AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I'm glad you disappeared. » Silhëan&Clara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


My name is

Somewhere over the rainbow.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 518
♣ Localisation : Paumée en pleine forêt.
♣ Situation amoureuse : Mais qu'est-ce qui m'arrive, bon sang ?

MessageSujet: I'm glad you disappeared. » Silhëan&Clara   Ven 12 Nov 2010 - 13:18




« I feel so much better
Now that you're gone forever
I tell myself that I don't miss you at all
I'm not lying, denying that I feel so much better now
That you're gone forever. »


En cette douce après-midi, des tas d'individus quittaient leurs demeures afin de gagner l'extérieur. Le temps ensoleillé encourageait les jeunes à sortir se balader, ce n'était pas souvent qu'il faisait aussi chaud l'été terminé. Malgré une légère brise qui ne manquait pas de rafraîchir les promeneurs, pas un seul coupe-vent n'était de circonstance. Des sourires béats illuminaient le visage d'autrui, tous ne pouvant qu'être heureux par une si belle journée. Tous. Même Clara Jones. Décidée à profiter de la chaleur pour parfaire son bronzage, la ravissante jeune femme marchait à une allure convenable en direction de la plage. Dans sa tête, aucune pensée inquiétante ne venait perturber le calme parfait auquel elle était peu accoutumée. Il était en effet rare que la brune se sente si légère, et elle priait pour que cette sensation se garde longtemps. Un sourire enjoué aux lèvres, elle savait pertinemment que rien ne pourrait plus gâcher sa journée.

Ce matin déjà, la bonne humeur avait remplacé son air maussade de d'habitude, celui réservé aux réveils brutaux. Depuis quelques jours, Clara faisait de mauvais rêves. Ces cauchemars visaient essentiellement son enfance, une période noire à laquelle elle s'abstenait de songer. Son inconscient lui repassait des scènes en boucle. Elle revoyait la main inerte de sa mère dépasser du divan, son visage blême et le silence oppressant qu'elle rétorquait aux appels de sa petite fille. Ce silence, Clara pouvait se le remémorer comme si c'était hier. Un calme plat, marquant la fin de son univers d'enfant. Et toujours les mêmes images. Encore et encore. Une répétition incessante, tournant de plus en plus vite. Puis, plus rien. Le réveil, et les pleurs. C'en devenait si coutumier que Roxanne, sa colocataire, ne s'inquiétait plus de savoir ce qui la mettait dans un tel état.

Mais cette nuit, la paix était revenue. Comment pourrait-elle ne pas s'en réjouir ? Pour célébrer cette sérénité, la sorcière s'aérait afin de chasser le souvenir de ces nuits dernières. La plage ne se situait plus très loin, et elle avait décidé de s'y arrêter quelques heures. Cela faisait une éternité qu'elle ne s'y était plus rendue, ce serait l'occasion de rattraper ça.

Arrivée à l'endroit désiré, elle ôta ses fines chaussures avant de s'engager dans l'étendue de sable chaud. Ses pieds nus s'enfoncèrent à travers les grains, lui procurant un bien-être enfantin qu'elle ne se refusa pas. Bien que la plage soit bondée, la jeune femme ne changea pas d'avis. Elle qui n'aimait pas que son air soit pollué par l'entourage, elle chercha tout de même une place peu encombrée. L'ouest se montrait plus prometteur que son opposé, ce pourquoi la sorcière partit mener sa quête à bien de ce côté. Ici, les gosses se faisaient rares, ce qui l'encouragea à s'installer. Des mômes qui couraient partout, des frisbee qu'on se ramassait à la figure, sans oublier les sales tours des fils malsains ; très peu pour elle. Si la quiétude trônait en reine dans son esprit, ses exigences demeuraient princesses.

Clara étendit sa serviette de plage, enleva le débardeur qui masquait son haut de bikini. A l'instar de son haut, sa jupe se retrouva par terre en moins de deux. Elle attacha ses cheveux, prenant le temps de soigner sa coiffure, comme le voulait ses principes. Une fois son rituel ante-relaxation terminé, elle se posa là où elle avait placée sa serviette. S'étendant de tout son long, adoptant une posture intentionnellement séductrice, face tournée vers le ciel bleu, Clara respira le bonheur. Ses paupières se fermèrent et elle se dit que l'après-midi promettait d'être reposante.


• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

YOLO ILY LIAM PLV
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 78
♣ Localisation : Dans les ruelles de la ville.
♣ Situation amoureuse : Célibataire.

