AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alone? [Jane & Prue]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


My name is
Invité -

Invité

• • • • • • • • • •



MessageSujet: Alone? [Jane & Prue]   Sam 8 Mai 2010 - 11:27

Jane marchait déjà depuis une heure quand elle arriva à l’orée de la forêt. Tout à ses pensées, elle n’avait pas vu le temps passer. Sans voir ce qu’il se déroulait autour d’elle, elle s’était dirigée vers cet endroit dont elle avait entendu parler. Un endroit peu fréquentable, soi-disant. Un endroit mystérieux. Un endroit hanté. Mais à dire vrai, Jane ne croyait plus en rien, depuis quelques années. Et elle n’avait jamais crût à ce genre d’histoires. Jamais. Alors elle avait décidé d’aller voir par elle-même les fameux mystères que recelait ce lieu.

C’est en pensant à ce qu’elle pourrait bien y découvrir qu’elle pénétra derrière la première barrière d’arbres centenaires. Elle fit quelques pas sur le tapis de feuilles mortes qui recouvrait le sol et, très vite, elle se retrouva plongée dans une semi-obscurité envoutante. Les vieux arbres déployaient leurs branches bien au-dessus de Jane, empêchant les derniers rayons du soleil couchant d’éclairer le sentier serpentant entre les troncs géants. Le doux crissement des feuilles mortes sous ses pieds accompagnaient chacun de ses pas. Elle continua d’évoluer dans cet univers irréel, émerveillée par la beauté sauvage qui se dégageait du lieu. Alors que la jeune blonde écoutait le chant mélodieux d’un oiseau, ses grands yeux bleus semblant boire tout ce qu’elle voyait, elle déboucha sur une minuscule clairière. En son centre, un immense chêne semblant dominer les autres arbres supportait à sa base une vieille cabane. Apparemment abandonnée.

Jane s’approcha pour voir de plus près. Elle s’assit sur un gros rocher, non loin de l’habitation. Elle fixa pendant quelques minutes le vide, devant elle. Une légère brise vint caresser sa joue légèrement rougie par l’effort. Et tout à coup, comme si cette brise avait déverrouillé les tiroirs fermés à double-tour qui recelait tous ses souvenirs, une avalanche d’images et de mots s’abattit sur la jeune femme blonde. Ian. Ses anciens amis. Les parapluies noirs, le jour de l’enterrement. Ian. Ses larmes. Ses cris. Ses ‘Pourquoi’ retentissants, criés la nuit. Ian. Une multitude de phrases vinrent résonner à ses oreilles. Des choses qu’elle avait préféré oublier. Des choses qu’elle avait enfouie au plus profond de son esprit. Des choses qui faisaient mal. Très mal. Jane voulut crier. Aucun son ne sortit de sa gorge. Elle essaya de refouler ses larmes. En vain. Elles dévalèrent ses joues. Sans bruit. Des larmes trop longtemps retenues. Elle s’était promis de ne plus pleurer. Plus jamais. Et pourtant, en quelques instants, elle avait craqué. Finalement, cette forêt était belle et bien magique. De rage, la jeune femme leva son bras devant elle. Un gros rocher qui lui faisait face se souleva dans les airs. D’un geste brusque, elle ferma le poing. Le roc éclata en des milliers de particules poussiéreuses. Et les dernières barrières que Jane avait érigé autour de l’image d’Ian et de son cœur explosèrent avec lui. Elle enfouit sa tête dans ses mains. Essaya de respirer pour se calmer.

Un long moment passa. Tout à coup, Jane leva la tête. Elle se sentait observée. Par qui ? Par quoi ? Elle regarda autour d'elle, en quête d’apercevoir celui ou celle qui venait la déranger. Ses yeux s’arrêtèrent sur une ombre, derrière la cabane. Un instant, le temps parut se stopper. Jane, immobile, attendit, ses larmes continuant à couler le long de sa joue. Puis l’Ombre avança à sa rencontre.


