AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Let's play || Andrew & Ninon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


My name is

ADMINISTRATRICE
Je suis partout.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 1184
♣ Localisation : Aux oubliettes.
♣ Situation amoureuse : Délibérément seule.

MessageSujet: Let's play || Andrew & Ninon   Mar 3 Aoû 2010 - 13:28



Do you love me?

Au détour d'une avenue, Ninon Haalen marchait d'un pas décidé. Bousculant une horde de piétons insolents qui gênaient sa route, elle leur accorda un bref hochement de la tête en guise d'excuses. La blonde avait horreur de la foule. Sans doute était-ce dû au fait qu'elle pouvait sentir chacune des fragrance de ceux qu'elle croisait. C'était assez tentant, mais elle parvenait à se retenir. L'habitude. A force d'être sans cesse mise à l'épreuve dans de pareilles situations, la vampire commençait à ne même plus faire attention aux odeurs qui chatouillaient ses narines. Enfin, elle s'efforçait de croire que c'était le cas. Toutefois, lorsqu'un succulent O positif passait trop près d'elle, ses crocs acérées se faisaient plus menaçantes, son ventre criait famine et sa gorge se serrait. Ninon finissait toujours par détourner les yeux de sa potentielle victime et continuait son chemin. Si par mégarde la soif venait à prendre le dessus sur la raison, la jeune femme ne répondrait plus de ses actes. Elle vivait pour tuer, après tout. Ses bonnes intentions pouvaient se voir mises à l'écart le temps de quelques secondes, le temps de vider un être humain de son sang.

Ce n'était pas dans ses habitudes de penser pareilles sottises, mais aujourd'hui était un jour exceptionnel. Elle avait décidé de se rendre à Seattle, ville où les Sangs-froids couraient les rues. Là-bas, les humains étaient tellement habitués aux massacres de leur espèce et crimes non élucidés qu'ils avaient finis par se rendre à l'évidence que tout ne peut pas toujours être tout rose. Ainsi, les meurtres causés en masse par les vampires de la région n'interpellaient plus grand monde. Soit les habitants se faisaient à l'idée qu'ils vivaient dans une ville aussi mystérieuse que dangereuse, soit ils partaient. Nombre d'entre eux avaient opté pour la première proposition. Heureusement d'ailleurs, ou plus personne ne servirait de repas aux immortels.
Il était beaucoup trop ardu pour eux de se nourrir par les temps qui courent. La méfiance règne partout en Amérique, la population humaine semble commencer à se sentir un peu à l'étroit. Certes, il leur a fallu plus de deux millénaires pour s'apercevoir qu'il se pouvait qu'ils ne soient pas les seuls à vivre sur Terre. Et encore, ceux qui assuraient l'existence de créatures surnaturelles se retrouvaient enfermés dans une chambre cloisonnée et avalaient des pilules trois fois par jours. On les appelait "fous".

Un haut bâtiment neuf et avenant se dressait devant elle. Longue de plusieurs kilomètres, la gare Caltrain s'étendait sur toute l'entièreté de la ville. Unique moyen de transport de ce type présent à San Francisco. Ninon ne se dirigea pas vers une des entrées principales comme le faisait la foule. Elle emprunta un petit chemin qui la mena vers une partie en ruine, vétuste, qui n'inspirait pas une grande excitation - celle que l'on ressentait avant d'embarquer. Passant outre des panneaux métalliques, la blonde s'activa à scruter les environs à la recherche du panneau protecteur qui garantissait l'entrée à leur gare magique. Il se trouvait juste à sa gauche, contenant la lame rouillée qu'il fallait caresser pour ouvrir la porte. S'adonnant à cette tâche, Ninon observa, cette fois-ci avec un certain enthousiasme, le mécanisme s'actionner, faisant disparaître le panneaux en métal et lui offrant pour seule vision les quais magiques et leurs voyageurs actifs. Elle s'avança, émerveillée par tant de magnificence.

De part et d'autre du hall, des tas de personnes s'activaient par-ci par-là à rejoindre leur station. Connaissant déjà les lieux, la blonde ne s'attarda pas plus que ça à se délecter du somptueux décor environnant. Ses pas la menèrent droit vers la foule à laquelle elle se mêla pour ne plus ressortir avant un bon moment. Horreur. Il y avait des gens partout. A sa gauche, à sa droite, devant, derrière. Encerclée, comme une petite souris enfermée dans une cage au milieu de millions d'autres. Elle ferma les yeux et stoppa sa respiration. Ensuite sa démarche reprit, plus cadencée faute de son envie de sortir de là. Ses paupières se rouvrirent.
Dans la cohue, elle tenta de se hisser jusqu'au plan de service. Ignorant où se trouvait le quai n°7 où l'attendait son train, elle jugea préférable de ne pas arpenter toute la gare à sa recherche. Il se dessina à quelques mètres devant elle qu'elle s'activa à parcourir. Dans sa précipitation, elle bouscula un jeune homme qui faillit se retrouver par terre. La force des vampires était incomparable, celle des autres créatures ne faisaient pas le poids. Elle tourna la tête vers lui, ses yeux plongèrent de suite dans les siens pour y rester un long moment. Les iris du beau blond étaient d'un bleu intense, profond, d'où scintillaient des reflets gris clairs étrangement fascinants. Leur couleur si spéciale s'imprégna dans la mémoire de l'immortelle qui eut du mal à quitter le petit paradis qu'elle s'était créée. Lui accordant le même signe d'excuse qu'aux piétons de tout à l'heure, elle repartit en direction de ce fichu plan.