MessageSujet: Re: I'm glad you disappeared. » Silhëan&Clara   Ven 12 Nov 2010 - 15:58



Il faisait si beau et si chaud que Silhëan avait décidé de profiter de cette journée pour s'entrainer. Depuis quelques jours, il ne consacrait son temps qu'a refaire sa garde robe et à changer l'aménagement et la décoration de sa chambre, dans son splendide appartement du centre ville. Mais aujourd'hui, il laissa sa boite à outil et son dressing incomplet en plan pour se rendre à la plage. Comme il voulait faire du sport, il glissa une serviette de plage, un livre et une tenue de rechange dans un sac avant d'enfiler un short de maillot de bain noir uni, avec marqué sur le côté droit Quicksilver, en belles lettres rouges. Il se chaussa d'une paire de sandales en toile noire et passa un t-shirt Billabong rouge, avec des explosions linéaires blanches et noires soulignant la marque, écrite en noire au centre du vêtement. Satisfait, il se dirigea vers la sortie de son appartement, ferma la porte à double tour et délaissa l'ascenseur pour préférer les escaliers. Il descendit une centaine d'étage au pas de course et arriva au parking sans manifester l'ombre d'une faiblesse. Il n'était même pas essoufflé, rien. Avantage intéressant que conférait sa nature d'elfe ...

D'un pas décontracté, il se dirigea vers l'espace qui lui était réservé et considéra ses voitures d'un oeil critique. Il avisa sa magnifique moto rutilante noire mais se ravisa en se souvenant qu'il n'était pas vêtu pour ça. Haussant les épaules, il contourna sa Ferrari rouge et empoigna le guidon de son VTT, qu'il guida jusqu'à la sortie avant de monter dessus pour s'élancer dans le dédale de rue de la ville, son sac dans le dos et des ray-ban aviator sur le nez. Il souriait et se prenait même à siffloter, de temps en temps. Des airs français mais plus souvent anglais, voire même américain. Des tubes connus mais pas très originaux, vrais musiques de détente et de plaisir, pas prise de tête. Machinalement, il cessa de siffler pour se mettre à chantonner joyeusement, sa voix grave et claire s'élevant dans les rues tranquilles qu'il empruntait. Les passants le suivaient des yeux et lui adressaient souvent des sourires de sympathie, certains se fendaient même d'une reprise de parole avec lui. Pas de doute, l'ambiance était au bonheur et Silhëan se sentait pousser des ailes tant ça ne lui était pas arrivé depuis des siècles. Cette inconscience spontanée, fort agréable, l'enchantait et il se sentait l'âme d'un gosse. Surtout que sa destination se prêtait parfaitement à ce sentiment ... Il allait vers l'Océan.

L'air du large lui ferait un bien fou, il le savait. L'odeur du sel, le vent du large, la chaleur du soleil sur sa peau, les grains de sable sous ses pieds ... Il força l'allure et s'engagea alors sur la piste cyclable qui traversait le Golden Bridges. Lachant le guidon d'une main, il adopta une position de touriste et laissa son regard vagabonder par dessus la rampe, admirant les reflets dorés ou argentés du soleil sur la mer, l'écume légère qui se formaient quelques fois sur une vaguelette, les oiseaux qui plongeaient dans l'eau ... Il soupira d'aise et se concentra de nouveau sur sa route, accélérant un peu sans toutefois se donner à fond, il fallait qu'il reste discret. Un vélo qui dépassait les 150Km/h sur du plat attirerait forcément l'attention et les gens auraient tôt fait de douter de sa nature. Il n'en était pas question. Il prit donc son mal en patience et, au bout de quelques longues minutes, il pu enfin quitter le pont et s'engager sur des sentiers naturels qui descendaient vers la plage. Toute l'utilité d'un VTT, dans ces moments là. Le sentier, abrupte et rocailleux, pouvait se révéler terriblement dangereux pour qui ne maitrisait pas l'art du vélo tout terrain. Adepte des sports de l'extrême, Silhëan trouva le sentier amusant mais pas réellement intéressant. Il avait l'habitude des défis plus excitants.

