AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tel un poison, tu t'accapare de tout mon être, me rend fébrile tout en me tuant. Doucement mais surement... ♠ [Anthony&Nemesis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


My name is

Peter Gwel is the
love of my life.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 617
♣ Localisation : Plane dans les nuages.
♣ Situation amoureuse : En couple avec Peter Gwel.

MessageSujet: Tel un poison, tu t'accapare de tout mon être, me rend fébrile tout en me tuant. Doucement mais surement... ♠ [Anthony&Nemesis]   Jeu 22 Juil 2010 - 1:36



« Échanger une souffrance contre une autre est parfois un aussi grand soulagement que sentir l'arrêt de la souffrance. »

Marchant à pas lent dans les rues de San Fransisco, Nemesis se dirigeait d'un pas décidée vers les Sous-Sols, lieu où elle passait, en général toute ses soirées, voir ses nuits lorsqu'elle prenait plaisir à se faire draguer par certains vampires. Il était vrai que Nemesis était d'une beauté époustouflante, surtout depuis qu'elle était devenue vampire. Ses traits s'étaient lissés et étaient restés figés à une jeunesse éternelle, sa peau était devenue aussi blanche que la neige, tout elle était devenue aussi laiteuse et douce que de la soie, quand à ses prunelles bleutés, elles étaient tout simplement d'une magnificence pointilleuse; passant du bleu à une once de doré ou de rouge sang, dépendant souvent de son humeur et de ses envies. Tout en traversant une grande route où de nombreuses voitures circulaient, elle enjamba une flaque d'eau qui devenait de plus en plus grosse au fil des gouttes qui tombaient sur elle. Armée d'un parapluie, une goutte d'eau cependant réussit à atterrir sur les lèvres rosés et charnues de la vampire. Passant ses fins doigts de pianiste sur la partie mouillée de ses lèvres et l'essuya d'un geste rapide mais charmeur.

Laissant ses talons aiguilles claquer contre le bitume mouillé, un écho se fit entendre lorsqu'elle arriva dans l'impasse qui menait à son bar fétiche. Regardant si elle n'avait pas été suivit, elle fut déçue de constater qu'aucuns idiots n'avaient prit le risque de la suivre, cette nuit, et qu'elle n'aurait donc pas le plaisir de tuer inutilement. Soupirant longuement, elle s'avança vers le vigile qui gardait l'antre des vampires. Relevant son parapluie noir, Nemesis montra sa frimousse au vigile qui lui accorda un sourire dragueur et sincère. Cette dernière se força à répondre à son sourire et le poussa afin de passer, impatiente de passer une bonne soirée. Pourtant, son interlocuteur ne la laissa pas passer, surprise elle releva sa tête blonde vers lui, le toisant avec froideur, tout en fronçant de plus en plus les sourcils. Ce dernier se mit à secouer la tête et à rire discrètement. La vampire se mit à grogner devant un tel affront et le vigile reprit son sérieux et lui accorda un énième sourire auxquels, elle ne répondit toujours pas.

- Excuse-moi de t'importuner, Nemesis, mais j'aimerais savoir si ça te plairait qu'on sorte ensemble, toi et moi, demain ? Qu'on chasse, tue, traque, boive, enfin, qu'on passe un bon moment quoi !

La concernée le regarda, interdite pendant quelques secondes, avant d'éclater de rire, ne pouvait retenir une seconde plus son hilarité. Apparemment étonné de la réaction de la vampire, le jeune vampire fronça les sourcils et se mit à son tour à grogner, essayant de se donner un air mauvais. Il était plutôt étonnant de voir qu'il était surprit de penser avoir ses chances avec Nemesis. Personne n'avait ses chances. Sauf pour les coups d'un soir. Mais ça, c'était une bien autre histoire... Voyant que le vigile ne se poussait pas, malgré la réponse à sa demande, elle leva les yeux exaspérée et l'interrogea du regard, lui donnant silencieusement l'ordre de la laisser passer. Comprenant apparemment où elle voulait en venir, il haussa les épaules en lançant :

- Désolé Nemesis, tu ne t'es pas assez nourris pour pouvoir accédée au bar. Reviens quand tu auras chassé.


Enfin, il disparut dans un nuage de centre. Consciente qu'elle n'arriverait pas à rentrer sans l'autorisation du vigile dans le bar, elle poussa un cri de frustration et fit demi-tour, n'ayant plus d'autres choix que d'aller chasser. Fermant son parapluie, elle laissa la pluie l'inonder et lui donner un air plu mauvais qu'elle avait en temps normal, gardant tout de même une pointe de provocation dans ses traits, qui faisaient, à coup sur, fondre le cœur de n'importes quels hommes. Balançant son parapluie dans une poubelle pleine de l'impasse, elle retira ensuite son imperméable beige et se retrouva en pantalon en cuir, extrêmement serré, avec comme compagnon un petit haut noir, aussi, qui lui arrivait au-dessus du nombril. Sachant qu'elle était dans une tenue autant provocatrice qu'alléchante, elle se mit à courir de façon vampirique jusqu'à la forêt. En un rien de temps, elle fut sur le terrain de chasse. Courant à travers la forêt, laissant les gouttes d'eau caresser chaque parcelle de sa peau nue. A la vitesse avec laquelle elle courait, ses sens se mirent automatiquement aux aguets, détectant n'importe quel trace d'animal à des kilomètres.

Brusquement, elle s'arrêta, sentant une odeur de chien mouillé. Malgré la puanteur, elle se mit en traque pour le chasser et suivit avec précision l'odeur qui émanait vers un coin reculé de la forêt. Après une dizaine de minutes, la fragrance de son futur diné, la fit arriver dans une grotte. Reculer de tout. L'obscurité l'entourait et consciente qu'elle y verrait aussi bien que s'il faisait jour, malgré la pénombre, Nemesis avança avec discrétion, tâchant de ne pas effrayer sa proie. Débouchant au fond de la grotte, celle-ci était éclairée par le clair de lune qui transperçait de part et d'autre de la taverne. Fronçant les sourcils, la vampire s'arrêta derechef, se sentant vicieusement épiée. Dans un geste rapide, elle se retourna de toute part, et se retrouva face à un grand loup noir, aux iris fragmentés entre le doré et le bleu. En croisant les prunelles du majestueux loup, le sang de Nemesis ne fit qu'un tour et le manque d'air la fit violemment respirer de plus en plus fort et de plus en plus rapidement. Une sensation de vide l'envahit et tout ce qui existait autour d'elle semblait se perdre dans le néant.

Plaçant ses doigts sur ses lèvres entrouvertes, elle secoua la tête, essayant d'étouffer les questions et les sentiments qui la bouffaient d'avantage; Enfin, elle prit son courage à deux mains et lança, inutilement :

- Anthony...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://xPemesis.skyblog.com

avatar


My name is
Invité -

Invité

• • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Tel un poison, tu t'accapare de tout mon être, me rend fébrile tout en me tuant. Doucement mais surement... ♠ [Anthony&Nemesis]   Jeu 22 Juil 2010 - 8:22

« Je suis mariée à la peur, l'horreur et la terreur, pour le meilleur et surtout le pire. »

Quel temps de chien ! pensa Anthony . Toute le journée, la pluie n'avait cessée de tomber. Quelle veine, pour un loup-garou . En effet, même sous forme humaine, la senteur du chien mouillé se créait sur Anthony. Il avait été obligé se s'asperger d'un parfum d'homme qui puait comme un putois. Préférant rester dans sa chambre d'hôtel au lieu de sortir et de risquer de se faire repérer, Anthony avait passé la plupart de la journée à réfléchir. À penser sur sa vie. Son arrivée à San Francisco ne lui avait apporté pour l'instant aucune mauvaise surprise. Retrouver son meilleur ami était la meilleure chose qui lui soit arrivée, même si la relation des deux hommes étaient tendu ces derniers temps. Il y avait eu aussi Serena Rice, une jeune femme dont il n'avait pas encore découvert la nourriture et qui l'attirait, mais, sans plus. Anthony avait la pensée vers une personne en particulier, Alice Sullivan. Cette jeune blonde le tourmentait, il devait l'avouer. Il n'avait ressentit cela qu'une fois auparavant. Avec une blonde aussi. Mais celle-ci était redoutable, effroyable et quand elle vous regardait, c'était à vous en glacer les os. Alice était très différente, c'était d'ailleurs l'opposé de son amour caché. Elle s'appelait Nemesis, et Anthony et elle avaient vécu une histoire aussi courte que la tempête. Malgré tout, leur histoire fut la plus belle de toute. C'était la première fois que le lycan ressentait de l'amour, et aussi la dernière. Après l'abandon de sa chère et tendre; il œuvra pour le mal pendant des années. Il nravait pas cherché à retrouver cette femme, qui n'était pas si humaine que ça. Sachant que Nemesis décidait lorsqu'on pouvait la rencontre ou non. Oh oui, Nemy était caractérielle, et parfois penser à elle faisait souffrir Anthony. Finalement, il n'était pas le monstre qu'il prétendait être.

Il n'en crut pas ses yeux lorsqu'il vit sur son téléphone qu'il était près de minuit. L'heure de chasser était venue. Le lycan sortit de sa chambre et passant devant la femme qui restait à l'accueil, il lui sourit. La femme s'empourpra et Anthony fut heureux de remarquer que son charme était toujours le même. Alors qu'il avait plus d'un siècle ! Il descendit la rue piétonne et se dirigea vers le parc. Malheureusement, dans le square, il n'y avait pas d'âmes qui vivent. Désespéré, il se maudit. Les temps n'étaient plus sûr, et les humains ne restaient pas dehors à une heure pareille, surtout avec un temps pareil ! Il jura, obligé de devoir se rendre plus loin. Il pensa derechef à la forêt. Il avait entendu par hasard que des voyageurs s'y perdaient très souvent. Peut-être trouverait-il quelque chose qui le ferait patienter avant de traquer véritablement.

Il se rendit donc dans les bois les plus éloignés de la grande ville. Lorsqu'il jugea qu'il pouvait se transformer sans crainte, il se changea en loup. L'animal était immense, plus de deux mètre et il arborait un pelage noir de jais menaçant. Seuls ses yeux, d'un or tendre bleuté prouvait que ce n'était pas un animal comme les autres. En loup, Anthony ressentait beaucoup plus de choses et pour chasser c'était bien plus facile. Il ne remarqua aucune proie à dix kilomètres à la ronde et se décida à bouger. Courir ne le fatiguait pas, au contraire, bouger très vite ses jambes l'amusaient. On aurait dit un chiot joueur et fou. Tout en courant, il tirait la langue pour se rafraîchir. La pluie mouillait son magnifique pelage et il ne tarda pas à être complètement trempé. Il pleuvait de plus en plus et les gouttes grossissaient. Il songea à s'arrêter et rentrer chez lui. Mais il avait bien trop faim.

Connaissant un peu le coin, il se dirigea vers un endroit pour le protéger de la pluie. Une grotte apparût devant lui et il s'y engouffra. Il se sécha très vite mais garda sa forme de loup, sachant qu'il n'avait pas de vêtements. Anthony écouta le bruit des gouttes s'écraser contre le toit de la grotte et voulut s'assoir pour se détendre. Mais, il entendit un bruit et se retourna. Il croisa alors le regard d'une jeune femme blonde. Et ses yeux lui rappelèrent tout de suite un souvenir douloureux. Il dévisagea de haut en bas la femme, blonde avec des reflets roux qu'Anthony distinguait parfaitement grâce à sa vue de lycan. Sa chevelure encadrait son visage ovale et il remarqua que ses traits étaient parfaits. Elle avait une silhouette magnifique, svelte et élancée et elle portait une tenue de cuir moulante qui dessinait parfaitement ses formes. Elle avait la peau pâle, presque trop. Mais, ses yeux étaient d'un bleu océan envoûtant et Anthony s'y accrocha comme à une bouée de sauvetage. Il était sûr de reconnaître cette femme, il aurait pu la reconnaître entre mille, mais c'était impossible qu'elle soit là, à cet instant précis, près de lui .

- Anthony...

C'était sa voix, une mélodie mielleuse qui l'avait piégée déjà une fois. Cela ne recommencerait pas. Le lycan crut d'abord à une hallucination. Il préféra garder sa forme humaine et parler par la pensée, sachant que par le passé, les deux amants discutaient ainsi.

Comme on se retrouve Nemesis ! Je te manquai ?