Le quai n°7 se trouvait juste à sa gauche, des flèches indiquaient la direction à suivre, rien de plus simple pour s'y retrouver. Quelques minutes plus tard, la blonde se retrouva face au train qu'elle devait prendre, déjà arrêté, les portes sur le point de se refermer. Ne réfléchissant pas, elle courut à vitesse vampirique et parvint à s'engouffrer à l'intérieur du wagon pile avant que la sonnerie alertant le départ ne sonne. Satisfaite, elle se mit à la recherche d'un compartiment libre. Passant à travers de nombreuses rangées, toutes plus remplies les unes que les autres, Ninon hésita à rebrousser chemin et s'asseoir dans un petit coin tranquille, devant les portes. Finalement, arrivée tout au bout du wagonnet emprunté, il s'avéra qu'une banquette était libre. N'hésitant plus, elle entra à l'intérieur et prit place à côté de la fenêtre. N'ayant pas emporté de bagages, elle ne fut pas dérangée. En face d'elle résidait déjà un voyageur auquel elle ne prêta d'abord pas attention. Mais elle eut du mal à s'y tenir, sentant un regard lui brûler la peau.

Cependant, les paysages qui défilaient sous ses yeux la détournèrent un peu de son frontal. La ville, vue de sa banquette, semblait bien ravissante. Plus les rails allaient en ascendant et plus le panorama s'embellissait. Bientôt, ils furent suffisamment en hauteur pour apercevoir toute la partie Ouest de San Francisco. Le quartier de Pacific Heights dominait cette région. Quartier que la vampire aimait beaucoup. C'était là-bas qu'habitait sa camarade de jeu, Mona-Lou. En pensant à cette dernière, elle esquissa un sourire. C'est alors qu'une odeur lui rappela vaguement celle de son amie. C'était la fragrance des sorciers. Devinant que son voisin devait appartenir à cette espèce, Ninon se renfrogna. L'homme qu'elle avait distraitement aperçu en jetant un coup d'œil à l'intérieur du compartiment lui aussi lui rappelait quelqu'un. Cependant, la vampire ne connaissait guère nombreux sorciers. En outre, s'il avait été une de ses connaissances, elle l'aurait reconnu. Ses réflexions se portèrent donc sur d'autres probabilités.

Cherchant en vain l'origine de ce sentiment de déjà-vu, elle finit par tourner la tête lentement vers la sienne, son regard suivant ce même mouvement. Il la fixait. Inflexible. Arborant une expression agaçante d'impassibilité. L'air hautain, un sourire en coin vint prendre place sur ses lèvres. Et là, ses yeux rencontrèrent ceux de la jeune femme. Cela seul suffit à répondre à sa précédente interrogation. Il était l'homme qu'elle avait distraitement bousculé avant de consulter le plan de la gare. Elle sentait qu'il n'avait pas fort apprécié le peu d'attention qu'elle lui avait alors accordé. S'en contre-fichant royalement, Ninon se contenta de détourner les yeux, perplexe. Pourquoi fallait-il toujours que ça lui arrive à elle? Le destin devait lui en vouloir, sinon il lui aurait épargné cette situation légèrement embarrassante. L'immortelle s'étonna de prendre ce sentiment à coeur. Pour une fois, elle s'en voulut de ne pas s'être montrée plus polie, même envers un simple voyageur qu'elle ne rencontrerait sans doute qu'une seule fois dans son éternité. Ignorant ce qui la mettait aussi mal à l'aise, elle se focalisa entièrement sur le Golden Gate qui s'étendait par-delà la fenêtre et se déconnecta du reste du monde avec une facilité déconcertante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://owod.forumactif.org/t65-ninon-haalen-broken-inside

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 82
♣ Localisation : En Amérique
♣ Situation amoureuse : Aimer ? Pour quoi faire...

MessageSujet: Re: Let's play || Andrew & Ninon   Dim 19 Sep 2010 - 12:17

Stupide. Petite. Sotte ! Croyait-elle vraiment qu'en déménageant il allait se choisir une autre proie ? Non ! Il fallait être d'une stupidité humaine pour se mettre dans l'idée qu'il abandonnerait ses deux mois de recherche et de mise en pratique pour quelques kilomètres. De plus, la jeune femme était en phase deux, l'une de ses préférées. Quoi qu'il les aimait toutes pour des raisons différentes. La première était le repérage, il mettait parfois du temps à trouver la cible parfaite, celle qui serait entourée d'une famille aimante, d'une petit-ami fou d'elle et qui n'arriverait pas à cacher ses sentiments. Et Susan la représentait parfaitement, pensa t-il avec un sourire pervers. La deuxième phase, l'actuelle, celle où il faisait voir sa présence et jouait subtilement avec sa victime, la mettant ainsi dans une anxiété constante, un état de paranoïa intense. Il s'amusait tout simplement à la rendre folle ! Et Susan avait du finir par l'être pour penser que déménager à Seattle (qui au passage est une ville réputée pour ses vampires sanguinaires, ce qui prouve bien sa stupidité) le dissuaderait de l'attaquer. Dès qu'il serait là-bas, il entamerait la phase trois, la dernière, celle où il torturait sa victime jusqu'à la mort.

Andrew eut bien du mal à cacher son excitation rien qu'à la pensée de ce qu'il allait faire et pourtant ce n'était pas le moment de penser à autre chose puisque c'était la première fois qu'il se rendait à la gare de San Francisco et qu'il n'avait pas tout à fait compris les explications de la sorcière avec qui il avait couché la veille. D'ailleurs c'était pour la seule raison qu'elle lui ait indiqué le chemin à prendre qu'il l'avait en quelque sorte récompensé ! Ses aventures d'un soir n'était plus aussi agréables depuis qu'il prenait bien plus de plaisir à tuer. Mais bon il n'allait pas se plaindre, c'était tout de même distrayant et sa compagne d'un soir était absolument charmante.