Enfin, il gagna une petite rue bordée d'une longue file de voiture, qui menait donc à la plage principale. Il soupira et se félicita de n'avoir pas prit sa voiture, il n'aurait jamais pu la garer vue la foule. En pédalant puissamment, il se rendit aux portes vélos, tout devant les voitures, et attacha le sien en prenant soin d'y mettre un anti-vol. Enfin, son sac sur le dos maintenu par une seule bretelle, il franchi la dune qui menait à la plage et grimaça devant la foule qui s'y étalait. Partout où son regard se posait, c'était noir de monde. A peine si on discernait la couleur du sable, sous cette masse humaine. Avisant un côté qui semblait un peu plus dégagé, il s'y dirigea et déposa son sac sur un carré de sable visiblement pas très fréquenté. Il faut dire qu'il avait du marcher un peu pour l'atteindre, refusant de s'installer parmi les familles nombreuses pourvues de gamins bruyants et mal élevés ... Donc il supposait que les gens n'avaient pas fait l'effort de venir ici. Il y avait bien quelques personnes, mais suffisamment espacées que chacun puisse disposer d'un espace vital confortable. Satisfait, il déposa son sac et en sortit sa serviette, qu'il étendit correctement avant de l'immobiliser en enfonçant les quatre coins dans le sable. Une fois ce rituel accompli, il se redressa et se débarassa de son t-shirt et de ses chaussures, d'un geste souple et gracieux.

Immédiatement, il sentit la brûlure ardente de plusieurs regards posés sur lui, sur son torse musclé et mutilé. Une cicatrice blanche courait du milieu de son abdomen jusqu'au début de sa hanche gauche, bougeant sur ses muscles au rythme de sa respiration et de ses mouvements. Sa peau un peu bronzée offrait à la balafre l'occasion de se démarquer et d'attirer les regards. Au début, Silhëan se braquait au moindre regard qu'il surprenait sur sa marque, mais avec le temps il avait appris à ne plus s'en soucier. Il faut dire qu'avec le temps, il avait développé son corps de manière à ce qu'on remarque autre chose chez lui. Bâti comme un joueur de rugby, il était tout en muscles et en longueur. Grand et mince, il avait de larges épaules, des biceps impressionnants et des tablettes de chocolat absolument parfaites. Ses jambes, puissantes et longues, s'accordaient harmonieusement au reste de son corps, résultat de sa fascination obsessionnelle pour le vélo et l'équitation. Il était on ne peut plus musclé.

Il garda ses lunettes de soleil et s'éloigna à petites fouler vers le bord de l'eau, là ou le sable était dur et plat, offrant une bonne base pour courir. Alors, il allongea le pas et adopta un rythme de course assez rapide. Une petite heure plus tard, il revenait tranquillement vers sa serviette, trempé car pour se rafraichir il s'était baigné, mais satisfait. C'est alors que son regard se posa sur une silhouette allongée sur une serviette, non loin de la sienne. Il s'arrêta tout net lorsqu'il la reconnue.

Clara Jones. L'ex de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hostingpics.net/membres/mes-albums,16.html

avatar


My name is

Somewhere over the rainbow.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 518
♣ Localisation : Paumée en pleine forêt.
♣ Situation amoureuse : Mais qu'est-ce qui m'arrive, bon sang ?

MessageSujet: Re: I'm glad you disappeared. » Silhëan&Clara   Jeu 20 Jan 2011 - 12:10

Le soleil réchauffait son corps dénudé, le tout agrémenté d'une légère brise venant caresser sa peau. Le temps était parfait, juste ce qu'il faut. Clara savourait à chaque minute le silence bienveillant qui l'entourait. La place choisie valait de l'or rien que parce qu'elle s'y trouvait pratiquement seule. Or, solitude rythmait avec quiétude. C'était bien le cas de le dire. Les yeux clos, la brunette sombrait peu à peu dans un sommeil léger. Avec aucun bruit pour la déranger, difficile de ne pas se laisser aller à une petite sieste tout en se dorant la pilule au soleil. Elle laissa ses pensées se taire petit à petit, pour bientôt ne plus pouvoir songer à rien. Détendue, elle ne bougea plus pendant de longues minutes. Et enfin, elle s'endormit paisiblement.

Son repos ne dura guère bien longtemps, car une demi-heure plus tard, la jeune femme s'était sentie revenir à elle. Visiblement, son corps n'avait plus besoin de paresser. Son corps seulement. Elle ouvrit doucement les yeux afin de se protéger de l'éclat trop vif du soleil. D'un geste digne d'une Clara Jones, elle se redressa pour adopter une position assise tout aussi confortable. Dardant un œil sur ses fines gambettes, elle ne fut pas déçue de les voir si longues, si lisses, en un mot ; parfaites. Sa beauté la surprenait encore, ne cessant de s'accroître au fil des jours. Lorsque l'adolescence l'avait gagnée, la brune s'était de suite métamorphosée en une véritable petite femme. Pas de temps pour profiter de ses derniers traits enfantins, ni pour s'adapter aux changements. Elle avait tout reçu d'un bloc. Et les formes généreuses, et les premiers signes apportant son statut de femme. Est venue ensuite l'admiration des hommes pour sa silhouette, les premières histoires de coeur, les premiers 'Les mecs, c'est tous des cons.'. Le jeu, la manipulation, l'infidélité, tout ça ne tarda pas non plus à se manifester. Dès que la jeune femme eut compris ce que signifiait avoir atteint la majorité, c'en eut été fini de ses longues années à attendre sagement que le temps passe. Action, et réaction. Le papillon se transforma en sauvageonne.

