AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Anywhere but here ▪ [James&Hell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 32
♣ Localisation : En patrouille.
♣ Situation amoureuse : Beaucoup trop compliqué.

MessageSujet: Anywhere but here ▪ [James&Hell]   Lun 20 Juin 2011 - 18:28



« Un amour impossible qui devient possible, c'est tout un monde qui s'écroule. »

      - Et n'oublie pas d'acheter du pain !

    Claquant la porte de son appartement, situé dans les quartiers peu fréquentable de San Fransisco, Hell Connors soupira longuement tout en marchant, essayant de ne pas exploser devant les caprices et l'impatience de son petit-frère. Depuis qu'ils étaient arrivés dans la vaste ville du Golden Bridge, Ian était devenu presque insupportable; laissant son caractère de cochon et d'enfant pourri gâté reprendre le dessus lorsque quelque chose allait mal pour lui. Par ce fait, Hell était sure et certaine que son frère avait un soucis quelconque qui l'empêchait d'être à l'aise avec elle et qui faisait ressortir ses pires traits. Mettant les mains dans les poches de sa veste en cuir, elle entendit le verrou de son appartement se fermer à double tour. Rassurée, donc, de voir que son frère écoutaient ses consignes, la tueuse passa une main dans ses longs cheveux marrons foncé et descendit les marches délabrés de son immeuble. Il y régnait une odeur d'urine et de cigarette, presque constamment et Hell était agacée de n'avoir que ce genre de moyen pour son petit-frère. Elle aurait voulu avoir un peu plus d'argent afin de pouvoir s'acheter un vrai appartement, ou du moins en louer un qui en valait le coup et qui n'avait pas comme voisins des drogués ou un couple de nymphomane. Lorsqu'elle sortit de son habitation, l'air frai lui chatouilla directement le visage, fatiguée et lasse. Redressant le col de son blouson, elle croisa les bras et se mit à marcher vers le centre ville, sachant pertinemment que c'était là-bas que les vampires attaquaient et chassaient.

    Laissant ses talons claquer sur le bitume humide, elle pinça brusquement les lèvres en repensant à sa nouvelle vie. Ce n'était pas que tout ceci ne lui plaisait pas, mais elle n'était pas encore habituée à se réveiller chaque jour dans le même lit et surtout, à avoir reprit les cours. C'était un véritable enfer que de se glisser à travers une foule d'adolescents qui ne pensaient qu'à sortir, draguer et s'amuser. Certes, elle aurait voulu faire comme eux et elle était parfaitement consciente que sans sa mission de tueuse et la mort subite de ses parents, elle serait certainement comme eux, mais il n'empêche que tous lui sortaient des orbites. Cela faisait à peine quelques jours qu'Hell y était, qu'elle voulait déjà faire ses valises et repartir sur les routes américaines. Peut-être était-ce mode de vie, qu'elle avait eut durant quatre ans qui lui avait donné une bien mauvaise vision de la vie et de cette nouvelle existence en société. Pourtant, son frère, lui, avait l'air de s'y plaire. Ian semblait aimer l'appartement où il vivait, malgré le peu de convivialité qu'il dégageait et le quartier réellement louche et malfamé. Elle se remit à soupirer lorsqu'elle laissa ses pensées divaguer sur son frère, qui encore et toujours semblait lui cacher quelque chose.

    Soudain, un cri strident et affolé la fit sortir de ses pensées et Hell redressa la tête, automatiquement, cherchant la source de ce bruit. En ré-entendant ce bruit, elle n'hésita plus et se mit à courir vers une impasse plutôt sombre et pas vraiment accueillante. Ne se laissant pas démonter et habituée à ce genre de situation, elle laissa ses pas l'entraîner, s'attendant à n'importe quel moment à voir une humaine en danger de mort. Chose qui apparut quelques secondes après sous ses yeux; une jeune femme blonde, plutôt jeune et séduisante tentait de se débattre contre un vampire qui l'avait poussé contre le mur, s'appuyant de tout son poids pour ne pas qu'elle bouge afin de se nourrir plus facilement. Voyant le vampire aux cheveux noirs se rapprocher de plus en plus du cou de sa future victime, Hell réagit au tour de tour et sortit son poignard en argent. S'avançant de plus en plus, le couteau à la main, elle ne pu s'empêcher de faire sursauter le vampire en lançant :

      - Hey ! Boby ! Par ici !

    C'était chose commune chez Hell, elle ne pouvait pas s'empêcher de nommer les vampires qu'elle allait tuer, s'amusant souvent à leur trouver des noms ridicules. Ce dernier tourna vivement la tête et se prit un énorme coup de poing de la part de la brune. Il resta quelques instants étourdit et dégagea la prise qu'il avait sous ses doigts. Attrapant la petite blonde, Hell lui intimida silencieusement l'ordre de s'échapper, de courir, chose que son interlocutrice fit sans demander son reste. Enfin seule avec le vampire, la tueuse se rapprocha de lui et lui redonna un coup de poings, suivant ensuite un coup de pied au niveau du ventre, puis de derrière le genou, le faisant tomber. Un sourire victorieux se mit à fleurir sur les lèvres d'Hell et elle pu apercevoir la peur se lire sur le visage de son adversaire. Quelle douce soirée pour tuer un vampire, se mit-elle à penser malicieusement. Puis, alors qu'elle avançait de plus en plus vers le soit-disant Boby, ce dernier se releva avec une rapidité hors du commun et la bouscula avec violence. Lâchant un juron, Hell se mit à la poursuite du vampire, essayant tant bien que mal de le suivre à la trace, malgré sa rapidité. La brune se félicita d'avoir été sérieuse lors de ses entraînements à la salle de sport de ces derniers-jours, ce soir, ces exercices lui servaient plus que jamais.

    La tueuse était tellement concentrée à poursuivre son ennemi, qu'elle ne remarqua pas tout de suite que le paysage autour d'elle avait changé. Au lieu d'être en pleine rue, en plein centre-ville de San Fransisco, elle se retrouvait dans une sorte de forêt tropicale, où des tonnes d'arbres trônaient, entourés par des fleurs de toutes les couleurs. Elle ne remarqua ce changement qu'en s'arrêtant à quelques mètres du vampire, qui lui, semblait s'être aperçut de ce changement de décor et qui avait stoppé sa course, se demandant surement dans quel pétrin il s'était fourré. Tout comme Hell, qui à force de laisser ses yeux chocolats se perdre dans ce décor équatorial sentait la panique l'envahir. Mais où était-elle, donc tombée ? Regardant au-dessus des palmiers, elle remarqua qu'il faisait toujours nuit, mais que le jardin semblait être entourée d'une bulle magique, peut-être un rayon invisible ? Soupirant longuement, elle observa du coin de l'œil, son antagoniste et, alors qu'il semblait subjugué par l'envoutement et le charme du grand jardin, Hell lui sauta dessus et se retrouva couchée sur lui. Essayant de lui trancher la gorge avec son poignard, il lui donna un énorme coup de poing qui la fit tomber sur l'herbe et qui l'étourdi quelques secondes. Secondes, qui firent arriver un homme avec une silhouette plutôt imposante. Secouant la tête avec énergie, afin de reprendre conscience, Hell fut étonnée de voir que le nouvel arrivant essayait de tuer son propre ennemi, dans une lutte acharnée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://xJell.skyblog.com

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 27
♣ Localisation : En enfer
♣ Situation amoureuse : Elle ne pourra m'échapper

MessageSujet: Re: Anywhere but here ▪ [James&Hell]   Lun 20 Juin 2011 - 18:44


« Je ne vois plus que par toi... sors de ma tête, petite mortelle ! »


James Winslowe était un vampire, un sang-froid, né pour tuer et torturé chaque proie. Depuis sa transformation en immortel, de nombreux siècles s’étaient écoulés... malgré tout, il se souvenait parfaitement de sa vie humaine, sans aucune importance pourtant. Il était né dans la fin du dix-septième siècle. Une période dont il n’avait aucun souvenir, en fait, il se rappelait vaguement de ses parents ainsi que de sa ville natale. Mais le meilleur souvenir qu’il avait de sa vie de simple mortelle était sa transformation, lorsqu’une vampire, une des plus belles femmes qu’il eut vu, l’avait mordue dans le but de le tuer... mais accidentellement, elle l’avait transformée. James se souvenait du feu brûlant qui l’avait consumé, puis de ce qu’il avait ressentit en comprenant qu’il était devenu une créature de la nuit, sanguinaire et sans pitié. Il s’était donné à cœur joie de faire le mal autour de lui... il avait rencontré l’amour... Nemesis Haalen, une humaine obstinée qu’il avait traitée comme une princesse, jusqu’à ce qu’elle lui demande de la transformer et qu’il exauce son souhait. Il ne savait pas très bien si il regrettait cet acte. Peut-être que oui.... mais après tout, il avait vécu heureux pendant de nombreuses années, avec la belle vampirette. Bien sûr, tout était différent à présent. Après cinquante ans de séparation, Nemesis avait refait sa vie, elle avait trouvée un nouveau compagnon, et James... errait dans la belle ville de San Francisco, sans vraiment de but précis. Il savait qu’il aurait dû rentrer à Paris, chez les Baronis, mais... il n’en voyait pas l’intérêt, puis, il n’avait pas envie de faire face à ses responsabilités de chef, pas tout de suite. Pour l’instant, il voulait retourner à l’époque où il tuait pour le plaisir, juste pendant quelques secondes, il souhaitait s’amuser.. sans s’attaquer à une proie trop faible, ni trop forte. Habituellement, il triait les humains, les classant en deux catégories, les mangeables et les immangeables. Souvent, il tombait sur la bonne classe, mais parfois, un coup de malchance voulait qu’il se trompe. Néanmoins, au fil du temps, des siècles, James avait acquis un certain flair, ainsi que des pouvoirs lui permettant d’être un des vampires les plus forts de la Terre. En effet, il avait un âge très avancé, et était souvent la cible des chasseurs de vampire. Peut-être parce qu’il était un adversaire presque imbattable. James était un vampire fort et intelligent, lors des combats il ne se défilait jamais, mais laissait toujours une chance à son adversaire de réfléchir, de s’enfuir. James n’était pas un tyran, plus maintenant. Il avait perdu goût à l’amusement, même si parfois il aimait revenir au bon vieux temps, cela ne faisait de mal à personne.

Marchant sans grand intérêt dans les rues encore sombres de San Francisco; le vampire magistral cherchait une nouvelle distraction. ces derniers temps, il s’ennuyait, en fait, il ne trouvait plus aucun but de son existence depuis qu’il avait revu Nemesis. Elle lui aura fait tourner la tête jusqu’à la dernière seconde. À présent, il n’osait plus penser à elle, ni à rien d’autre d’ailleurs. Il ne se reconnaissait plus et les Baronis avaient déjà commencés à le remplacer dans la capitale européenne. Il le savait. Un de ses espions le lui avait fait savoir. Pour retrouver sa place, il devait maintenant prouver aux autres créatures sanguinaires qu’il était bel et bien leur chef. Pour cela il aurait du rentrer en France, mais, il n’en voyait pas l’utilité, il n’en avait pas vraiment envie. Ce qu’il faudrait, ce serait de ramener quelque chose d’utile à ses “amis” vampires. De quoi avaient peur les vampires ? Quelle question, de rien, bien sûr ! James était bien placé, il n’’était pas vraiment égocentrique, mais personne ne nierait qu’il était invincible. Il était vrai que la seule chose qui rendait vulnérable James était l’amour. Il l’avait prouvé en partant à la recherche de Nemesis. Cela faisait à peine une semaine qu’il l’avait revu et il avait l’impression que c’était hier. Il ne ressentait plus rien pour elle, même si une part de lui persistait à garder son image en tête. C’était dur de tourner une page de sa vie, comme ça. Il avait pourtant penser que tout redeviendrait comme avant, qu’est-ce qu’il pouvait être naïf ! En fait, il était venu à San Francisco seulement pour Nemesis, à présent il n’avait plus aucune raison de rester. Il aurait du rentrer depuis longtemps et récupérer ses fonctions de chef. Pourquoi ne l’avait-il pas fait ? Pourquoi était-il aussi stupide ? !

Il approchait d’un des quartiers défavorisés de la ville et tourna dans une rue plus étroites. Il ferma les yeux pour respirer l’air pollué et nauséabond des alentours. Il ferma les yeux se concentrant sur chaque bruits, afin d’essayer de détecter une proie et les rouvrit pour se retrouver dans un endroit complètement différent du précédent. Un jardin angélique et merveilleux, comme dans la stupide histoire que les enfants aimaient “Alice aux pays des Merveilles”. Les plantes étaient colorées et assorties les unes aux autres, une odeur sucrée et fruitée régnait tout atour. Les arbres avaient une forme féerique, on se serait cru au paradis. Pourtant au milieu de ce paysage tropicale se trouvait un tableau effrayant. Deux personnes se battaient dans une lutte acharnée, une femme brune et un homme brun à la carrure imposante. En se rapprochant un peu plus, silencieusement, James remarqua que c’était deux vampires. La femme avait le dessus, mais elle ne tarderait pas à mourir, n’ayant aucune chance contre un vampire tel que son adversaire. James décida de l’aider, sans vraiment savoir pourquoi, simplement parce qu’il trouvait la discrimination des sexes répugnant, et peut-être aussi parce qu’il reconnaissait la vampire comme une image du passé.... Nemesis s’était souvent trouvée dans des situations pareilles et James avait toujours été là pour l’aider. Mais, c’était finit, Nemesis n’existait plus pour lui. Il secoua la tête et s’approcha des deux combattants. Il vit alors le vampire frapper la femme d’un coup de poing au visage. Haineux envers cette brute, James se déplaça aussi vite que la lumière près du vampire. Il lui tapota l’épaule et celui-ci se retourna maladroitement. le vampire était très jeune, il n’avait aucune expérience et James n’aurait aucun mal à le tuer. Pourtant l’idée de réduire en miettes une personne de son espèce ne le réjouissait pas. Étrange. Néanmoins, un coup d’œil sur la vampire lui fit clairement comprendre que l’homme face à lui n’apporterait que désordre à la communauté. Il décida qu’il fallait en finir, mais pas tout de suite. Un peu de sport ne ferait pas de mal au corps de James, déjà athlétique. Il sourit à son nouvel adversaire et lui prit le bras de manière élégante, puis, le passa sous son épaule et déboita ainsi son membre. Le vampire arracha un cri de souffrance et James se délecta de la détresse de son ennemi. Comme il aimait sentir les tremblements de ses adversaires, face à lui. Il s’écarta, pour laisser le pauvre sang-froid reprendre son souffle et celui-ci sembla vouloir continuer à se battre, même si il était certain de perdre. Un rictus machiavélique se forma sur le visage parfait de James. Il attendit que le vampire sans nom avance vers lui pour lui attraper une main et la lui arracher sans faire de saleté. Le vampire poussa un cri tellement strident que James eût envie de l’assommer, mais il se retint pour mieux lui faire sa fête. Étrangement, le vampire lui faisait penser à Gaspard, un autre sang-froid, le meilleur ami de Nemesis. Tous les deux étaient jeunes et ne réfléchissaient pas avant d’agir, c’était le problème avec les jeunes vampires. James soupira, attendant que son ennemi revienne à lui. Ses yeux devinrent rouges de haine et James n’en fut que satisfait, la vraie bataille allait commencer. Enfin !

