AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You were the love of my life . ( James&Nemesis )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


My name is
Invité -

Invité

• • • • • • • • • •



MessageSujet: You were the love of my life . ( James&Nemesis )   Ven 23 Juil 2010 - 13:16

« I can't live if living is without you . »

Il y avait sur Terre des dizaines, peut-être même plus, de créatures. C'était magique et légendaire. Le jeune brun était fier de faire parti d'une de ces créatures. Les sangs-froids étaient très nombreux sur Terre et la plupart du temps regroupé en clan. James Winslowe faisait parti d'une des familles les plus connus de leur race: Les Baronis. Un clan royal qui semait la terreur autour d'eux. Devenu le chef d'une trentaine de vampires, James créa une armée capable de réduire à néant toute l'humanité. Avant, cette idée n'aurait jamais traversée l'esprit du vampire, mais, maintenant, le monstre qui était en lui avait grandit. Il n'avait plus aucune part d'humanité. Pourtant, il restait un souvenir... Douloureux et intense. La femme de sa vie n'avait cessée de rester dans son cœur.

C'est ainsi qu'il avait abandonné son clan, juste pour quelques semaines. Depuis le départ de sa douce, il l'avait fait suivre par des vampires, ceux-ci lui ramenaient un compte-rendu détaillé des faits et gestes de Nemesis Haalen. Et quand James découvrit qu'elle avait posée ses bagages à San Francisco, il décida qu'il était temps de remuer le passé. Elle le croyait mort, ce qu'il était, après tout. Après avoir expliquer à son clan qu'il partait, il prit un avion pour l'Amérique. Il savait qu'en montant à bord de l'engin, il ne pourrait reculer. Mais l'envie de revoir sa bien aimée était bien trop forte pour abandonner. Il trouvait le monde sans Nemesis immensément fade, immensément inférieur à sa propre personne.

Le vampire marchait tranquillement dans une forêt dense. Les arbres étaient beaucoup trop verts pour lui, mais, il avait eu besoin de s'éloigner de la ville. San Francisco lui paraissait à première vue beaucoup trop visitée. Il avait entendu parler de toutes les créatures qui s'y installaient, et, il se disait qu'un jour, viendrait ou il devrait faire son boulot et éliminer toutes celles qui seraient un danger pour le secret du surnaturel. C'était le moment de la journée que James préférait. L'aube. Le soleil commençait à peine à se lever et le vampire avait déboutonné sa chemise grise pour laisser glisser les rayons de la boule de feu sur son torse musclé. Le vent n'était pas trop fort, mais l'air était agréable à sentir. Il voulait trouver un coin calme et agréable où il pourrait réfléchir en toute tranquillité. Il en avait besoin pour commencer ses recherches.

Il tomba alors sur une cabane en bois, qui semblait abandonnée. Il décida que c'était l'endroit idéal pour faire ce qu'il voulait et pénétra à l'intérieur en poussant la porte certes un peu moisie, mais encore solide. Il fut surpris de la propreté de l'intérieur, contrairement à l'extérieur. En effet, le bois n'avait pas pourrit et il semblait neuf. Le sol n'était pas du tout poussiéreux et la terre n'était pas devenue de la boue. Il y avait une petite fenêtre encastrée sur un des quatre murs. Il s'installa au sol, en position assise et sortit une photo de sa poche. L'image représentait une femme, d'une beauté irréelle. Elle était blonde et avait les yeux rouges, James se souvenait avoir pris cette photo après avoir transformée Nemesis. Celle-ci l'avait prié de faire d'elle un être immortelle pour qu'ils puissent passer l'éternité ensemble. Malheureusement, un stupide loup-garou était venu tout gâcher. Lorsque James avait appris la relation qu'entretenait sa dulcinée avec l'ennemi, il s'était mis dans une telle colère qu'il avait tué une dizaine d'humains. Il n'avait rien vu venir, pourtant, ses pouvoirs lui auraient permis de savoir plus tôt ce que Nemesis faisait derrière son dos. Elle l'avait trahie, elle qui disait l'aimer. Mais, qu'était-ce l'amour pour un vampire ? Ils étaient damnés, destinés à périr en enfer.

Pourtant, James était à San Francisco. Malgré la haine qu'il éprouvait envers la blonde, il l'aimait toujours. Une partie de lui ne pouvait s'empêcher de penser à elle. Après cinquante ans à resté silencieux, il allait se montrer. Il allait lui prouver qu'il ne lui en voulait pas, qu'elle était pardonnée. Nemesis rentrerait alors avec lui chez les Baronis, et elle deviendrait chef de clan. James savait qu'elle aimait le pouvoir, le sentiment de puissance. Elle ne pourrait refuser. De toute façon, elle n'aurait pas le choix.

James entendit un bruit. Son ouïe très fine lui permit de savoir que quelqu'un s'approchait, ou quelque chose. Peut-être un simple animal. Il ne fit guère attention et se perdit à contempler la photo de sa tendre aimée. La porte de la cabane grinça et James se releva faisant tomber la photo en même temps. Il vit alors une chevelure blonde, qu'il connaissait temps, mais, elle disparut en un instant. James ramassa l'image et sortit de la cabane. Sur la terrasse se tenait une jeune femme, blonde, à la silhouette svelte, habillée d'une simple tenue en cuir qui avantageait ses formes, cette femme était la même que sur la photo de James. Cette femme était Nemesis Haalen, elle semblait l'être. Mais, James ne pouvait le croire, il ne voulait pas le croire. Elle était aussi belle que dans ses souvenirs, si ce n'était plus. Elle le regardait étrangement, mais James ne parvint pas à savoir ce qu'elle ressentait. C'était comme si ses pouvoirs ne fonctionnaient plus. Il plissa des yeux, tenta de l'influencer, mais une fois encore, rien ne se passa. Ils restèrent ainsi quelques minutes à se dévisager... James était incrédule, surpris, heureux, triste, en colère... Tant de sentiments passaient à travers lui. Et, il ne savait pas ce que sa douce ressentait et cela l'agaçait . Néanmoins, il finit par rompre le silence qui durait depuis plusieurs minutes et murmura d'une petite voix:

-C'est toi Némy ?

Il avait besoin d'en être sur, comme si, cela ne pouvait être réel. Comme si la femme allait disparaître et le laisser. Comme si, rien n'avait existé entre eux.


Dernière édition par James Winslowe le Lun 17 Jan 2011 - 20:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar


My name is

Peter Gwel is the
love of my life.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 617
♣ Localisation : Plane dans les nuages.
♣ Situation amoureuse : En couple avec Peter Gwel.

MessageSujet: Re: You were the love of my life . ( James&Nemesis )   Ven 27 Aoû 2010 - 23:58

« Ma vie sans toi reste une souffrance. Ta vengeance est ma seule raison de vivre et de rester sur cette Terre. Reviens. Reviens-moi. »


Avançant d'un pas lent dans les rues matinales de San Fransisco, Nemesis Haalen se frotta ses yeux bleutés, alors que les rayons du soleil sortaient timidement de leur cachette, influent le ciel d'une lumière orangé agréable à observer. Passant une main dans ses cheveux blonds entremêlés, la vampire repensa à la longue nuit qu'elle avait passé, ne s'accordant pas une minute de repos. La veille, elle avait été heureuse de découvrir que Max avait surement mit à jour l'identité de l'assassin de son James. Sans plus attendre, Nemesis s'était mit en direction des quartiers malfamés où son informateur et ami l'attendait pour lui présenter la situation. Il avait repéré une jeune femme aussi blonde que celle qui avait tué son ancien fiancé et qui avait la réputation d'être une tueuse de vampire réputée malgré sa propre nature. De plus, Max avait réussit à savoir qu'elle était à Florence lors de la mort de James. Tout portait donc à croire que c'était bien elle, cette tueuse. Maligne, Nemesis avait décidé ses façons de faire et d'être pour pouvoir avoir l'avantage sur elle, bien sûr, elle aurait pu de se cachette lui envoyer un jet d'électricité pour la mettre K.O et ensuite la mettre en poussière comme elle avait fait pour James. Mais la vengeance est un plat qui se mange terriblement glacé.

Saluant Max et le laissant partir, elle se mit donc à traquer cette blonde, ne la perdant pas de vue, consciente que si c'était bien elle qu'elle recherchait depuis cinquante ans, l'occasion ne se présenterait pas une autre fois. Avec discrétion et intelligence, elle avait réussit à la suivre où qu'elle se rendait, devenant presque invisible lorsque c'était nécessaire. Enfin, quand l'horloge de la gare du Caltrain sonna les quatre heures du matin, elle sortit de sa cachette, et décida qu'il était temps de mettre les cartes sur le tapis. S'avançant d'un pas décidé et sur vers cette blondasse, laissant sa combinaison en cuire se frotter à chaque pas qu'elle faisait, Nemesis n'avait plus qu'une idée en tête : La tuer. Et tant pis s'il ne s'agissait pas de la meurtrière de James, ça lui ferait au moins passer le temps. Une lueur de profonde puissance brillait dans ses iris bleutés qui commençait de plus en plus à passer au rouge, englobant son point d'attache qui la faisait passer inaperçue en compagnie des humains. Laissant ses canines sortirent, reprenant ses racines de tueuses qu'elle avait mit trop de fois de côté depuis la mort de James, elle sortit une boule d'énergie de sa main, laissant le flux d'énergie bleuté prendre le contrôle de son corps. Puis, enfin tout en avançant vers son adversaire qui discutait avec des amies elle, Nemesis l'appela :

- Hé ! La blondasse, là ! Directement, la vampire blonde se retourna, un air mauvais sur le visage. Ça te dirait une partie de chat ? Demanda Nemesis malicieusement.

Un sourire carnassier se forma sur ses fines lèvres et sans plus attendre elle lui lança sa boule d'énergie au niveau d'une de ses cuisses. Elle réagit, mais il fut trop tard, l'attaque de la vampire atterrit sur sa cuisse gauche et une profonde entaille avait été faite, on pouvait même apercevoir la chair bien qu'une fumée s'en dégageait, surement sous le coup de la rencontre entre sa peau et l'énergie. Fière de son coup, et n'attendant plus, Nemesis se mit à courir vers elle et se mit à se battre avec elle à mains nues. Agile, l'autre vampire dévia les coups de la blondinette, malgré sa blessure à la cuisse et ne se gêna pas pour l'attaquer aussi. Détournant les coups qu'elle lui lançait, Nemesis comprit qu'elle avait largement l'avantage lorsque celle-ci commença à être plus lente, surement à cause du sang qu'elle perdait. Pourtant, elle ne serait dire comment, mais brusquement, elle sentit une lame froide lui traverser le ventre. Arrêtant de lancer des coups, elle se recula, la bouche légèrement entrouverte et baissa la tête en direction de son ventre. Une épée chinoise avait transpercée son ventre et ressortait dans son dos. Énervée, Nemesis attrapa le manche de cette lame et se l'enleva avec facilité. Bien que le sang se mit à abondamment couler au niveau de son ventre et du bas de son dos, elle sentit une force nouvelle lui redonner toute ses forces, et furieuse elle lança un regard noir à son interlocutrice avant de lancer :

- Comme tu veux, si tu veux jouer à ça, tu viens de signer ton arrêt de mort.

Sans plus attendre, la blonde lança sur la vampire un jet puissant et large d'électricité qui éblouit les deux vampires dû à la lumière blanche et bleue qui sortait des mains de Nemesis. Enfin, quand elle aperçut son ennemie à terre, elle arrêta et se dirigea vers elle, lentement, l'épée toujours à la main. Voyant la blonde souffrir le martyr, son ventre ouvert en pleine lumière où on pouvait apercevoir son foie et ses intestins grêles. Avec amusement, Nemesis la regarda quelques secondes agoniser, consciente que bientôt la mort l'accueillerait.

- Pour James, finit par dire Nemesis avant de couper la tête de la blonde à l'aide de l'épée. Directement, le vampire qu'elle avait en face d'elle se transforma en poussière.