Encore aujourd'hui, Clara se sentait l'âme d'une adolescente. Jeune, belle, libre. D'ailleurs, elle n'avait pas tout à fait muri depuis ses dix-huit ans. Répétant les mêmes bêtises, se comportant parfois comme une gamine capricieuse. Il y avait certains aspects dont elle ne se débarrassait pas, non. Afin de s'amuser un peu, elle quitta sa serviette et entama une traversée du désert. Elle allait vers le grand large, se rafraîchir. Chaque foulée la rapprochait un peu plus de l'Océan, lui apportant un peu de magie. Elle adorait contempler l'immensité de l'eau, profonde, ténébreuse, qui s'étendait à perte de vue. Arrivée face à celui-ci, elle se surprit à vouloir s'y baigner. Étant en tenue adéquate, sa seule hésitation concernait le vent glacial qui lui giflerait la peau, la frigorifiant un peu plus, dès qu'elle sortirait de l'eau. Finalement, elle opta pour n'y tremper que les pieds. Toutefois, elle avança un peu, et puis encore un peu, pour se mouiller jusqu'aux genoux. Un sourire heureux flottait sur ses lèvres. La brune se sentait lénifiée, ainsi située, face à l'horizon. La vue offrait quelque chose d'assez euphorisant.
Au bout d'une vingtaine de minutes, elle estima qu'il était temps de rejoindre sa serviette. Elle quitta donc son petit endroit de bien-être pour en retrouver un autre, plus sec. Derechef, elle s'installa, se mettant automatiquement en valeur sans y avoir mis de réelle intention. Elle se coucha, mais n'étant plus aussi à l'aise que tout à l'heure, elle finit par s'asseoir après quelques minutes. Son regard vagabondait ci et là, sans grand intérêt.

Ça, c'était jusqu'à ce qu'il ne rencontre une silhouette, non loin d'elle. A peine loin de deux petits mètres, un homme, plutôt agréable à regarder, la fixer sans vergogne, se délectant de son corps sans aucun scrupule. Clara n'aurait pas été plus surprise que cela de par ce comportement, à ceci près que le contemplatif en question ne lui était pas inconnu. Silhëan Agwaell, un lointain souvenir. Lointain mais puissant. En effet, ils avaient pendant quelques années partagé chacun le quotidien de l'autre. Un couple explosif qui avait fini par craquer, par éclater par faute de vanité - principalement. Peu enchantée par les retrouvailles qui s'annonçaient, la jeune femme se contenta de juger son ex d'un regard critique. Son torse dénudé, parfaitement sculpté, lui rappelait le bon vieux temps. Il était magnifique à en crever les yeux. C'était pourquoi, au départ, elle l'avait choisi. Puis, les choses étaient devenues plus sérieuses et beaucoup plus compliquées à la fois.

Comme il ne daignait pas bouger, elle crut bon de lui lancer un commentaire digne d'une Clara Jones, imperturbable et versatile en toute occasion, surtout quand il fallait narguer quelqu'un comme l'adonis.

— Silhëan … Toujours aussi sexy. Par contre, je t'ai connu plus bavard,
ajouta-t-elle, narquoise.

Un sourire mutin fleurit au creux de ses lèvres. La journée ne faisait que commencer.


• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

YOLO ILY LIAM PLV
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 78
♣ Localisation : Dans les ruelles de la ville.
♣ Situation amoureuse : Célibataire.

MessageSujet: Re: I'm glad you disappeared. » Silhëan&Clara   Sam 12 Mar 2011 - 9:54



La jeune femme semblait elle aussi l'avoir remarqué. Lorsqu'elle darda un regard caustique et sarcastique sur sa personne, les derniers doutes qu'il pouvait avoir s'envolèrent. Elle était restée fidèle à elle même, splendide, gracieuse et toujours prompte à se mettre en valeur, quelle que soit la situation. Elle était assise sur sa serviette, ses longues jambes étendues devant elle de manière à ce que ses talons s'enfoncent délicatement dans le sable doré. Sa peau arborait un léger hâle qui, dans les souvenirs qu'il avait d'elle, n'existait pas. Il se prépara à l'affrontement avant même qu'elle n'ait ouvert la bouche, anticipant l'attaque qui ne manquerait pas de sortir de cette bouche qu'il avait si souvent dévoré de baiser, dont il connaissait encore le goût et les élans par coeur. Et ça ne manqua pas ...

