AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Que vos cœurs sont heureux puisqu'ils sont insensibles || Stephen & Lula

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 88
♣ Localisation : Aléatoire
♣ Situation amoureuse : Célibataire

MessageSujet: Que vos cœurs sont heureux puisqu'ils sont insensibles || Stephen & Lula   Mar 20 Juil 2010 - 16:34

La nuit venait juste de tomber sur la ville, et les éclairages artificiels dont bénéficiait San Francisco teintaient le ciel d'un jaune sale qui voilait les étoiles. Novembre faisait son entrée au dessus des buildings, apportant avec lui le froid mordant de l'hiver. Lula redoutait cette saison. Le gibier se cachait mieux que jamais, et si jamais elle venait à manquer de sang... Elle savait qu'elle ne pourrait pas résister à la soif, que le carnage tant attendu et désiré, ignoré et craint, arriverait.

Mais pour l'heure, elle survivait. Le Harding Park, qui accueillait nombre de joueurs de golf le jour, se trouvait être un merveilleux terrain de chasse, la nuit venue. Seuls de petits animaux s'y trouvaient - écureuils volages, chiens vagabonds, mulots et autres rongeurs... - mais c'était suffisant.

La jeune femme enterrait une de ses proies quand elle vit une silhouette, furtive, passer non loin d'elle et quitter le square pour une virée en ville. Dans un coup de vent, elle reçut son odeur, effluve acidulée, en pleine narines. Sa soif, pas encore étanchée, se fit ressentir plus que jamais. Elle entrouvrit les lèvres, dévoilant deux canines pointues et savoura la fragrance sucrée qui tiraillait ses papilles. Il s'agissait d'un amérindien. Au flair, elle parvenait à découvrir la race des humains qu'elle humait, mais aussi bon nombre de leurs caractéristiques. Celui-ci était un vagabond ; il dégageait une odeur forte et désagréable - pollution, boue, ordures ménagères... - mais aussi, et c'est ce qui avait attisé la soif de Lula en premier lieu une douce effluve de sang.

A une cinquantaine de mètres de la jeune femme à peine, elle distinguait clairement le bruit des pas de l'homme sur le bitume, en dehors du parc. Il boitait. Il devait être mal tombé et saignait abondamment, ou en tous cas, suffisamment pour laisser des tâches de sang au sol, car l'odeur était aussi présente qu'il soit près d'elle ou loin d'elle. Lula n'aurait aucun mal à le suivre.

Elle finit rapidement d'inhumer sa victime et se mit en chasse.

Les traces de sang se faisaient de plus en plus nombreuses. Lula les suivaient nonchalamment, les yeux dans le vague, se fiant uniquement à son odorat. Elle tourna plusieurs fois, s'enfonçant dans un dédale de rues sans fin, mais bientôt, à l'angle d'une sombre ruelle, le sang avait disparut et le sol, un peu plus loin, était immaculé. Sans comprendre, Lula regarda autour d'elle, cherchant comment sa proie avait pu s'échapper. Elle remarqua alors un peu de sang sur un mur en pierre grise. Elle s'approcha, renifla, et reconnu le sang du vagabond. Alors qu'elle pensait abandonner, elle posa un de ses doigts sur le mur ensanglanté, désireuse de goûter sa défaite malgré tout - en un sens, elle était soulagée d'avoir perdu la trace de l'homme, car sa vie serait sauve - mais à peine entra-t-elle en contact avec la paroi que celle-ci disparut, dévoilant un escalier de pierre qui s'enfonçait dans l'ombre.

Curieuse, elle descendit sans hésiter les marches de granit. Tour à tour, ses pupilles se fendirent et s'arrondirent, cherchant à s'adapter à l'obscurité. Elle finirent par se stabiliser, masquant totalement l'iris grisé. La jeune Ombre devait maintenant se trouver à plusieurs dizaines de mètres sous la terre, et les escaliers laissèrent place à un sol en terre battue. Lula poursuivit sa route, suivant un couloir au plafond bas. L’odeur du sang était omniprésente, écœurante, presque insupportable. Mais Lula n’abandonna pas pour si peu. Et bientôt, sa persévérance fut récompensée. Elle trouva le corps sans vie du vagabond, adossé contre un mur. Et quelques pas plus loin, un rayon de lumière filtrait sous une porte en bois, derrière laquelle régnait un brouhaha étouffé.

Sans plus de cérémonie, Lula poussa la porte et entra dans ce qui se trouvait être un bar. Elle venait d’entrer par une petite porte située à droite du comptoir, sûrement un accès privé. La jeune femme fit quelques pas à l’intérieur de la salle quasiment déserte. C’était un petit bar miteux, qui ne respectait absolument pas les mesures d’hygiène obligatoire. Les quelques personnes présentes étaient soit seules à siroter un verre, soit en groupe, à discuter bruyamment, ce qui expliquait le brouhaha étouffé qu’elle avait entendu dans les souterrains. Mais ces quelques constatations importaient peu : ici, plus encore que dans le couloir d’où elle venait, l’odeur du sang la prenait à la gorge, à la différence que, là, il s’agissait de sang frais, et absolument alléchant.

Elle coupa sa respiration et contourna le comptoir pour prendre place sur un des tabourets en bois, comme si de rien n’était. Le barman semblait absent, et se trouvait sûrement dans une réserve,
ou quelque chose qui s’en rapprochait un minimum. Elle en profita pour explorer plus minutieusement encore la pièce, dans le but de découvrir l’origine de la délicieuse odeur. Elle remarqua alors, et ce non sans surprise, que la plupart des verres que sirotaient les clients étaient remplis de l’ambroisie écarlate dont l’odeur lui brûlait la gorge. Elle fit volte face pour scruter les
étagères derrière le comptoir : deux cuves de verre étaient à moitié pleines de sang, tandis que sur le buffet au centre se trouvait un nombre effarant de bouteilles d’alcool plus ou moins remplies.

* Un bar vampire…* devina aisément Lula.

Troublée mais pas moins excitée de se savoir entourée par des membres de la Communauté Magique, elle s’enhardit et commanda un verre de cet élixir qui lui était indispensable au barman quand il revint.

Elle porta la chope que lui servit l’homme à ses lèvres avec enthousiasme mais quelqu'un posa une main sur son épaule, la coupant dans son élan avant qu’elle n’ait pu prendre une seule gorgée de la boisson. Agacée, elle se retourna vers son interlocuteur, qui se trouvait être un jeune homme plus ou moins de son âge, brun, ténébreux et bien évidemment séduisant. Le cliché parfait du vampire coureur du jupon. A moins que, comme elle, il ne soit un intrus parmi ces suceurs de sang traditionnels, chose qui n'était qu'une spéculation complétement infondée.

- Vous désirez ? demanda-t-elle néanmoins, d'une voix neutre, tâchant de ne pas laisser percevoir son agacement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is

MODO-EN-CHEF
Tu m'touches, j'te bouffe.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 1278
♣ Localisation : En Enfer, probablement...
♣ Situation amoureuse : Libre comme l'air.

MessageSujet: Re: Que vos cœurs sont heureux puisqu'ils sont insensibles || Stephen & Lula   Mar 27 Juil 2010 - 21:33

Un cri strident et aigüe déchira le calme et la tranquillité d'une résidence aristocrate, en ce début de soirée. Ce glapissement se fit alors plus faible, plus tranquille, baissant d'un ton à chaque seconde qui passait, pour se terminer presque inaudible et enfin plus rien. Plus un bruit. Le calme complet. Retirant doucement sa main de l'abdomen de sa dernière victime, Stephen rouvrit les yeux, laissant tomber le corps de sa nourriture, qui s'étala telle une poupée de chiffon sur le parquet en bois de chêne. Amusé, le démon esquissa un faible sourire qui, à la lumière de la lune, se fit prenant et terrifiant. Passant à côtés des corps qui avaient fait parti de son diner, il se sentit plus fort que jamais, trouvant l'aura des riches habitants de la ville délicieusement mauvaise. Hypocrite, égoïste, rancunier, avare et méchant, ces gens pouvaient recevoir le prix des humains les moins honnête qu'on puisse trouver. Laissant sa curiosité humaine prendre le dessus sur lui, Stephen se mit à arpenter les lieux, observant avec étonnement quelques tableaux qui étaient accrochés dans la somptueuse villa, regardant chaque sculpture fait de métal, pierre ou verre dans le salon. Chaque chose qu'il voyait lui soumettait une question qui restèrent sans réponses assez censés pour tenir la route. Ce serait donc des interrogations qui resteraient mystérieuses au yeux du démon.

S'éclipsant au bout d'une heure de visite dans la luxueuse résidence, il décida de faire un tour aux Enfers, sachant que ça faisait bien trop longtemps qu'il n'y avait pas mit les pieds. Et pour cause, il était recherché et traqué où qu'il aille, et ça, depuis le meurtre de son père. Il était idiot de voir que Satan avait peur de lui, alors qu'il n'avait que cinq cent ans. Ce n'était qu'un jeune démon, qui n'avait que trop peu d'expérience du monde qui l'entourait et de l'étendu de ses pouvoirs, si puissant et si redouté. Il est vrai que Stephen était le seul démon - mis-à-part Lucifer - à pouvoir contrôler le feu et les flammes de l'Enfer. Bien sûr, sa sœur jumelle savait aussi le faire, mais comparé à lui, elle ne savait faire que de simples étincelles. Non seulement parce qu'elle n'avait pas été éduqué avec lui, mais aussi parce qu'elle ne s'entrainait jamais. Sinon, ils savaient qu'à eux-deux ils arriveraient à faire renverser le pouvoir et à tuer le Mal tout Puissant. C'était une certitude. Peut-être même que sa petite sœur, Roxanne serait apte à se battre aussi, si elle n'était pas trop occupée par les fêtes et sa fâcheuse tendance à ne pas endosser les responsabilités.

Tout en s'insinuant dans un couloir fait de roche et de terre, Stephen avançait prudemment vers un territoire qui ne lui était pas inconnus. Celui des démons en cours d'apprentissage. Tous des nouveaux démons qui veulent apprendre et augmenter leur pouvoir. Aussi minime qu'ils soient. Sachant que certains d'entre eux pourraient très bien être de futurs chasseurs de primes, Stephen sortit une boule de feu et quitta sa cachette. Ils devaient être une dizaine et ça ne serait pas très dur pour les vaincre. Rapide, le démon fit une roulade sur le côté et en tua un qui lui tournait le dos. Dû au bruit de l'explosion, Stephen se fit repéré et un sourire narquois fleurit sur le visage sombre et machiavélique du démon.

- Mesdames, messieurs, merci de bien vouloir rester au fond de vos sièges pendant la représentation.

Amusé de voir l'interrogation qui se lisait clairement sur les visages des novices, Stephen en profita pour attaquer et lança deux boules de feu à deux démons postés près de lui. Ces derniers explosèrent, et le brun fut heureux de se souvenir que les démons encore peu expérimentés et qui n'étaient pas encore baptisés étaient largement plus sensibles au feu que les autres créatures des Enfers. Évitant l'attaque d'un des démons, il fut plus rapide et se mit à terre, tuant un autre des démons au passages. Puis, ravi de voir la peur s'emparer de leur doux visages, Stephen se releva et se mit à tourner sur lui-même tout en laissant des jets puissants de lave sortir de ses mains. Enfin, lorsqu'il se rendit compte qu'il n'y avait plus que des flaques visqueuses qui dégageait une fumée puante autour de lui, Stephen s'arrêta et s'étira de tous ses membres, faisant craquer son dos.

Brusquement, un bruit le fit sursauter, et par réflexe, Stephen sortit une boule de feu. Se retournant, il se retrouva face à un démon, très jeune, qui devait avoir autour des dix ans. Ne se sentant pas absolument pas l'enfant, le démon fit disparaître sa boule de feu d'un claquement de doigts silencieux et s'abaissa à la hauteur du jeune démon. Conscient qu'il ne devait pas encore posséder ses pouvoirs et qu'il s'était surement perdu, il lui adressa un sourire rassurant. Lorsqu'il voulut lui demander ce qu'il faisait ici, le petit bonhomme le coupa et lança d'une voix assuré :

- Tu es Stephen Rice, n'est-ce pas ?

