AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Show me your teeth || Clara&Alek

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 364

MessageSujet: Show me your teeth || Clara&Alek   Mar 20 Juil 2010 - 16:13


" Dont be scared.
I've done this before.
"




    Adossé à un mur, Aleksandr Von der Äschtsz attendait. Qu'attendait-il ? Telle était la question. Cependant, à la vue du regard las qu'il dardait sur les humains qui passaient devant lui, on aurait aisément pu déclarer qu'il n'attendait rien. Fatigué d'une journée qu'il avait partagée entre chasse et visite de San Francisco, le vampire ne savait pas encore où il allait passer la soirée. La forêt lui était apparue comme une assez bonne idée, mais en cette soirée où la châleur était reine, il n'avait pas envie de se retrouver seul. Cette constatation était d'ailleurs plutôt étonnante, étant donné qu'il avait fait de la solitude sa meilleure amie. Le climat californien semblait l'avoir légèrement changé, même s'il ne s'en était pas aperçu. Après tout, cette ville était intriguante, et lui réservait sans doute de nombreuses surprises...

    En son for intérieur, il se morigéna. Cela n'était pas un très bonne idée de rester dans cette allée où se bousculaient des centaines d'humains accompagnés de leurs centaines d'odeurs aux accents musqués et parfumés... Aux accents délicieux. Il risquait de faire un massacre à chaque seconde. Noyer son ennui dans un endroit pareil n'était pas une bonne chose, surtout quand les passants se faisaient aussi nombreux. Il devait partir ; car malgré le contrôle de lui-même qu'il avait acquéri aux fils des années, un accident ne survenait que trop vite - il en était conscient. Jetant un dernier coup d'oeil aux badauds qui se frayaient un chemin difficile et sinieux parmi leurs pairs, il se décolla du mur de pierre sur lequel il était appuyé et partit en direction du Sud.

    Se mouvant avec grâce et discrétion, il atteignit un carrefour où deux marchands ambulants se disputaient des draps. Leurs voix agacées et agaçantes montaient crescendo dans le quartier, si bien que les passants se dépêchaient de les dépasser sans leur jeter ne serait-ce qu'un coup d'oeil ; une bagarre surviendrait sans doute avant qu'ils n'aient pu dire "ouf". Aleksandr, entraîné par le mouvement de foule qui visait à éviter les deux hommes, faillit percuter une vieillarde aigrie qui tirait un chariot rempli de légumes. Il poussa un soupir à peine dissimulé et accéléra - sans pour autant atteindre une vitesse qui aurait trahi sa condition de vampire - jusqu'à parvenir à un nouveau croisement de rue. La foule se dirigeait majoritairement vers l'avenue qui leur faisait face, et il prit donc la décision d'emprunter une minuscule ruelle où ne se risquaient que quelques hommes d'affaire munis de malettes vernies aux allures douteuses.

    Une fois qu'il eût quitté le centre ville, il s'autorisa un moment de répit et observa les alentours avec sérieux. Il se trouvait dans une zone aéree où les seuls bruits qu'on parvenait à entendre étaient ceux des piaillements d'oiseaux nocturnes. Un parc se trouvait devant lui, simple et verdôyant, mais quelque chose d'autre attira d'avantage son regard. Quelque part à sa gauche, effectivement, était creusée une entrée dans le sol. Des catacombes ? Intrigué, il se dirigea vers le trou dans le sol et entra dedans, empruntant une série d'escaliers. Il s'avéra qu'un étrange labyrinthe de couloirs creusés dans la pierre y était agencé, éclairé çà et là par quelques torches. Le jeune homme, soucieux de savoir où il se trouvait, inspecta les lieux ; mais il n'en vit jamais la fin. Alors, après qu'il ait croisé une jeune femme à la peau aussi laiteuse que la sienne : il comprit. Quelqu'un lui avait déjà parlé de cet endroit, quelques jours à peine plus tôt. Cet homme, qui était en réalité un vampire, lui avait expliqué que des Sous-sols étaient creusés sous la ville et qu'ils avaient été investis par les immortels depuis de nombreuses décades. Et il ne faisait pas de doute qu'il venait d'entrer dans lesdits sous-sols.

