AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Love you incomparably eventually die in my own stupidity. My poison. ♥ Jell.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 32
♣ Localisation : En patrouille.
♣ Situation amoureuse : Beaucoup trop compliqué.

MessageSujet: Love you incomparably eventually die in my own stupidity. My poison. ♥ Jell.    Lun 20 Juin 2011 - 20:03



« De toutes les façons de faire cesser l'amour, la plus sûre est de le satisfaire. »

    Bloquée dans son petit appartement miteux, Hell avait de plus en plus de mal à ne pas devenir folle, enfermée durant les vacances scolaires dans son petit chez elle. Restant avec Ian, son petit frère, elle avait croisé pas mal de vieilles connaissance à chaque fois qu'elle sortait dehors et Ian, peu désireux de croiser des monstres ou des vampires avait demandé à sa sœur de rester à la maison, durant toute les vacances. Chose qu'elle n'arrivait plus à supporter. Ainsi, elle avait décidé d'appeler ses grands-parents maternelles qui avaient tout de suite accepté de prendre Ian durant la semaine. La brune adorait son petit-frère, elle en était complètement gaga, mais des vacances s'imposaient. Elle avait besoin de faire une pause, de pouvoir respirer et mettre le poids de la responsabilité qu'elle avait envers lui sur les épaules de sa famille New-Yorkaise lui apportait un réconfort inouïe. Ainsi, elle aurait toute la semaine pour elle toute seule, à patrouiller, faire ses devoirs, rattraper le retard qu'elle avait perdu avec Alice, et passer un peu de temps avec Gareth, son meilleur ami complètement drogué. Elle lui avait promit de l'aider à faire quelque chose pour ses problèmes, réticent au début, il avait finit par l'écouter, à son plus grand soulagement. Hell avait reçu d'innombrables messages de John Kellerman, un de ses ex qu'elle avait croisé dans un restaurant, dans le centre de San Fransisco. Elle hésitait à le rappeler, consciente qu'il s'était pas mal entiché d'elle lors de leur récente retrouvailles. Secouant la tête de droite à gauche, elle tenta de ne plus y penser et lâcha un soupir de satisfaction. La valise de Ian était enfin prête. D'un coup d'œil rapide, elle regarda l'heure et sentit la panique monter : 17h24. Le train de Ian était à 17h45. Rapidement, elle attrapa la vieille valise en tissu beige et appela son frère à travers l'appartement. Celui-ci, prêt à partir, avait déjà enfilé ses chaussures et son manteau - à l'envers. Amusée, elle posa la valise qui semblait lourde mais qui était très légère pour Hell, possédant une force peu commune. D'un geste, elle le fit enlever son manteau et lui remit correctement avant de lui faire enfiler son bonnet et ses gants. Puis, elle fit de même pour elle, s'habillant chaudement avec le froid qui avait peu à peu fait son apparition.

    Sortant en vitesse de leur immeuble, ils arrivèrent dans les rues de San Fransisco et Hell se mit à marcher sur un ton rapide, obligeant son frère à courir pour pouvoir la suivre. Ne voulant pas qu'il rate son train, la jeune femme le prit dans ses bras, le tenant fermement avec un de ses bras, et tenant de l'autre sa valise. Puis, elle traversa les routes goudronnées en courant rapidement, aussi rapidement qu'elle pouvait courir, de façon donc peu humaine. Elle sentit les petites mains de son frère, emmitouflées dans des moufles, lui attrapait avec force l'épaule, tentant de se mettre aussi bien qu'il le pouvait. Enfin, lorsqu'elle arriva dans la Gare de Caltrain, elle s'arrêta et consulta l'horloge révolutionnaire perché en haut de l'entrée. 17h32. Un record. Elle posa son frère par terre et lui prit la main, et ensemble, ils se dirigèrent d'un pas confiant vers les marches en pierre qui menait au principal quai. Ils s'échangèrent quelques paroles et Hell prit conscience que c'était la première fois qu'elle se séparait de son petit frère. Un doute l'envahit. Était-ce une bonne idée ? Après tout, jamais elle n'avait laissé partir son frère tout seul et la peur qu'il lui arrive quelque chose, ainsi elle ralentit un instant le pas. Son frère l'interrogea du regard et pour réponse elle se mordit fébrilement sa lèvre inférieur. Il sembla comprendre car la minute suivant, il encercla sa taille, tentant apparemment de la rassurer. Elle caressa d'un geste touché ses cheveux bruns et lui offrit un sourire sincère tandis qu'il remontait son visage angélique vers elle. Ca ne pourrait faire que du bien à Ian de voir leur famille, d'autre personnes qu'elle, du moins. Ils se remirent en route et n'eurent pas de mal à trouver le quai 7, pas très loin de l'entrée et du quai principal. En consultant sa montre, elle remarqua qu'il restait plus que cinq minutes, elle avança donc avec empressement jusqu'au wagon numéro 2 et fit monter son frère en le portant jusqu'au marche. Elle rentra avec lui dans le train et posa sa valise derrière son siège. Une fois qu'il fut confortablement installé, elle lui embrassa le front.

      - Tu seras sage, hein chéri ? Tu seras gentil avec mamie et papy, d'accord ? Ils sont assez âgés, donc il faudra faire attention, tu me le promets ?

    Le concerné hocha la tête, prenant un air sérieux puis il passa ses petites mains autour du cou de la jeune femme, la serrant de toute ses forces, infime comparée à elle. Elle lui embrassa le front, puis sortit du wagon, se mettant pile devant lui à la fenêtre, attendant que le train parte pour rentrer chez elle. On entendit un bruit sonore, déclarant que les portes se fermaient. Puis, quelques secondes plus tard, le train se mit à démarrer, doucement. Hell se mit à le suivre au début, faisant coucou à son frère qui lui adressait de grands sourires et de grands signes. Et enfin, le train partit à vif allure, et fut bientôt invisible à sa vue. Elle soupira et fit de son mieux pour ne pas laisser ses larmes couler. La semaine allait être longue. Terriblement longue. D'un geste lent, elle se retourna et mit ses fins doigts dans les poches. Il était temps de rentrer. Peut-être qu'en rentrant, elle appellerait Erwan, il lui avait envoyé un message dans la semaine en lui disant qu'il était dans les parages, par conséquent, des retrouvailles avec son vieil ami était à faire. Ce dernier était son elfe préféré, le seul qu'elle connaissait, en fait. Hell adorait passer du temps avec lui, tout comme Ian; pendant longtemps il l'avait aidé à tenir les deux bouts lorsqu'elle travaillait ici et là, ne cessant de changer de villes pour assurer leur survie. Erwan gardait de temps en temps son frère lorsqu'elle allait accomplir son destin, chassant et traquant les vampires qu'elle pouvait croiser. A cette pensée, Hell grimaça. Elle allait devoir faire plus de patrouilles, maintenant que son frère était partit et cette pensée ne l'enchantait guère. Bien qu'avant, elle aurait sauté de joie, appréciant la chasse et la traque, elle tentait de trouver des excuses pour ne pas accomplir son devoir, ayant une peur bleue de recroiser sur sa route James Winslowe. Un vampire qu'elle avait connu il y a de ça plusieurs semaines dans un jardin magique. Très vite, Hell avait comprit qu'il voulait sa peau en la torturant, en jouant avec elle. Il avait réussit à la manipuler et ils s'étaient embrassés... Sauvagement. Un frisson lui parcourut l'échine et elle ne put s'empêcher de passer ses doigts sur ses lèvres pulpeuses, tentant de retrouver la saveur de leurs lèvres entrelacées. Puis, d'un air nonchalant, elle secoua la tête et reprit sa marche vers la sortie.

    Lorsqu'elle arriva sur le quai principal, elle remarqua par les grandes baies vitrées qu'il y avait au plafond, qu'il faisait à présent nuit, montrant à quel point l'hiver arrivait de plus en plus, sortant de sa taverne et englobant le monde dans un froid infernal. Elle remit correctement le col de son manteau, sentant un courant d'air s'insinuer dans la gare et caresser ses cheveux. Puis, elle continua sa route, mine de rien. Arrivant aux marches qui menait à la sortie, elle se sentit brusquement rassurée, comme si elle avait été épiée jusque là, ou tout du moins suivit. Trouvant cette impression désagréable, elle fronça les sourcils et se retourna, scrutant une ombre qui aurait pu s'en prendre à elle, mais.. Rien. Elle haussa les épaules et se mit à tout doucement descendre les marches en pierre fine de la gare, s'apprêtant à retourner chez elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://xJell.skyblog.com

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 27
♣ Localisation : En enfer
♣ Situation amoureuse : Elle ne pourra m'échapper

MessageSujet: Re: Love you incomparably eventually die in my own stupidity. My poison. ♥ Jell.    Lun 20 Juin 2011 - 20:05

« Je ne veux pas que tu me laisses. Je vais juste te dire que je t'en supplie, rien d'autre.
Parce que mon monde... Mon monde est plus beau si tu en fais partie. »

James en avait assez. Il ne comprenait plus rien à son existence, à ce qu’il restait de sa vie. Lui qui autrefois croyait que demain était un autre jour, il avait eu tord. Les journées se ressemblaient toutes, à ses yeux. Il chassait, tuait, torturait, sans arrêt. Il aimait cela au début, mais, il commençait à tourner en bourrique, à s’ennuyer. Et l’ennui était la pire des choses pour un vampire, car cela pouvait durer éternellement. Le truc, était qu’il n’avait plus rien à faire. Sa rupture avec Nemesis était officielle, elle avait un nouveau petit-ami, avec qui elle était très heureuse-tant mieux pour elle-, mais James n’avait plus le plaisir de croire à une relation encore possible avec son ex vampirette préférée. Certes, il pouvait retourner chez lui, et reprendre sa place chez les Baronis, mais il n’en avait pas envie. Quitter San Francisco reviendrait à quitter une partie de lui. Ici, il avait sa meilleure amie, Mona-Lou, cette sorcière avec qui il adorait faire les quatre cent coups. Puis, Gaspard qui était en effet, un vampire arrogant et stupide, mais qui n’était pas si bête que ça. Puis, il y avait surtout Hell. Une humaine très différente de toutes les humaines. Elle était une chasseuse de vampire, l’ennemie numéro un de James. Tous deux avaient été créé pour se haïr, et en en effet, ils se détestaient. Un jardin maléfique avait fait ressentir d’étranges sentiments à James, pour cette pauvre humaine, et il y avait cru quelques instants, durant un baiser. Puis, finalement il avait retrouvé ses esprits et s’était rendu compte de son erreur. Hell aussi, n’avait pas compris ce qu’il lui était arrivé, et elle l’avait frappé à sang, tentant de le tuer. Bien sûr, le vampire était beaucoup plus fort qu’elle et il avait esquivé les attaques de la brunette. Au final, elle s’était enfuie comme une lâche. James en souriait encore. Il était invincible.