Il s'obligea à se concentrer sur sa direction plutôt que sur ses pensées, bien qu'agréables. Il était à présent entré dans la gare qui était grande, voir gigantesque. Il avança au hasard, essayant de s'y retrouver avec les informations futiles de sa conquête. Au bout d'une longue demi-heure, il trouva enfin le coin délabré que lui avait décrit Elly à moins que ce soit Ella...? Bref, cela n'avait pas d'importance et il s'avança à grandes enjambés vers les panneaux métalliques qui barraient l'accès. Il découvrit enfin la fameuse lame métallique qu'il devait « caresser » pour ouvrir l'accès à la gare réservé aux créatures magiques comme lui. Un panneau disparu, laissant place à une seconde gare aussi bondée que la première. Il entra vite fait et s'avança vers son quai qui se trouvait plus loin s'il ne se trompait pas.

Alors qu'il marchait avec difficulté, secoué de partout par la foule, une personne lui rentra carrément dedans, manquant de le projeter au sol par sa force. Il finit par s'arrêter de vaciller et en relevant le regard, il tomba sur celui de son agresseur, « agresseuse » plutôt qui le fixait étrangement. Il voulut la toiser mais les yeux de la jeune femme appelait les siens. Il planta donc son regard dans les yeux bleus de la jeune blonde et fut happé par la glace de ceux-ci. Déconcerté par ce regard étrange et envoûtant, il en oublia presque qu'elle venait de le percuter, d'une telle façon qu'il était évident qu'il s'agissait d'une vampire.
Ce fut elle qui coupa leur échange pour lui faire à peine un signe d'excuse et s'en aller comme une voleuse. Peu habitué à ça, sachant que c'était plutôt lui qui dirigeait les situations, il eut bien du mal à ne pas se vexer et suivre la jeune blonde. Cependant, il ne prendrait jamais le risque de louper son train et sa prochaine victime par la même occasion pour courir après une vampire.

Il se dirigea lentement vers le quai n°7, là où normalement se trouvait le train qui l'emmènerait à Seattle. Et il était bien là, fumant et prêt à partir. Il grimpa à bord, se mettant immédiatement à la recherche d'un compartiment de libre. Il grogna, ils étaient tout plus remplis les uns que les autres. Andrew continua tout de même son chemin jusqu'au bout du train et par miracle atterrit dans le dernier wagon qui était entièrement libre. Satisfait il s'installa à la fenêtre dans le sens de la marche. La sonnerie annonçant le départ résonna et toujours personne n'était venu s'installer dans la wagon. Agréablement surpris d'être tranquille, l'homme se positionna confortablement dans son fauteuil pensant déjà à ce qui l'attendait à Seattle.

La porte du wagon s'ouvrit alors laissant entrer une jolie blonde. Le sorcier avait une mémoire visuelle et il reconnut immédiatement la jeune femme qui l'avait percuté dans la gare. Sans même un regard pour lui, elle s'installa en face. Andrew jeta un coup d'œil à la petite tablette qui les séparait avant de poser à nouveau les yeux sur les traits parfaits de la maladroite. Celle-ci avait l'air passionné par le paysage qui défilait à la fenêtre depuis que le train avait démarré. Agacé que la ville soit plus intéressante que lui et surtout qu'elle ne lui adresse aucune attention, il tapota nerveusement sur la tablette. Aucune réaction. Tant pis, il abandonnait. La jeune femme avait beau lui plaire atrocement, si elle ne levait même pas les yeux vers lui, jamais il ne pourrait l'accoster. De plus, elle l'avait tout de même bousculé sans presque aucune excuse. Andrew se contenta donc de la fixer, inflexible et impassible. Enfin du moins, c'était l'impression qu'il donnait. Intérieurement il se régalait de la beauté de la jeune femme. Son regard se posait tour à tour sur ses cheveux dorés, ses yeux glacés, son nez fin, ses lèvres rosées. Lentement il redescendit vers son cou pâle, son buste mince, la suite restait cachée sous la tablette. Il continuait ainsi à la fixer, découvrant fossettes et expressions au fur et à mesure que le paysage défilait sous les yeux de la blonde.

Ce fut au bout d'un petit moment que la jeune femme se retourna vers lui. Andrew ne cessa cependant pas de la fixer, profitant qu'elle ait tourné le visage vers lui. A l'expression qu'affichait la jeune femme, elle ne l'avait pas reconnu. Le jeune homme eut un petit sourire hautain. Il avait hâte de voir la tête de la blondinette quand elle se souviendrait de lui. Si elle s'en rappelait un jour bien sûr ! Leurs yeux se rencontrèrent et Andrew aurait presque pu voir la lumière s'allumer dans le cerveau de la jeune femme. Elle savait qui il était et inconsciemment, Andrew en était ravi. Cependant, elle se retourna vers la fenêtre, quittant à nouveau son regard et laissant ses yeux revenir sur le paysage. Le sorcier jeta un rapide coup d'œil à la fenêtre et aperçu le Golden Gate. Rien d'extraordinaire donc. Enfin à ses yeux puisque la jeune femme semblait, elle, le trouver plus intéressant que lui.

Quand il se décida à lui parler, ils étaient déjà rentrés dans le terres et se dirigeait maintenant rapidement vers Seattle. Andrew s'était encouragé à l'accoster. De quoi avait-il peur, cela serait stupide de ne pas profiter de cette occasion pour faire une nouvelle rencontre.

- Aurais-je le droit à un mot d'excuse la prochaine fois que vous me bousculerez ? Ou est-ce réservé à un nombre restreint de personne ? lança t-il avec un petit sourire.

La blonde se retourna vers lui, l'air gêné, ce que le sorcier trouva absolument charmant. Au moins ce n'était pas une brute de décoffrage et sa personnalité correspondait à son physique doux. Le sourire d'Andrew devint rassurant. Il ne voulait pas l'effrayer, non pas elle. La vampire avait peut-être la beauté de son espèce mais sûrement pas sa violence. Etrange, curieux, attrayant. Il n'avait qu'une envie, en savoir plus sur elle. Et pour cela, il lui restait plus d'une heure avant d'atteindre Seattle.