    Confirmant l'hypothèse qu'il venait d'échaffauder, il rencontra quelques autres vampires qui ne lui jetèrent pas même un regard. Enfin, après de longues minutes de visite, il entraperçut une ouverture dans l'un des murs et s'y engouffra. C'était un bar, creusé dans la même pierre dont étaient faits les couloirs qu'il venait d'arpenter. Il était obscur, assez miteux, et inspirait la peur. Du moins, c'est ce qu'un humain vous aurait rapporté du lieu... Aleksandr, lui, le trouvait parfait ; et il ne faisait pas de doute que les autres vampires présents dans l'endroit avaient cette même impression. Quelques araignées avaient tissé leurs toiles dans les coins des murs, des chauves-souris avaient élu domicile sur le plafond et dormaient paisiblement, la tête à l'envers. Aleksandr fit de nouveau quelques pas et s'assit au comptoir, poussièreux à souhait.

    Un barman - éternel, de toute évidence - vint à sa rencontre après quelques secondes d'attente. Il semblait exténué par son métier, sans doute son âge fort avancé expliquait la chose. Il s'accomodait parfaitement à l'endroit et faisait penser à un acteur de film d'horreur : celui qui aurait joué le rôle d'un vieux mort-vivant, ou de quelque chose dans le même genre. De toute évidence, il cultivait l'effroi comme d'autres les bégonias.

    La voix atone du vieil homme perça le labyrinthe de pensées dans lequel Aleksandr venait de se perdre. Le barman lui demandait ce qu'il désirait, et le jeune homme lui demanda une bière. Son interlocuteur aquiesça d'un hochement de tête grinçant et s'effaça dans une réserve, d'où il revint peu de temps après, une canette de bière dans la main, un verre dans l'autre. Le regard absent, il les déposa devant Aleksandr - du moins, la canette, car le verre tomba quelques centimètres à côté. Aleksandr se baissa illico presto et le rattrapa in extremis, cependant que le maudit objet allait se briser sur le sol. Le barman le remercia d'une voix morne et repartit. Le jeune homme ouvrit sa canette et versa le liquide mousseux et ambré dans le récipient de verre qui n'aurait été que débris de verre à l'heure actuelle s'il ne l'avait pas sauvé de son triste sort.

    Avalant une première gorgée douceâtre, il s'aperçut que la bière qui venait de lui être servie n'était pas de très bonne qualité. Mais à vrai dire, à l'accoutumée, il veillait toujours à s'acheter de l'alcool au prix assez honéreux. Il n'avait jamais craché sur la qualité, et l'argent dont il avait hérité y était sans doute pour quelque chose. Poussant un petit soupir, il observa les alentours et se dit que, finalement, la soirée allait peut-être être ennuyeuse.



Dernière édition par Aleksandr Von der Äschtsz le Ven 20 Aoû 2010 - 15:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is

Somewhere over the rainbow.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 518
♣ Localisation : Paumée en pleine forêt.
♣ Situation amoureuse : Mais qu'est-ce qui m'arrive, bon sang ?

MessageSujet: Re: Show me your teeth || Clara&Alek   Mer 21 Juil 2010 - 15:22

Un semblant de brise vint déranger quelques légères mèches brunes, gênant de peu le regard attentif de Clara Jones ; silhouette élégante se frayant un passage à travers les les différentes ruelles du quartier sud de San Francisco. Son pas las témoignait de l'ennui qui s'était accaparé d'elle. La libertine souffrait d'un réel manque de proies. Les hommes se faisaient nombreux autour d'elle, d'ordinaire. Hors en cette semaine, la sorcière n'avait passé que deux soirées accompagnée de l'un d'eux. Piètre somme comparée à ses habitudes. C'était comme si la chaleur les faisait fuir. Sans doute réduisait-elle leur effectif de moitié si on comptait ceux qui se retrouvaient aux Urgences faute de l'imprudence de leurs enfants, les flemmards qui s'enfermaient chez eux en quête d'ombre et les quelques maris qui partaient en vacances avec leur famille. Un long soupir s'échappa des lèvres entrouvertes de la brune qui commençait salement à regretter le printemps.