Fatiguée, Nemesis passa une main sur son visage avant de lâchée la lame qu'elle avait dans la main et se dirigea vers son appartement, où elle pourrait soigner sa blessure qui saignait abondamment. Lorsqu'elle arriva chez elle, Nemesis se regarda directement dans un des miroirs qui trônait dans son salon. Elle constata qu'elle avait plusieurs petites entailles au niveau du visage. Exaspérée et ressentant une bouffée de haine envers la vampire qu'elle avait décapitée, elle se dirigea vers sa salle de bain où elle se déshabilla entièrement et où, elle attacha ses cheveux blonds avant de rentrer dans la douche. Laissant la pomme de douche réchauffer son corps sans vie, elle regardait avec fascination le sang couler sur son corps, en même temps que l'eau qui la nettoyait de cette longue nuit. Sentant qu'elle devait sortir à défaut de ne plus tenir debout, elle arrêta l'eau et s'enroula dans une serviette. Se séchant rapidement, elle lança sa serviette pleine de sang dans son panier à linge sale avant de passer un peu d'alcool sur ses plaies. Ne ressentant pas la douleur, elle passa presque tout le flacon sur ses plaies, puis mit deux gros bandages de chaque côtés de son corps.

Elle savait que ses blessures finirait par se refermer, à condition qu'elle se nourrisse rapidement. D'un pas résigné, elle se dirigea vers son frigo où se trouvait des poches de sang d'humains qu'elle avait toujours, juste au cas où... Bien sûr, ce n'était pas le grand luxe, mais au moins, elle aura assez de force pour aller chasser dans la forêt. Buvant deux poches entières de sang, elle sentit ses blessures au visage se refermer et décida d'aller s'habiller. Optant pour une autre de ses tenues en cuire, elle se maquilla légèrement et détacha ses longs cheveux blonds. Elle attrapa ses bottes à talons et sortit en vitesse. Courant dans les rues de San Fransisco, il était encore tôt et le soleil commençait à peine à montrer le bout de son nez. Ne faisant pas attention aux humains qui passaient à ses côtés, elle se contenta de courir jusqu'à la forêt, ayant besoin de force et sans attendre.

Accélérant le pas, elle arriva rapidement à la lisière de la forêt. Traversant le sous-bois avec agilité et rapidité, elle laissa ses instincts de prédatrice la guider à travers les arbres, courant à la recherche de quelque chose à se mettre sous la dent. Brusquement, elle se stoppa net. Une odeur vint chatouiller ses narines; un parfum d'immortalité, de pouvoir et d'assurance lui titilla son odorat. Un vampire, forcément. Fronçant vivement les sourcils, elle se rendit compte qu'elle connaissait cette odeur. Elle l'a connaissait parfaitement bien. C'était celle de James. Serait-il possible qu'un autre vampire possède la même odeur que lui ? Ou peut-être que son regretté bien-aimé essayé de lui faire passer un message ? Avide de savoir, elle se mit à suivre cette douce odeur qu'elle avait tant chéri autrefois. Au bout de quelques mètres, elle atterrit en plein milieu d'une clairière où l'herbe verte était belle et généreuse et où les fleurs poussaient avec viveur, mélangeant des tonnes de spécimens entre elles. Puis, en plein milieu de ce coin de paradis se trouvait une cabane en bois. A première vue, elle avait l'air abandonné et sans grand intérêt, mais pourtant, l'odeur de James persistait et se faisait de plus en plus forte.

Sans attendre plus longtemps, elle se mit à avancer d'un pas lent vers la petite maison; les fenêtres étaient délavés et poussiéreuse et la cabane sentait à plein nez la puanteur de l'abandon et les mites, en plus de l'odeur de l'amour de sa vie, bien entendu. Curieuse, elle laissa ses talons claquer sur le parquet de la mini-terrasse en bois et avança vers la porte qui avait l'air aussi miteuse que la cabane. Doucement et précautionneusement, elle ouvrit la porte et un grincement strident s'en échappa. Avançant doucement vers l'intérieur de l'habitat, elle entendit un bout de papier frôler le sol dans un bruit silencieux et curieuse regarda ce qui venait de tomber sans regarder les alentours : Une photo. Une photo d'elle. Une photo d'elle prise par James. Manquant d'air, elle regarda dans la cabane et se retrouva face à un clone de James. N'y pouvant plus, elle sortit à reculons et revint sur la terrasse. Non, elle avait surement rêvé. Ce n'était pas James. Ni un clone de James. Surement un malade qui avait réussit à connaître son amour perdu. Un ancien ami, peut-être ? Pourtant, quand l'homme sortit de la cabane à son tour, Nemesis retint un cri de souffrance et étouffa un sanglot. James. C'était lui, il était devant elle, l'air aussi perdu qu'elle.

- C'est toi Némy ?

La voix de James. L'odeur de James. L'apparence de James. Plus de doutes, James Winslowe était bien devant ses yeux, il revenait du pays des morts, la hanter ou pire encore se venger de sa trahison. L'amour de sa vie était devant ses yeux, la regardant avec souffrance. Non, tout cela ne pouvait être possible, ça relevait de l'irréel, quelque chose clochait. Elle avait vu James se faire tuer par cette blondasse. Elle s'en souvenait comme si c'était hier de l'avoir vu se faire tuer. Non, ce n'était pas James, où alors c'était un fantôme. Ou pire encore, cet homme n'existait pas et Nemesis devenait surement folle à cause de son manque de sang. Oui, c'était surement ça. Ça ne pouvait qu'être ça. Ce n'était que le fruit de son imagination qui la torturait sous le poids de la culpabilité. Après tout, c'était à cause d'elle que James était mort, il s'était enfuit parce qu'il s'était surement douté qu'elle l'avait trahie avec Anthony, et par conséquent, tout ceci l'amena à la mort où il fut retiré du monde des vivants à tout jamais. Non, ce n'était pas James. Reculant de cette hallucination avec précaution, Nemesis sortit une boule d'énergie, consciente que certains fantôme du passé pouvait revenir pour se venger. Laissant une larme de sang couler sur sa joue pâle, elle continua de reculer alors que ledit James avançait de plus en plus vers elle :

- N'avancez pas ! Se mit-elle à crier, je sais que vous n'existez pas ! Vous n'êtes pas James. Vous ne pouvez l'être ! Il est mort ! N'approchez pas ou je jure que je vous renvoie en Enfers.

Voyant que l'homme en face d'elle ne se démontait pas aussi facilement, elle fut perturbée par la ressemblance qu'il avait avec son James. Les même yeux, la même bouche qu'elle avait tant de fois embrassé et qu'elle désirait ardemment, le même air qu'elle trouvait craquant. Non, ce n'était qu'un leur. Tout ceci n'était qu'un piège. Voyant qu'il faisait un pas vers elle, elle n'hésita plus et lui lança sa boule d'énergie qu'il évita avec souplesse et facilité. Restant un moment interdite, elle resta figée sur place, laissant ses larmes de sang couler encore plus qu'il ne l'aurait fallut, alors que le double de James avançait de plus en plus vers elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://xPemesis.skyblog.com

avatar


My name is
Invité -

Invité

• • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: You were the love of my life . ( James&Nemesis )   Lun 30 Aoû 2010 - 17:16

La jeune femme sembla stupéfaite, effrayée, puis, la rage se repéra sur son visage. Ses yeux exprimaient beaucoup de sentiments contradictoires que James comprenait parfaitement. Lui-même n’en croyait pas ses yeux. Nemesis Haalen, sa bien aimée, son âme sœur, se trouvait devant lui. Elle sentait l’odeur du sang, et le vampire se doutait qu’elle venait de chassée. James voulait serrer la vampire contre lui, l’embrasser, lui prouver qu’il était bien réel, mais, la blonde ne lui en donna pas l’occasion. Elle recula d’un geste défensif et James comprit qu’elle pensait rêver, ou alors, elle l’avait oublier. Le brun comprit alors ce à quoi pensait Nemesis. Il se souvenait l’horrible chose qu’il lui avait faite...

Lorsque James avait découvert la tromperie de l’amour de sa vie, il avait chassé durant de longues journées, torturant, tuant, il avait même pensé à s’en prendre à d’autres vampires, mais, il avait cherché à trouver un moyen pour que Nemesis l’oublie. Ils s’étaient promis tant de choses, qu’après avoir découvert sa trahison, James se sentait incapable de poursuivre leur amour idyllique. Le vampire avait donc trouvé une solution qu’il jugeait excellente: lui faire croire à sa mort. Le vampire était très vieux, et il avait développé dès sa transformation des pouvoirs extraordinaires, influencer les gens faisait partie d’une de ses facultés. Alors, lorsqu’il avait trouvé un moment, où Nemesis chassait et buvait du sang, un des rares instants où elle était calme, il lui avait montré des images. Les images de sa mort. James avait inventé le crime. Une vampire blonde et pitoyable l’aurait tué, pour une raison inconnue. Elle l’aurait frappée, mordue, et vidée de son sang. James avait inventé les cris de douleurs qu’il avait poussé, pour rendre la scène plus vraie. Puis, il était parti, regardant une dernière fois Nemesis, sans se retourner, de peur de vouloir faire marche arrière.

Nemesis reculait de plus en plus, mais James avançait. Puis, il vit couler le long de la joue de la blonde une larme de sang, une seule, il sut alors que Nemesis était en colère, très en colère.

- N'avancez pas ! Je sais que vous n'existez pas ! Vous n'êtes pas James. Vous ne pouvez l'être ! Il est mort ! N'approchez pas ou je jure que je vous renvoie en Enfers.


Les mots de sa bien aimée furent reçus comme une claque. Nemesis le croyait mort, et on ne pouvait l’en blâmer, il avait tout fait pour. Néanmoins, il aurait espérer qu’elle témoignerait plus de... joie, en le revoyant. Pourtant, elle croyait à un mirage, elle pensait qu’il n’existait pas ou que c’était une imposture. Il la dévisagea et vit qu’elle avait crée une boule d’énergie. Il sourit en remarquant qu’elle détenait toujours son pouvoir. James et Nemesis avaient été le couple de vampires le plus fort depuis la création des temps. En transformant l’humaine qu’avait été Nemesis en une créature nocturne, le brun avait toujours su qu’elle serait spéciale. Il lui avait transmis des pouvoirs, enfin... de l’énergie. Comme tous deux se nourrissaient de sang humain, sans jamais avoir de regrets pour leurs victimes, leur force grandissait de jours en jours. Il n’était pas étonné qu’elle soit capable de pulvériser ses adversaires d’un seul coup de décharge. Mais, il n’aurait jamais pu concevoir qu’elle s’attaquerait à lui.. et pourtant, ne faisant pas attention à ses menaces, il s’avança, et Nemesis lui lança une boule d’énergie. Habile, il l’esquiva parfaitement, et planta son regard dans celui de la blonde. Elle s’était pétrifiée, interdite, elle commençait à sangloter, puis, il remarqua que les gouttes de sang coulaient le long de son si beau visage.

Grâce à sa vitesse vampirique, il se rapprocha d’elle et la prit dans ses bras. Il essuya les larmes de Nemesis, et comme pour soigner une blessure profonde et si douloureuse, il embrassa la joue sur laquelle avait coulée la première larme. Il posa un baiser doux et chaud sur la femme qu’il aimait. Puis, se recula, la laissant ainsi reprendre ses esprits et comprendre enfin qu’il n’était pas un mirage.

Comme il était heureux de retrouver Nemesis, il se demandait comment il avait pu vivre durant cinquante années sans l’avoir près de lui.. Finalement, il sut qu’il n’avait pas vécu, mais survécu. La vie sans la vampire près de lui n’avait aucun goût, à part celui de manque et de solitude. Il n’avait connu personne d’autre, il avait œuvré pour le Mal, devenant le chef des Baronis, nouant des liens avec les démons et les créatures maléfiques. Il s’était fait un nom, dont beaucoup de monde craignait, mais... le pouvoir n’était pas satisfaisant, il lui manquait quelque chose... Il lui manquait Nemesis ! Il avait longtemps regretté ce qu’il lui avait fait subir, mais, l’image de sa bien aimée dans les bras d’un minable loup-garou revenait sans cesse dans la tête du vampire. Il n’avait jamais vu le visage de ce pauvre cabot, et heureusement pour lui. Si James avait le plaisir de voir un jour en face de lui le lycan qui avait gâché son immortalité... Il ne préférait pas imaginé ce qu’il lui ferait subir. Il essaya de lire dans les pensées de Nemesis, sans succès, elle avait appris à se contrôler, James lui avait appris...