- Andrew Miller, continua t-il en tendant la main vers la jeune femme, Tout le monde a le droit à une seconde chance, non ?

Le sourire rassurant devint peu à peu charmeur au fil de ses paroles. Il espérait que la blonde aime l'accent écossais car celui-ci n'avait pas eut le temps de disparaître depuis sa récente arrivée à San Francisco.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is

ADMINISTRATRICE
Je suis partout.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 1184
♣ Localisation : Aux oubliettes.
♣ Situation amoureuse : Délibérément seule.

MessageSujet: Re: Let's play || Andrew & Ninon   Mer 10 Nov 2010 - 20:18

Jamais auparavant elle n'avait trouvé le Golden Gate si intéressant. La dernière fois qu'elle avait escaladé le pont rouge ne pouvait franchement pas lui rappeler un très bon souvenir. Sa course folle à travers la ville pour tenter de le rallier, tout ça dans le but d'échapper -en vain- à son ennemi mortel : Alexander Rice. Elle avait bien failli y passer, lors de leur dernière et ardente rencontre. Mais sa puissance enfouie n'avait pas eu totalement le temps de s'endormir, durant ces petites années de sagesse. Une véritable furie, comme autrefois. Elle avait aimé ce moment de pur masochisme. Il n'y avait qu'en présence du démon qu'elle se lâchait autant, sans aucune pudeur. Certes, ses journées de destruction avec Mona-Lou étaient tout aussi grisantes. Nonobstant l'amusement que la blonde ressentait en s'abandonnant ainsi à sa furie, ses petits plaisirs malsains se devaient de ne jamais être découverts. Ninon possédait une réputation beaucoup plus blanche chez les mortels de San Francisco que partout ailleurs en Europe. Toutefois, les vampires d'ici la connaissaient pour sa cruauté. Elle ne parviendrait sans doute jamais à se débarrasser de son passé de tueuse à part entière. Au fond, elle s'en trouvait rassurée.

Ses pensées dévièrent soudainement vers le jeune homme assis en face d'elle. L'immortelle ne savait comment se tirer du pétrin dans lequel elle s'était fourrée. Ignoble situation où sa bienséance feinte risquait de lui faire défaut. Tant pis, elle préférait l'ignorer temps que le silence régnait en roi. S'il parlait, elle serait néanmoins obligée de lui répondre, sinon, adieu son masque de gentille petite vampire. Autant préserver cette apparence, se dit-elle. Elle ne chercherait pas à engager la discussion, ça, c'était pour le moins certain. Ninon n'aimait pas qu'on la prenne pour une brute telle qu'elle était, au final. Un monstre assoiffé de sang, mauvais et tortionnaire. Non, c'était avant. Vampirella n'existait plus. Elle était morte, enterrée, enfermée dans un cercueil cadenassé et verrouillée à double tour. Du moins était-ce ce dont il nécessitait qu'elle se convainque pour ne pas céder. Craquer. Perdre le contrôle. Non, pas après tous ses efforts. Il fallait qu'elle continue sur la bonne voie, pour Haley. Cette dernière serait peu fière de constater son comportement actuel. Snober un bel homme comme ça, alors qu'elle l'avait rien que pour elle : quel gâchis ! Mais Ninon ne gaspillerait pas sa salive pour rien, encore moins s'il s'attendait à ce qu'elle s'excuse. Chose qu'elle ne ferait pas, car trop fière pour reconnaître ses torts.

Une voix agréable la tira de sa rêverie, bien qu'elle ne détourna pas la tête de la fenêtre pour autant.

— Aurais-je le droit à un mot d'excuse la prochaine fois que vous me bousculerez ? Ou est-ce réservé à un nombre restreint de personne ?

Amusée, elle ne put contenir un léger sourire. Elle opterait pour la deuxième proposition, mais elle s'abstint de le lui faire remarquer. Quand enfin elle le regarda, elle vit que lui aussi, il souriait. Ce qui signifiait, de son point de vue, qu'il ne prenait pas la chose au sérieux. Tant mieux. Au moins, il avait l'intelligence de ne pas croire en ses rêves, ironisa-t-elle intérieurement. Le jeune homme se montrait prudent, avenant. Sans doute voulait-il qu'elle comprenne qu'il ne lui en voulait pas réellement. C'était juste un prétexte pour l'apostropher. Finalement, la blonde se réjouissait qu'il l'eut fait. Maintenant que la conversation était lancée, la glace fondrait entre eux deux, et elle se sentirait moins seule le long du voyage. Il ne restait déjà plus qu'une petite heure, mais si elle pouvait se dérouler dans la convivialité, alors ça l'arrangeait mieux.

Ninon ne rétorqua rien, et visiblement, il avait compris qu'elle n'allait pas lui répondre. Ce fut lui qui poursuivit, repartant sur un autre sujet :

— Andrew Miller. Tout le monde a le droit à une seconde chance, non ?