Voilà, Cha. J'espère que ce n'est pas trop nul XD


Dernière édition par Jane Faverly le Dim 9 Mai 2010 - 9:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar


My name is

ADMIN-CODEUSE
Lycantrope nostalgique.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 574
♣ Localisation : Plongée dans un roman.
♣ Situation amoureuse : Folle de ses bouquins.

MessageSujet: Re: Alone? [Jane & Prue]   Sam 8 Mai 2010 - 21:04

Poussée par son éternel enthousiasme, Prudence avait quitter sa vaste demeure pour se réfugier en son repère favori. Passant le pas de la porte, elle la claqua derrière elle sans prendre la peine de la verrouiller. Après tout, personne n'aurait jamais l'idée de venir fouiller chez elle, et même si l'envie le leur prenait, ils n'y trouveraient rien. Quoiqu'il se pourrait qu'elle ait omis de ranger sa boîte de croquette pour chien. Bien qu'elle soit sceptique quant au fait que cela puisse les intéresser. Hormis Stumpy, son fidèle compagnon.

Elle ne put s'empêcher d'esquisser un sourire en pensant à son animal. Un chien-loup au pelage gris-blanc, plus agressif lorsque la fin du mois approchait. De plus, son prénom n'avait pas été choisi par hasard. Celui-ci faisait référence à Peter Stump, le premier homme-loup notoire a avoir été supplicié pour les crimes qu'il a avoué avoir commis. Cologne, 1589. Prudence connaissait son histoire par coeur tant elle avait étudié de près les raisons qui avait amené cet individu à révéler sa véritable nature devant une cours de justice. Certes, à cette époque, les juges étaient excessivement trop crédules. Il n'empêche que la louve était réellement fascinée par cette légende vivante.

Trop occupée à penser, elle n'avait même pas fait attention à la destination qu'elle rejoignait. Jetant un coup d'oeil à la clairière dans laquelle elle se trouvait, elle fut rassurée de constater que ses pas l'avaient menés à bon port. Admirative quant à la beauté irréelle des lieux, elle se perdit dans la contemplation des multiples arbres et plantes qui ornaient les parages. Majestueux et imperturbable, le chêne qui recueillait en son antre la louve trônait en plein centre de cette merveille spectaculaire.

D'un pas léger, la noire se dirigea vers la vieille cabane où elle aimait tant se rendre. Lors de ses innombrables visites, elle avait apporté sa touche personnelle à cette habitation vétuste. La garnissant avec quelques tableaux qu'elle-même avait peints, l'encombrant de vieilleries inutiles, elle avait donné tout ce qu'elle avait trouvé pour 'embellir' la résidence. Cette dernière, inhabitée depuis de longues décennies, possédait encore son charme d'autrefois. Mais elle n'eut pas le privilège d'admirer sa reconstruction plus longtemps ; une présence étrangère s'était faite sentir juste là, en dehors de la cabane abandonnée.

Sans prendre garde au fait qu'elle pouvait être en danger mortel, Ô malheur, elle sortit. Une fois à l'extérieur, elle aperçut une fille qui pleurait à chaudes larmes. Intriguée, Prudence s'approcha d'elle. Elle ignora l'air craintif de l'inconnue et s'abaissa à sa hauteur. Elle lui sourit, tentant de lui communiquer sa joie débordante. La louve aimait partager son bonheur, surtout lorsqu'elle constatait que d'autres en avaient beaucoup plus besoin qu'elle. Elle patienta jusqu'à ce que la jeune femme sèche ses pleurs et retrouve une respiration normale.

- Un chagrin d'amour? demanda-t-elle.

No. Is perfect !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.Gryffinrin.skyblog.com

avatar


My name is
Invité -

Invité

• • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Alone? [Jane & Prue]   Ven 14 Mai 2010 - 20:16

Une jolie jeune fille sortit de l’ombre et s’approcha de Jane d’une démarche souple. De longs cheveux de jais se balançaient souplement dans son dos. Un immense sourire débordant de joie éclairait son visage enfantin. Elle s’accroupit aux côtés de la jeune fille en pleurs. La regarda en souriant, attendant qu’elle cesse de pleurer. Jane tenta de se clamer, de retrouver une certaine contenance devant la nouvelle arrivante. D’un geste rageur de la main, elle essuya les dernières gouttes translucides qui perlaient au coin de ses yeux. Elle se força à respirer calmement. Quand son rythme cardiaque reprit sa pulsation normale, elle plongea craintivement ses prunelles bleues dans celles de la jeune fille, près d’elle, essayant de percer le sourire imperturbable de cette dernière. Avait-elle raison de se méfier de l’inconnue ? Ou était-elle aussi gentille et inoffensive que le prétendait son air avenant ? C’est à ce moment là que l’objet de sa réflexion parla :

-Un chagrin d’amour ?