Dans des gestes parfaits, James esquivait chaque attaque du vampire. Avec adresse et élégance, il se promenait autour de la prairie, souriant à chaque fois que l’ennemi le ratait. Ce défilé dura quelques minutes, puis James en eut assez. Il décida de mettre un terme à cette danse enfantine et se téléporta rapidement près du vampire essoufflé et désespéré qui aurait du s’enfuir depuis longtemps. Il l’attrapa par le cou et tira dessus avec force. Un craquement assourdissant retentit et James grimaça. Il n’avait pas choisit la bonne option pour tuer son ennemi, le feu aurait été plus approprié. Démembrer un vampire était toujours douloureux. On imaginait ce que cela pouvait faire, la souffrance qui pouvait traverser notre organisme et James détestait cette sensation. Il laissa tomber la tête par terre et le corps se décomposa instantanément. comme si le lieu merveilleux voulait faire disparaître ce mauvais souvenir, cette tâche dans le décor. James épousseta la poussière du défunt. Il fit craquer ses mains et s’étira. Comme il était bon de se retrouver, enfin ! Il entendit une respiration derrière lui et se retourna. Il en avait presque oubliée l’autre vampire ! Il s’approcha afin de l’aider à se relever mais il se figea à quelques pas de la brune. Il entendait un cœur battre, un petit cœur manifestait de sa présence à l’aide de battements réguliers. James déglutit. Il venait de tuer un innocent, l’homme ne faisait que chasser ! James jura intérieurement et ne sachant que faire il dévisagea l’inconnue. L’humaine semblait très jeune, mais ses traits de visage prouvaient qu’elle avait surmontée beaucoup d’épreuves, elle avait acquit une maturité et elle dégageait un aura très intéressant. Physiquement, c’était une créature magnifique. Elle avait une silhouette fine et élancée. Ses longues boucles brunes tombaient en cascade sur son dos mais ce sont ses yeux qui attirèrent le plus le regard de James. Des billes d’une couleur chocolat brillantes, il en eut le souffle coupé. Il ne pouvait détacher son regard de celui de la jeune brune et c’était presque torturant de rester ainsi à se dévisager. Se concentrant un peu plus sur les iris de la belle, James distingua d’autres couleurs dans les prunelles de la jeune fille. À cet instant, la lumière blanche de la lune éclaira l’humaine et les nouvelles couleurs furent encore plus voyantes. Le marron chocolat s’adoucissait pour laisser place au caramel doré, James fut tout de suite séduit par ce phénomène magique. Si son idée principal avait été de tuer l’humaine, à présent il ne pouvait se résoudre à commettre cet acte. Pour la deuxième fois de sa vie, il était vulnérable face à une simple humaine. Pour la deuxième fois de sa vie, il allait en subir les conséquences. La vie n’est qu’un simple retour en arrière, on fait toujours les mêmes erreurs, les répétant au fil du temps, sans vraiment s’en rendre compte, sans vraiment y faire attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 32
♣ Localisation : En patrouille.
♣ Situation amoureuse : Beaucoup trop compliqué.

MessageSujet: Re: Anywhere but here ▪ [James&Hell]   Lun 20 Juin 2011 - 19:48

    Le nouvel arrivant était d'une rapidité étonnante, il semblait réellement bien maîtrisé les arts-martiaux et évitait avec brillance les coups, pourtant prompt du vampire. Interloquée, Hell resta un moment à regarder les deux hommes se battre en duel, bien que sa vision était quelque peu flou à cause du gnon qu'elle avait reçu sur sa joue droite. Avec un peu de chance, on n'y verra que du feu, le lendemain lorsqu'elle se rendra au lycée. Observant avec attention les prises que son allié effectuait contre son ennemi, elle fut toujours aussi surprise par cette célérité qui l'estomaquait presque. La brune sursauta même en voyant l'homme lui démembrer une main, arrachant avec force et cruauté le bras de son assaillant. Il était impossible que cet homme soit un humain, il avait un telle force et une telle rapidité qu'il était presque obligé qu'il appartienne à la catégorie des vampires. Mais pourtant, il n'était pas en train de l'attaquer, tout au contraire, il l'aidait à tuer un ennemi. Fronçant les sourcils, elle laissa ses yeux chocolats se perdre sur le combat des deux vampires; Tous les deux semblaient danser au clair de lune, guider juste par le bruit de leurs pas qui s'écrasaient avec légèreté sur l'herbe verte. Son allié évitait avec amusement les coups et les attaques du petit Boby, cela semblait si facile lorsqu'on regardait en tant que spectateur qu'Hell s'est brusquement sentit idiote. Bien sûr, ce vampire allait surement lui donner du fil à retordre lorsqu'elle le combattrait après sa victoire, mais ça en valait la peine d'essayer. Après tout, elle était la tueuse de vampire, la plus forte de tous les humains et la plus rapide. C'était son destin de tuer ces créatures de l'ombre.

    Entendant un cri étouffé et un craquement sonore, comme un fouet claquer dans le vide, Hell redressa la tête et aperçut la tête de son adversaire passé dans les mains de l'autre vampire. Elle resta un long moment à scruter avec lenteur chacun de ses mouvements, se demandant si dans quelques minutes, elle aussi aurait sa tête découpée en morceau dans les mains de ce vampire. Enfin, le corps et la tête se transformèrent en poussière et s'envolèrent à l'aide du vent qui éparpilla les cendres du malheureux. Ne lâchant pas du regard son prochain ennemi, elle vit qu'il semblait fier de lui et remarqua qu'il semblait un peu trop à l'aise à son goût. Ne sentait-il pas qu'elle était là ? Et qu'elle le regardait avec attention ? Comme pour répondre à ses question, il s'étira et la tueuse entendit des petits craquements résonner en symbiose. Hell n'aimait pas ça du tout, mais vraiment pas. Quelque chose semblait être différent, comme si le monde s'était brusquement mit à tourner à l'envers et que le bien s'était changé en mal, et vice versa. Hell sentit son cœur raté un battement lorsqu'elle aperçut le brun se rapprocher d'elle, avec un léger sourire aux lèvres. Paralysée, elle sentit sa respiration s'accélérer et ne sachant quoi pas comment réagir, elle étouffa un cri de stupeur en voyant le sourire de l'inconnu s'effacer et sa marche ralentir. Apparemment, il venait de comprendre qui elle était réellement et en lisant les traits de son visage, elle comprit directement qu'il l'avait prit pour l'une des siens. Quelle ironie !

    Sentant ses yeux brûler chaque parcelle de sa peau, Hell laissa à son tour ses yeux caramel se perdre sur le visage de son futur assaillant. C'est vrai que pour un démon, un sale meurtrier, il était plutôt mignon. Non, en fait, il était carrément beau. Un visage enfantin, presque angélique, des traits durs mais profonds qui semblaient irrité par la vie et ses tourments. En regardant ses yeux, le sang de la brune ne fit qu'un tour. Se perdre dans ses prunelles grisés étaient presque une sorte de drogue qui la faisait planer au-dessus de son propre corps, l'emmenant dans les profondeurs des beautés absolues de cette terre, la laissant virevolter au gré de ses envies et se perdre selon son bon désir. Appréciant cette mélancolie profonde et ce tourbillon de sensations nouvelles, Hell eut la brusque envie de se lever et de se blottir contre le torse musclé de ce vampire. Puis, sans s'en rendre compte, elle se gifla mentalement, se sortant directement de sa torpeur. Secouant la tête de droit à gauche, elle rompu le contact entre leurs iris, et ressentit un profond sentiment d'amertume au fin fond de ses entrailles. Elle devait se lever, dans une telle position, elle restait faible à n'importe quelles attaques et serait forcé de battre en retraite. Ce qu'elle ne ferait pas, bien sûr. Après tout, elle était Hell Connors, la tueuse de vampires, et ce n'était pas parce qu'il était puissant et fort qu'elle ne réussirait pas à l'achever. Se relevant avec l'aide de ses jambes, elle sauta brusquement et atterrit debout, face à son adversaire. Celui-ci la regarda, apparemment étonné, un sourcil levé sur son visage d'Apollon et Hell se fit violence pour ne pas se perdre une fois de plus dans ses prunelles. A tout les coups, il avait un pouvoir. Beaucoup de vampires avaient obtenus, après leur transformation, une sorte de don, de pouvoirs; Certains contrôlaient les pensées des gens, d'autres les éléments et certains avec l'aptitude de charmer les humains pour les rendre plus fébriles. Bien sûr, Hell ne se laisserait pas prendre au piège.

    Avançant d'un pas sur et déterminé vers le vampire, elle sortit de sa ceinture son poignard, et tout en se rapprochant de son ennemi, elle se mit à jouer avec, un sourire mutin planté sur ses fines lèvres. Il avait beau être terriblement tentant et incroyablement attirant, il était un vampire, Hell n'avait plus de doutes possible. Jamais un humain n'aurait réussit à tuer un autre vampire avec une telle facilité. De plus, sa force de géant et sa rapidité appuyaient cette théorie. Hell s'arrêta à quelques mètres de lui, et inclina la tête doucement, laissant ses longs cheveux bruns pendre avec souplesse contre son bras gauche.

      - Je suis étonnée de voir qu'un vampire peut tuer un autre vampire. C'est un de tes passes-temps ? Tu t'amuses à tuer ceux de ta race ? Tu me diras, ça ne change pas grand chose pour moi.

    Sur ces mots, elle se mit à courir vers lui et se mit à lui donner des coups, à l'aide de ses mains et de ses jambes. Tous furent sans exceptions arrêtés avant son visage, il était étonnant de voir qu'il arrivait à esquiver tout ses coups avec une simplicité ahurissante, comme si il arrivait à lire dans les pensées de Hell pour contraindre ses plans. Méfiante, elle décida de fermer son esprit, chose qu'elle avait apprit à faire en compagnie de son premier et dernier ami vampire. Voyant que ces coups semblaient plus difficiles à interceptés pour son antagoniste, un sourire faible mais présent illumina son visage ternit par la haine, et elle continua sa lancée. Au bout de quelques minutes, elle se recula en faisant une roue en arrière et atterrit parfaitement bien sur ses deux jambes. Voyant que le vampire se rapprocher d'elle, Hell se mit à courir vers le tronc d'un arbre et laissa une de ses jambes heurter le bois afin de prendre de l'élan. Soutenu par le poids de l'arbre, elle laissa son autre pieds faire un tour complet et celui-ci cogna violemment le visage du vampire. Le coup fait, Hell se retrouva au sol, une jambe en arrière et l'autre accroupit, essoufflée par cette prise de taekwondo. A son plus grand désarroi, son attaque, pourtant puissante, n'a pas réellement suffit à le mettre K.O. Il la regardait un air mauvais sur le visage, ses yeux à présent rouges sang, tout en se massant sa joue. Hell se redressa avec une lenteur inespérée et dévisagea avec haine son opposant, tentant avec fierté de garder la tête haute, quoi qu'il se passe.

      - Au cas où tu voudrais le savoir, je suis Hell Connors. Je suis une tueuse de vampires. Et crois-moi, ces instants sont tes derniers...

    Elle avait lancé ça d'une voix tellement froide et tellement déterminée, qu'elle se surprit elle-même. Après tout, il y a quelques minutes, elle semblait complètement paniquée à l'idée de devoir le combattre, mais après le fameux coup qu'elle avait réussit, une sorte de dédain se dégageait de chaque membre de son corps et elle avait l'impression d'être plus forte que tout. Et particulièrement de lui. Ce fameux élan d'arrogance la poussa à continuer son combat, elle commença donc à se rapprocher du vampire en courant, mais fut brusquement arrêtée dans sa course. Son ennemi, bien plus rapide qu'elle ne l'avait pensé, était derrière elle et la tenait fermement par les côtes et le cou, appuyant avec sadisme sur sa pomme d'Adam, qui la faisait s'étrangler et s'étouffer. Ce dernier la contourna tout en continuant son petit manège et un sourire victorieux se mit à briller sur son visage de Dieu de la beauté. Cette prétention eut pour réaction de faire réagir Hell et de faire en sortes qu'elle se débatte. Chose inutile et idiote, qu'elle comprit bien vite en sentant l'air lui manquer. Enfin, ce dernier semblait vouloir s'amuser avec elle et la poussa contre le tronc d'arbre où elle avait réussit une de ses prises. Avec violence, sa tête heurta le bois et un gémissement sortit d'entre ses lèvres. Le vampire venait de lâcher ses côtes et la tenait fermement au niveau du cou, n'appuyant pourtant plus sur sa pomme d'Adam, ce qui fit qu'elle reprit rapidement son souffle. Respirant comme si c'était la première fois, Hell gémit en sentant une de ses côtes bouger alors qu'elle reprenait son souffle; surement une cassée.

    Grimaçant sans réelle discrétion, elle redressa la tête et aperçut à travers ses cheveux bruns du sang au niveau de la lèvre inférieure du vampire. Regardant avec brusque fascination ses lèvres, elle remarqua qu'elles étaient pulpeuses et semblaient cacher des secrets bien gardés. Inclinant doucement la tête sur le côté, elle loucha presque sur ses lèvres, se demandant avec ferveur à quel goût elle pourrait être. Elle fut bien vite ramené à l'ordre par la voix claquante du vampire qui s'éleva dans ses oreilles, résonnant comme un écho assourdissant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://xJell.skyblog.com

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 27
♣ Localisation : En enfer
♣ Situation amoureuse : Elle ne pourra m'échapper

MessageSujet: Re: Anywhere but here ▪ [James&Hell]   Lun 20 Juin 2011 - 19:50

L’instant de quelques secondes, James resta subjugué par la beauté de la jeune fille. Elle accepta enfin de le regarder en plongeant ses iris noirs dans les siennes et il se sentit réellement bien. Un mélange de plusieurs sentiment fit surface dans l’esprit du vampire et il savait que la belle brune n’était pas indifférente à ce qu’il se passait entre eux non plus. Malheureusement, elle était humaine, et c’était une raison qui faisait qu’elle mourrait dans quelques minutes. Pour l’instant il profitait du calme pour observer sa future victime, aussi belle soit-elle. Elle sembla perdre de l’assurance, mais elle secoua la tête et se leva avec adresse. Le regard rompu, James ressentit un vide, comme si l’humaine avait comblée le manque de Nemesis. Mais, lui aussi remit ses pensées en place. La femme face à lui était l’ennemi, et il devait la supprimer. Néanmoins, il al regarda étonné, debout elle ne faisait pas plus âgée qu’une lycéenne. Que faisait-elle ici à une heure aussi tardive et surtout, comment connaissait-elle ce lieu ?

Lorsqu’elle avança vers lui, elle sortit un poignard de sa ceinture. Elle commença à jouer avec l’arme et un sourire machiavélique se dessina sur son visage angélique. James ne tiqua pas, cherchant à dissimuler ses émotions. La jeune humaine était en fait une psychopate, une tueuse en série. Il avait déjà entendu parler de ces humains complètement fous que l’on enfermait parfois dans des asiles. Cette fois-ci, la brune ne serait pas renvoyée dans un hôpital, non, elle mourrait tout de suite. Il avait même décidé de ne pas la faire souffrir, il détestait tuer d’aussi belles créatures. Elle avançait lentement et avec discrétion. Il pouvait à présent sentir son odeur de plus près. Il manqua de s’évanouir lorsqu’il ferma les yeux pour s’épanouir en humant la senteur de l’humaine. Il n'avait jamais sentit pareil parfum. Un mélange fin et exquis. Lorsqu’il rouvrit les yeux, elle était tout près, à seulement quelques mètres et elle penchant légèrement la tête sur le côté, laissant pendre ses cheveux ondulés dans le vide. Il ne bougeait pas, ne respirait même plus, attendant qu’elle parle:

- Je suis étonnée de voir qu'un vampire peut tuer un autre vampire. C'est un de tes passes-temps ? Tu t'amuses à tuer ceux de ta race ? Tu me diras, ça ne change pas grand chose pour moi.

Elle avait une voix brûlante de haine. Le timbre de sa voix résonnait aux oreilles du brun et il manqua une nouvelle fois de divaguer. Mais, il vit qu’elle commençait à courir vers lui, sûrement dans le but de le tuer et de le frapper. Il esquiva chacun des frappes de l’humaine, sans jamais pour autant attaquer. Trouvant cela amusant. En effet, cela lui permettait de faire un peu d’exercice, depuis le temps qu’il était à San Francisco, il ne s’était pas vraiment entraîné au combat, comme avec les Baronis. En fait, il savait à l’avance quelles étaient les intentions de la brune, en lisant dans ses pensées, mais tout à coup, les mouvements de la jeune femme furent moins précis. Elle avait compris qu’il intérprêtait ses gestes et il se maudit intérieurement. Une autre affirmation apparût clairement dans sa tête: Hell connaissait les vampires. La jeune humaine était en fait quelqu’un embaucher par un inconnu pour réduire la race des vampires à néant. Ces personnes étaient très rares et James n’en avait encore jamais rencontrée. Il sortit de ses pensées rapidement voyant que la jeune femme s’écartait en effectuant des figures avec élégance. James décida de prendre les rennes et il fit un pas en avant. Grosse erreur, la jeune femme n’avait pas épuisée toute son énergie et elle s’éloigna près d’un arbre pour y effectuer une prise de sport de combat à laquelle le vampire n’avait pas pensé. Il n’eut même pas le temps d’esquiver que le coup de pied lui frappa au visage. Il était plutôt ébloui par les talents de l’humaine, mais il se frotta tout de même la joue, surpris de voir qu’elle avait réussit à l’avoir. Il n’était pas un vulgaire vampire sur lequel on pouvait frapper comme sur une balle, il était James Winslowe, chef des Baronis, et il commençait à trouver la jeune femme très agaçante. Elle se prenait pour qui ? Avait-elle l’intention de sauver le monde en éradiquant les vampires ? Elle se releva lentement et le brun la toisa avec fureur.

- Au cas où tu voudrais le savoir, je suis Hell Connors. Je suis une tueuse de vampires. Et crois-moi, ces instants sont tes derniers...