Sur sa route, peu de promeneurs circulaient. La soirée était déjà bien entamée, ce qui justifiait possiblement ce calme anormal. Cette tranquillité ne faisait qu'accroître l'agacement de Clara, elle qui se plaisait dans le feu de l'action - c'est le cas de le dire. En ce crépuscule déjà fort avancé, rien n'avait réussi à animer le moindre intérêt en elle. Pas même cet homme qui avait accroché son regard à l'instant même. Ce n'était pourtant pas le charme qui lui manquait. Grand juste ce qu'il faut, corps désirable et iris aussi sombres qu'attrayants. Un coup d'œil lui avait suffit à examiner ces quelques détails qui n'étaient pas des moindres. Avec le temps, on finissait par cibler l'essentiel et s'y intéresser immédiatement. Toutefois, Clara brisa leur contact visuel avant de passer son chemin. Tout compte fait, c'était peut-être elle la cause de son humeur bougonne. Si elle ne prenait même plus la peine de s'attarder sur de beaux inconnus comme celui-là, ça devait vouloir dire qu'elle n'était pas dans son état habituel.

Elle atterrit à un carrefour où deux vendeurs étaient occupés à se taper dessus comme deux bêtes sauvages. L'objet de la dispute n'était rien de plus que de simples draps aussi rouges qu'une tulipe. La couleur vive de ces tissus rappela vaguement celle d'une robe portée un soir d'automne, où la brune était tombée dans les bras d'un ravissant chef d'entreprise, riche et gracieux. La nuit à laquelle cette rencontre a abouti avait été une des meilleurs que Clara avait passées. Le lendemain, Mr. Smeath avait déserté la chambre, et c'était sans doute mieux ainsi. Un cri de douleur poussé par un des marchands ramena la sorcière à l'instant présent. Hormis les deux colériques, l'endroit était paisible. Les passants devaient avoir fuit avant qu'ils ne s'en remettent aux mains. C'était son instant de chance ; elle avait enfin droit à un peu de mordant. Un sourire mutin aux coins des lèvres, elle se posta un peu à l'écart pour observer la scène, non sans amusement. Les bagarres ne la distrayaient pas souvent, celle-ci ne ne le faisait que par son ridicule accablant. Tous ces coups pour de simples draps écarlates. L'humanité était en pleine crise de décadence.

Une sensation atrocement glaciale au niveau du bras la surprit. Un dixième de seconde plus tard son dos heurtait un mur de briques. Les poignets fermement maintenus contre la pierre, un corps collé au sien et un visage lui faisant face. Captant son attention, deux iris ténébreux s'enfonçaient dans les siens. Clara pu aisément reconnaître l'albâtre de tout à l'heure. Certainement la suivait-il depuis qu'elle avait pris la direction de ce carrefour. Elle aurait dû y prêter plus attention, cela lui aurait empêcher de se retrouver confrontée à un vampire. Sa façon de l'épier, de clore les paupières lorsqu'il s'approchait de son cou, narines dilatées ; tout ça ne lui fournissait pas vraiment de bons pronostiques quand aux jours prochains. Ça puait le désinfectant et les blouses d'infirmiers qu'on croirait indestructibles. Passer une semaine cloîtrée dans une chambre d'hôpital, coincée au milieu de perfusions et de vieux croûtons ne la tentait pas des masses.