Cette question surprit Jane autant que la lueur indéfinissable qu’elle pouvait apercevoir au fond des yeux de l’inconnue. Une lueur presque sauvage. Un frisson la parcourut. Devait-elle répondre ? Non. Non, elle ne répondrait pas. Elle ne voulait pas en parler. Surtout pas à une inconnue qui sortait de la forêt comme par magie, un étrange sourire accroché à ses lèves. Elle s’apprêta à partir de cette forêt. S’éloigner de la jeune fille qui l’avait dérangée dans sa tristesse devint son but premier. Elle détourna donc la tête pour fixer les immenses arbres qui les regardaient de haut. Elle se leva, indifférente à la jeune fille, qui continuait à lui sourire, infatigable. Et puis brutalement, la blonde se rassit. A quoi bon ne pas lui répondre finalement ? Elle ne la reverrait probablement jamais. Elles allaient converser quelques minutes, puis elles se sépareraient. Prenant chacune un chemin différent. Et peut-être s’oublieraient-elles. Sûrement oui. Elles ne garderont aucuns souvenirs de cette entrevue en forêt. Alors oui, elle allait lui répondre en fin de compte. Enfin décidée, Jane ouvrit la bouche. La voix chargée de tristesse, elle offrit sa réponse à la jeune fille qui la regardait, intriguée.

-Non. Ce n’est pas un chagrin d’amour. Si… Si seulement ça ne pouvait être que ça. Mais, malheureusement, c’est bien plus qu’un simple chagrin. Bien plus.

Ses yeux regardant droit devant elle, sa bouche tordue en une moue pensive, Jane attendit. Elle ne savait pas exactement quoi. Que la jeune fille parte peut-être, trop ennuyée par la réponse qu’elle lui avait dite ? Ou qu’elle lui réponde ? Elle ne savait pas. Et ça ne lui importait peu. Elle attendait, c’était tout.









Voilà x) Un peu court, mais bon...
Revenir en haut Aller en bas

avatar


My name is

ADMIN-CODEUSE
Lycantrope nostalgique.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 574
♣ Localisation : Plongée dans un roman.
♣ Situation amoureuse : Folle de ses bouquins.

MessageSujet: Re: Alone? [Jane & Prue]   Dim 16 Mai 2010 - 19:20

La blonde avait l'air profondément perturbée par l'attitude de la louve, sans doute trop chaleureuse à son goût. Mais c'était comme ça, Prudence ne savait pas s'empêcher de sourire, constamment joyeuse même quand ça allait mal. Se repliant sur elle-même, elle disait une bonne fois pour toutes ce qui lui plombait le moral avant de reprendre ses habitudes et de sourire à nouveau.

Se confier lui était facile, excepté lorsqu'il s'agissait de sa nature. Là, c'était une toute autre histoire. Parler de sa mutation, du danger mortel qu'elle représentait alors et des multiples maux qu'elle infligeait était une torture. D'ailleurs, elle ne le faisait jamais, préférant garder tout ça pour elle. Après tout, ce qui concernait la pleine lune ne regardait qu'elle seule, les autres n'avaient pas besoin de savoir. De plus, si elle se mettait à conter ses fins de mois à ses proches, elle était certaine qu'ils fuiraient à toutes jambes.