La vampire avait fermée les yeux, mais James la regardait toujours, savourant chaque traits du visage de sa bien aimée qui lui avaient tant manqués. Lorsqu’elle rouvrit ses paupières, les deux iris de la jeune femme étaient rouge écarlate. James n’en fut pas surprit, il savait que Nemesis s’était rangé du côté du Mal, comme lui et après tout, leur amour avait été diabolique. Il se sentit aussitôt coupable, parce que le regard de la blonde était lourd de reproche, peut-être... Il se sentait coupable de ne pas avoir essayer de reprendre contact avec elle, de tout lui expliquer.. Il avait préféré vivre dans le silence, mais néanmoins, il avait fait suivre la femme qu’il aimait, ainsi, ses espions lui apportaient les nouvelles de la vampire et il se sentait moins éloigné d’elle.

James soupira mais garda la tête haute. De sa voix sérieuse et claire, il souffla:

-C’est bien moi Nemesis. Comme tu n’as pas changée... Tu es toujours celle que j’ai aimée... et que j’aime.


Il savait que la tempête allait se calmer, il savait que Nemesis allait reprendre contrôle d’elle-même, qu’elle agirait en adulte. Il le savait, mais il n’en était pas certain. Le doute planait sur la forêt.. et en levant la tête, James pu apercevoir un nuage gris grandir dans le ciel.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


My name is

Peter Gwel is the
love of my life.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 617
♣ Localisation : Plane dans les nuages.
♣ Situation amoureuse : En couple avec Peter Gwel.

MessageSujet: Re: You were the love of my life . ( James&Nemesis )   Lun 30 Aoû 2010 - 21:14

Pendant un temps, Nemesis fut incapable de faire un geste, bien trop sous le choc pour arriver à faire quoi que ce soit. Seuls ses yeux semblaient encore en état de marche et montraient leur capacité à sentir en laissant des larmes de sang couler le long de ses joues pâles. Son corps n'avait plus l'air de répondre à ses pensées, complètement paralysée par la peur, la souffrance. Il était là. Devant elle. Et vivant. Non, ce n'était pas possible, elle... Elle l'avait vu ! Elle l'avait même vengé, il y a de ça quelques heures. Comment se faisait-il qu'il était debout, devant elle, en train de lui faire les yeux doux et de la regarder comme si c'était le premier jour qu'il la voyait ? Laissant une de ses mains réagir enfin à l'état de choc, elle la plaça sur son abdomen, au niveau de sa blessure qui semblait saigner de plus en plus, comme si elle s'était réouverte en même temps que son cœur. Ce dernier était dans une souffrance telle qu'elle n'arrivait même plus à trouver les mots pour décrire ça, la situation. Elle avait mal, tellement mal qu'elle aurait voulu vomir tout le sang qu'elle avait bu ce matin dans sa cuisine. Puis, brusquement, elle sentit les vertiges la prendre de court et la faire légèrement batifoler sur le côté.

James, d'une rapidité renommée, fut très rapidement au côté de Nemesis et comme pour lui prouver que c'était bien lui qu'elle avait devant ses yeux et non pas un abruti qui voulait lui faire une farce, il passa ses mains sur les reins de la blonde. Ce contact la fit frémir et elle ne put étouffer un sanglot en sentant son odeur et en ressentant le contact de ses mains sur sa tenue en cuire. Il était bien en vie, il était là et revenait vers elle après cinquante ans. Un flot de questions envahit son esprit en commençant par " Comment ? Comment avait-il pu lui faire ça ? Comment avait-il trouvé la force de lui créer ce cauchemar, lui qui disait l'aimer ? " Ses questions tournèrent sans cesse dans sa tête tourmentée. Ressentant une haine pure au fond de son cœur, se mélangeant peu à peu à sa souffrance, un sentiment de dégout la fit frissonner. Ce dernier s'intensifia lorsqu'il s'abaissa vers elle et baissa une de ses joues où le sang coulait abondamment. Crétin de Winslowe, par sa faute et par la souffrance dans laquelle il venait de l'emmener avec habilité, Nemesis serait surement bientôt dans une position délicate. La jeune femme fut heureuse de sentir la présence de son ancien amant moins présent sur elle, semblant visiblement à essayer de la laisser reprendre de l'air. Elle en avait bien besoin. La colère bouillonnait en elle, à tel point qu'elle se demandait si elle allait arriver à parler ou à le frapper. Chose qu'elle voulait indéniablement faire. C'était la moindre des choses de montrer son mécontentement.

Fermant les paupières, la blonde essaya tant bien que mal de rester calme et de ne pas exploser de fureur devant la stupidité de James. Comment avait-il osé ? Comment avait-il pu lui faire ça ? Est-ce était une sorte de punition pour l'avoir trompé avec un lycan ? Et maintenant, pourquoi revenait-il ? Que cherchait-il ? A quoi jouait-il ? Soupirant d'exaspération devant ses pensées trop lourde de question, elle essaya de comprendre comment tout ceci avait pu se passer sous son nez et sans qu'elle n'y voie rien. Était-elle idiote à ce point ? Une pulsion meurtrière semblait monter petit à petit dans son organisme et elle du se faire violence pour ne pas s'écouter, consciente qu'elle devait déjà d'abord comprendre la situation. James Winslowe était un puissant vampire, plus puissant qu'elle, c'était certain. Bien qu'elle ait acquit le don merveilleux de contrôler l'énergie de cette terre, lui pouvait lire dans les pensées et s'insinuer dans la tête des autres afin de les torturer vicieusement. Brusquement, elle se figea, comprenant alors comment il avait agit sur elle. Il avait trafiqué son esprit, créant un faux souvenir dans sa mémoire, surement lorsqu'elle le traquait pour pouvoir le retrouver et avoir un semblant d'explications avec lui, ne voulant pas rester en mauvais termes avec son premier amour. Elle voulait le quitter. Mais bien sûr, en parfait égoïste qu'il était, James voulait qu'elle soit hantée par son souvenir, vivant dans la culpabilité de l'avoir trahit avec un lycan. Se souvenant de qu'il avait déjà ça chez certains vampires, Nemesis se souvint que durant le transfert d'images, ils avaient tous sans exception souffert d'un martyr sans nom et se dire qu'il avait osé lui faire subir ça...

La jeune femme ne pleurait plus à présent. Sa souffrance s'étant dissipé, elle sentait une rage sans nom la dévorer et devenir de plus en plus ardente, brûlant d'envie de le faire souffrir autant qu'elle l'avait souffert. Toutes ces années où elle avait vécu dans la culpabilité, bouffée par la vengeance d'avoir la peau de la meurtrière de James. Et surtout le nombres de personnes qu'elle avait autant blesser qu'elle en agissant ainsi, en commençant par Aleksandr. Rouvrant avec brutalité ses paupières, elle sentait que ses yeux étaient aussi rouge sang que celui qui commençait à couler le long de son abdomen.

- C’est bien moi Nemesis. Comme tu n’as pas changée... Tu es toujours celle que j’ai aimée... et que j’aime.

Le regardant pendant quelques instants, elle ne peut plus longtemps attendre et se décida d'agir. Serrant les dents, elle le poussa aussi fort qu'elle le pouvait, ne voulant plus qu'il la touche, écœurée par le moindre contact qu'elle pourrait avoir avec lui. Il sembla étonné et fronça les sourcils, puis haussant les épaules il revint vers Nemesis, pensant surement que l'émotion la faisait perdre la tête. Mais pas du tout. Alors qu'il revenait peu à peu vers elle, cette dernière le gifla. Tellement fort et avec sauvagerie que sa tête tourna et que le contact de sa main avec la joue de James résonna dans un claquement puissant. Une marque se forma sur la peau pâle de James et celui-ci retourna sa tête vers Nemesis, caressant sa joue endolori par la douleur.

- Tu me dégoutes, James Winslowe. Et je ne veux en aucun cas que tu me touches ou avoir à faire avec toi. Je ne veux plus jamais te voir et maintenant que je sais que depuis cinquante ans tu étais toujours en vie, te prélassant surement dans beaucoup de pays, fuyant comme un lâche. Mais c'est tout ce que tu es. Un lâche. Un petit vampire pourri gâté. J'allais te quitter, James. Et pendant cinquante ans, j'ai regretté mon choix, pensant que tu ne méritais certainement pas ça et qu'à cause de moi, tu étais mort. Mais, maintenant que je vois que tu es là, que je comprends tes intentions, je suis écœurée. Tu me donnes envie de vomir. Réellement.

Voyant qu'il restait abasourdi devant son discours, ne pensant apparemment pas qu'elle lui en voulait autant. Mais à qui s'attendait-il ? A ce qu'elle le prenne dans ses bras et que leur couple reparte sur de bonnes bases ? Hors de question. De plus, maintenant, Nemesis n'avait plus à ressentir un quelconque regrets par rapport à ses sentiments pour Peter qui ne faisait qu'augmenter, à chaque jour qui s'écoulait. Elle était amoureuse. Non pas que ça lui faisait plaisir de se l'avouer, mais elle était heureuse et rassurée de voir que maintenant, elle pourrait enfin vivre pour elle, et elle seule. Et que Peter serait dans sa vie. C'était une évidence, même. Elle savait que les sentiments du jeune homme envers elle était fort, peut-être plus fort que les siens. Elle eut la brusque envie de le revoir, de lui raconter tout ça et de le prendre dans ses bras, bien que ça pourrait surement paraître étrange. Tout comme leur relation. Mais après tout, il lui avait sauvé la vie, alors qu'elle était sure qu'elle allait mourir. Il avait été son rayon de soleil et par un miracle inconnu, il l'avait fait revenir d'entre les morts. Une petite voix lui murmura que l'amour était plus fort que tout, mais elle la chassa bien vite d'un revers de la main. Sentant une nouvelle Nemesis naître peu à peu en elle, elle respira avec plus de tranquillité l'air autour d'elle et gonfla sa poitrine, voulant profiter de cet instant.

Puis, voulant tout de même montrer à quel point la souffrance physique accompagné d'une torture morale pouvaient faire vivre dans un tourment et dans une vie rempli de tristesse et d'amertume, Nemesis sortit une boule d'énergie de sa main et la lança sur James, celui-ci réussit à l'éviter mais l'interrogea du regard, apparemment étonné. Puis, voulant absolument le toucher, elle recommença encore et encore. Elle fit le même procédé 8 fois, et enfin elle le toucha. Celui-ci émit un cri de souffrance et la blonde fut satisfaite d'elle en voyant qu'elle avait touché son épaule et qu'une énorme plaie était ouverte, se mélangeant avec le tissu gris de sa chemise. Il grimaça et la jeune femme ouvrit la fermeture de sa combinaison en cuir et lui montra sa blessure au ventre qui saignait de plus en plus, ainsi que certaines cicatrices qu'elle avait dans le dos.

- Tu vois ça, c'est à cause de toi. Voulant absolument venger ta soit disant mort, j'ai tué tellement de vampires qu'à présent, j'ai des cicatrices partout sur le corps. Je sais très bien que j'aurais pu grâce à des plantes elfiques, mais je voulais les garder, pour toi. Celle que tu vois au ventre et qui saigne de plus en plus, c'est une blessure que je me suis faite au ventre. J'ai cru t'avoir venger. Quelle blague. Quand je pense que j'ai passé cinquante ans à me morfondre sur moi-même et à vivre dans la culpabilité. J'en deviens presque malade. Mais, maintenant, tu m'as soulagé d'un poids, tu ne te rends pas compte à quel point. Et comparé à toi, à partir de maintenant, je te déteste. Je te voue une haine sans limite. Lorsque j'ai voulu te quitter il y a cinquante ans, c'est parce que je ne t'aimais plus. Du moins, pas de la même manière que toi, plutôt comme un frère. Et je voulais rester amis avec toi, mais vu tout ce que tu m'as fais enduré ce demi siècle passé, tu peux sérieusement aller te faire voir. Et royalement !

Le voyant grimacer d'avantage à chaque mots qu'elle disait, Nemesis appréciait de voir sa mine se décomposer. Que c'était bon de se venger. Puis, tout passant une main dans ses cheveux dorés et en remontant la fermeture éclaire de sa combinaison en cuir noir, elle lança mine de rien :

- Et bien maintenant que tout ça est réglé, je vais allez rendre une petite visite à mon petit-copain elfe. Enfin, mon futur. Maintenant que je sais que tu n'es pas mort à cause de moi et que par conséquent je ne te dois rien, je vais aller profiter de la vie et allée rendre visite à cet elfe, qui lui, a prit soin de moi.