Le brun avait décidé de change ses pensées, de se dissuader qu’il allait bien et qu’il était toujours aussi cruel. Qu’il était capable du meilleur comme du pire. Pour cela, il n’avait qu’une envie: la tuer. C’était la meilleure chose à faire. Car, c’était depuis qu’il l’avait rencontré qu’il sentait que sa vie était plate. Pourtant, elle ne l’était pas. C’était elle, Hell Connors qui avait tout chamboulé. Et si il voulait que tout redevienne comme avant, il fallait qu’elle paye, de sa vie. Pendant plus d’une semaine, il l’avait recherché, il l’avait suivit à son appartement miteux, sans qu’elle le remarque. Il devait avouer, que plusieurs fois, il s’était pris à rêver e ses yeux, de sa bouche contre la sienne, mais il savait que c’était un mauvais souvenir du jardin, que tout ceci n’était pas réel, et qu’aucun sentiment n’existait entre lui et Hell. Plusieurs fois, une envie de tuer son frère l’avait traversée, le petit garçon était très appétissant et il savait que la perte de son frère anéantirait Hell. Mais, le vampire avait une meilleure idée. Une bien meilleure idée. Il l’avait espionnée toute la semaine, et ainsi il avait appris qu’elle allait rencontrer un vieil ex, John quelque chose. Bizarrement, l’idée que l’humaine avait eu des relations amoureuses laissaient le vampire perplexe. Des effets néfastes de la magie du jardin, certainement. En tout cas, il avait appris qu’Hell accompagnerait son frère à la gare, celui-ci irait chez ses grands-parents pendant une semaine, à New York. Puisque James ne pouvait attaquer la vampire devant son frère, et ne voulait pas non plus qu’il se retrouve seul dans une ville comme San Fancisco, il préférait savoir le gamin en sécurité, avant de faire de sa sœur une proie torturée. Comme c’était étrange, que James fasse ainsi attention à un pauvre enfant qui ne signifiait rien pour lui. Le vampire ne cherchait pas à comprendre, tellement de choses restaient mystérieuses à ses yeux.

Toute la journée, James avait préparé l’évènement. Il s’était habillé de manière assez classe, pour marquer le coup. Un pantalon noir sobre, une chemise noire italienne et une veste en cuir noire qu’il avait acheté récemment. Il s’était nourri toute la matinée, d’animaux, mais aussi d’humains, des SDF avec qui il avait rendu service, puisque ceux-ci mourraient très bientôt, en cette période de grand froid. Bien sûr, lui-même si sa peau était comme gelée, il ne craignait pas les frissons, mais sortit en tee-shirt n’était pas le meilleur moyen pour se fondre dans la masse. L’après-midi, il était allé s’entraîner dans l’Avenue Magique, dans les sous-sols. Il avait défié beaucoup d’autres vampires et il était sortit vainqueur à chaque fois. Mais, les victoires ne signifiaient rien. Lors de leur dernière et première rencontre, la tueuse avait bien faillit le toucher profondément. Il ne fallait surtout pas que cela se reproduise, ou alors James avait du soucis à se faire. En principe, ses adversaires avaient énormément de mal à le toucher au niveau du visage, Hell avait réussit. Elle était vraiment époustouflante au combat, et si elle n’avait pas été ce qu’elle était, James aurait pu vouloir devenir son ami, et la transformer. Mais, tout n’était pas permis. Tout ne se déroulait pas comme dans les rêves. Il fallait vivre dans la réalité. Et dans la réalité, Hell Connors était son ennemie numéro un !

Il était l’heure. James attendait à la gare depuis une heure, et enfin il l’a vit arriver, en compagnie de Ian, son petit frère. Celui-ci avait une mine un peu découragée. Enrulés tous les deux sous des tonnes d’écharpes, de bonnets et de manteaux, ils s’enlacèrent afin de se dire au revoir. James rit devant un tel spectacle. Ce n’était pas comme si il partait pendant des mois ! Une semaine, rien qu’une semaine ! Ce n’était pas grand-chose. Puis de toute façon, Hell ne verrait pas le temps passer… dans sa tombe. Un sourire sadique se dessina sur le visage de James, pensant à la meilleure façon qu’il allait utiliser, pour écarteler la pauvre petite Hell. L’orpheline qui l’avait accusé sans preuves d’être l’assassin de ses parents, alors que pour une fois, ce n’était pas lui ! Quelle stupidité, les femmes ! James secoua la tête. Il fallait cesser de repenser à cette épisode et se concentrer sur ce qu’il avait à faire. Enfin, Ian et Hell montèrent dans le train, elle l’accompagna jusqu’à son siège et l’aida à ranger sa valise. James jeta un coup d’œil à l’horloge, le train ne tarderait plus. Il attendit que son humaine redescende et respira à plein poumons. L’odeur de la tueuse de vampire n’avait pas changée. Son sang devait vraiment être exquis.

Il haussa les épaules et la regarda se diriger vers les escaliers de sortie. Elle frissonna de froid et il en sursauta d’excitation. Il allait la faire mourir de froid, de peur, de colère et de douleur. Voilà ce qu’il ferait ! Il lui laissa une longueur d’avance, avant de s’engouffrer à son tour, dans les marches. Il la vit se retourner plus d’une fois, et grâce aux ombres, il put se cacher facilement. Elle reprit sa route, et en silence il accéléra un peu le pas, pour arriver juste derrière elle. Il pouvait sentir son souffle régulier, et même entendre le battement mélodieux de son cœur. Ils n’avaient pas changés, réguliers, rythmés, comme si ils poussaient à danser. James ne put s’empêcher de fermer les yeux, pour s’imaginer claquant des pieds sur une piste de danse. Il les rouvrit et vit que Hell avait pris un peu plus d’avance. À pas de fourmis, il avança vers elle et lui sauta dessus afin qu’elle tombe au sol. Elle commença à se débattre et très vite le vampire la maîtrisa. Elle allait souffrir, énormément ! Pour le lui signaler, il lui offrit un très joli sourire qui dévoila ses canines aussi pointues qu’une lame de couteau. Il se pencha et lui caressa la joue, doucement, avant de lui souffler à l’oreille ces quelques mots:

-Bonsoir Hell, j’espère que je ne t’ai pas trop manqué. En tout cas, sache que moi je n’ai pas cessé de penser à toi… et à ta mort. Car oui ma jolie, ce soir est ton dernier soir sur Terre. Dans quelques minutes, tu seras en Enfer.


Il éclata de rire puis, d’un sifflement, il plongea vers le cou de l’humaine. Il allait la mordre, boire son sang, et la faire hurler de douleur. Comme c’était bon, de retrouver le James Winslowe qu’il avait toujours connu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 32
♣ Localisation : En patrouille.
♣ Situation amoureuse : Beaucoup trop compliqué.

MessageSujet: Re: Love you incomparably eventually die in my own stupidity. My poison. ♥ Jell.    Lun 20 Juin 2011 - 20:08

    Hell descendait les marches grisâtres de la gare en ayant la sensation d'être suivit. Pourtant, à chaque pas qu'elle effectuait, à chaque respiration qui la faisait vivre, régulière, elle n'entendait rien d'autre que le propre bruit qu'elle faisait, accroissant la sensation qu'elle était bel et bien seule et qu'une bonne nuit de sommeil n'était pas de refus. Elle passa ses doigts extrêmement fins dans sa longue chevelure brune et soupira. Hors de question qu'elle aille patrouiller ce soir, Hell avait une bien meilleure idée en tête qui lui ferait faire un détour vers un loueur de DVD. Un léger sourire en coin se posa sur ses lèvres lorsqu'elle entendit son portable vibrer dans la poche de son jean. Consciente qu'il était certain qu'il s'agisse de Ian, elle s'arrêta en plein milieu des marches et lorsqu'elle tenta d'esquisser un mouvement lent pour le prendre, la tueuse se fit brusquement pousser en avant, par une masse vraiment importante. Roulant dans les escaliers avec son agresseur, sans arriver à distinguer la personne que ça aurait pu être, la brune essayait de se reculer de l'homme en question - seul un homme aurait pu la surprendre de la sorte - mais impossible, il la tenait avec fermeté. Si bien que lorsqu'ils arrivèrent en bas des marches, sa tête se cogna contre la pierre et elle mit un certain temps à retrouver ses esprit. Papillonnant des paupières, un sursaut de frayeur atteignit sa poitrine, doublant son rythme cardiaque, lorsqu'elle aperçut le visage de celui qui l'avait fait tomber, avec violence. James Winslowe. Précisément, le James Winslowe qu'elle ne désirait sous aucun prétexte revoir avant d'être bien prête à le vaincre. Elle était prise au piège. Le vampire au-dessus d'elle prenait un malin plaisir à esquiver ses mouvements et à la regarder, un air sardonique planté sur le visage. Elle avait peur, elle était terrifiée à l'idée qu'il revienne la hanter et voilà qu'il débarquait, avide de vengeance, un sourire bien mystérieux sur ses lèvres. Non, Hell n'était pas prête à mourir. Dans un élan de courage, poussée par l'envie de vivre qu'elle avait, elle se débattait, essayant de le blesser au visage, de l'envoyer bouler au loin, très loin. Bien assuré et ayant apparemment prévu tout ceci depuis un certain temps, James semblait lire en elle, de manière très facile et bloqua ses bras en les serrant avec ses mains. Grimaçant de douleur, elle se rendait peu à peu compte du piège dans lequel elle était tombée. Immobile par la force de James, paralysée par la peur qui lui tenaillait de ventre, avec appuie, elle sentit une boule de créer dans sa gorge, si bien qu'elle eut du mal à avaler sa salive dans les secondes qui suivirent. Avec frayeur, elle l'observa, déglutir de plaisir, profitant de ces instants qui seraient les derniers pour la jeune femme. Il se mit à sourire, de façon typiquement meurtrière, comme lorsqu'elle souriait de plaisir en tuant un vampire, qu'elle le renvoyait dans le Néant. Voilà qu'il semblerait que ce soit son tour d'être victime d'un autre.

    Se retenant de trembler, elle le vit s'approcher de son visage et crut qu'il allait la mordre, lui donner le coup fatale. Cependant, commençant à connaître le brun, elle savait qu'il ne la laisserait pas partir aussi facilement. Il la tuerait doucement... Tout doucement. Habile des manières de torturer, Hell avait pu les innombrables facettes qui dévoraient son âme et le rendait au final, bien plus fort qu'il ne le devrait. Elle sentit sa joue glacée caresser la sienne, lui donnant un coup d'électricité, provoqué par la différence des températures, bien distincte l'une de l'autre. Une de ses mains, se mit à parcourir son autre joue, la salissant d'avantage qu'elle ne le pensait. Un frisson de répugnance la parcourut tandis qu'il murmura au sein de son oreille :

      - Bonsoir Hell, j’espère que je ne t’ai pas trop manqué. En tout cas, sache que moi je n’ai pas cessé de penser à toi… et à ta mort. Car oui ma jolie, ce soir est ton dernier soir sur Terre. Dans quelques minutes, tu seras en Enfer.

    Un nouveau sursaut la prit. Bien sûr, elle s'attendait clairement à ce qu'il venge de l'humiliation qu'il avait subit lors de leur dernière rencontre. Après tout, elle l'avait tout de même réussit à le mettre à terre, et elle avait faillit presque le tuer. Malheureusement, des humains étaient arrivés et avaient entichés ses plans, si bien qu'elle partit en courant, lui laissant la vie sauve et le laissant par la même occasion s'en prendre à des innocentes personnes. Certes, elle n'avait pas été là pour assister au massacre, et bien heureusement. Mais, connaissant particulièrement la nature des vampires et le fond sombre de James, il ne serait pas étonnant de voir un lieu de cadavre, de sang et de torture. Elle allait mourir. Elle le sut en le voyant sourire de toute ses dents, lui montrant avec précision ses canines acérés et blanches. Macabrement blanche. Le tout s'accordait à merveille. Elle grimaça directement et tenta de reprendre son sang-froid. Un soupir s'échappa de ses lèvres alors qu'elle essayait d'inverser les rôles. De plus en plus il se rapprochait d'elle, et de plus en plus elle était accaparée par la terreur. Serrant les dents, elle le vit se rapprocher de plus en plus de son cou, et pensant brusquement à Ian, elle refusa d'abandonner son frère. Non, il ne méritait pas ça. Elle devait vivre pour lui, pour le protéger et l'aimer comme elle l'avait toujours fait. Elle devait vivre, parce que c'était son destin, Hell était une tueuse de vampire, c'était elle qui les achevaient tous jusqu'au dernier, et non l'inverse. Une once de courage traversa ses muscles et elle en profita pour tenter sa proche. Lorsqu'il fut assez proche de son cou, sans pour autant le toucher, elle lui donna un énorme coup de tête, la laissant très légèrement étourdie. James tomba sur le côté, à moitié surprit et surement autant étourdie qu'elle.