Son corps de loup-garou souriait, mais, l'humain, la part d'humanité qui restait en lui, avait peur. La vampire était cruelle, sans aucune pitié. Et si Anthony avait aimé la belle vampire, Nemesis n'avait fait que jouer. Elle l'avait abandonné lâchement, comme seule explication qu'elle ne voulait pas perdre l'amour de sa vie. Qui était à présent soi disant mort. Alors, si Anthony pouvait la récupérer, il le ferait. Sinon, il la tuerait, sans hésitation.



Revenir en haut Aller en bas

avatar


My name is

Peter Gwel is the
love of my life.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 617
♣ Localisation : Plane dans les nuages.
♣ Situation amoureuse : En couple avec Peter Gwel.

MessageSujet: Re: Tel un poison, tu t'accapare de tout mon être, me rend fébrile tout en me tuant. Doucement mais surement... ♠ [Anthony&Nemesis]   Lun 26 Juil 2010 - 2:38

Un long moment de silence passa; où Nemesis resta interdite, laissant ses souvenirs prendre le dessus sur elle-même. Elle entraperçut leur rencontre, à Florence, une belle journée d'été, puis la longue promenade qu'ils avaient entamés près du fleuve Arno, tout en savourant chaque petit brise d'air qui caressaient leur visage, si parfait. Nemesis avait l'impression d'être revenue dans le passé, d'avoir fait un bond de près de 60 ans, assistant à ce spectacle où à la fin de cette journée, il s'était embrassé sous un arbre; Un chêne si ses souvenirs étaient exact. En repensant à ce premier baiser, la blondinette passa instinctivement ses doigts sur ses lèvres, les caressant comme lorsqu'il les avaient caressé après ce doux baiser. Elle se souvint ensuite être rentrée chez elle, après ce délicieux moment et avait bien-entendu mentit à son fiancé de l'époque; James. Puis, ils s'étaient revu, le lendemain, le surlendemain, encore et encore, n'ayant pas de secrets l'un pour l'autre, sachant de quels natures ils étaient tous les deux. La vampire se souvint même avec émotion des soirs où Anthony venait lui rendre visite dans sa villa, alors changé en loup, il se cachait dans le sous-bois de la résidence, attendant que Nemesis sorte sur son balcon pour l'apercevoir quelques minutes et l'embrasser.

La blondinette ressentit un frisson en se souvenant de la sensation qu'elle avait ressentit la première fois lorsqu'elle avait caressé son pelage, si doux. A ce souvenir, un autre se déclencha où ils avaient faillit se faire prendre par James, alors qu'Anthony rendait illicitement visite à son amante. Prenant l'apparence d'un loup pour rentrer chez elle, il avait attendu qu'elle sorte; Nemesis se souvint qu'elle avait eut du mal à sortir dans le jardin ce soir-là, James étant d'une humeur exécrable et voulant à tout prix accéder au pouvoir dans une famille importante de vampire, en France. Au bout d'une longue heure, elle avait réussit à calmer son fiancé et était sortit dans le jardin, pensant que la voie était libre. En voyant Nemesis accourir vers lui, Anthony avait tout de suite reprit forme humaine et l'avait chaleureusement accueilli dans ses bras. Certes, il n'était pas vraiment habillé, mais à l'époque, le problème ne se posait pas, n'ayant aucuns secrets l'un pour l'autre, pas même ceux de leurs physiques. Ils avaient passés dix minutes à s'embrasser et se câliner, puis Nemesis s'était brusquement arrêtée et elle s'était figée, sentant l'odeur de James approcher dangereusement du cabanon où ils étaient cachés.

A ce moment-là, elle se pensait perdue, mais elle eut le réflexe et l'idée de gifler sauvagement et de toute ses forces Anthony, afin qu'il s'énerve et l'attaque sous sa forme de loup. Ne comprenant pas ce qu'il lui arrivait, Anthony était resté de marbre, puis avait finit par s'énerver, ne contrôlant plus son côté animal. Il s'était transformé en loup, lui avait méchamment grogner dessus et Nemesis l'avait encore giflé, continuant son manège jusqu'à ce qu'il l'attaque. Enfin, Anthony ne se contrôla plus et l'attaqua; Il lui bondit dessus et l'attaqua gravement au visage et au ventre. James découvrit le corps ensanglanté de Nemesis et le loup qui était en train à moitié de la dévorer. Prit de fureur, il avait essayé de tué Anthony, mais sans succès. Nemesis, elle, avait perdue beaucoup de sang et était restée inconsciente trois jours. En se réveillant, elle se souvenu du regard inquiet et pleins de remord de son petit-ami, James. Il s'en voulait de l'avoir laissé toute seule aller dans le jardin. Après ça, tout avait changé. Nemesis ne pouvait pas sortir dans le jardin sans être accompagné par des gardes du corps vampires, et se contentait donc d'observer son amant à travers sa chambre ou lorsqu'elle était sur son balcon. Avec un fin sourire, la blondinette se rappela à quel point Anthony était en colère contre elle lorsqu'ils s'étaient revu après l'incident. Il la traitait d'inconsciente et de folle, et ne cessait de dire que si James ne saurait pas arriver, il aurait pu la tuer. Bien sûr, Nemesis était sure du contraire, persuadée que l'amour vainquait tout. Même les natures des autres. Quelle idiote.

La vampire sursauta en entendant une voix se glisser dans son esprit et la rappeler à l'ordre :

- Comme on se retrouve Nemesis ! Je te manquais ?

La concernée se mordit fortement sa lèvre inférieure, n'arrivant plus à tenir devant tant de souvenirs heureux et d'émotions. Prise de vertige, elle ressentit brusquement le besoin de s'assoir et tout en se tenant le ventre et en soufflant fortement, fermant ses paupières, elle se dirigea à tâtons vers un des murs de la grotte, pouvant ainsi s'appuyer contre ceux-ci. Rapidement, elle trouva ce qu'elle cherchait et se laissa tomber contre la paroi rocheuse et rappeuse de la grotte. Rouvrant ses yeux bleutés, elle fut surprise de ne plus voir Anthony face à elle. Paniquant légèrement et croyant avoir halluciné, elle cligna plusieurs fois des yeux et regarda dans tous les sens. Elle sursauta en voyant Anthony tout près d'elle, assit à ses côtés et la regardant de ses iris jaunes et bleus. Nemesis esquissa un fin sourire, le rassurant silencieusement qu'elle allait bien. Plongeant ses yeux dans ceux de son ancien amant, elle ne pensait pas se perdre aussi facilement et ressentir les sentiments qu'elle avait ressentit, il y a 60 ans, lorsqu'elle avait vu Anthony pour la première fois, au marché de Florence. Brisant ce lien, elle observa avec intensité ses bottes, les trouvant étrangement très intéressante. Enfin, elle se décida à répondre et lâcha dans un souffle :

- Oui, Anthony. Tu m'as manqué.

Redressant la tête vers son ancien amant, elle lui adressa un sourire sincère, sans faux-semblant puis voulant lui montrer ce qu'elle ressentait, elle lui envoya mentalement les images qu'elle avait aperçut, en repensant à eux, quelques minutes auparavant. Cette sensation, ce lien qui les unissaient chamboulait tout dans l'esprit de Nemesis, qui ne savait plus où elle en était. Au final, elle se laissa aller et pendant qu'il visionnait les souvenirs qu'elle lui avait envoyé, elle se mit à sourire, béatement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://xPemesis.skyblog.com

avatar


My name is
Invité -

Invité

• • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Tel un poison, tu t'accapare de tout mon être, me rend fébrile tout en me tuant. Doucement mais surement... ♠ [Anthony&Nemesis]   Ven 20 Aoû 2010 - 20:42

Ce n'est pas faux de dire que le temps guérit toutes les blessures, au niveau physique, la guérison commence instantanément, c'est notre corps qui fait le travail. Mais lorsqu'il s'agit des relations humaines; certaines blessures se cicatrisent en une journée, d'autres restent vives pendant toute notre vie. La blessure de la disparition de Nemesis faisait partie de celle-ci. La vampire avait été le seul amour qu'Anthony ait connue . Et il le serait à jamais. Le lycan observa la jeune femme qu'il avait tant aimé, elle était perdue dans ses pensées, choquée... et il la comprenait. C'était la même chose pour lui. En pire. Elle 'lavait abandonnée, lâchement, n'osant pas quitter son idiot de vampire jaloux et possessif. Pourtant, Nemy et Anthony étaient faits l'un pour l'autre, pourquoi avait-elle gâché ce bonheur qu'ils partageaient ? Anthony ne le saurait peut-être jamais.

La jeune blonde toucha ses lèvres et, Anthony sut exactement à quoi elle pensait . Leur rencontre, leur premier baiser. Le loup chercha dans sa mémoire, pour se souvenir de cet instant... mais, il se rendit compte qu'en étant sous forme de lycan, les souvenirs étaient flous, brouillés par l'animal qui était en lui. Il suivit du regard son ancienne dulcinée, elle avait l'air de se sentir mal et cherchait des mains la paroi rocheuse de la grotte pour s'y adosser. Pendant qu'elle ne le regardait pas, Anthony reprit forme humaine et s'habilla de son jean délavé, très abimé. Il prit sa veste d'une main et se rapprocha de Nemesis qui avait fermée ses paupières. Elle semblait si fragile, mais pourtant, elle avait une personnalité de fer. Lorsqu'elle rouvrit les yeux, la vampire sembla paniquée ne voyant plus Anthony en face d'elle. Puis, elle le vit à ses côtés et son regard s'emplit de douceur. Anthony, sous sa forme humaine, se sentait faible, vulnérable. Il savait que les sentiments de la jeune femme avaient changés, mais, les siens étaient restés intacts. Le temps n'avait pas réussi à faire oublier la vampire au lycan. Tout les opposait, mais, leur différence a finit par les réunir. Et encore une fois, le destin les unissait. Il ne comptait pas la laisser partir, cette chance infime de la récupérer.

- Oui, Anthony. Tu m'as manqué.

Les mots qu'elle venait de murmurer firent chaud au cœur du jeune loup. Il sentit l'émotion le gagner, et lorsqu'elle lui envoya les images de leur amour caché, il ne put retenir une larme qu'il cacha à Nemesis. Avant qu'il ne plonge dans leurs souvenirs, il vit Nemesis qui souriait, elle pensait sûrement que c'était un rêve, que rien n'était réel, et que, quand ils se sépareraient, ce sera comme si rien n'avait existé. Anthony enleva cette idée de son esprit, et préféra regarder les images que Nemy venait de lui envoyer.

Cet arbre, cette journée, comment aurait-il put l'oublier ? Leur rencontre s'était passée à Florence, une magnifique ville dont il se souviendrait toujours. Ils s'étaient baladés longuement et en s'arrêtant sous un arbre, s'étaient embrassés . Ce premier baiser avait eu le goût de la liberté, de l'amour fou, tant attendu. Anthony avait su dès le premier regard que ce serait elle qu'il aimerait. Leur relation avait commencée ainsi, obligés de se cacher, sans jamais pouvoir se voir ailleurs que dans des endroits peu fréquentés. Au début, Anthony avait trouvé cela excitant, puis, il s'en était lassé, aurait aimé pouvoir vivre et exprimer son amour comme chaque couples. C'était il y a soixante ans, mais il avait l'impression que c'était hier.

Il vit alors, l'image de James, le mari de Nemesis, celui qui avait tout gâché. La jeune blonde et le lycan avait trouvée un moyen de se voir le soir, Anthony se cachait dans le jardin de la villa du couple de vampires et Nemesis le rejoignait plus tard. Un soir, James était arrivé, enfin, Nemesis avait sentit sa présence, elle avait alors frappé Anthony pour qu'il se transforme. Le lycan ne se contrôlait pas vraiment, étant encore jeune, et Nemesis l'avait provoqué jusqu'à ce qu'il s'attaque à elle. James était intervenue et heureusement. Anthony s'en était voulut, il aurait put la tuer, même si Nemesis était convaincue du contraire, mais en lécher le sang de la femme qu'il aimait avait été indescriptible. Il s'était sentit invincible, et, il avait eut peur de lui même.

Après cet incident, Nemesis ne pouvait plus sortir, James la retenait prisonnière et Anthony aurait voulut l'enlever, persuadé qu'elle n'était pas heureuse ! Il venait tous les soirs dans le jardin, espérant apercevoir sa bien aimée qui venait à la fenêtre lui adresser un bref signe. Puis, un jour, plus rien, la villa était vide. Nemesis avait disparut et leur histoire d'amour avec. Anthony avait tué, brûlé, torturé chaque humains qui se trouvaient aux alentours de la villa. Telle une bête sauvage, il avait monté la garde, espérant le retour de sa belle. Elle n'était jamais revenue. Et Anthony se demandait si elle savait qu'il l'avait attendu. Combien de fois il avait poussé des hurlements auprès de la grande maison. Non, elle ne devait pas savoir, et il avait bien l'intention de lui dire.