Éberlué, le concerné resta un moment interdit, se demandant comment ce petit démon pouvait le connaître. Puis l'évidence se posa sous ses yeux, il s'était servi de son pouvoir pour vaincre les autres démons et le petit l'avait surement observé. Doucement, Stephen acquiesça silencieusement, attendant de voir ce qu'il avait à lui annoncer.

- Je m'en doutais, finit-il par dire, tes pouvoirs sont aussi fort que notre Maître. Mais n'imagine pas que j'ai peur de toi, je sais me défense malgré le peu de pouvoirs que j'ai. Malgré tout, j'ai décidé de ne rien te faire car tu pourrais m'être utile lorsque je serais le roi des Enfers (A cette phrase, Stephen se mit à sourire, amusé par le petit). J'ai donc un tuyau pour toi. Satan a prévu d'engager une Ombre pour te traquer. D'après ce que j'ai entendu dire, elle se trouverait au bar des vampires, mais ne serait pas encore informé de cette offre. Je pense que si tu arrives avant les démons et que tu te la mets dans la poche, tu n'auras pas de problèmes avec elle.

Les yeux de Stephen restèrent longtemps posé sur la bouche du garçon, encore sous le choc de voir que Lucifer allait jusqu'à essayer de mettre une Ombre dans ses projets. C'était dément. Presque anormal. Cependant, il ne se posa pas plus de questions et s'éclipsa jusqu'aux Sous-Sols. Atterrissant à l'entrée du bar, il ne fut par surprit de voir un corps humain, fraichement mort et sentant fortement des pieds. Passant au-dessus des jambes de l'humain affalé par terre, il se mit à marché sur le sentier de terre battu qui menait jusqu'au repère des vampires. Enfin, lorsqu'il rentra au bar miteux des sangsues, il se fit tout petit, conscient que la dernière fois qu'il était venu en ces lieux, il avait causé beaucoup de dégâts et que si quelqu'un le reconnaissait, l'effet de surprise serait raté. Scrutant avec précision la taverne pouilleuse, il ne remarqua que l'aura exécrable des vampires. Enfin, lorsqu'il posa ses yeux sur le bar, il aperçut une jeune femme blonde, plutôt grande mais fine. Ne trouvant pas d'aura autour d'elle, il se mit à sourire malicieusement, conscient que c'était celle qui cherchait. D'un pas assuré et déterminé, il avança jusqu'à elle et s'arrêta à ses côtés. Enfin, il lui attrapa le bras tout en toussotant légèrement.

- Vous désirez ? Demanda-t-elle tout en se retournant vers lui.

Le démon fut surprit de rencontrer une femme aussi rayonnante et belle, ne pensant pas que les Ombres pouvaient avoir une quelconque beauté. Les rumeurs qui fusaient sur ces créatures de la nuit disait qu'ils étaient pareils que les vampires, à quelques différences près. La seule chose qui pouvaient les tuer était l'amour. Ou l'attachement. Par conséquent, c'était en principe des créatures solitaires et méfiantes qui n'aimaient pas la compagnie. Stephen fut d'accord avec ce dernier point, en voyant l'air irrité presque impatient qu'elle prenait en le regardant droit dans les yeux. Toussotant quelque peu, il s'installa sur un tabouret à ses côtés avant de lancer :

- Bonsoir. Excusez-moi de vous poser cette question alors que nous ne connaissons absolument pas, mais... Êtes-vous une Ombre ?

Voyant qu'une lueur de prudence éclaira ses prunelles sombres, il se trouvait en ce moment même plutôt idiot. Conscient que ce n'était pas une façon d'aborder une jeune femme, et encore moins d'être aussi proche et directe. Mais il n'avait pas une minute à perdre. Stephen savait que des démons n'allaient pas tarder à arriver et qu'il emporterait de gré ou de force l'Ombre qui se trouvait devant lui. De plus, si Satan n'arriverait pas à la détruire si elle s'opposerait à une alliance, il l'enchainerait et elle serait surement prisonnière toute sa vie. Donc, toute l'éternité. Passant une main dans ses cheveux, tout en regardant aux alentours, il finit par dire :

- Écoutez, je n'ai pas de temps à perdre. Mais sachez que si vous êtes une Ombre, votre vie est comptée et je vous conseille de partir. Maintenant. Le diable vous veut.

Enfin, il se releva, attrapa une bouteille de vodka au passage et commença à sortir du bar, d'un pas gracieux mais soupçonneux.

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

je suis un abricot.
bisous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://Draamione.skyblog.com

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 88
♣ Localisation : Aléatoire
♣ Situation amoureuse : Célibataire

MessageSujet: Re: Que vos cœurs sont heureux puisqu'ils sont insensibles || Stephen & Lula   Dim 1 Aoû 2010 - 12:58

Le garçon s'assied sur le tabouret à ses côtés. À bien y regarder, elle le trouvait quelque peu empoté pour être un vampire. Non pas qu'il manque de grâce, mais il ne possédait pas l'aura captivante des suceurs de sang. C'était à n'en pas douter une créature maléfique : l'odeur du sang imprégnait ses habits, ainsi qu'un fumet peu ragoûtant de chair brûlée. Avant qu'elle ne pousse plus loin ses réflexions sur la nature de son interlocuteur, il prit la parole.

- Bonsoir. Excusez-moi de vous poser cette question alors que nous ne connaissons absolument pas, mais... Êtes-vous une Ombre ?

Lula haussa les sourcils, surprise de son attitude peu délicate, mais ne dit rien. Le garçon s'était mis dans une situation délicate et semblait s'en être rendu compte. L'air pressé et inquiet, il passa une main dans ses cheveux, frébile. Le regard alerte, il reprit :

- Écoutez, je n'ai pas de temps à perdre. Mais sachez que si vous êtes une Ombre, votre vie est comptée et je vous conseille de partir. Maintenant. Le diable vous veut.

Avec grâce et vivacité, il n'ajouta rien. Il saisit une bouteille de vodka et quitta le bar. Pour le moins sonnée par la révélation du garçon, elle ne parvint pas à réfléchir correctement. Le jeune homme était au courant des activités du Diable. Elle en déduit donc qu'il était un démon. Par association à ses constatations précédentes, notamment l'odeur de sang et de chair grillée, elle devina l'étendue de ses pouvoirs : il devait contrôler le feu. Ce devait donc être une personnalité crainte des autres démons et reconnue par Lucifer, aux Enfers. En ce cas, pourquoi vouloir contrecarrer les plans de son roi ? Pourquoi la prévenir que... Que quoi au juste ? Que Satan la voulait ? Aïe. Cela posait quelques problèmes. Pour le Souverains des Limbes, du moins. Car jamais elle n'accepterait d'appartenir à qui que ce soit, aussi puissant et dangereux fut-il. Quelle ne serait pas sa surprise quand il tenterait de prendre contact avec elle ! Connaissait-il si mal les Ombres ? Discrètes, lestes et vives, il était quasi-impossible de les arrêter, et encore plus de les emprisonner. Elles allaient et venaient comme bon leur semblaient, devinaient la présence d'un inhumain dès qu'il approchait et possédaient une force et des sens décuplés. Et malgré tout, elles auraient retrouvé leur humanité sans hésiter.

Mais le garçon avait éveillé sa curiosité. Et elle voulait savoir pourquoi il avait tenu à la prévenir. Elle déposa les quelques dollars que coûtaient la bouteille de vodka et sa consommation personnelle - qu'elle but cul sec - sur le comptoir, avant de suivre le démon. Le liquide rouge lui avait donné une vigueur nouvelle et elle ne mit que quelques secondes à retrouver le démon, qui longeait les couloirs d'un pas pressé mais indécis.

Prenant pleinement conscience de l'espace qui les entourait, elle sentit un léger courant d'air au ras du sol et repéra passage sur le mur de gauche. Elle accéléra autant que possible et une fois parvenue au niveau du garçon, elle le saisit par l'épaule et poussa la porte dissimulée pour quitter le couloir. Elle entraîna le démon avec elle et ferma le passage. Ils se trouvaient dans un espace clos, mais à ciel ouvert. Quatre murs de pierre hauts de plusieurs dizaines de mètres les entouraient. Le sol en terre battue était partiellement recouvert d'un épais tapis élimé. L'odeur de poussière était omniprésente ; personne n'était venu ici depuis plusieurs années. Trois chaises étaient tombées par terre ; leurs dossiers étaient brisés, et l'une d'elle n'avaient que trois pieds. Lula redressa les deux chaises valides et força le démon à s'asseoir sur l'une d'elle, avant de prendre place sur l'autre. À l'air du garçon, elle ne doutait pas qu'en d'autres circonstances, il ne se serait jamais laissé faire de la sorte par une inconnue.

- Bien, démon. Tu me dois quelques explications, je crois. Et ni toi, ni moi, ne quitteront cette... enfin, ce semblant de pièce, avant que tu ne m'aies donné de réponse.

Elle craignait particulièrement qu'il ne l'emmène dans un endroit plus sûr, du genre où lui seul avait accès. Elle détestait qu'on lui ôte le contrôle de la situation, ce qui se produirait inévitablement si le démon décidait de prendre trop d'initiatives.

- Pourquoi m'as-tu prévenue ? Ne cours-tu pas au danger en agissant de la sorte ?


Il devait pourtant obéissance et respect à Satan. Prévenir ses proies de ses intentions n'étaient en aucun cas une bonne idée pour un sujet lorsque celui ci tenait à la vie. Mais peut-être était-il suicidaire. Ou bien tout son cirque n'était qu'une piètre plaisanterie, et, dans ce cas là, il pouvait tout aussi bien être suicidaire, cela revenait au même : ce serait elle qui le tuerait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is

MODO-EN-CHEF
Tu m'touches, j'te bouffe.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 1278
♣ Localisation : En Enfer, probablement...
♣ Situation amoureuse : Libre comme l'air.

MessageSujet: Re: Que vos cœurs sont heureux puisqu'ils sont insensibles || Stephen & Lula   Dim 29 Aoû 2010 - 20:12

Se dirigeant d'un pas plutôt vif vers la sortie du bar et ne voulant pas se faire remarquer, il évita consciencieusement les vampire sur son chemin, baissant la tête lorsqu'il remarquait qu'il se faisait un peu trop dévisager. Il serait plus prudent pour lui qu'il déguerpisse vite. Voulant atteindre l'entrée du bar pour pouvoir s'éclipser sans faire de grabuges, il soupira en pensant au temps qu'il avait perdu en étant venu ici. Quand il pense à tout ce qu'il aurait pu faire et qu'il n'avait eu aucune reconnaissance. Bon, certes, il était venu pour sa propre survie, mais il trouvait que c'était un tel gâchis de mettre une ombre en cage, de l'emprisonner à tout jamais. Ces créatures étaient tellement fascinantes que Stephen eut une bouffée de regret englober ses membres, surtout lorsqu'il repensa avec amertume qu'il y a quelques temps, il avait été tellement puissant, au summum de son pouvoir, qu'il aurait pu ardemment se faire respecter par les Ombres et régner sur les Enfers. Quel ironie en voyant ce qu'il était devenu. Un démon qui fuyait. Un démon qui ne vivait plus mais qui essayait tant bien que mal de survivre.