      - D'accord, finit-elle par dire en voyant son visage limpide. Tu m'accompagnes ? Cracha-t-elle entre ses dents.

    La jeune femme, après avoir lancer ses mots en pleine figure de James en profita pour se dégager et se mit à ramper vers les marches, n'arrivant pas encore à se relever. Son ennemi la surprit une fois de plus en lui attrapant le pied fermement, ne voulant pas la laisser partir. A l'aide de son autre pied, elle lui donna un méchant coup au niveau du visage et entendit bien distinctement son nez craquer sous la violence de ce dernier. James tomba à la renverse et Hell en profita pour s'échapper. A l'aide de la première marche, elle se releva avec difficulté et se retourna. A sa plus grande surprise les grilles de la Gare étaient fermés. Comment était-ce possible ? Comment en seulement quelques minutes les grilles se seraient fermés comme par magie ? Et surtout, pourquoi quelqu'un aurait fermé une grille en voyant une femme se faire agresser ?

    Fronçant ses sourcils bruns, elle remonta les marches, à moitié à quatre pattes, à moitié debout, tentant encore de tenir sur ses jambes malgré le coup assez dure qu'elle avait reçu à la tête. James avait une tête en fer. Arrivant en haut des marches, elle vit que James était encore par terre, encore évanoui. Essoufflée, elle reprit son souffle accoudée sur ses cuisses et se dit qu'il fallait absolument qu'elle trouve une sortie. Regardant derrière elle, Hell remarqua avec stupéfaction que toutes les lumières qu'elle avait vu étinceler quelques minutes auparavant en travers de la Gare de Caltrain était désormais éteinte. Il faisait noir. Laissant son pire ennemi là où il était, elle se mit à courir vers le quai principal et remarqua que plus personne n'était dans la gare, elle était entièrement vide et ceux depuis surement très longtemps. Jamais, avant aujourd'hui, la Gare n'avait fermé ses grilles avant minuit. Et pourtant... Tout était mort, tout était sombre, comme si l'Enfer en lui-même s'était reproduit dans Caltrain. Courant comme si sa vie en dépendait - et ce qui au final était le cas - elle laissait ses pas la guider jusqu'à une autre sortie du lieu. La jeune femme était persuadée que James avait un complice, jamais il n'aurait pu faire tout ceci tout seul. Ses cheveux virevoltant dans tous les sens, se laissant englober par sa course rapide, Hell avait reprit du poil de la bête et était bien décidée à ne pas y rester, ce soir. Elle se battrait. Arrivant près de la sortie, elle s'arrêta en voyant une lumière l'aveugler. Tournant la tête vers une vitrine, elle aperçut un magnifique poignard trôner en plein milieu d'une droguerie. N'hésitant pas un seul instant, elle s'approcha de la vitre et la brisa d'un coup de poing assez bien visé. D'un geste, elle attrapa le poignard et le mit dans une de ses poches arrières. Regardant les dégâts qu'elle venait d'infliger à sa main, elle jura en voyant le sang et quelques petits morceaux de verres dans sa peau. Elle les enleva un à un et arracha un bout de tissu de son tee-shirt, sachant très bien que ce sang pourrait la faire repérer plus vite qu'elle ne l'aurait voulu. Après avoir enroulée sa main dans un bout noir de son vêtement, elle continua sa route, d'abord en trottinant puis en courant de plus en plus vite. Au bout de très peu de temps, elle arriva à la deuxième sortie et constata non sans surprise qu'elle était aussi bloquée. Énervée, elle se déchaîna sur les grilles en les frappant de toute ses forces. Il lui fallait absolument un moyen de sortir de ce traquenard. Réfléchissant un instant, elle laissa ses yeux chocolats observer le reste de la gare et pensa aux énormes fenêtres qu'il y avait de chaque côté du quai principal. Bien qu'assez haute, il était tout à fait plausible de pouvoir les atteindre, surtout pour elle et de sortir de là en n'en brisant qu'une seule. Satisfaite d'avoir trouvé une idée, elle fit demi-tour et encore une fois, se remit à courir vers le quai principal.

    Lorsqu'elle arriva à l'embouchure de ce dernier, elle hésita un instant et resserra le bandage qu'elle avait autour de la main. Il était très certainement sûr que James se soit réveillé et soit à sa poursuite. Discrète, elle resta dans l'ombre et se colla contre les murs de la Gare, regardant partout, laissant ses sens en éveils. Son ouïe extrêmement fine passait au radar tous les bruits qu'elle pouvait entendre. Cependant, c'était le calme absolu... Le calme avant la tempête, c'était certain. De façon gracieuse et ne voulant pas rester dans cette gare lorsque la tempête en question explosa, Hell réussit à arriver en dessous d'une des larges fenêtres de la gare. Celle-ci, encadrée par un quadrillage en fer forgé ne serait certainement pas difficile à briser, datant tout de même de plus d'un siècle. Hell se retourna et fit face au large mur qu'il lui faisait face, il y avait certainement au moins 6 mètres à grimper avant d'atteindre ladite fenêtre. Prenant son courage à deux mains, elle sauta avec souplesse et attrapa une des barres en fer forgé qui avait battit les lieux. Avec vivacité, elle grimpa quelques mètres. Mais, alors qu'elle allait arriver à son but final, quelqu'un fut plus rapide et arriva pile là où elle avait prévu de sauter. James. Il l'avait retrouvé. Déglutissant avec difficulté, elle lui lança un regard noir de haine avant de laisser sa main sans blessure se perdre dans son dos, attrapant d'un geste son poignard mais sans pour autant le prendre. Avec impatience, elle le regardait, attendant qu'il fasse le geste qui provoquerait sa mort. Qu'il lui saute dessus pour qu'elle sorte son arme et qu'elle le lui plante n'importe où. Certes, peut-être que ça ne le tuerait pas, mais au moins, ça l'achèverait bien. Elle remarqua avec un petit sourire amusé qu'il avait encore du sang séché en dessous de son nez, pile là où elle avait frappé. Amusant. Enfin, il sauta, mais pas là où elle avait prévu, sur elle. Non, il arriva à ses côtés, à quelques mètres d'elle. La barre en fer forgé noir où ils étaient debout était peu sécuritaire, un seul faux mouvement et ils étaient mort. Ou plutôt.. Elle était morte. Lui arriverait sur ses pieds ou serait dans le pire des cas, étourdit. N'y tenant plus, Hell sortit son poignard et le menaça avec. Une lueur de surprise traversa le visage de son adversaire avant de redevenir impassible. Avec courage, elle tenta le premier coup d'attaque et courut vers lui. Ce dernier se baissa à temps et elle sauta au-dessus de lui, effectuant ensuite une roulade bien rattrapée, elle se redressa et lorsqu'elle se retourna, James était tout près d'elle. Il lui envoya un coup au visage qu'elle ne put éviter, mais qu'elle répondit par un violent coup de pied au ventre. A l'aide de son poignard, elle essaya plusieurs fois de lui entailler le torse, mais sans succès, trouant sa chemise noire. Apparemment énervée, ce dernier lui donna un deuxième coup de poing bien visé, puisqu'il réussit à la faire tombée sur la barre en fer forgé juste en dessous d'eux. Elle tomba sur le dos et se mit à suffoquer, sentant sa colonne vertébrale se réparer par ses dons magiques. Tueuse de vampire, que des avantages.

    La jeune femme mit bien trop de temps à se redresser, si bien que James en profita pour venir à son niveau et se coucher sur elle. Gardant le poignard dans sa main, elle le blessa au niveau du visage, entaillant près de son sourcil droit sa peau lisse. Furieux, il la frappa et un arrière-goût de fer se fit sentir dans sa bouche. La posant sur le côté, elle cracha du sang et entre temps, sa seule arme fut envoyée dans les airs, par son opposé. James attrapa ses deux poignets et les tenu avec force tandis que couchée, elle essayait de se débattait, bougeant ses jambes dans tous les sens et tentant de l'envoyer paitre. Dans un état second, ne supportant pas le fait qu'il est le dessus sur elle alors qu'elle allait presque réussir à s'en sortir, Hell se mit à crier tout en se débattant, levant son torse et l'abaissant encore et encore tout en criant de plus en plus fort, laissant la rage et la fureur la submerger, accentuée par la frustration qu'elle ressentait. Jamais, elle ne se laisserait faire par James Winslowe.

      - Je te déteste, se mit-elle à crier. JE TE DÉTESTE ! LÂCHE MOI, JAMES WINSLOWE ! LÂCHE MOI TOUT DE SUITE !
      Hurla-t-elle de toute sa voix, laissant un écho se faire entendre au loin de sa voix.

    Ébahit, il la regarda avec de grands yeux et un calme s'en suivit. Hell respirait avec difficulté, reprenant son souffle difficilement mais sans bruit. Tous deux ne se lâchèrent pas du regard, si bien que Hell se demanda brusquement pourquoi louchait-elle avec autant d'envie sur ses lèvres. Elle essaya de tourner la tête, mais en vain. Le charme qui les avaient ensorcelés tous les deux sembla les rattraper et à nouveau, la tueuse eut l'impression d'être retournée dans le jardin magique. Avec angoisse, la jeune femme se mordit nerveusement la lèvre inférieur, le regardant droit dans les yeux tandis qu'ils desserraient doucement mais surement l'emprise qu'il avait sur ses poignets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://xJell.skyblog.com

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 27
♣ Localisation : En enfer
♣ Situation amoureuse : Elle ne pourra m'échapper

MessageSujet: Re: Love you incomparably eventually die in my own stupidity. My poison. ♥ Jell.    Lun 20 Juin 2011 - 20:10


Les émotions les contrôlaient. La haine les manipulait. Fallait que ça blesse, que ça saigne. Fallait qu'ils se frappent, se détruisent. Ils n’étaient que des pantins du sentiment inexplicable qui les bouffaient. C’était comme un poison qui s'insinuait dans les veines, jusqu'à en ronger le cœur. Un poison malsain. Mortel. Ils avaient perdu la raison. Franchi toutes les limites possibles. Ils étaient fous. Complètement fous. James trouvait cela trop facile. Hell ne se débattait presque plus. Il se méfiait. Et il avait raison. Lorsqu’il arriva assez près du coup de la brune, celle-ci lui envoya un énorme coup de tête, ce qui le fit basculer en arrière. Il jura, avant de se retourner très vite, en position de défense. Comme la situation changeait, en un rien de temps. La belle lui lança alors des mots à la figure, le frappant avec violence:

- D'accord. Tu m'accompagnes ?


