AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nourri De Tes Plaintes, Je Concrétise Mes Espérances. (Alexander & Gabriel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 486
♣ Localisation : Là où il est possible de se cacher de Dieu.
♣ Situation amoureuse : Sous les griffes d'une démone

MessageSujet: Nourri De Tes Plaintes, Je Concrétise Mes Espérances. (Alexander & Gabriel)   Sam 23 Oct 2010 - 10:41

&
Having Trouble?


.Elle n'arrêtait pas de hurler, sa voix haut perchée à peine couverte par la main gantée de Gabriel. Ce n'était pas prudent de le faire ici, il le savait. Mais à vrai dire, ça n'avait plus d'importance.

- Ca ne fera qu'empirer si tu te débats,murmura t-il, tu vas mourir, accepte-le.

.Son visage crispé devenait de plus en plus rouge au fur et à mesure que le sorcier serrait sa gorge à deux mains, une prise puissante dont elle n'avait aucune chance de se détacher. Sa bouche grande ouverte n'émettait plus que des gargouillements à peine audibles tandis que ses yeux rouges se fermaient à demi. Elle essayait tant qu'elle pouvait de se libérer en remuant vigoureusement la tête, mais tout ce qu'elle pouvait espérer faire, c'était de s'ouvrir le crâne contre le sol en béton. Gabriel allégea la douleur infâme qui lui brulait les entrailles et la moëlle des os lorsque ses mouvements saccadés se changèrent en spasmes. En revanche, il s'assura que sa dernière vision lui donne un avant goût des limbes pourrissantes où elle passerait son éternité.
.Elle ne bougeait plus. Le visage à deux centimètres du sien, Gabriel avait pu ressentir son dernier souffle, son dernier instant de chaleur dans le creux de ses mains meurtrières. C'était toujours un délice, une joie malsaine, écoeurante... et pourtant trop intense pour vouloir s'en détourner. Il ne passait pas son temps à se demander pourquoi il faisait cela, il ne réfléchissait pas à la façon dont il allait s'y prendre pour le faire. Il tuait, tout simplement, sous l'effet d'une pulsion, un trop plein de rage contre l'humanité tout entière qui le poussait à détruire ce qui était beau. Mais cette fois, quelque chose était différent.

.Se relevant aux cotés du cadavre de la fille, le sorcier observa les lieux avec un dégout manifeste: il n'était pas chez lui, les murs ternes et crasseux de ce squat abandonné étaient a mille lieues de ce qu'il avait l'habitude de choisir pour le confort de ses victimes. Peut-être que la dernière en date ne méritait aucun confort... trop vulgaire, trop insignifiante. Elle n'avait même pas eu droit à une dernière faveur. Au moins, elle avait eu une mort rapide. C'était bien cela le problème: Gabriel l'avait tuée de ses mains. Par désir de la voir disparaitre au plus vite sans doute... mais ce boulversement dans ses habitudes ne laissait rien présager de bon.
.Bien que le sorcier n'appréciait pas l'idée de devenir un autre tueur en série assez peu original pour étrangler sa victime dans des endroits peu reluisants, il n'avait pas pris moins de plaisir à le faire, au contraire: la crainte d'être repéré et la satisfaction du travail accompli sans le moindre problème ajoutait de l'intérêt à ce petit jeu. Et puis, aussi pressé qu'il ait pu être de voir disparaitre cette fille inutile, Gabriel n'en avait pas oublié d'utiliser ses pouvoirs. Toutes ces pensées se voulaient rassurantes, mais elles ne l'étaient pas.

.Le cadavre au sol était particulièrement grotesque, comme une statue de chair morte, froide et dure comme la pierre, le visage crispé dans une dernière expression de douleur. Seuls ses yeux clos apportaient un élément de douceur à ce visage bleuté. Elle n'était pas plus attirante une fois morte, Gabriel doutait même qu'elle puisse manquer à quelqu'un. En tout cas, elle deviendrait un mobilier en accord total avec cette pièce.
.Le sorcier avait envie de vomir. Ce meurtre était digne d'un humain, digne du frustré moyen qui passait son dégout et sa haine du monde sur une pauvre jeune fille blonde et innocente. C'était trop commun, trop pathétique. Ses propres actes commençaient à le dégouter. Ce n'était pas bon, vraiment pas.
Il avait besoin de sortir d'ici, prendre l'air quelques instants avant de réfléchir comment dissimuler le cadavre.
Il ouvrit grand la porte du squat. Un homme était debout sur le palier, le regard fixe et détendu dirigé vers le sorcier, puis vers l'intérieur de la pièce. Il avait l'air curieux et intéressé par la situation, comme si tout paraissait normal ou comique. Puis son regard se dirigea à nouveau vers celui de Gabriel, dont le malaise n'avait jamais été aussi intense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anti-lolita.over-blog.com

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 170
♣ Localisation : Partout et nullepart à la fois.
♣ Situation amoureuse : Très drôle.