Arrivant sur les sentiers en terre battu qu'il avait emprunté pour venir ici, il marcha jusqu'à l'homme décrépit qu'il avait croisé en arrivant ici et le regarda avec attention. Comment un homme avait-il réussi à rentrer, ici, tout seul ? Ou peut-être qu'un vampire l'avait amené ici, mais il semblait étonnant de voir une de ces créatures si négligent. Jamais ils n'auraient laissé le cadavre d'une de leur victime dans l'antre de leur repère ou du moins à ce qui se qualifiait comme le lieu de rencontre des sangsues. Se posant des questions, il allait doucement se pencher sur l'humain, mais fut brusquement arrêté dans son mouvement, attrapé par une main qui stoppa net son geste. Regardant son épaule, interdit, il fut surprit de voir la main de la jeune Ombre à qui il avait précédemment parlé. Surprit, il croisa son regard et se laissa docilement faire lorsqu'elle le poussa dans une pièce qui était englobé dans le couloir de terre. Regardant où elle l'avait poussé, il fut amusé de se retrouver dans un endroit appelé " Le trou des vampires ". Anciennement appelé comme ça, à cause de ce qu'on y faisait ici. Lorsque les vampires étaient extrêmement sensible au soleil, on emmenait ce qui devaient être punit, ici. Au début, ce procédé les tuaient, mais avec le temps ça les blessaient jusqu'à ce qu'un jour, ça ne fasse plus rien du tout. Évolution de la race. Il ne fut pas surprit de voir le lieu vide, les vampires le craignant toujours. Des chaises étaient présentes dans la pièce carrée, certaines étaient en piteuses état; renversées et cassées ou simplement en manque d'appuis. Voyant deux chaises en encore bon état, Stephen se doutait qu'elle voulait qu'il y prenne place.

Obéissant silencieusement, il s'assit sur l'une d'elle, simplement parce qu'il était curieux de savoir pourquoi elle l'avait rattrapé. Fichu côté humain... La curiosité était un poids bien trop insupportable pour le démon, qui lui faisait souvent faire les pires des erreurs. Regardant la blondinette redresser une chaise renverser et s'assoir dessus. Le regardant droit dans les yeux, juste après, Stephen haussa doucement les sourcils, l'interrogeant du regard.

- Bien, démon. Tu me dois quelques explications, je crois. Et ni toi, ni moi, ne quitteront cette... enfin, ce semblant de pièce, avant que tu ne m'aies donné de réponse.


Stephen se mit à sourire d'une façon mutine et arrogante en entendant la voix peu assurée que prenait l'Ombre. Elle semblait réellement se demandait pourquoi des démons - et plus précisément Satan - s'intéressaient à elle et surement pourquoi lui, Stephen Rice, venait la prévenir d'un quelconque danger qui la menaçait. Avec un peu de recul, on aurait presque pu croire que son côté humain reprenait le dessus sur son âme. Mais non. Il était juste là pour sauver sa peau, encore et toujours, et surtout pour s'assurer qu'elle lui rende la pareille lorsqu'il aurait potentiellement besoin de son aide. Il fut amusé de voir qu'elle osait lui donner des ordres, comme si elle pouvait l'empêcher de partir. Si il l'aurait vraiment voulu, il se serait éclipser avant même qu'elle ne cligne des yeux, mais il devait surement être tout aussi curieux qu'elle. De plus, ça serait surement une bonne occasion d'en savoir plus sur les ombres.

- Pourquoi m'as-tu prévenue ? Ne cours-tu pas au danger en agissant de la sorte ?

Un danger ? Oh que si, il en courait un. Mais de toute manière, il n'était plus à ça près. Les dangers, il ne cessait de les rencontrer sur sa route, et il était certain que toute sa vie, il n'aurait d'autre choix que de fuir et de faire face à son triste sort. Soupirant longuement et bruyamment, son souffle s'écrasa sur les roches de la petite pièce où ils étaient et partit en écho vers le sommet de cette espèce de tour. Se levant avec rapidité, il marcha jusqu'à un des murs face à la blonde et s'appuya dessus, tout en croisant les bras sur son torse. Il n'aimait pas la proximité qu'elle avait essayait de créer entre eux, ne supportant pas être aussi près des autres, Stephen avait l'impression d'être bêtement vulnérable. Comme si elle aurait pu briser sa carapace fait de fer et d'amertume. Laissant ses yeux bleutés se perdre sur le tour de la pièce, une odeur de poussière le frappa de plein fouet, et le démon se risqua à penser qu'il s'agissait peut-être des restes de certains vampires qui avaient été malheureusement enfermés ici. Levant les yeux vers le ciel, il scruta le ciel et ses étoiles qui scintillaient de mille feux. Le brun ne pu s'empêcher d'avoir une pensée pour tout ses buveurs de sang qui s'étaient retrouvés ici, piégé, attendant que la mort vienne les chercher tout en faisant ce que faisait à ce moment-là Stephen : Regarder tout en espérant.

Se reprenant bien vite, il finit par secouer la tête et se concentra une fois de plus sur l'ombre en face de lui. Se mordant la lèvre inférieure, il finit par dire :

- Premièrement, tu n'as pas à me donner d'ordres, Ombre. Si je veux m'en aller, je m'en vais. Deuxièmement, je ne suis pas au service de Satan, je suis son ennemi. Pas parce que je suis un démon déchu, bien au contraire. Et parce que je suis surement aussi puissant que lui. Il me craint, tout comme il se craint. Je cours des risques chaque jour de ma vie, petite ombre, alors risquer ma vie pour sauver la tienne...


Il soupira longuement, conscient qu'il aurait pu passer pour un ange. A cette idée, il eut une moue dégouté et ressenti la frustration s'emparer de lui. Quel horrible sentiment qu'est celui de sauver quelqu'un. Même si c'est aussi pour soit, c'était bien désagréable. Passant ensuite une main dans ses cheveux marrons, il enchaina :

- Si je suis venu te voir, c'est parce que j'ai appris que Lucifer voulait t'avoir pour me tuer. Il va de soit que si tu refuses son offre, il n'hésitera pas à t'enfermer dans une cage pour le reste de ton éternité. Voyant l'air perplexe qu'arborait son interlocutrice, il comprit directement à quoi elle pensait. Ne pense pas que, parce que tu es une ombre tu pourras lui échapper. Il est bien plus malin que tu ne le penses et des cages sont crées pour tes semblables à chaque minute qui s'écoule. Des centaines des tiens sont emprisonnés dans l'antre de Satan et bien qu'ils soient fort, puissant et sage, ils ne peuvent rien faire. Le seigneur des Ténèbres a surement du avoir vent de toi et de ta réputation, bien que je te connaisse pas et il espère que tu me tueras. Chose faite, il t'enfermera à tout jamais.

Haussant ses sourcils d'un air maussade, il avait bien envi de lui lancer un " Bienvenue dans ma vie ", mais il se retint, la laissant assimiler avec silence. De plus, maintenant qu'il avait répondu à ses questions et qu'il savait ce qu'elle lui voulait, le démon pouvait à présent partir. Alors qu'il allait s'éclipser, conscient que des démons n'allaient pas tarder, il fut brusquement arrêté par une odeur de chair humaine.

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

je suis un abricot.
bisous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://Draamione.skyblog.com

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 88
♣ Localisation : Aléatoire
♣ Situation amoureuse : Célibataire

MessageSujet: Re: Que vos cœurs sont heureux puisqu'ils sont insensibles || Stephen & Lula   Dim 29 Aoû 2010 - 23:02

A peine installés, le démon se leva et s'éloigna de la jeune femme, comme si sa présence le gênait, voire même l'angoissait. Elle ne lui en tint pas rigueur, consciente de lui avoir forcé la main jusque là. Elle l'observa scruter la pièce et s'adosser au mur face à elle, appréciant de voir qu'il ne cherchait pas à se dérober à sa vue. L'espace d'un court instant, leurs regards se croisèrent, sans que le garçon n'ait l'air de s'en apercevoir, et Lula perçut comme de la nostalgie, dans les prunelles bleutées de son interlocuteur.

- Premièrement, tu n'as pas à me donner d'ordres, Ombre. Si je veux m'en aller, je m'en vais. Deuxièmement, je ne suis pas au service de Satan, je suis son ennemi. Pas parce que je suis un démon déchu, bien au contraire. Et parce que je suis surement aussi puissant que lui. Il me craint, tout comme il se craint. Je cours des risques chaque jour de ma vie, petite ombre, alors risquer ma vie pour sauver la tienne...

Lula sourit, imperceptiblement. Non pas que la réponse du démon l'amuse, mais elle sonnait comme un disque en mode "repeat". "Tu n'as pas à me donner d'ordres"... "Si je veux m'en aller, je m'en vais"... "Risquer ma vie pour sauver la tienne..." Des phrases toutes faites, qu'il devait servir au premier venu, avec quelques variantes, par soucis d'originalité. Pauvre démon. Puissant mais en fuite. Pourquoi, s'il était si fort, n'allait-il pas défier Satan ? Elle ne posa pas la question, connaissant la réponse : jamais Lucifer n'accepterais de s'abaisser à un vulgaire duel, il enverrait tous ses fidèles massacrer l'impudent, qui finirait flottant dans le Néant, geôle suprême des Limbes.

- Si je suis venu te voir, c'est parce que j'ai appris que Lucifer voulait t'avoir pour me tuer. Il va de soit que si tu refuses son offre, il n'hésitera pas à t'enfermer dans une cage pour le reste de ton éternité.

Lula resta coite. Rares, voire inexistants étaient les moyens qui permettaient d'entraver une Ombre. Mais le démon sembla deviner ce à quoi pensait la jeune femme, car il renchérit immédiatement :

- Ne pense pas que, parce que tu es une ombre tu pourras lui échapper. Il est bien plus malin que tu ne le penses et des cages sont crées pour tes semblables à chaque minute qui s'écoule. Des centaines des tiens sont emprisonnés dans l'antre de Satan et bien qu'ils soient forts, puissants et sages, ils ne peuvent rien faire. Le seigneur des Ténèbres a surement du avoir vent de toi et de ta réputation, bien que je te connaisse pas et il espère que tu me tueras. Chose faite, il t'enfermera à tout jamais.

Lula ne souriait plus du tout. De ses trois cents ans d'existences, elle n'avait rencontré que trois autres Ombres. Et ce démon, ce minable démon, qui prétendait détenir des pouvoirs aussi important que le Seigneur des Limbes, lui disait que plusieurs centaines d'Ombres croupissaient depuis Satan sait quand aux Enfers ! Elle sentit les marques noires apparaître à la naissance de ses poignets, pour grimper sur ses avants-bras, avivées par la rage. Elle devina aisément que ses pupilles s'élargissaient pour dérober le blanc de ses yeux. Un feulement étouffé roula dans sa gorge, avant qu'elle ne l'avale, et elle fut prise d'une légère quinte de toux. Ramenant sa manche sur sa bouche, elle toussa encore, avant que la gêne dans sa poitrine ne la force à se pencher en avant. Mais rien ne vint. La poche de sang qui obstruait sa respiration se rétracta, tandis qu'elle prenait conscience de sa situation. Elle devait fuir. Fuir et se préparer, pour libérer les siens de leur infernale pénitence. Mais elle ignorait tout des Enfers. Alors qu'elle avait face à elle un garçon qui y avait sûrement passé plus de la moitié de son existence.

Elle se tourna vers le garçon, certaine qu'il l'observerait d'un air étrange, suspicieux, mais elle ne vit qu'un garçon à l'air égaré, et inexorablement attiré par elle ne savait quoi. Elle huma alors l'air, et l'eau lui vint à la bouche. Mais Lula avait appris à maîtriser ses pulsions alimentaires, à renoncer au sang humain. Il y avait dans le couloir des souterrains, exactement là où ils étaient à peine quelques minutes plus tôt, un cadavre humain qui n'attendait qu'à être dégusté. Mais alors que le démon reniflait l'air et se dirigeait vers la sortie, Lula huma une nouvelle fois l'air et elle pu sentir, en dessous du parfum exquis de la chair et du sang humain, l'odeur âpre de démons. De plusieurs démons. Un piège, une embuscade.