Le vampire avait envie de rire. Que connaissait Hell de l’Enfer ? Lui, il y était déjà. Il avait vu des choses horribles, et commis d’autres bien pires. Pour lui, il n’y avait pas de bien, ni de mal, juste le pouvoir et la faiblesse. James avait le pouvoir. Il tenta d’attraper la jambe de l’humaine, mais celle-ci se défendit, en lui offrant un joli coup de pied au visage. James retint un cri de douleur, il avait sentit son nez craquer. Il soupira, regardant sa proie s’échapper en montant les marches qui la mènerait à la sortie. Il aurait pu la rattraper, car malgré le vertige qu’il subissait, il avait de la force, de l’énergie, mais il voulait la laisser prendre un peu d’avance, et la rejoindre un peu après, pour lui faire regretter tout ce qu’elle lui avait fait. Lorsqu’elle parvint à arriver en haut, essoufflée elle lui jeta un dernier regard. James aurait aimé lui cracher sa haine au visage, mais son nez lui faisait horriblement mal. Il porta alors une main à son visage et constata que du sang coulait. Il maudit la tueuse de vampire, et se jura d’en finir avec elle. On ne se moquait pas de James Winslowe, ou alors, on le regretterait.

Hell s’échappa en courant, lorsqu’elle remarqua que le vampire avait repris conscience. Il tenta de se lever, mais sa tête lui faisait très mal. Il décida de s’adosser au mur et rampa jusqu’à un coin. Il n’y avait plus aucune trace de leur combat, c’était comme si tout cela n’avait pas existé. Quel idiot, de l’avoir suivit. Cela se voyait bien qu’elle s’était entraînée. Elle avait gagné en endurance et souplesse, depuis leur première rencontre. D’un côté, James éprouvait un peu de fierté. Il était en train d’affronter une des plus grandes chasseuses de vampires du monde. Si jamais il réussissait à la supprimer, ce serait un avantage pour avoir encore plus de puissance. Le brun s’imagina donc à rêver d’un futur pouvoir, lorsqu’il entendit un bruit de verre se casser. Il était temps d’y aller. Il inspira un bon coup, humant l’air et ses odeurs et la senteur du sang humain lui ouvrit l’esprit. Une odeur exquise, à laquelle il avait souvent rêvé. Une odeur qui devait avoir un goût encore plus délicieux. Il secoua la tête. Il n’était pas l’heure de fabuler. il devait à tout prix rattraper l’humaine. Il se leva sans difficulté et par sécurité toucha son nez. Le sang avait cessé de couler et formait à présent une croûte de sang séché. Il ferma les yeux puis les rouvrit, s’habituant à l’équilibre. Enfin, il se lança dans un périple dont il était certain de sortir gagnant.

Il monta les escaliers quatre à quatre et ne put s’empêcher de remarquer le calme étrange qui surplombait la gare. Plus aucun passant, plus aucun bruit. comme si le monde s’était arrêté de tourner. Comme si il n’y avait plus que lui. Le vampire ne s’affola pas, mais accéléra tout de même le pas, cherchant l’odeur du sang, celui de Hell. Il en était sûr maintenant, il l’aurait reconnut entre mille. Elle avait quelque chose que les autres humains n’avaient pas, même Nemesis. Peut-être était-ce tout simplement le fait que Hell était justement différente des autres. À sa vitesse maximum, James allait très vite. Il pouvait même être invisible, aux yeux des faibles humains, incapable de voir au-delà de leur petit nombril. Ainsi, il arriva très vite, là où le sang avait coulé. Une petite flaque s’était formée sur le sol, et des éclats de verre s’éparpillaient un peu partout sur le béton. James leva la tête, pour observer la vitrine qui venait d’être dévalisée. C’était une boutique en tout genre, un peu chique, et le socle vide où s’était trouvé quelques minutes plus tôt un objet, prouvait que ça avait de la valeur. Connaissant un minimum Hell, ce devait être une arme, et James sourit en pensant à la pauvre humaine qui devait mourir de peur, gardant un poignard près d’elle. Si elle croyait qu’elle pouvait l’abattre avec une simple lame, elle se trompait. Il en fallait bien plus pour anéantir James Winslowe. Non, l’humaine ne tracassait plus tant que cela le vampire, il avait un autre soucis en tête: comment sortir d’ici. Quelque chose d’étrange se produisait dans le Caltrain, comme si une force invisible l’avait piégée. Aussi vite que la lumière, il se dirigea vers la deuxième sortie, et sans surprise, remarqua que les grilles étaient closes. Il se jeta dessus, tel un lion qui rugit, et témoigna de sa colère en mugissant. Quelqu’un devait se moquer d’eux, c’était impossible que la gare ferme aussi tôt. Il leva les yeux vers le tableau d’affichage du bâtiment et remarqua qu’il n’était seulement que dix-huit heures. Certes, la nuit était vite tombée, mais à cette heure-ci, il restait encore des voyageurs. Non, si James et Hell étaient bloqués, ensemble, ce n’était pas un hasard. Quelqu’un devait être au courant de leur rencontre et James ne serait pas surpris, si Hell avait été raconté ce qu’il s’était passé. Elle l’avait fait passé pour le méchant, même si il en était un, il détestait devoir se faire attribuer le meurtre de personnes qu’il n’avait pas tué. Il se souvenait de chacune de ses victimes, et la famille de la tueuse n’en faisait pas partie. Il savait à présent que si elle avait rêvée de ça, si elle l’avait pris pour l’assassin de ses parents, c’était à cause du jardin. Il avait fait des recherches, avec Gaspard, sur ce lieu magique, et les deux vampires avaient trouvés que les plantes étaient toxiques pour les humains. Même si Hell possédait des dons, elle n’en restait pas moins une simple humaine, aussi fragile que ses semblables. Une nouvelle fois, il respira, traquant l’odeur de Hell. Il lâcha alors les grilles, pour se diriger vers le quai principal. Hell était juste là, elle l’attendait.

Il avançait lentement, sans un bruit, vers le bâtiment principal. L’odeur se faisait de plus en plus forte et à chaque fois qu’il frôlait les murs, c’était comme si il touchait l’humaine. Il ferma les yeux, se visualisant le chemin qu’avait utilisé Hell, pour se cacher, et lorsqu’il les rouvrit, il savait où elle était. Il s’enfonça un peu plus dans le bâtiment, pénétrant dans un lieu plus vieux. Il l’a vit alors, ou plutôt, il l’entendit. Elle devait essayer de sauter et lorsqu’il regarda en l’air, il observa la tueuse se déplacer avec habilité, en sautant de poutres en poutres, pour atteindre une fenêtre qui la sauverait peut-être. James ricana intérieurement, elle allait être surprise. Alors qu’elle allait faire son dernier bond, il se posta face à elle, et de surprise elle s’arrêta. Ce fut de courte durée, car lorsqu’elle eut enregistré la situation, elle le toisa et attrapa un objet invisible dans son dos. James savait que c’était l’arme de la vitrine, et il aurait du tout de suite la neutraliser, mais il ne fit rien. Il attendit le bon moment pour sauter et atterrir avec souplesse juste à côté de la brune. La barre de fer métallique n’était pas très solide, un seul faux pas et ils tomberaient dans le vide. Cela casserait la petite Hell en deux, et il serait débarrassé... Mais, c’était trop facile !

Alors que tous deux restaient immobiles, ce fut Hell qui commença le combat. Elle courut vers lui, avec son poignard et James se baissa à temps pour éviter un coup. Hell roula et gracieusement se remit en place, mais James était juste derrière et il lui colla une droite qui lui abima quelques phalanges, Hell lui offrit alors un joli coup de pied au ventre, et profitant du déséquilibre de James, elle tenta maintes fois de l’atteindre avec son poignard. Elle parvint seulement à déchirer sa chemise noire et James soupira. Elle avait coûté une fortune ! En colère que l’humaine fasse si peu attention aux vêtements, il lui donna un coup de poing qui fut fatal pour la belle. Elle vacilla et tomba sur la barre de fer métallique du dessous.James en profita et s’allongea sur elle, lui bloquant les bras et la respiration, il l’espérait. Malheureusement, elle tenait toujours le poignard et elle lui fit une profonde entaille au visage. James explosa de colère et la frappa. Il la frappa si fort qu’il espérait qu’elle crie. Mais elle n’en fit rien. Du sang s’échappa de ses lèvres et James se rappela alors à quel point il était en colère et que lorsqu’il était en colère, il était affamé. Il se ressaisit et envoya paître le poignard de Hell à quelques mètres. La tueuse continuait de se débattre, mais James était bien trop fort, elle baissa alors les bras et s’exclama:

- Je te déteste ! JE TE DÉTESTE ! LÂCHE MOI, JAMES WINSLOWE ! LÂCHE MOI TOUT DE SUITE !


Elle hurlait, elle hurlait. Elle hurlait sa colère. La Haine. Sentiment maître entre leurs deux âmes. La Haine. Passion si puissante et mauvaise qu'elle les consumait inlassablement. La Haine... Leur Haine. Si dévastatrice. Tentatrice. Ils se haïssaient. Depuis l'instant maudit où leurs regards s’étaient accrochés. Elle semblait brûler en eux depuis si longtemps maintenant... Ce serpent les rongeait et les trompait mais ils adoraient cela . Ils se délectaient de leur hargne mutuelle. Ils étaient faibles. L'un contre l'autre, Ils étaient impuissants. Ils ne contrôlaient plus leur pulsion... James la lâcha alors, tout doucement, tandis qu’il la regardait ébahit. Leurs regards se happaient, se cherchaient. Encore une fois, il eut l’impression de succomber à l’interdit, en s’abandonnant au regard de l’humaine. Il la lâchait tendrement, laissant glisser ses doigts sur sa peau, la faisant frissonner. Il sentait qu’elle avait énormément de mal à respirer, si bien qu’il se poussa, et s’assit près d’elle, sans la lâcher du regard. Il se rendit compte à quel point elle était belle. Même avec ce sang séché sur le visage, même avec ses larmes qui avaient creusés des cernes sous ses magnifiques yeux. Hell était belle, magnifique, merveilleuse, appétissante, séduisante. Oui, Hell l’avait séduite. Et c’était interdit.

C’est pourquoi il tourna la tête, rompant le charme de ce regard, de cet instant. Il fallait trouver une échappatoire, à cette situation. James lui en voulait encore, et elle le détestait. Elle venait de le lui dire. Il ne savait pas qu’une simple phrase, qu’une simple exclamation, pouvait l’atteindre autant. Lorsqu’elle avait crié, si James avait un cœur, celui-ci aurait arrêté de battre. Il en était certain. Il allait parler, lorsqu’un grincement lui chatouilla l’oreille. Il sentit alors la poutre trembler. Il sauta, sauvant sa propre vie, aussi vite que possible. Et alors que la barre menaçait de s’écrouler dans un fracas affreux, il s’en voulut aussitôt, d’avoir laissé Hell là-haut. Il attendit alors que la barre s’effondre, et lorsque l’humaine s’envola dans les airs, il la rattrapa dans ses bras avec autant de douceur que possible. Il la tenait, la serrait, tellement heureux de ne pas l’avoir perdu. Il s’était imaginé, cette pauvre femme, écrasée par une énorme poutre. Et finalement, elle était dans ses bras. Elle ne risquait plus rien. James la portait toujours, et il sentit ses bras se resserrer autour de son cou. Ce contact le fit frissonner, et il soupira. Il n’avait pas droit à ces sensations. Néanmoins, il ne gâcha pas ce moment, il ne voulait pas blesser Hell. Il porta alors sa main sur le visage de l’humaine, et lui essuya le sang qu’elle avait craché. Une envie irrésistible de porter ses doigts à sa bouche lui prit, mais il se retint. Il posa délicatement Hell par terre et s’assura qu’elle tienne debout. Elle semblait aller bien. Sûrement grâce à ses dons de chasseuse de vampires. James soupira, une fois de plus. Il alla s’assoir sur la poutre effondrée, et s’adressa à la jeune femme:

-Je ne sais pas quoi faire Hell. On ne peut pas continuer. Il va falloir désigner un gagnant. Ou alors, abandonner. Nous ne sommes pas obligés de nous battre, pas nécessairement.