L’humaine avait parlé sur un ton froid. James décida que l’arrogance de la brune lui tapait sur le système. Néanmoins, il se réjouit à l’idée qu’il avait eu raison. Hell... -ce nom li allait à merveille, avec ce visage démoniaque, cette voix angélique...- était en fait une tueuse de vampire. Quel dommage, ces humains étaient très rares sur Terre, et ce soir, ils seraient encore moins.... Un sourire mutin se dessina sur le visage d’Hell, ce fut le rictus de trop. James ne bougea pas, ce fut elle qui vint à lui. Néanmoins, il voulut la prendre par surprise et à l’aide de sa vitesse, il arriva à son niveau sans qu’elle le remarque. Il empoigna la gorge de la brune et lui attrapa les côtes, lui arrachant alors une grimace. Il tourna autour d’elle, avec une expression de victoire, et il décida de serrer sa pomme d’adam, Hell sentant la douleur, se débattit, mais elle s’arrêta très vite comprenant qu’elle pourrait y laisser sa vie.

Le vampire avait retrouvé goût à la souffrance de ses proies et il avait l’intention de jouer, ce soir. La nuit risquait d’être longue pour la jeune humaine. Malgré qu’elle soit très apétissante, il n’allait pas l’abimer tout de suite... il jouerait avec elle d’une autre manière. Il la déplaça comme une vulgaire poupée jusqu’à un tronc d’abre où il la colla. Le système crânien de l’humaine du en prendre un coup car elle gémit lorsque sa tête se cogna contre l’arbre. James dé-serra aussitôt sa main, mais continua de la garder sur le cou de la jeune femme. Il sentit battre les veines d’Hell et pendant une seconde il s’imagina buvant le sang de l’humaine. Comme il devait être bon ..! Il secoua la tête pour retrouver ses esprits et remarqua que la jeune Hell le regardait étrangement, il porta alors sa main valide à sa bouche et il sentit un liquide chaud sur ses doigts. Du sang coulait, à cause du coup de pied. Il sentit la colère monter et décida qu’il était temps de mettre un terme à cette mascarade:

-Je me nomme James Winslowe et je serais la dernière personne que tu verras...

Il avait insinué dans cette phrase qu’Hell n’allait pas vivre très longtemps... Et en effet, il avait la ferme intention de tuer cette pauvre petite fille. Pour la provoquer, il porta ses doigts imbibés de sang à ses lèvres et lècha le liquide rougeâtre. Le goût sucré de son sang remplit un vide. En effet, le brun avait soif, et le fait que devant lui se trouvait une humaine au sang frais ne lui plaisait vraiment pas. Il leva les yeux au ciel et après un court instant de réflexion, il lâcha son adversaires, sans vraiment rompre le contact. Il descendit sa main jusqu’au bras de la jeune femme qui tenait toujours le couteau. Il enroula ses doigts autour de ceux de son ennemie et la chaleur de la jeune femme le fit frissonner. Il croisa alors le regard de la belle et il se sentit faible. Elle essayait de l’amadouer, mais il ne se laisserait pas faire. Il parvint à libérer l’arme, et tout doucement il attrapa le poignard avec son autre main, tandis qu’il jouait avec les doigts fins d’Hell. Comme c’était stupide, de tuer un être aussi... En fait, à bien y réfléchir, il n’y avait aucun mot pour décrire ce que ressentait James. Il trouvait Hell différente, et elle l’était. Pas seulement parce qu’elle était destinée à tuer des vampires. Non, parce qu’elle lui rappelait son passé, mais, elle lui donnait confiance dans le futur.

Il rompit le contact de ses mains et regarda l’arme dans sa poigne. Le poids était assez lourd, et la lame tranchante. Il releva la tête, Hell ne bougeait pas, elle le regardait fièrement et il sourit à l’idée que les femmes le surprendraient toujours. Il leva son avant bras et amena le poignard au cou de la jeune femme. Il s’interrompit alors dans son geste, il regarda une dernière fois sa victime et murmura doucement à son oreille, d’une voix chaude:

-Je suis vraiment navré Hell.... J’aurais aimé, ne t’avoir jamais rencontré...


James ne pensait pas réellement ses paroles, en fait, il les trouvait tout bonnement absurde. Mais, il avait besoin qu’Hell ait peur, ce serait plus facile. Sauf que la jeune humaine ne semblait pas vouloir exaucer le vœu du vampire. Il rapprocha la lame un peu plus près du visage d’Hell, et pencha sa tête, afin de sentir le souffle rauque de l’humaine. Il huma tendrement l’odeur de la future morte et ne put s’empêcher de fermer les yeux. Il n’avait encore jamais ressentit cela, même pas avec Nemesis. Lorsque la blonde était humaine, il la désirait, mais, à cet instant, ce n’était pas du désir, c’était du manque. Il était en manque d’Hell ! C’était impossible ! Pourtant, la réalité frappa James. Il s’écarta aussitôt de la femme, ne voulant pas y croire. Avec quelques secondes d’inattentions, il lâcha le poignard et se rendit compte trop tard de son erreur. Il venait de prouver à Hell qu’elle pouvait faire ce qu’elle voulait de lui. Il regardait l’arme à quelques mètres, et la jeune humaine tout près. Ils étaient à égales distances du couteau, mais James était pétrifié. Figé par la réalité de ce qu’il venait de comprendre. Ce manque de rapidité signait alors son arrêt de mort ..
Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 32
♣ Localisation : En patrouille.
♣ Situation amoureuse : Beaucoup trop compliqué.

MessageSujet: Re: Anywhere but here ▪ [James&Hell]   Lun 20 Juin 2011 - 19:53

      - Je me nomme James Winslowe et je serais la dernière personne que tu verras...

    A présent qu'elle savait le nom de son adversaire, Hell essaya en vain de trouver un quelconque renseignement sur ce vampire étrangement puissant, mais rien ne vint, l'abandonnant dans un gouffre d'ignorance tout en laissant fléchir sa mémoire si débordante d'informations, en temps normal. Se remémorant la dernière partie de sa phrase, la jeune tueuse se retint avec effort de sourire ou de lui rire au nez. Quel idiot. S'il croyait réellement qu'il allait la tuer, ce James avait réellement bien trop d'espoir. Il avait beau être d'une rapidité et d'une force à couper le souffle, la brunette était de son côté aussi très forte et très rapide, surtout lorsqu'elle se battait avec ses semblables et que l'adrénaline montait en elle, lui faisant vaguement croire qu'elle devenait toute puissante. La preuve étant qu'elle avait réussit à blesser le brun et qu'un filet de sang coulait lentement sur une des commissures de ses lèvres pulpeuses. Gardant quelques secondes ses yeux chocolat accrochés aux lèvres de James, elle se surprit à avoir brutalement envie de les toucher, de les gouter, de les enflammer. Reprenant le contrôle de ses pensées et de ses émotions, elle remonta rapidement ses prunelles vers celle de son ennemi et fut rassurée de voir qu'il n'avait absolument rien remarqué.

    L'observant avec plus de recule, malgré le peu de liberté à bouger qu'elle avait, Hell arrivait parfaitement à voir les moindres mouvement de son agresseur et elle fronça brièvement les sourcils en s'apercevant que ledit James s'était rendu compte qu'il saignait. A croire ces traits si durs et froids, la jeune humaine était presque sure qu'il devait être très douillet lorsqu'il s'agissait des combats, faisant surement très attention à son visage angélique. En apercevant une des mains du vampire remonter vers elle, son sang ne fit qu'un tour, se sentant brutalement prisonnière de ses mains, ne pouvant rien faire pour empêcher un quelconque coup de partir. Et pourtant, le seul geste qu'il fit fut pour lui; caressant très rapidement son menton où le sang de ses lèvres s'étaient écoulés, Hell fut dégoutée de voir James mettre à la bouche son propre sang, se délectant surement d'une réaction de panique chez la jeune femme. Réaction qui ne vint pas. La brune avait beau être terrifiée par la mort et la torture, elle ne lui accorderait cependant pas le plaisir de la voir trembler comme une feuille. Hors de question. Son propre sang se répercuta sur sa nature démoniaque et le vampire eut brusquement les yeux rouges sang, comme assoiffé par l'odeur que son sang aurait pu provoquer dans son métabolisme, dégradant surement sa faim et augmentant son impatience. Hell ne tiqua pas, restant figée et gardant un visage impassible, indéchiffrable, préférant garder pour elle ce qu'elle ressentait plutôt que de le montrer à cet être si écœurant et prétentieux au possible. Respirant calmement, la brune essayait de toute ses forces de calmer son cœur affolée, afin de ne pas le faire soupçonner de sa profonde inquiétude sur ses ressentit par rapport à son futur. Il était étrange de savoir qu'elle était persuadée qu'elle était sure et certaine de vivre, mais qu'elle avait peur de son futur, à croire que quelque chose venait de changer en elle, se répercutant sur son organe vitale qui ne cessait de battre à tout rompre à chaque fois qu'elle croisait le regard rouge sang de James. Celui-ci, d'ailleurs, semblait pensive, réfléchissant surement à comment s'amuser avec elle, cette nuit.

    Lorsqu'il se rapprocha avec lenteur et souplesse d'elle, Hell sentit son sang ne faire qu'un tour et sa respiration se saccada instantanément. Ne contrôlant plus les battements de son cœur qui battait de plus en plus rapidement, elle ferma discrètement les yeux lorsqu'il ne fut plus qu'à quelques millimètres de son visage, rabaissant la tête sur le sol, laissant ses longs cheveux bruns retomber sur son visage encore enfantin, elle serra les dents afin d'essayer de calmer les palpitations qu'elle commençait à avoir au fin fond de son petit cœur. Alors qu'il n'était qu'à quelques centimètres de son corps, pouvant aisément se coller contre elle si jamais le vampire déciderait de faire un pas, augmentant le risque qu'il la morde et la saigne jusqu'à ce qu'elle meurt. Et pourtant, la peur ne l'assaillit pas, bien au contraire, elle était confiante. Hell avait la brusque impression d'être revenue à New-York et de passer des moments de plaisir avec son ancien ami, Nathan. Un vampire qui a tout fait pour l'idée, étant contre ce qu'il était réellement et détestant sa nature. Ils avaient été amis, de très bons amis, il lui avait d'ailleurs presque tout apprit. C'était grâce à lui, aujourd'hui, qu'elle était aussi forte et rapide, bien que sa formation ne se soit pas terminé. Sentant que la main gelé du vampire se détachait avec lassitude de son cou, la brune déglutit; qu'allait donc t-il lui faire pour que l'insécurité l'encercle avec promptitude ? Pourtant, ses doigts ne partirent pas de son cou, l'encerclant avec une certaine douceur, il finit par descendre doucement, caressant sa peau et provoquant d'innombrable frissons chez la jeune femme qui dû retenir un grognement non pas violent et contre ce qu'il pratiquait sur elle, mais justement impatient. A cette pensée, elle se gifla une fois de plus mentalement et laissa les doigts de pianiste qu'étaient les doigts du jeune homme découvrir sa peau brûlante. Le contact des deux opposés étaient tout simplement étrange, une sorte de bulle les encerclaient, tout en prenant soin de faire que chaque caresse soit une brûlante douleur qui serait engendré non seulement par une douleur profonde, mais aussi la différence des températures qui picotait et créait une sorte de filament d'électricité invisible. Une fois qu'il fut arrivé à l'une de ses mains - celle qui tenait justement le couteau - le bout de ses doigts qu'Hell avait brusquement l'impression de connaître par cœur, s'enroula dans ses propres doigts, créant par ce toucher un lien de profonde intimité qui n'était pourtant pas présent. Fronçant les sourcils, elle ne réagit par lorsqu'il attrapa son poignard d'un trait et qu'il le fit passer à son autre main.

    Elle était profondément concentrée sur les doigts de James enrouler dans les siens, jouant avec comme si tous deux étaient de vieux amis, ou des amants complices et amoureux. A la différence qu'ils n'étaient au final rien du tout. Juste des ennemis, des opposés, des contraires. Le destin voulait qu'ils se battent, qu'ils s'entretuent ou se fassent du mal, mutuellement. Et pourtant, il était étrange de voir qu'Hell avait mal rien qu'en ayant sa main dans celle de James. Quelque chose était en train de se créer, elle le sentait au fond de son âme, de son cœur et de sa chair. Quelque chose d'autre naissait. Et cette hypothèse se confirma lorsqu'elle rencontra les iris grisés de son ennemi; celles-ci avaient reprit leur couleur initiale et scintillaient de mille feux avec les éclats lumineux de la lune qui semblait vouloir être présente en cette nuit calme et magnifique. Avec difficulté, Hell avala sa salive, essayant de ne pas se perdre entre les couleurs et les nuances profondément abyssal. La jeune femme fut donc heureuse et soulagée de le voir rompre le contact, tout en retirant sa main qui s'était niché dans celle de la brune, hésitante. A présent qu'ils n'avaient plus de proximité et que le vampire semblait regardait avec attention son arme, la tueuse pu respirer quelques secondes et récupérer. La situation était sérieusement étrange, plus rien n'avait de sens. A commencer par ce qu'elle ressentait, c'était complètement désopilant de savoir que le moindre contact avec ce qui était son ennemi la mettait dans une excitation peu commune. Soupirant un bon coup, elle secoua briévement la tête et se promit de se montrer forte et de mettre ses sentiments de côtés. Ce n'était qu'un vampire et il fallait qu'elle le tue. Peu importe qu'il soit beau, attirant et terriblement sexy. C'était un tueur, un prédateur sans scrupule. Pour Ian, elle se devait de le faire. Ainsi, elle prit son air le plus confiant, n'hésitant pas à le regarder de haut, tandis qu'il redressait la tête vers elle et qui faisait une fois de plus chavirer son cœur dans tous les sens, lui donnant presque la nausée. Sans comprendre ce qui lui arrivait, sa propre arme fut posé avec brutalité contre son cou. La pression commençait à se faire et la tueuse sentit la lame de son poignard s'enfoncer peu à peu dans les couches de sa peau, laissant des fines gouttes de sang s'écouler et tomber au sol, remplissant les blancs de silence qui s'était construit, tel un mur en béton.

    Puis, la douleur s'arrêta et la pression de la lame se fit moins présente; continuant toujours d'observer James, elle sursauta presque en le voyant s'approcher d'elle, brûlant les derniers centimètres de leur proximité et la mettant dans tous ses états. Ce dernier se posa près de son oreille gauche, et murmura d'un ton qui se voulait comme une confidence :

      - Je suis vraiment navré Hell... J'aurais aimé, ne t'avoir jamais rencontré...

    Fronçant les sourcils, la tueuse fut surprit mais amusée par la phrase qu'avait doucement murmuré le jeune homme contre son oreille, son souffle chaud se répercutant encore dans ses tympans. Tout ce qu'il venait de lui dire était contredis par ses propres propos. Il était désolé, mais n'aurait jamais voulu la connaître. Devait-elle prendre cela comme un regret amer de l'avoir rencontré pour ce qu'elle était et la menace qu'elle représentait pour ses compatriotes ou devait-elle prendre cela comme une menace, qui sonnait atrocement faux et semblait vouloir à tout prix être prit au premier sens de ses hypothèses. Ainsi, la jeune femme le regarda, l'air de rien, impassible, comme toujours, laissant juste ses yeux parler pour elle. Lorsqu'il recommença à enfoncer la lame de son poignard dans son cou, James n'avait pas encore relevé la tête, mais quand ce fut chose faite, leurs prunelles se croisa et il s'immobilisa. Comme elle précédemment, il venait de flancher, se prenant un coup intérieur qui semblait le torturer autant qu'elle. A quelques centimètres de lui, n'ayant plus réellement de barrière qui empêchait leur corps de se lier, Hell eut brusquement l'odeur de James en plein dans le nez, arrivant à percevoir l'arôme fruité de son shampooing, à sentir la fragrance particulière de sa peau, qui semblait l'attirer de plus en plus. Ce mélange si appétissant se mit à se mélanger à travers chacun de ses muscles, de ses os, de tout son être pour contrôler ses gestes et la faire avancer vers lui, alors que ce dernier venait de se reculer avec rapidité d'elle, s'écartant au maximum. La surprise se répercuta sur la mine désorientée de la jeune femme, ne sachant réellement pas ce qu'il venait de se passer et pourquoi ce brusque écart d'elle, avait-il finalement prit conscience du danger qu'elle était pour lui ? Du fait qu'elle pouvait le tuer d'un geste si elle le désirait vraiment ? Un léger claquement retentit près d'elle et elle porta son attention sur ce bruit, n'oubliant pas d'observer de temps en temps et du coin de l'œil son ennemi. Près d'elle se trouvait son arme, son poignard, celle qu'elle se servait pour tuer les vampires, puis un peu plus loin, il y avait James. Tous deux étaient à égales distances du couteau et il serait difficile de l'atteindre avant lui. Il était d'une telle rapidité des fois, qu'il était impossible de l'arrêter.

