AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

  You made a friend today. Kindred soul, cracked spirit. | Nelya & Siobhan |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 96
♣ Localisation : A l'église.
♣ Situation amoureuse : Mariée au Seigneur.

MessageSujet: You made a friend today. Kindred soul, cracked spirit. | Nelya & Siobhan |   Jeu 3 Mar 2011 - 18:20




    Elle pouvait presque percevoir l'orientation du vent qui lui brûlait les entrailles sans qu'elle puisse le sentir. C'était psychique. Elle ne ressentait plus rien, ne voyait plus rien, mais elle pouvait toujours l'imaginer. Elle n'avait pas eu le temps de beaucoup se promener à San Francisco de son vivant, mais il n'est jamais trop tard pour rattraper le temps perdu. A présent, elle avait le temps pour ça, le temps pour tout. Quand on pouvait vivre jusqu'à la fin du monde, on pouvait s'accorder plus de moments pour soi qu'avant.
    Siobhan profitait de sa mort sans pouvoir s'empêcher de regretter sa vie. Elle avait aimé son existence jusqu'au bout, et là encore certains aspects de son humanité lui manquaient. Non pas la vue, elle s'était plutôt bien accoutumée à sa cécité. Mais surtout les sensations. Comme le froid, le chaud, la faim, la soif, la fatigue. Tout ça lui manquait. Elle s'en passait volontiers. Il était beaucoup plus simple de ne plus avoir à se préoccuper des besoins vitaux de son propre corps. Pourtant, sans ça, elle ne se considérait plus vraiment comme quelqu'un de normal. D'ailleurs elle ne l'était plus. Elle n'était plus humaine, mais une âme errante. Un esprit craignant d'affronter à nouveau le monde cruel des mortels en reprenant consistance, en se délivrant aux regards des humains. Elle pourrait récupérer son corps tel qu'elle l'avait laissé avant de partir, sans les séquelles de l'accident qui lui avait coûté la vie.
    Siobhan préférait se terrer dans son coin en attendant de se sentir prête. Prête à retrouver ses cinq sens, prête à partager le quotidien des gens avec lesquels elle n'avait plus grand chose en commun. Depuis qu'elle était devenue immortelle, elle se trouvait… différente. Ce constat représentait un obstacle qu'elle peinait encore à franchir pour reprendre forme humaine. Invisible, oubliée, la défunte était à l'abri du monde. Protégée. Hors d'atteinte.

    Seule.

    C'était d'une telle fatalité désormais qu'elle n'y faisait plus attention. Elle ne s'était pas habituée à sa solitude, simplement elle se disait que c'était soit ça soit elle devrait refaire surface. Alors elle se contentait des rares personnes qui pouvaient la voir, même si ce n'était pas réciproque. Cela n'empêchait pas une discussion. De plus, l'esprit avait développé son écoute, elle était devenue plus attentive aux sons qu'elle entendait. Elle avait appris jusqu'à leur appartenance, pour ceux qu'elle avait eu l'occasion de mémoriser bien sûr. Ca l'aidait à reconnaître certaines choses comme quand un tram passait, ou qu'elle s'approchait de l'Océan, ou d'une route. Ou les pas de quelques unes de ses connaissances. Ceux de Blade. Ceux de Peter. Même si concernant ce dernier, elle ne l'avait plus croisé depuis trop longtemps pour continuer à s'en préoccuper. Malgré tout, il y avait de ces approches qu'on ne pouvait oublier. Elle se souvenait du bruit de ses pas sur le macadam, du son de sa voix, et elle aurait aimé vivre ces souvenirs au lieu de se les remémorer.

    Siobhan avait rejoint le célèbre pont rouge, symbole de San Francisco. Elle avait pris place elle ne savait trop où -forcément- mais le calme qui y régnait lui inspirait la sureté. Elle avait confiance en ses pressentiments et s'y installa donc. Elle devait se situer assez haut car le ronronnement des véhicules qui traversaient l'autoroute lui parvenait semblable à un lointain murmure. Sans doute avait-elle pris place sur une des plateformes qui participaient au maintien du pont. L'immortelle respirait la sérénité. Elle se sentait comme chez elle, car ce n'était pas la première fois qu'elle se rendait ici. Elle adorait particulièrement flâner autour du Golden Gate Bridge. Mais pour l'instant, elle se reposait. Même si elle ne ferait que ça du reste de son éternité, et bien tant pis, elle se reposerait quand même. Siobhan n'avait pas envie de faire quoique ce soit d'autre. Et puis elle était bien là. En paix.

