Ce moment si joyeux resta à jamais gravé en ma mémoire. Seulement quelques dizaines de minutes après avoir commencé à la connaître, je me retrouvais déjà à patauger dans l’eau en la compagnie de Mona-Lou, à rire de bon cœur. Et je ne pouvais que m’en réjouir. Je n’eus pas besoin de parler, car déjà je vis au visage de la jeune brune comme une envie de vengeance. Et je commençais donc déjà à nager plus loin encore, essayant en vain de distancer Mona-Lou tout en ne cessant de sourire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 282
♣ Localisation : San Francisco
♣ Situation amoureuse : J'adore votre humour.

MessageSujet: Re: Something Good Can Exist - [ Alida & Mona-Lou ]   Jeu 19 Aoû 2010 - 14:32

Avisant qu'Alida l'imitait, en se déshabillant, la sorcière se rasséréna un peu. Carpe Diem. L'humaine n'avait pas fui en hurlant à la dégénérée donc le reste devrait bien se passer aussi. Fermement campée sur ses longues jambes, les bras croisés sur sa poitrine et une main jouant avec ses vêtements, elle observa sa nouvelle connaissance arranger ses affaires convenablement et eut un léger temps de réaction lorsqu'elle s'élança sur le sable.

- Prépare ton porte-monnaie !

La brune se sentit amusée de la tournure que prenait la situation et commença elle aussi à courir, appréciant une fois encore le texture de sable contre sa peau. Tant que l'eau n'était pas mêlée à la rencontre, la jeune femme adorait le sable et la sensation de douce caresse qu'il procurait. Elle avisa Alida dévaler une petite butte et fit en sorte d'augmenter sa vitesse.Ca faisait longtemps qu'elle n'avait pas couru par simple jeu. Après réflexion, elle n'avait en fait jamais couru par simple jeu.

Avec délectation, elle s'aperçut que la distance qui la séparait de la jeune femme diminuait ostensiblement au fur et à mesure que ses jambes avalaient les mètres. Jamais, elle n'aurait cru pouvoir apprécier une compétition bonne enfant. Laissant à son corps le soin de la diriger instinctivement, son cerveau chercha à comprendre ce qui se passait en lui. Qu'est-ce qui faisait qu'elle se sentait moins "je-m'en-foutiste" avec Alida? Même si elle repoussait la question, celle-ci venait inlassablement cogner en elle, déstabilisant ses fondations. Chaque fois qu'elle avait obéi à une impulsion, ça avait été bénéfique pour elle ou presque, en tout cas elle s'en était toujours sortie mais là, elle ne voyait pas où était le réel bénéfice. Certes, ses nouvelles rencontres la calmaient - du moins... Certaines - mais elles lui faisaient aussi baisser légèrement sa garde. Et Mona-Lou abhorrait l'idée de devoir sacrifier sa sécurité pour des relations.

Comme s'il comprenait que l'esprit cherchait à se défaire du carcan de normalité dans lequel Alida l'avait inconsciemment enveloppé, le corps de la jeune femme glissa sur le sable, manquant de tomber mais faisant sortir brusquement la sorcière de ses pensées. Elle s'aperçut que l'eau se trouvait à moins d'un mètre d'elle et que l'humaine était déjà en train de courir pour y entrer, alors, elle recommença à courir un peu plus rapidement néanmoins. Sans qu'elle ne comprenne comment, il lui sembla pénétrer dans l'océan quasiment en même temps. Elle rit spontanément à voix basse et fit de son mieux pour continuer à avancer malgré les petites vagues qui se brisaient contre ses jambes. Son rythme diminua à cause de ça mais elle constata qu'il en était de même pour Alida et sourit. Ce qu'il serait prévu en cas d'égalité, elle ne le savait pas, mais ça serait sûrement aussi agréable à passer que ce moment. Juste au moment où elle pensait ça, sa compagne de baignade l'arrosa
et elle se figea, incrédule. Néanmoins, elle comprit ce qui allait devoir suivre et envoya à son tour une gerbe d'eau sur la jeune femme, en profitant, lorsqu'elles ne purent plus rien voir, pour créer un double afin de l'aider. Lorsqu'Alida plongea, signifiant que la bataille était finie, la sorcière fit disparaître son œuvre et guetta simplement le retour de la jeune femme, qui ne tarda pas. Mais regagna l'atmosphère sous-marine aussitôt, laissant Mona à son incompréhension jusqu'à ce qu'une main ne lui attrape une jambe et ne la déséquilibre habilement.