La blonde fit un mouvement brusque pour se relever, prête à partir… à s'enfuir… lâchement… sans un seul mot d'explication. C'était tout ce que Prudence avait demandé, la raison de ses pleurs. Puis, c'était plus un sujet pour commencer la discussion qu'une réelle question d'intérêt. La louve aimait faire de nouvelles rencontres, agrandir son champ de connaissances. L'amitié comptait beaucoup dans son monde, bien plus que la plupart des autres relations qu'elle pourrait entretenir. L'amour n'étant pas son domaine préféré, elle se contentait de s'entourer de nombreux amis.

Peu de temps après, l'inconnue se rassit et la regarda, tentant de percer une émotion dans son regard. Sans doute était-elle méfiante vis-à-vis de la louve, ce qui était compréhensible. Néanmoins, elle se demanda si oui ou non elle avait l'intention de lui répondre. Ce n'était qu'une requête idiote, on ne pouvait pas dire qu'elle lui avait demandé le diable. Pourtant, la jeune femme sembla être déroutée lorsqu'elle lui dit enfin :

- Non. Ce n’est pas un chagrin d’amour. Si… Si seulement ça ne pouvait être que ça. Mais, malheureusement, c’est bien plus qu’un simple chagrin. Bien plus.

Prudence qui ne voyait pas du tout l'utilité d'autant de mots encombrants, se contenta de baisser les yeux l'espace d'un court instant. La voilà mise dans une histoire complexe où elle ne trouvait pas sa place. Ne comprenant absolument pas là où sa camarade voulait en venir, la louve se trouvait dans l'impossibilité de lui fournir une réponse adéquate. Ce n'était pas de son ressort, les réconforts instantanés. Elle n'avait jamais été douée pour ce genre de chose, sauf pour faire rire, bien évidemment.

Au final, elle préféra faire comme si de rien n'était et tenter d'en savoir plus en continuant sur une note plus joyeuse. Elle chercha un moyen de distraire intelligemment sa camarade, toujours en lui souriant de toutes ses dents un peu trop pointues pour paraître innocentes. Elle lança :

- Plus qu'un chagrin… mis-à-part un double, voir un triple chagrin, je ne vois pas ce qui pourrait causer autant de peine. Sauf peut-être… une perte?

La déduction s'était faite toute seule pendant qu'elle avait converser. C'était tout elle, réfléchir pendant qu'elle agit. Ça lui coûterait un os, un jour, elle en était presque certaine. Néanmoins, elle était contente d'avoir trouvé une hypothèse valable quant à ce qui n'allait pas chez sa partenaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.Gryffinrin.skyblog.com

avatar


My name is
Invité -

Invité

• • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Alone? [Jane & Prue]   Jeu 27 Mai 2010 - 14:21

Après avoir prononcé sa réponse, Jane se tut. Et un long silence envahit la forêt, seulement troublé par le pépiement des oiseaux et le bruissement des feuilles qui se balançaient faiblement sous la douce brise de cette matinée. Après quelques secondes durant lesquelles la jeune blonde regarda droit devant elle, elle finie par se tourner vers l’inconnue, toujours à ses côtés. Manifestement, elle réfléchissait. Sûrement à ce que la sorcière lui avait répondue quelques instants plus tôt. Jane se détourna, et laissa à la jeune fille le temps de parler.

Plus elle repensait à sa réponse, plus elle la trouvait absurde. Non. Ce n’est pas un chagrin d’amour. Si… Si seulement ça ne pouvait être que ça. Mais, malheureusement, c’est bien plus qu’un simple chagrin. Bien plus. Oui. C’était n’importe quoi. Pourquoi avait-elle eut besoin de tant de mots ? Alors qu’elle aurait très bien put tout simplement répondre : Non, ce n’est pas un chagrin d’amour. Et la conversation se serrait arrêter là. Point. Mais non. Les mots lui avaient échappés, créant une réponse complexe, vide de sens. Qu’est-ce qu’elle était idiote.