    Ou presque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 132
♣ Localisation : Dans les forêts mystique.
♣ Situation amoureuse : Fiancée à Emrys Nerwende...

MessageSujet: Re: You made a friend today. Kindred soul, cracked spirit. | Nelya & Siobhan |   Ven 4 Mar 2011 - 22:26


    Parfois et souvent lorsqu'on s'y attend le moins, des évènements surgissent de façon vifs dans notre vie en prenant dès cet instant un rôle principal au sein de notre organisme. Que ce soit, un décès, une rencontre, une victoire ou bien même une mission les sentiments, les réactions et notre comportement habituel sont troublés du tout au tout. Si bien, qu'on finit par se chercher et par rechercher nos racines. Nelya Lalwende avait une mission à remplir sur San Francisco et ce, depuis déjà quelques semaines. Sur le coup et dès qu'on lui avait proposé ce nouveau défi, elle avait directement accepté, friande de nouvelles aventures et de sensations fortes. De plus, ça avait été une parfaite opportunité pour elle qui n'attendait que ça depuis l'annonce de ses fiançailles au prince Emrys. Ça serait la dernière fois au final qu'elle serait libre de mener bataille contre un ennemi, piégée dans un futur proche où elle deviendrait reine et où ce genre d'attitude de battante n'était pas tolérée. Cependant, depuis quelques semaines elle avait décidément bien trop le mal du pays et avait trop de difficultés à retrouver la trace de ladite Menace qu'elle traquait pourtant sans relâche. Chose inhabituelle chez la guerrière qui avait pourtant la réputation d'être une brillante chasseuse de têtes. Bien sûr, elle avait eu la malheureuse chance d'avoir un coéquipier lycan qui ne pensait qu'à sa petite personne et qui avait surement accepté la mission proposée juste pour jouir en silence des énormes avantages que cela constituait. Agacée et ne désirant pas penser à Nathaniël Huston, la princesse qui était jusque là sur son lit moelleux se roula sur le côté et attrapa sa veste en cuire. Il était temps qu'elle prenne un peu l'air; tous les dossiers sur lesquels elle travaillait depuis tôt ce matin ne l'amenait à rien et ne lui donnait en aucun cas des indices sur le prochain acte de terrorisme qu'avait en tête son ennemie du moment.

    Lâchant un soupir clairement lassé, la jeune femme descendit en trombe les escaliers de son appartement avant de s'arrêter dans la cuisine où elle attrapa une pomme. Croquant dedans avec vitalité, elle mâcha le bout qu'elle avait dans la bouche avant de crier très distinctement dans l'appartement commun qu'elle sortait prendre l'air. Elle savait pertinemment que Nathaniël était dans l'appartement et il était presque sûr qu'il était en train de dormir comme un loir mais tant pis, une des règles qu'ils avaient instaurées était de toujours prévenir l'autre lorsqu'on sortait de la base. Chose faite, Nelya sortit de l'appartement en prenant bien soin de claquer avec brutalité leur porte d'entrée - espérant ainsi réveiller ce fichu lycan. A cette heure-ci de la soirée, la population n'était pas aussi importante que l'aurait pensé la blondinette en observant les rues désertes. Il n'était que vingt-deux heures et en principe les humains avaient toujours étaient au rendez-vous dans l'agglomération. Mais là... C'était vide. Presque comme s'il n'y avait plus qu'une dizaine d'habitant dans la ville. Ne préférant pas y faire trop attention, Nelya commença à marcher vers le sud espérant ainsi tomber sur la mer qu'elle avait tant besoin de voir. Beaucoup d'elfes dans son royaume avaient comme pouvoir de contrôler les quatre éléments de Mère Nature, c'était un don non pas rare mais enviés majoritairement. La princesse avait toujours aimé voir les sages s'en servir à bon escient et avec une certaine vigilance qui lissait leurs traits harmonieux. Avec le temps, elle avait apprit à communiquer avec ses esprits qui reliaient une énergie dans les quatre éléments. Il se trouvait justement qu'elle communiquait plus facilement avec les esprits en rapport avec l'eau. Déterminée donc, elle arriva rapidement au vieux port. Ce dernier avait une vue magnifique sur le célèbre Golden Bridge; le pont rouge. Bercée par la houle que le vent provoquait, le monument semblait être calme et on pouvait entendre même à cette distance le bruit des moteurs de voitures et la grande passerelle grogner de façon presque inaudible, comme un simple murmure qu'on aurait entendu dans un énorme brouhaha. Elle devait être éclairée par des milliers de spots qui jaunissait le Golden Bridge par-ci et par-là, lui donnant ce punch que les humains recherchaient toujours.