Ainsi plongée dans l'eau, la sorcière sentit poindre une pique de colère en elle mais le rire de sa presqu'amie l'accueillit lorsqu'elle revint à l'air libre et elle se retrouva calmée. D'une main, elle retira l'algue qui s'était gentiment proposée pour la décorer et joignit son rire à celui de la jeune femme aux yeux aussi bleus que l'eau en ce moment.

Doucement, elle laissa son visage arborer une expression vengeresse et commença à avancer vers Alida qui s'éloignait en souriant, faussement inquiète. Se sentant inférieure au niveau de l'aisance dans l'eau, elle ordonna instinctivement à un double d'apparaître sous elle pour l'aider avant de réaliser ce qu'elle allait faire et de le faire disparaître. Elle avait déjà utilisé la magie une fois et c'était une fois de trop. D'un mouvement de natation des plus banales, elle chercha donc à rejoindre Alida qu'elle finit par couler lorsqu'elles furent toutes les deux aussi épuisées l'une que l'autre. Libérant de son étreinte vengeresse la brune, Mona se mit à faire la planche et observa le soleil presqu'entièrement disparu à l'horizon. Contrairement à sa camarade qui avait la peau rougie et les lèvres presque bleues de froid, elle ne ressentait aucune incommodation mais entraîna pourtant Alida sur la plage. Elle se maudit de ne pas avoir pensé qu'elles n'avaient pas de serviettes et sacrifia son t-shirt pour frictionner la jeune femme.

- On va avoir belle allure les vêtements mouillés, lâcha-t-elle d'un air pensif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 414
♣ Situation amoureuse : Célibataire

MessageSujet: Re: Something Good Can Exist - [ Alida & Mona-Lou ]   Ven 12 Nov 2010 - 17:10

Je reculais doucement, les mains tendues en avant, par instinct. Je savais déjà ce qui allait suivre mais je n’étais pas le moins du monde inquiète, ce n’était qu’un jeu après tout. Je n’eus pas beaucoup de mal à échapper aux quelques attaques de la brune, ayant apparemment une meilleure aisance dans l’eau. Mais elle réussit finalement à m’avoir et je me sentis tout d’un coup plongée dans l’eau sans le vouloir. Nous étions toutes les deux épuisées par nos petits jeux et le fait de devoir sans cesse nager vers l’horizon car la mer nous ramenait vers la plage. Je me mis sur le dos, écartant les bras et les jambes de façon à faire l’étoile de mer et à rester en équilibre bien que précaire, à la surface de l’eau. Le ciel se teintait de pourpre et le bleu se faisait de plus en plus outremer, et je savais qu’il allait bientôt passer à une teinte entre le bleu et le noir, une espèce de gris avant de finalement devenir complètement noir. Le reflet de la lune sur l’océan se refléterait alors sur les vagues tranquilles.

Malgré le fait que je m’étais peu à peu habituée à la température de l’eau, la nuit commençait à tomber, diminuant de chaleur et la mer suivant ainsi le climat, je ressentais le froid. Je sus que mes lèvres devaient avoir pris une teinte violine et je tremblais légèrement. Je m’aperçus avec stupéfaction que Mona-Lou ne semblait pas le moins du monde atteinte par la diminution de température. Mais je haussais les épaules, elle devait vraiment ne pas être frileuse, après tout.