Il lui tendait la main d'un geste courtois. Coutume que s'étaient échangée des millier de gens avant eux. Pourtant, ça semblait être un moment unique. Deux êtres civilisés qui s'échangeaient des propos bienveillants. Ça paraissait même un peu cliché. Mais au Diable, tant que cela restait une discussion chaleureuse, alors tout allait bien. Ninon accepta sa poigne en lui accordant la sienne. Elle sourit, un peu gênée tout de même de se retrouver face à un tel gentleman alors qu'elle avait délibérément refusé de lui présenter ses excuses, trop bornée dans son genre. Ledit Andrew Miller la fixait de ses prunelles envoûtantes, l'air charmeur. Ça, c'était bien les hommes. Il suffisait qu'ils se retrouvent seuls avec une femme jugée séduisante et ils se prenaient déjà pour des Don Juan. La blonde retint un rictus moqueur. Tous pareils. Mais comment lui en vouloir ? Après tout, il y avait de quoi chercher à plaire, lorsqu'on se retrouvait calé pendant une heure entière face à quelqu'un comme Ninon Haalen. Cette dernière non plus ne se privait pas de se mettre en avant, d'ailleurs. Attirer les regards avait quelque chose de rassurant, et même d'assez égocentrique. Cependant, elle se fichait de se sentir égoïste de vouloir capter toute l'attention du sorcier. Pour une fois que l'occasion lui offrait de s'amuser sans tuer, elle ne s'en priverait guère.

D'une voix aussi mélodieuse que son frontal, elle répondit avec tact et malice :

— En particulier lorsque ce 'tout le monde' dénonce Ninon Haalen.

La vampire aimait se démarquer par des répliques visant la perfection. Si elle avait droit à une seconde chance, comme le sorcier l'avait si joliment dit, ce n'était certainement pas grâce à sa gentillesse hors norme. Elle ne se savait pas aussi imbue d'elle-même, malgré le sarcasme émanant de ses propos. Ça sonnait comme une déclaration purement égocentrique, bien qu'ironique. Il l'ignorait peut-être, ne la connaissant pas, qu'elle ne se prenait pas au sérieux. La modestie ne lui faisait pas défaut. Ninon laissa échapper une moue satisfaite suite à ses propres dires. Elle aimait l'espièglerie dont elle venait de faire preuve, et espérait que ça passerait aussi bien du côté d'Andrew. Suffisante, elle ne rajouta rien. Préférant de loin l'idée qu'on la demande plutôt que l'inverse. Ça lui donnait l'impression d'être une personne intéressante, alors qu'elle se jugeait banale au possible. Et donc, elle se tut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://owod.forumactif.org/t65-ninon-haalen-broken-inside

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 82
♣ Localisation : En Amérique
♣ Situation amoureuse : Aimer ? Pour quoi faire...

MessageSujet: Re: Let's play || Andrew & Ninon   Lun 20 Déc 2010 - 14:56

Son interlocutrice mit quelques secondes à répondre et Andrew eut peur qu'elle l'ignore à nouveau. Après tout, la jeune femme n'avait montré aucun signe d'intérêt à son égard. Cependant, peut-être parce qu'il l'intéressait, par politesse ou pour combler l'ennui, elle finit par lui répondre :

- En particulier lorsque ce 'tout le monde' dénonce Ninon Haalen.

Andrew laissa un léger sourire lui échapper. La blonde n'avait pas tort. Sans son joli minois, il ne l'aurait sûrement jamais accosté. Un expression espiègle s'afficha sur le visage de Ninon -joli prénom au passage- et Andrew devina qu'elle était plutôt contente de sa réplique. Pourquoi ne le serait-elle pas après tout ? En quelques mots, elle venait de lui prouver qu'elle avait compris son jeu de séduction. Mais qu'elle sache qu'il s'intéressait à elle ne changeait rien ; la jeune femme déciderait seulement d'entrer ou non dans son jeu le temps du voyage. Voyage qui se faisait de plus en plus court au fil des secondes. Andrew ne sut pas très bien à quoi tout cela rimait ; qu'aurait-il le temps de faire en une heure ? En sachant que dès qu'ils arriveraient, il devrait courir après Susan. Un sourire mesquin lui échappa à la pensée de la jolie brune mais il se reprit et songea aux raisons qui le poussaient à courtiser la vampire. Elle semblait différente, plus dure à conquérir, voir même inaccessible. Voilà tellement longtemps qu'il n'avait pas tenté l'impossible. Il fixa Ninon du regard avant de répondre :

- Peut-être. Il est vrai que j'ai pu être influencé par votre beauté. Je pense que vous en êtes plus flattée qu'indignée, je me trompe ?

Il n'attendait pas de réponse. Ninon n'était peut-être pas une petite humaine rougissante mais aucune femme refusait un compliment. De plus la blonde avait l'air d'apprécier le jeu de séduction d'Andrew et ce dernier avait espoir qu'elle se mette à jouer également. Il lui sourit, la fixant toujours du regard, la défiant de trouver une réplique à la hauteur de leur jeu. Il avait déjà vu à travers sa première réponse qu'elle avait le sens de la répartie et il sentait que la conversation serait plutôt agitée, pour son plus grand plaisir. Les femmes qu'il rencontrait habituellement semblaient tellement fades à côté de Ninon. Il était certain qu'elle aimait jouer et qu'elle maniait cet art avec presque voir autant de talent que lui. Mais il gagnerait. Andrew gagnait toujours. Restait à savoir quel serait le gros lot ? Une nuit avec notre chère vampire ne serait pas de refus mais en une heure il n'aurait jamais le temps d'aller jusque là. Un baiser lui suffirait. Oui, voilà, il allait remporter un baiser. Quel joli cadeau, la victoire valait le coup ! Le garçon jeta un coup d'œil au paysage et réalisa que la nuit était déjà tombée. Les lumières du wagon s'étaient allumées sans qu'il s'en rende compte et la lune offrait un spectacle magnifique. Elle était pleine, ronde, brillante et elle créait à elle seule une certaine luminosité. Cependant, en face de lui, une jolie blonde offrait un spectacle encore plus agréable et il reposa donc ses yeux sur Ninon. Celle-ci s'apprêtait à lui répondre, pour le plus grand bonheur d'Andrew qui se préparait déjà à la réplique piquante de sa partenaire.