    Admirative un moment devant ce qu'elle voyait, Nelya finit vite par reprendre ses esprits et elle avança vers un ponton en bois humide et abimé où certains bateaux s'étaient amarrés. Elle prit place tout au bout et ferma les yeux directement. En respirant profondément, elle tenta de se souvenir ce que lui avait apprit son frère lors de leurs multitudes balades près du lac de leur royaume. Elle se concentra sur ce qui était autour d'elle, ce qui était invisible mais qu'on pouvait sentir. Une rafale vint faire voltiger ses longs cheveux blonds mais rien de plus ne se produisit. Déçue par l'énorme échec qu'elle venait de subir, elle soupira lacement avant de s'affaler complètement au sol. Regardant d'un air désemparé l'eau s'agiter, elle redressa ses iris saphirs vers le Golden Bridge et subitement... Une idée illumina son esprit ombragé. Sans plus attendre, elle se leva et se mit à courir vers le pont afin d'arriver au pilier ouest du pont qui était situé sur Terre ainsi, il lui serait très certainement facile d'y grimper et d'y élaborer ses hypothèses. Elle mit un certain temps à arriver en bas du fameux pont rouge mais lorsqu'elle y fut, elle ne prit même pas la peine de reprendre son souffle et se mit à l'escalader en s'aidant des boulons qui lui servaient de repères. Au bout d'une trentaine de minutes et ça, sans aucun arrêt, la jeune femme arriva enfin tout en haut du pont. Le vent lui fouetta instantanément le visage et elle du s'accrocher avec panache pour ne pas lâcher prise. Lorsqu'elle arriva à surpasser les contraintes présentes, elle se laissa choir nonchalamment sur la plateforme et se permit enfin de reprendre son souffle. Elle resta couchée un long moment, silencieuse et tranquille en se sentant réconfortée par le Golden Bridge et son impressionnante présence, agréable et calme.
    Au bout d'un certain moment, elle se rappela du pourquoi de sa présence ici et se releva avec lenteur. Doucement, elle se mit debout et jeta un vif coup d'œil dans le vide; c'était décidément la plus belle vue qu'on aurait pu avoir sur San Francisco malgré quelques nuages qui gênait sa vision elfique. Au final, elle avait bien fait de monter jusqu'ici... Ça en valait véritablement la peine et au moins ça lui avait fait un peu d'exercice. Un sourire mutin fleurit sur ses lèvres charnues et elle voulu se retourner afin d'observer la vue de l'autre côté, mais... Là... Le choc. En effet, devant elle se trouvait une jeune femme blonde aux traits angéliques et particulièrement agréables à regarder qui observait tout près d'elle la vue qu'on pouvait voir d'ici. En plissant les paupières, Nelya fut presque choquée de remarquer que ses yeux ne dégageaient absolument rien comme... Vides. Il était clair que ça ne pouvait pas être une créature magique qu'elle connaissait; aucunes d'entre elles ne resteraient aveugles. D'un geste lent pour ne pas l'effrayer et éviter ainsi une chute inutile, elle se rapprocha de la jeune femme et lui tapota l'épaule. En sentant la transparence de sa peau et le froid qu'elle rependait, un frisson désagréable et électrique parcourut son corps et remonta jusqu'à l'échine de son dos. Ne faisant vraisemblablement pas attention à sa réaction, elle lança sans vraiment réfléchir et plus par curiosité :

    - Une fantôme aveugle sur le Golden Bridge... On pourrait presque te prendre pour une âme qui tenterait de mettre fin à ses jours. Elle se rendit compte que ladite personne était plutôt très près du rebord et reprit : D'ailleurs, même si je doute que tu sentes quoi que ce soit, tu devrais avancer vers moi et ça en douceur si tu ne veux pas tomber de plusieurs mètres de haut.