Mais en la regardant, il sentit la vampire fragile. Il ne 'lavait jamais vu ainsi et il avait mal pour elle. C'était ainsi, quand elle était heureuse, il l'était aussi, mais, quand elle allait mal, la colère et la douleur le déchirait. L'amour, c'est quelque chose que l'on vit à deux. Ce qu'Anthony et Nemesis avait vécu, c'était plus que de l'amour. Il prit sa veste; s'approchant un peu plus près de la belle blonde, et lui posa sur les épaules, humant en même temps son odeur. Une senteur exquise, un mélange de plusieurs parfums qui donnaient une union parfaite. Il ferma les yeux pour profiter de ce moment et repensant à leur histoire, qui aurait pu être la plus belle de toute. Leur histoire qui, n'avait pas duré. Leur histoire... Lorsqu'il rouvrit les yeux, une larme roula sur sa joue, il ne chercha pas à la cacher. Une seule goutte qui tomba sur la main de Nemesis. Il murmura alors, regardant sa bien aimée dans les yeux:

-Je t'ai attendue, je t'ai tant attendue...
Revenir en haut Aller en bas

avatar


My name is

Peter Gwel is the
love of my life.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 617
♣ Localisation : Plane dans les nuages.
♣ Situation amoureuse : En couple avec Peter Gwel.

MessageSujet: Re: Tel un poison, tu t'accapare de tout mon être, me rend fébrile tout en me tuant. Doucement mais surement... ♠ [Anthony&Nemesis]   Ven 27 Aoû 2010 - 23:52

Tout ses souvenirs qui se mélangeaient dans une sorte de vague émotionnelle laissait Nemesis complètement pantoise devant cette situation. Jamais avant aujourd'hui, elle n'aurait repensé voir Anthony, et de le voir aussi proche d'elle en cet instant lui rappelait tous ses merveilleux moments passés ensemble. Bien sûr, c'était il y a plus de cinquante ans, maintenant. Tout ceci faisait partie de leur passé, mais ça avait été un passé mémorable et merveilleux. Certes, une lourde trahison pour James qui à cause de leur amour caché avait finit par mourir, tuer entre les mains d'une tigresse. Depuis ce jour, Nemesis vivait dans la culpabilité et la vengeance n'ayant pour seul objectif de tuer la meurtrière de James. Cette blondasse qui avait osé toucher à James. Tout ceci était de sa faute. Tout ceci avait été provoqué par elle et son égoïsme, si elle n'avait pas cédé à la tentation avec Anthony, jamais James n'aurait été tué et il serait surement encore en vie à l'heure actuelle. Puis, bien sûr, en perdant James, elle avait perdu Anthony.

L'histoire s'était tellement vite passé sous ses yeux, qu'elle avait encore du mal à comprendre comment tout ceci avait pu se passer sans qu'elle ne puisse réagir et fasse quoi que ce soit. Elle était restée figée, incapable de bouger, de crier ou de pleurer. Et quand elle avait essayé de reprendre contact avec Anthony, il était lui aussi partit à son tour, l'abandonnant à son triste sort, ne voulant clairement plus d'elle et la laissant doucement mais surement tomber dans un gouffre sans fin où elle avait eut pour seule compagnie sa tristesse qui l'avait achevé durant de longues années où elle n'avait plus été que l'ombre d'elle-même. Mais au final, elle avait réussit à remonter la pente, elle s'était forgée une carapace en acier et était devenue plus cruelle qu'avant, son égoïsme et sa personne s'intensifiant au fil des années.

Brusquement, elle sursauta, sentant un vêtement chaud couvrir ses épaules dénudées. Tournant doucement la tête vers Anthony, elle remarqua qu'il arborait un air las et triste, comme si il arrivait à percevoir tout ce que Nemesis avait enduré après son départ, où il l'avait abandonné. Bien sûr, la vampire ne lui en voulait pas, il avait toute les raisons du monde de la quitter, elle n'avait fait que compliquer sa vie, mais pourtant, c'est en voulant quitter James pour Anthony que ce dernier mourut. Le lycan savait pourtant qu'elle reviendrait pour lui, qu'elle allait quitter son fiancé pour lui, et lui seul. Mais rien n'y faisait. Apercevant une goutte salée couler le long d'une des joues d'Anthony, elle fronça les sourcils, se demandant soudainement pourquoi la tristesse venait d'emplir ses yeux. Sa larme s'écrasa sur le dos pâle de la main de Nemesis et cette dernière ne put retenir un frisson gênée.

- Je t'ai attendue, je t'ai tant attendue...

Fronçant les sourcils d'avantage, Nemesis ne comprit pas réellement ce qu'il voulait dire par là. En quoi l'avait-il attendu alors que lorsqu'elle était revenue à sa villa vide depuis des jours, la trace du lycan s'était évanouit et il était resté muet à tous les appels de Nemesis, qui hurlait son nom à travers la grande cité qu'était Florence. Que voulait-il donc dire par le fait qu'il l'ait attendu ? Sure d'avoir raté un épisode, la vampire haussa les épaules et tourna sa tête vers le col de la veste en cuire que lui avait prêté Anthony. Elle ne put se retenir et huma son odeur sucré et délicieusement tentante. Savourant cette douce odeur, un flot incontestable d'images se mit en marche dans son esprit, lui remontrant encore et encore des souvenirs de leur amour caché. De leur idylle meurtrière. Ouvrant ses paupières, elle fut surprise de voir le regard grisé d'Anthony lui transpercer la peau, lui brûlant presque chaque parcelle de son épiderme, la mettant à nue.

Gênée, elle tourna la tête et toussota légèrement. Puis, elle passa une de ses mains dans ses longs cheveux blonds, mouillés par la pluie et se mit vaguement à repenser à ce qu'il lui avait dit. Il l'avait attendu. Consciente qu'elle n'avait peut-être pas saisit cette phrase comme il aurait voulu, elle se redressa légèrement et fronça une fois de plus ses sourcils froncés. Ne se retenant plus, elle passa une des mains sur sa joue et essuya à l'aide de son pouce la larme qui y avait roulé quelques secondes auparavant. Anthony ferma les yeux au contact des deux peaux enfin réunit et Nemesis frissonna encore une fois.

- Anthony, dit-elle d'une voix calme, quand je suis revenue à la villa, quand je suis revenue à Florence... Tu n'étais plus là. Je... Je t'ai cherché partout, j'étais... J'étais seule et...

Elle s'arrêta, se souvenant de ce qu'elle avait ressentit face à cette solitude qu'elle n'avait jamais eut à subir depuis sa transformation, devant ce vide qui l'avait inondé de toute part et où elle s'était durement perdue dans les ténèbres de la vie. Laissant échapper un sanglot de sa bouche, elle sentit une boule se former au creux de sa gorge, lui donnant l'impression qu'elle allait vomir à flot de paroles ininterrompus et qu'elle se perdrait encore dans cette dépression qu'elle avait connu et qui la terrifiait tant. Ne sentant pas ses larmes de sang couler le long de son visage pâle, elle continua alors son récit, alors que sa voix trembler par l'émotion :

- James est mort à cause de moi, de nous, il s'est enfuit quand il a comprit et lorsque j'ai voulu le retrouver pour.. pour lui expliquer.. la.. situation.. Il s'est fait.. Tué. Devant moi. Et... Quand... Quand.. Je suis revenue à Florence... Tu n'étais plus là... Tout était partit.. J'étais seule !


Laissant l'émotion la submerger de toute part, elle se mit en boule et continua de pleurer, son visage caché entre ses mains où on pouvait apercevoir le sang couler et retomber sur le sol, s'écrasant contre les pierres froides et humides de la grotte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://xPemesis.skyblog.com

avatar


My name is
Invité -

Invité

• • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Tel un poison, tu t'accapare de tout mon être, me rend fébrile tout en me tuant. Doucement mais surement... ♠ [Anthony&Nemesis]   Dim 29 Aoû 2010 - 13:51

La belle blonde fronça les sourcils et Anthony comprit qu’elle n’avait pas saisit le sens de sa phrase. Tant pis. Il la regarda fermer ses douces paupières, et sentir son odeur. Il savait que comme lui, elle en avait longtemps rêver, de cette senteur envoûtante et irrésistible. Lorsqu’elle rouvrit les yeux, Anthony plongea dans les deux billes rouges de la jeune femme et s’y laissa aller, comme si tout le poids du monde reposait sur ses épaules. Et c’était vrai. Retrouvé son amour perdu était un choc pour le lycan, après cinquante ans de tristesse et de désespoir, la femme qu’il n’avait jamais cessé d’aimer réapparaissait, plus belle que jamais. Nemesis fut gênée par le regard d’Anthony, et peut-être aussi par la seule larme qu’il avait laissé s’échapper de ses yeux.

La vampire tourna légèrement la tête et se redressa, Anthony voulait lui attraper le visage et l’obliger à le regarder dans les yeux. Il ne comprenait pas pourquoi elle était si distante. Au lieu de se lamenter, ils auraient du se réjouir de leurs retrouvailles, mais les émotions ne se contrôlaient pas, le loup-garou était très bien placé pour le savoir. Néanmoins, il continuait à la regarder, comme une des merveilles du monde, comme un trésor fragile et délicat. Il vit alors la main de Nemesis s’avancer légèrement vers son visage, et toute peur que cet instant était un rêve s’envola lorsqu’elle toucha sa joue. Elle essuya la trace de la larme et Anthony frissonna. Enfin, elle avait rompu la distance qui les séparait, le peu d’espace qui les empêchait de se réunir. Pour mieux profiter de ce moment intime, le brun ferma les yeux, se rappelant encore des rendez-vous cachés que les deux amoureux se donnaient. Se rappelant combien ils s’aimaient avec fougue. Puis, la voix chaude et douce de Nemesis le ramena en deux-mille-dix.

- Anthony, quand je suis revenue à la villa, quand je suis revenue à Florence... Tu n'étais plus là. Je... Je t'ai cherché partout, j'étais... J'étais seule et...

L’expression du visage de Nemesis changea, elle semblait encore plus fragile et faible. Anthony se sentait impuissant face au chagrin de Nemesis, et pourtant il en était la cause. Elle étouffa un sanglot et, sans chercher à les retenir, des gouttes rouges sang coulèrent le long de visage. Comme il s’en voulait, si il l’avait attendu plus longtemps... Ils se seraient retrouvés ! Mais on ne pouvait pas refaire le monde de si, c’était arrivé et il fallait faire avec, même si c’était inacceptable !

Il imagina ce qu’elle avait du ressentir, seule, sans lui, sans James, sans personne. Bien sur qu’il n’était pas à la villa. Nemesis y était revenu trois jours après avoir appris la mort de son compagnon, Anthony s’était renseigné sur cela, quelques années plus tard. Le loup-garou l’avait attendu un jour et une nuit, puis, voyant qu’elle ne revenait pas, il avait été dans tous les recoins qu’ils avaient visités, partout où ils étaient passés, tous les deux. Mais, elle n’y était pas. Il pensa alors qu’elle s’était suicidée, ne pouvant supporter d’être responsable de la mort de James, et pourtant, ce n’était pas sa faute. C’était celle d’Anthony. Si dès le premier regard, il n’était pas tombé sous le charme de la vampire, rien de tout cela n’aurait eu lieu. Mais, il ne regrettait pas, au contraire, près de Nemesis, il avait vécu les plus beaux instants de sa vie, et cela valait la mort de n’importe qui .

- James est mort à cause de moi, de nous, il s'est enfuit quand il a comprit et lorsque j'ai voulu le retrouver pour.. pour lui expliquer.. la.. situation.. Il s'est fait.. Tué. Devant moi. Et... Quand... Quand.. Je suis revenue à Florence... Tu n'étais plus là... Tout était partit.. J'étais seule !


Anthony savait tout cela, il le savait. Mais, il savait aussi que ce n’était que la version qu’avait voulut faire croire James à Nemesis . Anthony avait croisé James une trentaine d’années après l’incident, le vampire ne l’avait pas reconnut, bien heureusement, mais, Anthony, l’ayant vu plusieurs fois en attendant Nemesis dans le jardin de la villa, n’avait pas pu oublier son visage. Il avait alors comprit que James avait su pour le lycan et Nemesis, et que ne supportant pas la tromperie de sa compagne, il avait voulut se faire oublier, la faisant ainsi souffrir comme jamais. Le brun se souvenait qu’il avait mis beaucoup de temps pour se calmer, qu’il avait du prendre sur lui pour ne pas aller dévorer le vampire... Il avait pensé à Nemesis, et s’était juré de venger sa colère.