Mais la jeune femme fut coupée par un grincement étrange et plutôt inquiétant. Le sorcier jeta un regard interrogateur à la blonde mais celle-ci haussa les épaules. Les lumières qui éclairaient le wagon se mirent à trembler, laissant le compartiment dans le noir total une seconde sur deux. Elles grésillèrent un petit moment avant de rendre l'âme et de s'éteindre complètement. Au même moment, le train ralentit brusquement. Andrew, dans le sens de la marche, fut propulsé contre la tablette tandis qu'à la lumière de la lune, il vit Ninon se cogner brutalement contre le dossier de son fauteuil. Le train eut encore un mouvement abrupte faisant glisser à terre le manteau du garçon et envoyant Andrew s'écraser à quelques centimètres de la vampire. Il grogna, son nez saignait et son ventre ne s'était pas encore remis de sa rencontre avec la tablette. Il leva les yeux vers la seule présence du compartiment pour voir celle-ci lui adresser un regard moqueur.

- Je ne m'appelle pas Vampirella, je n'ai pas un corps de pierre, répondit-il avec mécontentement

Il détestait qu'on se moque de lui. Trop de fois son père l'avait regardé comme un moins que rien. Qui pouvait encore rire de lui aujourd'hui ? Il était beau, fort, intelligent. Et surtout modeste, conclut le garçon avec un sourire. Il n'en voulut donc pas trop à Ninon puisque c'était sûrement la façon de jouer de la jeune femme. Andrew se redressa et laissa ses yeux s'habituer complètement à la pénombre malgré que celle-ci ne soit que partielle. En effet, la lune laissait une étrange luminosité régner dans le wagon. Une fois qu'il fut remis du choc, il se tourna vers Ninon qui le fixait. Ou plutôt qui fixait son nez. Le sorcier eut alors un rictus et tout en s'approchant du visage de la vampire lui murmura d'un air provocant :

- Cela ne me dérange pas que tu boives mon sang. Il coule...Il coule doucement le long de ma bouche.

Il resta à quelques centimètres de la jeune femme, tout de même prêt à l'éjecter plus loin si elle le mordait. On n'était jamais sur de rien, c'était une vampire après tout. Le jeune homme se questionna sur ce qu'il adviendrait d'eux. Le train ne bougeait plus, toutes les lumières étaient éteintes et ils étaient perdus en pleine campagne entre San Francisco et Seattle. Mais il devait avouer que le fait d'être dans le noir avec pour seule compagnie une séduisante vampire ne le gênait pas vraiment. C'était plutôt sa chance de remporter la partie. Maintenant que le train était à l'arrêt, ils avaient tout leur temps. Sur cette agréable pensée, il observa Ninon qui ne bougeait pas d'un millimètre. Il fixa ses lèvres si attirantes, espérant secrètement qu'elle répondrait à sa demande. Il voulait Ninon Haalen comme il avait rarement désiré quelque chose. Elle devenait une obsession. Lentement, elle s'insinuait en lui, se glissait dans ses veines. La jeune femme n'avait sûrement pas connaissance du danger qu'elle courait à hanter le jeune homme. Elle ne savait pas encore qu'aucune femme n'avait réchappé au jeu du sorcier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is

ADMINISTRATRICE
Je suis partout.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 1184
♣ Localisation : Aux oubliettes.
♣ Situation amoureuse : Délibérément seule.

MessageSujet: Re: Let's play || Andrew & Ninon   Mer 9 Mar 2011 - 17:36

Elle savourait sa victoire. Elle ne se laissait jamais faire, répliquait toujours. Là encore, elle n'avait pas pu retenir cet élan d'égocentrisme. C'était un trait de son caractère d'avant, ça. A l'époque où sa seule pensée consistait à répandre une souffrance innommable partout où ses pas s'arrêtaient. Combien d'êtres avaient péris sous ses crocs ? Elle ne pouvait les compter, ils n'étaient que trop nombreux. Malheureusement. Car aujourd'hui, elle regrettait le mal qu'elle avait pu causer à de pauvres innocents. Elle aurait tout donné pour revenir en arrière, pour que tout soit différent. Plus elle y pensait, plus elle se renfrognait. Elle disait ça maintenant, dans ce train, loin de San Francisco et toute sa misère. Mais dès qu'elle retrouverait Stephen Rice, elle serait derechef à deux doigts de tout plaquer pour redevenir celle qu'elle était alors. Leur relation l'écrasait, elle en étouffait. Ils étaient liés d'une façon incroyable, presque comme des frères. Pourtant elle l'avait laissé tomber. Elle avait bien fait, il fallait qu'elle se sauve, qu'elle découvre enfin la vraie vie. Ce n'était possible que sans lui. Elle s'en voulait, oui, mais en même temps elle était satisfaite de son départ précipité.
Chassant ses pensées, Ninon se concentra sur le trajet. Il ne lui restait plus qu'une heure avant de descendre à la gare de Seattle. Là bas, elle pourrait respirer un peu. Ça ne lui ferait pas de mal. C'était même légèrement nécessaire. Elle avait besoin d'autre chose, de voir du monde. Voyager lui manquait. Les Pays-Bas lui manquaient. Elle finirait tôt ou tard par y retourner. Parce qu'elle mourrait d'envie de retrouver son pays natal, et peut-être même d'y retrouver un peu de ce qu'elle avait perdu. Un peu d'humanité.