    Avec une certaine impatience qui lui était propre, Nelya observa l'âme avec un certain intérêt. Au simple toucher qu'elle avait eu avec elle, la princesse elfique avait tout de suite comprit ce qu'elle était réellement. Peu de personne avait pour compagnon de route la sombre mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://Owod.skyblog.com

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 96
♣ Localisation : A l'église.
♣ Situation amoureuse : Mariée au Seigneur.

MessageSujet: Re: You made a friend today. Kindred soul, cracked spirit. | Nelya & Siobhan |   Sam 5 Mar 2011 - 11:52



    Elle entendit quelqu'un s'approcher d'elle. Elle savait que c'était une créature magique car les humains faisaient plus de bruit en se déplaçant. Intriguée, Siobhan ne bougea pourtant pas. Elle préférait attendre que l'individu vienne à elle. Donc elle attendit. Le vent soufflait avec puissance, giflant le vide qui dessinait son visage à coups de fusain invisibles. Elle n'était qu'une âme sans corps. Sans vie. Sans rien. Perdue ici et là dans un monde auquel elle avait cessé d'appartenir. Coincée parmi les vivants sans pouvoir vivre avec eux. Tellement proche des morts sans pouvoir les rejoindre. Siobhan était-elle morte, alors ? Comment qualifiait-on l'état dans lequel se trouvait un fantôme ? Elle se renseignerait. Oui, elle le ferait parce qu'elle n'avait rien de plus intéressant à faire. Parce qu'elle avait toute une éternité à dépenser en inutilités de ce genre. Au fond, disposer de plus de temps ne sert strictement à rien. On en fait quand même pas grand chose. On dit qu'il nous en faut, qu'avec quelques heures de plus on pourrait faire beaucoup plus de choses ; et bien non. Tous ceux qui pensent ça ont tort. C'est faux, faux et archi faux. On reportera toujours à plus tard ce qu'on peut faire sur le moment même. C'est la loi de l'homme. Mais quand on a plus rien à faire, et qu'on possède trop de temps pour exécuter ce rien : on s'emmerde. Royalement.
    Outrée de sa propre pensée, la défunte se gifla intérieurement. On était pas vulgaire chez les amish. Elle n'userait plus de telles exagérations verbales. Plus jamais. C'était absolument déplacé et elle s'en voulait déjà. Comme si se morfondre et s'apitoyer sur sa misérable (non-)existence pouvait lui apporter quoique ce soit ! Non non non et encore non. Il fallait qu'elle se reprenne. Où était passée sa joie de vivre, enfin ?! Oh, mince. Elle avait oublié ce fichu détail. Elle ne vivait plus. Donc sa joie de vivre… Non. Elle deviendrait une joie de mourir. Oui, voilà. C'était exactement ça. Elle serait heureuse d'être morte.

    Siobhan cessa de tenter de se persuader elle-même de ces foutaises, car un contact venait d'interrompre le fil de ses pensées. Elle l'avait senti. Enfin… presque. Cette sensation la terrorisait toujours autant que la première fois. Le choc ressenti quand on la touchait, quand on lui passait à travers… C'était déconcertant. Elle pouvait deviner l'expression ahurie de son vis-à-vis. Il était rare de croiser des âmes errantes dans la ville. C'était souvent la première fois, quand la jeune femme avait croisé des créatures magiques. Et généralement, ils avaient été relativement surpris mais c'était passé comme une lettre à la poste. On en découvre tous les jours. Le monde est fait de choses dont on a pas idée. Alors pourquoi pas des fantômes ?