Lui accordant un dernier sourire ravie, elle était fière de lui avoir montré ce qu'était la vraie souffrance. Bien profonde. Quel égoïste. Enfin, elle lui tourna le dos et se mit à marcher vers la direction de la forêt. Mais, alors qu'elle était presque arrivée, elle s'arrêta brusquement et sentit énormément de sang couler le long de ses jambes. Touchant d'une main son ventre, elle remarqua que sa combinaison en cuir était imbibé du sang qui dévorait petit-à-petit son vêtement. Ressentant le manque de sang se faire de plus en plus fort, elle essaya de reprendre sa marche, mais sa tête se mit à lui tourner de plus en plus et elle s'effondra à terre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://xPemesis.skyblog.com

avatar


My name is
Invité -

Invité

• • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: You were the love of my life . ( James&Nemesis )   Sam 11 Sep 2010 - 12:55

Depuis toujours, Nemesis avait eu un caractère très fort. James le savait, même humaine, elle était une petite peste, obstinée, c’est ce qui avait plut au vampire. Il adorait sa façon de toujours savoir ce qu’elle voulait, sans jamais se détourner de son but. Quand elle avait demandée à James de la transformer, celui-ci avait fait de grands efforts, pour ne pas disparaître de sa vie. Il ne voulait pas détruire la vie de la femme qu’il aimait. Il se souvenait des sentiments de culpabilité qu’il avait ressentit lorsque Nemesis avait crié de souffrance. Il connaissait cette atroce douleur, la brûlure de tous les membres de l’organisme humain, se transformant pour devenir vampire, un être sanguinaire... Pourtant, James était quelqu’un d’impassible, de répugnant, œuvrant pour le Mal. Peut-être que Nemesis l’avait rendu plus sage... lui aussi, avait su calmer la belle blonde. Tous les deux avaient vécu tellement de choses que James n’aurait jamais pensée que sa vampire le détesterait. Non, il n’aurait jamais pu l’envisager.

Pourtant, lorsque la blonde le poussa violemment en arrière, ce n’était pas un rêve, c’était bien réel. Le brun ne comprenait ps l’attitude de la femme. Elle devait perdre la tête, c’était cela, oui, il était impensable qu’elle puisse le rejeter. Elle ne ‘lavait jamais rejetée. Elle ne le ferait jamais. Mais, lorsqu’il se rapprocha d’elle, encore une fois, il la sentit grogner. Ce qui suivit ensuite restait très flou pour le vampire, pourtant il se souvint de chaque détails. La blonde le frappa d’une force tellement violente qu’il en vacilla légèrement. Le bruit de la gifle résonna dans toute la forêt. Les oiseaux se taisaient maintenant, le vent ne soufflait plus, seulement l’écho du claquement de la main de la jeune femme sur la joue du vampire. James se redressa et planta son regard dans celui de Nemesis. Il caressait sa joue, paralysée par le toucher de la blonde. Il attendit qu’elle s’explique, parce qu’il avait besoin que Nemesis lui éclaires la situation.

- Tu me dégoutes, James Winslowe. Et je ne veux en aucun cas que tu me touches ou avoir à faire avec toi. Je ne veux plus jamais te voir et maintenant que je sais que depuis cinquante ans tu étais toujours en vie, te prélassant surement dans beaucoup de pays, fuyant comme un lâche. Mais c'est tout ce que tu es. Un lâche. Un petit vampire pourri gâté. J'allais te quitter, James. Et pendant cinquante ans, j'ai regretté mon choix, pensant que tu ne méritais certainement pas ça et qu'à cause de moi, tu étais mort. Mais, maintenant que je vois que tu es là, que je comprends tes intentions, je suis écœurée. Tu me donnes envie de vomir. Réellement.

Les mots que venaient de prononcer Nemesis frappèrent James en plein dans la poitrine, en plein cœur, alors que celui-ci ne battait plus. Ces mots faisaient encore plus mal que des coups. Ces mots, James les redoutait, il aurait préféré ne jamais les entendre. Nemesis venait de dire clairement qu’elle le haïssait. Elle venait de lui faire comprendre qu’il n’avait en effet été rien de plus qu’un pauvre lâche. Il se détestait lui aussi, pour son manque de tact, pour son manque d’assurance. James avait pardonnée depuis longtemps à Nemesis de l’avoir trompé. Pourquoi lui avait-il fait endurer tant de peine ? Le brun comprenait qu'elle lui en veuille. Une part de lui espérait encore qu’elle se calmerait, qu’elle reviendrait, mais le vampire savait que c’était impossible.

Il sentit la blonde inspirée profondément et il devina qu’elle ressentait de la liberté en respirant l’air pur de la forêt. Qui pourrait lui en vouloir ? Elle avait vécue dans l’ignorance pendant plus de cinquante ans. Le monstre, ce n’était pas elle, c’était lui. Malgré tout, il ne comprenait pas ce qu’elle voulait dire par “intentions”. Pour qui la prenait-il ? Il voulait juste la retrouver, depuis le temps qu’elle lui avait manquée. Bien sûr il n’aurait jamais pu concevoir que les retrouvailles se passeraient ainsi, oh non ! Il savait aussi que Nemesis était loin d’en avoir terminée avec lui. Elle voulait sûrement lui montrer à quel point elle avait souffert, et il ne s’y opposerait pas. Mais, lorsqu’il vit qu’elle préparait une boule d’énergie, il esquiva le pouvoir de la vampire d’un geste élégant. Mais, elle recommença et une fois de plus il évita le jet de lumière. Nemesis, obstinée, continua à utiliser son pouvoir, et six fois plus tard, elle toucha enfin sa cible. James hurla de douleur, son épaule avait été touchée. Il criait, plus de colère que de souffrance. La blessure commençait à saigner. Il grimaça, détestant la sensation du sang visqueux coulant le long de son torse, et regarda Nemesis. Il lut sur son visage une expression satisfaite et en fut dégoûtée. Elle n’était rien d’autre qu’un vampire fait pour tuer, il l’avait toujours su. Certainement exaspérée par l’expression de James, la vampire enleva sa combinaison de cuir un peu abimée et montra une blessure à l’abdomen qui saignait abondamment. James grimaça. Comme si cela ne suffisait pas, elle lui montra des égratignures dans son dos, des blessures plus ou moins profondes partout où c’était visible.

- Tu vois ça, c'est à cause de toi. Voulant absolument venger ta soit disant mort, j'ai tué tellement de vampires qu'à présent, j'ai des cicatrices partout sur le corps. Je sais très bien que j'aurais pu grâce à des plantes elfiques, mais je voulais les garder, pour toi. Celle que tu vois au ventre et qui saigne de plus en plus, c'est une blessure que je me suis faite au ventre. J'ai cru t'avoir venger. Quelle blague. Quand je pense que j'ai passé cinquante ans à me morfondre sur moi-même et à vivre dans la culpabilité. J'en deviens presque malade. Mais, maintenant, tu m'as soulagé d'un poids, tu ne te rends pas compte à quel point. Et comparé à toi, à partir de maintenant, je te déteste. Je te voue une haine sans limite. Lorsque j'ai voulu te quitter il y a cinquante ans, c'est parce que je ne t'aimais plus. Du moins, pas de la même manière que toi, plutôt comme un frère. Et je voulais rester amis avec toi, mais vu tout ce que tu m'as fais enduré ce demi siècle passé, tu peux sérieusement aller te faire voir. Et royalement !

James n’en pouvait plus d’entendre Nemesis lui cracher tout cela. Il se décomposait. Vivre sans elle avait été une chose douloureuse, presque insupportable, mais à présent, c’était trop ! Si il avait su tout cela, qu’elle voudrait se venger, il n’aurait jamais inventé toute cette histoire. Savoir qu’elle ne l’aimait pas d’un amour éternel comme lui lui brisait le cœur. Un frère ? Il ne voulait pas être son frère, rien de ça. Il la voulait juste près de lui. Maintenant, ce serait impossible ! Elle s’adressait à lui comme à un vulgaire vampire. Mais il était plus que ça, et elle l’oubliait. D’un geste, elle ferma sa combinaison et passa une main dans ses cheveux afin de les replacer correctement, puis elle planta une dernière fois son regard dans celui de James pour lui adresser une dernière parole:

- Et bien maintenant que tout ça est réglé, je vais allez rendre une petite visite à mon petit-copain elfe. Enfin, mon futur. Maintenant que je sais que tu n'es pas mort à cause de moi et que par conséquent je ne te dois rien, je vais aller profiter de la vie et allée rendre visite à cet elfe, qui lui, a prit soin de moi.

James ne dit rien, il la contempla, regardant ses iris noires si pures, essayant de détecter ne serait-ce qu’un peu de regret, mais il ne trouvait pas. Nemesis avait bel et bien fait une croix sur lui. Savoir qu’elle avait rencontrée quelqu’un atteint James d’une façon peu normale. Comment pouvait-elle ainsi le trahir, encore une fois ? En plus, avec un elfe ! Le loup garou ne lui avait-il donc pas suffit ? Elle voulait se taper toutes les créatures surnaturelles ? James se rendit compte que les paroles qui traversaient son esprit n’était vraiment pas correct et il s’en voulut automatiquement. Tout cela il le méritait, c’était vrai. Il la regarda donc partir un sourire vengeur sur les lèvres et s’éloigner vers la forêt.

Pendant un moment, il resta ainsi près de la cabane abandonnée, espérant qu’elle ferait demi-tour, essayant de croire que tout cela ne s’était pas réellement passé, mais c’était peine perdue. Nemesis le détestait à présent, elle ne voulait plus le voir et savoir qu’il ne pourrait plus jamais l’approcher était très dur pour le brun . Après tout, si elle était heureuse avec son elfe, c’était le principal. James méritait la solitude. Il n’avait plus qu’à retourner chez les Baronis, il n’avait plus qu’à s’en aller. Malheureusement, il ne pouvait s’y résoudre. Même si Nemesis avait trouvée quelqu’un, lui ne pourrait jamais la remplacer. Il ne trouverait jamais de personnes avec qui il aurait la même fusion qu’avec elle. Il devait avouer que la meilleure période de leur amour avait été lorsque Nemesis était humaine. Ils s’aimaient terriblement, à cette époque. Avant que le loup n’arrive, avant que Nemesis ne change.

Perdue dans ses pensées, il ne sentit pas tout de suite l’odeur du sang, mais lorsque ses narines frissonnèrent à la senteur de nourriture, il se leva. Sa plaie était presque guérit grâce à ses pouvoirs de vieux vampire. Il huma l’air, cherchant d’où venait le sang et emprunta un chemin. Il se rendit compte alors que c’était le même sentier que Nemesis avait pris quelques minutes plus tôt. Il trotinait légèrement, profitant du vent soufflant sur son visage, fouettant sa peau. Il inspira une nouvelle fois et le sang se rapprochait. Il accéléra alors le pas et s’arrêta quelques mètres avant la source du liquide rouge. Une femme, blonde, habillée d’une combinaison de cuir.... comme Nemesis. James s’agenouilla près de la vampire, inconsciente et il observa sa profonde entaille. C’était moche à regarder et il fit de son mieux pour ne pas la brusquer. Il l’installa de façon à pouvoir la porter et la prit dans ses bras. Le corps de Nemesis était encore plus froid que d’habitude. Elle devait manquer de sang et le temps pressait. Il se mit alors à courir,en direction de la forêt, pour s’y enfoncer encore plus, sachant que des personnes qualifiées en médecine pourraient les aider.

Après quelques centaines de mètre, il la sentit gémir dans ses bras, il s’arrêta donc près d’un arbre en forme de fauteuil et l’y adossa. Il la posa délicatement, comme une poupée de procelaine, et s’éloigna. Il réfléchit quelques secondes avant de prendre son poignet, ne voyant que cette solution là. Il mordit alors sa chair à l’aide de ses deux canines et le liquide chaud et sucré du sang coula. Il porta alors son poignet la bouche de la jeune blonde pour qu’elle puisse se rassasier. Au début, elle ne réagissait pas, alors il murmura:

-Nemesis, bois, je t’en pris ! Il le faut !