La blonde tremblait, et n’y tenant plus, elle se replia sur elle-même, prenant soin de cacher son visage entre ses mains et elle pleura. Comme si les larmes pouvaient dire à quel point elle allait mal. Anthony ne voulait pas regarder, il ne pouvait pas voir s’écraser les larmes de sang de sa bien aimée contre le sol dur et froid de la grotte. Il s’écarta, pour réfléchir un instant sur ce qui était le mieux à faire, pour elle. Il hésitait entre lui dire la vérité, lui annoncer que James était en vie et ainsi se venger, mais la faisant souffrir comme jamais. Ou alors, il pouvait la prendre dans ses bras, la toucher, la consoler, la guérir de tous les maux qu’elle ressentait. Il ne voulait plus qu’elle souffre, c’était trop dur à supporter.

Les deux créatures étaient des ennemis mortels, ils ne pouvaient s’aimer. L’une était une vampire, une créature sans scrupules, sanguinaire, ne cherchant qu’à tuer, faire le mal, une créature pour qui il était impossible d’aimer, et pourtant, Nemesis avait aimé... James, puis Anthony, et cet amour ne s’était jamais éteint. L’autre était un loup-garou. Le chaud contre le froid. La vie contre la mort. Anthony était certain que les battements de son cœur toujours aussi régulier qu’au premier jour, alors qu’ils approchaient des deux cents ans, intriguaient Nemesis.

Prenant son courage à demain, il attrapa habilement la vampire, la rapprocha de lui, et la fit s’assoir de façon à ce qu’elle soit dans ses bras. Il posa la tête de la jeune blonde contre son torse, et essuya le sang qui avait coulé le long de son visage. Puis, il inspira profondément et murmura:

-Je sais Nemesis... Mais, ce n’est pas ta faute ! C’est la mienne. J’étais tellement fou de toi, et pas assez discret. J’ai gâché ta vie.

Il soupira longuement, profitant de Nemesis à ses côtés et continua sur un ton encore plus bas, nouant ainsi une intimité avec la vampire:

-J’espére qu’un jour, tu me pardonneras...


C’était vrai, lui-même ne s’était jamais pardonné d’avoir perdu la femme de sa vie. Parce qu’elle avait l’intention de quitter James, de vivre avec lui. Même si leur amour était impossible, ils auraient été heureux tous les deux, fuyant les règles, les vampires et les autres lycans. Oui, Anthony Austen avait vraiment aimé, c’était une vampire, une ennemie maléfique, et, c’était la seule fois de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


My name is

Peter Gwel is the
love of my life.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 617
♣ Localisation : Plane dans les nuages.
♣ Situation amoureuse : En couple avec Peter Gwel.

MessageSujet: Re: Tel un poison, tu t'accapare de tout mon être, me rend fébrile tout en me tuant. Doucement mais surement... ♠ [Anthony&Nemesis]   Lun 30 Aoû 2010 - 12:12

Laissant ses larmes de sang couler le long de ses mains, passant à travers ses doigts et se perdant sur le revers de sa main blanche, écarlate avec ce ton de couleurs. Le sang coula le long de ses mains et s'écrasa avec brutalité sur le sol rocheux de la grotte, donnant à Nemesis un aspect sombre et négligeant de son âme déchu. Les gouttes de pluie semblait accompagner sa tristesse, dégoulinant contre les parois rocheuses de la tanière où ils étaient docilement installés, laissant juste le bruit résonnant de la tempête se mélanger avec les larmes de sang de la blondinette. Entendant Anthony bouger, laissant sa peau se frotter contre le sol tout en s'éloignant de Nemesis, celle-ci se demanda pourquoi il s'éloignait d'elle et la réponse lui parvint comme un murmure inaudible flottant dans l'air. Il était dégouté. Par ce qu'elle était. Par ce qu'elle représentait. Et surement par le passé qui les avaient liés étroitement dans le passé. Retenant un sanglot, son corps se mit à d'avantage trembler, la peur d'être à nouveau seule l'encerclait vicieusement. Cette phobie la paralysait tel qu'elle se demandait comment elle avait réussit à survivre toute ses années, longues et solitaires.

Jamais personne ne pourrait comprendre Nemesis. Jamais personne ne pouvait ressentir ce qu'elle arrivait à percer au fond d'elle-même et à travers les autres. James l'avait abandonné, bien que ce fut regrettablement involontaire, puis Anthony l'abandonna à son tour, mais de son plein gré cette fois-ci et finalement Aleksandr. Trois hommes qu'elle avait connu, et apprécié. Bien qu'elle ne les avaient pas aimé tous de la même manière. James, c'était fraternelle, Aleksandr amicalement et Anthony... Anthony ça avait été de l'amour. Du vrai, du puissant. Un sentiment si fort qu'elle s'était perdue en chemin et que sa vie s'était effondrée, comme pour la punir de sa trahison envers son fiancé de l'époque. Son sang ne fit un tour lorsque l'image de Peter réapparut dans son esprit, il était la dernière de ses victimes, du moins il était classé dans un potentiel petit-ami. Surtout après la soirée si romantique qu'ils avaient passé ensemble et l'inconvénient qui s'était passé avec Eärwen où il lui a sauvé la vie. Elle se rendit compte qu'elle ne le remerciait surement pas en agissant ainsi avec Anthony et en se mettant dans cet état. Bien qu'il n'était pas son petit-ami, Nemesis ressentait quelque chose d'ardent, de puissant pour cet elfe et elle sentait que c'était réciproque. Quelque chose les consumaient, doucement mais surement.

Sursautant en sentant la main brulante d'Anthony sur son épaule, elle ne put empêcher un frisson la parcourir devant la différence de température. Anthony était brûlant, comme toujours. Elle fut surprise de le voir s'avancer vers elle et de la porter comme si elle était une simple plume. Il l'a prit dans ses bras, la faisant assoir sur ses jambes et se mit à la bercer devant ses pleures qui semblait inconsolables. Laissant sa tête se poser contre le torse de son lycan, sa tristesse augmenta lorsqu'elle entendit les battements de son cœur, qui l'avait toujours intrigué dans le passé et qui, la fascinait avec toujours autant d'intensité. Laissant ses larmes de sang tâcher les vêtements d'Anthony, elle essaya de se calmer, en vain. Sentant les mains brulantes d'Anthony caresser son visage, une bouffée de culpabilité l'envahit en repensant à Peter, comme si par quelque chose d'étrange ils étaient plus qu'unit et liés. Se laissant docilement faire lorsqu'il essuya à l'aide de son pouces ses larmes sur ses joues, elle renifla discrètement.

- Je sais Nemesis... Mais, ce n’est pas ta faute ! C’est la mienne. J’étais tellement fou de toi, et pas assez discret. J’ai gâché ta vie.

En entendant la phrase d'Anthony, celle-ci sentit un profond sanglot sortir de sa bouche et exploser par le bai de ses yeux fatigués, qui, était d'un rouge profond et absorbant. Passant une main sur son visage et ensuite dans ses cheveux, elle jura intérieurement en remarquant qu'il y avait du sang sur sa main et qu'elle avait du en mettre partout dans ses cheveux dorés. Elle entendit le lycan soupirer et elle tenta de calmer sa souffrance, en respirant le plus doucement possible que ce fut presque impossible devant la peine qu'elle ressentait et qui semblait emporter son cœur et ses sentiments dans un gouffre immense qu'elle avait bien connu lors de ses moments de solitude. Mais ce n'était pas de la faute d'Anthony, il n'était pas fautif dans l'histoire. Nemesis, si. Elle avait été égoïste et s'était voilé la face durant une longue période de sa vie où elle pensait qu'elle pourrait vivre heureuse avec deux hommes. Mais c'était impossible. Cette histoire la punit de son égoïsme, bien trop souvent reproché par les autres.

Anthony avait beau dire tout ce qu'il voulait, il ne pouvait lui retirer ce poids accablant qu'elle portait sur ses épaules et qu'elle porterait jusqu'à la fin. Elle était responsable de la mort d'un vampire, de la souffrance d'un lycan et d'une transformation d'un humain - bien que ce n'était pas sa première - et de successions de drames émotionnelles qu'avaient provoqués ses évènements. Elle sentit les bras d'Anthony la resserrer plus fort et avec plus de puissance, tentant vainement de réchauffer sa peau glacé.

- J'espère qu’un jour, tu me pardonneras...

Au ton de sa voix si basse, Nemesis comprit qu'il était sincère. Sa voix était tremblante comme si les regrets le hantaient tout autant qu'elle. La brusque impression que sa peine fut partagée, la vampire s'appuya d'avantage sur son lycan, s'accrochant avec fermeté à son t-shirt, comme si tout ceci n'était qu'une illusion et qu'elle le voyait simplement parce que la culpabilité la bouffait. Ou parce qu'elle se sentait seule, peu importe. Ses pleures avaient cessés et à présent, des marques de sang séché s'accrocher avec ferveur à ses douces joues blanchâtre. Teint de souffrante. Essayant de retirer ses marques de sang à l'aide de ses ongles sur ses joues, se griffant avec hargne au passage, elle sursauta en sentant les doigts d'Anthony entrelacés les siens, l'empêchant ainsi de se faire mal inutilement. Masochiste, Nemesis. Laissant le brun faire, il reposa avec douceur ses mains sur son torse et entreprit d'enlever lui même le sang séché sur la beau pâle de Nemesis. Redressant son visage, il prit dans un premier temps son menton entre ses doigts et la vampire, honteuse de se montrer dans cet état, baissa doucement les yeux. Sentant les mains enflammés du jeune homme se poser sur joues et enlever avec lenteur et tendresse, comme lorsqu'il guérissait la peine qu'elle ressentait lorsque James se mettait en colère contre elle, et la frappait violemment. C'était rare, mais ça arrivait. Particulièrement vers la fin de sa vie, à tel point que la blondinette se demandait si sa colère contre elle n'avait pas été tourmenté par sa trahison. Comme de l'huile qu'on mettrait sur du feu.

Bien sûr, Anthony avait été là pour elle. Il avait soigné chacune de ses plaies et cicatrices, passant un baume d'amour sur ses maux de peine et de douleur. Il avait prit soin d'elle et l'avait choyé tout en lui vouant un amour fort. Et c'était réciproque. Terriblement réciproque. Ouvrant doucement ses paupières sur l'homme qu'elle avait autrefois aimé, elle croisa ses yeux grisé par le temps et s'accrocha à eux comme une simple bouée de sauvetage. Tandis qu'il nettoyait sa peau macabre de sang, laissant ses pouces caresser avec douceur sa peau laiteuse, leurs yeux ne se lâchaient plus, plongés chacun dans les iris de l'autre et nageant dans la nostalgie de leur amour passé, consumé avec l'air du temps. Le moment était parfait. Pile à ce moment-là, c'était parfait, comme si ils étaient simplement revenus à l'époque de leur douloureuse idylle. Elle sentait que le moment où ils se retrouveraient enfin n'allaient pas tarder, tout comme le premier vol d'un oisillon, c'était inévitable. Et le moment approchait, de plus en plus. Marquant cette retrouvailles par le biais d'un baiser qui scellerait leur union et leur amour déchu pendant longtemps. Pourtant, rien ne se fit et Nemesis détourna la tête; gênée et et décala d'Anthony, reprenant sa place initiale à ses côtés et non pas sur lui. Pour Peter.

- Rien n'est de ta faute, Anthony. Tu ne pensais pas savoir tout ce qu'il allait se passer. En vérité, ce n'est la faute de personnes, simplement de notre amour cupide et aveugle. Et à travers cet amour est né l'inévitable entre une vampire et un lycan, souffla-t-elle comme pour elle-même.

Haussant les épaules et accordant une moue blessée, elle s'éloigna un peu plus du jeune homme, comme si elle craignait que par de son contact, leur amour la rattrape et la brûle vif, punissant ses méfaits passés. De plus, le moindre contact avec son ancien amant réussissait à l'émoustillait et à la faire vibrer d'un plaisir sans nom, lui faisant peu à peu prendre conscience qu'elle n'avait pas réellement enterré Anthony Austen et son amour pour lui dans le creux béant qu'était son cœur, à présent. Elle aurait voulu qu'il parte, qu'il s'en aille et qu'il ne revienne plus jamais la hanter malgré l'irrésistible envie qu'elle ressentait de le voir et de le toucher. Elle se faisait violence à chaque minutes qui passait pour ne pas revenir sur ses joues et finir ce qui allait inévitablement se faire. Et pourtant... Elle fuyait, elle craignait ce moment, comme elle l'attendait avec impatience. Passant une main derrière sa nuque, tiraillée entre ses sentiments contradictoire qui tourmentait son esprit, son âme et son cœur, elle finit par murmurer, presque déçue :

- Mais tout ceci est fini, maintenant... Et tout est derrière nous, enterré dans les vestiges profond du passé. Si beau, soit-il.