Elle se gifla mentalement, dans l’espoir de remettre en place ses pensées qui s’envolaient bien loin de là où elle se trouvait. Mais quelle idiote ! En disant ce qu’elle avait dit, elle avait laissé entrevoir à la jeune inconnue l’ampleur de sa tristesse. Son plus grand point faible. Et pourtant, depuis toute petite, elle avait prit grand soin de se forger une épaisse carapace. Se cachant derrière des faux sourires, s’isolant parmi ses amis de papier, elle avait caché aux yeux des autres sa véritable nature, et sa récente douleur. Mais cette blessure était trop profonde. Beaucoup trop profonde pour se refermer sans aide. De l’aide. Elle en avait besoin. Au plus profond de son être, elle le savait. Cette certitude ne la quittait pas. Mais elle n’en voulait pas. Non. Elle avait toujours bannie cette idée. Elle était depuis toujours une fille indépendante. Et depuis le jour de la mort d’Ian, elle avait comprit. Comprit qu’il ne fallait plus jamais qu’elle s’attache à quelqu’un. Plus jamais s’appuyer sur une épaule amie. Plus jamais avouer ses sentiments. Les garder enfouis en elle, bien cacher, à l’abri. Après cette entrevue en forêt, elle se promit de ne plus déroger à cette règle qu’elle s’était imposée. Non. Plus jamais.

Et pourtant… Elle avait presque faillit se confier à cette inconnue. Son sourire avenant avait fait revenir à son esprit des souvenirs qu’elle aurait préféré oublier. Le sourire d’Ian. Celui de ses parents. De ses amis. Elle n’en voulait pas de ces sourires compatissants. Non. Elle n’en voulait pas. Elle regarda cependant la jeune femme, avec la ferme intention de lui dire qu’elle allait y aller lorsque celle-ci parla

- Plus qu'un chagrin… mis-à-part un double, voir un triple chagrin, je ne vois pas ce qui pourrait causer autant de peine. Sauf peut-être… une perte?

Ces mots arrivèrent presque à faire sourire Jane. Presque. A la place, la sorcière se referma sur elle-même. Oui. Une perte. La jeune fille avait raison. Etonnée tout d’abord par la sens de la déduction dont faisait preuve celle qui lui faisait face, elle fut bien vite envahit par l’indécision. Encore une fois, elle ne savait que faire. Encore une fois, sa toute nouvelle résolution s’évapora. Encore une fois, elle répondit.

- Oui. C’est bien ça. Une perte. Bien plus douloureuse qu’un chagrin, même double ou triple. Beaucoup plus douloureuse.

Elle attendit quelques secondes et enchaîna:

-Pourquoi une jeune fille aussi souriante que toi vient-elle consoler une pauvre fille comme moi?


Devant le sourire que l’inconnue lui renvoya comme réponse, Jane sentit sa carapace se fissurer. Alors que ça ne lui était jamais arrivée depuis sa rencontre avec Ian –et il avait mit bien longtemps avant de pouvoir voir à travers-, la jeune fille avait mit moins d’une heure pour la déstabiliser. Mais qui était-elle donc ?






Youhou, voici ta réponse Chachou. J'espère que ça te plaît. Sorry, je me suis un peu laissée emportée en décrivant ce que Jane ressentait. C'est une facheuse manie chez moi =/ Si ça ne te plaît pas, j'peux modifier x]
<3


Dernière édition par Jane Faverly le Dim 13 Juin 2010 - 12:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar


My name is

ADMIN-CODEUSE
Lycantrope nostalgique.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 574
♣ Localisation : Plongée dans un roman.
♣ Situation amoureuse : Folle de ses bouquins.

MessageSujet: Re: Alone? [Jane & Prue]   Sam 5 Juin 2010 - 19:11

La blonde se mit à sourire sans que Prudence ne devine pourquoi. C'était assez déboussolant de constater à quelle vitesse les gens changeaient d'humeur. Les temps modernes voulaient que la population change brutalement de comportement, ce qui la rendait aussi imprévisible que la météo. Là, la louve devait avouer qu'elle ne savait plus comment réagir face à cette brusque modification d'expression faciale. Des pleurs, des hésitations, des paroles, un sourire, que d'éléments désarçonnant. La louve ignorait si elle devait être rassurée par la tournure que prenaient les choses, ou au contraire s'en méfier. De plus, elle ne connaissait pas cette fille.