Il ne voulait pas la perdre. Même si il l’avait déjà perdue et qu’il n’était plus rien pour elle. Il ne voulait pas penser à la perdre vraiment. Il se souvenait des débuts de la jeune femme, lorsqu’elle n’était qu’une nouveau-née. Il lui avait appris comment résister à la faim, comment se faire discrète. Parfois, elle aurait voulut abandonner, mais il avait toujours été là pour elle, essayant de répondre à ses demandes, comme à une princesse. Il ‘lavait toujours soutenue, et aujourd’hui encore il le faisait. Il comprenait maintenant, pourquoi elle l’avait considérée comme un frère, c’était parce qu’il avait agit comme tel. Un frère était ainsi, aidant sa sœur, la protégeant, lui procurant tout et n’importe quoi, cédant à ses désires. À bien y réfléchir, Nemesis n’avait pas tord.

Il sentit que la jeune femme suçait sa peau, et il positionna correctement son poignet afin qu’elle attrape le sang. La vampire planta ses deux dents dans le bras de James et il ne sentit même pas de douleur. Ils restèrent ainsi quelques temps et James réfléchissait à la réaction qu’aurait Nemesis lorsqu’elle se réveillerait. Il préférait ne pas y penser, et plongea son regard sur la blonde. Comme elle était belle, un visage d’ange, enfermant un esprit démoniaque. La vampire était toujours inconsciente, mais il était certain qu’elle l’entendait. Il formula donc à haute voix tout ce qu’il n’avait jamais osé lui dire:

-Je comprends que tu m’en veuilles... J’ai fais ça pour ton bien... mais surtout pour le mien. Te voir disparaître avec ce lycan aurait été insupportable. Je préférais que tu me crois mort, ainsi tu ne te tirerais pas avec lui. Mais, je n’ai jamais cessée de penser à toi, chaque jour, chaque minutes, chaque secondes de ces dernières années loin de toi me paraissaient interminables.

Il s’arrêta, ne sachant pas très bien si ce qu’il disait avait un sens. Ses paroles semblaient si simples, par rapport à ce qu’il ressentait. C’était tellement dur de s’exprimer, d’expliquer ce qu’il ressentait. Pour la première fois depuis très longtemps, il se sentait impuissant, comme un humain. Finalement, il décida de ne pas poursuivre à essayer de dire à Nemesis qu’il la comprenait, et que malgré tout, il l’aimait comme un fou. Il préférait plutôt la laisser se nourrir tranquillement, sachant qu’à son réveil, elle serait prête à tout pour le tuer.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


My name is

Peter Gwel is the
love of my life.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 617
♣ Localisation : Plane dans les nuages.
♣ Situation amoureuse : En couple avec Peter Gwel.

MessageSujet: Re: You were the love of my life . ( James&Nemesis )   Sam 25 Sep 2010 - 22:57

Le dos contre les hautes herbes du prés, humidifiées par les pluies de la veille, Nemesis regardait avec béatitude le ciel bleu azur, accompagné de nuages blancs qui formaient des ronds et se laissaient docilement bercer par le vent qui semblait les mener vers des lieux inconnus. Avec douleur, elle sentait le sang couler le long de son ventre et se perdre sur ses hanches jusqu'à s'écouler goutte par goutte sur la terre rugueuse. A chaque expiration ou inspiration qu'elle effectuait, la douleur s'amplifiait et ses membres devenaient endoloris. La mort s'approcher petit-à-petit d'elle, elle la sentait arriver comme une tempête qui approchait à grand pas. Elle tremblait, elle le sentait, pour la première fois depuis longtemps, Nemesis avait froid et elle ne pu empêcher un sourire se former sur ses lèvres fines. Elle ressentait quelque chose. Ça aurait pu être prit à double sens, soit c'était bon signe, soit ça ne l'était pas. Et dans cette situation, il était certain que ça ne l'était pas, mais qu'importe, Nemesis était aux anges. Elle avait froid. Frissonnant de plus en plus, elle comprit bien vite qu'en réalité, elle avait des spasmes, légers, certes, mais présent qui la faisait un peu trop bouger à son goût et qui faisait couler un peu plus le sang, la faisant grimacer de douleur. Quelle ironie, elle allait surement mourir après avoir apprit que sa vie n'avait été qu'un énorme mensonge où elle avait passé le plus clair de son temps à pleurer un non-mort et à tuer des vampires, susceptible d'être soit-disant responsable de la mort de James.

Un nouveau spasme la traversa de plein fouet, plus puissant, plus fort et plus rapide, par conséquent, un cri à peine audible sortit d'entre sa gorge, ressemblant d'avantage à un grognement qu'à un SOS lancé à une personne qui se trimballerait à une heure avancé dans la journée. La douleur fut telle que Nemesis sentit une larme de sang couler le long de sa joue, sans étouffer la douleur, elle était en train de se condamner, laissant le sang si précieux en ce moment même s'échapper par n'importe quelle issue possible. Non, elle devait être forte, elle devait penser à autre chose, essayer de se relever, ne pas rester à terre, telle une faible et pittoresque créature. Soupirant doucement, elle s'efforça de se donner du courage comme elle le pouvait en se parlant à elle-même, se forçant à être courageuse pour sa survie. D'un geste, elle essaya de se redresser mais ne pu s'empêcher de crier de douleur en sentant sa plaie saigner d'avantage et lui retirer une autre quantité de sang, bien trop importante. Chaque petite et infime goutte de sang devenait important, elle se devait d'être donc prudente. Conscient que si elle ressayerait sa manœuvre, elle mourrait sur place, Nemesis opta pour la seule solution qui lui restait : Rester à terre. Soupirant longuement, elle sentit le froid paralyser quelques-uns de ses membres, comme le bout de ses doigts, ses pieds et le bas de son dos. Elle était donc piégée, couchée par terre, à attendre que la mort vienne la chercher. Plus les minutes passaient et plus elle avait l'impression de se mettre à flotter au-dessus de son corps, rejoignant le ciel pour finir aux Enfers, comme prévus. Brusquement fatiguée, elle ferma ses lourdes paupières et se laissa aller dans les méandres de son passé. Son cerveau était aussi anesthésié qu'elle et ne fonctionnait plus aussi bien, il semblait presque être cassée et voyant que ça la fatiguait plus qu'autre chose, Nemesis soupira et attendit. Elle savait que c'était sa fin, elle la sentait, bientôt, elle rejoindrait les vampires qu'elle avait assassiné alors qu'ils n'avaient absolument rien fait. C'était un coup du destin, un poignard dans le dos, un karma fichtrement mal fait.

Puis, sans rien contrôler, le visage de Peter apparut dans son esprit, elle le revoyait, comme si il était en face d'elle, comme si il attendait qu'elle revienne afin de l'embrasser une nouvelle fois. Jamais elle n'avait ressentit quelque chose d'aussi intense et incalculable pour un homme, pas même pour Anthony. L'elfe était arrivé tout en haut de l'échelle, celui qui avait réussit à tout lui prendre en un baiser : Son âme, son cœur, sa confiance, son corps... Tout. De plus, il l'avait sauvé alors qu'elle s'était blessé à la tête et où elle aurait du y rester. Il était apparut comme un ange et l'avait sauvé d'une mort certaine. Il avait été là pour elle, l'avait soutenu, s'était montré patient et compréhensif envers ce qu'elle était et ce qui lui était arrivé. Son sang ne fit qu'un tour à l'idée de le perdre à l'instant où elle avait eut envie de le connaître, d'être avec lui et de savourer une nouvelle vie en sa compagnie. Mais voilà, son destin l'avait rattrapé et à présent elle venait d'être punit par ses erreurs passées et son inconscience pure à se promener dans la forêt avec une blessure aussi profonde qu'elle avait au ventre. Le prix était cher, un ticket sans retour vers le monde de Lucifer, où elle vivrait l'éternité, à moitié brûlé dans les flammes des Enfers. La mort l'avait eut, elle l'avait enfin rattrapé, elle l'avait piégé vicieusement en mettant James sur sa route, la trompant aisément, la punissant de lui avoir échappé plusieurs fois. Une onde de douleur la traversa et elle eut brusquement l'impression que son âme était séparé de son corps, coupée en deux pour toujours. Bien sûr, elle ne pouvait ni ouvrir les yeux, ni crier, ni grimacer, il était trop tard. Elle allait mourir, sa fin était proche, elle le sentait. Comme elle aurait voulu voir une dernière fois le visage de Peter...

A cette pensée mélancolique, son sang ne fit qu'un tour, la réveillant de sa torpeur, la sortant de son coma superficielle. Lui mettant un bon coup de fouet au oreilles, ou un énorme pied au derrière. Non, la mort ne l'avait pas eut durant plus d'un siècle, pourquoi l'aurait-elle à présent ? Nombres de fois où elle l'avait croisé, elle lui avait échappé, restant irrattrapable, comme la fumée qu'on pouvait facilement voir mais qu'on ne pouvait garder pour soit. Nemesis était aussi agile et souple que ça pour éviter aux filets de la mort et aux nombreux pièges qu'elle lui posait pour l'avoir à ses côtés. Oh non, Nemesis Haalen se battrait jusqu'à la fin s'il le fallait, mais jamais Ô non jamais elle ne se laisserait aussi facilement tomber. Elle était forte, puissante, courageuse, et même si elle souffrait, elle n'avait pas le droit d'abandonner, il fallait qu'elle lutte, contre la douleur, contre la brusque fatigue, contre ce doux son qui semblait l'appeler à chaque secondes qui passaient, comme une mélodie qui tentait vainement de la charmer afin de la faire succomber plus rapidement. Tentant de reprendre conscience, elle fronça les sourcils et essaya de rouvrir les yeux. N'y arrivant pas tout de suite, elle se contenta de humer l'air, plus par réflexe de prédatrice que par nécessité. Plus elle sortait de sa torpeur, plus son réveil était brutale, à tel point qu'elle avait l'impression qu'on la portait et qu'on la gigotait dans tous les sens. Comme si c'était le premier cri de sa nouvelle vie, elle réussit à laisser un son ressemblant à un grognement sortir d'entre ses lèvres, passant au-dessus de la douleur qu'elle ressentait au niveau de l'abdomen et qui s'approfondissait. Nemesis avait la mauvaise impression qu'elle n'était plus au sol, qu'elle volait ou que quelqu'un la portait. Elle était tellement gigotée dans tous les sens, que ça lui en donnait presque la nausée et il était clairement impossible qu'elle ressente des quelconques vertiges à terre.

Faisant tout son possible pour ouvrir les yeux, elle sursauta presque en sentant une matière, quelque chose de dur toucher son dos et se refermer derrière ses jambes, comme un fauteuil. Elle rouvrit violemment les yeux en sentant sa blessure couler d'avantage et sa douleur s'intensifier dans cette position. La lumière du jour l'agressa, et elle du refermer ses prunelles bleutés, ne supportant pas cette luminosité trop forte pour elle, encore. Comme si tout son corps se mettait à brûler, en plus de la douleur ressentit. Elle devait reprendre ses esprits, elle devait savoir où elle se situait. Si ça se trouve, Peter était apparut une nouvelle fois comme un ange et l'avait à nouveau sauvé de la mort, devenant officiellement son héros, son sauveur.

- N...me...s, b...is, je...e... rie... ! Il...e.. ut !

Fronçant d'avantage les sourcils à cette phrase qui venait de résonner dans ses tympans, elle essaya tant bien que mal d'essayer de réagir, ne comprenant ni qui avait parlé, ni ce que lui voulait cette personne. La peur prit en otage quelques secondes son estomac, avant de se rendre compte que si la personne en question aurait voulu lui faire du mal, il l'aurait surement déjà tué. Elle tenta donc de se raisonner, du mieux qu'elle pouvait, malgré le peu de lucidité dont elle faisait preuve, hésitant même à se demander si c'était le fruit de son imagination qui lui avait parlé. Pourtant, quelque chose qui semblait faire gargouiller son ventre fut posée juste son nez, sans rien contrôler, les canines de la blonde sortirent de sa lèvre supérieure et sa gorge se mit à la brûler, devenant tout à coup inexplicablement sèche. Quelque gouttes d'un liquide tomba délicatement sur ses lèvres et Nemesis su tout de suite de quoi il s'agissait : Du sang. On lui donnait du sang, on lui accordait cette nouvelle vie dont elle rêvait depuis toujours. Ne se posant pas plus de questions, elle se rapprocha de la source donnée et s'abreuva, suçant avec rapidité et fermeté le sang de la personne donnée. Au début, concentré sur le sang, sur comment boire et ne pas perdre une goutte de sang, elle fut bientôt guérit et son organisme qui était devenu rouillé en si peu de temps, se remit à fonctionner comme si de rien n'était, continuant de tourner avec le carburant donné, buvant à présent par plaisir que par besoin, elle commençait à percevoir les arômes fins et délicats du sang qu'elle buvait. Nemesis était sure de le connaître et su dans la seconde qui suivit à qui il appartenait : James.