Elle finit par soupirer d'un ton las, laissant ses prunelles bleutés regarder avec attention un point qui n'existait pas, près de ses pieds, n'osant pas affronter le regard d'Anthony.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://xPemesis.skyblog.com

avatar


My name is
Invité -

Invité

• • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Tel un poison, tu t'accapare de tout mon être, me rend fébrile tout en me tuant. Doucement mais surement... ♠ [Anthony&Nemesis]   Mar 31 Aoû 2010 - 9:39

Nemesis se serra plus fort contre Anthony. Ce contact fort réjouissait le loup-garou qui se sentait tellement heureux d’avoir retrouvé la vampire qu’il avait tant aimé. C’était tellement beau de savoir que la vampire l’avait cherchée, de savoir qu’il n’avait pas été qu’un jeu. Il savait qu’elle avait refait sa vie, qu’elle était sûrement avec quelqu’un maintenant, mais, il se jurait de tout faire pour la récupérer. Lui aussi, avait eu des aventures, mais jamais rien de sérieux... Pourtant, il y avait Alice, une jeune femme dont il ne savait pas grand chose, à part qu’elle était dingue de lui. Au premier regard, il avait trouvé Alice complètement niaise et sans aucun intérêt, mais, en faisant connaissance, il avait éprouvé pour elle de l’affection. Étrangement, Nemesis et Alice se ressemblaient, physiquement. Mentalement, elles étaient complètement à l’opposé l’une de l’autre, c’était cela qui plaisait à Anthony. Mais même si Alice l’attirait beaucoup, son cœur allait vers Nemesis, c’était certain, depuis le premier jour.

Il reporta son attention sur la vampire et la vit s’acharner sur le sang qui avait sécher sur ses joues. Anthony lui attrapa les doigts tendrement et entreprit d’essuyer tendrement les larmes sèches. Il attrapa avec douceur le menton de la jeune femme et l’obligea à lever la tête, mais Nemesis baissa le regard, peut-être honteuse de montrer ainsi sa faiblesse. Anthony ne s’en vexa pas, et avec sensualité et doucement, il caressa les plaies de la blonde. À l’aide de son pouce, il effaça toute trace de sang, comme si Nemesis n’avait jamais pleurée, comme si ils ne s’étaient pas revus.

À son plus grand regret, la vampire s’éloigna de lui. Il vit dans son regard une sorte de déception, et il ne comprenait pas ce qui n’allait pas. La seule chose qui lui traversait l’esprit était que Nemesis avait quelqu’un d’autre, qu’elle ne l’aimait plus. Tant d’années avaient passés, il comprenait qu’elle soit passée à autre chose, enfin, il essayait. Car lui, même si il avait eu des relations, rien n’avait été sérieux, il n’aurait jamais pu l’oublier. Nemesis avait été la plus belle chose qui soit arrivée dans la vie du lycan, et il avait cru comprendre qu’il en était de même pour la vampire. D’une voix basse et lasse, elle murmura:

- Rien n'est de ta faute, Anthony. Tu ne pensais pas savoir tout ce qu'il allait se passer. En vérité, ce n'est la faute de personnes, simplement de notre amour cupide et aveugle. Et à travers cet amour est né l'inévitable entre une vampire et un lycan.


Anthony était complètement d’accord avec Nemesis. Il la regarda haussée les épaules, d’un air d’incompréhension et s’éloigner un peu plus loin encore. Anthony se sentit aussitôt très mal, loin de la personne qu’il aimait. Il savait que Nemesis fuyait ses sentiments, elle ne pouvait pas ne rien ressentir en la présence du loup-garou. Ils avaient partagés tant d’instant ensemble. Encore une fois, un flot de souvenirs traversa l’esprit du brun, et la nostalgie l’emporta. Il aurait tant voulu la ramener à la raison, mais il ne le fit pas. Par fierté, par orgueil... par habitude... par peur. Finalement, ce fut la vampire qui rompit ce silence gêné qui s’était installé. Elle porta sa main à sa nuque encore chaude par le contact de la peau d’Anthony et lança:

- Mais tout ceci est fini, maintenant... Et tout est derrière nous, enterré dans les vestiges profond du passé. Si beau, soit-il.


Dans la voix de Nemesis planait de profonds regrets. Anthony savait qu’elle ne pensait rien de ce qu’elle disait, elle voulait juste se convaincre que plus rien n’existait entre eux. Mais c’était trop facile d’abandonner ainsi leur amour, qui avait survécu à tant de choses. Elle soupira et baissa la tête, contemplant le sol qui était devenu soudain très intéressant. La colère commençait à grandir chez le lycan. Il trouvait que Nemesis se moquait de lui, qu’elle jouait avec lui, comme elle avait jouée avec tant d’autres. Pourquoi leur faisait elle subir ça ? Ils auraient pu être si heureux !

À cet instant, il comprit qu’elle ne ressentait plus les mêmes choses en son égard. Qu’elle se persuadait que plus rien n’était possible entre eux, mais Anthony avait besoin de la convaincre du contraire. Il en avait besoin lui-même. pour savoir si ils s’aimaient encore, il n’y avait pas de mots possibles à exprimer. Seul leur union permettrait de connaître la vérité, Nemesis le savait aussi bien que lui. C’était donc cela qu’elle redoutait ? Qu’ils s’embrassent ? Qu’ils s’adonnent encore une fois à leur idylle passionné ? Elle craignait l’amour, cela se lisait dans ses yeux, elle en tremblait même.

Anthony ne se laissa pas abattre, il allait lutter pour garder Nemesis, quel qu’en soit le prix. Il se tourna légèrement, ainsi, il pouvait regarder la vampire tranquillement. Il détailla ses traits, ses yeux, sa bouche, son corps svelte, ses magnifiques courbes, ses cheveux immaculés de sang, mais pourtant toujours aussi brillants.. Il approcha sa main du visage de la belle et caressa sa joue d’un geste tendre et intime. Puis, il se rapprocha d’elle, elle fermait les yeux, savournat ainsi cet instant. Il pencha la tête vers son oreille et murmura à Nemesis de sa voix chaude et douce:

-Ne me fuis pas Nemesis... je sais que tu ressens les mêmes choses... Ne lutte pas contre l’inévitable..


Il avait prononcé les dernières syllabes si bas qu’il craignait qu’elle n’ai pas entendu. Il s’était penché un peu plus, pour frôler les lèvres de la vampire. Puis, il rompit la distance qui les écartait l’un de l’autre et embrassa la blonde. Les lèvres douces de la jeune femme firent frissonner Anthony. Cela faisait si longtemps qu’il attendait ce moment. Leur baiser devint plus passionné, et Anthony ferma les yeux. Il posa sa main valide dans le cou de la blonde et la remonta caressant chaque parcelles du visage de la jeune femme. Tous les deux ne luttaient plus contre ce qui depuis toujours avait été écrit. Ils s’abandonnaient à leur amour perdu, et prenaient un plaisir à se retrouvé. Anthony ne savait pas depuis combien de temps ils s’embrassaient, le plaisir était juste là, c’était enflammé et, sa langue jouait avec celle de Nemesis dans une danse flamboyante. Leur contact donnait des frissons au lycan. Une éternité plus tard, il se recula pourtant, afin de reprendre son souffle. C’était si fusionnel entre les deux amants qu’il avait envie de retourner dans les bras de sa bien aimée, mais, d’abord, il voulait l’observer et comprendre ce qu’elle avait ressentit. De son côté, il espérait que ce serait elle qui viendrait baiser ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


My name is

Peter Gwel is the
love of my life.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 617
♣ Localisation : Plane dans les nuages.
♣ Situation amoureuse : En couple avec Peter Gwel.

MessageSujet: Re: Tel un poison, tu t'accapare de tout mon être, me rend fébrile tout en me tuant. Doucement mais surement... ♠ [Anthony&Nemesis]   Dim 5 Sep 2010 - 16:16

Ne voulant pas affronter le regard orageux d'Anthony, la blondinette se sentait réellement idiote. Après tout, il était juste là, à quelques centimètres d'elle et au moment où elle avait le plus besoin de lui, où elle avait rêvé de ses retrouvailles inespérées, la vampire le fuyait, à croire que c'était d'un illogique irréel. Et pourtant, c'est bien ce qu'elle faisait, Nemesis s'éloignait et le fuyait, consciente que tout ceci ne mènerait à rien et que l'amour finirait une fois de plus par la détruire. C'était ça le rôle type de ce sentiment, de l'amour; c'était au final pour mieux vous affaiblir afin de mourir de souffrance, de peur et de solitude, de tomber dans une dépression sans nom, un gouffre sombre et remplit de malheurs et où seules vos pensées résonnes en un écho alarmant. Vos cris, vos peurs, votre souffrance. Entourés des pires sentiments de la vie, l'impression d'être ridicule et inutile vous poursuit, vous faisant clairement comprendre que tout est éphémère. Même la vie. Nemesis ne sait toujours pas comment elle a fait pour se remettre de ça, de cette solitude, de cette désertion frappante. Et pourtant, elle était bien là, devant Anthony et luttant avec ferveur pour ne pas s'adonner à leur idylle du passé. La vampire aurait fait n'importe quoi pour réussir à trouver le courage de s'échapper, de s'extirper de cette grotte et de retrouver un semblant de vie. Cette bulle qu'elle avait crée au fil des années qui s'était écoulés.

Tout en soupirant bassement, elle ferma les yeux, se laissant tomber dans l'obscurité de sa démence, ses fantômes du passé. Jamais avant quelques semaines, elle avait réussit à revivre, à déchirer d'un trait ce sentiment de culpabilité qui la dévorait avec cupidité, à tout oublier pour juste profiter du moment présent. Ça remontait à quelques semaines, et son esprit s'éclaira sur une image, celle de Peter Gwel. C'était avec lui que toute sa vie lui avait paru être différente, Nemesis avait comprit un différent point de vue de celui qu'elle avait lorsqu'elle s'était confiée à l'elfe. De plus, il lui avait sauvé la vie et avait goûté au délice du Paradis, monde qui lui serait à jamais interdit. Le contact que lui avait procuré les lèvres de Peter sur les siennes avait été indescriptible et pour la première fois de toute sa vie, elle s'était sentit à sa place, chez elle. Elle s'était réellement sentit importante. Non pas que les baisers qu'elle échangeait avec James et Anthony était plus différent, seulement, il manquait cette étincelle, cette enthousiasme et ce bonheur douloureusement trop beau. La blondinette avait toujours su que les deux seuls amours de sa vie l'avait passionnément aimés, d'un amour à la fois doux et sauvage, mélangeant le chaud et le froid, apportant des sensations bien distincts. Elle avait été heureuse, du moins, elle l'avait toujours cru, mais en prenant du recul, elle ne cessait de se demander comment elle aurait pu être heureuse aussi facilement ? Elle avait passé cinquante ans seule et voilà que débarquait à sa porte deux prétendants qui semblaient vouloir son bonheur et son amour. Quelle idée.

Nemesis sursauta presque en sentant le contact chaud de la main d'Anthony caresser doucement et timidement sa joue, la sortant de sa torpeur, lui faisant prendre conscience qu'elle tremblait. Surement de peur. Oh non, la voilà tremblante et apeurée devant le sentiment de l'amour, c'était un total fiasco, Nemesis n'était absolument plus crédible dans le rôle de la fille fort et qui savait se surpassé, qu'importe l'effort demandé. Au final, ses longues années de froideur cassante et de méchanceté gratuite n'avaient abouti à rien. Elle restait toujours aussi crispée et faible en présence d'Anthony, comme si son caractère de feu s'était brusquement effacé et que son vrai visage avait été mit à découvert. Elle avait l'impression d'être entièrement et totalement nue sous ses yeux. Laissant ses yeux clos, elle n'osait pas affronter le regard pur de sous-entendus de son ancien amour tandis que ce dernier caressait toujours sa joue, comme si le moindre contact avec elle réussirait à la faire revenir vers lui, alors que ça ne faisait que l'éloigner tout en l'effrayant plus qu'autre chose.

- Ne me fuis pas Nemesis... je sais que tu ressens les mêmes choses... Ne lutte pas contre l’inévitable..