Immédiatement, Lula se rua sur le garçon, le retenant, tentant de le ramener à la raison, de résister à la tentation. Elle chercha son regard, mais il était perdu dans le vide. Ne pas parler, s'imposa-t-elle. Mais le démon ne portait pas la moindre importance à la jeune femme. Profitant des reliques de sa rage passagère, Lula rassembla toutes ses forces. Elle saisit les poignets du démon et, s'accaparant les ombres de la nuit, disparut dans le noir, pour réapparaitre... elle ne savait absolument pas où ! Alors qu'elle avait désiré se retrouver dans son appartement privé, voilà qu'elle les avait emmener dans une sorte de tombeau qu'elle n'avait jamais vu et qui ressemblait à un repère de vampire abandonné. Ignorant le fait qu'elle n'avait aucune idée de l'endroit où elle se trouvait, elle lâcha les poignets du démon et s'adossa contre le mur, avant de se laisser choir à terre, exténuée par la téléportation. Elle avait beau avoir plus de trois siècle, le démon avait raison : elle n'était qu'une "petite ombre".

- C'était un guet-apens, lâcha-t-elle. Ils t'ont loupé de peu.

Lula en était d'ailleurs surprise. Le garçon avait l'air d'un démon... spécial et particulièrement doué, notamment pour la fuite, et un petit piège - pourtant simple - avait manqué de l'avoir. Mais si Satan était capable de retenir prisonniers des Ombres, nul doute qu'il avait trouvé le moyen d'attraper un démon un peu trop gourmand comme pouvait l'être le garçon, avec un simple cadavre et un sort d'hypnose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is

MODO-EN-CHEF
Tu m'touches, j'te bouffe.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 1278
♣ Localisation : En Enfer, probablement...
♣ Situation amoureuse : Libre comme l'air.

MessageSujet: Re: Que vos cœurs sont heureux puisqu'ils sont insensibles || Stephen & Lula   Lun 30 Aoû 2010 - 16:14

L'air sentait l'humain, mais pas n'importes quels humains, de la race des sorciers. Celui-ci était apparemment puissant à sentir son âme qui sentait à plein nez la magie et la rareté d'une âme tiraillée entre le bien et le mal. Cherchant à suivre la trace de ce dernier, il s'arrêta net, se demandant alors ce que faisait un sorcier dans les sous-terrains des vampires. C'était chose peu commune, surtout lorsqu'on savait que les deux races se haïssaient d'une haine sans limite, surtout depuis l'extermination des sorcières de Salem où les vampires - avec l'aide des démons, bien sûr - avaient fait un massacre. Pire qu'un massacre même, c'était presque un attentat volontaire bien que la guerre avait été déclaré depuis des siècles. Bien que le combat fut rude et que les pertes ne cessèrent d'augmenter, tous les regards de la Communauté Magique s'étaient penchés sur ce carnage et la victoire fut donnée aux vampires; bien plus nombreux, plus puissants et forts que les sorcières de l'époque. Rapportant son attention sur le passé, il continua sa traversé de la salle et s'arrêta près du seuil de l'entrée de la pièce ovale dans laquelle ils étaient. Fronçant les sourcils, il laissa ses yeux de démons entrevoir l'obscurité dans lequel se tenait le couloir, calme et sans bruit.

Puis, soudain, il reçut comme un électrochoc, sentant ses muscles se figer et son corps refusant de lui obéir. Comme si il était sournoisement piégé dans un corps qui n'était pas le sien. Il comprit alors que l'odeur de sorcier qu'il avait sentit était juste en face de lui, tapis dans le noir, attendant que sa proie se soit assez rapproché pour la faire tomber dans ses filets. Il fulminait de rage en pensant qu'il s'était laissé bêtement tombé dans ce piège où il avait été le gibier d'une partie de chasse terriblement vicieux. Il fut néanmoins d'heureux de constater que ce sort avait juste neutralisé son côté démoniaque et peu à peu sa partie humaine reprenait le dessus et tentait de trouver un moyen afin de rompre le charme. Regardant de tous les côtés, il essaya d'appeler l'Ombre, mais en fut incapable, comme si ses lèvres étaient collés l'une contre les autres. Pestant intérieurement, il se figea brusquement en sentant une odeur lui frapper violemment son instinct de prédateur. Cette arôme de malveillance et ce côté si pragmatique ne pouvait avoir que d'autre propriétaire que celui d'Alexander Rice. Son frère. Ainsi, il était derrière ce plan, certainement amusé de le voir aussi faible et vulnérable, en compagnie de ses acolytes. Il sursauta presque en sentant le contact de la blondinette sur lui, tentant vainement de le tirer sur le côté et de l'arrêter dans sa marche.

Puis, soudain, le noir l'engloba et s'empara de lui, tout en laissant un froid immense se répandre dans ses membres et ses muscles paralysés. Lorsqu'il rouvrit les yeux, il fut surprit de pouvoir faire un pas en avant sans que quelqu'un ne le contrôle comme une vulgaire marionnette. Se retournant sur le côté, il croisa le regard de l'Ombre, qui semblait complètement exténuée après cette escapade. Car, visiblement, s'en était une. Surement grâce à un de ses nombreux dons, elle les avaient amenés dans ce qui semblait être un tombeau et rien qu'en sentant l'odeur, il comprit bien vite qu'ils étaient ici chez les grands rois des vampires qui dirigeaient les familles royales de chaque ancienne contrées. Il y avait trois familles royales de vampires, dont la plus puissante qui se trouvait en Italie, chez les Cidicarela. Ils s'étaient à présent infiltrés en dessous des Sous Sols, et cruellement près des Enfers. Soupirant bruyamment, il constata que sa nouvelle amie était à terre et apparaissait bien plus que fatiguée. Cependant, il ne fallait pas traîner, Stephen avait réussit à sentir deux chasseurs de primes en compagnie de son frère et ils étaient surement sur leur trace en ce moment même, essayant de sentir l'odeur acre de l'évaporation magique de la blonde.

- C'était un guet-apens. Ils t'ont loupé de peu.

C'était certain. Stephen était passé à deux doigts de se faire attraper alors qu'il avait réussit avec brio pendant deux siècles à s'échapper et à rester introuvable. En Enfer, il était qualifié de puissant démon qui ressemblait à la fumée; On peut le voir, le sentir, mais on ne peut n'y l'attraper, ni l'arrêter. S'étirant à en faire craquer ses muscles, il fut heureux d'être à nouveau maître de son corps. Il eut brusquement une pensée pour son demi-frère, son pire ennemi, celui qui avait pour mission de l'attraper et de le ramener à son maître; Lucifer. Il n'était rien d'autre que le toutou de Satan, que ce dernier utilisait pour faire tout le sale boulot, se contentant juste d'avoir ses fesses posées sur le trône royale de la source du mal. Écœurant. Ne voulant pas plus rester dans ce tombeau, conscient que les grands rois des trois clans royales ne serait pas réellement ravi d'être réveillés. Il se dirigea d'un pas rapide vers l'Ombre et s'agenouilla face à elle.

- On ne doit pas rester ici, ils vont finir par nous retrouver.

La voyant encore trop faible pour se relever seule, il prit un de ses fins bras et le mit derrière sa nuque, voyant qu'elle semblait gigoter, apparemment absolument pas d'accord pour qu'il l'aide à se relever et encore moins qu'il ne la touche, il soupira et ne prit pas attention. Enfin debout, il posa une de ses mains sur ses côtes et s'éclipsa avec elle dans le bar des vampires. Voyant que la blonde semblait paniquée, il la rassura d'un regard et la posa sur une chaise, placée dans l'obscurité, puis, tout en discrétion, il passa derrière le comptoir et ouvrit le frigo du barman. Il attrapa deux poches de sang synthétique et retourna auprès de celle qui lui avait sauvé la vie. Agrippant à nouveau ses côtes, il la remit rapidement sur pieds et s'éclipsa à nouveau avec elle, pour atterrir dans l'endroit où ils étaient avant de se faire attaquer. Lorsqu'ils arrivèrent, deux traqueurs étaient baissés et semblaient essayer de trouver l'endroit où ils auraient pu s'échapper, près d'eux et debout, son frère Alexander et le sorcier dont il avait sentit la présence. Il comprit bien vite pourquoi il avait ressentit une contrainte entre le mal et le bien, c'était un très jeune sorcier, d'une quinzaine d'années. Il n'avait pas encore choisit son camps et semblait surement vouloir essayer les deux. Quel idiot de s'être mit au service d'Alexander. Ne retenant pas plus longtemps leur concentration qui semblait extrême, Stephen toussota légèrement et tous se retournèrent sur lui en même temps. Il échangea un regard haineux avec son frère et il finit par lancer, mine de rien :

- C'est nous que vous cherchez ? Et bien, et bien... Tout ce petit monde rien que pour nous, t'as vu ça chérie ?

Il aperçut l'ombre sourire et il se rendit brutalement compte qu'il ne connaissait même pas son nom. Puis, sans attendre son reste, il s'éclipsa à nouveau. Quel jeu amusant que de narguer ses adversaires surtout lorsque c'étaient des incapables qui n'arrivaient même pas à retrouver sa trace. Cependant, et pour plus de sécurité, Stephen prit la décision d'apparaître et de s'éclipser à plusieurs endroits qu'il connaissait dans San Fransisco, sa nouvelle amie dans ses bras et qui semblait peu à peu reprendre ses forces. Enfin, il réapparut dans la vaste forêt et posa avec douceur la jeune femme contre un tronc d'arbre. Les poches de sang toujours dans sa main, il s'accroupit près d'elle et les lui donna. Devant son regard interrogateur, il répondit d'un haussement d'épaule et d'un petit sourire.

- Tu vas avoir besoin de ça, surtout si tu fais appelles à tes pouvoirs. Il ne faut jamais se laisser surprendre lorsqu'on est en fuite, crois-moi. Il fit une pause, puis continua. En fait, je m'appelle Stephen. Stephen Rice.

Il ne savait pas si dire son nom avec une quelconque importance, surtout dans ses moments-là, mais c'était toujours bien de partager son identité lorsqu'on était en fuite avec quelqu'un. De plus, peut-être qu'elle le connaissait de réputation et qu'elle serait plus rassurée de savoir qu'il ne serait pas une menace, pour elle. Dans le sens où il parait du point de vue qu'ils étaient dans la même situation.

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

je suis un abricot.
bisous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://Draamione.skyblog.com

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 88
♣ Localisation : Aléatoire
♣ Situation amoureuse : Célibataire

MessageSujet: Re: Que vos cœurs sont heureux puisqu'ils sont insensibles || Stephen & Lula   Sam 2 Oct 2010 - 17:53

Le garçon ne dit mot, satisfait de pouvoir à nouveau se mouvoir à volonté. Lula ferma les yeux l'espace de quelques secondes, mais rouvrit les paupières en sentant le démon s'approcher d'elle.

- On ne doit pas rester ici, ils vont finir par nous retrouver.

Lula jugea qu'il savait certainement mieux de quoi il en retournait, et tenta de se relever. Mais cette simple pensée lui donna l'impression d'être transpercée par mille lames chauffée à blanc. Le démon voulu passer sa main derrière sa nuque pour l'aider à se mettre debout, mais Lula refusait de s'abaisser à ce point. Elle s'agita, en vain car le jeune homme balaya toute résistance d'un soupir exaspérée et la remit sur pied. Mettant de côté sa haine qu'on la touche, elle se crispa néanmoins quand le démon posa une de ses mains sur sa hanche.
La seconde suivante, les deux inhumains étaient retournés dans le bar vampire. Lula jeta un regard perplexe au garçon, qui la déposa sur une chaise. Sans rien dire, l'Ombre regarda le garçon passer derrière le bar et saisir des poches de sang frais. Sans vraiment comprendre, elle supposa qu'il voulait masquer leur trace ou quelque chose du genre, mais cela lui semblait stupide. Elle ne posa pas de question et, moins méfiante, le laissa la prendre contre lui pour de nouveau disparaitre...
... Et ré apparaître Merlin sait pourquoi dans la pièce close et poussiéreuse où Lula l'avait d'abord emmené pour discuter. Se trouvait là quatre individus : deux traqueurs du Roi des Limbes, un jeune sorcier à l'air mal à l'aise et un démon aux traits emprunts de contrariété.