- Je comprends que tu m’en veuilles... J’ai fais ça pour ton bien... mais surtout pour le mien. Te voir disparaître avec ce lycan aurait été insupportable. Je préférais que tu me crois mort, ainsi tu ne te tirerais pas avec lui. Mais, je n’ai jamais cessée de penser à toi, chaque jour, chaque minutes, chaque secondes de ces dernières années loin de toi me paraissaient interminables.


Les mots avaient sonnés comme un si bruit de tonnerre avait retenti dans un ciel orageux. Elle ne s'était absolument pas attendu à entendre aussi clairement et aussi précise la voix grave de son ancien amant. Il y a quelques secondes, encore, elle était en train de succomber dans les bras de Lucifer, tentant avec courage de tenir tête et de rester en vie, du mieux qu'elle pouvait, et voilà que maintenant, sa blessure était presque guérit, elle n'avait plus mal nul part, et les voix qu'elle entendant au fin fond de son esprit avec disparu. James lui avait offert cette vie, cette nouvelle vie qu'elle avait tant souhaité. C'était un mal pour un bien et à présent ils étaient quittes. A égalité, partout. Repensant à ce qui lui avait confié dans son demi-sommeil, un arrière goût amer se forma dans sa gorge, se mélangeant au goût du sang, le rendant plus acide qu'il n'aurait du l'être. Elle n'aimait pas ce beau discours, si égoïste et pragmatique. Ça avait été une erreur de l'abandonner, de la laisser sans nouvelle, de s'être fait passer pour mort et la vampire espérait vraiment que James comprenne sa position et que par conséquent, il lui était tout simplement impossible de le pardonner. Il aurait beau faire tout ce qu'il voulait, rien de ce qu'il lui promettrait, de ce qu'il ferait n'effacera l'arrogance et l'égoïsme dont il avait fait preuve durant cinquante ans. Il lui avait pourrit la vie et il était temps qu'elle trace un trait sur leur histoire, une bonne fois pour toute.

Rouvrant avec vivacité ses iris bleutés, elle aperçut son interlocuteur sursauter devant sa rapidité à réagir et à guérir. Elle tourna la tête, rompant le contact qu'elle avait avec James, arrêtant de boire son sang, trouvant que s'en était assez. Ses canines rentrèrent instantanément à l'intérieur de sa lèvre supérieur et ses prunelles redevinrent d'un gris métallisé à faire pâlir n'importe qui. La blonde se redressa légèrement, essayant de bouger le moins possible pendant que le sang s'occupait de réparer les dégâts qu'elle s'était fait durant la nuit. Elle tenta de bouger une de ses mains pour écarter celle de James qui était resté près d'elle, la touchant presque. Mais, encore trop faible, elle ne réussit qu'à la bouger de quelques millimètres. Agacée, elle réussit à laisser un soupir d'agacement s'échapper de sa gorge et son ancien amour comprit apparemment son message, décalant sa main et la reprenant pour lui.

- On... commença-t-elle avec difficulté, on.. est... quittes.

Nemesis espérait que cette réplique ou cette réponse à son dernier monologue le déciderait et qu'il se lèverait pour partir loin d'elle. De toute manière, c'était la seule chance qui lui restait, qu'aurait-il pu attendre d'autre de la part de la blondinette ? Un câlin de remerciement ? Un bouquet de fleurs ? Un baiser ? Si c'était ça qu'il attendait, il pouvait réellement se gratter. Jamais Nemesis n'accepterait d'avoir un autre contact avec lui à présent. Elle était dégoutée, écœurée de le voir en vie, sans regrets après ce qui lui avait fait enduré. Si seulement il avait eut un argument solide, si seulement ce n'était pas par pur fierté et égoïsme, tout serait tellement différent à l'heure actuelle. Bien sûr que James lui avait manqué durant ce demi siècle passait, bien sûr qu'elle avait l'impression d'avoir constamment besoin de lui à ses côtés, mais après ce qu'elle avait apprit aujourd'hui, aucune autre alternative que l'ignorance et le méprit n'était envisageable pour la vampire. Voyant qu'il ne partait toujours pas, elle essaya de lui balancer une insulte qui se transforma directement à la barrière de sa bouche comme un grognement raté de vampire en détresse. Agacée par son statut de handicapée mentale qui la suivrait jusqu'à la fin de la journée après le rhumatisme qu'elle avait eut, un soupir lasse et fatiguée sortit de ses lèvres. N'y tenant plus, elle tenta de se relever et tomba directement sur le sol, heurtant avec violence le sol qui écrasa son bras gauche et qui lui arracha un cri de douleur. La voilà devenue une poupée de porcelaine, maintenant. Parfait, c'est tout ce qui lui fallait. Mais tant pis, Nemesis avait besoin de rentrer chez elle ou d'aller voir Peter et il lui fallait pour ça, sortir de la forêt, elle commença donc à ramper terriblement doucement vers une descende rugueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://xPemesis.skyblog.com

avatar


My name is
Invité -

Invité

• • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: You were the love of my life . ( James&Nemesis )   Ven 8 Oct 2010 - 21:52

Le puissant vampire sentit la jeune femme respirer plus régulièrement dans ses bras. Elle semblait reprendre vie, et pas seulement physiquement. Elle semblait soulagée, comme si il lui avait enlevé un poids en lui murmurant ses précédentes paroles. Elles buvaient avec avidité à présent, le sang de James et il en était vraiment surpris. Elle tourna la tête pour le regarder et lorsque leurs regards se croisèrent, James sentit que quelque chose avait réellement changé entre eux à présent. Ils étaient devenus lointain, alors qu’ils étaient très proches. En fait, plus rien ne les liait à présent, à pat la haine que Nemesis éprouvait à son égard. Il en était presque triste. Elle rompit leur regard inutile et se redressa rapidement pour s’écarter de lui. Elle attrapa une des mains de brun afin de la déplacer de son épaule, mais James ne comprenait pas ce geste et elle dut étouffer un toussotement pour qu’il la laisse s’échapper.

Pour la deuxième fois de sa vie, James laissait partir Nemesis. En fait, ils n’étaient pas si différents, tous les deux étaient des créatures sanguinaires. En fait, leur amour ne s’était basé que sur leur race identique, ils s’étaient aimés, mais pas d’un amour immortel, et Nemesis avait raison, c’était du passé. Trop de choses s’étaient écoulés, pour reprendre leur histoire. James s’en rendait compte, il ne pouvait plus se mentir. De plus, elle lui avait avoué avoir un nouveau amant... Lorsqu’il avait entendu ces paroles, James n’avait même pas tiqué, en fait, il s’en doutait. Une femme aussi délicieuse que la vampire ne pouvait être célibataire, c’était logique qu’elle ait trouvée quelqu’un d’autre, quelqu’un d’autre que lui. Il devait s’y faire. Et après tout, si Nemesis et James n’étaient pas fait l’un pour l’autre, James trouverait bien quelqu’un... Ou pas. Peut-être valait-il mieux être seul. On n’a pas à s’inquiéter des besoins de l’autre, des attentes de l’autre. Le célibat n’était pas un inconvèniant, et valait mieux être seul que mal accompagné.

- On... on.. est... quittes.

Nemesis avait parlé avec énormément de difficultés, ce qui signifiait qu’elle n’était pas encore remise de ses blessures. James essaya de dire quelque chose, mais elle le regarda afin de lui faire passer tout ce qu’elle ressentait pour lui. Elle le haïssait, éprouvait pour lui du dégoût, et comment ne pouvait-il pas en être ainsi ? Le vampire se sentait gêné, mal à l’aise. Il comprit qu’elle attendait qu’il parte lorsqu’elle poussa un grognement féroce, et haussa les épaules. Nemesis ne pourrait rien lui faire, elle était trop faible. Il devait donc s’en occuper. Mais la jeune vampire était très têtue, et elle avait dans la tête une idée de s’en aller le plus loin possible de lui .Elle commença alors à ramper vers la sortie de la forêt, en poussant des gémissements de douleur, étant tombée sur son bras gauche violemment en essayant de se relever. Il grimaça, comprenant dans quelle situation elle se trouvait et hésita à lui venir en aide. Elle avait besoin de se calmer, et il savait que si il la rattrapait, elle s’énerverait. Il ne savait vraiment plus quoi faire, car dans tous les cas, elle le détestait. Et pourtant, c’était elle qui l’avait trompée ! Pourquoi tant de haine ? ...

Regardant le ciel d’une couleur opaque, James se leva doucement. Il marcha calmement dans l’herbe fraîche qui crissait sous ses pieds et suivit les traces de la blonde. Les oiseaux s’étaient remis à chanter, comme si tout s’était arrangé, et en quelques sortes, c’était vrai. À présent, James et Nemesis n’étaient plus rien l’un pour l'autre. Ils avaient enterrés les démons de cinquante ans de mensonges. Et pourtant.... James n’aurait jamais pensée que tout ce serait arrêté de cette façon. La vie réserve souvent des surprises, auxquelles on ne s’attend pas. À cette pensée, l’image d’une humaine traversa l’esprit du vampire. Hell Connors... une rencontre très étrange et en même temps palpitante. Hell se trouvait souvent dans les pensées du brun, il la trouvait tellement différente de Nemesis, mais en même temps, beaucoup de points les rapprochaient. Bien sûr, il ne pouvait pas les comparer, c’était impossible.

Après plusieurs foulées, James arriva à la hauteur de la blonde qui était appuyé contre un arbre, essoufflé. Il la regarda avec gêne et pitié. Elle était si faible, si elle continuait à s’épuiser ainsi, elle se tuerait. Il décida que pour la dernière fois de leur vie, il allait l’aider. Non pour enterrer la hache de guerre, juste en souvenir du bon vieux temps, lorsque Nemesis était une nouveau-né et que James lui apprenait la vie d’un vampire. À cette pensée, il sourit et tendit la main à la jeune femme en murmurant:

-Où veux-tu aller ?

Il lui proposait une aide. Rien de plus, elle avait le droit de refuser, mais elle n’avait aucune raison de le faire. Il inspira longuement et observa le paysage. La vielle cabane abandonnée était encore visible, à l’œil d’un vampire. C’était là-bas que tout s’était terminé, là-bas qu’ils s’étaient retrouvés... pour se détester. Comme la vie était faite de surprises.. James n’aurait jamais pensé que ce jour serait celui de sa véritable rupture avec son passé. Il expira et termina sa phrase d’une voix grave et douce:

-Une dernière fois....

Il espérait qu’avec cette suspension, elle comprendrait qu’il parlait du passé, de la renaissance en tant que vampire qu’elle avait vécue avec lui. Et du rôle qu’il avait joué pour elle. Un rôle de grand-frère... c’était cela. Ils s’étaient aimés d’un amour fraternel, et Nemesis le détestait à présent. Un soupir de déception s’échappa des lèvres de James. Il fallait cesser de penser au passé, vivre de l’avant, et oublier les souvenirs. Il secoua la tête, attendant la réponse de la blonde.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


My name is

Peter Gwel is the
love of my life.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 617
♣ Localisation : Plane dans les nuages.
♣ Situation amoureuse : En couple avec Peter Gwel.