James éclata alors de rire. L’avait-on entendu ? il avait des remords, des regrets, de s’être autant battu. Quel idiot ! Hell le haïssait, il fallait qu’il cesse d’avoir autant de compassion, d’affection... Après quelques secondes de silence, il se releva. Il retourna près de Hell et remarqua alors une blessure au bras. Elle s’était entaillée la peau, et la blessure semblait profonde. Sans hésiter, James arracha le reste de chemise qu’il avait sur lui, et enroula le tissu autour de la plaie de Hell, lui offrant ainsi un meilleur bandage. Il serra et fit un nœud, puis, remonta le long de l’épaule de Hell, et la lui pressa. Doucement. Il hésita un instant, puis il l’attira vers lui, et l’enlaça tendrement. Il resserra son étreinte, aussi fort que possible. Comme si il ne voulait pas la perdre, comme si il avait peur qu’elle disparaisse. Cette passion le déchirait, et il se dégagea aussi vite qu’il était arrivé. Il s’éloigna de plusieurs mètres, et lança à Hell:

-Il faut trouver un moyen de sortir, après, je te laisserais.


James Winslowe venait de dire un mensonge. Jamais il ne laisserait l’humaine. Jamais. Ils étaient nés pour se détruire, ils allaient accomplir leur destiné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 32
♣ Localisation : En patrouille.
♣ Situation amoureuse : Beaucoup trop compliqué.

MessageSujet: Re: Love you incomparably eventually die in my own stupidity. My poison. ♥ Jell.    Mar 21 Juin 2011 - 10:57

    Il fallut un certain à Hell pour comprendre qu'il venait de desserrer ses mains de ses poignets, la libérant de son emprise. La jeune femme put alors à nouveau respirer correctement, rassurée de savoir qu'elle avait une certaine influence sur le vampire et qu'il n'était pas aussi stupide qu'il le prétendait. Un énorme silence s'instaura dans la gare de Caltrain qui, bercé par le mutisme des ennemis finit par reprendre son profond sommeil. Plus rien ne vivait dans la gare, tout était mort et pesant, sentant presque un arrière-goût de magie qu'on pouvait aisément renifler lorsqu'on se concentrait un tant soit peu. Néanmoins, la tueuse était davantage fascinée par les prunelles grisés de James pour arriver à penser à autre chose et encore moins à ce qui se tramait en ce moment-même dans le bâtiment. Elle se redressa en même temps que lui et frôla à quelques secondes près, ses lèvres pulpeuses qu'elle avait déjà eu l'occasion de goûter lors de leur première rencontre. Il se décala et s'installa à ses côtés tout en continuant de la dévisager, comme si lui aussi était éberlué par ce qu'il avait sous les yeux. C'est comme si tout d'un coup, on venait tous les deux de les réveiller d'un profond et lourd endormissement. Elle ouvrit la bouche, essayant de faire sortir un son de sa gorge mais elle fut coupée par James, qui détourna la tête au même moment. Surprise, elle fronça les sourcils, ne comprenant visiblement pas pourquoi il rompait le contact et préférait éviter son regard. Mais... Comme si cet instant venait d'être imaginaire, Hell se remémora les flashs qu'elle avait eut lorsqu'elle s'était trouvée dans le Jardin des Illusions, lors de leur première rencontre. C'était lui qui avait assassiné sa famille, lui qui avait briser sa vie et celle de son frère, qui les avaient condamnés à une vie d'errance. Elle le détestait. Oui, elle le détestait et il ne fallait pas qu'elle perde cette image en tête. De plus, elle n'était pas dupe et connaissait à présent son secret ; il pouvait sans effort contrôler les pensées et les émotions afin de les détraquer. Et Hell était à présent convaincue qu'il souhaitait la rendre folle.

    Secouant la tête de droite à gauche, elle lui jeta un bref coup d’œil et sentit son cœur manquer un battement lorsqu'elle remarqua qu'il n'était plus à ses côtés. Encore une manœuvre pour pouvoir l'achever par derrière. Pestant contre sa naïveté et son manque cruel de discernement, elle tenta de se relever mais un tremblement au niveau de la poutre l'en empêcha, comme plaquée à celle-ci. Paniquée, elle entendit un craquement grave et sourd résonner à travers la gare. Au moment où elle réalisa ce qui se passait sous ses fesses, la jeune femme tomba dans le vide. La surprise était telle qu'elle ne pensa pas directement à se raccrocher à quelque chose pour sauver sa peau, elle tombait et chutait à une rapidité flagrante, sentant le vent fouetter ses cheveux et rougir ses oreilles. Cette sensation brusque de vide lui fit soudain repenser à tous les moments heureux qu'elle avait connu lorsque ses parents étaient encore en vie et qu'ils prenaient soins de son frère et elle, en soit lorsqu'elle n'avait aucune responsabilité sur les épaules et qu'elle était libre de mener la vie qu'elle souhaitait. Elle entendit la poutre en fer forgé s'écraser avec fracas, exploser dans un nuage de goudron, sous le coup du choc. Ça sera donc bientôt son tour. Elle allait mourir et trop absorbée par les souvenirs qu'elle ne cessait de voir dans sa mémoire, la tueuse ne faisait absolument rien pour empêcher ce qui allait suivre, comme si elle avait déjà fait une croix sur sa précieuse vie et qu'elle avait fait ses adieux à son frère.
    Et pourtant, le destin en décida autrement puisqu'au moment où elle allait à son tour s'écraser contre le sol des lieux, des bras puissants encerclèrent sa taille et la ramena en sureté sur la terre ferme. Elle encercla automatiquement ses bras autour de la nuque de James, sachant pertinemment qu'il venait de lui sauver la vie. Se collant au maximum contre lui, elle frissonna en sentant son corps gelé - et pourtant diablement musclé - et ne put s'empêcher d'afficher un sourire pincé. Devenait-elle folle ou était-elle bien collée contre le corps de son ennemi de toujours alors que ce dernier venait de la sauver d'une chute qui lui aurait été fatal ? Décidément... Rien n'est logique. Elle ferma les paupières et plissa son front, persuadée à présent que tout ceci n'était qu'un rêve et que tout ceci allait prendre bientôt fin. Pourtant, en sentant le bout des doigts de James contre ses lèvres, lui retirer le sang séché qui avait coulé lorsqu'il lui avait donné un méchant coup de poing dans la mâchoire. Elle rouvrit alors les yeux et fut plutôt étonnée de voir qu'il la regardait de façon presque doucereuse. Il la posa alors à terre et elle s'écarta de lui, ne pouvant s'empêcher de le fixer avec des yeux de merles en frits, particulièrement choquée. Non.. C'était forcément un rêve et elle n'allait pas tarder à se réveiller. Voulant absolument rouvrir les yeux dans son lit, elle se pinça aussi fort qu'elle le put au niveau du bras et en ressentant la douleur, grimaça. Et merde. Tout ceci ne pouvait donc pas être un rêve, elle était bel et bien bloquée dans cette gare avec son pire ennemi qui tentait de lui faire perdre ses moyens en apparaissant sous différents visages; tantôt violent et impulsif, tantôt doux et gentleman.

    Tandis qu'elle reprenait ses esprits, se postant contre le mur en béton de la gare, s'appuyant sur le début des barres noires en fer forgé qui étaient supposés tenir ces poutres. James, lui, prit place sur ladite solive, complètement détruite à cause du choc reçu. En voyant le désastre, Hell déglutie difficilement; ça aurait pu être sa nuque. Elle reporta son attention sur l'immortel, encore vigilante malgré l'étourdissement qui la prenait.

      - Je ne sais pas quoi faire Hell. On ne peut pas continuer. Il va falloir désigner un gagnant. Ou alors, abandonner. Nous ne sommes pas obligés de nous battre, pas nécessairement.

    Il finit par rire à gorge déployé, trouvant visiblement sa remarque amusante, ce qui ne put qu'agacer la tueuse, déjà bien irritée par ce début de soirée. Elle leva les yeux au ciel et préféra ignorer ce qu'il venait de dire. Comme si elle allait renoncer à vouloir le tuer, hors de question. C'était sa destinée de détruire les forces du mal et d'être une sorte de barrière pour les Enfers. James était sans nul doute un monstre sanguinaire qu'elle se devait d'arrêter. Il avait retiré la vie à ses parents et il avait sûrement tué des milliers de personnes depuis sa transformation et pour ça.. Il allait payer.
    En le voyant avancer vers elle, un air déterminé figé sur son visage, elle ne put s'empêcher de reculer, cherchant son arme des yeux. Elle était à présent sans défense et il pourrait la tuer d'un simple mouvement. Elle paniqua et retenu son souffle lorsqu'il arracha sa chemise devant elle. La jeune femme, sous le coup de la surprise, l'interrogea du regard tandis que le vampire se rapprocha d'elle pour enrouler son bras dans son ancien vêtement. Elle n'avait même pas remarqué qu'elle s'était blessée au niveau du bras, probablement lorsqu'elle a chuté de six mètre de haut. Elle se laissa faire et alors qu'il lui faisait un nœud bien serré, Hell ne put s’empêcher d'observer son torse musclé qu'il lui présentait. Certes, il était vraiment pâle mais bon sang... Quel corps de d’Apollon ! Elle se reprit et secoua la tête discrètement. Non mais... C'était vraiment n'importe quoi. Voilà qu'elle se mettait à vouloir toucher le corps de son opposé et bavait presque dessus. Elle se promit de se ressaisir et prit un air détaché et indifférent. Elle ne le laisserait plus jamais la toucher. Promesse qui s'écroula aussi vite lorsque James décida de l'enlacer, très brièvement certes mais elle se sentit entièrement nue sous les mains glacés de la créature. Ça dura à peine quelques secondes mais elle se raidit sans plus attendre, se sentant idiote. Elle n'arrivait plus à faire un seul geste, entendant les battements de son cœur battre à la chamade, comme si ce dernier allait imploser dans les futurs instants, mais rien. Il se contentait de chanter une mélodie qu'elle n'avait jamais entendu, si bien qu'elle s'interrogea sur cet emballement incertain.

      - Il faut trouver un moyen de sortir, après, je te laisserais.

    Elle revint directement à la réalité et planta ses iris émeraudes dans les siennes tout en acquiesçant. Elle était d'accord sur le dernier point. La priorité était qu'ils devaient sortir d'ici et au plus vite. Il n'avait en rien quelque chose de normal dans les lieux, comme si tout ceci n'était qu'un piège malsain. Depuis quand la gare était-elle aussi vide et sombre en fin d'après-midi ? En temps normal, elle était plutôt bondée à cette heure-ci. Et pourtant... Pas un chat ne trainait dans le coin. Absolument pas rassurée, elle aperçut le poignard qu'elle avait volé bien avant de se retrouver face à James; celui-ci était par terre, à quelques mètres d'elle et de James. Ni d'une, ni de deux, elle courut vers lui et l'attrapa agilement. James lui avait peut-être sauvée la vie et avait eu un brusque changement de comportement, elle ne lui faisait pas confiance. Absolument pas, même. Elle se retourna vers lui et aperçut une once d'inquiétude couvrir le voile de ses iris claires. Elle haussa les épaules et s'avança vers lui.