Suite à cette dernière pensée, la noire se demanda si elle avait bien fait d'engager la conversation. Pour l'instant, elle jugea qu'aucun risque n'avait été encouru. Donc, elle ne s'en soucia pas. Un nom serait peut-être nécessaire. Elle se dit qu'elle y repenserait une fois qu'elle aurait obtenu sa réponse. Il n'était jamais de trop, le prénom d'une inconnue. Surtout lorsqu'il s'agissait d'une personne marquante. Ce qui était le cas pour la pleureuse, comme venait de la surnommer la louve. Fière de l'avoir consolée en partie, elle se dit qu'au final, sa manie de se mêler de tout pouvait s'avérer positive. Enfin, vu sous cet aspect.

D'une voix émotive, l'étrangère lui répondit :

- Oui. C’est bien ça. Une perte. Bien plus douloureuse qu’un chagrin, même double ou triple. Beaucoup plus douloureuse.

Même si parfois, elle préférerait laisser les autres se débrouiller seul. Après tout, elle, on ne l'aidait pas, et c'était très bien ainsi, elle avait toujours su se tirer des situations catastrophiques dans lesquelles elle se fourrait quotidiennement. Voilà qu'elle tenait le rôle d'un curé assis dans un confessionnal ! Elle s'était encore fichue dans de beaux draps, elle qui ignorait que dire pour consoler quelqu'un qui avait perdu un être cher. Le pire était certainement que la pleureuse semblait fortement en souffrir, énormément même. D'un côté, Prudence fut rassurée de la voir reprendre la parole :

-Pourquoi une jeune fille aussi souriante que toi vient-elle consoler une pauvre fille
comme moi?


Sauf que c'était pour lui poser une question où elle n'obtiendrait d'autre réponse qu'une approximative. En effet, elle avait juste vu une fille écroulée sous le poids du chagrin, larmoyant seule dans un coin, et l'envie l'avait prise de vouloir aller lui parler. Sans doute parce qu'elle avait écouté son coeur qui était trop bon, trop généreux comparé à celui de ses semblables. Eux, les autres, ceux qui ne pensaient qu'à leur petite personne. Oui, c'était ça, la société d'aujourd'hui. Les gens ne se préoccupaient plus des malheurs d'autrui, fuyant les nuages qui venaient après le beau temps. Puis, ils rageaient quand l'averse leur tombait sur la tête sans prévenir. Coup du sort : personne ne venait les aider, exactement comme ils le faisaient auparavant quand ils étaient encore à leur place. Quand tu es heureux, tu as beaucoup d'amis. Une fois que le malheur s'abat sur toi, tu es complètement seul.

Avec un sourire chaleureux elle lui dit :

- Parce que j'aurais aimé que quelqu'un me console, si j'avais été à ta place.

Sans mentir, elle aurait été tellement heureuse de voir qu'une personne ne suivait pas la même régression que le reste de l'humanité qu'elle se serait jetée dans ses bras. Heureusement que tout le monde ne lui ressemblait pas. En voyant sa compatriote sourire à sa réponse, elle se réjouit encore plus d'être venue se renseigner sur ce qui n'allait pas. Un décès, c'était toujours plus difficile lorsqu'il fallait le supporter seul. Là, elle laissait la pleureuse libre de changer de sujet ou de vider son sac, c'était elle qui menait la danse. D'ailleurs, elle repensa au fait qu'elle ne connaissait toujours pas son prénom. Pour rattraper le coup, elle lança avec gaieté :

- Désolée, je fais tout à l'envers : Prudence Huston, enchantée.

Au moins, ça éclaircirait ses pensées. Elle saurait bientôt comment se prénommait cette charmante créature. Tiens… De quelle créature s'agissait-il? Sorcier, si on se référait à l'odeur facilement identifiable de l'avis de la louve. Ça lui donnait une information de plus sur son identité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.Gryffinrin.skyblog.com



My name is
Contenu sponsorisé -


• • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Alone? [Jane & Prue]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Alone? [Jane & Prue]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our World Of Dreams :: Lieux :: ♣ Lieux magiques :: Cabane abandonnée-