- C'est nous que vous cherchez ? Et bien, et bien... Tout ce petit monde rien que pour nous, t'as vu ça chérie ?

Lula eut un sourire à la fois triste et amusé. "Chérie". La dernière personne à l'avoir appelée de la sorte était morte il y a 300 ans 8 mois et 9 jours. Mais c'était il y a longtemps, et le garçon ne pouvait savoir quoique ce soit de son passé. Aujourd'hui, elle pouvait résolument affirmer qu'elle était en phase de passer à autre chose. Elle avait fait le deuil de son humanité, avait appris à savourer comme il se devait les délices de sa malédiction.
Puis, sans demander son reste, ils disparurent de nouveau, s'arrêtant ça et là pour perdre l'ennemi et finalement stopper leur fuite au coeur d'une forêt. Lula huma l'atmosphère, curieuse. Le parfum boisé lui était complètement inconnu et, faible comme elle était, si tout cela n'était qu'une mise en scène, Lula serait incapable d'échapper au démon étant donné son état.
Sa méfiance ravivée, elle laissa le garçon la déposer contre un arbre. Levant les yeux vers lui, elle tenta de masquer le scepticisme dans son regard, tout en restant sur le qui-vive. Elle sentait ses forces revenir, mais pas assez vite à son goût.
Mais le démon, d'une phrase et d'un geste, parvint à balayer tous ses soupçons :

- Tu vas avoir besoin de ça, surtout si tu fais appel à tes pouvoirs. Il ne faut jamais se laisser surprendre lorsqu'on est en fuite, crois-moi.

Honteuse de ses doutes, Lula ne dit mot et accepta les poches de sang avec humilité. C'était du sang synthétique, bien sûr, le véritable sang humain classé au rang de drogue illégale pour les êtres "prédateurs", comme le cannabis pour les humains. Lula ouvrit l'une des poches et entreprit d'en boire le contenu.

- En fait, je m'appelle Stephen. Stephen Rice.

Stephen Rice ? Une lueur de soulagement traversa le regard de la petite blonde, si bien qu'elle baissa les yeux, pour cacher son apaisement, et donc sa nervosité antérieure. Elle était décidément bien paranoïaque. Avalant la dernière lampée de sang, elle leva les yeux vers le démon.

- Lula Wilde. Heureuse de nous savoir du même camp.

Elle sourit au jeune homme qui lui faisait face, et ouvrit d'un geste précis la deuxième poche de sang. Elle aurait volontiers remercié le jeune homme, mais la faim ne lui tordait pas les tripes. Et de toute manière, cela n'était pas dans la nature d'une Ombre, et elle ne pouvait nier l'agacement qu'elle éprouvait à devoir sa survie à un autre.
Interrompant son festin, elle fronça les sourcils, incapable de rester aussi passive, sans rien savoir des intentions futures du démon.

- Qu'est-ce que tu compte faire, maintenant ?

Tout deux étaient en fuite, et si Lula n'avait pas été aussi faible, peut-être se seraient-ils allier. Mais cette solution était de toute évidence à proscrire.

- Je ne peux m'empêcher de me poser une question... Pourquoi m'as-tu emmener avec toi ? Tu aurais bien pu me laisser, après que nous ayons quitté les sous-terrains. Tu sais sans aucun doute plus de choses en ce qui me concerne que je n'en sais sur toi, alors il me semble évident que tu y as quelque chose à gagner. A moins que ta réputation ne soit infondée, ce qui, même de la part d'un bienfaiteur de ton espèce, me décevrait grandement.

Lula sourit. Elle se savait être en train de jouer avec le feu, mais sa curiosité la poussait une fois de plus à tenter le diable, sans mauvais jeu de mots.

- Alors, dis-moi tout ? Es-tu réellement le démon sans-coeur et fugace que l'on dépeint ou n'est-ce qu'un leurre, une légende, un conte pour enfants ?

Elle ponctua sa question d'un haussement de sourcil provocateur. Elle était en train de sous-entendre que la réputation si ardemment acquise de Stephen n'était que fabulation. Le démon n'avait que deux réponses possibles : ou il se vexait et la laissait, profitant de sa faiblesse momentanée pour la blesser ou tenter de la tuer, ou bien il se riait de ses spéculations farfelues et trouvait à lui répondre. Un nouveau sourire, peu approprié, étira ses lèvres. Stephen devait à tout prix faire d'elle son alliée et la protéger du Seigneur des Ténèbres. Dans le cas contraire, elle pouvait à tout moment être retournée contre lui, et lui être fatale. Car si ni l'un ni l'autre n'en avait conscience, Lula recelait bien des pouvoirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is

MODO-EN-CHEF
Tu m'touches, j'te bouffe.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 1278
♣ Localisation : En Enfer, probablement...
♣ Situation amoureuse : Libre comme l'air.

MessageSujet: Re: Que vos cœurs sont heureux puisqu'ils sont insensibles || Stephen & Lula   Ven 29 Oct 2010 - 12:03

Observant avec attention la réaction de la petite blonde face à l'aveu de son identité, Stephen fut presque déçu de voir qu'elle baissait la tête, cachant ainsi tout ce qui aurait pu passé en rapidité sur son visage fin. Agacé, il tourna la tête et pesta intérieurement. Il détestait ne pas connaître ou deviner l'effet qu'avait de faire son prénom aux autres. C'était ainsi qu'il pouvait aisément savoir si oui ou non il devait se méfier. Bien sûr, Stephen Rice se méfier toujours. De n'importe qui. Seuls quelques personnes avaient réussit à briser sa carapace démoniaque pour trouver l'humain qui se terrait en lui. Cette fichue part d'humanité qui avait tout de même le mérite de le faire garder en vie. L'instinct humain, voilà comment cette sensation se nommait. Et en bien des situations, il lui avait été utile de sortir l'humain de sa cage afin de se protéger et se défendre des autres. Reportant son attention sur l'ombre assise en face de lui, le nez du démon lui piqua légèrement en sentant l'odeur du sang. Il détestait cette fichue odeur. Bien sûr, il aimait faire couler le sang, là n'était pas le problème. Mais voir les autres se nourrir de ce liquide le répugnait. Lui, préférait doublement plus les âmes de ces pauvres idiots d'humains. C'était dix milles fois plus appétissant que ce liquide sans goût. Enfin, la blonde releva doucement les yeux vers lui, semblant brutalement se souvenir qu'il était là, à attendre quelque chose. Elle retira ses lèvres de la bulbe de la poche de sang, et dit d'un ton neutre :

- Lula Wilde. Heureuse de nous savoir du même camp.

La dénommée Lula Wilde se mit à sourire rapidement, presque brièvement et se dépêcha d'ouvrir la deuxième poche de sang. Ne voulant pas assister à ce spectacle, le brun soupira, las et détourna son regard bleuté. A force de la voir se nourrir ainsi, sa propre soif d'âme commençait à lui chatouiller la gorge. Il s'était pourtant nourri avant de la rejoindre, mais le petit tour du sorcier l'avait surement plus affaiblit qu'il ne l'aurait voulu. Le démon repensa vaguement à la dernière phrase de Lula. Son nom ne lui disait absolument rien. Mais après tout, c'était normal. Les ombres étaient des créatures discrètes, il était rare d'en rencontrer une. Jamais au cours de ses quatre siècles qui s'étaient écoulés, Stephen n'en avait rencontré une. Lula était la toute première. Curieux, Stephen se demandait clairement qu'elles étaient les pouvoirs que pouvaient bien cacher la petite Lula. Elle paraissait si faible et si fragile ainsi, et pourtant.. Elle serait bien la seule qui avait le pouvoir de le tuer. D'un geste. Donc, oui, il était certain qu'ils étaient du même camp. Après tout, Stephen n'avait pas passé toutes ces années à fuir et à se cacher de Lucifer pour se faire tuer bêtement par une Ombre. Autant être coopératif.

- Qu'est-ce que tu comptes faire, maintenant ?

Reportant son attention sur Lula, il remarqua qu'elle avait arrêté de se nourrir pour lui poser la question. Apparemment, elle se posait autant de questions que lui. Cette question était essentiellement celle qui se posait depuis qu'il l'avait rencontré. Il n'avait aucune idée de quoi faire. Soit il protégeait Lula et l'emmenait dans son reperd, ce qui bien sûr en soit était une pure folie. Après tout, c'était là qu'il vivait avec sa sœur jumelle et s'il faisait la moindre petite erreur, ils les condamnaient tous les deux. Vaut donc mieux être encore méfiant. Exaspéré, il soupira et croisa les bras sur son torse musclé, tout en s'appuyant sur un tronc d'arbre à proximité. La situation était terriblement délicate. Il ne pouvait pas laisser Lula, plus maintenant. Il aurait pu si elle ne lui avait pas sauvé la vie et surtout si elle ne l'avait pas suivit bêtement. Tout ce qu'il aurait fallut qu'elle fasse, c'est fuir et non pas le suivre. Maintenant, tous les deux étaient piégés, sans savoir quoi faire.

- Je ne peux m'empêcher de me poser une question... Pourquoi m'as-tu emmener avec toi ? Tu aurais bien pu me laisser, après que nous ayons quitté les sous-terrains. Tu sais sans aucun doute plus de choses en ce qui me concerne que je n'en sais sur toi, alors il me semble évident que tu y as quelque chose à gagner. A moins que ta réputation ne soit infondée, ce qui, même de la part d'un bienfaiteur de ton espèce, me décevrait grandement.

Et bien, et bien. Voilà qui devenait intéressant. L'Ombre qui lui fait la morale ou qui essaye de savoir ces attentions. Tandis qu'elle esquissa un sourire, Stephen tenta de garder son calme, conscient que quelque chose se cachait derrière tout ceci. Ou pas. Après tout, les Ombres étaient des créatures réputés pour leur force mais aussi pour leur curiosité. Ils aimaient jouer avec le feu, parce qu'ils n'avaient rien à perdre. Aucunes attaches, aucuns amis, rien qui ne les liaient directement aux autres. Conscient que l'Ombre qu'elle était n'avait pas finit son petit discours, il inclina doucement la tête, attendant patiemment la suite, qui sera surement tout aussi intéressante à écouter que ses premières paroles.

- Alors, dis-moi tout ? Es-tu réellement le démon sans-cœur et fugace que l'on dépeint ou n'est-ce qu'un leurre, une légende, un conte pour enfants ?

Oh oui... Les Ombres étaient vraisemblablement beaucoup trop curieux. Stephen ne put s'empêcher pourtant d'esquisser un sourire amusé. La situation était réellement risible. Si le Seigneur des Enfers s'était mit en tête de le chasser, le traquer et le tuer, c'est qu'il y avait bien une raison. Il était après tout le seul démon puissant qui arrivait à contrôler les flammes du monde des Ténèbres. Bien sûr, la famille Rice avait hérédité de ce gêne, mais il était le plus âgé de ses frères et sœurs et était le seul capable de le maitriser avec facilité. Les dures années qu'il avait passé avec son père y étant surement pour quelque chose. Sa sœur jumelle, Serena était puissante, mais pas autant que lui, si elle se décidait enfin à s'entrainer sur ses pouvoirs, peut-être qu'elle serait à son tour aussi puissante que lui, mais il lui faudrait surement des années et des années d'entrainement. Temps durant lequel Stephen aura acquit de nouveaux pouvoirs. Sa petite sœur, Roxanne, la dernière de la famille était la moins puissante de la famille. Non seulement parce qu'elle est la plus jeune et la toute dernière, mais aussi parce qu'elle est comme Serena, toutes les deux préfèrent faire la fête et coucher à droite à gauche plutôt que de prendre la vie au sérieux. Tant mieux pour elles, au moins elles sont épargnées. Non.. Le réel problème de Stephen, c'est son jeune frère; Alexander. Ou Xan. Le bras droit de Lucifer en personne. Tous les deux sont ennemis. Depuis toujours. Xan chasse Stephen. Son petit frère à bien sûr le gêne du paternel, mais d'après les combats qu'ils ont fait ensemble, il est certain qu'il manque clairement d'expérience. Il a beau être fort, il manque de rapidité et de souplesse.