La concernée comprit très rapidement qu'il avait comprit ce dont elle avait principalement peur. De lui. De leur baiser, de leur retrouvailles, si passionnée soit-elle, la vampire n'en voulait pas et rien que de penser à replonger dans le monde de l'amour, ça la dégoutait, la figeait de terreur. L'amour... Ça lui avait tout enlevé, ça l'avait fait souffrir, ça l'avait tué à petit feu tout en ne pas oubliant de la torturer psychologiquement, le mélangeant au poids de la culpabilité. Horrible mélange bien amer et sec, c'est certain. Ouvrant doucement les yeux et ayant pour idée de faire part de ce qu'elle ressentait à Anthony, elle fut surprise de le voir si près de son visage et de ses lèvres. Penché sur elle, il la regarda quelques secondes dans les yeux puis finit par frôler timidement et avec hésitation ses lèvres. Le regardant un instant dans les yeux, elle sentit son sang ne faire qu'un tour en sentant son odeur chatouiller ses narines d'un parfum enivrant. Puis, le lycan se rapprocha de la vampire et un frisson parcourut la peau pâle de Nemesis. Leurs lèvres se baisaient avec passion, comme si le temps s'était brusquement arrêté et qu'ils n'étaient que seuls au monde. Alors que celui-ci continuait inlassablement de tourner, s'adonnant aux plaintes humaines et aux massacres surnaturelles. Un autre frisson se fit ressentir sur sa peau lorsque leurs langues se rencontrèrent une nouvelle fois, laissant le plaisir et la flamme de leur passé les rattraper à vif allure, remontrant à la blonde un flots d'images nostalgique sur leur passé commun. Puis, elle fronça les sourcils et s'écarta doucement du lycan, qui reprenait son souffle tandis qu'elle l'observait avec déception.

Nemesis venait de comprendre que jamais plus leurs lèvres ne s'embrasserait de la sortes, tout était terminé et il n'avait fallut qu'un simple et petit baiser pour que l'immortel comprenne que tout ceci était derrière eux, que ça faisait partie de leur passé et qu'elle avait eut raison depuis le début. Il ne pourrait plus rien avoir entre eux, trop d'eau avait coulé sous les ponts depuis cinquante ans. Il était temps que chacun vivent sa vie et volent de ses propres ailes. La vampire ne regrettait pas d'avoir embrassé Anthony, car maintenant, elle était sure. Elle pouvait continuer de vivre sans perpétuellement se poser la question « Et si il serait resté avec moi, est-ce qu'on serait encore ensemble? ». Il n'y avait bien sûr pas de réponses à cette question, et il y en aurait surement jamais. Mais là, tout de suite, au moment présent, il était certain que leur relation amoureuse avait été enterré depuis bien longtemps. Du moins, pour Nemesis. Et cette dernière espérait profondément qu'Anthony ait ressentit ce qu'elle avait perçut dans ce baiser. De plus, en embrassant Anthony, elle avait eut la vague impression de trahir Peter, même si ils n'étaient pas vraiment ensemble, elle avait la sensation d'avoir trahit sa confiance et elle ne voulait pas lui faire du mal. La jeune vampire s'était bêtement entichée de lui, après ce baiser, il n'y avait plus de place pour le doute, c'était sur et certain.

Lâchant un soupir résigné, elle se recula doucement d'Anthony et tourna la tête, ne voulant pas voir la mine surement déçue qu'arborait son ancien amour. Elle était consciente qu'en agissant ainsi, elle briserait surement les sentiments du lycan pour elle et qui serait impossible de faire demi-tour, mais elle devait le faire, c'était capitale. Il ne méritait pas une fille comme elle, tout comme elle ne méritait pas un type comme lui. Leur attraction étant trop grande, trop forte, trop puissante, tout ceci finirait par les déchirer et les massacrer pour une cause qui était déjà perdue. Leurs destins avaient été liés durant un temps, mais il était temps de se rendre à l'évidence : Ce n'était pas des âmes-sœurs. Se mordant avec sauvagerie sa lèvre inférieure, celle-ci se mit à quelque peu saigner et Nemesis se redressa vers Anthony, le regardant droit dans les yeux et essayant de prendre l'air le plus sure et déterminée qu'elle avait en elle. Difficile, mais pas impossible.

- Anthony... Nous ne pouvons plus. C'est terminé. Nous avons fait notre temps et c'était magique, beau et particulièrement rempli d'amour et tu peux être sur que tu seras toujours dans mon cœur, même si il est à présent vide mais tu dois comprendre, c'est important. Tu as dû le ressentir, tu l'as forcément ressentit et au fond de toi, tu le sais. Notre amour nous détruira, comme il a détruit de nombreuses vies autour de nous. Nous ne somme pas fait pour être ensemble...

Elle soupira longuement et surprit une larme de sang couler le long d'une de ses joues. En voyant la mine du lycan, Nemesis comprit qu'il venait d'assimiler ce qu'elle venait de lui dire et il avait l'air d'être d'accord. Du moins, en apparence. Mais la vampire connaissait bien son lycan et elle savait qu'il prenait toujours un visage impassible, indéchiffrable lorsqu'il était troublé, afin d'éviter toutes confusions, infimes soient-elles. Se relevant doucement, Nemesis s'appuya sur ses genoux et posa ses fesses sur ses mollets alors qu'elle essuyait la larme qui avait trahit ses sentiments.

- Mais ça ne veut pas dire que je ne veux pas qu'on reste en contact. Au contraire, j'aimerais tellement qu'on essaye d'être amis. Malgré notre passé et tout ce qui s'est passé. J'ai besoin de toi, Anthony...

Afin d'accompagner ses paroles et de lui prouver que ce n'était pas que du vent, elle passa doucement une de ses mains sur les épaules du jeune homme qui frissonna instantanément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://xPemesis.skyblog.com

avatar


My name is
Invité -

Invité

• • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Tel un poison, tu t'accapare de tout mon être, me rend fébrile tout en me tuant. Doucement mais surement... ♠ [Anthony&Nemesis]   Dim 12 Sep 2010 - 15:15

Anthony comprit très vite que Nemesis ne bougerait pas. Elle était pétrifiée, et c’était à lui de prouver à la vampire que leur amour n’avait pas disparut. Timidement, hésitant, il se pencha un peu plus vers le visage de la blonde qui avait fermée les yeux. Elle ouvrit ses paupières et une expression de surprise se dessina sur son visage aux traits cicatrisés par de nombreuses blessures qu’elle s’était faite en se vengeant de la mort de James Winslowe qui en fait se prélassait à San Francisco. Il ignorait si Nemesis l’avait revu, mais pensait que non, sinon, elle lui en aurait parlé. Finalement, il se décida à se lancer et s’approcha doucement des lèvres de la vampire. Nemesis ne recula pas, sûrement par désir, ou par ennui... et Anthony ferma les yeux. Le contact fut doux, mais il reçut comme une décharge électrique lorsque ses lèvres touchèrent celle de Nemesis. Il se souvenait des baisers qu’il avait échangé avec la vampire... tous avaient été passionnés, mais malheureusement, celui-là était différent, beaucoup trop différent. Néanmoins, il rompit le barrage des lèvres et sa langue entama une danse flamboyante avec celle de Nemesis. Ils s’embrassèrent comme deux naufragés, cherchant une bouée de secours, un moyen de se sauver mutuellement d’une noyade assurée. Le baiser ne dura que quelques instants, et Nemesis s’écarta très vite de lui . Il lut sur son visage de la déception, et Anthony comprit qu’elle avait ressentie les mêmes choses que lui.

Leur amour faisait maintenant parti intégrante du passé. Ils ne partageaient plus la passion d’il y a cinquante ans. Pourtant, Anthony avait espéré. Bien sûr, au fond de lui, il aimait toujours Nemesis, mais d’une manière bien différente qu’avant. Autrefois, elle était sa raison de vivre, à présent, elle était juste une personne dont il avait besoin, avec qui il était heureux... Mais en même temps, il se sentait mal, près d’elle. Il pensait d’abord à leur histoire, à ce qu’ils avaient vécu, ainsi qu’à leur séparation douloureuse dont il avait tant souffert. Près de Nemesis, il se rappelait de chaque moments où il avait voulut abandonner son statut d’immortel, où il avait voulut en finir parce qu’elle était loin de lui et qu’il ne comprenait pas qu’elle était sa raison de vivre. Mais maintenant, il savait que tout cela faisait partie du passé. Nemesis n’avait plus rien à faire avec lui, et il comprendrait très bien qu’elle veuille partir. D’ailleurs, il n'avait plus envie d’être près d’elle. C’était trop dur. De plus, il sentait qu’elle pensait à quelqu’un d’autre... il le savait, parce qu’elle ne pouvait rien lui cacher.

La blonde soupira et se résigna à s’écarter du lycan. Anthony ne bougea pas, mais fut heureux de pouvoir respirer sans sentir le délicieux parfum de la jeune femme. Celle-ci détourna le regard et se mordilla la lèvre inférieure, la perçant et l’odeur du sang surgit dans la grotte. Anthony n’y fit pas attention, il semblait vraiment ignorant de la situation. Il ne pouvait pas concevoir que Nemesis puisse jeter toute leur histoire ainsi aux ordures, il ne la comprenait pas et se rendit compte que finalement, il ne la connaissait pas. Puis, elle se redressa et chercha le regard du brun qui la défia lui aussi. Il ne laissait passer aucune émotion par ses yeux, contrôlant ainsi son alpha. De plus, une image apparût dans son esprit, c’était une jeune femme blonde, assises près d’un lac... elle était d’une beauté éblouissante et ressemblait étrangement à Nemesis, mais en faisant bien attention, on pouvait remarquer que les deux femmes se distinguaient. Alice Sullivan était beaucoup moins élégante, mais tout aussi belle. Elle était certes plus maladroite mais cela faisait partie de sa personnalité, et Anthony savait que ce côté enfantin lui plaisait.Il s’était torturé l’esprit, ne sachant pas si Nemesis reviendrait, parce qu’il aimait Alice. Il était attiré par la naïade, pourtant, le souvenir de Nemesis l’avait toujours retenu. À présent qu’il était certain que leur histoire était bel et bien terminée, il n’y avait plus aucune hésitation à avoir. Lorsque la blonde ouvrit la bouche pour parler, Anthony l’écouta attentivement, heureux de ne plus se torturer l’esprit:

- Anthony... Nous ne pouvons plus. C'est terminé. Nous avons fait notre temps et c'était magique, beau et particulièrement rempli d'amour et tu peux être sur que tu seras toujours dans mon cœur, même si il est à présent vide mais tu dois comprendre, c'est important. Tu as dû le ressentir, tu l'as forcément ressentit et au fond de toi, tu le sais. Notre amour nous détruira, comme il a détruit de nombreuses vies autour de nous. Nous ne somme pas fait pour être ensemble...

Même si il tait d’accord, les mots traversèrent le lycan comme une tempête traverse un pays. Il sentit comme une claque le frapper et la frappe ne lui fit aucun bien. Pourtant, Nemesis avait raison. Il était vrai que leur amour avait tué bien des vies, peut-être pas toutes innocentes, mais tout de même. C’était impossible qu’ils s’aiment en paix, il y avait leur races, James... tout les poussait à vivre un amour dangereux. Pourquoi prendre des risques alors ?La meilleure solution était d’oublier, de passer à autre chose. Il regarda Nemesis changer de position, sans doute endolori d’être rester assise trop longtemps. Elle soupira et une larme rouge glissa le long de sa joue pour venir s’écraser sur le sol de la grotte encore humide par la pluie. Elle essuya les traces de la preuve de la faiblesse de ses sentiments et murmura ensuite:

- Mais ça ne veut pas dire que je ne veux pas qu'on reste en contact. Au contraire, j'aimerais tellement qu'on essaye d'être amis. Malgré notre passé et tout ce qui s'est passé. J'ai besoin de toi, Anthony...

Alors, elle posa ses mains sur les épaules du jeune homme et il frissonna en sentant le toucher de la vampire. Elle voulait faire comme si de rien n’était, c’était tout à fait le genre de Nemesis, passer à autre chose. Mais, Anthony ne pouvait tirer un trait sur le passé d’un seul coup, c’était trop lui demander. Les mots de la vampire résonnaient aux oreilles du lycan, elle avait besoin de lui .... Pourquoi faire ? À quoi lui servait-il ? À la consoler lorsqu’elle aurait un chagrin d’amour ? À l’aider lorsqu’elle découvrirait la vérité à propos de James ? Ce vampire qui avait tout gâché. Anthony le haïssait, et à présent, il détestait Nemesis encore plus. Elle l’utilisait, le maniait comme un pantin, et il détestait être aussi vulnérable. L’envie d’étrangler la vampire le prit, et il tourna la tête pour croiser son regard . Les yeux d’une beauté envoûtante lui donnèrent le tournis et il secoua la tête afin de se libérer de l’emprise démoniaque de Nemesis.