Nous sortîmes de l’eau et courûmes jusqu’à nos vêtements, bel et bien trempées de la tête aux pieds. Le sable collait à mes pieds humides mais c’était le moindre de mes soucis. Finalement, Mona-Lou me passa son tee-shirt que j’acceptais de bonne grâce, consciente d’être frissonnante de partout.

- On va avoir belle allure les vêtements mouillés.

Tout en tâchant de ne pas trop tremper le vêtement de la jeune femme, je souris, face au visage pensif qu’elle exprimait. Mais dans ma maladresse je finis surtout par tomber parterre. Ce qui déclencha mon rire suivit de peu du sien. C’était de coutume pour moi, en fait. Rien qu’à la bibliothèque, je prenais garde dorénavant à la porte de façon à ne pas me la reprendre une fois encore en plein dedans comme cela m’était déjà arrivé.

Finalement, j’acceptais la main qu’elle m’avait tendue et me relevais tout en prenant garde à rester bien ferme sur mes appuis et à ne pas retomber de plus belle. Je secouais énergiquement son tee-shirt de façon à faire tomber le plus de sable possible. Je le lui rendais avec un sourire désolé ainsi qu’un « merci ». Je repensais à la phrase qu’elle avait prononcée quelques minutes auparavant et y répondais avec un sourire :

- En effet, on va avoir une sacrée belle allure. Mais bon, on dit que le ridicule ne tue pas. Et heureusement, car je crois bien que je serais morte depuis un bon bout de temps !

Je lui souriais d’un air entendu, ne dévoilant pas pour autant ce que j’avais bien pu faire par le passé. Je me rendis compte que je n’étais pas toute à fait sèche et que j’avais toujours froid. J’entrepris donc d’enfiler mes vêtements que j’avais mouillés en tombant dessus dans ma chute. Je vis du coin de l’œil que Mona-Lou faisait de même et bientôt, nous fûmes accoutrées comme avant notre baignade. A la différence même que, n’ayant pas de serviette, nous étions donc bien trempées, comme si nous avions subitement eut l’idée folle de faire une bataille d’eau toutes habillées. Mais bon, au moins, je me sentais déjà plus réchauffée et je ne frissonnais plus du tout.

Repensant à la suggestion de Mona-Lou qui avait engendré notre baignade, je pris conscience que, malgré ma légère avance, elle avait réussi à me rattraper et de ce fait, nous étions donc à égalité, me semblait-il. Nous n’avions pas émis cette possibilité, mais bon, nous aviserons une fois le moment venu. Autant vivre l’instant présent, sur le moment-même, ne pas se préoccuper de l’avenir alors que tant d’évènements peuvent changer le cours des choses. Se serait-il passé la même chose si nous étions restées plus ou moins longtemps ? Telle est la question. Eternelle interrogation dont je n’aurai jamais la réponse. Bien que j’aurai aimé, par moments, remonter le temps de façon à changer certains évènements qui avaient par la suite, complètement changé le cours de ma vie.

Je repris brusquement conscience à la réalité, ne voulant même pas envisager de penser au principal fait qui avait bouleversé ma vie. Mona-Lou venait de finir de se rhabiller et me dévisageais à présent l’air d’attendre la suite. D’un sourire, je lui demandais :

- Alors, ce fameux dîner, où allons-nous le prendre ? Car je ne connais pas encore tellement la ville et les éventuels bons restaurants dont elle pourrait regorger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 282
♣ Localisation : San Francisco
♣ Situation amoureuse : J'adore votre humour.