    Leurs iris se croisèrent rapidement, mais Hell préféra détourner la tête, ne voulant pas une fois de plus se trouver dans l'incapacité de le combattre. En vérité, tant qu'elle ne regardait pas son visage, tout irait bien et elle pourrait aisément le tuer. A présent qu'elle reprenait peu à peu ses esprits, la jeune femme, naïf et se voilant la face, était persuadée que James possédait un don qui lui permettait de charmer ses victimes avec la simplicité du monde. La seule contrainte durant le combat sera effectivement qu'elle ne devra lui porter aucune attention et, il était pratiquement impossible de ne pas être fasciné par les traits si angélique et attrayant de son adversaire. Il était d'une beauté si simple mais pourtant si fascinante, jamais elle n'avait vu et ressenti pareil sentiments, pareille merveille. Ne portant pas tout de suite attention à son ennemi, elle se focalisa vers le couteau qui était centré entre les deux opposés, il lui faudrait donc agir avec vivacité et rapidité. Cédant à la tentation, elle lui jeta un bref coup d'œil et remarqua qu'il semblait vraiment perdu, comme si quelque chose refusait de fonctionner correctement chez lui, comme si tout changeait et se matérialisait en des points d'interrogations et des réponses abruptes, presque incohérentes. Profitant de ce moment de doute, Hell souffla longuement, essayant de se donner du courage puis elle se mit à courir vers son poignard, plongée dans sa course, elle réussit à entendre un grognement sourd et mauvais de la part de James, mais n'y prêta pas attention, essayant à tout prix d'arriver à son arme. Lorsqu'elle n'était plus qu'à quelques mètres d'elle, la tueuse se jeta au sol, atterrissant sur les fesses et laissant ses jambes glisser contre la terre qui se retournait sur son passage. Lorsque sa main empoigna la lame de son poignard, une bouffée de soulagement la gagna, mais elle fut brusquement interrompu par le vampire qui arrivait vers elle, un air sanguinaire sur le visage, bien décidé à lui faire sa fête. Se relevant seulement à l'aide de ses jambes, elle effectua un saut et fut debout en un rien de temps. Le couteau à la main, elle se sentait d'avantage rassurée et beaucoup plus forte qu'elle ne l'était réellement. Le voyant arriver de plus en plus près d'elle, la jeune femme avança de trois petits pas et arriva près de lui, au moment où il allait se catapulter sur elle, la brune tourna sur elle-même et lui donna un énorme coup de pied au niveau du torse. Celui-ci, sous le coup de l'impact dû reculer d'un ou deux pas et Hell se jeta sur lui, armée de son couteau.

    Lui donnant un autre coup de poing, dans le feu de l'action, elle entendit un rugissement énervé et elle aperçut rapidement ses yeux changer de couleurs, pour redevenir rouge sang. Amusée, elle essaya de lui donner un coup de pied à l'aide d'une prise très technique, mais elle fut arrêtée dans son élan lorsqu'il lui donna un coup de poing au visage. Redressant la tête, elle sentit du sang couler au niveau de son nez et le fusilla du regard, tandis que ce dernier se réjouissait de son coup, plutôt bien visé. Sentant la colère bouillonnait en elle, dévorant avec perfidie ses muscles et sa peau, la brûlant de partout, Hell laissa un petit cri outrée et de désaccord sortit d'entre sa gorge. Reprenant sa concentration, elle se mit à courir autour de lui et le frappa en niveau des mollets, à l'aide d'un de ses pieds. Sous la brutalité du coup, son genoux se mit à s'abaisser doucement, et Hell fit de même avec l'autre mollet. Alors qu'ils pliaient les genoux, la jeune femme effectua une prise de jiujitsu qui la fit se lever dans les airs avec un élan venant de ses jambes. Puis, alors qu'elle était dans les airs, elle lui donna un énorme coup de pied dans le dos, ce qu'il fit qu'il tomba sur le sol. Fière d'elle, Hell retrouva la terre ferme et un petit sourire fière arbora ses lèvres fines. Au final, ce vampire n'était pas différent de tous les autres, un idiot. Faisant le tour, elle arriva devant lui, lui présentant ses chaussures noires à talons. Voyant qu'il semblait inconscient, Hell fronça les sourcils. Non, ça avait été trop facile, quelque chose clochait.

      - Relève toi, James. Bats-toi si tu tiens à la vie.

    Voyant qu'il ne se relevait pas, Hell croisa les bras et resta interdite pendant quelques temps. D'habitude, elle aimait les combats qui ne durait pas, il était dans ce cas plus facile de les tuer. Mais à présent qu'elle avait mit à terre, un puissant vampire, voilà qu'elle essayait de gagner du temps. Il était idiot de voir à quel point elle était incohérente dans ses pensées et ses convictions. Si elle voulait jouer, c'était d'avantage avec les vampires les plus faibles qu'elle devait faire cela, et non pas avec un vampire puissant qui aurait la possibilité d'essayer de la tuer en claquant des doigts. A force de jouer autant avec le feu, il était certain qu'un jour Hell se brûlerait. Le voyant coucher à terre, son visage paisible et angélique comme endormit sur la terre rugueuse et froide, elle ne put s'empêcher de se mordre nerveusement sa lèvre inférieure. Il était beau. Profondément beau. Quelque chose de mystérieux, attractif et de captivant se dégager de lui, à tel point qu'Hell ressentait la brusque envie de se coucher à ses côtés afin de se nicher dans son cou et s'endormir à ses côtés. Non. Non, non, non et non. Il fallait qu'elle réagisse. Il fallait qu'elle ne se laisse pas faire. C'était surement le pouvoir de James qui se faisait encore ressentir, ce fichu don qu'il avait. Se giflant mentalement, elle remit ses pensées à sa place, chassant à coup de pied celles qui n'étaient pas envisageable et complètement dépassée. Chose fait, elle se baissa vers le vampire qui semblait endormit et inclina doucement la tête, attendant qu'il réagisse.

    Chose qu'il fit directement, elle sursauta presque en voyant ses yeux rouges sang se rouvrir avec promptitude. Dépassée par sa rapidité, elle ne vit pas tout de suite le coup venir : James fit un tour de 380°, alors qu'il était encore sur le sol, se laissant glisser sur les fesses, puis un choc redoutable la fit basculer en arrière. A peine avait-il reprit connaissance, qu'il la frappait au niveau du visage. Désireuse de vouloir lui redonner son coup, elle fut arrêtée par une main qui empoigna une fois de plus son cou. Serrant dessus avec force, Hell cette fois n'essaya pas de se débattre, consciente que la souffrance s'intensifiera instantanément. Elle le regarda droit dans les yeux, et une fois de plus l'envie de le toucher, de gouter ses lèvres, de le prendre sans ses bras refit surface. Au fond, qu'importe le pouvoir qu'il exerçait sur elle, qu'importe que ce ne soit que superficielle, il était bel et bien là. La pression dans son cou se fit moins forte et les deux adolescents se regardaient avec intensité, accrochés au regard de l'autre comme une simple bouée de sauvetage. Hell buvait le changement de couleurs de ses yeux, passant de rouge à un gris clair, qui ne semblait absolument pas ombrageux, mais bien au contraire, réconfortant et apaisant. La main qu'avait James autour du cou de la jeune femme se retira avec une lenteur exorbitante et la trace froide de sa main resta gravée comme un sceau royal. Leurs prunelles étaient plongées l'une dans l'autre, comme si leurs vies en dépendaient. C'est en sentant la respiration glaciale de James sur sa peau, que la brune se rendit compte qu'ils étaient plus près qu'elle ne l'aurait pensé. Elle était persuadée qu'à cette proximité, elle pourrait arriver à toucher ces lèvres avec prestance.

    Puis, brusquement, James détourna les yeux, rompant le lien invisible qui les unissait. Désopilée pendant un instant, Hell entrouvrit les lèvres afin d'essayer de sortir des mots d'incertitudes, de doutes, mais absolument rien ne sortit, ne serait-ce que sa respiration saccadée. Voyant le vampire se relever, elle fit de même, afin de ne pas être plus basse que lui, juste par prévention qu'autre chose. Réflexe de tueuse. Voyant qu'il ne disait rien, se contentant de baisser les yeux et de regarder l'herbe verte, une pulsion meurtrière la parcourra. Serrant les poings, elle lâcha un grognement et lui donna un énorme coup de poing sur une de ses joues. Ne le voyant pas réagir, elle recommença, une fois, deux fois, trois fois.

      - Lâche ! Tu n'es qu'un lâche !

    Puis, elle continua de le frapper, jusqu'à ce qu'il réagisse. Chose qu'il fit après quelques coups donnés. Arrêtant une de ses poings, serrant la main de Hell avec fermeté, James finit par redresser le regard vers elle. Complètement perdue, la jeune femme se trouva brusquement idiote lorsqu'elle le vit s'approcher d'elle avec dangerosité, comme un animal fou furieux. A force de l'avoir provoqué, elle allait mourir, très certainement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://xJell.skyblog.com

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 27
♣ Localisation : En enfer
♣ Situation amoureuse : Elle ne pourra m'échapper

MessageSujet: Re: Anywhere but here ▪ [James&Hell]   Lun 20 Juin 2011 - 19:55

James se maudissait intérieurement. Lui, un des vampires les plus forts de son espèce était faible face à une humaine. C’était inconcevable. Il allait se faire laminer par Hell, ne se défendant pas, se laissant faire. C’était lamentable, inutile, stupide. Il aurait pu briser le cou de la jeune fille d’un simple coup de main, mais il n’en avait pas envie. il aurait pu la tuer avec le poignard, mais il ne l’avait pas fait. Des regrets le hantèrent pendant quelques secondes. Il avait laissé passer sa seule chance de survie, à présent la délicieuse brune allait le réduire en miettes, elle allait finir son boulot, comme si il n’avait aucune importance. Et pourquoi en aurait-il d’ailleurs ? Les deux ennemis ne se connaissaient pas, mais leur nature les obligeait à se détester, à s’entretuer . Pourtant, quelque chose s’était tisser entre eux, lorsqu’ils s’étaient dévorer du regard. Il avait sentit qu’Hell n’était pas indifférente à ses prunelles, et pour une fois, il n’avait pas essayé d’user de son pouvoir. Il ne l’avait pas obligé à le regarder.

James détourna son regard du poignard pour le poser sur Hell qui semblait réfléchir à une vitesse vertigineuse fronçant les sourcils, se torturant de savoir quel choix était le meilleur pour sortir indemne de cette situation. Il tenta de croiser son regard, mais celle-ci semblait bloquée, et l’éviter. Il décida alors que c’était sûrement le moment d’attaquer, mais il ne parvenait pas à savoir comment faire. Il voulait qu’elle le regarde, et pensa même à utiliser son pouvoir de télépathie pour l’obliger à plonger son regard dans le sien, mais il n’en eu pas besoin, elle accepta enfin de regarder l’inévitable. Lorsque leurs iris se croisèrent, il n’eut qu’une envie, que cet instant se prolonge aussi longtemps que possible. Il ne comprenait toujours pas pourquoi il ressentait tant de choses pour Hell, alors qu’il ne la connaissait pas, mais, il l’acceptait à présent. Ils étaient deux opposés, attirés l’un à l’autre, et ils devaient pourtant se tuer. Car aucun des deux ne pourraient sortir vivant du jardin. Le vampire ne réalisa même pas que la jeune femme s’était mis à courir, lorsqu’il comprit qu’elle avait attrapée le poignard en se laissant glisser sur le sol. Comment avait-il pu ressentir de la compassion envers cette femme sans cœur. Elle tenait l’arme en souriant d’une façon sadique et James tressaillit, sentant qu’il avait une fois de plus commis une erreur monumentale. Elle se leva d’un bond et James accéléra afin d’attaquer la brune, mais celle-ci le prit par surprise en tournant sur elle-même pour lui mettre un coup de pied dans le torse. Il recula d’un bon mètre, étonné, mais se remit vite en position d’attaque, malheureusement il ne la vit pas se jeter sur lui, pour lui donner un nouveau coup de poing.

James, en colère, sentit ses yeux devenir rouges. Cette humaine était une petite peste insolente, n’ayant aucun respect. Elle n’avait sans doute pas entendu parler des Baronis, et il n'allait certainement pas lui donner un cours d’histoire maintenant. Il préféra l’empêcher de pratiquer une prise de judo en lui frappant le visage à l’aide de son poing. La jeune femme s’écarta, mais James put sentir le sang de sa victime. La senteur était exquise, indescriptible. Elle devait avoir un goût délicieux, et il se sentit divaguer lorsqu’une goutte de sang coula le long du nez de Hell. Il s’imagina alors mordre la jeune femme, et se tortura l’esprit pour ne pas l’attaquer. Il ne voulait pas abimer ce joli corps, pas de cette façon, mais il en mourrait pourtant d’envie, de boire le sang de la brune. Elle lui apporterait sûrement assez de force pour après la tuer sans problème. Humant la nouvelle odeur, il se rappela qu’il avait soif, très soif. Sa gorge le brûlait à tel point qu’il ressentait une sorte de malaise, ce qui permit à la jeune femme de lui faire part une nouvelle fois de ses talents de professionnelle en sports de combat. Il ne comprit pas la prise qu’elle lui fit et il tomba à terre avec une douleur intense aux mollets. La tête sur le sol, il pensait encore à l’odeur du sang de l’humaine et ferma les yeux, repérant ainsi où était passé l’odeur tant désiré. Il avait besoin de sang, maintenant, tout de suite. Il sentit la présence d’elle tout près de lui, elle se tenait juste face à lui, il pouvait voir les bottes de son ennemie. Lorsqu’il entendit la voix de la jeune femme, il sourit intérieurement, la trouvant à chaque fois encore plus mélodieuse que la précédente.

- Relève toi, James. Bats-toi si tu tiens à la vie.


“Tu peux toujours courir”, pensa le vampire. Il n’avait pas peur de la mort, il avait déjà perdu la vie, deux fois. La première, lorsqu’il s’était transformé en créature de la nuit, la deuxième lorsqu’il avait compris que Nemesis le trompait. Il ne savait pas très bien ce qui lui avait fait le plus mal. La transformation était une douleur physique à laquelle chaque vampire devait se soumettre, la perte d’un être cher était tout autre chose. Nemesis avait aidé James à se sentir plus humain. Mais, depuis longtemps, il avait compris que chez les vampires, l’humanité n’existait plus, c’était une infime poussière, qui avait disparut. James n’avait pas hésité à tuer, torturer, des âmes innocentes, il ne méritait pas la pitié. Il ne voulait pas qu’on ait pitié de lui. Alors Hell pouvait très bien le tuer, il s’en moquait, la mort l’avait déjà touché plusieurs fois, il survivrait, d’une manière ou d’une autre.

Le brun devina que l’humaine commençait à s’impatienter, il pensa d’abord qu’elle allait le frapper, mais elle n’en fit rien. Au lieu de ça, un long silence combla le paysage pendant lequel James s’amusa de la situation. Finir dans un jardin magique lui plaisait beaucoup, même si il n’aurait jamais pu l’envisager, auparavant. Il ferma les yeux, faisant mine de dormir, lorsque Hell se pencha vers lui et inclina la tête. Pour la surprendre, il ouvrit les yeux et elle sursauta en voyant ses iris d’un rouge bordeaux scintillant. Le vampire en profita pour la pousser et la faire tomber en arrière. Il fit un tour sur lui-même afin de se lever et aussi vite que la lumière, il frappa la jeune humaine au visage. Un cri strident s’échappa de la gorge de la brune ce qui fit monter l’excitation chez James. Il bloqua le bras de Hell qui tenta de le frapper et attrapa une nouvelle fois le cou de l’humaine, sentant la veine principale battre sous sa paume. Il serra fort, sans l’étouffer et s’appuya de tout son poids. Il sentait les courbes de l’humaine sous son torse. Hell fut assez intelligente pour ne pas se débattre et James trouva cela presque ennuyant. Elle plongea alors ses yeux dans ceux du brun, et il se retrouva une fois encore vulnérable face à l’humaine si tentatrice. Elle provoquait en lui une attirance inconnue et dangereuse.James voulut résister, mais les yeux de l’humaine parlaient, il voyait dans les deux iris de la jeune femme des choses merveilleuses, troublantes et effrayantes à la fois. Il pensa alors qu’il pourrait briser le cou de la brune, ce qui stopperait le désir qui le démangeait, mais il ne pouvait envisager cette option, plus maintenant. il dé-serra sa main, s’abandonnant dans les pupilles de l’humaine. Il se sentit aussitôt léger. Il se concentra sur la respiration lente et régulière de Hell à laquelle il accorda la sienne. Il s’accrochait aux yeux de la jeune femme comme à une bouée de sauvetage. Ils ne pouvaient pas se battre indéfiniment, mais il n’y avait aucune autre issue. Il se devait de la tuer, elle avait pour mission de le détruire. C’était un combat perdu d’avance pour les deux camps. Ils étaient dans une impasse. La peau de la jeune femme brûlait sous la main du vampire, il enleva peu à peu celle-ci afin de libérer l’humaine. Ils auraient pu rester accrochés ainsi visuellement pendant des heures, mais cela ne leur aurait rien donné, il fallait regarder la vérité en face. Avec un énorme regret, il détourna le regard de sa protégée. Il s’éloigna un peu de l’humaine, souffrant déjà de la distance qui se créait entre eux. Il se leva rapidement et la jeune humaine l’imita. Une expression neutre se forma sur le visage du vampire et il baissa le regard, trouvant soudainement l’herbe très intéressante. Il sentit très vite que Hell était en colère, peut-être même vexée d’avoir ainsi dévoilé ses sentiments à l’air libre. Elle poussa un grognement rauque et le frappa à la joue. Il ne sentit rien à la première frappe, mais, comme il ne réagissait pas, elle continua à le ruer de coups.