      - Je ne m'en servirai que si tu oses t'approcher de trop près comme tu l'as fais, il y a quelques minutes, lança-t-elle d'un ton froid. Je ne pactise pas avec l'assassin de mes parents, donc pour sortir, tu devras te débrouiller tout seul.

    Puis, elle lui lança un dernier regard et se mit à marcher vers les quais de la gare, certaine qu'elle arriverait sûrement à trouver un moyen de sortir sans son aide. Elle était après tout Helléonor Connors, la tueuse de vampire, l'élue des forces du bien pour contrer le mal sous toutes ses formes. Elle aurait pu le tuer ce soir mais malgré tout, elle lui en devait une et, malgré sa trop grande fierté, elle était bien trop faible ce soir pour combattre qui que ce soit. En se rappelant qu'elle avait sa chemise autour du bras, elle dénoua le morceau de tissu et le laissa tomber à terre. Saigner ne lui faisait pas peur et elle n'avait pas besoin de sa chemise. Elle s'éloigna du vampire, son arme à la main et continua sa lancée dans la gare de Caltrain. L'endroit faisait froid dans le dos et lorsqu'elle arriva au quai où elle avait laissé son frère prendre le train, elle se rendit compte qu'il n'y avait rien pour empêcher les trains de partir de gare : pas de grilles, pas de chaines, pas de portes. Rien. Se traitant intérieurement d'idiote, elle se mit à avancer le long d'un quai et frissonna en remarquant l'absence bien encré des trains. C'était si vide que ça en donnait la chair de poule. Elle sentait que James n'était pas très loin et qu'il épiait ses moindres faits et gestes, comme s'il attendait qu'elle l'appelle. Qu'il rêve, pourquoi voudrait-elle qu'il revienne ? Qu'il se débrouille seul. Au bout de longues minutes de marches, elle arriva enfin à la toute fin du quai où les passants pouvaient marcher, encore un pas et elle atterrirait sur les voix ferrés et sortirait une fois pour toute de ce lieu. Elle esquissa un mouvement avec sa jambe et fut brutalement arrêté. Ne comprenant pas ce qu'il se passait, elle mit sa main et fut tout de suite arrêtée. Elle continua et finit par s'énerver en se débattant dans tous les sens et en donnant des coups de pieds dans le vide. La gare avait reçu un sortilège magique, un portail l'encerclait et personne ne pouvait sortir. Enragée en sentant l'odeur de la magie à plein, elle lâcha un cri déchirant qui dévoila sa fureur. Ainsi, elle était prisonnière de cet endroit et ne pouvait pas en sortir. Et à coup sûr, un seul était responsable. Elle se retourna vers le reste de la gare et cria le nom de son ennemi mortel. Il mit à peine quelques fragments de secondes pour arriver devant elle. Visiblement amusé par la situation, il lui offrit un léger sourire en coin et l'interrogea silencieusement en penchant la tête sur le côté.

      - Je veux que tu enlèves ce charme magique. Je ne sais pas comment tu t'y es pris pour m'enfermer ici et faire disparaitre le monde extérieur mais je ne veux que tu arrêtes ça tout de suite parce que je veux rentrer chez moi. Et ne fais pas l'innocent, acheva-t-elle en voyant l'air qu'il commençait à arborer, je sais très bien que c'est toi puisque au Jardin des Illusions, tu t'es amusé avec mon esprit de la même façon en me montrant de façon stupide le meurtre de mes parents où toi, tu étais le seul responsable. Alors, tu arrêtes ton petit jeu ou je te préviens que je vais me mettre très très en colère et c'est pas beau à voir, crois-moi.

    Il fronça les sourcils et s'avança vers ledit passage magique par lequel Hell n'arrivait pas à sortir. Il frôla de sa main le charme et un voile bleu apparut sous leurs yeux, délimitant tout le périmètre de la gare. James se retourna alors vers la jeune femme et secoua la tête en ouvrant légèrement la bouche. Et Hell comprit. Ce n'était pas lui. Il avait l'air aussi choqué qu'elle et ne comprenait pas ce qui arrivait. Quelqu'un les avait donc piégés ici, s'amusant sans nul doute de leur haine l'un pour l'autre. Mais.. Qui ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://xJell.skyblog.com

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 27
♣ Localisation : En enfer
♣ Situation amoureuse : Elle ne pourra m'échapper

MessageSujet: Re: Love you incomparably eventually die in my own stupidity. My poison. ♥ Jell.    Jeu 23 Juin 2011 - 15:22


Hell ne semblait pas être contre l’idée que venait d’annoncer le vampire. Il en fut plutôt soulagé. Une pause dans leur guerre interminable leur ferait du bien, à tous les deux. Il regarda la brune et il eut l’impression de remonter cent ans en arrière. Hell incarnait la jeunesse et la vie, elle était pétillante et innocente. Tout comme l’avait été Némésis. Il avait parfois l’impression que l’histoire se répétait sans cesse, mais finalement, elle en faisait que poursuivre son chemin, jusqu’à la mort. Hell n’était pas Némésis, tout les différenciait, mais une seule chose les réunissait. La haine qu’elles éprouvaient envers lui. Il soupira, et allait commencer à réfléchir à un plan, pour essayer de comprendre la situation, lorsqu’il remarqua qu’Hell avait bougé. Elle avait récupéré son poignard avant de le ranger à sa ceinture. Surpris, James ne comprit pas immédiatement ce geste... mais, très vite, il décela les pensées de la tueuse. Elle ne lui faisait pas confiance, et d’un côté, elle avait raison. Elle justifia alors son geste en paroles:

- Je ne m'en servirai que si tu oses t'approcher de trop près comme tu l'as fais, il y a quelques minutes. Je ne pactise pas avec l'assassin de mes parents, donc pour sortir, tu devras te débrouiller tout seul.


Il haussa les épaules et mima l’ignorance. Mais il n’était pas du tout indifférent aux paroles de l’humaine. Au contraire. Il en avait assez qu’elle pense qu’il avait tué ses parents. Il avait envie de la secouer et de lui faire sortir cette idée de la tête. Il ignorait pourquoi, ni comment, mais quelqu’un avait fait pénétrer cette idée dans l’esprit de la brune, pour la monter contre lui. Si il trouvait cette personne, James se jura qu’il la tuerait après l’avoir fait souffrir comme jamais il n’avait fait souffrir. Toute la haine qu’il pouvait accumuler bouillait en lui. Il était en colère contre le monde entier, contre cette gare, contre Hell, mais aussi contre lui-même. Il aurait tant aimé comprendre ce qu’il se passait ! Puis, la petite humaine le faisait bien rire... si elle partait ainsi, avec l’arme, c’était parce qu’elle avait peur. Elle était faible à présent, et elle ne pourrait pas réussir à sortir d’ici seule. James souriait donc à présent, moqueur de la stupidité de Hell. Il la suivit du regard et remarqua qu’elle s’était arrêtée un instant. Le regard curieux, il attendit qu’elle reparte pour s’approcher de l’endroit où elle avait été. Il vit alors par terre le tissu de sa chemise qu’il avait déchiré pour lui fabriquer un bandage. Il ramassa le vêtement et sans pouvoir résister à la tentation, il l’approcha de ses narines. Il huma l’odeur du sang de Hell avec une telle énergie qu’il put en devina les composants. Parfumé à la violette, le sang de Hell devait être délicieux. Avec un petit goût de fer, sûrement du au maniement des armes et aux blessures que la tueuse devait avoir subi après de multiples combats.

Le vampire devait se concentrer. Par où commencer ? Quelqu’un devait avoir manigancer tout ce cirque, et cette personne devait elle aussi être à l’intérieur de la gare, bloquée avec eux... et bien rire de la situation . James sortit à son tour pour partir dans la direction opposée à celle qu’Hell avait pris. Mieux valait ne pas déclencher la colère de l’humaine, cela ne ferait que donner un mal de crâne au vampire, et il avait absolument besoin d’être au calme pour trouver une issue. Il aurait préféré travailler en équipe, mais puisque la tueuse était en pleine crise d’adolescence, il ne pouvait compter que sur lui-même. La gare était réellement vide. Elle aurait sûrement effrayé bon nombre d’individus, mais James se sentait bien dans cette ambiance macabre. Il aurait certes préféré se trouver dans un cimetière, mais après tout, là où il était, c’était presque le tombeau des trains abandonnés. L’image de vielles locomotives apparût alors dans l’esprit du brun, et lorsqu’il regarda autour de lui, il put reconnaître un wagon esseulé et abîmé par le temps. Il s’en approcha, de toute façon, il avait beaucoup de temps devant lui avant de trouver une solution. Hell réfléchirait pour lui pendant quelques minutes. Avant même qu’il n’ait posé le pied à l’intérieur du véhicule, James sentit qu’une grande puissance magique s’y était installée. Il grimaça en reniflant l’odeur des rats crevés et de la moisissure, mais mit tout de même un pied à l’intérieur. Automatiquement, le wagon tangua. Peu surpris de la faible solidité de l’engin, James se fit le plus léger possible et entra à l’intérieur de la voiture. Il fut aussitôt surpris par la décoration. Lui qui avait imaginé quelque chose de vieux et poussiéreux... il s’était trompé. En effet, l’intérieur du wagon faisait plus penser à l’architecture de la renaissance. Et à bien y réfléchir, il n’avait même pas l’impression d’être dans un train. Autour de lui, le mobilier était celui d’une chambre. Un lit sur lequel les draps brodés ne pouvaient appartenir qu’à des nobles lui rappela sa propre chambre, chez les Baronis. Il eut alors la soudaine impression que cela faisait une éternité qu’il se trouvait dans la gare, seul. Il s’approcha du bureau en chêne massif et inspecta les papiers qui y étaient posés. Des simples parchemins... Et alors qu’il allait les reposer, il vit son nom sur un des manuscrits. Sceptique, il isola ce papier et le déchiffra le plus calmement possible. il y avait un portrait le représentant, et près de lui une jeune femme était assise sur une chaise. Il plissa les yeux pour essayer de reconnaître la personne... et fut décontenancé de découvrir que c’était Hell. Habillée d’une robe de l’époque, la tueuse lui tenait la main, et elle le regardait avec.. tendresse. Écoeuré, le vampire jeta les papiers sur le sol. Il avait l’impression soudaine d’étouffer. Comment était-ce possible que le portrait craché de Hell se tenait près de lui, dans une époque révolue ? Hell était humaine. Il était improbable qu’elle puisse avoir vécu dans les années de la royauté. À moins que dans le passé, la tueuse de vampire ait été une vampire elle-même.. et qu’elle a eu par un miracle, la possibilité de retrouver sa vie humaine. Énervé par ces hypothèses, James sortit aussitôt du wagon. D’un seul coup, tout lui parut beaucoup plus paisible. Il regarda une dernière fois la voiture... et tenta d’oublier ce qu’il avait découvert à l’intérieur. C’était certainement cette force magique qui lui jouait des tours.

James n’était pas habitué à être manipulé de cette manière. Il respira longuement pour retrouver son calme, mais il entendit un cri perçant qui résonna dans la gare entière. Il s’arrêta, tout ses sens en éveil, pour découvrir d’où venait cette exclamation . Il entendit alors son propre nom. Il avait été crié avec rage et dégoût. Cela ne pouvait être qu’Hell. Mi-amusé, mi-inquiet, James oublia complètement ce qu’il avait vu dans le wagon et se pressa de filer aux côtés de l’humaine. Il lui sourit lorsqu’il la vit désespérée et en colère. Il entendait son cœur qui battait à tout rompre... et il attendit qu’elle lui explique pourquoi elle l’avait demandé.