Alors que les crocs de l'animal caressaient sa peau fine, une bande de jeunes délinquants se pointa au bout de l'allée. Alerté par la venue de la troupe, le Sang-froid détourna les yeux des veines de la brune pour les poster sur ces derniers. Trois adolescents accompagnaient une jeune minette à moitié dévêtue qu'ils déshabillaient encore du regard. Des mineurs qui reniflaient l'alcool à plein nez, même la sorcière n'en doutait pas. Ils riaient et chantaient à tue-tête sur un air de Lady Gaga, chanteuse aussi excentrique que déplorable. Le vampire fit mauvaise mine devant la situation embarrassante qui se présentait à lui et venait contrecarrer ses projets. Clara ne bougea pas d'un pouce, n'étant pas effrayée par la potentielle dose d'hémoglobine qui lui serait ôtée incessamment sous peu. A vrai dire, elle en avait connu d'autre, des attaques de vampires. Ce ne serait pas une première. Un nom lui traversa l'esprit : William Foster. Aussi étrange que cela puisse paraître, elle lui serait redevable au quel cas où elle s'en sortirait entière, grâce à l'expérience acquise à ses côtés. Ledit William était sa sangsue attitrée - façon de parler.

Soudain, ses pieds ne touchèrent plus le sol et des bras la portaient. Elle avait beau tenter de voir quelque chose, sa vue ne lui offrait que du noir intense. Quelques secondes plus tard, elle devina qu'il l'emmenait dans son repère à la froideur des lieux et aux marches qu'elle le sentait descendre. Malgré elle, une boule vint se former dans sa gorge. La crainte montait. Lorsqu'il la déposa à terre, la brune fut forcée de constater que ses doutes étaient fondés : elle se trouvait dans un coin qui ne pouvait qu'être fréquenté par un vampire. Cependant, elle n'eut pas le temps de s'attarder à détailler l'endroit plus longtemps car ses canines s'enfonçaient déjà dans sa chair. L'habitude faisait que Clara ne pensait plus à crier, trop concentrée sur son désir de titiller le destin. Jouer avec le feu lui procurait un plaisir sans égal. Le liquide rouge dansait dans ses veines, ne se lassant pas de cette attraction mortelle. Quelques gouttes échappaient à la vigilance du fin gourmet, glissant telle un pan de soie le long de son cou meurtri.

La tête commençait à lui tourner, synonyme que son cœur ne pouvait aller plus loin. Il allait lâcher si elle ne faisait rien pour arrêter ce tueur. Quittant à regret les sensations extrêmes que ce breuvage inopiné lui avait procurées, Clara se focalisa sur l'esprit du vampire. Le pauvre ivrogne était tellement obnubilé par sa soif qu'il n'opposa aucune résistance lorsque la sorcière chercha à le manipuler à sa guise. Toujours en proie à un désir d'accroître cette folie, la brune eut du mal à lui ordonner de cesser son manège. A force de persuasion, elle réussit à lui faire lâcher prise. Sa soirée s'avérait finalement bien plus distrayante qu'elle ne l'avait d'abord pensé. L'inconnu fixait le mur l'air hagard. Il ne contrôlait plus rien, c'était Clara qui tenait les ficelles de sa nouvelle marionnette. Comme diriger son pantin lui demandait des forces et qu'il lui en manquait, elle le renvoya en prenant le soin de s'effacer de sa mémoire. Avec sa main, elle essuya le sang séché qui tranchait avec la monotonie de son épiderme. Puis, elle s'apprêta à remonter.

La brune revint bien vite sur ses pas en comprenant qu'elle tenait une seconde occasion de délirer un peu. Si elle se trouvait dans l'antre des vampires, alors elle ne devrait pas être déçue. Des bruits se firent entendre et Clara se lança à la recherche de leur source. Ses pas la guidèrent jusqu'à une sorte de bar où les immortels ne se distinguaient plus tant ils étaient nombreux. Son entrée ferait l'effet d'une bombe atomique et elle risquait d'y laisser la vie. Ce n'était toutefois pas ce petit rien qui allait l'empêcher de se mélanger au monde qui lui faisait face. Décidée à s'incruster, elle se faufila aussi discrètement que possible à travers la foule compacte. Longeant les murs, évitant de passer sous les luminaires, se tenant aussi loin que possible des têtes qui ne lui inspiraient pas confiance ; elle entamait sa descente aux enfers, c'était certain. Elle aperçu un comptoir où les clients n'étaient pas beaucoup. Clara se promit d'essayer de le rejoindre le plus vite et adroitement possible. Ce qui fut chose faite au bout de quelques minutes seulement.