    La personne qui lui faisait face s'exprima d'une voix féminine et avec une clarté époustouflante. A coup sûr c'était une créature noble et extraordinaire.

    - Une fantôme aveugle sur le Golden Bridge... On pourrait presque te prendre pour une âme qui tenterait de mettre fin à ses jours. D'ailleurs, même si je doute que tu sentes quoi que ce soit, tu devrais avancer vers moi et ça en douceur si tu ne veux pas tomber de plusieurs mètres de haut.

    Siobhan ignorait où elle se trouvait, mais d'un naturel confiant elle écouta la jeune femme et s'exécuta. Elle se redressa prudemment et fit quelques pas en avant. Elle entendit un hoquet effrayé et devina qu'elle avait failli rater sa prise. Elle s'en fichait, elle était déjà morte. Il ne pouvait plus rien lui arriver. Néanmoins, elle se reprit et patienta jusqu'à retrouver un équilibre adéquat. Remise de ses émotions, elle continua. Incertaine, elle ne savait pas très bien où placer ses pieds, ses bras, et elle déviait à chaque fois vers la gauche, et puis la droite, et encore la gauche, et puis attention elle repartait déjà vers la droite, etc. Pour l'aider, elle sentit qu'une main voulut agripper son bras… et passa son chemin. Elle n'avait droit à aucun contact physique. Un sourire confus accroché aux lèvres, elle fixa le vide droit devant elle, certaine que la jeune femme se sentirait comme la destinataire de cette moue désolée. Siobhan se sentait coupable de tout, même d'être morte. Elle regrettait ce qu'elle infligeait à ceux qui pouvaient la voir, sans la toucher. Elle pensait souvent que cela devait les frustrer. Bien qu'elle ne voyait pas leurs figures, elle prévoyait leurs regards étonnés et leurs bouches entrouvertes. Elle les excusait automatiquement. Ce n'était pas tous les jours qu'on rencontrait une âme errante à San Francisco.

    Arrivée quelque part, sans doute en sureté puisqu'elle ne sentait plus l'inconnue avancer avec elle, comme pour la guider, Siobhan s'arrêta en douceur. Elle tourna la tête d'un côté puis de l'autre, laissa vagabonder ses iris voilés à travers le paysage qu'elle s'imaginait beau, magnifique, surprenant. Envoûtant. Elle regardait l'Océan comme si elle pouvait le voir. Et au fond, elle le voyait. Elle le voyait parce qu'elle en était convaincue. Et puis les souvenirs y jouaient aussi un peu. Sereine, elle continua à sourire joyeusement, son éternelle bonne humeur retrouvée. Heureuse, elle se mit à rechercher l'orientation à rejoindre pour faire face à son interlocutrice. Elle commença à tourner sur elle-même, et se stoppa là où le vent se passait plus à travers son corps. Elle se repérait grâce à ça, quand il y avait du vent bien sûr.

    - Merci,
    dit-elle simplement.

    Elle fit semblant de prendre une grande inspiration, feignant sa nécessité. Certes, elle ne tromperait pas sa frontale bien longtemps. Mais tant pis. Elle poursuivit.

    - Je m'appelle Siobhan. Et toi ?


    Ensuite elle sourit. Encore. Toujours. Inlassablement. Pour l'éternité.
    Elle souriait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 132
♣ Localisation : Dans les forêts mystique.
♣ Situation amoureuse : Fiancée à Emrys Nerwende...

MessageSujet: Re: You made a friend today. Kindred soul, cracked spirit. | Nelya & Siobhan |   Jeu 10 Mar 2011 - 20:37