- Je veux que tu enlèves ce charme magique. Je ne sais pas comment tu t'y es pris pour m'enfermer ici et faire disparaître le monde extérieur mais je ne veux que tu arrêtes ça tout de suite parce que je veux rentrer chez moi. Et ne fais pas l'innocent, je sais très bien que c'est toi puisque au Jardin des Illusions, tu t'es amusé avec mon esprit de la même façon en me montrant de façon stupide le meurtre de mes parents où toi, tu étais le seul responsable. Alors, tu arrêtes ton petit jeu ou je te préviens que je vais me mettre très très en colère et c'est pas beau à voir, crois-moi.

James pencha la tête. Il ne voyait pas du tout de quoi elle voulait parler. Il n’avait aucun pouvoir magique et même si il était capable de faire croire ce qu’il voulait à ses victimes.. il n’aurait jamais pu faire apparaître l’image de la mort des parents de Hell provoquée par lui même. L’humaine fabulait. Pourquoi aurait-il eut envie de s’enfoncer lui-même ? Alors qu’ils passaient un moment si.. intime. Il secoua la tête pour chasser ces pensées, et s’avança vers le passage qui intéressant tant la brune. Et effectivement, une force invisible le bloquait. Un énorme voile bleu apparut devant eux, et s’étira tout autour de la gare.. bloquant ainsi chaque issues qui auraient pu leur être utile. Agacé, le vampire se retourna vers Hell, qui commençait à comprendre qu’il n’était pas l’auteur de ce qu’il se passait autour d’eux. Il sut en voyant l’expression de la brune qu’elle pensait à la même chose que lui. Qui pouvait avoir créer tout cela ? Quelqu’un s’amusait à les monter l’un contre l’autre... pour qu’ils se haïssent encore plus qu’ils ne le pouvaient. Et ça, depuis leur première rencontre. Au jardin, Hell avait eut une vision qui n’était pas réelle.. et qui avait certainement été envoyée par cette même personne qui s’acharnait sur eux encore aujourd’hui. Il n’avait aucune idée de qui cela pouvait être, et surtout pourquoi il leur faisait subir des choses aussi stupides. Il voulait que James et Hell s’entre-tuent ? James pouvait tuer la vampire seulement avec le petit doigt.. Était-ce une mise à l’épreuve ? Pour vérifier si il était toujours le vampire sanguinaire d’autrefois ? Aussitôt, James pensa aux Baronis. Son précieux clans devait se débrouiller sans son chef, et il se demandait comment cela se passait pour eux. Il était vrai qu’à son départ, il y avait eu beaucoup de tensions... Aucun de ses “amis” n’étaient d’accord pour qu’il aille retrouver Némésis.. mais lui seul décidait. Le fait est que son clan ne prenait aucune nouvelle de son chef.. et cela pouvait devenir inquiétant. James soupira. C’était étrange que dans le wagon... il ait eu l’impression d’être dans sa chambre, chez les Baronis..

D’un seul coup, tout s’éclaira. C’était un test des Baronis.. pour voir si James était toujours aussi faible face aux humaines. Pour voir si il ferait la même erreur qu’avec Némésis. Mais, qu’attendaient les Baronis de lui ? Voulaient-ils qu’il tue Hell ? C’était une hypothèse... mais cela ne devait pas être la seule. Il ne pouvait tout bonnement pas la tuer. Pas maintenant. Il fallait qu’elle comprenne qu’il n’avait jamais voulu que ces images interrompent ce qu’ils avaient commencé au jardin. Il ne regrettait pas d’avoir embrassé la tueuse. Ce qu’il regrettait, c’était sa faiblesse... Trêve de plaisanterie. James se frotta les mains et décida qu’il était temps d’enterrer la hache de guerre, enfin.. pour quelques temps.

-Alors.. que fait-on Hell ? Car, tu as compris à présent, que je ne suis pas coupable de tout ce que tu m’accuses...


Il espérait vraiment qu’elle comprenait. À défaut.. il lui ferait passer l’envie de le poignarder. Il inspecta chaque recoins de la gare, détaillant chaque portes avec précisions. Ils étaient bloqués.. pour un temps indéterminé.. Il avait aussi très faim. Sa gorge le brûlait.. mais il avait besoin de rester près d’Hell. Car à présent, tous deux étaient liés. Ils vivaient un enfer, ensemble...

-Je te prie donc de t’excuser mon ange...


Ce surnom lui avait échappé. Il n’avait pas vraiment voulu lui dire cela.. mais, le contraste entre l’enfer et le paradis c’était imposé dans sa tête. Peut-être parce qu’avec Hell.. il ne faisait pas la différence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 32
♣ Localisation : En patrouille.
♣ Situation amoureuse : Beaucoup trop compliqué.

MessageSujet: Re: Love you incomparably eventually die in my own stupidity. My poison. ♥ Jell.    Lun 11 Juil 2011 - 22:34

    Hell était perplexe. Tout ceci n'était pas normal et encore moins la réaction de James. C'est vrai, il avait eu l'air si surprit en constatant qu'ils étaient coincés par un voile magique qui recouvrait la gare que sur ce coup, il ne pouvait être entièrement coupable. A son simple avis, ils étaient tous les deux prit au piège dans une autre dimension. Jamais une telle magie aurait pu empêcher les humains de pénétrer dans la gare de Caltrain et encore moins de pouvoir repousser tous les autres qui auraient voulu y sortir. Donc, la plus probable des hypothèses étaient qu'ils étaient en train de dormir tout en partageant un rêve réaliste créé par la magie. C'était plausible bien que très compliqué à élaborer, il fallait une magie très puissante pour pouvoir mettre dans une cage une tueuse et un vampire. Au final, quelqu'un se délectait de les voir dans cette situation, enfermés dans une cage géante comme de vulgaires souris qui cherchaient une issue. C'était un problème à résoudre, une énigme qu'il fallait résoudre en réfléchissant par rapport aux indices qui trainaient dans la gare malgré l'inattention de la brunette.
    Elle passa une main dans ses longs cheveux bruns emmêlés et soupira, lasse. Pourquoi les piéger tous les deux ? Pourquoi eux ? Était-ce à cause de leur baiser ? Quelqu'un les avaient vus et voulait jouer avec leurs esprits ? Stupide créature magique. Si jamais elle découvrait celui qui avait commis ce méfait, elle se promit de se venger d'une manière ou d'une autre. Mais pour l'instant, la priorité était de sortir d'ici. Et pour ça – et même si ça la débectait – Hell devait faire équipe avec James Winslowe. Elle ne put empêcher une grimace se former sur son joli minois et se retourna vers son ennemi. Ce dernier réfléchissait, une main sur son menton tout en soutenant ses iris grisés dans le vide, visiblement perdu dans des songes tout aussi embrouillés que les siens. En remarquant l'attention qu'elle lui portait, il secoua la tête et se frotta les mains, motivé.

      - Alors... que fait-on Hell ? Car, tu as compris à présent, que je ne suis pas coupable de tout ce que tu m'accuses...

    Quel culot. Elle ne put s'empêcher de hausser les sourcils, incrédule devant une telle arrogance. Elle lui accordait le bénéfice du doute par rapport à ce maléfice qui englobait la gare mais certainement pas pour le meurtre de ses parents où pour tous les pauvres gens qui ont eut le malheur de croiser son chemin. James était un assassin, un meurtrier perfide et sadique qui s'amusait avec ses victimes, ça se lisait explicitement dans ses prunelles de vampire. Hell était tout sauf idiote et se méfiait de lui comme de la peste, un seul faux pas à ses côtés et elle était morte.
    Mais il n'empêche qu'il avait posé une bonne question. Que faisaient-ils à présent ? Le mieux était de rassembler les informations et, ou les hypothèses qu'ils avaient sur ce qu'ils leur arrivaient. La tueuse n'avait pas tellement de nouvelles à apporter puisqu'elle n'avait pas tellement fait attention aux alentours de la gare, précédemment, trop obsédée par l'idée de se faire assassiner par derrière. Elle s'était davantage concentrée sur James que sur la gare et ça avait été une erreur en y réfléchissant. La jeune femme aurait sûrement senti le piège plus tôt si elle s'était rendu compte de tout ce qui se tramait autour d'elle et elle avait sûrement raté plusieurs choses importantes. Jurant intérieurement, elle s'apprêta à faire part de son plan à son nouvel acolyte mais il fut plus vif qu'elle puisqu'il déclara brusquement :

      - Je te prie donc de t'excuser, mon ange...

    Elle hoqueta de surprise en entendant ce surnom. Venait-il sérieusement de l'appeler ainsi ou était-ce un coup de son imagination ? Elle leva les yeux vers lui et, en voyant son petit sourire en coin percher sur son visage, elle n'eut pas de doute sur l'authenticité de ses dires. Oui... Il l'avait bien dit. Et en plus, il lui demandait – non, il exigeait plutôt – qu'elle s'excuse ? Fabulait-il pour oser lui « prier » des excuses qui ne viendrait jamais ? Son ventre bouillonnait de rage et une boule d'angoisse remonta jusqu'à son cou, lui donnant presque la nausée. Il en fallait peu pour mettre Hell en rage, c'était certain mais en général elle arrivait toujours à se calmer à temps. Mais là... Là... S'excuser auprès du meurtrier de ses parents, réellement ? Agacée, elle serra les dents et le fusilla du regard. Elle détestait cet immortel, ce brun si détestable avec ses manies pleines d'arrogances et de sans-gêne. D'un certain côté, il avait tellement passé des années à tuer et à torturer que même le simple mot de la normalité doit lui paraître inconnu. Malgré cela, jamais Ô grand jamais elle ne s'excuserait auprès de lui. Ce serait plutôt l'inverse, oui. C'était lui qui avait tué ses parents, lui qui avait brisé sa vie et celle de Ian, lui qui avait essayé de la tuer, lui qui s'était emparé de son esprit pour le contrôler; la rendre folle pour mieux l'achever.
    Ne se retenant plus contre la haine grandissante qui faisait trembler ses muscles, elle se rapprocha de lui et le poussa au niveau de son torse et à l'aide d'un seul de ses doigts.

      - Espèce de sale petit prétentieux,
      lança-t-elle furieuse tout en espaçant chacun de ses mots. Comment oses-tu me demander de m'excuser auprès de toi, buveur de sang et meurtrier. Ça serait plutôt à toi de demander mon pardon pour avoir brisé ma vie.

    Elle s'écarta ensuite et lui tourna le dos, commençant à marcher vers le bout du quai, revenant ainsi sur ses pas pour trouver le fin mot de l'histoire et pouvoir s'enfuir de ce cauchemar. Elle avait beau haïr James Winslowe, elle possédait encore une once de clairvoyance pour savoir que sans lui, elle n'arriverait pas à grand chose. Ainsi, au bout de trois pas, elle s'arrêta et sa colère se dissipa tandis qu'elle lâcha un long soupir. Elle était bloquée. Certes, il était insupportable sur les bords mais ne pas travailler à deux serait probablement la cause de leur perte. Elle leva légèrement la tête et ferma ses paupières. La lumière du jour et la chaleur de son monde lui manquait, elle oppressait ici, puisque ce monde avait été créé par la magie, ce n'était en rien ce qu'elle pouvait apprécier à sa juste valeur. Tout était faux et rempli de copie ici et là. Et puis, Hell devait faire équipe avec James pour avoir une seule chance de s'en sortir, de plus, il pourrait se montrer utile grâce à ses super-pouvoirs de vampire. Et au moins, s'ils se faisaient attaquer, elle ne serait pas seule à affronter l'ennemi. Un long moment passa et même si ce silence était une perche pour qu'il puisse s'excuser, il n'en fit rien, sans surprise pour la jeune tueuse qui se contenta de rouvrir ses prunelles en se retournant vers son opposé.