Elle s'aperçut soudain que le dénommé Andrew Miller la fixait avec insistance. C'était une manie chez lui de regarder les gens de cette façon ? Son impolitesse dérangeait Ninon. Elle se souvint de l'épisode de la bousculade avant de monter dans le train. Elle sourit faiblement en se disant qu'elle avait le chic d'être agacée par les défauts que les autres partageaient avec elle. Ainsi, l'égocentrisme et l'orgueil lui semblaient insupportables chez autrui, alors qu'elle ne les apercevait pratiquement pas chez elle. Ils étaient pourtant bien là, inscrits dans sa personnalité. Il n'en demeurait pas moins que son frontal commençait à déclencher des tas de questions en son esprit. L'air conspirateur qu'il lui adressait la rendait un peu mal à l'aise. Il ne devait pas avoir les idées très claires, à son avis. Elle s'interrogeait sur ses intentions, et vu son regard, cela ne présageait rien de bon. Chance pour elle qu'elle sache se défendre.

— Peut-être. Il est vrai que j'ai pu être influencé par votre beauté. Je pense que vous en êtes plus flattée qu'indignée, je me trompe ?

Ne pouvant contredire le constat du jeune homme, elle se tut sans pour autant baisser les yeux. Charmée de se voir aussi vite démasquée, elle ne put que se réjouir. Elle avait face à elle un adversaire de taille, bien qu'elle n'ait pas prévu de jouer ce soir. Il y avait toujours une petite place pour une partie où on misait sur la fierté dans le planning de Ninon. Celle-ci ne se refusait pas une telle distraction. Elle soutint son regard jusqu'à ce qu'il le détourne vers le paysage défilant par le hublot. Elle fit de même. Le ciel s'était obscurci, la nuit venait de laisser tomber son voile sombre sur la campagne environnante. Quelques étoiles parsemées dans cette couche voluptueuse de nuages éclairaient les cieux, tels des lampadaires accrochés au néant. Grande, immanquable, la lune trônait au milieu de ses soldats. Suspendue dans le vide, elle dardait sur le paysage son éclat d'une blancheur immaculée. Elle illuminait à sa façon la verdure, lui donnant un air mystérieux, étrange. Sa lumière rayonnante s'infiltrait à l'intérieur de leur compartiment, éclairant leurs doux visages. Ninon observa celui d'Andrew. Il semblait imprégné d'estime, comme si son porteur se vouait un culte à lui-même. Hilare, la vampire pouffa discrètement. Il ne l'entendit pas. Il se retourna vers elle une seconde plus tard, n'ayant rien aperçut de son excès d'hilarité. Elle s'apprêta à lui répondre, histoire de faire la conversation, quand un grincement aigu l'en empêcha. Le son s'amplifiait dans les oreilles de l'immortelle, rendu extrêmement puissant faute des conditions propres à son espèce. Parfois, posséder une ouïe surdéveloppée avait ses inconvénients. Un bruit inquiétant grésilla dans le wagon, les lampes se mirent à clignoter de façon irrégulière. Le tout donnait une impression horrifiante très perturbante. On se croirait dans un mauvais film d'épouvantes. Un arrêt brutal propulsa la blondinette contre la vitre, la faisant glisser le long de sa banquette. Le dos collé à son siège, un hoquet de surprise s'échappa de sa bouche. Andrew avait lui aussi subi le choc ; il s'était retrouvé d'abord victime de la rage de la tablette, qui lui avait coupé le souffle en s'encastrant dans son torse. Puis, il avait fini sa course tout près de la jeune femme, du sang dégoulinant sur son beau visage. Ce qui avait automatiquement attiré l'attention de la vampire, obnubilée par cette odeur suave et enivrante. Elle se faisait violence pour ne pas céder à la tentation, bien qu'elle ne saurait tenir ainsi bien longtemps. Elle le regardait avec un rictus accroché aux lèvres, dissimulant tant bien que mal son désir oppressant de s'en nourrir.

— Je ne m'appelle pas Vampirella, je n'ai pas un corps de pierre, lâcha-t-il, vexé.

Aussitôt dit, Ninon cessa de sourire avec cet air malsain. Vampirella. Cela signifiait donc qu'il avait déjà entendu parler d'elle et de ses multiples exploits. Blasée, elle soupira. Ça gâchait son plaisir. Elle n'avait plus aucun secret en réserve concernant sa nature, désormais. Ce manque de suspens l'attristait. Elle aurait préféré qu'il ignore à qui il avait à faire jusqu'au bout. Mais puisqu'il voulait jouer sur ce tableau là, très bien. Elle s'y adapterait. Au moins, elle n'avait plus rien à cacher. Parfait, pensa-t-elle.
Au même moment, le courant fut coupé brutalement. Les ampoules émirent un bruit d'explosion et la nuit s'empara du compartiment. Seule la lune émettait un peu de lumière. Le teint blafard, Ninon admirait cette goutte vermeille qui coulait, contournait les lèvres du sorcier. Le flot allait sans discontinuer, provoquant la sang-froid qui n'en pouvait plus de rester inerte. Andrew le remarqua, pour son plus grand damne. Il prit un air provocateur et s'approcha d'elle, dangereusement. Elle se retint de lui balancer une réplique comme " T'es suicidaire ou quoi ?! ", pourtant elle peinait à se contenir. Il poursuivit ses manigances.

— Cela ne me dérange pas que tu boives mon sang. Il coule...Il coule doucement le long de ma bouche.