- Lâche ! Tu n'es qu'un lâche ! s’exclama-t-elle.


Elle ne cessa pas de le frapper et il décida de l’arrêter, sachant pertinemment que la force de son adversaire ne lui apporterait rien d’autre que des chatouillements ou picotements. Il arrêta le bras de la femme dans son élan sans pour autant la regarder. Le contact le fit frissonner et il serra violemment la femme, il leva alors la tête et plongea son regard sur elle. Il remarqua que le sang avait séché et qu’une croûte s’était formée près de son nez. L’odeur lui rappela la douleur à la gorge, et tenant fermement le poignet de Hell, il s’approcha, un rictus démoniaque se dessina sur son visage, ses pupilles étaient redevenues rouges sang et il était à présent poussé par la soif. Encore un pas, et il pourrait soulager sa faim. Encore un pas et cette bataille n’aura été qu’un mauvais souvenir. Il hésitait pourtant, à faire ce pas, à franchir la distance qui le séparait de la tentation. Il pencha la tête sur le côté, essayant de comprendre ce qui se tramait dans l’esprit de la jeune humaine. Elle l’avait provoqué, frappé, et pourtant, il ne ressentait aucun dégoût envers elle, aucune haine, si ce n’était qu’elle était humaine. Si elle ne l’avait pas été, ça aurait été différent... Il observa le paysage près de lui, un parfum tropical lui chatouilla les narines, mais l’odeur principal était celle de Hell. Elle occupait l’esprit du vampire et il commençait à s’impatienter. Il résistait, se contrôlait, et il faisait tout son possible pour ne pas céder à l’appel du sang. Il posa son regard sur les lèvres de la belle, et pendant une seconde il s’imagina l’embrasser, mais une fois la seconde écoulée, il se rappela quel était le but de cette bataille, et il obligea l’humaine à se retourner. À présent, il était derrière elle, il attrapa son bras droit et le plia dans son dos, la bloquant définitivement. Elle se laissa faire facilement et James ne comprit pas pourquoi l’humaine si déterminée le laissait gagner ainsi.

La situation n’avait pas bougé, ils étaient toujours bloqués. Le vampire pourtant si démoniaque d’habitude ne pouvait se résoudre à tuer l’humaine qui provoquait en lui une attirance inexplicable. Il décida que pour gagner du temps, il fallait jouer avec elle, comme il le faisait avec ses proies. Serrant un peu plus fort le bras de Hell, il pencha sa tête sur l’épaule de la brune, il poussa à l’aide de sa main libre les cheveux de Hell derrière son oreille et lui chatouilla le lobe. Il souffla dans sa nuque et sentit le cœur de la jeune femme accélérer. Il exerçait une emprise sur Hell, et cela ne semblait pas lui déplaire. Il chuchota à son oreille d’une voix douce et malsaine:

-Comment préfères-tu mourir, ma chère Hell ?

Il avait prononcé son prénom avec une sorte d’affection, mais ce n’était pas cela. Il était à présent attaché à la jeune humaine, plus qu’il ne l’avait jamais été. Même pour Nemesis, il n’avait jamais ressentit rien de cela. Il aimait entendre le son du cœur de la brune, sentir son odeur envoûtante, écouter sa voix mielleuse et enchanteresse, il avait besoin d’elle, et il se demandait comment il avait réussit à vivre sans connaître Hell. Mais, au fond de lui, il l’attendait depuis toujours, et cette réalité violente n’était pourtant pas possible. James et Hell avaient tous deux un destin écrit depuis leur naissance. Ils ne devaient pas jouer ainsi avec le feu, ça leur coûterait la vie, à tous les deux.

Il décida que résister ne lui apporterait rien de plus qu’une souffrance supplémentaire. Il était déjà faible à cause de l’affrontement et de la soif, pourquoi risquer plus ? Il lâcha alors l’humaine qui se libéra très vite en s’éloignant aussi loin que possible de la prairie. Mais James n’était pas du même avis. Ils se regardèrent rapidement, et James lut dans les iris noisettes de la brune qu’elle n’en pouvait plus, elle aussi, de résister. Il s’avança alors d’elle, passant devant le poignard qu’elle avait perdue dans le combat sans y porter d’attention particulière, se concentrant sur Hell, et elle seule. Le vampire ralentit le pas, profitant du temps qu’il lui restait avant d’en finir avec ce désir épineux pour réfléchir à la meilleure manière de le faire. Il n’avait pas répondu à sa question lorsqu’il se trouva face à l’humaine. Elle ne bougeait pas, mais il savait qu’elle ressentait le même malaise étouffant que lui. Il savait qu’elle détestait ressentir de pareilles choses, comme lui haïssait éprouver de l’affection pour quelqu’un. D’un geste maladroit, il attrapa la jeune femme par la taille et posa une des mains sur les hanches de sa perle. Celle-ci se laissa faire sans et doucement, il approcha son autre main de son visage épuisé. Il plaça avec délicatesse une boucle brune sur le côté et posa sa main sur le front de Hell. Il la descendit peu à peu, pour venir caresser sa joue en feu. Il porta son attention sur le cou de la belle et pensa une seconde qu’il pouvait encore changer d’avis et en finir. Il n’en avait pas envie, c’était certain. Il avait décidé depuis leur premier regard, et James ne pouvait faire machine arrière. Il ferma ses paupières et se pencha vers la bouche de la jeune humaine. Lorsque leurs lèvres se touchèrent, ils frissonnèrent en chœur, maladroitement il caressa les lèvres pulpeuses et douces de Hell, puis il s’abandonna avec passion à ce baiser. Il s’arrêta de respirer pour mieux profiter du baiser, passionné et dangereux qui les unissait. Il rompit le barrage des lèvres et sa langue chercha celle d’Hell. Lorsqu’elles se touchèrent, James reçut comme une décharge électrique. Une danse langoureuse et désespérée s’engagea alors dans les bouches de nos amants. James s’accrocha un peu plus à la jeune femme, se rapprochant le plus possible d’elle, la serrant, l’empêchant ainsi de s’éloigner, il avait si peur qu’elle s’en aille... La réalité le frappa de plein fouet, c’était inévitable, inavouable, impossible, et pourtant... James aimait Hell, il la désirait, la cherchait, l’adorait, l’aimait, d’un amour fou, ardent et dangereux. Et il ne savait pas où cet amour le mènerait, mais certainement pas sur le bon chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 32
♣ Localisation : En patrouille.
♣ Situation amoureuse : Beaucoup trop compliqué.

MessageSujet: Re: Anywhere but here ▪ [James&Hell]   Lun 20 Juin 2011 - 19:57

    Se rapprochant doucement d'elle, la jeune femme plissa les lèvres, conscient qu'elle avait réussit à réveiller la bête violente qui sommeillait en lui et que maintenant il fallait qu'elle en assume les conséquences. Elle se recula de quelques pas, seulement puis prit son courage à deux mains; après tout, elle n'avait que ce qu'elle méritait. Elle le voulait, elle voulait se venger de lui, se venger des sentiments contradictoires qu'il faisait naître en elle, se venger de l'attirance qu'elle avait pour lui, et ça, en allant de plus en plus chaque minute. Elle le haïssait pour l'avoir laissé être aussi faible, aussi démunie devant lui, un vampire, une créature sanguinaire, une bête féroce qui n'avait qu'un but : Tuer. C'était un monstre. Un vrai, un réel, un cruel. Et pourtant, quand elle croisa ses prunelles, elles avaient beau être rouge sang, Hell se mordit nerveusement la lèvre inférieure; comment faire du mal à quelqu'un qui ressemble à un ange ? Qu'importe ce qu'il est réellement au fond, ce qui compte, c'est ce qu'il fait des dons qui lui sont impartit. Ce qui compte vraiment, au fond, c'est ce que ressent Hell pour cet individu. Et bon sang, ce qu'elle ressent est si contradictoire, si ardu, si tordu, et si incohérent. Pendant quelques instants, elle fut déboussolée, mit dans un tunnel obscur de sentiments inconnus, qui ne cessaient de s'amplifier et de s'accroitre. La peur s'empara de ses membres, elle ne put empêcher un tremblement de la saisir et un sanglot étouffé sortir d'entre ses lèvres. Perdue, elle était perdue. Un coup, elle voulait le voir mort, un coup elle le cherchait en duel, un coup elle se laissait aller et n'était plus capable de se battre contre lui. Mais bon sang, que lui arrivait-il donc ?

    Elle sursauta en sentant la peau froide de James s'emparer de son poignet, laissant un frisson électrique la parcourir. Son cœur s'accéléra derechef et un léger gémissement sortit de sa gorge. Chaque fois qu'elle avait un contact, infime soit-il avec le vampire, elle ne pensait plus, elle n'arrivait plus à trouver d'ordre logique et structuré à ce qui se passait autour d'elle, elle baignait dans un rêve éveillé où seul le lien physique qu'ils avaient été plus fort que tout. Plus fort que la raison, plus fort que ses sentiments, plus fort que ses principes, plus fort qu'elle, plus fort que la vie. Tout était finit, elle ne ressentait qu'un vide immense en pensant à James Winslowe, son visage hantant chacune de ses pensées, pénétrant chaque parcelle de sa peau, ne lui laissant plus aucune intimité. Il était partout en elle. Elle l'avait dans la peau. Se laissant faire, le vampire la retourna avec brutalité et lui tordit le bras. Durant cette prise, Hell laissa tomber son poignard, qu'elle ne tenait plus réellement; celui-ci se planta dans la terre, et un bruit métallique s'en suivit. Dos à son agresseur, son bras endolori, la jeune femme frissonna instantanément en sentant le souffle gelé de James dans sa nuque, caressant sa peau laiteuse et nue, se dévoilant petit à petit un peu plus à lui. Un autre contact plus appuyé se fit ressentir au creux de sa nuque, la main du brun caressant doucement et presque avec affection sa peau, retirant son longs cheveux bruns qui l'empêchait certainement de correctement pouvoir l'attaquer, il les plaça dans son dos. Hell eut presque la nausée en sentant le bout des doigts de James toucher sa peau brulante, la différence de température étaient tels que la jeune femme ne cessait d'avoir des tremblements de plaisir, qu'on aurait tout aussi bien confondre avec de la peur. Et pourtant, elle avait toute les raisons du monde d'avoir peur, mais non, l'imbécile qu'elle était restait confiante, persuadée qu'il ne lui ferait pas de mal, jurant presque sur la vie de son petit frère, qu'elle chérissait plus que tout au monde.

      - Comment préfères-tu mourir, ma chère Hell ?

    La concernée frissonna une fois de plus. Non seulement parce qu'il avait prononcé son prénom d'une manière enflammée, mais aussi parce que le souffle de sa voix s'était écrasé contre sa peau, comme une vague qui se serait échouée contre un rocher, ou sur une falaise. Son cœur se lança directement dans une chamade harmonieuse, chantant l'éloge de sa vie, mélancolie prospère, douce voix et paisible musique avant le coup fatale. Celui qui serait le son d'un craquement de nuque ou plus simplement celui d'un sucement vicieux et perfide qui lui arracherait la vie avec une lenteur inespérée. Allait-elle mourir ? Elle n'en savait rien. Elle espérait que non, elle espérait qu'elle ne se trompait pas, que son instinct n'ait pas tord, et qu'elle puisse avoir confiance en cet homme dont elle s'était éprit, entichée avec absurdité. Au premier coup d'œil, elle avait comprit qu'elle serait dans une galère monumentale, qu'elle serait liée à ce vampire quoi qu'il arrivait dans un futur proche, qu'elle serait maudite. Damnée. Perdue d'avance. C'était quelque chose que jamais elle ne pourrait contrôler, que jamais elle ne pourrait comprendre ni acceptée. Hell faisait tout son possible pour ne pas crier, pour ne pas lui dire ce qu'elle ressentait, pour ne pas l'embrasser, pour ne pas céder à une passion tabou, une histoire sans passé, présent ni future. Elle s'était mise dans une situation délicate et jamais, Ô non jamais, elle n'arriverait à se sortir de ce colimaçon de sentiments, ce genre de puissance inconnue qui ne cessait de lui pourrir la vie, en la faisant souffrir, en la faisant pleurer. Il était inavouable, presque incongru de le reconnaître et pourtant, maintenant, elle le savait. Elle en était sure. Elle l'aimait. Elle était tombée amoureuse d'un vampire. En un seul regard, elle l'avait comprit et à présent qu'il était derrière elle, prêts à la tuer au moindre geste, elle le reconnaissait. Parce qu'elle ne pouvait plus se voiler la face, elle avait beau faire, beau dire ce qu'elle voulait, ses sentiments, cet amour qu'elle ressentait envers James la bouffait, ils venaient à peine de faire leur apparition qu'ils salissaient déjà son âme, ternissant sa mission et faisant d'elle, une personne mauvaise. C'était certain. Mais, si aimer était une action mauvaise, alors, elle l'était depuis bien longtemps. Car elle aimait un autre homme, du moins, un petit bout de chou : Ian. Et maintenant qu'elle avait croisé le regard grisé - ou rouge sang - de James, elle était tombée dans la spirale infernale de l'amour. Et à présent, elle était certaine que si elle cédait à cette passion interdite, elle en payerait le prix.

    Son sang ne fit qu'un tour lorsqu'elle se rendit compte que James venait de lâcher ses mains, et qu'elle venait de retrouver la possibilité de bouger, de se battre ou de partir en courant. Tournant sur elle-même avec une lenteur déroutante, la jeune femme se retrouva face à James et celui-ci, malgré ses yeux encore rouges, semblait plus calme, bien que son visage avait l'air torturé. Entrouvrant ses lèvres fines, Hell avait la respiration saccadée; elle avait beau ne pas avoir fait d'effort physique, la peur et l'adrénaline lui avait été fatale, et à présent, elle était essoufflée et terriblement fatiguée. Ces vagues de sentiments, ces révélations et ses pensées tordus l'exténuaient. Il n'y avait qu'un mot pour résumer ce qu'elle était : Perdue. Ou amoureuse. Après tout, on dit souvent que l'amour fait perdre toute réalité de la vie. C'était bien le cas pour la stupide humaine qu'elle était. Avec une énorme hésitation et une torture sans limite, Hell réussit à faire un pas en arrière, puis un autre. Le troisième serait celui où elle pourrait s'enfuir, celui où elle pourrait partir et s'en aller en courant, n'ayant qu'une idée : Retrouver son chez elle, son frère et pleurer à chaude larmes. C'était faible, c'était puéril et tellement immature. La brune préférait mille fois fuir loin, terriblement loin plutôt que de céder à la tentation et écouter ses pulsions qui la mènerait certainement à la mort. Prenant son courage à deux mains, elle effectua l'ultime et dernier pas et ne put s'empêcher de regarder une dernière fois le visage terriblement angélique et beau de l'homme dont elle était tombée amoureuse. A nouveau, elle sentit ses genoux fléchir et un tremblement la parcourut. Vivre sans lui ? Était-ce possible après cette nuit ? Après leur combat ? Après les maux échangés ? Après les sentiments qu'il avait réussit à créer en elle ? Une nouvelle fois, elle grimaça et sentit une énorme boule se former au niveau de sa gorge. Celle-ci la tiraillait, bougeait dans tous les sens afin de lui faire cracher des larmes de tristesse, de colère, de frustration. Elle le voulait. Elle le désirait. Elle l'aimait. Elle soupira longuement et laissa échapper une larme, n'arrivant plus à tenir ses sentiments, cet amour, cette passion qui la tuait à petit feu. Enfin, elle ferma longuement ses paupières, essayant de ne plus penser à tout ceci, essayant de faire le vide, de faire comme si tout cela n'avait jamais existé, d'oublier ce moment magique, cet homme dont elle était folle amoureuse, à présent. Avec patience, elle commença à lui tourner le dos, tournant ainsi le dos à une quelconque relation, effaçant de sa mémoire ce moment de leur rencontre, ce moment ultime, ce moment parfait. Puis, brusquement et sans comprendre ce qu'il se passait, la jeune femme sentit une main forte et assuré autour de sa taille. Rouvrant les yeux, par réflexe, elle se retrouva face à James et celui-ci semblait déterminé à ne pas la laisser partir. Soit parce qu'il ressentait les mêmes sentiments qu'elle - chose complètement absurde -, soit parce qu'il voulait encore jouer avec elle et la torturer, que ce soit physiquement ou moralement. Laissant une autre larme couler le long de sa joue, un spasme la traversa et à travers ce contact, son amour pour lui s'intensifia, n'ayant plus qu'une envie : L'embrasser. Celui de partir venait d'exploser en mille morceaux, à présent qu'il l'avait rattraper, jamais elle ne pourrait réussir à s'enfuir. Qu'elle était faible, la tueuse. Qu'elle était idiote et naïf, la tueuse.