      - On fait équipe, juste pour cette fois. Tu me dis ce que tu sais, j'en fais de même et on se débrouille pour sortir d'ici et après ça, c'est à la vie à la mort, compris ?

    Il acquiesça, tout en souriant faiblement, masquant peu la joie qu'il avait de la voir ramper vers lui pour lui demander son aide. La brune dû à ce moment précis se faire violence pour rester où elle était, détestant cette lueur de malice qui flottait à travers ses iris. Elle serra les poings et se remit à marcher, en lui tournant le dos. Il la rejoignit rapidement et tandis qu'ils marchaient, côte à côte, Hell ne put s'empêcher de vérifier que son arme était toujours accrochée à sa ceinture. Elle n'avait pas confiance en lui et restait méfiance sans le lui cacher. Plusieurs fois, alors qu'ils épiaient la gare, il tenta de détendre l'atmosphère en lançant des répliques ironiques qui ne firent qu'effriter la patience de la jeune femme qui se mettait en retrait par un mutisme de force. Au bout d'une dizaine de minutes, ils revinrent près de l'endroit où ils s'étaient battu et en voyant la poutre encore au sol, écrasée et en bouillis, elle lança un regard à son associé. Lui, avait le regard qui scrutait droit devant les horizons, se concentrant sur tous les bruits qui pouvaient se faire entendre aux alentours. Ils s'arrêtèrent devant ladite poutre en fer forgé noir et échangèrent un vague regard qui en disait long. Tout en le regardant droit dans les yeux et en déglutissant difficilement, elle s'abaissa et reprit le bout du tee-shirt de James qu'elle avait jeté, alors qu'il avait essayé de la soigner. Elle saignait encore beaucoup et malgré sa fierté, Hell savait que si elle n'effectuait pas une pression autour, ça continuerait de couler et elle risquerait un empoisonnement du sang. Ainsi, elle se releva doucement, le vêtement à la main et tenta de se l'enrouler autour avec sa main valide mais elle fut coupée par James qui prit le temps et la délicatesse de le faire à sa place. Il le lui enroula, touchant de temps à autre sa peau et serra autant qu'il le pouvait. Pendant ce temps, Hell continuait de le scruter, ne pouvant pas s'empêcher de le regarder faire, concentrer sur sa blessure plutôt que sur sa propre personne qui aurait pu en profiter pour l'attaquer ou le tuer.
    Elle se remémora la fois précédente où il lui avait sauvé la vie en la rattrapant de façon étonnante. Il avait prit des risques pour elle et durant un petit moment elle oublia ce qu'il était réellement ou ce qu'il avait fait dans le passé.

      - Merci, murmura-t-elle alors qu'il relevait les yeux sur elle. Enfin, pour ça et pour m'avoir sauvé la vie tout-à-l'heure.

    Il lui offrit un faible sourire et hocha la tête pour lui répondre. Poussée par cette réponse, elle continua sur la même lancée :

      - Mais ça ne veut pas dire que tu as le droit de m'appeler mon ange, rajouta-t-elle, un faible sourire aux lèvres.

    Il lâcha un petit rire et secoua la tête de droite à gauche, visiblement amusé. Puis, il s'écarta et elle en fit de même, prenant une pause de deux minutes en décidant de s'assoir sur la poutre explosée où James s'était assit précédemment avant elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://xJell.skyblog.com

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 27
♣ Localisation : En enfer
♣ Situation amoureuse : Elle ne pourra m'échapper

MessageSujet: Re: Love you incomparably eventually die in my own stupidity. My poison. ♥ Jell.    Sam 20 Aoû 2011 - 13:54


James n’avait pas imaginé une seule seconde que le petit nom qu’il venait de donner à la tueuse lui plairait. Et en voyant le visage de la brune rougir de colère, il fut satisfait du résultat. Cela signifiait qu’il lui faisait de l’effet... Il laissa l’humaine se rapprocher de lui et le pousser de son index. Elle ne semblait vraiment pas heureuse et le vampire se demandait si c’était à cause du surnom ou d’autres choses ? Il espérait qu’elle avait compris qu’il n’était pas coupable de ce mauvais sort qui les empêchait de sortir de cette foutue gare. Quelle idée avait-il eut en suivant la tueuse jusqu’ici. Il avait d’abord pensé à la tuer, mais il s’était souvenu de cet étrange moment qu’ils avaient passés dans ce jardin enchanté. Il avait eu l’impression de remonter cinquante ans en arrière, de revivre.. et pourtant, il était bel et bien mort. Il écouta la petite humaine le disputer d’une voix pleine de reproches tout en souriant:

- Espèce de sale petit prétentieux. Comment oses-tu me demander de m'excuser auprès de toi, buveur de sang et meurtrier. Ça serait plutôt à toi de demander mon pardon pour avoir brisé ma vie.

Il eut une soudaine envie de lever les yeux au ciel. Elle pensait encore qu’il était le tueur de ses parents... Mais lui, était certain de ne jamais avoir croiser la route de la tueuse auparavant, et heureusement, car à l’époque il n’était pas aussi puissant que maintenant. Il la laissa s’éloigner, après tout, il n’allait pas courir après. Et il était certain qu’au fond d’elle, elle regrettait d’être partie, sans lui, elle était foutue. Ses pensées furent vérifiées lorsqu’elle se retourna. On ne pouvait rien résister au vampire... Moqueur, il la regarda avancer vers lui et une nouvelle fois elle lui lança sèchement:


- On fait équipe, juste pour cette fois. Tu me dis ce que tu sais, j'en fais de même et on se débrouille pour sortir d'ici et après ça, c'est à la vie à la mort, compris ?

Cette phrase sonnait comme une promesse aux oreilles du vampire, et il se jura de ne jamais la rompre. Pour lui, cette guerre serait éternelle. Il la suivit lorsqu’elle fit demi-tour et qu’elle marcha le long du quai. Il tenta plusieurs fois de la détendre, mais Hell était bloquée. Il soupira silencieusement. Ils resteraient ennemis, il fallait qu’il se mette ça dans la tête. Elle avait tout oublié de la douceur qu’ils avaient eu l’un envers l’autre dans le jardin et le vampire devait en faire de même. Cela avait été une erreur, comme chacun en fait. Leurs pas les menèrent à l’endroit où James avait sauvé la belle. Alors qu’il s’arrêtait, James leva la tête pour scruter les alentours. Une odeur qui ne lui était pas inconnue lui chatouillait les narines et il n’avait aucune idée d’où elle provenait car elle était partout. Il reporta son attention sur Hell qui avait ramassé le bout de chemise que James lui avait donné pour couvrir sa blessure. Cette dernière saignait encore abondamment. L’humaine essayait en vain de s’enrouler le bout de tissu autour de son bras et James vint une nouvelle fois à son secours. Avec délicatesse il entoura le vêtement autour de la blessure et serra fort pour empêcher le saignement. Il faisait son possible pour ne pas sentir le sang, pour ne pas apprécier l’odeur exquise de la tueuse. Il pensa alors que le sang de la belle était un piège pour lui et ses semblables.

- Merci. Enfin, pour ça et pour m'avoir sauvé la vie tout-à-l'heure. Mais ça ne veut pas dire que tu as le droit de m'appeler mon ange.


James acquiesça puis s’écarta de la belle en riant. Elle fit de même de son côté et alla s’assoir près de la poutre qui était tombé quelques instants plus tôt. James la regarda et il ne put s’empêcher de la trouver belle. Hell était pourtant dans un état loin d’être magnifique, les cheveux emmêlés, les vêtements déchirés... Mais James trouvait que le charme de la belle allait bien au dessus de tout cela. Il allait la rejoindre lorsqu’il entendit un bruit en dehors du hangar. Il jeta un bref coup d’œil et d’un regard il lança à l’adresse de la brune qu’il revenait dans quelques minutes.

Adossé contre les murs du hangar, il l’attendait. James reconnut instantanément le vampire, et l’odeur inconnue, c’était la sienne. Il fronça des sourcils en voyant le rictus moqueur qui se dessinait sur les lèvres de son semblable. Celui-ci avança vers lui et se mit à tourner autour de lui. Le chef des Baronis n’aimait pas ce petit jeu. Était-il la cause de cet enchantement qui le retenait à Caltrain ? Le vampire ne tarda pas à lui expliquer sa raison de sa présence:

-Eh bien “maître”, je suis heureux de te revoir, cela faisait longtemps ! Alors, comment se passe ta visite à San Francisco ? As-tu retrouvé ta chère et tendre d’antan ?


James serra les poings. Il n’aimait pas la tournure que prenait les choses.

-Je vois que tu n’as pas chômé... tu as rencontré cette tueuse, dont tout le monde parle. Qu’attends-tu pour la tuer ?


C’était donc ça... Il voyait où venait en venir le minable vampire qui se trouvait face à lui. Ce dernier cherchait à le menacer, à mettre en jeu son autorité. Ainsi, si James tuait cette humaine, cette tueuse, il gardait son statut de chef de clan.. Mais, si à l’inverse, il refusait, il serait banni des Baronis.

-Oui, tu as tout compris James. Ils en ont tous assez de t’attendre. Il serait temps que tu reprennes tes fonctions de chef !


Pendant tout ce temps, James ne prononça aucun mot. Il réfléchissait intérieurement, tout en essayant de masquer ses pensées au vampire. Il se demanda alors comment celui-ci avait-il fait pour créer ce sort qui l’empêchait lui et Hell de sortir de la gare. Il avait certainement été incapable de créer un tel enchantement, dépourvu d’assez de pouvoirs. Il avait du faire appel à un sorcier, un puissant mage. Heureux de sa déduction qui était certainement la bonne, il devait à présent se concentrer pour trouver une solution. Demander de l’aide à Hell serait plus qu’humiliant, mais lui cacher la présence d’un autre vampire ne ferait qu’attirer les foudres de la tueuse sur lui. Il devait trouver un moyen de négocier avec le vampire... Il se rendit alors compte dans la situation de faiblesse dans laquelle il était. C’était lui le chef des Baronis... il l’était encore. Et tous les membres lui devaient l’ultime obéissance. Il se mit à grogner. Un grognement rauque qui venait du plus profond de sa gorge. Le vampire qui se nommait Yvan sursauta. Il le regarda, la tête penchée, et James lui donna un coup de poing. Puissant, le coup projeta Yvan contre le hangar. Le bruit ne tarda pas à alerter la vampire qui alla se mettre à la hauteur de James. Celui-ci soupira, il aurait préféré qu’elle se tienne éloigner de la scène. Il ne porta pourtant aucune attention à elle et s’adressa au vampire:

-Écoutes moi bien imbécile. Oses encore une fois t’adresser à ton chef de cette manière, et celui-ci te tuera, compris ? À présent, je te demanderais de lever ce stupide sort et de me laisser régler mes affaires comme je l’entends.


Pour accompagner ses paroles, il claqua la joue de son compère dans un bruit assourdissant. Il était le maître, et cela ne changerait jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



My name is
Contenu sponsorisé -


• • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Love you incomparably eventually die in my own stupidity. My poison. ♥ Jell.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Love you incomparably eventually die in my own stupidity. My poison. ♥ Jell.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our World Of Dreams :: Lieux :: ♣ San Francisco :: Caltrain-