Il se leva alors, et comme le lui avait appris son démoniaque meilleur ami, il empoigna Nemesis par le cou afin de la lever. Il la porta sans aucune difficulté, elle était légère et il avait une force surhumaine. Il la plaqua contre la paroi rocheuse de la grotte et la poussa violemment. Puis, il s’approcha très près d’elle et il s’étonnait de sa non-résistance. Il se pencha en avant afin d’avoir son visage en premier plan et lui murmura à l’oreille:

-Tu me connais mal Nemesis. Je ne suis pas le genre de toutou que l’on peut garder en laisse. Tu ne pourras plus me manipuler, comme autrefois. J’ai changé, et tu as décidé de me faire disparaître de ta vie. Je respecte ton choix et exauce ton souhait. Au revoir, baby .

Un sourire maléfique se dessina sur les lèvres du lycan. Il ne déprimait plus. Le Mal avait repris le dessus, et de toute façon, il n’en avait rien à faire, que Nemesis aie besoin de lui. Qu’elle aille se faire foutre. Lorsqu’elle découvrirait la vérité, il sera trop tard. Elle avait fait son choix et il n’allait pas s’y opposer, au contraire... Il la relâcha doucement et d’une caresse, la quitta. S’éloignant de la grotte lui laissant sa chemise. De toute façon, elle sentait le sang-froid, à présent.

Il courait sans aucun but, mais il était heureux de courir, de se dégourdir les jambes, de se sentir libérer. La forêt se faisait moins sombre. Il leva la tête et remarqua que le ciel était beaucoup moins remplit de nuages. Les rayons de Soleil traversaient même les arbres pour venir éclairer l’herbe et la faire briller. Il y avait aussi des particules de couleur qui brillaient et le lycan comprit que c’était un arc-en-ciel. Émerveillé par ce spectacle, il s’arrêta un moment pour observer les couleurs reflétés sur les flaques d’eau. Il pensa alors à Alice, qui aurait été enchantée par cette découverte et sourit à l’idée de sa réaction, et peut-être de sa maladresse lorsqu’elle serait tombée dans une des flaques. Puis, il continua sa route, beaucoup plus lentement, sans penser à rien... Pourtant, au fond de lui, le loup qui sommeillait gardait une image dans son esprit.... Celle d’une vampire blonde... Celle de SA vampire.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


My name is

Peter Gwel is the
love of my life.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 617
♣ Localisation : Plane dans les nuages.
♣ Situation amoureuse : En couple avec Peter Gwel.

MessageSujet: Re: Tel un poison, tu t'accapare de tout mon être, me rend fébrile tout en me tuant. Doucement mais surement... ♠ [Anthony&Nemesis]   Sam 2 Oct 2010 - 23:01

Concentrée sur la respiration rapide du lycan, Nemesis fut surprise d'entendre les battements du cœur d'Anthony tambouriner à toute allure dans sa cage thoracique, à croire qu'apparemment et malgré son visage calme et paisible, il était agacé, voir énervé par la situation. Remarque, il pouvait y avoir de quoi, l'égoïsme de la blonde s'était encore fait ressentir, pas une seule fois dans sa tirade, elle n'avait pensé à ce qu'aurait pu ressentir son ancien amant, bien sûr, elle espérait qu'il comprenne et soit d'accord avec sa proposition, mais au fin fond d'elle-même, Nemesis savait que seul ce qui l'arrangeait comptait. Faire des sacrifices et mettre sa personne en deuxième position n'était pas coutume, elle détestait ça, même. Il n'y avait qu'elle et elle seule qui comptait. Mais qui aurait pu la blâmer ? Elle avait passé les cinquante dernière années seule, terriblement seule, bercée de temps à autre par ses larmes de sang qui était sa principale compagnie. Ainsi, on pouvait facilement comprendre qu'elle soit devenue d'avantage solitaire, et cruelle. En effet, lorsqu'on n'a personne à qui s'adresser durant un demi-siècle, en général, on se venge sur ses victimes, en autre les humains. Et tous le monde savait que le petit plaisir de Nemesis était la torture, si apaisante et plaisante soient-elles. Reportant son attention sur Anthony, elle remarqua qu'il n'avait pas cillé mais que son cœur battait de plus en plus fort, ainsi que l'une de ses veines venaient de faire son apparition sur ses tempes, approfondissant la peau pâle de son ancien amour.

Impatiente et désireuse de savoir le point de vue et la réaction de son ami, Nemesis ouvra la bouche mais un geste rapide l'arrêta. Voyant deux jambes à la place de son ami, elle fronça les sourcils, se demandant bien pourquoi il se levait de la sorte, la laissant en plan dans ses pensées et dans sa demande. Il n'en fallut pas plus à la blonde pour comprendre qu'il avait prit sa décision. Il la laisserait, c'était certain. Le choix contraire aurait eut un autre impact sur elle et sur ses réactions. Ouvrant doucement la bouche, étonnée d'assimiler ce deuxième abandon, la jeune femme se laissa docilement faire lorsqu'elle sentit un contact bouillant l'assaillir au niveau du cou, la redressant telle une poupée de cire. Il fallait qu'elle se rende à l'évidence, elle passerait surement sa vie seule. Jamais personne ne pourra lui apporter ce qu'elle désire réellement et jamais personne ne pourra la supporter. C'était son destin, son karma d'être seule, maudite et retirée de la société humaine d'aujourd'hui. Ce n'était plus son monde. Alors, c'est vrai, elle aurait pu se suicider, mettre fin à ses jours, mais elle ne le faisait pas. Non seulement pour James, mais aussi parce qu'elle était persuadée qu'elle avait un rôle à jouer dans les prochains siècles. Elle en était même certaine. Mais en attendant ce dénouement, elle était contrainte d'avoir une vie fade, non intéressante et complètement dépassée par les évènements. En sentant sa tête se heurter avec violence contre une des parois de la grotte, elle se rendit compte que son interlocuteur l'étranglait presque et la porter avec une facilité étonnante dans les airs, ayant apparemment une envie singulière de se venger de quelque chose que lui aurait fait la blonde. Complètement absorbée par ses propres problèmes, Nemesis préféra ne pas réagir, sachant pertinemment qu'il n'osera jamais la tuer ou la blesser gravement. Il avait beau faire et dire tout ce qu'il voulait, la vampire savait très bien qu'il l'aimait encore. Tout comme elle.

Avec une lenteur calculée, Anthony se rapprocha de sa victime. Nemesis eut un frisson lorsqu'elle sentit le souffle rauque du lycan, dans sa nuque. Puis, se doutant qu'il essayerait surement de la blesser par ses futures propos, Nemesis soupira longuement et ne cacha absolument pas sa lassitude, désireuse de retrouver la terre ferme. Il était étonnant de voir à quel point, la jeune blonde pouvait connaître sur le bout des doigts son ancien amant.

- Tu me connais mal Nemesis. Je ne suis pas le genre de toutou que l’on peut garder en laisse. Tu ne pourras plus me manipuler, comme autrefois. J’ai changé, et tu as décidé de me faire disparaître de ta vie. Je respecte ton choix et exauce ton souhait. Au revoir, baby.


A cause de la proximité qu'ils avaient, la vampire réussit à sentir Anthony sourire, sentant ses pommettes se rétractés contre ses joues, caressant avec délicatesse cette infime parcelle de peau qu'il connaissait par cœur, au fond. Enfin, le lycan lâcha Nemesis et cette dernière pu reprendre le contrôle de ses mouvements, s'étirant de tout ses membres et faisant craquer ses ligaments et ses muscles endoloris par la fatigue. Il était réellement temps qu'elle prenne soin d'elle si elle ne voulait pas finir aplatit comme une petite mémé. Lorsqu'elle se redressa vers Anthony, celui-ci n'était plus là. Comme il venait de dire dans ses dires, il était partit, il la laissait tranquille et une fois de plus il abandonnait Nemesis à son triste sort. Encore une fois. Allait-elle une seconde fois se retrouver à l'écart, comme la cinquième roue du carrosse ? Allait-elle laisser passer sa chance de remettre les pendules à l'heure et de lui tirer les oreilles, comme il le mériterait. Aucune raison n'aurait pu justifier son comportement. Il était si immature et puéril de l'abandonner comme cela à sa détresse, sans même penser à elle. Brusquement, la jeune femme eut un léger rictus amusée, se rendant compte qu'au final, Anthony était pareille qu'elle : Égoïste. Lorsqu'il n'avait pas ce qu'il désirait, il boudait, se montrait capricieux et agissait comme il le souhaitait, ne prenant pas compte des autres. Juste de sa personne. Comme elle. Ainsi donc, c'était surement pour cela qu'ils s'étaient aimés et que leur relation avait été aussi passionnelle et attrayante; parce qu'ils avaient fait des efforts l'un pour l'autre, parce que par amour ils avaient mit de côtés leurs défauts et avaient tout fait pour être heureux ensemble, trouvant un certain équilibre qui leur permettaient de vivre harmonieusement.

Se rendant compte que l'odeur du lycan lui chatouillait encore les narines, elle regarda autour d'elle afin de regarder s'il ne lui avait pas fait une mauvaise blague, mais il n'était plus là, il était réellement partit. Seul sa veste résidait sur les épaules de la blonde, lui prouvant qu'elle n'avait pas rêvé et qu'elle avait bel et bien revu son amour passé. Une boule se forma au creux de sa gorge. Le fait que l'abandon devienne son lot quotidien ne lui plaisait pas; tout ceci l'effrayait et le gouffre si terrifiant et obscur dont elle avait réussit à sortir après de nombreuses années de solitudes se reformait peu à peu autour d'elle. La panique la gagna, l'émotion la submergea et un sanglot sortit d'entre ses lèvres. Non. Pas encore. Pas ça encore. Perdue et anéantit, elle ne voulait absolument pas revivre le cauchemar qu'elle avait vécu durant d'innombrables années. Prenant son courage à deux mains, elle laissa ses jambes la guider et avancer, pour sortir de la grotte. La luminosité de la lune réussit à l'éblouir durant quelques secondes où elle dû mettre ses mains devant son visage pâle, étant plutôt sensible à toute lumière claire. S'habituant peu à peu à cette obscurité éclairée par la lune, elle constata avec soulagement qu'il ne pleuvait plus et qu'il serait donc plus facile de retrouver la trace d'Anthony. D'un certain point de vue, c'était plutôt pervers de suivre son ancien amant, mais elle n'y pouvait rien, la peur l'assaillait de toute part et elle ne répondait plus de ses actes. Nemesis huma l'air, à la recherche du parfum svelte et fruité du lycan, bien qu'il sente ce qu'on pourrait appelé de chien-mouillé, la blonde adorait cette odeur qui avait tant de fois bercé ses nuits et qui avait eut l'honneur d'être l'odeur fétiche de la vampire. Connaissant par cœur cette arôme, Nemesis n'eut aucun mal à suivre l'odeur d'Anthony.

Marchant à pas lent, traversant une prairie et écrasant avec souplesse et grâce l'herbe mouillée, encore grasse mais brillante à cause des pluies qui l'avait harcelé durant plusieurs heures. Trouvant que l'odeur était de plus en plus présente, Nemesis redressa la tête et sursauta presque en apercevant son ancien petit-ami, debout devant elle, lui tournant le dos et regardant du haut des nombreuses falaises la ville qui dormait paisiblement. Au fur et à mesure des pas qu'elle faisait pour le retrouver, la blonde aperçut un arc-en-ciel au loin. Elle fut éblouie, n'ayant jamais vu un pareil spectacle la nuit, pensant qu'il fallait que le soleil soit présent pour qu'un arc-en-ciel naisse et s'illumine à travers l'atmosphère, mais apparemment la pleine lune faisait parfaitement bien l'affaire. Avançant d'un pas sur et déterminé avec Anthony, elle ne savait pas bien ce qui la motivait pour aller vers l'homme qui avait osé l'abandonner deux fois, mais qu'importe; elle y allait, la tête la première, consciente qu'elle se cognerait contre un mur en béton, mais tant pis, elle le ferait. Arrivant à ses côtés en moins de deux minutes, elle entendit les pulsions du cœur de son lycan augmenter, signe qu'il l'avait entendu et qu'il savait qu'elle était à ses côtés. Durant quelques minutes, Nemesis ne savait pas quoi dire; les bras croisés sur sa poitrine, le regard dans le vide, et cette énorme boule de tristesse qui prenait toute la place dans sa gorge, la faisant réellement souffrir. Au bout de quelques instants, elle soupira et se tourna doucement vers Anthony. Ce dernier ne lui prêta aucune attention, préférant surement faire comme si elle n'existait pas. Prenant son courage à deux mains, la jeune femme souffla un bon coup et se lança dans sa longue tirade, voulant absolument mettre les points sur les i et les barres sur les t.