Laissant ses yeux bleutés se perdre sur le visage pantois de Lula, son sourire s'amplifia et il dut baisser les yeux pour ne pas paraître idiot. S'il avait sauvé Lula des griffes de Lucifer, c'était pour deux raisons : La première pour sauver sa propre vie, et la deuxième parce qu'elle la lui avait sauvé. A présent, ils étaient quittes. Le démon aurait pu donc la laisser planter ici avec sa poche de sang à moitié vide, c'était certain. Mais son instinct d'humain lui disait qu'il aurait encore besoin d'elle pour quelque chose d'encore trop abstrait pour ressembler à un plan. Néanmoins, il devait s'assurer qu'elle reste en vie et surtout libre de ses moyens. Soupirant doucement, il prit un air faussement désolé et secoua la tête de droite à gauche.

- Ah.. Lula, Lula, Lula... Vois-tu, je suis un démon. Je ne suis pas un sauveur, ni quelqu'un de bien. Mais te sauver la vie peut sauver la mienne, alors vois-tu, je suis motivé pour que tu restes en vie. Lucifer à prévu pour toi un plan que je ne peux pas approuver, me voilà donc dans l'obligation d'aller sur le terrain pour te prévenir. Jamais je n'aurais pensé que tu m'aurais suivis. Tout ce que je voulais, c'était te prévenir pour que tu te carapates. Entre temps, bien sûr, tu m'as sauvé directement la vie, donc par conséquent, je t'ai sauvé la vie et sortit de ce piège avant qu'il ne soit trop tard.

Il laissa un blanc s'installer et se rapprocha d'elle, quittant l'appuie du tronc d'arbre. Il se mit à sa hauteur et s'abaissa doucement pour rencontrer ses yeux sombres.

- Je n'ai rien contre toi, Lula Wilde. Je ne te planterais pas un couteau dans le dos. Certes, je suis un démon, mais je ne suis pas stupide, et c'est surement ce qui fait que je sois toujours en vie. Donc, voilà le marché. Tu ne me trahis pas et je ne te trahis pas. Et en prime, je te donne des informations sur tes petits copains enfermés dans les cages de Satan.

Il haussa ses sourcils d'un air entendu et se redressa. Il savait que Lula n'était pas idiote, du moins, elle ne semblait pas l'être. Trahir Stephen serait pour elle la fin de sa petite liberté. Dès qu'elle lui aura planté un couteau dans le dos, elle sera directement enfermé avec tous ses amis les Ombres. Et toute l'éternité, elle demeurera enfermée dans une cage, se mordant les doigts d'avoir trahit le seul qui aurait pu achever Lucifer. Stephen Rice. De plus, il lui donnait la possibilité de pouvoir libérer les siens, quoi de plus beaux et magnifiques ? N'ayant pas quitté des yeux Lula, celle-ci le regarda, s'obligeant à lever sa tête blonde. Elle semblait réfléchir à tout ceci. Voulant clore la période de doutes qui s'installaient entre eux, il lui proposa sa main, pour qu'elle se relève. Il était temps qu'ils partent. Stephen lui donnait une minute à répondre à son contact, sinon, il partirait sans elle. Les traqueurs étaient rapides maintenant, et il était sur que Alexander était terriblement énervé contre eux, maintenant. Autant ne pas traîner et aller dans un endroit plus sur.

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

je suis un abricot.
bisous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://Draamione.skyblog.com

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 88
♣ Localisation : Aléatoire
♣ Situation amoureuse : Célibataire

MessageSujet: Re: Que vos cœurs sont heureux puisqu'ils sont insensibles || Stephen & Lula   Sam 20 Nov 2010 - 16:34

    - Ah.. Lula, Lula, Lula... Vois-tu, je suis un démon.

    Lula ravala un rire sardonique pour le laisser poursuivre : les démons, de quel manque de pertinence il pouvait parfois faire preuve !

    - Je ne suis pas un sauveur, ni quelqu'un de bien. Mais te sauver la vie peut sauver la mienne, alors vois-tu, je suis motivé pour que tu restes en vie. Lucifer a prévu pour toi un plan que je ne peux pas approuver, me voilà donc dans l'obligation d'aller sur le terrain pour te prévenir.

    Bien sur, cela coulait sous le sens, Lula aurait du s'en douter bien plus tôt ! Elle se maudit intérieurement de son manque d'attention : si empêcher Satan de faire d'elle ce qu'il voulait pouvait sauver la vie du garçon, il était clair qu'aux yeux du Souverain des Limbes, Lula était la seule capable de tuer Stephen, démon qu'il cherchait à tuer depuis des siècles déjà. Comment pouvait-il lui accorder à elle, Ombre faible et incapable de se discipliner, de telles capacités ? La question la tarauderait encore longtemps, jusqu'à ce qu'elle en trouve la réponse, et pour l'heure, la seule solution qui lui semblait possible pour satisfaire sa curiosité était d'aller poser la question à Lucifer lui-même, ce qu'elle se refusait.

    - Jamais je n'aurais pensé que tu m'aurais suivi. Tout ce que je voulais, c'était te prévenir pour que tu te carapates. Entre temps, bien sûr, tu m'as sauvé directement la vie, donc par conséquent, je t'ai sauvé la vie et sortit de ce piège avant qu'il ne soit trop tard.

    L'honneur et la fierté était sans aucun doute quelque chose de commun à toutes les créatures des ténèbres : jamais ils n'oubliaient leurs dettes.
    Après un silence, Stephen s'abaissa à son niveau. Leurs regards s'accrochèrent. Quelque chose allait se jouer, quelque chose d'important, qui les lieraient plus qu'aucun d'eux ne pouvait l'imaginer.

    - Je n'ai rien contre toi, Lula Wilde. Je ne te planterais pas un couteau dans le dos. Certes, je suis un démon, mais je ne suis pas stupide, et c'est sûrement ce qui fait que je sois toujours en vie. Donc, voilà le marché. Tu ne me trahis pas et je ne te trahis pas. Et en prime, je te donne des informations sur tes petits copains enfermés dans les cages de Satan.

    Stephen semblait sûr de lui. Il n'avait pas nécessairement tort, mais cette confiance en lui le perdrait. Depuis des siècles, Satan échouait dans sa traque de l'aîné des Rice. Et aujourd'hui, c'était elle, petite Ombre, qu'il désignait pour être à l'origine de la perte du démon. Alexander, le frère de Stephen, avait été choisit par défaut. Lula, aussi impuissante soit-elle, possédait quelque chose qu'aucun démon ne soupçonnait. A priori, Satan avait découvert le véritable don des Ombres. Après tout, n'était-ce pas lui qui maudissait les nouveaux-nés, qui était à l'origine de leur sombre nature ? Il avait enfin du comprendre ce qu'il avait crée, savoir que les Ombres, ces enfants des Enfers, n'étaient autres la dague acérée des Limbes. Ils étaient des tueurs parfaits, incapables d'aimer, puisque l'amour les tuaient. Ils ne pouvaient rien ressentir, et cela les rendaient redoutables, leur esprit était dénué des fioritures comme le regret et fonctionnait comme une machine à tuer. Appuyez sur la détente, et la balle touchera nécessairement sa cible en plein cœur. À moins que vous ne visiez une autre partie du corps, à moins que le but ne soit pas la mort mais la torture. Oui, Lula savait comment tuer Sephen, comment lui tendre une embuscade pour que, inévitablement, il y tombe. Et, consciente de la volonté finale de Satan qui était de la mettre en cage, elle savait comment lui échapper.

    Stephen, certes involontairement, venait de lui offrir sa vie et sa liberté, en lui révélant les désirs de Lucifer. Elle possédait maintenant un précieux atout, inconnu de tous, et elle n'hésiterait pas à l'utiliser si les circonstances s'y prêtaient. Mais elle ne le ferait pas. Satan était un Roi corrompu par ses caprices et Lula était persuadé qu'il avait fait son temps. Alors non, jamais elle ne le servirait. Les deux seules personnes capables de mettre se fin à son règne discutait en cet instant dans une forêt. Lula savait comment faire, Stephen pouvait le faire et était apte à prendre sa place. Ensemble, ils étaient plus fort que le Seigneur des Limbes.

    Mais bientôt, le démon lui tendit la main pour la remettre sur pied, coupant court à ses réflexions. Hésitante, Lula ne bougea pas.

    Allait-elle clore un pacte sans en dévoiler toutes les closes au garçon ? Non, c'était indigne de sa personne. Pourtant, ce qu'il lui proposait... Libérer les Ombres prisonnières des Enfers, ce n'était pas refusable. Ainsi, elle devait révéler au démon ses observations. Aussi posa-t-elle ses doigts sur la paume de Stephen, mais quand il affermit sa prise, elle ne donna pas l'impulsion nécessaire à sa mise sur pieds. Jouant avec sa lèvre inférieure entre ses dents, elle se décida à prendre la parole.

    - Je... Satan me sait capable de te tuer, tu ne dois pas l'ignorer non plus, déclara-t-elle d'une voix claire.

    Le regard du garçon se ternit et sa prise se fit plus hésitante, mais elle ne dit rien, fit comme si de rien n'était.

    - Je ne te trahirais pas, non, ce serait offrir au règne déjà trop long de Lucifer un temps de plus. Tu sais où sont les Ombres et comment les libérer ? Très bien, je sais comment tuer l'actuel Seigneur des Limbes. Dis-moi, je te dirais.

    Elle se tut et se releva, plus ou moins avec l'aide de Stephen. Celui-ci semblait pensif, et quelque peu troublé par les paroles de l'Ombre. Mais Lula savait qu'il s'en remettrait sans mal. Lâchant la main du garçon, elle se recula d'un pas.

    - C'est à toi de voir, démon.

    Elle se savait impudente, mais l'heure n'était ni aux tournures courtoises ni à la délicatesse. Ils avaient peu de temps, car si Alexander ne représentait pas de véritable danger, elle préférait éviter un nouvel affront.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is

MODO-EN-CHEF
Tu m'touches, j'te bouffe.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 1278
♣ Localisation : En Enfer, probablement...
♣ Situation amoureuse : Libre comme l'air.

MessageSujet: Re: Que vos cœurs sont heureux puisqu'ils sont insensibles || Stephen & Lula   Mer 22 Déc 2010 - 17:06

Un ange s'écoula entre les deux créatures du mal, si bien que Stephen pensait qu'elle allait refuser son offre et qu'il allait devoir continuer en solitaire. Bien que cela ne le dérangeait pas, il en avait l'habitude, avoir une alliée à ces côtés restaient tout de même une solution qu'il appréciait. Bien sûr, sa légendaire solitude serait entachée par Lula Wilde, mais cette dernière savait précisément comment renverser Lucifer, il en était persuadée ou du moins il le supposait. De plus, Lula était la seule personne qui pouvait le tuer, l'avoir à ses côtés semblait être plus fructueux que de l'avoir dans le camp adversaire. Stephen se battait depuis trop longtemps maintenant, il commençait à se lasser de cette vie de survie et non de liberté auquel il aspirait tant. Il avait besoin de pouvoir marcher comme un démon libre et non comme une furtif ombre qui se cachait ou se déplaçait sans arrêt pour pouvoir assurer sa survie. Les chasseurs de primes, idiot comme toujours, ne se rendait certainement pas compte que s'il lui laissait une chance de vaincre Lucifer, le temps de leur esclavage serait révolu, du moins en partie. Stephen était persuadée qu'en tant que roi des limbes son royaume serait plus propice et plus juste que celui actuellement, le brun savait pertinemment qu'à la place de Satan, il ne resterait assit sur un trône à attendre que le temps passe, encore et encore. Son temps était révolu, voilà pourquoi l'ainé des Rices était né. Pour accomplir son destin, sa destinée qui se révélait difficile et ça, de jours en jours. Le temps passait et ce dernier avait l'impression de ne pas avoir avancer une seule fois dans sa quête pour sa couronne, au contraire, il semblait reculer, se terrant dans les ténèbres et attendant que son heure vienne. Encore une fois, il était l'heure. Celle de changer le cours des choses et Lula était la clef dont il avait besoin pour y arriver.