MessageSujet: Re: Nourri De Tes Plaintes, Je Concrétise Mes Espérances. (Alexander & Gabriel)   Jeu 9 Déc 2010 - 12:33

Il l'observait grâce à ses facultés sur-développées depuis quelques minutes désormais. Ennuyé par son manque cruel d'originalité, Alexander Rice commençait à désespérer. Il avait pourtant tellement misé sur cet homme. Il lui avait semblé prêt, et même parfaitement apte à les rejoindre. Mais rien à faire, toujours les mêmes embûches. L'absence de savoir-faire, ou de pratique, au choix, rendait la chose moins jubilatoire, presque sans intérêt. Comme tous les autres avant lui, l'élu du démon parvenait encore à le décevoir. Il faisait véritablement partie de cette catégorie d'êtres incapables de faire aller leur cervelle. Ou peut-être que le brun s'emportait un peu trop, et qu'il fallait juste lui laisser plus de temps.
Du temps. Encore. Non, il ne pouvait pas. Sa traque n'avait que trop duré. Si son choix ne satisfaisait pas ses envies, il était nécessaire qu'il aille voir ailleurs s'il ne trouvait pas mieux. Il devrait trouver mieux. Et pourtant, il avait été convaincu que cette fois-ci, sa cible se montrerait adéquate.

Xan peinait à maintenir les yeux rivés vers la scène du crime. Cela faisait des semaines qu'il suivait Gabriel Lecomte, sorcier possédant un potentiel qu'il désirait exploiter à son avantage. C'était ainsi qu'il fonctionnait, afin d'assurer sa puissance au quotidien : il recrutait les meilleurs alliés qu'il soit. Mais hélas, pour dénicher la perle rare, il fallait parfois creuser loin. Si Satan possédait des adeptes aussi talentueux, la plupart avaient étés recrutés par son fidèle bras droit en personne. Jamais une seule fois Alexander ne lui avait apporté de bons à rien. Sa dernière victime en date se prénommait Nora Spencer. Une jolie petite blonde dont il connaissait jusqu'au moindre détail. Sa chasse n'avait pas repris depuis lors, et ce, jusqu'à il y a peu, lorsqu'il a croisé Lecomte occupé à commettre un délit magistral.
Xan avait été surpris par la férocité du sorcier, mais aujourd'hui, il avait du mal à retrouver cette même force chez le jeune homme. Peut-être qu'il avait besoin d'un coup de pouce. Peut-être que son espion devrait sortir de l'ombre. Ou peut-être valait-il mieux abandonner cette cause et foncer sur une autre.

Qui ne tente rien n'a rien.

Arrivé l'immeuble où une femme venait tout juste d'être étranglée, Xan savait, faute d'un de ses pouvoirs, que son élu ouvrirait la porte dans deux minutes, précisément. Il adorait cet atout lui permettant de prévoir tout sur tout avant tout le monde. Lui seul dominait le temps de cette manière, et il s'en trouvait fier. Ainsi, quand Gabriel ouvrit la porte, il tomba nez-à-nez avec un Alexander imposant et glacial. Comme d'accoutumée, des sentiments divers furent exprimés à travers les expressions de sa victime. Surprise, interrogation, mal à l'aise. Peur. Les mortels finissaient toujours pas craindre l'ennemi - en l'occurrence, lui. Feignant un quelconque intérêt, le démon darda un coup d'oeil au corps de la jeune femme. Sans plus de cérémonie, il reposa son regard sur le sorcier. Imperturbable, le brun ne laissait rien transparaître. Ni son mépris, ni sa décadente signification.

— C'est pathétique, Lecomte. Même un gosse de six ans aurait pu faire mieux en voulant étrangler sa nounou.
lâcha-t-il en guise de commentaire.

Ignorant royalement l'air décontenancé de son interlocuteur, Alexander le poussa à l'intérieur de l'habitacle sans plus tarder. Sans même la toucher, il claquer la porte à leur suite. D'un pas décidé, il alla rejoindre le milieu de la pièce où le corps de la défunte gisait inerte sur le sol. Il ne lui accorda qu'un coup d'oeil critique avant de se retourner face à son potentiel futur apprenti, qui semblait tout à fait perdu. Un rictus narquois s'immisça sur les lèvres du démon. Amusant, comme situation. Il invita le tueur à le rejoindre d'un signe léger de la tête. En attendant de voir s'il mordait à l'hameçon, Xan ne put s'empêcher de penser qu'il lui fallait absolument ce type dans son camp. Pour sûr, il avait touché le gros lot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.Gryffinrin.skyblog.com
 

Nourri De Tes Plaintes, Je Concrétise Mes Espérances. (Alexander & Gabriel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our World Of Dreams :: Lieux :: ♣ San Francisco :: Dans les rues-