    Ce fut troublant et plutôt étonnant de voir que la blondinette qu'elle avait en face d'elle l'écouta presque automatiquement. Elle se redressa et commença à avancer vers le côté le plus proche du vide comme si c'était normal. Qui de nos jours écoutait docilement ce que les autres conseillaient ou non de faire ? Après tout, Nelya aurait pu être sa pire ennemie et vouloir la faire souffrir qu'elle s'exécutait avec un sourire niai - et agaçant - sur le visage. Au final, c'était justement parce qu'elle était un esprit et que donc elle n'avait plus rien à perdre qu'elle écoutait les autres. Que risquait-elle au fond ? Une chute libre de plusieurs mètres de haut ? Oui, et après ? Elle était déjà morte donc, chute ou non, elle se redresserait comme si de rien n'était et continuerait sa route. Ou alors, la seconde hypothèse c'était qu'elle était farouchement stupide, ce qui concordait en soit avec l'expression nigaud qu'elle avait d'accrocher au visage. Qui était heureux d'être mort ? Les suicidés ? Les grands psychopathes ? Ce qui était certain, c'est que cette fille n'était pas comme toutes les autres.
    En la voyant se rapprocher de plus en plus du bord, Nelya laissa un hoquet d'effroi sortir de sa bouche. Ce n'était pas coutume qu'elle fasse ceci, mais sur le coup, elle avait vraiment cru qu'elle y passerait. Cependant, la petite blonde errante dû entendre son soupir bruyant puisqu'elle revint sur ses pas et se dirigea tout doucement vers elle en pliant les genoux de façon lente. Trop impatiente pour la laisser marcher à cette vitesse, la princesse tenta de lui attraper le bras pour la ramener de façon brute vers elle. Grave erreur, bien sûr. L'idée qu'elle n'était qu'un fantôme qui ne pouvait être touché lui était rapidement sortit de l'esprit et elle se surprit à se jurer intérieurement. N'appréciant pas ce nouveau trait de caractère plutôt tête en l'air qui faisait son apparition chez Nelya. Elle se contenta donc de se mettre au côté de sa compagne inconnue et la laissa avancer seule tandis qu'un sourire maladroit illuminait son joli visage. Elle semblait presque être désolée de ne pas pouvoir être touchée.

    N'y prenant pas vraiment garde, elle se concentrait davantage sur ses pas non-vifs et fut soulagée de la voir s'arrêter. La bonne action de la journée s'arrêtait là; au moins Nelya aurait plus de chance de pouvoir communiquer avec l'esprit de l'eau maintenant qu'elle s'est montrée bonne envers une personne qui avait - ou pas - besoin d'elle. Passant déjà à autre chose, la blondinette ferma ses paupières et se concentra sur les éléments qui l'entouraient en faisant abstraction de la perturbatrice qui était à ses côtés. Elle sentit le vent devenir plus intense mais en même temps plus doux, lui murmurant des mélodies nostalgiques qui guidaient les héros dans les anciens temps. Elle se laissa emporter par cet air qui était la clé à sa demande et fit un retrait sur elle-même. Le vide. Le blanc. Plus rien.
    Enfin... Presque. Il fallait néanmoins que l'autre blondasse la ramène et qu'elle gâche son rite de communication avec autrui. En effet, elle bougea. Certes, d'un ou deux millimètres mais assez pour déconcentrer Nelya qui finit par soupirer en entendant un son percer l'ange qui les englobait :

    - Merci.

    Consciente qu'il lui faudrait à nouveau quelques minutes pour se rallier avec cette énergie invisible qui l'avait presque emporté, elle rouvrit les yeux avec promptitude et lâcha un énorme soupir d'agacement s'échapper de ses lèvres pulpeuses. Au final, elle aurait peut-être dû la laisser tomber dans le vide. Au moins... Elle aurait eu la paix pour cette nuit. Au final, si elle ne lui répondrait pas, il était probable qu'elle comprenne le gêne qu'elle représentait et finirait surement par partir de sa propre initiative.
    Elle resta donc silencieuse, observant sans relâche les nuages légèrement grisés qui voilaient une partie de San Francisco mais qui donnaient à cette ville un certain charme - particulièrement dans le genre magique. Elle était bien là, tout en haut du célèbre pont rouge, les cheveux dans le vent et les yeux vers l'horizon. Magnifique. Magnifique spectacle. Magnifique vue.

    - Je m'appelle Siobhan. Et toi ?