- Je ne suis pas une idiote. Je n'en ai jamais été une. Pourtant, lorsque je t'ai rencontré, lorsque je suis tombée amoureuse de toi, lorsque j'ai trompé mon fiancé pour toi, j'en étais une. Mais une énorme. Je ne te dis pas que je regrette ces merveilleux moments passés ensemble, je te dis juste que le destin nous a donné notre chance et que maintenant, cinquante années nous ont séparés. Il est presque impossible qu'on arrive à reconstruire quelque chose en l'espace de cet instant. Anthony... Tu es l'homme que j'ai aimé le plus au monde, tu as été le seul qui a réussit à m'offrir ce dont je pensais interdit, impensable et proscrit. Bien sûr, j'ai aimé James, mais jamais comme toi. C'était tellement... Tellement fort et intense avec toi. Jamais je n'avais ressenti des sentiments contradictoires avant de te rencontrer. J'adorais passer des moments avec toi, j'adorais t'avoir dans mes bras, sentir ton odeur lorsque tu dormais à mes côtés, frisonner à chacun de tes baisers. Mais le fait est que... Tout cela, c'est du passé, c'est derrière nous. Et jamais je ne pourrais oublier ce qui s'est passé entre nous, jamais je ne pourrais ne plus t'aimer. Tu resteras toujours ici.

D'un signe, elle montra son cœur. Redressant la tête, elle fut heureuse d'avoir réussit à attirer l'attention de son ancien petit-ami et lui accorda un sourire plein de regrets. Puis, rabaissant sa tête, elle continua dans sa lancée :

- Jamais je ne pourrais t'oublier, Anthony et ces cinquante années loin de toi ont été une réelle torture. Si tu savais à quel point j'ai pleuré, j'ai eu peur et si mal. J'étais persuadée que plus jamais on ne se reverrait, que tu m'avais abandonnée parce que tu ne m'avais jamais aimé et au jour d'aujourd'hui, je le crois encore. C'est stupide, je sais, mais après toutes les épreuves que j'ai eu, à présent je doute sur tout. J'ai tellement peur de ce que est fait demain, j'ai tellement peur de te perdre une nouvelle fois. Je n'ai jamais dis que notre histoire ne se refera pas un jour, je te dis seulement que notre heure n'est pas aujourd'hui, pas maintenant. Peut-être plus tard, ou peut-être pas. J'ai beau encore t'aimer, un baiser ne trompe jamais, quelque chose a changé, j'ignore si c'est de ton côté ou du mien, mais quelque chose a réellement changé. Regarde-moi, Anthony. Regarde-moi et dis moi que jamais tu ne m'as aimé, que jamais tu n'as repensé à moi durant cinquante ans, que jamais tu n'as eu l'idée qu'on se remette ensemble. J'ai besoin que tu me dises ça, parce que moi sans toi, je suis rien et j'ai besoin que tu me le dises pour que je puisse tourner la page, tout comme toi.


Ne relevant pas la tête, Nemesis n'osait pas affronter le regard grisé orageux d'Anthony. Elle était presque sure qu'elle allait se recevoir un coup, qu'il allait l'insulter ou la tambouriner de coups, rien que pour avoir osé dire ce qu'elle avait dit. Mais voilà, elle avait besoin de ça, elle avait besoin d'Anthony et les deux mélangés provoqué chez elle d'énorme confusions. D'ailleurs, elle avait tellement bafouillé durant ses aveux qu'elle se demandait si le lycan avait tout bien comprit. La jeune femme sursauta alors en sentant deux mains l'encercler au niveau de la taille, ne comprenant pas ce qui se passait. Comprenant que le jeune homme allait surement l'attaquer en lui faisant une prise, elle ferma les yeux avec force et attendit sa punition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://xPemesis.skyblog.com

avatar


My name is
Invité -

Invité

• • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Tel un poison, tu t'accapare de tout mon être, me rend fébrile tout en me tuant. Doucement mais surement... ♠ [Anthony&Nemesis]   Ven 8 Oct 2010 - 22:19

Anthony avait les pensées ailleurs, loin, loin de ce monde injuste, inégal et sans aucune utilité. Il s’imaginait un lieu où il pourrait aimer, sans aucun problème, un lieu où il pourrait aimer Alice sans avoir l’envie constant de la tuer. C’était injuste qu’il soit aussi dangereux pour elle. Cette malédiction le hantait, lui pourrissait la vie et il se détestait. Il n’avait aimé que deux fois dans sa vie, la première fois, avec la pire ennemie de sa race, la deuxième fois avec une poupée de porcelaine. C’est bien cela, Anthony était maudit. Il se sentait tellement seul et étouffé à la fois. Son loup l’étouffait, il avait besoin de le faire disparaître de lui, totalement, mais c’était impossible. Il n’avait plus envie de jouer, de tuer, ni même de s’amuser. À présent, une seule chose l’obsédait: tuer son lycan. Car si celui-ci n’avait pas existé, Nemesis ne l'aurait pas quitté.... leur amour aurait pu perduré. Si son lycan n’existait pas, il pourrait être Alice sans être un danger constant pour elle. Si ... si la vie n’était construite que sur des si, le monde s’écroulerait. Cesse de te tourmenter Anthony ! Le voilà qui se parle tout seul...

Anthony secoua la tête d’un mouvement rapide, et s’arrêta net lorsqu’il entendit des pas. Il les aurait reconnu entre mille, c’était ceux de sa vampire. Ils étaient rythmés, légers et décidés, comme l’était Nemesis elle-même. Il ne se retourna pas lorsqu’elle arriva près de lui, mais son cœur parla pour lui. Il battait à une allure très forte. Elles inspira fortement, mais il ne bougea point, ne voyant pas l’intérêt de se fatiguer pour une blonde ne se préoccupant pas que les lycans avaient eux aussi des sentiments...Néanmoins, il l’écouta lorsque ses cordes vocales commencèrent à vibrer.

- Je ne suis pas une idiote. Je n'en ai jamais été une. Pourtant, lorsque je t'ai rencontré, lorsque je suis tombée amoureuse de toi, lorsque j'ai trompé mon fiancé pour toi, j'en étais une. Mais une énorme. Je ne te dis pas que je regrette ces merveilleux moments passés ensemble, je te dis juste que le destin nous a donné notre chance et que maintenant, cinquante années nous ont séparés. Il est presque impossible qu'on arrive à reconstruire quelque chose en l'espace de cet instant. Anthony... Tu es l'homme que j'ai aimé le plus au monde, tu as été le seul qui a réussit à m'offrir ce dont je pensais interdit, impensable et proscrit. Bien sûr, j'ai aimé James, mais jamais comme toi. C'était tellement... Tellement fort et intense avec toi. Jamais je n'avais ressenti des sentiments contradictoires avant de te rencontrer. J'adorais passer des moments avec toi, j'adorais t'avoir dans mes bras, sentir ton odeur lorsque tu dormais à mes côtés, frisonner à chacun de tes baisers. Mais le fait est que... Tout cela, c'est du passé, c'est derrière nous. Et jamais je ne pourrais oublier ce qui s'est passé entre nous, jamais je ne pourrais ne plus t'aimer. Tu resteras toujours ici.

Anthony était subjugué par les paroles de la blonde. Il n’aurait jamais pensé qu’elle l’ai aimée ainsi, qu’elle l’ai aimée comme lui l’aimait . Il ressentait chacune de ses paroles et en fut presque déçu, que tout cela ait disparut. Il la regarda se toucher le cœur, pour lui montrer à quel point c’était sincère et il la crut. Vraiment. Nemesis avait raison, quelque chose s’était rompu entre eux, ils avaient chacun pris des chemins différents, et il était trop tard pour faire demi-tour. Anthony avait Alice à présent, et même si il ne ressentait pas encore les mêmes choses, quelque chose de fort existait entre eux.

Chose rare: le lycan ne savait quoi répondre. Il trouvait les mots de sa vampire tellement bien utilisés, qu’il ne ressentait aucun besoin d'en rajouter. Il regardait toujours droit devant lui, mais de manière plus douce il essayait de mettre en ordre ses pensées, d’organiser le passé, le présent et l’avenir.

- Jamais je ne pourrais t'oublier, Anthony et ces cinquante années loin de toi ont été une réelle torture. Si tu savais à quel point j'ai pleuré, j'ai eu peur et si mal. J'étais persuadée que plus jamais on ne se reverrait, que tu m'avais abandonnée parce que tu ne m'avais jamais aimé et au jour d'aujourd'hui, je le crois encore. C'est stupide, je sais, mais après toutes les épreuves que j'ai eu, à présent je doute sur tout. J'ai tellement peur de ce que est fait demain, j'ai tellement peur de te perdre une nouvelle fois. Je n'ai jamais dis que notre histoire ne se refera pas un jour, je te dis seulement que notre heure n'est pas aujourd'hui, pas maintenant. Peut-être plus tard, ou peut-être pas. J'ai beau encore t'aimer, un baiser ne trompe jamais, quelque chose a changé, j'ignore si c'est de ton côté ou du mien, mais quelque chose a réellement changé. Regarde-moi, Anthony. Regarde-moi et dis moi que jamais tu ne m'as aimé, que jamais tu n'as repensé à moi durant cinquante ans, que jamais tu n'as eu l'idée qu'on se remette ensemble. J'ai besoin que tu me dises ça, parce que moi sans toi, je suis rien et j'ai besoin que tu me le dises pour que je puisse tourner la page, tout comme toi.

Cette tirade fut comme un coup de couteau pour Anthony. Il se sentit frémir. Nemesis avait résumer en quelques mots des années de douleur, de tyrannie, pendant lesquelles il s’était torturé, pendant lesquelles il n’avait fait que de la chercher. Elle lui manquait tellement qu’il en oubliait parfois de chasser, de dormir, il était devenu un vrai zombie. La deuxième partie des paroles de Nemesis le blessèrent énormément. Elle lui donnait de l’espoir, alors qu’elle savait très bien que ses sentiments avaient changés. Les yeux de nemesis avaient été clair, et Anthony n’oublierait jamais le regard de regret qu’elle avait eu lorsqu’il l’avait embrassé.

Anthony soupira, comment osait-elle lui demander de lui dire qu’il ne l’avait jamais aimé. C’était un pur mensonge ! Une invention ! Il avait été fou d’elle et elle le savait. Leur idylle n’était pas irréel, il avait existé et elle n'avait aucun droit de vouloir faire un trait ainsi dessus. Le lycan posa son regard sur celui de la vampire qui baissa aussitôt la tête. Il s’approcha d’elle en respirant de manière forte, en colère, et déçu par ce que venait de dire Nemesis. Elle ne releva toujours pas la tête et il l’encercla de ses bras musclés. il sentit de la peur dans la façon de respirer de Nemesis et en fut choqué. Il ne s’écarta pourtant pas. Il l’encerclait de manière amicale, douce, intime. Un enlacement qui voulait tout dire, qui lui prouvait le contraire de ce qu’elle voulait entendre. Anthony ‘lavait aimé comme un fou, elle ne pourrait rien y changer !

Après quelques secondes qui parurent une éternité, Anthony s’écarta de Nemesis et une goutte salée, une seule, coula le long de son visage, hésita, et glissa sur son corps pour venir s’écraser sur le sol. Le brun pleurait rarement, si ce n’est dire jamais, mais là, il avait besoin de prouver à Nemesis qu’il comprenait très bien, et que lui non plus, ne voulait pas tout effacer. Mais c’était tellement dur d’être face à la vampire, sans pouvoir être proche d’elle comme avant...

Il murmura alors, plus pour lui-même que pour elle:

-Et toi, dis le moi, que je n’étais rien pour toi, que je n’étais qu’une erreur, et que la page est à présent tournée !

Une once de défi planait dans la voix du lycan, et il savait très bien que Nemesis le remarquerait .
Revenir en haut Aller en bas



My name is
Contenu sponsorisé -


• • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Tel un poison, tu t'accapare de tout mon être, me rend fébrile tout en me tuant. Doucement mais surement... ♠ [Anthony&Nemesis]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tel un poison, tu t'accapare de tout mon être, me rend fébrile tout en me tuant. Doucement mais surement... ♠ [Anthony&Nemesis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our World Of Dreams :: Lieux :: ♣ Lieux magiques :: La chasse-