Ça, merci, mais elle pouvait le constater elle-même. Tout comme cette proximité déstabilisante, d'ailleurs. Elle le reluqua sans gêne, accordant un intérêt profond pour cette gouttelette qui lui menait la vie dure. Tentée, elle se dit qu'après tout, elle n'avait plus rien à perdre. Il savait qui elle était, elle savait qu'il aimait jouer. Il jouait. Il pensait gagner, mais ce ne serait pas le cas. Ninon s'en fit la promesse. Désormais que le train était arrêté pour une raison inconnue, ils avaient largement le temps de s'amuser. Alors pourquoi s'en priver ? Mutine, la vampire réduisit à une vitesse surprenante la distance qui les éloignait. Collée à lui, elle sourit d'un air espiègle. Son regard jonglait entre le sang et les yeux envoûtants du sorcier, incapable de se poser. Le nez de la sang-froid rencontra celui du mortel, leurs visages se touchaient à plusieurs niveaux, mais pas aux lèvres. La vampire se les mordit avec puissance, cherchant à savoir une dernière fois si céder à la tentation était mal ou pas. D'une main qu'il posa sur ses reins, Andrew lui fit tacitement comprendre ce qu'il en pensait. Lui, il voulait seulement qu'elle craque, qu'elle savoure ce liquide précieux qui s'échappait de ses veines. Mais elle, elle savait qu'elle le viderait de son sang si elle se laissait aller. Il insista. Elle craqua.
Lentement, la blondinette vint toucher son sang du bout des lèvres. Son goût l'attirait tel un aimant, avec une force si brusque qu'elle ne pouvait lutter. Un mélange à la fois exotique et … succulent s'engouffra à travers son odorat. Elle pouvait déceler jusqu'à la moindre de ses saveurs, celles qu'elle pouvait goûter. Dévorer, même. Avant d'aller plus loin, elle se décolla un peu d'Andrew, emportant sur le coin de sa bouche une minuscule touche de son sang. Elle se lécha les babines, comme un animal affamé. Ce premier contact avec le liquide rougeâtre lui procura une sensation sans pareille. L'idéal quand on savait que depuis quelques semaines, elle n'avait plus croqué un seul humain. Seulement des poches de sang de la clinique de San Francisco, ce qui ne garantissait pas le plaisir ressenti lorsque le prédateur se trouvait face à sa proie. Elle exultait.

D'une voix machinalement séductrice, elle susurra :

— Tu sais, je peux être vraiment très, très, très…

Ninon laissa volontairement un temps d'attente avant la fin de sa phrase. Elle en profita pour insinuer une main contre la joue du jeune homme, la laissant glisser le long de son torse, provocante. Ensuite sa paume se dirigea vers le sang qui coulait encore, cependant avec moins de régularité qu'avant. Du bout des doigts, elle en récolta un peu qu'elle porta jusqu'à ses lèvres. Elle lécha ce cadeau dûment gagné, n'en oubliant aucune goutte. Elle s'imaginait aisément de retour en arrière, quelques années avant. En Italie, face à une de ses victimes. Complètement absorbée par sa soif de puissance, bien plus que sa soif de sang. Elle voulait se sentir au-dessus du sorcier, plus forte que lui. Inatteignable. Invincible. Ninon Haalen se mit à sourire, d'un de ses sourires qu'elle avait oublié. Enfermés au fond d'un tiroir, ses rictus caustiques. Envolés. Et voilà qu'un d'entre eux réapparaissait. Elle se maudit d'avoir craqué, maudit Andrew de l'avoir poussée à jouer. Pourtant elle savourait toujours son plat principal, non sans regretter d'avoir joué sa gourmette. Le jeu en valait la chandelle, si elle pouvait se permettre une telle expression.
Mutine, elle reposa sa main sur la joue du blond, et l'autre prit place dans la nuque de celui-ci. Il semblait plutôt apprécié d'être sa victime, mais il ne savait pas que ses chances de s'en tirer se réduisaient un peu plus à chaque seconde. Chaque seconde le rapprochait de sa mort. Et Ninon jouait. Andrew aussi. Ils étaient ignorants des dangers encourus, ou du moins si ils le savaient ils ne le montraient pas. Ils ne s'en préoccupaient pas. Les lèvres de la vampire agrippèrent celle du sorcier, avide de découvrir le sang qui recouvrait ces dernières, s'introduisant à l'intérieur de la bouche du garçon. La blondinette ne se laissa pas abattre.

— Très, très…

Elle ne le libérait pas de son emprise, elle détenait sa chair sous ses crocs. Une petite pression et elle lui déchirait la peau, faisant gicler son essence vitale derechef. Pour l'instant, elle se contentait de s'abreuver du sang présent sur ses lèvres. Bientôt, son repas devint une danse enflammée, s'achevant pratiquement par devenir un baiser malsain, haineux. Elle lui griffait presque les lèvres de ses canines, mordant sa chair sans se faire prier là où elle rencontrait un peu de sang. Le liquide s'engouffrait en elle, glissait jusqu'à sa gorge. Délicieux. Il était vraiment délicieux. Une fois son petit manège plus ou moins terminé, et réalisant qu'elle avait plus profité de la situation pour voler un baiser au sorcier que pour boire son sang, Ninon mit fin au combat. Elle dévia son visage de manière à ce qu'elle puisse murmurer ceci aux oreilles d'Andrew :

— Très vilaine, quand je le veux, acheva-t-elle, malicieuse.

Elle se recula ensuite d'une bonne vingtaine de centimètres du corps du sorcier. La tête reposée contre le rideau, légèrement inclinée, elle ne le regardait plus. Un sourire ravageur s'était hissé sur ses lèvres, elle ne pouvait plus contenir sa fierté. Non seulement elle avait bénéficié d'un échantillon de dîner, mais en plus elle avait reçu un baiser au passage. Leur sorte d'union charnelle s'était plutôt bien terminée, finalement. La vampire était restée raisonnable. Certes, rien ne prédisait que la partie était terminée maintenant. Elle n'était pas la seule à décider de ça, mais vu comment elle lui avait cloué le bec, il lui devrait au moins un second compliment. Quelques éloges sur sa façon d'embrasser -à sa manière, évidemment- ne seraient pas de trop non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://owod.forumactif.org/t65-ninon-haalen-broken-inside



My name is
Contenu sponsorisé -


• • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Let's play || Andrew & Ninon   

Revenir en haut Aller en bas
 

Let's play || Andrew & Ninon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our World Of Dreams :: Lieux :: ♣ San Francisco :: Caltrain-