    Et bien sûr, le charme fut rompu par encore et toujours la même personne. Cependant, la guerrière ne pouvait pas vraiment le lui reprocher; elle ne voyait, ni ne ressentait ce que Nelya sentait au fond de son cœur d'elfe devant tout ceci. Elle était aveugle, la princesse le sût dès qu'elle posa ses prunelles sur les siennes, en s'apercevant que ce lien visuel était inexistant. Mort. La pitié envahit cette dernière et elle leva les yeux devant ses propres contradictions au sein de son fort intérieur. Comment gérer un royaume lorsqu'on ne sait pas soit même ce que l'on est ou ce que l'on ressent en vérité ? Détestant se poser ce genre de question philosophique typiquement humaine, Nelya haussa les épaules et se dirigea d'un pas gracieux et svelte vers un des bords de la plateforme. Sans crainte, elle prit place au sol et décida de s'assoir, les jambes pendantes dans ce vide incongru.
    Quelques secondes plus tard, elle entendit les pas de la blondinette venir vers elle, comme si elle arrivait à sentir sa présence même lorsqu'elle était assisse et à quelques mètres qu'elle. Un frisson de mal-être la parcourut tandis que son interlocutrice prenait doucement place à côté d'elle.

    - Nelya. Je m'appelle Nelya, répondit-elle légèrement irritée.

    Elle n'en dit pas plus, certaine que son prénom ferait l'affaire et qu'elle n'irait pas chercher plus loin. Elle n'avait pas envie de parler, elle n'avait pas envie de faire connaissance et encore moins de devoir supporter quelqu'un. Tout ce qu'elle voulait, c'était rentrer chez elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://Owod.skyblog.com

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 96
♣ Localisation : A l'église.
♣ Situation amoureuse : Mariée au Seigneur.

MessageSujet: Re: You made a friend today. Kindred soul, cracked spirit. | Nelya & Siobhan |   Dim 3 Avr 2011 - 13:41


    Siobhan se contentait de regarder avec ses yeux incapables de voir. La vue devait être grandiose. Elle ne cessait plus de l'imaginer. Dans sa tête tournaient des centaines de panoramas. Toujours un sourire pendu aux lèvres, elle se détendait. Elle prenait la vie comme elle venait, toujours. Elle n'était pas du genre à chercher les complications. Elle voulait simplement faire semblant d'apprécier ce qu'elle possédait. Pourtant, avec un frère perdu quelque part dans le lointain, c'était difficile. Elle ne parvenait pas à se changer les idées. Un prénom revenait sans cesse la hanter. Jérémy. Jérémy Woods. Son petit frère. L'homme de sa vie. L'unique, le seul qu'elle ait aimé à en crever. Elle aurait tellement voulu lui dire adieu. Si seulement elle savait où il est… Si seulement elle pouvait le retrouver, quitter ce maudit endroit pour aller le rassurer. Elle en mourrait d'envie. Toute son âme était secouée par ce désir vain. Jamais elle ne le reverrait sauf s'il venait ici bien sûr. Mais c'était pratiquement impossible. Il ignorait jusqu'à sa mort.
    Elle se traita d'idiote. Au lieu de tout faire pour qu'il lui revienne sain et sauf, elle était là, comme une imbécile, à ne rien faire. Elle ne foutait jamais rien. Elle devrait se bouger un peu. Combien de morts pouvaient revenir sur terre ? Très peu. Elle faisait partie de ceux là. Des élus. Elle devait s'en montrer digne, digne de cette chance donnée par Lui, là-bas, le Seigneur. Elle devait se montrer reconnaissante. Elle voulait le faire. Elle voulait faire tellement de choses à la fois que tout devenait trop compliqué. Elle pensait : Jérémy. Blade. Nox. Tant de personnes près de qui elle avait un engagement. Et puis le pire de tous. Celui qui comptait beaucoup trop. Emrys. Lui aussi, elle le délaissait un peu depuis quelques temps parce qu'elle n'était pas de bonne humeur. Il fallait que ça change. Bouge-toi, Siobhan ! Bouge-toi !