Des visages se tournaient à son passage, des voix se taisaient. Pourtant, elle ne regrettait pas de s'être lancée dans cette aventure. Ses lubies la perdraient un jour. Certes, ce jour n'était pas encore arrivé. Pas encore. Hésitant à prendre un siège au comptoir, elle examina plus en détails l'être qui y était déjà accoudé non loin d'elle. Un homme. Ça avait au moins le mérite d'être encourageant. En outre, il était encore plus beau que la plupart de ses compatriotes. La sorcière ne le voyait que de dos, mais cela suffit à l'encourager à s'installer à ses côtés. Parfois il lui arrivait de se demander où elle allait chercher ce courage dans de telles situations. La jeune femme prit place. Aussitôt, le barman tourna brusquement la tête vers elle, lui accordant un sourire peu réconfortant. Lui en revanche était très laid. Mais elle n'y fit pas plus attention car il vint à son service. Feignant la sérénité, il demanda :

- Que puis-je pour vous, délicieuse demoiselle?

Comprenant tout de suite ses intentions, elle faillit répondre qu'elle ne consommerait rien ce soir. Elle revint très vite à la raison en se souvenant qu'elle était plutôt mal placée pour se permettre de remballer ce zombie. Elle était beaucoup moins confiante tout à coup, sans doute parce qu'elle se rendait tout juste compte de sa bêtise. Tous ici ne désiraient que la croquer - ça frôlait l'évidence. Des idées aussi tordues étaient forcément à déconseiller, mais elle se laissait prendre dans son propre piège à chaque fois. L'homme à sa droite avait suivi la scène et l'observait maintenant comme si il comprenait son désemparement. Clara fit tout son possible pour ne pas songer à cet imbécile de serveur qui bavait sans vergogne devant celle qu'il prenait déjà pour victime. Détournant le regard, celui-ci vint se planter dans celui de son voisin, l'apollon. Déstabilisée par le manque de méchanceté qu'elle y trouvait, la sorcière en demeura pantoise. Serait-il possible qu'un seul d'entre eux ne veule pas sa mort? Autant tenter le tout pour le tout : elle lui lança, dans un vain espoir, un appel à l'aide muet. Une faible lueur illuminait encore ses iris, elle pria pour qu'il comprenne… ou pour qu'il la tue sur le champ.

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

YOLO ILY LIAM PLV
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 364

MessageSujet: Re: Show me your teeth || Clara&Alek   Mer 21 Juil 2010 - 17:23

    Perdu dans de sombres pensées, Aleksandr sirotait sa bière sans s'apercevoir de ce qui se tramait dans son dos. San Francisco lui apparaissait comme une ville où le maître mot était la débauche. Cela n'était pas pour lui déplaire - tout au contraire! - les humains étaient bien plus faciles à approcher quand l'alcool s'était épris de leurs pauvres sens de mortels. Néanmoins, les distractions n'étaient pas nombreuses dans la métropole californienne, l'ennui s'emparait donc du vampire bien trop souvent à son goût. Pour rompre cette monotonie qui se faisait présente à souhait dans sa vie d'immortel, il partait donc chasser régulièrement, dans la forêt ou la montagne. Les humains, en opposition à San Francisco, étaient tous plus intéressants (et succulents) les uns que les autres. Il avait déjà croisé de nombreuses jeunes filles dont le sang avait fait chavirer ses papilles, et les quelques hommes qu'il était parvenu à tuer n'étaient pas négligeables non plus. Dans son esprit de damné, les Etats-Unis resteraient à jamais synonymes de délice.