La blondinette, légèrement hésitante, finit néanmoins par poser délicatement ses doigts sur sa main, jouant fébrilement avec sa lèvre inférieure, elle semblait ne pas savoir exactement ce qu'elle voulait, si bien que le démon finit par l'interroger du regard avant d'avoir son réel accord pour la relever. Cette dernière finit par le regarder dans les yeux et déclara d'un ton détaché :

- Je... Satan me sait capable de te tuer, tu ne dois pas l'ignorer non plus.


Stephen fronça ses sourcils bruns. A quoi rimé tout ceci ? Bien sûr qu'il était au courant de cette information, il ne cessait de se le répéter et de lui répéter. Le risque était énorme, mais le brun était au courant qu'il n'y aurait de victoire sans risques. Autant en prendre, maintenant. Avoir Lula comme alliée pouvait lui assurer cette revanche qu'il attendait tant sur le Seigneur des Enfers. Ça serait soit lui soit Stephen. Le combat sera certainement rude, voir difficile à gagner, mais la force qui sommeille en lui était si intense qu'il lui arrivait de la sentir lorsqu'il se mettait dans une rage sans nom. Elle s'était déjà déclenché lorsqu'il était au Japon, durant la seconde guerre mondiale, en compagnie de Serena. Sa jumelle avait décidé de s'enfuir en compagnie d'un démon répugnant qui avait directe eut l'idée de s'accaparer de sa sœur pour faire chanter le démon. Le jeune homme l'avait vite comprit, comparée à sa sœur, si jeune et si naïve. Il l'avait sauvé sans qu'elle s'en rende vraiment compte; en ce temps de malheur qui s'abattait sur la race des humains, les îles Japonaise étaient submergés par l'ennemi et tandis qu'il essayait de faire entendre raison à sa sœur, il explosa dans une fureur noire. Il explosa presque et tandis qu'une bombe descendait justement en même temps du ciel, Stephen implosa. Un rayon de plusieurs milliers de kilomètres se dégagea de lui et la bombe - qui était encore dans le ciel - explosa en cours de route. Hiroshima. A la base une petite bombe inoffensive a finalement fait des milliers de morts grâce à la présence de Stephen. C'est sa jumelle qui les sauva tous les deux du massacre en les faisant s'éclipser. Elle l'avait choisit à ce petit-ami idiot. Ils n'en reparlèrent plus jamais, bien sûr, mais Stephen savait qu'elle lui en voudrait toujours un peu. Donc, oui, Stephen savait cela. Et tandis qu'il était partit dans de lointain souvenirs, elle reprit le faisant sortir de sa torpeur :

- Je ne te trahirais pas, non, ce serait offrir au règne déjà trop long de Lucifer un temps de plus. Tu sais où sont les Ombres et comment les libérer ? Très bien, je sais comment tuer l'actuel Seigneur des Limbes. Dis-moi, je te dirais.


Ainsi, elle avait fait son choix et Stephen, bien trop accaparé par le lointain passé eut du mal à la remonter comme il se le devait. Enfin debout, ils s'échangèrent un regard et le démon acquiesça doucement. Lula Wilde et Stephen Rice étaient à présent alliés, ils avaient un accord qui semblait égalitaire. L'Ombre lâcha sa main et se recula légèrement. Conscient de ce qui venait de se passer dans ces bois, Stephen lâcha un soupir satisfait. Il était temps de changer le cours des choses, de créer un monde nouveau, à présent, le mal devait avoir un nouveau visage, une nouvelle facette et Stephen serait heureux d'être ce nouveau maître du mal. Lui, qui, redouté par tous, aurait toutes les qualités nécessaires pour devenir Roi des Limbes. Maintenant que les choses étaient dites, il fallait partir, Alexander ne tarderait pas à retrouver leur trace, il leur fallait une cachette sure où ils pourraient parler sans être entendu, un lieu presque Saint.

- C'est à toi de voir, démon.

La réponse de Stephen semblait pourtant si évidente, c'était 50/50 et c'est ce qui lui plaisait. Officiellement, ils étaient ensemble pour diriger une nouvelle perspective, ayant chacun des but, des objectifs différents mais avec un seul point commun : La survie. Stephen avança vers Lula et lui tendit sa main, d'accord en accord. Il lui attrapa sa main et la regarda droit dans les yeux. Puis, il fit un mouvement affirmative de la tête, la parole n'était pas nécessaire pour lui faire comprendre qu'il marchait avec elle. De ses yeux bleutés, on pouvait y lire la sincérité et la foie qu'il avait dans ces nouveaux projets. Ne voulant pas perdre plus de temps, il regarda à droite puis à gauche et s'éclipsa. Lula et Stephen atterrirent à plusieurs endroits différents, dans des pays que Stephen avait foulé afin d'échapper à Satan. Puis, enfin, ils apparurent dans son chez lui. Une tombe des vieux rois des Enfers, où était aménagé un lit, une cuisine, un salon et une salle de bain. Ce n'était pas le grand luxe, mais c'était chez lui et c'était là où il était en sécurité. Aucun démon ne pouvait entrer dans ce caveau, bien que ça soit justement un tombeau de vieux démons rois, il avait été ensorcelé pour qu'aucune créature démoniaque ne puisse rentrer; le côté humain de Stephen avait réussit à le faire rentrer sans risque et il y était en toute sécurité. Lorsqu'il y avait aménagé, il avait ensorcelé les lieux pour que personne ne puisse pénétrer dans les lieux à part lui et les personnes qu'il acceptait de faire venir. Seule Serena - qui vivait ici -, Ninon et Prudence y était venu. En voyant le bazar qu'avait laissé sa sœur avant de partir à une de ses soirées mondaines, il soupira et s'empressa de lâcher les mains de Lula pour ranger tout ce foutoir. Un parfum féminin régnait dans le tombeau et Stephen grimaça, il détestait l'idée que sa sœur s'amuse à parfumer son petit chez lui.

- Je suis désolé, fit-il en ramassant des assiettes qui trainait sur sa table de salon, Serena, ma sœur jumelle vit avec moi, ce n'est pas facile tous les jours. Il ramena sa vaisselle sale dans l'évier de sa cuisine et pour la rassurer finit par dire : Nous sommes en sécurité ici, c'est chez moi et cet endroit est magique, ensorcelé, personne ne peut y pénétrer sans mon accord ou celui de ma sœur.

Il s'appuya sur le comptoir de son évier et observa Lula, cette dernière esquissa a un semblant de sourire et évalua les lieux. Puis, alors qu'elle découvrait son petit repère, il se positionna sur une chaise en bois qu'il avait construit et posa ses avant-bras sur la table qui allait avec. Elle le rejoignit quelques minutes après et s'assit en face de lui. D'abord hésitant, il finit par passer une de ses mains dans ses cheveux et déclara de but en blanc :

- Qu'est-ce que tu proposes ?

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

je suis un abricot.
bisous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://Draamione.skyblog.com

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 88
♣ Localisation : Aléatoire
♣ Situation amoureuse : Célibataire

MessageSujet: Re: Que vos cœurs sont heureux puisqu'ils sont insensibles || Stephen & Lula   Sam 8 Jan 2011 - 17:37

    Stephen s'approcha de l'Ombre et lui prit la main avant d'acquiescer. Lula sourit mentalement ; elle avait tendance à beaucoup parler, même quand cela était inutile, mais les choses lui semblaient toujours plus tangibles, plus sûres, quand elles étaient dites. Mais en un regard, le garçon lui fit comprendre tout ce qu'il pensait. C'est vrai qu'elle avait tendance à oublier l'importance du jeu des regards, dans de telles situations. Puis le démon disparut, emmenant la jeune femme avec lui. Lula lui faisait confiance ; c'était 50/50, mais Lula avait malgré tout un avantage : elle pouvait à tout moment retourner sa veste. Mais Stephen en était parfaitement conscient et la jeune femme, dans son intérêt personnel et celui des Ombres mis aux fers par Satan, ne le trahirait pas, c'était hors de questions. Malgré tout, mais sans s'en soucier outre mesure pour autant, elle se demandait bien où cette entreprise les mènerait...

    Diverses vues du monde s'offrirent aux yeux de Lula tandis qu'ils se rendaient elle ne savait où. Des paysages tantôt arctiques, tantôt tropicaux, des lieux clés qu'ils traversaient pour brouiller leurs traces. Puis enfin, ils se stabilisèrent. Ils étaient arrivés dans une pièce grandiose de part son aspect - vaste et brut, épuré - mais modeste de par le mobilier - un lit, quelques éléments de cuisine, un canapé dans le salon, une une petite salle de bain. Un parfum féminin flottait dans l'air. C'était visiblement là que vivait Stephen. Mais n'était-il pas un éternel solitaire, en perpétuel déplacement ? Elle ne l'imaginait pas séjourner avec une femme, mais après tout, ce n'était pas parce qu'elle était seule que tout le monde devait l'être et si sa solitude était un choix, c'était d'abord un bouclier, un élément indispensable à sa survie.

    Puis Stephen, qui rangeait prestement la cuisine, lui donna de rapides explications :

    - Je suis désolé. Serena, ma sœur jumelle vit avec moi, ce n'est pas facile tous les jours. Nous sommes en sécurité ici, c'est chez moi et cet endroit est magique, ensorcelé, personne ne peut y pénétrer sans mon accord ou celui de ma sœur.

    Ainsi, il partageait bien sa vie avec une femme, mais il s'agissait de sa soeur, qui plus est sa jumelle. Lula ne connaissait pas les joies de la fraternité, ni même les joies de la famille. Abandonnée et sujette à des crises effrayantes durant son enfance, ce genre de relation lui était parfaitement étranger. Elle acquiesça lentement aux paroles du garçon, distraite. Ce lieu l'intriguait ; il respirait la magie noire, à tel point que c'en était presque malsain. Mais sûrement était-ce nécessaire, et Stephen semblait s'y être fait. Les Rice semblaient mener une vie simple, sans fioritures, à première vue, mais peut-être n'était qu'une impression, elle n'en jugerait pas. Aussi Lula reporta-t-elle son attention sur un autre fait, laissant alors échapper la question qui lui brûlait les lèvres :

    - Où se situe cet endroit ? demanda-t-elle en se retournant vers Stephen. Géographiquement, je veux veux dire.

    Lula aurait pu craindre qu'il ne lui réponde pas, mais désormais, ni lui, ni elle n'avaient plus le choix : ils ne devaient plus rien se cacher et se faire confiance à cent pour cent - cinquante pour cent chacun. Et au demeurant, pendant qu'elle y pensait, une autre question lui vint, plus sujette à obtenir une réponse, peut-être.

    - Et d'ailleurs, Stephen... Où sommes-nous, hormis le fait que tu vives ici et que donc ce soit chez toi ?

    On aurait dit un grand hall de pierre brute aménagé, mais Lula n'arrivait pas à saisir la véritable nature du lieu. Et ça la troublait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is

MODO-EN-CHEF
Tu m'touches, j'te bouffe.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 1278
♣ Localisation : En Enfer, probablement...
♣ Situation amoureuse : Libre comme l'air.