MessageSujet: Re: You were the love of my life . ( James&Nemesis )   Dim 26 Déc 2010 - 18:08

Elle rampait. Encore et encore. Agrippant la terre de ses doigts fins et glacés, puis la ramenant à elle, s'attachant à la matière marron comme une bouée de sauvetage, comme un élément qui lui permettrait de s'en sortir. En vain. Sa rapidité s'était dissolu à cause de son manque de conscience et sa naïveté à se croire tout puissante. Elle aurait pu y passer, elle aurait pu perdre la vie sans l'aide de son ancien amant. Ironie du sort quand on pense au fait qu'elle avait passé cinquante ans de sa vie à se morfondre sur elle-même, à le penser mort et à tenter de le venger. Pour rien. Et surtout pour qu'au final, il lui sauve la vie. Complètement absurde. Retenant un cri de souffrance, elle ferma ses paupières quelques secondes. Son bassin venait de craquer. Là voilà aussi fragile qu'une petite humaine, c'était terriblement ridicule. Elle se sentait si idiote, si vulnérable et si seule. Mais de toute manière.. Elle était seule. Elle était vulnérable. Elle était idiote. Rien ne se serait passé si elle n'avait pas été aussi curieuse et qu'elle avait suivit cette fichue odeur qu'elle ne pouvait trouver qu'agréable. Le temps avait beau s'être écoulé d'une rapidité exorbitante, et Nemesis avait beau haïr James, son odeur... C'est ce qui l'avait rassuré depuis sa transformation. Ça avait été une base essentielle à sa vie, quelque chose qui lui montrait qu'elle était en vie, qu'elle était là et qu'elle n'était pas seule. Même lorsqu'il s'est fait passé pour mort. Il avait été le seul dans son esprit; bien sûr, il lui était arrivée de temps à autre de penser à Anthony Austen, l'homme qu'elle a vraiment aimé dans sa vie et avec qui elle avait trompé James. Mais au final... Ce dernier avait tellement compté à ses yeux, comme un frère, comme un ami terriblement proche.

Malgré son lamentable état, elle parvint à entendre les bruits de ses pas caresser l'herbe grasse et venir en dans sa direction. Elle s'arrêta, à bout de souffle et n'arrivant plus à ramper. Ses forces l'abandonnaient bien trop vite et il fallait qu'elle boive du sang. Des litres de sang pour voir son état s'améliorer. Quelle idiote, mais quelle idiote. Elle tenta de se calmer en soupirant et en arrêtant de fulminer contre elle. Tout ceci ne la ferait pas avancer, bien au contraire. A sa plus grande surprise, elle vit les deux pieds de James s'arrêter à sa hauteur et son visage qu'elle chérissait tant à une autre époque apparut au dessus d'elle. Étonnée, elle le regarda avec de grands yeux, étant pourtant persuadée qu'il passerait à ses côtés sans même s'arrêter. Après tout, pourquoi l'aiderait-il ? Ou alors... Peut-être qu'il avait pitié et qu'il voulait juste lui mettre le coup fatal ? Non... Tout ceci n'avait pas de sens. Il l'aurait déjà fait sinon et ne lui aurait pas fait boire son sang. Le manque de puissance et de sang commençait sérieusement à la faire dérailler. James avait beau lui avoir donné des litres importants de sang, il était différent du sang d'humain et s'estompait vite dans son organisme.

Comme pour la rappeler à l'ordre, James se mit à sourire et lui tendit la main, d'un acte chaleureux.

- Où veux-tu aller ?

Nemesis hésita. Devait-elle lui donner la main et le guider jusqu'à chez elle ? Et là, bien sûr, tout se terminerait comme dans un conte de fée; elle vivrait, ils resteraient amis et elle pourra entamer cette relation qu'elle désirait tant avec Peter Gwel. Le visage de son elfe se mit à tournoyer dans son esprit et sa douce voix résonna dans son esprit, tout comme les baisers qu'ils avaient eu et ces innombrables étreintes manqués. L'amour qu'elle avait pour lui la consumait entièrement. Le revoir serait un de ses rêves que ces humains avaient et auxquels ils aspiraient jour et nuit. Cependant, elle devrait alors baisser les armes et mettre sa fichu fierté de côté. En serait-elle réellement capable ? Nemesis avait déjà accepté qu'il la nourrisse et la sauve in-extremis de la mort, mais là... Être raccompagnée chez elle par manque de force était la cerise sur le gâteau. Jamais elle n'aurait pu s'imaginer dans une situation aussi gênante. Elle fut alors tiraillée. Peter ou sa fierté ? Le choix n'aurait même pas du être si long à venir, c'était bien sûr Peter. Mais par par le biais de son ex petit ami. Elle refusait d'être faible, de n'être qu'une créature ayant besoin d'un autre pour survivre. Ce n'était pas dans ses gênes. Elle avait apprit à vivre seule, à se débrouiller seule et à survivre de la meilleure façon qu'il soit. C'était elle avant les autres.
Elle avala avec difficulté sa salive tout en continuant de scruter la main de son ancien amant. Cette sensation la gratter. Elle détestait ça.

- Une dernière fois...

En une fraction de seconde, elle croisa ses pupilles grisés et une vague de nostalgie la fit sursauter. Pire qu'un choix entre l'amour de sa vie et son nombril; elle haïssait le passé. Bien que celui-ci soit paisible par moment, jamais la vampire n'aurait pu oublier ces cinquante dernière années sans la présence de James. Seule, elle avait été seule. Et ce qui avait été sa phobie durant de nombreuse années se transforma en son quotidien. Elle s'accoutuma avec bien du mal de sa solitude et sa peur changea. Elle se transforma en la peur des autres et ces relations sociales furent... Coupés. Plus d'amis, plus de connaissances, plus d'ennemis. Plus rien. Juste elle. Et en revoyant les iris brillantes de son ex de vampire, cette sensation la dérangeait. Elle ne supportait pas ça. Nemesis soupira. Elle avait besoin de repos et de soin et ce n'était certainement pas ici qu'elle les trouveraient. Si James partait sans elle, la blondinette signerait elle-même son acte de mort. C'était suicidaire. Dans un geste lent, presque hésitant, elle frôla la main de James avec la sienne et la serra avec autant de force qu'elle avait; autant dire par beaucoup. Le brun comprit et l'attrapa avec douceur à la taille. Rapidement et sans surprise, Nemesis se retrouva dans les bras de James en quelques secondes. Ils échangèrent un long regard... La jeune femme ignorait jusqu'alors les sentiments qu'elle avait eut pour James. De l'amour ? De l'amitié ? Une relation fraternelle ? Puis, en le regardant bien, en sentant son parfum capiteux et en entendant le silence des battements de son cœur; elle sut qu'elle l'avait toujours aimé. Comme frère. Oui. Bien qu'au début, leur relation soit passionnel, elle tourna vite en une relation fraternelle, l'un protégeant l'autre et vice versa. Ce fut surement pour cela que Nemesis tomba amoureuse d'Anthony. Parce qu'elle n'avait jamais aimé James de façon purement amoureuse.

Elle baissa les yeux et rompit le contact. Tandis qu'il la serrait au niveau du dos et de ses cuisses, la portant comme une princesse, Nemesis colla sa tête contre son torse. Elle était fatiguée, elle avait besoin de repos et elle savait où elle pouvait le trouver.

- Amène moi chez ma sœur, s'il-te-plait. Je te guiderais jusqu'à chez elle. Ninon n'habite pas très loin du centre-ville.

Elle ferma les yeux et entendit quelques secondes plus tard l'herbe et les buissons s'écraser sous leur poids, craquant par-ci et par-là. La blondinette ne savait pas si James était au courant de ces dernières retrouvailles avec son ainée. Cette dernière n'était en réalité par morte dans l'incendie comme elle s'en était douté il y a de cela plus d'un siècle. Elle s'était juste transformée en vampire et Nemesis avait suivit ses pas, sans même le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://xPemesis.skyblog.com

avatar


My name is
Invité -

Invité

• • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: You were the love of my life . ( James&Nemesis )   Mar 28 Déc 2010 - 22:32


La vie n'est autre qu'un long paragraphe, une histoire de plusieurs pages. Dans ce roman à double sens, l'ombre et la lumière se consument, le voile du ciel nous submerge et nous dévore. Sous cette étendue bleue, beaucoup ne trouve plus leurs repères, ils se perdent dans leurs propres ébauches. Et malgré cela, ils vivent, ou plutôt il survivent. Nous sommes ici, car nous n'avons pas d'autre choix que de regarder le temps passer. Ce temps qui nous manque, ce temps que l'on aime ou que l'on hait. Nous le regardons passer en attendant le point final de cette histoire parfois trop longue. Nous le regardons brûler dans le bonheur des autres et s'évanouir dans les abysses. Le temps n'a d'autre fonction que de se consumer : il brûle sans laisser de cendres... Et, sans jamais pouvoir le rattraper, nous courons à travers les terres, pour avoir ne serait-ce qu'une seule seconde si précieuse. Mais il passe, sans laisser de traces... Nous délaisse et nous brise. Nous ne sommes que les victimes du passé. Et les proies du futur. Nous n'avons, pas d'autre choix... Oh, si James avait su… Il n’aurait jamais agit comme il l’avait fait. D’ailleurs, il regrettait cet abandon plus que n’importe quoi. Il avait gâché la vie de Nemesis, il en avait conscience. Alors qu’elle aurait pu profiter de son immortalité, il l’avait fait culpabilisé. Quel idiot ! Mais, d’un côté, il était heureux que la vampire ait souffert, tout simplement parce qu’elle l’avait trahit, et qu’elle n’avait pas été sincère avec lui. Pour James, la sincérité comptait plus que tout, et Nemesis qu’il croyait comme sa moitié, l’avait trompé. Comment pouvait-il lui faire confiance ? Il soupira, c’était le passé, il resterait inchangé. Mieux valait aller de l’avant. Éviter de se souvenir et tout faire pour passer à autre chose. Nemesis l’avait fait elle. Et si elle était heureuse, c’était le principal. C’était tout ce qu’il comptait.

Il voyait bien que la blonde hésitait. En acceptant sa main, son égo en prendrait un coup. Elle, Nemesis Haalen avait besoin d’aide. Si elle n’avait eu personne, elle aurait certainement accepté l’aide de James, mais voilà, elle n’était pas seule. Le vampire savait qu’elle pensait à son nouveau compagnon, ce Peter. Étrangement, le brun se fichait de savoir si elle l’aimait plus qu’elle ne l’avait aimé. Après tout ils avaient chacun fait leur vie de leur côté. N’était-ce pas la meilleure solution ? Après tout, rien de tout cela ne serait arrivé si.. Non ! James devait arrêté de s’en vouloir, comme Nemesis avait arrêté de culpabilisé. Ils étaient fautifs tous les deux, s’étaient détruits, et c’était certes mal, mais au moins, ils ne devaient s’en prendre qu’à eux-mêmes.

Il sentit alors les doigts de la jolie blonde frôler sa main. Elle tenta de s’agripper à lui mais elle avait très peu de force. Il l’attrapa en douceur en la tenant par les reins. Il la souleva alors, comme si elle pesait le poids d’une plume et l’attira à lui, de façon à ce qu’elle puisse poser sa tête contre son torse. Ils échangèrent alors un long regard. Ce regard en disait long, sur ce que tous deux ressentaient, et à présent, James savait que même si Nemesis le haïssait, il fut un temps où elle l’avait aimé comme le frère qu’elle n’avait jamais eu. La vampire baissa les yeux et rompit ce contact, le seul qui avait eu une once de douceur depuis leurs retrouvailles. Jasper ne dit rien. Elle était fatiguée, cela se sentait. Elle avait besoin de forces, mais aussi besoin de remettre ses idées en place. James soupira. C’était bel et bien terminé. Leur histoire n’avait plus lieu d’être, mais avait-elle réellement exister ? C’était une question à laquelle il ne pouvait répondre. Au fond, il avait profondément aimé Nemesis, il avait éprouvé de l’amour pour elle, c’était certain, mais surtout une envie de protection. Il voulait la préservé du danger, du mal. Il avait réussi, en quelques sortes. Jusqu’à ce qu’elle devienne une tyran…

- Amène moi chez ma sœur, s'il-te-plait. Je te guiderais jusqu'à chez elle. Ninon n'habite pas très loin du centre-ville.