    Un autre contact la fit tressaillir et elle se perdit un moment dans les iris rougeâtre de James. Sentant la main de ce dernier sur sa joue, la caressant avec délicatesse et maladresse, une bouffée de honte l'envahit en sentant qu'il avait essuyé une de ses larmes. Celui-ci n'y fit apparemment pas attention et replaça une de ses mèches derrière son oreille. Ils étaient si proche en cet instant, si liés, que la jeune femme se faisait violence pour ne pas brûler les derniers centimètres qui les séparaient. Elle le désirait, elle le voulait. Plus que tout au monde. Elle aurait fait n'importe quoi en cet instant pour toucher et goûter ses lèvres si pulpeuse et aux airs si gouteux. Tout ceci était d'une telle torture pour la brune qu'elle déglutit. C'était surement un jeu malsain. Il s'amusait à la rendre folle pour pouvoir plus facilement la détruire, pour pouvoir plus facilement la tuer, pour lui retirer toute force, toute envie de se battre, de vivre. Et pourtant, son envie de l'embrasser ne s'effaça pas, bien au contraire, elle s'intensifia. Son cœur battait la chamade, s'accordant parfaitement bien avec sa respiration rapide, rythmant terriblement bien les pensées de la jeune femme qui fusaient à vif allure. Enfin, son rêve sembla se réaliser et le jeune homme se rapprocha petit-à-petit d'elle, avec une langueur palpable, qui ne faisait que lui donner le tournis et qui augmentait ses angoisses. Au bout d'un certain temps, qui aurait semblé être tout une vie pour Hell, leurs lèvres se frôlèrent au début avec un certain manque d'adresse, une certaine gêne, puis tous deux se rapprochèrent l'un de l'autre en même temps ce qui eut pour effet d'intensifier le baiser, le rendant bien plus profond et plus ardent. Le cœur d'Hell était presque sur le point d'exploser tant ce moment était parfait, savoureux et exquis. Elle avait l'impression d'être dans un rêve où tout était parfait, où tout semblait être rose. Durant leur baiser, la brune sentit le vampire essayait de franchir la barrière de ses lèvres, et elle ouvrit doucement la bouche afin de laisser une danse exaltante presque électrisé se faire entre leurs langues. Encore une fois, la température des deux corps se fit ressentir et un frisson de plaisir s'échappa de son corps. Le baiser devenait de plus en plus passionné, de plus en plus galvanisé. C'est là, à ce moment précis que Hell le sentit, elle le ressentait du plus profond de son âme; ce baiser était le début de tout. Elle pouvait percevoir les sentiments de James et semblait lire en lui, comme un livre ouvert et la vérité la frappa de plein fouet : Il l'aimait. Autant qu'elle et avec la même passion dévorante, avec ce même enthousiasme et cette même fascination. Ils avaient beau être des opposés, des contraires, nés tous deux pour se détruire, ils s'aimaient. C'était tellement puissant, tellement fort et sincère que la jeune femme en eut le tournis et commençait de plus en plus à manquer d'air, et pourtant, elle ne voulait pas s'arrêter, elle voulait continuer encore et encore à baiser ses lèvres pulpeuses, à savourer leurs goûts et à danser avec sa langue, comme un ballet, une valse dont seuls eux deux connaissait les pas.

    Pourtant, elle s'arrêta et dû se reculer, à bout de souffle. Reprenant son souffle, elle s'accrocha au tee-shirt noir de James, le serrant de toute ses forces et ayant peur qu'après ce baiser, il s'enfuit, il la laisse, l'abandonne. Respirant avec difficulté, elle posa son front sur son torse, laissant une de ses mains toujours aussi accroché à son tee-shirt et plaçant l'autre derrière sa nuque. Comparée à elle, c'était une vraie armoire à glace et la jeune femme se demandait sérieusement comment elle avait réussit à le blesser. Collée à lui, elle fut rassurée de sentir que les mains du jeune homme la serrer d'avantage, ne voulant pas à priori la laisser partir. Au moins, le sentiment était réciproque. Bercée par les pulsions de son cœur qui battait à 200 à l'heure, elle frissonna par rapport à la différence des températures. Jamais, avant aujourd'hui, elle n'avait eut froid dans sa vie, et malgré le fait qu'elle venait d"échanger un baiser passionnel et qu'elle était profondément essoufflée, rien ne faisait qu'elle n'avait plus chaud dans les bras glacé de James. Tremblotant de plus en plus, le vampire sembla remarquer ses convulsions de plus en plus avancé. Il voulu se détacher d'elle, essayant de se reculer d'elle, mais outrée, Hell le retenu par le tee-shirt et remonta ses yeux chocolats vers lui, essayant de lui faire comprendre silencieusement qu'elle se fichait pas mal d'avoir froid et que son seul plaisir était d'être dans ses bras. Il sembla comprendre et lâcha un petit soupir résigné avant de se rapprocher encore plus d'elle. La tueuse aurait tellement voulu pouvoir s'ancrer dans le vampire, s'immisçant dans sa chair et ne faisant plus qu'un avec lui. Le regardant de ses iris caramel, les yeux d'Hell scintillaient de mille feux, heureuse d'être ici, avec lui, ce vampire dont elle venait d'être tombée amoureuse. Un long silence berça les deux adolescents dans un échange de regard. James avait beau avoir les yeux encore rouge, rien en lui n'était effrayant, pas même sa carrure imposante. Au contraire, jamais, Hell ne s'était autant en sécurité avec quelqu'un. Voyant que son visage devenait fermé et que ses traits se fronçaient, Hell l'interrogea du regard et finit par comprendre ce à quoi il pensait. Où est-ce que tout ceci les mèneraient ? Voyant qu'il allait ouvrir la bouche, Hell plaça son index sur ses lèvres pulpeuses, ne voulant pas qu'il dise quoi que ce soit sur leur futur ou sur le pourquoi du comment.

      - Non, ne dis rien. Tu vas tout gâcher.

    Le jeune homme haussa les sourcils, l'air incrédule et un petit sourire en coin fleurit sur les lèvres de la tueuse. Directement, elle retira son doigt des lèvres de James et se hissa sur la pointe des pieds pour les ré-atteindre. Ne lui laissant pas le choix, elle embrassa une deuxième fois ses lèvres tant adoré et attendit qu'il réponde à son baiser. Au début, boudeur, il ne tiqua pas, restant sur ses positions. Amusée, la brune passa une de ses mains dans le dos du vampire, et possédant une force surhumaine, elle le rapprocha d'avantage de lui, ce qui eut pour effet d'approfondir le baiser. Directement, James sembla s'apaiser et répondit au baiser avec une certaine tendresse, qui ne fit que accélérer les pulsions du cœur de l'humaine. Ce n'était qu'une idiote, au fond, elle le savait. Mais une idiote amoureuse d'un vampire. Elle se fichait bien de savoir leur avenir, de savoir comment ils feront, de savoir de quoi demain serait fait, car pour l'instant, tout ce qui comptait, c'était le moment présent, c'était lui et cet amour qui ne cessait d'augmenter au fil des minutes. Brusquement, sans comprendre pourquoi, le baiser se fit bien plus passionné et enflammé qu'elle ne l'aurait pensé. Quelque chose d'autre était en train de naître en elle, un certain désir, une profonde attirance qui augmentait durant leur baiser. Aussi fou que cela puisse paraître, elle avait envie de lui. De sentir ses baisers sur chaque parcelle de sa peau, de toucher son corps et de frisonner devant leurs corps collés l'un à l'autre. Ce sentiment était surement réciproque, car plus ils s'embrassaient, plus James la serrer de plus en plus fort. Laissant leur pulsion prendre le dessus, et sans savoir comment, Hell se retrouva plaquer contre un tronc d'arbre avec une telle violence que l'arbre vacilla légèrement. Abandonnant une fois de plus sa raison, elle se laissa docilement faire, appréciant les baisers de plus en plus ardent et désireux des deux amants. James rompu leur baiser pour se nicher dans son cou, la soulevant au passage; il embrassa chaque petit recoin de son cou, puis remonta vers ses lèvres et se laissa tomber dans un gouffre d'amour et de désir. Tout était parfait. Tout était comme elle le voulait. Mais pourtant, quelque chose la chiffonnait. Plus les minutes passaient et plus elle se sentait de plus en plus fatiguée et elle avait de plus en plus froid, comme si la vie était en train de s'enfuir de son corps, doucement mais surement. A en voir le comportement de son petit-ami - s'il l'était ? -, elle était la seule à subir cette transformation.

    Fronçant les sourcils, elle trouva brusquement que l'air devenait pesant, presque trop lourd pour un simple jardin. Voyant que quelque chose clochait, James se sépara de ses lèvres et l'interrogea du regard. En le regardant, elle sursauta, le voyant flou. Non, quelque chose n'allait réellement pas. La panique la gagna et le manque d'air devint presque obsessionnelle, elle se sentait confinée, presque oppressée par quelque chose. Passant une main sur son front, elle tenta de froncer les sourcils, mais la lenteur la gagna à son tour. Oh, non, quelque chose n'allait réellement pas. Se mettant à respirer avec difficulté, elle laissa une autre de ses mains se perdre sur sa nuque, persuadée que quelque chose bloquait sa voix respiratoire. Pourtant, elle n'était pas en train de s'étouffer, donc elle en conclut à autre chose. Sentant ses jambes trembler et ses genoux fléchir, elle faillit tomber mais James la rattrapa de justesse et l'interrogea du regard tout en fronçant ses sourcils bruns. La jeune femme essaya d'ouvrir la bouche pour laisser échapper quelques mots, ne serait-ce qu'une phrase, mais rien n'y sentit mis-à-part une fine goute de sang qui s'écrasa aussitôt sur le tee-shirt de James. L'air lui manquait, elle étouffait, suffoquait, elle était en train d'être empoisonnée. N'arrivant plus à supporter son poids, elle tomba complètement et son amant se mit à la porter, la tenant fermement dans ses bras comme une poupée de cire. Complètement déboussolée par ce qui lui arrivait, elle puisa dans les dernières forces qui lui restait et tenta de parler à son vampire.

      - J..a...m...e...s....

    Puis, plus rien. Les ténèbres l'encerclèrent et pour la première fois depuis James, elle avait peur. Sa tête devint de plus en plus lourde et elle ferma les paupières, quittant ainsi les yeux rouges sang de James et rompant le contact. Au fur et à mesure, elle se perdait dans son âme, dans l'obscurité. Enfin, elle s'endormit dans les bras de Morphée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://xJell.skyblog.com

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 27
♣ Localisation : En enfer
♣ Situation amoureuse : Elle ne pourra m'échapper

MessageSujet: Re: Anywhere but here ▪ [James&Hell]   Lun 20 Juin 2011 - 20:00


James ne s’était jamais sentit aussi bien. Il découvrait des sensations nouvelles et il n’avait pas peur de cette nouveauté, car il était avec Hell, et qu’ensemble ils ne risquaient rien. Ils étaient en parfaite harmonie, une symbiose passionnée qui les reliait l’un à l’autre. Un idylle naissant presque trop beau pour exister. Et pourtant, ils se trouvaient là, tous les deux, à s’embrasser comme des fous, comme si tout cela risquait de s’arrêter à un moment ou un autre. Mais James ferait tout pour que cela n’arrive pas. Il l’aimait, c’était la vérité, comme il n'avait jamais aimé. C’était presque impossible d’éprouver tant de sentiments à l’égard d’une humaine, tueuse de vampires qui plus est. Elle était son ennemis numéro un, celle qui devait mettre un terme à sa vie. Mais, elle en le ferait pas. Car ils partageaient le même secret, celui de leur amour tant passionné. Le baiser s’intensifia, mais au bout de quelques temps, Hell se détacha de lui, afin de reprendre son souffle. Il en avait presque oublié qu’elle avait besoin de respirer, elle. Elle ne s’écarta pas pour autant, et s’accrocha au tee-shirt de James, comme à une bouée de sauvetage. Elle semblait avoir autant peur que lui d’être séparé et il en fut soulagé. D’un souffle rauque et saccadé, elle posa son front sur le torse gelé du vampire. Il s’en voulait de ne pas avoir la capacité de la réchauffer, comme les lycans savaient le faire. À la pensée de ces créatures, un grondement silencieux sortit de la gorge du brun. Pourquoi pensait-il à ces pauvres clébards, alors qu’il vivait un moment parfait ?

Achevant ses pensées maussades, il reporta son attention sur la brune qui plaça sa main sur la nuque du vampire. Il frissonna en sentant la chair douce et tentante de la jeune femme. Elle était un peu plus petite que lui, et il se sentait très protecteur. Il la resserra un peu plus près de lui, lui interdisant ainsi de partir. Il sentit le cœur de sa bien-aimée battre contre son torse et la mélodie des battements réguliers le bercèrent peu à peu. Comme il aimait entendre ce son mélodique et rythmique si expressif. Peu à peu, il sentit Hell trembler contre lui, sûrement à cause de la température de son corps et il essaya de s’écarter, pour ne pas la rendre malade, à regrets. Mais, elle le retenu et l’obligea à la regarder. Les prunelles de la jeune femme parlaient pour elle-même, peu importe si elle tombait malad,e elle était bien avec lui et voulait profiter de l’instant présent. James l’attira alors à lui et l’enlaça tendrement. Il la désirait, il se consumait peu à peu, car elle ravivait en lui un feu tentateur qui ne demandait qu’à brûler. Le monde aurait pu s’écrouler autour d’eux, cela n’aurait rien changer à leur amour passionné. On aurait pu appeler ça un coup de foudre. Le coup de foudre détruit, certes, car le monde ne sera plus jamais comme avant à présent, mais en s’aimant, les deux adolescents accèdent à une autre dimension, ils se révèlent à eux-mêmes. Et leur amour, serait-il plus fort que leur haine ? Car ils devaient se détester, ils étaient nés pour se détruire. Alors, où tout cela les mènerait-il ? Car, leur idylle romantique est impossible. L’un d’eux finira pas le comprendre et planter un coup de couteau dans l’autre.

James ne se sentait pas près à vivre une nouvelle relation compliquée. Et pourtant, il ne voulait pas s’imaginer la vie sans Hell. Il ne voulait pas souffrir encore une fois de l’absence de l’être aimée. Même si cette fois-ci, c’était différent. Hell n’était pas Nemesis. Nemesis était son lointain passé, Hell était son présent, et il espérait, son futur. Car, il n’avait pas l’intention de la laisser partir. Ils devaient trouver une solution, un moyen de s’aimer sans avoir la peur constante de se faire repérer. Il allait en parler à la jeune brune, lorsqu’elle posa son index sur ses lèvres. Il se braqua aussitôt, et la laissa parler:

- Non, ne dis rien. Tu vas tout gâcher.