MessageSujet: Re: Que vos cœurs sont heureux puisqu'ils sont insensibles || Stephen & Lula   Dim 16 Jan 2011 - 11:35

Tandis qu'ils étaient assit et accoudés sur la petite table en bois de Stephen, miteuse en apparence mais solide comme un roc, le démon l'observait, attendant une réaction de sa part, quelque chose, un plan, une idée, une révélation, n'importe quoi. Quelque chose qui leur permettrait de savoir exactement où ils mettaient les pieds et où ils ne les mettaient pas. Dans ce genre de situation, il fallait être prêts à tout. A se battre, à fuir, à partir dans un combat suicidaire. A n'importe quoi. Les guerres qui traversaient à présent le temps dans un murmure presque inaudible et que personne de la Communauté Magique ne trouvaient intéressantes restaient les bases de l'apprentissage de Stephen. Et lui, comparé aux autres, il écoutait, il entendait les cris de guerres, les tambours ou instruments de musiques qui faisaient trembler de désespoirs les adversaires. Il savait comment étaient les guerres. Patient, donc, il attendit que Lula réagisse mais celle-ci semblait plus intéressée par l'endroit où ils étaient. Elle regardait tout autour d'eux, comme si elle était en train de tenter de mettre un nom sur tout ce qu'elle voyait, si bien qu'elle finit par lancer, comme si de rien n'était :

- Où se situe cet endroit ? demanda-t-elle en se retournant vers Stephen. Géographiquement, je veux veux dire.

Le démon fronça directement les sourcils. N'avait-elle pas entendu la question qu'il lui avait posé concernant ce qu'il allait faire précédemment ? Posant son menton dans une de ses paumes de main, il leva les yeux sur elle et attendit qu'elle remarque son air légèrement blasé et impatient, cependant elle le regarda et finit par demander d'un ton intéressé et assez curieux :

- Et d'ailleurs, Stephen... Où sommes-nous, hormis le fait que tu vives ici et que donc ce soit chez toi ?

Lâchant un petit soupir contraint, il se leva et se dirigea vers elle, en faisant le tour de la table. Il s'assit sur cette dernière, tout près de Lula et la regarda dans les yeux. A son simple avis, elle ne l'avait pas entendu, trop adsorbé dans la contemplation de son appartement. Dans un certain sens, ça aurait pu paraitre flatteur, mais lorsqu'il avait ramené Prudence ici et qu'elle avait montré la même fascination que Lula en ce moment même, ça avait éveillé des sentiments plutôt contradictoire dans son fort intérieur. Ainsi, il préféra répondre à sa question, sans plus attendre.

- Nous sommes entre la Terre et les Enfers, sous la forêt de San Fransisco. C'est un tombeau. Le tombeau des anciens rois des Enfers qui ont régné avec sagesse mais cruauté. C'étaient des grands rois. Aucuns démons cependant n'a le droit de venir ici, ce qui me permet de respirer un peu !

En effet, son côté humain l'avait aidé à traverser les barrières de sécurité du tombeau et même si à chaque fois qu'il venait ici, son côté démoniaque se faisait moins oppressant, cet endroit restait tout de même sa maison. La seule démone qui avait pu entrer ici avait été Serena, à la différence de son jumeau, elle avait perdu son côté humain lorsque Stephen l'avait officiellement transformé. Le brun avait mit des jours et des jours avant de trouver un sortilège assez fort pour qu'elle puisse rentrer tout en étant en sécurité et ça avait marché. Laissant un sourire prétentieux se former aux creux de ses lèvres en se remémorant ce souvenir, il remonta son poignet gauche où une très belle montrer en cuire noire trônait et lui donnait un certain style. Il était tard et Serena n'avait donné aucune nouvelle depuis le début de la journée. Inquiet, il se demanda si elle était encore allée voir ce dieu qui lui accordait un peu trop d'importance, un certain Arthur Stein. Max, un vampire qui embrassait la terre que Stephen avait foulé était son informateur direct et suivait depuis un certain temps Serena, au début, juste par sécurité, puis au final à cause de cet Arthur. Passant une main dans ses cheveux, nerveux, il tenta d'essayer la communication télépathique.

« Séna ? Je ne sais pas si tu as vu l'heure, mais tu vis sous mon toit, je te donne vingt minutes pour rentrer. »


Il perçut une once de dérangement et une pointe de colère en réponse à sa demande. Apparemment, il venait de la déranger, mais tant pis. Il s'en fichait. Sa principal faiblesse, c'était elle et seul un idiot l'ignorait, le démon voulait donc qu'elle respecte ce qu'il dise et qu'elle obéisse sans rechigner. Il soupira et voyant l'air qu'arborait Lula, il se demanda un instant si les Ombres pouvaient sentir les Télépathes ou du moins sentir les vibrations d'un message dans l'activité cérébrale. Il haussa les épaules et se dirigea d'un pas lent vers sa cuisine. De là, il attrapa deux verres rouge foncé et les remplit d'eau du robinet. Si tôt fait, il ramena les deux verres vers Lula et lui en tendit un qu'elle prit sans mal. Satisfait, Stephen se rassit à sa place initiale, face à Lula et reprit là où il s'était arrêté.

- Sérieusement, Lula, tu as un plan pour libérer les Ombres prisonnières ou renverser le pouvoir ?

Il inclina doucement sa tête, esperant qu'elle trouve quelque chose à dire, n'importe quoi. Tout en attendant sa réponse, il s'accorda une gorgée d'eau bien fraiche. Il n'aimait pas particulièrement boire quelque chose de mortel, mais de temps en temps, ça faisait du bien à son côté humain et il s'accordait donc un péché démoniaque.

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

je suis un abricot.
bisous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://Draamione.skyblog.com

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 88
♣ Localisation : Aléatoire
♣ Situation amoureuse : Célibataire

MessageSujet: Re: Que vos cœurs sont heureux puisqu'ils sont insensibles || Stephen & Lula   Ven 25 Fév 2011 - 23:37

    - Nous sommes entre la Terre et les Enfers, sous la forêt de San Fransisco. C'est un tombeau. Le tombeau des anciens rois des Enfers qui ont régné avec sagesse mais cruauté. C'étaient des grands rois. Aucun démon cependant n'a le droit de venir ici, ce qui me permet de respirer un peu !

    Lula acquiesça. Cela expliquait son mal-être. Le tombeau des Rois des Enfers. Elle ignorait comment Stephen était parvenu à découvrir son emplacement, mais cela lui importait peu : la certitude d'être en sécurité lui suffisait. Pourtant, au contraire du garçon, elle savait qu'elle n'aurait pu vivre ici. La part démoniaque de Stephen l'empêchait sûrement d'être trop affecté par la magie qui régnait dans l'habitacle, de la même que sa part humaine lui permettait d'accéder au lieu. Oui, l'endroit était parfait pour lui.

    L'espace de quelques secondes, Stephen sembla ailleurs. Curieuse, Lula tenta de percer ses pensées, se concentrant sur l'expression qu'il affichait. Elle fut surprise d'y déceler une sorte d'inquiétude... paternelle. Elle ne sut qu'en penser. Là encore, cela relevait du domaine de l'affectif, et même, si elle ne s'était pas trompée, du familial, ce lui lui était totalement étranger.

    - Sérieusement, Lula, tu as un plan pour libérer les Ombres prisonnières ou renverser le pouvoir ?

    Lula cligna des yeux, l'air hébété. Est-ce qu'elle avait un plan ? Répondre à la question, c'était s'engager avec Stephen dans une aventure qu'elle n'était pas sûre d'être prête à vivre. Mais qu'elle savait devoir accomplir. Oui, elle avait un plan. Oui, elle pouvait mettre fin au règne de Satan. Mais à quel prix ? Ce serait un jeu, pour elle. La partie serait ardue, les conséquences énormes et désastreuses. Ne valait-il mieux pas laisser les choses à leur place ? Satan avait beau être un tyran, un autre démon serait-il capable de faire mieux ? Ou serait-ce pire ? Ses inquiétudes étaient grandes, fondées.

    La jeune Ombre avait peur. D'anxiété, elle mordilla sa lèvre inférieure entre ses canines. Soudainement, ses certitudes s'envolaient ; elle agissait comme une enfant prise en faute. Et elle détestait ça. Cette culpabilité la rongeait. Et pourtant, elle avait fait son choix. Elle était là, dans la demeure de Stephen Rice, après qui couraient nombre de démons, en compagnie du démon. Et elle l'aiderait, oui, elle ne reviendrait pas là dessus. Mais sa nature l'empêchait d'agir à sa guise. Car en aidant Stephen, elle se trahissait. En tant qu'Ombre, Lula tirait sa vie du souffle des Limbes. Porter atteinte au Seigneur des Enfers, s'était s'affaiblir, se détruire. Mais de cela, elle n'avait pas conscience. Et ne pas saisir l'origine de l'insidieuse malignité qui s'infiltrait en elle l'agaçait au plus au point. La situation ne pouvait pas durer. Il fallait qu'elle y mette un terme. Il fallait qu'elle se pose, ailleurs, qu'elle mette les choses au point, seule.

    Tendue, elle se leva, résistant de peu à l'envie de faire les cent pas. D'un geste rapide et quasi-naturel, machinal, elle griffa, gratta son avant-bras droit de ses ongles, sans entailler la chair, mais consciente d'y laisser de vilaines, quoique éphémères traces rouges. Elle réajusta fébrilement sa tenue, défroissant la cape qu'elle portait depuis qu'elle était entrée dans ce bar, à la tombée de la nuit. Puis, serrant les poings, ses jointures blanchissant furtivement, elle reprit la parole.

    - Pas d'inquiétude, l'ami. Je sais comment faire, le rassura-t-elle sans mentir. Seulement, je dois... Je ne sais pas, je ne peux pas te le dire. Attend-moi. Je reviendrais bientôt.

    Sa fébrilité prenait vicieusement le dessus. C'était comme si une crise allait surgir, excepté qu'elle se sentait parfaitement bien. Pas de suffocation ou autre difficulté respiratoire, aucune arabesque ne stigmatisait ses avant-bras, et elle ne cédait en aucun cas à la panique. Elle ressentait seulement l'inexplicable besoin de partir, de fuir, oui, peut-être. Cette courte aventure, bien que pleine de rebondissement, en compagnie d'un autre être, pensant à défaut d'être vivant, l'avait-elle affectée à ce point ? Elle en doutait, du fait que les symptômes différaient de d'habitude. Pourtant, elle ne voyait pas d'autre explication, ignorant son lien originel avec le Mal. Aussi fusse la seule raison qu'elle fut capable de donner au démon.

    - Pardon, je ne peux pas rester. Je ne peux plus, c'est trop long, je crois. Mais fais moi confiance, je te retrouverai. Et ensemble, nous renverserons le court des choses. Je te le promets, Stephen Rice.

    Et alors qu'elle prononçait le nom de ce garçon, qui n'était plus tout à fait humain mais ne serait jamais tout à fait démon, elle ancra ses prunelles émeraudes dans son regard. Cet accroc visuel ne dura que quelques secondes, mais elle put lire, outre le fait que son soudain changement d'attitude semblait le prendre au dépourvu, qu'il la croyait. Et alors qu'elle s'évanouissait à travers les ombres, hors du tombeau des vieux Rois Déchus, elle sentit que quelque chose avait changé en elle. Comme si une des chaînes qui enserraient son âme, une de celles qui la liaient aux Limbes, trouvait ses maillons affaiblis par la confiance que lui portait Stephen. Aussi fut-ce plus légère qu'elle ne l'avait jamais été en trois cent vingt-trois ans d'existence qu'elle regagna son appartement, au cœur de San Francisco.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



My name is
Contenu sponsorisé -


• • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Que vos cœurs sont heureux puisqu'ils sont insensibles || Stephen & Lula   

Revenir en haut Aller en bas
 

Que vos cœurs sont heureux puisqu'ils sont insensibles || Stephen & Lula

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our World Of Dreams :: Lieux :: ♣ Lieux magiques :: Sous-sols :: Bar-