MessageSujet: Re: Something Good Can Exist - [ Alida & Mona-Lou ]   Dim 21 Nov 2010 - 20:46

Le sourire qui venait de naitre sur le visage d'Alida amusa intérieurement la sorcière, surtout lorsqu'elle vit la jeune femme tomber maladroitement au sol et éclater de rire. A son tour, sans qu'elle ne put y faire quelque chose ou n'eut juste l'envie de faire quelque chose, elle rit et une fois encore, elle trouva que se laisser aller de la sorte ne lui ressemblait pas mais était tout à fait agréable. Comme si elle découvrait une nouvelle partie d'elle-même après toutes ces années. Décidant de continuer à mettre à profit son surprenant bon côté, elle tendit l'une de ses mains à son interlocutrice afin de l'aider à se relever, ce qu'elle fit avec brio, les pieds fermement campés dans le sable. Une légère surprise traversa Mona-Lou à ce constat : elle n'aurait pas le moins du monde été étonnée si son exubérante nouvelle connaissance avait de nouveau glissé, emportée par son trop plein de vie. Toutefois, même le secouage de t-shirt se passa bien et le sourire désolé qui accompagna sa restitution amusa la sorcière. Si le t-shirt avait eu une quelconque valeur, elle ne l'aurait pas prêté aussi vulgairement... Elle songea à le dire à Alida mais renonça, il valait mieux que la jeune femme ignore encore la véritable nature de son interlocutrice. Pour Alida, Mona-Lou serait quelqu'un de normalement bien. Peut-être même un peu plus que la moyenne parce que l'humaine touchait son cœur de pierre d'une façon déconcertante. Elle avait l'impression d'avoir une dette envers elle sans arriver à expliquer d'où pouvait provenir ce sentiment. D'habitude, tout le monde s'accordait pour dire qu'elle était exagérement égoïste et c'était la chose la plus vraie que l'on puisse dire à son sujet. Pourtant, son comportement actuel faisait mentir ce fait et la française ne pouvait s'empêcher d'y revenir. Le sourire d'Alida changea soudainement lorsqu'elle décida d'enfin répondre à la phrase que la sorcière avait précédemment lancée :

- En effet, on va avoir une sacrée belle allure. Mais bon, on dit que le ridicule ne tue pas. Et heureusement, car je crois bien que je serais morte depuis un bon bout de temps !


Réprimant brutalement l'envie de rétorquer à son interlocutrice que si ce n'était que le ridicule qui menaçait sa vie, elle devait bien être ennuyante, Mona se concentra sur le sourire entendu qui lui était offert et y répondit poliment en ne songeant cependant pas une seule seconde à demander ce que la jeune femme avait bien pu faire pour être aussi ridicule. Sa véritable nature revenait au galop et ce n'était peut-être pas plus mal. Ramassant ses vêtements sur le sol, elle les secoua rapidement avant de les enfiler pour contrer le vent frais qui lui caressait désagréablement la peau. De son côté, Alida avait fait de même et la sorcière se demanda si elle avait l'air aussi trempée qu'elle. La réponse serait logiquement affirmative vu que ses cheveux dégouttaient abondamment sur ses épaules. C'était dans ce genre de situation que Mona-Lou regrettait d'avoir les cheveux longs, même si elle ne s'imaginait pas sans. Ils étaient une partie intégrante d'elle, affirmant merveilleusement bien son caractère de chien tout en lui gardant une certaine féminité. Attrapant l'ensemble de ses mèches, elle les essora au-dessus du sable et enfila ensuite le t-shirt qu'Alida venait de lui rendre. Elle ne rêvait en ce moment que de prendre une longue douche chaude avant de manger des plats raffinés et de lire un livre passionnant. Néanmoins, ce qui les avait poussées à l'eau concernait justement la suite de leur soirée et donc un repas amical à deux. Si elle voulait continuer à maintenir une quelconque illusion de sociabilité, Mona allait devoir se plier à ce qu'elle avait elle-même suggéré. D'un côté, ce n'était peut-être pas plus mal... Et puis, il était encore tôt, elle pouvait toujours proposer à sa nouvelle connaissance de se retrouver plus tard, ce qui leur laisserait le temps de se changer. Et éventuellement d'oublier le rendez-vous pour la française... Du moins, si Alida se décidait à lui offrir de nouveau un minimum d'attention car elle semblait prête à se perdre dans les méandres de son esprit et Mona-Lou ne se sentait pas d'humeur à l'abandonner sur la plage alors que la nuit tombait réellement sur elle. Par chance, la jeune femme reprit connaissance avec la réalité très rapidement et posa avec simplicité la question sur laquelle la sorcière avait en partie réfléchi:

- Alors, ce fameux dîner, où allons-nous le prendre ? Car je ne connais pas encore tellement la ville et les éventuels bons restaurants dont elle pourrait regorger.