James ne connaissait pas Ninon Haalen. Nemesis lui avait si souvent parler d’elle, même avant sa transformation. Elle était censée être morte dans un incident, mais finalement Ninon avait été transformée en vampire. James l’avait su récemment par Mona-Lou, sa tendre meilleure amie. Il était heureux que Nemesis ait enfin retrouvé sa sœur aimée, et se demandait comment cela s’était passé. Ninon avait du avoir du mal à digérer la nouvelle. Peut-être que Nemesis lui raconterait un jour… En attendant, le vampire marchait lentement dans la forêt. Il repassa près de la vielle cabane et les traces de sang de leur combat avaient séchés sur le sol. Nemesis avait fermé les yeux, si bien qu’elle ne dut pas avoir la même mélancolie que James, lorsqu’il huma l’odeur de l’air, et qu’il regardait la maison. Il passa son chemin, sans trop s’attarder, sachant que Nemesis était trop faible pour qu’il se permette de faire ce qu’il voulait. Il accéléra le pas, et voyant que Nemesis supportait les secousses, il se mit à courir, aussi vite que possible. La vitesse lui permettrait d’être invisible aux yeux des humains qui seraient affolés de voir une femme en sang dans les bras d’un homme plein de boue.

Après avoir parcourut quelques mètres, il s’arrêta dans une sombre ruelle et déposa délicatement Nemesis au sol. Il souhaitait lui parler, avant de la ramener chez Ninon, et de la quitter définitivement. Car il savait qu’elle ne souhaiterait plus le revoir, mais il s’en fichait. Peut-être qu’avec le temps, elle finira par lui pardonner. Peut-être qu’avec le temps, tous deux arrêteront de se faire souffrir. Il respira profondément et longtemps, comme si c’était la dernière respiration de sa vie. Puis, les mots sortirent de sa bouche, et voyagèrent dans l’atmosphère pour parvenir jusqu’aux oreilles de la blonde.

-Le plus bel amour est celui qui éveil l'âme, et nous fait nous surpasser. Celui qui enflamme notre cœur et apaise nos esprit. C'est ce que tu m'as apporté, tout au début de notre relation, lorsque tu étais humaine, puis nouveau-née. J’étais très amoureux de toi et de ta fragilité. Puis, j’ai vu que tu avais vieillis, mûris et j’ai compris que je ne pourrais plus te contrôler, que tu voulais voler de tes propres ailes. Au final, Nemesis, on s’est aimé, mais comme une famille, car tous deux, nous en avions besoin. Cette famille, je l’ai perdue, et même si je sais qu’il n’y a pas d’espoir, j’aimerais un jour la récupérer, car elle me manque.


Il expira. Ce qu’il venait de dire n’avait aucun sens, mais pourtant il savait que Nemesis comprendrait. Il savait que la vampire ressentait des choses identiques et même si tout était perdu, il ne voulait pas baisser les bras. Il essaya de sourire en vain, son visage gardait la même expression mélancolique. La vampire ne releva pas la tête, et il crut qu’elle n’avait pas entendu ses mots, mais finalement, après quelques secondes de silence atroce, elle haussa les épaules. James soupira. Elle n’éprouvait plus que de l’indifférence pour lui, ça se sentait . Il avait vraiment tout perdu, jusqu’à la seule personne important qu’il lui restait .
Revenir en haut Aller en bas

avatar


My name is

Peter Gwel is the
love of my life.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 617
♣ Localisation : Plane dans les nuages.
♣ Situation amoureuse : En couple avec Peter Gwel.

MessageSujet: Re: You were the love of my life . ( James&Nemesis )   Dim 16 Jan 2011 - 18:40

A une telle allure, les bruits de la forêt lui provenait de manière incongru, presque flou ou du moins, légèrement plus abstraite. Son odorat, lui, humait parfaitement bien l'air qui l'entourait, la délectant de saveurs printanières, sauvages. Les forêts avaient toujours cette essence d'animaux libres, de fleurs humides ou d'herbes broutés. C'était quelque chose d'indescriptible, en vérité, que seuls les vampires avaient la faculté de pouvoir sentir, ressentir même. Cependant, la forêt de San Francisco était différente des autres que Nemesis aurait pu rencontrer sur sa route, en effet, celle-ci avait la rareté de posséder des chants magiques, ce qu'on appelait plus communément des secrets bien gardés, dans un jargon un plus courant. Les yeux clos, la vampire était attentive aux moindres pas de son ancien amant, se laissant doucement bercer par l'élan lent dans lequel ils avançaient. Le parfum sucré et masculin de James venait directement se mélanger à ce qu'elle sentait et ce simple mélange d'effluves la laissait perplexe, un brin nostalgique peut-être, aussi.

Nemesis se souvenait parfaitement bien de la première fois qu'elle avait aperçut James, la première fois qu'elle avait posé ses yeux bleutés sur lui. Les émotions qu'elle a tout de suite ressenti ont toujours été bien soigneusement ancrés dans sa mémoire, si bien qu'il lui arrivait de temps à autre de les ressortir de ce vieux placards à souvenirs, juste par curiosité, juste comme ça... Lorsqu'elle l'avait rencontré, dans une soirée mondaine située en Hongrie, tout juste après son départ précipité de chez elle pour retrouvée sa sœur, Ninon, persuadée à l'époque qu'elle était encore vivante et surtout encore humaine. Alors qu'elle séjournait dans une auberge assez luxueuse, elle avait été convié par un Seigneur qui l'avait remarqué lors d'une visite au marché. Ne connaissant personnes, elle avait finit par accepter et c'est pile là qu'elle l'avait rencontré. Il l'avait abordé sans gêne et tous les deux avaient passés la nuit à danser comme des fous sur des valses de l'époque. Le lendemain matin, ils ne savaient rien l'un de l'autre, mais il s'enfuyaient ensemble pour une nouvelle vie pleine d'amour et de surprises. Surtout de surprises, en fait. Jamais Nemesis n'aurait pensé que les vampires et un monde magique existaient, c'était tout ce qu'elle avait rêvé depuis sa tendre enfance et lorsqu'il lui avait confié son statut, elle n'avait pas une seule fois hésité et avait fait la demande qu'il la transforme. Une fois vampire, leur amour a duré un temps avant de se faner avec l'air du temps. Cependant, l'amour qu'ils avaient eut l'un pour l'autre ne s'éclipsa pas, il se changea, se tordant dans une relation fraternelle presque malsaine. Une sorte d'inceste sans vraiment que ça en soit.

Tout avait changé et tout a été balayé par l'arrivé tumultueuse d'Anthony Austen. Il lui avait changé la vie et lors de leurs retrouvailles, elle n'avait pas été très tendre avec lui... Il est vrai qu'ils s'étaient embrassés, mais tout ceci n'avait plus aucun sens, ils avaient tracés leurs routes et remettre une histoire d'autant sur un présent où tous deux n'avaient plus rien en commun aurait pu être une grave erreur. Depuis, elle avait su de source sûre qu'il était en compagnie d'une charmante blonde. Elle n'avait pas été déçue, juste très heureuse pour lui, consciente qu'il méritait le meilleur et ça, rien que pour avoir réussit à lui apporter des mois de bonheur intense. Lâchant un soupir, elle finit par rouvrir les yeux et ne fut pas étonnée de voir qu'ils étaient déjà en ville, en vérité elle aurait du s'en douter avec cette odeur nauséabonde et puante que dégageait l'agglomération, s'en était inconfortable et la jeune femme se sentit brusquement étouffée par toute cette pollution, ce manque d'air et cette oppression de la part des humains et de leurs machines en fers. Très vite, le vampire les emmena dans un coin sombre et à l'abri des regards indiscrets. Cachés dans une ruelle sombre, Nemesis su qu'ils étaient arrivés à destination et James la lâcha avec une certaine précaution qui montrait bien que même s'ils avaient été séparés durant cinquante ans, les réflexes restaient les mêmes. Passant une main dans ses cheveux, elle eut du mal à rester sur deux jambes seule et le brun l'aida à tenir debout en la serrant par la taille. Aussi près l'un de l'autre, Nemesis se sentait vulnérable. Elle n'avait aucuns moyens de se défendre, ils étaient tous les deux seuls et James ressentait toujours cette attirance pour elle, attirance qui était réciproque sur biens des points. Évitant de le regarder dans les yeux, elle esquissa un mouvement pour l'encourager à avancer, mais ce dernier la retint et la blondinette due redresser la tête pour l'interroger des yeux.

- Le plus bel amour est celui qui éveil l'âme, et nous fait nous surpasser. Celui qui enflamme notre cœur et apaise nos esprit. C'est ce que tu m'as apporté, tout au début de notre relation, lorsque tu étais humaine, puis nouveau-née. J’étais très amoureux de toi et de ta fragilité. Puis, j’ai vu que tu avais vieillis, mûris et j’ai compris que je ne pourrais plus te contrôler, que tu voulais voler de tes propres ailes. Au final, Nemesis, on s’est aimé, mais comme une famille, car tous deux, nous en avions besoin. Cette famille, je l’ai perdue, et même si je sais qu’il n’y a pas d’espoir, j’aimerais un jour la récupérer, car elle me manque.

Légèrement surprise par ce genre de déclaration, elle fut cependant forcée d'admettre qu'elle ressentait la même chose. Durant des années et des années, ils avaient vécus collés l'un à l'autre, faisant les mêmes choses et partageant les mêmes avis sur beaucoup de choses. Ils avaient dormi, chassés, tués, massacrés, torturés, mangés, ri ensemble, ils avaient été unis d'une façon que personne n'aurait pu comprendre et durant tout ce temps, il avait été sa famille, celui qui prenait soin d'elle. Couper les ponts pendant cinquante ans avait été une leçon de morale importante et la jeune femme finit par hausser les épaules, ne sachant pas vraiment répondre. Elle tenta un mouvement en arrière, ce qui l'éloigna de quelques centimètres de James et ce qui lui permit de respirer plus facilement. Elle inspira profondément avant de le regarder droit dans les yeux et de déclarer d'un ton froid :

- James. Je n'oublierais jamais ce que tu m'as fais enduré durant cinquante ans. Jamais. Elle fit une pause et attendit qu'il réagisse. Puis, en voyant son visage doucement décomposé, elle continua : Cependant, je n'oublierais non plus jamais ces soixante ans passés ensemble...

Passant une main dans ses cheveux, elle s'arrêta et souffla un bon coup. Ce dernier ouvrit la bouche mais elle mit trois de ses doigts sur cette dernière, n'ayant pas finit ce qu'elle voulait dire. Si elle était coupée, jamais elle n'aurait la force de continuer à parler, malgré tout, cette ruelle sombre la mettait mal-à-l'aise et elle avait besoin de respirer, surtout que la journée venait à peine de commencer. Faisant comprendre ce qu'elle s'apprêtait à faire, en attrapant James par le bras, ce dernier la suivit docilement vers la route. Le soleil était bientôt à son apogée et très peu de personnes se promenaient encore dans les rues, mais il était certain qu'aux heures de pointes, ce carrefour ou plutôt le centre ville où ils étaient actuellement serait débordée par une foule d'humains, prêts à tout pour éviter d'être en retard. Très vite, ils arrivèrent devant l'immeuble de sa sœur et Nemesis sonna à l'interphone, comme si elle n'était qu'une vulgaire humaine. Fulminant à cette pensée, la jeune femme soupira bruyamment et entendit la voix rassurante de sa sœur de l'autre côté. Nemesis s'identifia d'un air lassé et on entendit juste après la porte d'entrée sonner et s'ouvrir. James l'ouvrit tout en tenant la blonde et en rentrant dans le hall et en sentant James la suivre, elle se retourna vers lui.

- Je crois que nos chemins se séparent ici. Ça va aller, rajouta-t-elle en voyant sa mine inquiète, l'appartement de ma sœur est au dernier étage et il y a un ascenseur. James... Je ne dis pas que ça me ferait spécialement plaisir, mais te revoir de temps à autre, pour chasser ou... Tuer, ça pourrait être... Sympa.

Elle lui accorda un dernier sourire et lui tourna le dos, se dirigeant d'un pas lourd et peu gracieux vers l'ascenseur de l'immeuble. Elle appuya sur le bouton et se dernier s'ouvrit automatiquement, comme s'il l'attendait depuis un certain temps. N'hésitant pas un seul instant, elle rentra dedans et appuya sur le bouton 15, avant de se retourner et de regarder James l'observer, un air hébété sur le visage. Puis, la porte se referma et l'aventure s'acheva ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://xPemesis.skyblog.com



My name is
Contenu sponsorisé -


• • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: You were the love of my life . ( James&Nemesis )   

Revenir en haut Aller en bas
 

You were the love of my life . ( James&Nemesis )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our World Of Dreams :: Lieux :: ♣ Lieux magiques :: Cabane abandonnée-