La voix mélodieuse et taquine de la brune résonna aux oreilles du vampire qui haussa les sourcils. Hell, amusée, se mit sur la pointe des pieds pour atteindre ses lèvres. Elle l’embrassa d’un simple baiser qui plut énormément au vampire, mais il résista à le lui rendre. Faisant mine de bouder. Hell en fut presque vexée, mais elle lui ordonna de l’embrasser en l’attirant à elle. James s’exécuta et toucha les lèvres de la jeune femme tendrement, ce qui eut pour conséquence d’accélérer les battements du joli cœur de l’humaine. D’un seul coup, leur baiser se fit plus intense, beaucoup plus enflammé. James sentait grandir en lui un désir inconnu, il la voulait pour lui seul et la serra encore plus. James se laissa alors aller, et avec violence et brutalité, il la porta et la plaqua sur un tronc d’arbre qui manqua de bouger. Il l’embrassa de pleine bouche, dansant avec la langue de la brune. Le feu d’un désir brûlait en lui, il l’aimait tellement. Il rompit leur baiser et se pencha pour atteindre le cou de la jeune femme. Il al sentit frémir, alors qu’il commençait à embrasser la chair de sa tendre. Il aurait pu la mordre, et arrêter tout. Il aurait pu la tuer. Mais, il ne le fit pas. Car si elle mourrait, il mourrait aussi. Ils étaient unis à présent, mais James voulait plus. Il la désirait, il aurait aimé la caresser, lui prouver à quel point il la chérissait. Il remonta vers sa bouche et s’abandonna une fois de plus à un baiser envoûtant et langoureux. Mais très vite, Hell sembla distante. James rompit alors leur baiser et l’interrogea du regard. Ses yeux semblaient pétrifiés, étonnés, et James comprit tout de suite que quelque chose clochait. La respiration de l’humaine se fit moins régulière et elle sursauta en fronçant ses yeux. Elle lâcha James pour porter une main sur son front et une autre sur sa nuque. Les genoux de la brune tremblaient et elle allait trébucher, mais James la rattrapa, la soutenant. Il s’inquiétait, que se passait-il ? Elle allait répondre à son interrogation mentale, mais aucun son ne sortit de sa gorge. Seule une goutte de sang vint s’écraser sur le tee-shirt du vampire. Il comprit alors que la jeune femme allait défaillir et peut-être mourir si il ne faisait rien. La panique commençait à le gagner mais il essaya de cacher son inquiétude lorsqu’elle s’écroula. Il la rattrapa au vol et la porta dans ses bras, l’encerclant pour la protéger. Il la regardait, elle avait le regard vide et effrayé, et il se sentit impuissant face au malheur de son humaine. Malgré tout il entendit le faible chuchotement qu’elle murmura avant de sombrer dans un sommeil profond:

J..a...m...e...s...


Le vampire se retrouvait seul à présent, dans ce jardin si étrange. Il regarda autour de lui un moment et remarqua que les plantes avaient changés. Elles étaient beaucoup moins tropicales, et il retourna près du tronc où il avait plaqué Hell. C’est alors qu’il vit une énorme trace noire sur l’arbre et il comprit aussitôt. Le contact entre le tronc et l’humaine avait fait réagir le jardin. L’environnement était alors devenu toxique et dangereux, surtout pour Hell. James lui, était immunisé contre ce genre d’empoisonnement, mais pas les humains. Il fallait vite trouver la sortie, afin de soigner Hell. Il devait l’emmener chez lui, pour la guérir, il avait en réserves quelques plantes d’Elfes et ce serait un remède efficace contre l’infection.

Il ferma les yeux et visualisa l’impasse où se trouvait son hôtel. Il se concentra de toutes ses forces et après un léger picotement, il rouvrit les paupières. Il se trouvait exactement à l’endroit où il l’avait souhaité. Il portait toujours Hell dans ses bras et fut soulagé lorsqu’il l’entendit reprendre vie. Elle respirait ! Il marchait lentement mais d’un pas assuré, avec Hell dans les bras. Il n'aurait pas pu la lâcher même si sa vie à lui en dépendait. Il l’aimait tellement et avait eu si peur de la perdre, qu’il savait à présent que tous deux étaient faits l’un pour l’autre. Doucement, il la sentit bouger dans ses bras. Il la regarda et vit qu’elle ouvrait peu à peu les paupières. Ses yeux caramels comblèrent le brun et il continua d’avancer, dévisageant Hell, qui semblait perdu. Mais au bout d’un moment elle reprit ses esprits et lui imposa de la poser. Il en comprit pas tout de suite son énervement soudain, mais lorsqu’elle fut à terre et qu’elle s’écarta loin de lui, il sut que quelque chose avait changé dans l’attitude de la jeune femme.

Toute expression d’amour avait disparut dans son regard, remplacé par de la haine et de la colère. Il allait avancer vers elle pour la prendre dans ses bras et la rassurer, lorsqu’elle bougea une nouvelle fois. Elle commença à marcher en cercle autour de lui, comme si un nouveau jeu de chat et de souris commençait. Elle tournait et James la suivait du regard. Il ne comprenait pas, tout allait pourtant si bien, pourquoi ce brusque changement de situation ? Avec calme, il lui demanda du regard de s’arrêter, mais elle ignora cet appel. Il s’exclama alors:

-À quoi joues-tu ?


Mais elle sembla s’en contre-foutre. Vexé, il la laissa continuer son petit manège, certain qu’elle débloquait, que le jardin lui avait fait un lavage de cerveau. Il n’aurait jamais pensé qu’elle se serait de nouveau attaquer à lui. Il anticipa sa frappe, elle allait lui sauter dessus. Aussi vite que possible, il intercepta sa frappe et lui bloqua les deux bras. Mais, rapide et petite, elle se dégagea facilement de son emprise. Il ne l’attaqua pas, ne voyant pas l’intérêt. Car il en voulait pas lui faire de mal, il l’aimait et même si elle semblait avoir perdu la tête, il savait qu’au fond d’elle, elle se souvenait de ses sentiments. Il remarqua alors que l’expression de l’humaine était dure et froide. Comme un vent glaciale qui aurait traverser la ville. Après quelques instants de calme, elle revint à la charge, et James, pétrifié par ce qu’il venait de constater, ne se défendit pas. Le coup lui fit perdre pied et il tomba à la renverse, se releva aussitôt, frottant sa mâchoire. La Hell qu’il aimait avait bel et bien disparut, car lorsqu’il posa son regard étonné sur la jeune femme, il vit un rictus diabolique se dessiner sur son visage. James s’était une fois de plus fait avoir par le stupide sentiment de l’amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 32
♣ Localisation : En patrouille.
♣ Situation amoureuse : Beaucoup trop compliqué.

MessageSujet: Re: Anywhere but here ▪ [James&Hell]   Lun 20 Juin 2011 - 20:00

    Un bruit sonore réveilla Hell en sursaut. Commençant doucement à papillonner les paupières, essayant de se souvenir de ce qui s'était passée et où est-ce qu'elle était. Se redressant doucement, elle remarqua qu'elle était couchée sur de la neige, où une immense plaque de verglas s'étalait. La panique l'assaillit. Depuis quand avait-il neigé à San Fransisco ? Regardant autour d'elle, la brune faillit s'étouffer en contemplant les arbres qui l'encerclaient dangereusement. Une boule de stress et de douleur se forma dans sa gorge. Tout recommençait. New York, un certain 26 novembre 2006 ou le jour le plus dur et insurmontable de sa vie. Avec courage, elle se redressa et laissa un cri en plus d'être surprenant, de douleur s'échapper d'entre ses lèvres fines. Son bras avait craqué et elle remarqua avec étonnement que celui-ci semblait fêlé ou déboité. Qu'importe, il fallait qu'elle se relève, et au plus vite. Serrant les dents avec force, elle prit son bras endoloris avec l'autre et le fit craquer très rapidement et avec puissance. Un autre cri plus intense dans la douleur s'échappa d'entre sa gorge et une larme ne put s'empêcher de rouler contre une de ses joues froides et pâles. La douleur n'étant malgré tout pas partit, elle se sentait déjà plus à l'aise. Avec précaution et douceur, elle se releva et garda son bras fracturé collé contre sa poitrine, ne voulant pas que son état s'aggrave d'avantage. Puis, enfin, elle se mit à avancer. Car, c'était la seule issue possible, c'était la seule chose qui lui restait à faire. Une jambe devant l'autre, le même mouvement répété, inlassablement. Encore, et encore. Avancer, ne pas s'arrêter, sans aucuns prétextes, toujours et encore avancer, ne pas regarder derrière soit, passer au-dessus des erreurs de la vie, et continuer encore et encore et encore et encore. Un son qui ressemblait à un gyrophare la fit perdre pied.

    Un cri sortit de sa bouche et elle plaça ses deux mains de chaque côté de son visage, tout en fermant les paupières lourdement. Elle passa outre la douleur qu'elle ressentait au bras. Elle voulait rentrer chez elle. Elle voulait revenir à San Fransisco. Elle voulait revoir Ian. Un sanglot la prit de court et Hell dû l'étouffer, surprise. Des larmes salés coulèrent le long de ses joues, prenant un chemin qui semblait tout tracé, alors que sa peau était pourtant si lisse et si douce. Pourquoi était-elle revenue en 2006 ? Pourquoi était-elle revenue à New York ? Puis, d'un coup, la réponse sembla lui apparaitre sous les yeux. Si elle était revenue, c'était pour changer le court des choses, pour sauver ses parents d'une mort certaine, pour améliorer le futur et lui permettre une pérennité et une vie meilleure. N'y tenant plus, elle entrouvrit la bouche, puis la referma. Il était temps. Hell se mit donc à courir à travers Central Parc, ne faisant plus attention à son bras, ni à sa respiration saccadée. Son cœur lui donnait l'impression d'exploser à chaque battement, qui se répercutait dans ses tympans, lui donnant ainsi des bouffées de chaleur, incontrôlable. Bientôt, elle fut arrivée à l'orée du parc et passa à travers les ronces et les buissons, afin d'arriver plus rapidement chez elle. Lorsqu'elle sortit du parc, elle avait des égratignures un peu partout sur le corps, mais principalement sur le visage où plusieurs écorchures étaient plutôt saignantes. Mais qu'importe, elle continuait de courir. Sa rapidité de tueuse l'avait surement plus aidé qu'il ne l'aurait fallut et alors qu'elle tournait sur la septième, elle sentait des picotements au niveau de son visage, signe que c'était surement déjà en train de cicatriser. La magie de la tueuse. Les cheveux dans le vent, son cœur battant dans chaque partit de son corps, la faisant presque vibrer d'adrénaline, son bras endoloris lui faisant un mal de chien, elle était à deux doigts de craquer. Mais pourtant... Elle continuait. Elle courait, encore et encore. Il le fallait. Enfin, elle arriva devant son immeuble. Aucun signe de la police ou des ambulances, ce qui était en soit, plutôt bon signe. N'y pouvant plus, elle tapa les codes de son immeuble et rentra directement. Ne voulant pas attendre l'ascenseur, elle prit les escaliers et grimpa rapidement jusqu'au septième étage. Courant comme si sa vie en dépendait, elle arriva devant le palier de sa maison. Elle constata avec agacement qu'elle n'avait pas les clés et massacra la porte à coup de pieds. Consciente qu'il était possible que les vampires soient déjà chez elle, elle prit un morceau de la porte et le cassa avec promptitude afin d'avoir dans les mains ce qui semblait ressembler à un pieu.

    Elle se mit à appeler ses parents dans tous l'appartement. N'ayant aucunes réponses, la peur l'envahit. Elle passa dans toutes les pièces de son appartement, et alla dans la dernière partie de son logement. Celle où elle n'était pas encore aller : Sa propre chambre. Essoufflée, elle s'arrêta devant sa chambre et reprit son souffle quelques instants. Puis, avec courage, elle attrapa la poignée et la tourna. Celle-ci s'ouvrit directement et laissa place au pire des massacres. Devant elle, le corps de son père étalé au sol, baignant dans son propre sang. Le sang avait refait la décoration de sa chambre et semblait s'étaler partout, que ce soit sur ses posters, sur ses draps ou même sur les grandes baies vitrés de sa chambre. Avec effarement, elle remarqua le corps de sa mère portée par quelqu'un qui était de dos. Ce dernier était baissé sur la nuque de sa mère et Hell comprit directement. Un cri de rage s'échappa de ses lèvres et elle se rua vers le tueur. Elle fut brusquement arrêtée dans son élan, lorsque le chasseur se retourna. La rage fut remplacée par la douleur et la trahison. James Winslowe. C'était donc lui le tueur de ses parents, le sauvage qui les avaient assassinés. Elle avait pourtant été sure d'avoir réussit à tuer ceux qui se cachait derrière tout ceci. En voyant le sang de ses parents étalés sur ses lèvres pulpeuses qu'elle avait embrassé quelques minutes auparavant, la nausée la prit. Elle se tint quelques secondes au mur qui était près d'elle. Les larmes coulèrent sans lui demander son avis et une boule de douleur intense et profonde se créa au creux de son ventre. Tandis que tous les deux se regardaient, Hell n'arrivait pas à croire que c'était lui, que c'était lui qui avait provoqué ce qu'elle était devenue, que c'était lui qui avait fait souffrir sa famille. Le sang coulait le long de sa mâchoire et ses yeux étaient d'un tels rouges sang, que ça donnait la chair de poule. C'était tout simplement effrayant et dégoutant. Prenant son courage à deux mains, la jeune femme soupira longuement et serra avec force le bout de bois qu'elle avait dans les mains. Ne se retenant plus, elle se mit à courir vers son pire ennemi.

    Lorsqu'elle reprit conscience, l'impression première qu'elle eut était d'être portée, couchée dans les bras de quelqu'un qui avait la peau extrêmement froide. Puis, petit à petit, ses sens revinrent d'un sommeil profond et elle put à nouveaux entendre, sentir et voir. Comme si c'était la première fois depuis longtemps, Hell ouvrit les yeux et fut d'abord aveuglée par la lumière des lampadaires qui bordés les rues de la ville. Elle referma directement les yeux pour les rouvrir quelques secondes après. Cette fois, ce fut les étoiles qu'elle put voir, bien sûr, à cause de l'énergie que dégageait la ville, on ne pouvait pas réellement bien voir les étoiles qui baignaient dans un ciel d'un bleu profond et sombre, mais on pouvait apercevoir quelques étoiles, par ci et par là. Puis, elle laissa ses yeux chocolats regarder celui qui semblait la porter avec amour et délicatesse. Elle mit du temps à mettre un nom sur son visage. Puis.. Petit-à-petit, elle revit ses souvenirs en sorte de flashs. Le jardin des Illusions. Le combat. L'attirance profonde. Le baiser. La passion. L'amour. Puis.. La vérité. La souffrance. La trahison. L'horreur et la peur. En revoyant James avec le sang de ses parents sur lui, étalé partout dans sa chambre, elle tenta de se dégager de son emprise, gigotant dans tous les sens pour parvenir à ses fins. Celui-ci obtempéra et la laissa partir. Dès qu'elle eut les pieds sur la terre ferme, elle se recula rapidement de lui et se mit aussi loin qu'elle le put. En voyant que son bras lui faisait encore un mal de chien, tout ceci confirma son hypothèse. Elle n'avait pas rêvé. Il avait tué ses parents et à présent, il voulait la tuer. Peut-être même qu'il s'en était prit à son frère avant de la rencontrer. Une bouffée de peur l'envahit et elle se recula d'avantage. Non... Si Ian avait était en danger, il l'aurait directement appelé, comme à chaque fois qu'il se sentait menacé. Le regardant droit dans les yeux, elle fut tout simplement dégoutée par les sentiments qu'elle avait éprouvé au Jardin des Illusions. Il était sur et certain que James avait dû la piéger en rentrant dans son esprit et en lui faisant croire des choses terriblement fausses. Elle avait été assez faible pour le croire, pour se laisser berner. Quelle idiote. Elle aurait pu perdre la vie, ce soir. Elle était dégoutée, écœurée par cet être qui semblait pourtant si humain et si gentil en apparence, mais un véritable monstre hideux à l'intérieur. En le voyant se rapprocher d'elle, la jeune femme grogna doucement et se recula encore plus. Elle ne pouvait pas. Elle ne voulait pas.

    Il fallait qu'elle le tue. C'était certain. Avec grâce, elle commença donc à le prendre en traque, comme si elle était une chasseuse et lui, sa proie. Il avait beau être le plus bel homme qu'elle n'ait jamais rencontré, il n'avait rien d'un homme. Il était vicieux, mesquin et cruel. C'était un vampire qui avait perdu son âme, une créature des ténèbres, une bête de Satan. Une personne qui n'attendait qu'elle se retourne pour pouvoir l'attaquer et la tuer. Tournant autour de lui, elle essayait de réfléchir à une tactique pour l'abattre avec rapidité. De plus, son bras lui faisait réellement mal et il était urgent qu'elle rentre chez elle pour pouvoir le guérir avec des plantes elfiques. Le vampire l'interrogea du regard et essaya de la faire revenir à lui, par le gré de ses yeux, mais ça ne prenait plus. Hell était vaccinée contre James Winslowe. Et plus jamais, elle ne se laisserait avoir.

      - A quoi joues-tu ?