    Alors qu'elle commençait à s'auto-agacer, Siobhan se souvint de la présence de la demoiselle à ses côtés. Elle pouvait sentir son aura. Elle devinait qu'il s'agissait sans doute d'une elfe. Elle en avait tellement côtoyé qu'au final elle pouvait les repérer à deux kilomètres. Elle adorait cette espèce. Ils étaient tous charmants, respectueux de la nature et incroyablement intéressants. Ils ne manquaient jamais de ressource. Elle adorait discuter avec eux, leurs centres d'intérêts se rejoignaient souvent. D'ailleurs Siobhan apprenait beaucoup grâce à eux, et elle trouvait leurs conversations très enrichissantes. C'est pour ça que, rassurée, elle ne craignait pas la personne qui l'accompagnait. Elle se taisait. Elle attendait de pouvoir l'appeler par son prénom, en fait. Prénom qui tardait à arriver. Peut-être que l'inconnue ne partageait pas son humeur joviale. Mais soit, l'esprit ne pipait mot. Et puis enfin, elle entendit une réponse à sa dernière question. Réponse qui manqua de lui arracher un frisson d'effroi.

    - Nelya. Je m'appelle Nelya.

    Une elfe à San Francisco qui s'appelait Nelya… Les chances pour qu'il s'agisse de la Nelya qu'elle soupçonnait étaient grandes. Son meilleure ami, Emrys Nerwende, était fiancé à une princesse nommée ainsi. Il était venu en ville pour la récupérer. Malheureusement, il lui confiait sans cesse qu'il connaissait toutes les peines du monde à lui faire entendre raison. Elle refusait de lui appartenir. Il la désirait ardemment, cela ne devrait-il donc pas lui suffire ?
    Comme Siobhan était une grande sentimentale, elle ne put se résoudre à ne pas chercher à en savoir plus. Elle voulait découvrir si l'étrangère avait quelque chose à voir avec son ami ou si elle faisait fausse route. A partir de là, peut-être pourrait-elle agir incognito afin de rapprocher la princesse de son prince. Avec un peu de chance, sa tactique marcherait et Emrys aurait enfin obtenu gain de cause.

    Intéressée, la défunte tourna la tête en direction de la demoiselle. Elle pouvait deviner son visage parfait, digne de ceux de sa race. Elle devait être blonde, si ses souvenirs concernant sa dernière discussion avec son meilleur ami étaient exacts. Siobhan sourit, encore. Elle ne savait faire que ça. Tout le temps. Elle riait pour un rien, s'amusait des joies de tous les jours. Vraiment exaspérante pour ceux qui avaient pour habitude de se montrer pessimiste. Mais c'était elle. Elle était comme ça. Et même morte il était trop tard pour la changer. Décidément, elle avait bien fait de se rendre ici en suivant son instinct. Curieuse et un peu trop fouineuse pour sembler innocente, Siobhan renchérit comme si de rien n'était :

    - Oh ! Comme c'est étrange : c'est le même prénom qu'une princesse elfique dont j'ai beaucoup entendu parler. Vous devez sans doute la connaître…


    Elle réfléchit en vitesse pour retrouver son nom de famille, perdu loin dans les méandres de ses souvenirs. Et bingo ! Le voilà. Elle n'était pas si nulle que ça, finalement. Elle faisait une bonne souveraine de la mémoire, au bout du compte. Ce qui était plutôt rare pour une fantôme comme elle. Mais soit. Elle poursuivit :

    - Nelya Lalwende. Ca vous dit quelque chose ?

    Polie, Siobhan se tut et fit semblant de ne pas s'attendre à ce qu'elle approuve. Si Nelya Lalwende était bien celle qui se trouvait en cet instant même avec elle, alors elle le lui dirait. Le simple fait de ne pas être une inconnue pour la défunte réveillerait son égocentrisme, celui dont Emrys avait tant parlé à son amie. A tout les coups, elle tomberait dans le panneau, ne se doutant pas qu'elles aient une relation en commun.
    Ca avait du bon, de pouvoir fouiller partout à sa guise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



My name is
Contenu sponsorisé -


• • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: You made a friend today. Kindred soul, cracked spirit. | Nelya & Siobhan |   

Revenir en haut Aller en bas
 

You made a friend today. Kindred soul, cracked spirit. | Nelya & Siobhan |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our World Of Dreams :: Lieux :: ♣ San Francisco :: Golden Gate Bridge-