Ainsi, il s'agissait d'une nouvelle arrivante. Intéressant. Le courage qu'elle semblait renfermer devait être assez important pour qu'elle soit aussi confiante en elle-même avec des inconnues et dans un endroit auquel elle n'était pas habituée. Peut-être était-ce ça qui frappait silencieusement Mona? Parce qu'il était rare qu'elle trouve des gens avec autant de cran qu'elle. Ce fut à son tour d'offrir un sourire amusé à son interlocutrice, laquelle y répondit spontanément pendant que la française suggérait un plan pour la suite de leur soirée:

-Que diriez-vous de nous séparer un moment afin de nous doucher et de nous réchauffer avant de nous retrouver devant la bibliothèque principale de San Francisco? De là, nous aurons le choix pour choisir un restaurant... Et nous n'aurions pas l'air de deux droguées à la recherche de leur prochaine dose.

La mention à la drogue, venue naturellement aux lèvres de la sorcière, lui rappela désagréablement sa période junky mais elle fit en sorte de le cacher, ne désirant pas s'attarder plus que nécessaire dessus. A vingt-six ans, elle avait plus vécu que la majorité des gens et pas que des choses profitables, ce qui la ferait mourir bien avant ses cinquante ans. Elle en avait conscience mais la faiblesse qui était associée à certains de ses souvenirs la mortifiait. Un jour, peut-être écrirait-elle l'histoire de sa vie afin d'alléger son âme des tourments qu'elle lui avait elle-même infligé. A condition qu'elle trouve le courage de le faire. Passant nerveusement, une main dans ses cheveux, elle ancra son regard sur l'océan qui déroulait impassiblement ses rouleaux devant elle. Avec un peu de chance, il emporterait sa mémoire en même temps que les coquillages. La présence d'Alida à ses côtés lui sembla insupportable et la coupant alors qu'elle était sur le point de lui offrir une réponse, elle recula de quelques pas vers la sortie de la plage:

-Je vous attendrai aux alentours de vingt heures trente devant la bibliothèque, Alida, mais là, je crains de devoir vous laisser. Je viens de me souvenir que j'ai rendez-vous avec une vieille amie de passage en ville et qu'elle n'a que ce début de soirée à me consacrer. A ce soir, lâcha-t-elle avec dureté avant de faire demi-tour et de marcher rapidement pour s'éloigner de cette fille qui lui avait fait prononcé un mot rattaché trop profondément à son passé et qu'elle n'employait normalement plus.

Devant ses yeux, l'image d'une seringue s'injectant dans le creux de son coude s'imposa et elle plissa les paupières afin de la chasser. Sous ses pieds le revêtement goudronné du parking se fit enfin sentir et ses yeux se rouvrirent au moment-même où elle commençait à courir pour oublier l'envie qui la tenaillait de nouveau. Cette même envie qui la conduisait invariablement à un monde de dangereuses chimères mais à laquelle elle ne cèderait pas ce jour-là. Parce qu'elle avait une jeune femme à rencontrer plus tard dans la soirée et qu'elle voulait comprendre pourquoi cette jeune femme avait l'air si innocente tout en donnant l'impression d'être expérimentée. Ce qu'elle ne pourrait pas faire si son esprit était embrumé par la drogue. Dois-je te haïr ou te remercier pour m'obliger à affronter l'un de mes démons, Alida Dantas?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



My name is
Contenu sponsorisé -


• • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Something Good Can Exist - [ Alida & Mona-Lou ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Something Good Can Exist - [ Alida & Mona-Lou ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our World Of Dreams :: Lieux :: ♣ San Francisco :: Plage-