— Silhëan … Toujours aussi sexy. Par contre, je t'ai connu plus bavard.


Un semblant de sourire étira les lèvres du grand brun. Impassible, neutre et tranquille, il reprit son chemin jusqu'à sa serviette et s'y laissa tomber sans faire mine de poursuivre la conversation. Allongé sur le dos, les genoux un peu relevé, les bras croisés derrière sa nuque, il fixait le ciel en songeant que définitivement, le monde était trop petit. Machinalement, il redressa un peu la tête et étendit un bras pour aller chercher dans une poche sur le devant de son sac une paire de lunette de soleil Aviator aux verres très sombres. Il affectionnait ces lunettes car elles dissimulaient son regard tout en lui permettant de regarder tout ce qui se passait autour de lui sans en manquer un détail. Beaucoup de gens détestait ça, ne pas voir le regard du jeune homme. Sa carrure et son allure le présentaient généralement comme une menace, un danger, quelqu'un dont il fallait se méfier. Hors, lorsqu'il portait ces lunettes, nul ne pouvait dire ce qu'il pensait, où il regardait, ce qu'il préparait. Et rares étaient les gens à l'aise.

Finalement, esquissa un sourire sardonique, il répondit d'un ton trainant, presque ennuyé :

— Cela faisait une petite éternité ... Je te dirais bien que tu m'as manqué, mais je ne voudrais pas te mentir, ce serait te manquer de respect.

Il ne releva même pas la tête pour regarder la réaction de la belle brune, ressassant les mots qui venaient de franchir ses lèvres. Ce n'était pas tout à fait exact. Au tout début de leur rupture, il avait été blessé et elle lui avait quand même manqué. Mais il lui en voulait, donc il avait transformé ce manque en une sorte de cynisme pointu et amer pour ne pas trop penser à elle, à ses baisers, à ses sourires, à ses caresses, à son corps, à leurs fous-rires, à leurs sorties qui finissaient au début avec passion, vers la fin avec colère. Il l'avait aimé, il ne pouvait en douter. Mais leurs caractères respectifs ne souffraient aucune concession, aucun sacrifice. Ce qui était au départ une relation passionnée et tumultueuse était devenu au fur et à mesure un combat de tous les instants pour avoir le dessus, pour dominer l'autre. Et l'amour en avait souffert. Eux aussi. Enfin, il ne savait pas ce qu'il en avait été du côté de la belle brune, mais lui avait eu mal. Sauf que voilà, l'eau avait coulé sous les ponts. Il avait eu des sentiments forts pour une elfe blonde aux yeux azur depuis, mais elle avait brusquement déserté la ville sans donner de nouvelle. Il n'avait pas tenté de la retrouver. Amaryl Nightingale ne faisait plus partie de sa vie ni de ses pensées. Il était seul et fier de l'être, pour le moment.

— Tu es ici pour affaire ou bien pour briser des coeurs, encore ? Ah pardon, j'oubliais. C'est la même chose.

Le ton s'était fait plus cassant. Il lui en voulait encore, après toutes ces années à tenter de faire abstraction, de l'oublier, de passer outre cette relation brisée. Il n'avait pas l'habitude de tomber amoureux et pour elle, il avait abandonné ses défenses et s'était donné tout entier. Ils étaient l'un comme l'autre responsable de ce qui était arrivé mais une part de lui ne pouvait s'empêcher de tenir la belle brune pour principale fautive. Ridicule, il le savait. Mais il est certain élans du coeur que nul ne peut contrôler, par même lui. Agacé par son incapacité à se maitriser, il se redressa et darda sur son ex un regard brûlant, irrité mais vaguement curieux. Elle ne pouvait voir ses prunelles mais elle le connaissait assez pour savoir exactement ce qu'il ressentait en cet instant. Et le simple fait qu'elle en sache autant sur lui le gênait. L'affrontement serait rude et impitoyable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hostingpics.net/membres/mes-albums,16.html



My name is
Contenu sponsorisé -


• • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: I'm glad you disappeared. » Silhëan&Clara   

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm glad you disappeared. » Silhëan&Clara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our World Of Dreams :: Lieux :: ♣ San Francisco :: Plage-