    Elle eut brusquement envie de lui rire au nez. Comme comédien, Hell avait vu mieux. Il était temps d'en finir. Qu'importe comment frapper, comment le blesser. Le plus important était d'y arriver. Il fallait qu'elle le tue. Une bonne fois pour toute. Pour ses parents. L'image de James dans sa chambre accompagnés des cadavres de ses parents refit surface dans son esprit, et la tueuse n'hésita plus. Elle lui fonça dessus et tenta de lui donner un coup de poing. En vain, il semblait avoir déjà vu cette scène et attrapa le premier bras qui avait essayé de le toucher. N'ayant plus le choix, la brune tenta de l'attaquer avec son bras endommagé, il l'intercepta à son tour, et elle ne put s'empêcher de grimacer en sentant qu'il serrait bien trop son bras froissé à son goût. Goujat. Il profitait surement de sa faiblesse pour pouvoir plus facilement l'avoir. Se servant de sa rage comme gasoil, elle se dégagea de son emprise et passa sous les bras musclés de James. Elle put récupérer l'emprise de ses bras et fut rassurée de se voir encore en vie. Il aurait pût la frapper, mais il ne l'avait pas fait... Il aurait put aisément la tuer à ce moment là, mais il n'avait absolument rien fait, mis-à-part arrêter ses coups et essayer de la calmer à l'aide de ses yeux grisés. Le doute envahit la jeune femme. Et si tout ce qu'ils avaient ressentis au Jardin des Illusions avait été réel ? Et si leurs sentiments étaient purs et sincères ? En repensant à leur baiser échangé, un frisson la parcourut. Tout ceci avait été si doux et si fougueux, qu'il était étrange qu'elle doute en ce moment même. Puis, l'image de ses parents morts revinrent en tête, leur sang coulant le long des lèvres de James, jusqu'à la commissure de celles-ci. Pile où Hell l'avait embrassé. Jamais elle ne se serait douté un seul instant qu'il avait tué ses parents, qu'il les avait massacrés. La nausée la reprit et elle fut à ce moment précis sure de ses convictions. James était un vampire et elle, c'était une tueuse de vampire. Voilà comment était la vie. Voilà comment tout ceci marchait. Hell redressa doucement la tête vers James et lui offrit le plus mauvais des regards possibles qu'elle avait en stock. Elle le détestait.

    Laissant sa colère reprendre le dessus, elle lui donna un magnifique coup de pied, au niveau du visage, grâce à une belle prise de judo. Le voyant à quelques mètres d'elle, à terre, se massant avec douleur la joue, un sourire mauvais se forma sur les lèvre de la brune. Et un, zéro, pour Hell. Celui-ci semblait presque abasourdit par le coup porté. C'est vrai qu'il avait été plutôt fort. Le vampire en question était à terre, la joue légèrement gonflé. Avec un peu de chance, elle pourrait le mettre K.O rapidement. Elle s'avança alors vers lui, ses talons claquant le bitume dans un bruit désagréable et sonore. Profitant de son moment apparemment surprit, Hell se mit à courir autour de lui et à se faire presque invisible. C'était quelque chose que son ancien mentor vampire lui avait apprit lorsqu'elle avait travaillé le corps à corps à ses côtés. En tant que tueuse de vampire, elle pouvait se rendre invisible aux yeux des vampires, à condition d'être rapide et souple dans chacun des mouvements effectués. Lorsqu'elle fut sure que son petit coup avait marché, elle courut vers lui et lui donna un énorme coup de pied dans l'estomac. Elle entendit un râlement de douleur et elle remonta vers son visage pour lui donner un autre coup de pied. Un craquement se fit entendre et à en juger par les dégâts, elle fut sure qu'il s'agissait de son nez. Elle arrêta donc son petit manège et apparut devant lui. En douceur, elle s'accroupit à ses côtés et lui passa une main dans ses cheveux, faussement affectueux.

      - Quand je pense que tu as faillis m'avoir.. Tu as faillis me faire croire que mes sentiments pour toi étaient sincères. Je déteste les vampires. Il n'y a aucunes exceptions à la règle. Pas même toi. Je ne sais pas ce que tu m'as fais au Jardin des Illusions, mais saches que j'ai repris mes esprits et que je vais te tuer. Non seulement parce que tu as assassiné mes parents en 2006, mais aussi parce que ce soir, tu as essayé de m'éliminer.

    Attrapant dans sa chaussure, un petit poignard, elle regarda longuement la lame scintiller grâce aux lampadaires de la rue où ils étaient. Du poison. Voilà ce qu'il y avait dans cette lame. Du poison, pour vampire, exactement. Rapide, comme mort. Et avec douleur, bien sûr. Un sourire purement poussé par la rage fleurit sur ses lèvres fines. Puis, alors qu'elle allait planter le couteau en plein dans le cœur de James, ce dernier lui donna un énorme coup de poing au visage. Elle tomba à la reverse et se mit à saigner avec violence, de la lèvre supérieure et du nez. Cette partie de son visage sembla la brûler quelques instants et elle émit un petit cri de douleur. Voulant à tout prix en finir avec James, elle rechercha le couteau des yeux. Elle l'avait bêtement laissé tombé lorsqu'il lui avait donné un coup. James était toujours à terre, et alors qu'elle trouva son petit poignard, elle entendit un groupe de jeunes personnes venir en leur direction. Perdue et terrorisée, elle lâcha son poignard et se redressa avec peine. Personne ne devait la voir en compagnie de James Winslowe. Personne ne devait savoir qui ils étaient tous les deux. Avec d'énormes difficultés, elle réussit à se relever et se mit à marcher en boitant vers une ruelle sombre, laissant son ennemi à terre, écroulé sur le goudron. Elle eut brusquement un pincement au cœur en le voyant ainsi, mais secoua vigoureusement la tête. Non, James ne méritait aucune sympathie. Voyant le groupe d'humain se rapprocher de plus en plus du vampire, elle se mit à courir en direction inverse et tenta de retrouver son chemin, dans l'obscure ville qu'était San Fransisco.

    Lorsqu'elle arriva chez elle, après avoir bien galéré à retrouver son immeuble, elle ferma la porte de son appartement à clés et s'écroula contre celle-ci. Les larmes se mirent à couler toute seule et les innombrables blessures qu'elle avait sur le corps se mirent à la brûler et à la picoter. Qu'est-ce qui lui était passé par la tête ? Elle avait laissé un groupe d'humain en compagnie de James Winslowe. Un vampire. Un tueur. Plusieurs images se mirent à venir dans son esprit, où elle apercevait James se relever et tuer tous les humains qu'elle avait abandonné avec lâcheté. Elle les avait tous condamnés. Et au lieu de les sauver... Au lieu de faire ce pourquoi elle était née, elle s'était enfuit en courant. Elle détestait James Winslowe. Elle le détestait de toutes ses forces et elle se promit de le traquer et de le tuer. Même si pour ça, il fallait qu'elle tombe avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://xJell.skyblog.com

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 27
♣ Localisation : En enfer
♣ Situation amoureuse : Elle ne pourra m'échapper

MessageSujet: Re: Anywhere but here ▪ [James&Hell]   Lun 20 Juin 2011 - 20:03


James avait toujours entendu dire qu’il n’y avait qu’un pas entre l’amour et la haine. Il n’y avait jamais cru, n’ayant jamais vraiment éprouvée le sentiment romantique dont parlait les livres, les pièces de théâtres dramatiques, telles que Roméo & Juliette. Non, le vampire n’avait jamais vraiment fait attention à ses propos, qui pourtant était bien vrais. Ils sonnaient de manière mélodique, mais pourtant, il n’y avait rien de musical là dedans. Jamais il ne s’était sentit aussi mal. Comment était-ce possible que la jeune humaine ait changée de cette façon ? Comment était-ce possible que du regard tendre, elle soit passée à celui d’effrayant et menaçant ? Qu’avait-il fait pour la mettre dans des états pareils ? Perdu dans ses pensées, il vit arriver presque trop tard la brune, qui essaya de le frapper, mais habilement il intercepta son bras et le lui bloqua derrière son dos. Voyant qu’elle se débattait, il fit de même avec son second membre et força un peu, afin qu’elle se clame. Cela sembla faire effet, pendant quelques instants, mais malheureusement ce fut de courte durée, et la rage de Hell reprit le dessus. Faisant une fois preuve de ses talents en arts martiaux, elle l’atteignit de son pied au visage et le fit reculer de quelques pas. Une telle violence allait finir par énerver le brun. Il savait pourtant que si il rentrait dans son jeu, il pourrait être dangereux, et il ne voulait pas l’être, pas encore, il ne comprenait pas ce soudain retournement de situation.

Le vampire était au sol, n’en revenant toujours pas. Peut-être valait-il mieux laisser tomber, être passif, elle le laisserait peut-être... Mais, bien sûr que non, Hell était née pour tuer des vampires, c’était sa destinée, son histoire, qui avait été écrite depuis son plus jeune âge. Le fait que pendant quelques instants James et elle aient eu des semblants de ressentis ne signifiaient rien. Ils n’étaient rien, plus rien, l’un pour l’autre. Il fallait que le grand vampire se mette cette idée dans la tête, une bonne fois pour toute, et qu’il cesse de s’attacher.Qu’il cesse d’aimer . Il fermait à demi les paupières, mais entendait tout de même les talons claquants de son ennemie. C’était assez stressant et mystérieux, il se retint plusieurs fois de l’attraper, car lorsqu’il avait les yeux fermés, l’odeur fruité et délicieuse de Hell lui chatouillait encore plus les narines . Il sentit alors comme une bourrasque de vent et ouvrit instantanément les yeux. Il ne distinguait plus la svelte silhouette de la tueuse, elle semblait avoir disparut, pourtant il savait qu’elle était toujours là. Après très peu de temps, il remarqua alors comme des reflets... ceux des cheveux noirs de l’humaine qui se secouaient au vent. Elle était en train de tourner très vite autour de lui, si vite qu’elle en était presque imperceptible. Il ne s’attendait pas à une telle performance de sa part et en fut très impressionné. Décidément il n’était pas déçu, c’était une adversaire de taille. Elle avait certes pris le dessus, grâce à la faiblesse des sentiments idiots de James, mais il allait se reprendre, et sans pitié il la tuerait. Oui, car c’était dans sa nature, c’était ce pourquoi il était ainsi, James était un tueur, un chasseur. Malheureusement, sa revanche attendrait, car pendant qu’il réfléchissait elle avait réfléchit à une nouvelle manière de l’atteindre. Sans y prendre garde, elle fonça droit sur lui et lui frappa à l’estomac ce qui lui arracha un cri de douleur. Il venait de sentir ses côtes se serrer et son foie se déplacer. Il n’eut pas le temps de souffler, qu’elle recommença à jouer en l’atteignant au visage. Un craquement accompagna cette frappe. Et James frotta alors son nez, qui venait de se casser, c’était certain. Hell dut entendre ceci, car elle s’arrêta sa petite manœuvre et s’approcha de lui, afin de le dévisager, de le regarder d’un air moqueur. Pourtant, il eut l’impression qu’elle s’était accroupit tendrement, pour être à sa hauteur. Il avait presque sentit de l’affection venant de sa part, lorsque d’un geste doux, elle avait caressée ses cheveux. Il cligna des paupières plusieurs fois, et un nombre incalculable de fois, il lui sembla que Nemesis était à la place de Hell. Il savait alors que c’était sûrement la dernière fois qu’il ressentirait quelque chose, et il n’avait jamais vraiment pensé à la façon dont il allait mourir. C’était vraiment curieux, mais cela lui plaisait, de se faire tuer par elles, les deux femmes pour qui il avait cru pouvoir se libérer, avec qui il aurait voulu être libre.

- Quand je pense que tu as faillis m'avoir.. Tu as faillis me faire croire que mes sentiments pour toi étaient sincères. Je déteste les vampires. Il n'y a aucunes exceptions à la règle. Pas même toi. Je ne sais pas ce que tu m'as fais au Jardin des Illusions, mais saches que j'ai repris mes esprits et que je vais te tuer. Non seulement parce que tu as assassiné mes parents en 2006, mais aussi parce que ce soir, tu as essayé de m'éliminer.


Les paroles de Hell sonnaient comme une langue étrangère aux oreilles de James. Il ne comprenait rien et nageait dans l’incompréhension totale. Il ne savait même pas que les parents de la belle avaient été assassinés. James était certes un monstre, mais il avait la particularité de se souvenir de chacune de ses victimes. Il s’en serait souvenu si Hell et sa famille avaient fait partie de son tableau de chasse ! Non, il devait y avoir quelque chose pour que l’humaine l’accuse ainsi. Il se rappela alors que dans le jardin, ses sens avaient été en alertes, en effet, après s’être embrassés, Hell avait fait un malaise, mais pas James. Il avait été immunisé contre le poison du Jardin, car il était un vampire, mais Hell était une humaine, certes super-puissante, mais elle restait vulnérable sur bien des points. Elle avait du subir une sorte de lavage de cerveau, qui lui avait mis l’idée que James était le tueur de ses regrettés parents. Le vampire soupira, comment allait-il prouver à l’humaine qu’il était innocent, sur ce coup là ?

Il regarda Hell, qui gracieusement sortit un poignard de sa chaussure. Il n’en fut même pas étonné, avec cette femme il s’attendait déjà à tout . La lame de l’arme brillait grâce aux lueurs des lampadaires et il put voir une expression mesquine et diabolique se dessiner sur le visage de la belle Hell. James se douta alors que ce poignard n’était vraiment pas ordinaire, il allait le tuer. Une mort longue et douloureuse l’attendait, si il ne faisait rien. Il n’avait pas envie de mourir, pas pour quelque chose qu’il n’avait fait, pas pour les beaux yeux de Hell. Alors qu’elle allait planter l’arme à l’endroit où James aurait du avoir un cœur, le vampire lui envoya un énorme coup de poing au visage, ce qui l’envoya valser à quelques mètres. Humant l’air, comme on sent la liberté, James décela une nouvelle odeur, une fragrance fruitée et séductrice. Une senteur unique, qu’il n'avait jamais eu l’occasion de sentir auparavant. Le vampire releva la tête et croisa le regard de Hell, il vit alors qu’elle saignait. À la vue du liquide rouge, il s’emballa. C’était SON odeur, et il l’avait senti. James ne réagit pas tout de suite, plutôt hébété, mais il entendit tout de même le groupe d’humains qui avançait dans leur direction. Hell les entendait aussi, c’est pourquoi elle se leva, et après un dernier regard vers lui, un regard plein de rage, elle s’enfuit, en courant de toutes ses forces, peut-être espérant que tout ça n’avait jamais existé. Et pourtant, tout était vrai. C’était bel et bien réel.

Le vampire avait une fois de plus montré qu’il n’était pas invincible, à cause de ses sentiments, à cause de ce qu’il ressentait. Mais, à présent qu’il avait l’odeur tentatrice de l’humaine à ses narines, celle-ci ne pourrait plus lui échapper. Il était un traqueur, et il la traquerait. Car il savait qu’elle-même allait le faire. Car ils étaient des ennemis mortels et que leur vie en dépendait. Hell allait mourir, oui, elle allait crevée, il allait la faire souffrir, la tuer, lui en faire baver. Il allait lui couper les membres, la désarmer, la vider de son sang, la torturer. Elle allait crier, hurler, pleurer. Elle le supplierait d’arrêter, mais il allait continuer. Oui, James Winslowe était un monstre, un monstre qui avait trop aimé. Un monstre qui avait tenté de survivre sans devenir un meurtrier, mais au fond, on ne pouvait pas s’en sortir. Il entendait de mieux en mieux les humains et décida de les accueillir à bras ouverts. Il fallait qu’il récupère des forces, et pour cela il devait se nourir. Prenant son courage à deux mains, il se leva du mieux qu’il pouvait et s’adossa contre le mur. Attendant les lents humains, il repensa à ce qu’il venait de vivre. Il repensa à Hell et un sourire machiavélique se dessina sur le visage du vampire. Hell Connors allait regretter d’être née.

-Cours Hell, cours ma jolie, vite, ne t’arrête pas. Tu en subirais les conséquences, et je te promets, que tu risques bien plus que ta propre vie.


Il souriait, toujours, et lorsque le premier humain, un adulte d’une trentaine d’années qui semblait sortir d’une soirée bien arrosée. James l’attrapa en vitesse et l’assomma, afin qu’il ne se débatte pas. Puis, il planta ses canines dans le cou de son hôte et aspira son sang avec joie. il sentait revenir les forces en lui, et il avait à présent la conviction qu’une course n’allait pas tarder à commencer. Hell Connors serait sa prochaine victime.


Fin de la première partie du Jell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



My name is
Contenu sponsorisé -


• • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Anywhere but here ▪ [James&Hell]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Anywhere but here ▪ [James&Hell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our World Of Dreams :: Lieux :: ♣ Partout ailleurs :: Le jardin des Illusions-