    Ce qui le fit sortir de son verre fut un craquement sonore sur le sol, qui ne pouvait avoir été émis par les semelles des chaussures d'un vampire. Les immortels étaient discrets au possible, c'était bien connu, et un tel bruit ne pouvait donc pas être celui d'un de l'un de ses pairs. Inclinant doucement la tête sur le côté, il aperçut une jeune femme brune longer les murs du bar. Ecarquillant les yeux de surprise, il remarqua par la même occasion que tous les autres Sang-froids avaient remarqué la jeune fille. Qu'ils avaient remarqué l'humaine. Aussitôt, des prunelles se voilèrent de rouge, d'autres gardèrent leur couleur initiale - à l'instar de celles d'Aleksandr. Trop inquiet de voir une femme telle que celle-ci s'engouffrer dans un endroit où des dizaines de vampires n'avaient pas chassé de la journée, il préféra étudier son comportement en silence. Elle ne semblait que très légèrement effrayée par les créatures sanguinaires qui l'entouraient, ce qui étonna le jeune homme. Etait-elle inconsciente ? Pourquoi donc venait-elle se mettre dans pareille situation, où sa vie ne tenait qu'à un fil ?

    Quelques secondes passèrent, et l'humaine eut la bonne - très mauvaise - idée de venir s'asseoir à ses côtés. Derechef, Aleksandr se boucha les narines et se perdit dans la contemplation de son verre qu'il semblait trouver particulièrement intéressant, tout à coup. Il sentit le regard de la brune se poser sur lui, et ne put s'empêcher de se demander quels adjectifs elle plaçait sur lui. Le vieux barman, après avoir servi un vampire âgé d'une trentaine d'années vêtu d'un costume trois-pièces, s'intéressa à la voisine de comptoir du norvégien. Il le vit esquisser un petit sourire faisant ressortir la blancheur de ses jolies canines aiguisées comme des lames de rasoir avant de s'enquérir de ce que désirait boire la jeune femme.

    - Que puis-je pour vous, délicieuse demoiselle ?

    L'allusion carnassière que venait de proférer la vieille bourrique n'échappa pas à Aleksandr, qui se raidit un peu plus sur son tabouret. Etait-il aussi idiot qu'il y paraissait ? Apparemment. Sinon, il se serait abstenu de prononcer ces quelques mots qui avaient largement alourdi l'atmosphère du bar. La jeune humaine semblait ne pas s'y être trompée non plus, et le vampire posa sur elle un regard qui se voulait impuissant. Elle sembla ressentir la brûlure des prunelles vert vif du jeune homme sur sa peau laiteuse, ca elle se tourna à son tour vers lui et lui adressa un regard qui en disait long sur ce qu'elle ressentait. Elle désirait de l'aide. Mais malheureusement, le jeune homme venait de remarquer quelque chose qui faisait passer la requête de sa voisine au second plan. Elle était très, très jolie. Ses cheveux bruns et soyeux formaient un merveilleux contraste avec sa peau d'albâtre, de jolis yeux noisette et une plastique parfaite venaient agrémenter le tout. Un mot s'imposa aux yeux du jeune homme ; magnifique.

    Aleksandr sortit brusquement de la contemplation de la jeune femme, conscient que la vie de celle-ci était largement compromise. Il s'adressa d'une voix sèche et confiante au barman, cependant qu'il déposait sa main sur l'épaule de l'humaine - geste qui sembla la choquer.

    - Vous serez aimable de lui servir un whisky. C'est mon invitée.

    Le vieillard ouvrit des yeux grands comme des soucoupes pendant que le jeune homme replaçait sa main sur le comptoir, soucieux de ne pas brusquer la jolie brune plus longtemps. Après quelques secondes qu'il occupa à observer les deux jeunes gens tour à tour, le barman se tourna sans broncher et partit à nouveau dans la réserve du bar. Aleksandr ne chercha pas à guetter la réaction de sa voisine ; il venait sans doute de lui sauver la vie, elle devrait se contenter de ça. Quelques instants plus tard, alors que le silence était tel que cela n'aurait étonné personne si des funérailles étaient en train d'être célébrées, le vieil homme à la peau poudreuse revint et déposa un verre rempli de whisky devant l'humaine. Son regard se fit insistant sur elle, et le jeune norvégien en parvint à la conclusion qu'il n'avait jamais eu de femme. Sinon, il s'y serait pris autrement pour communiquer avec la belle brune.

    Aleksandr jeta un coup d'oeil morne sur l'assistance qui s'était faite muette depuis l'arrivée de sa voisine. Tous la regardaient sans se lasser, prévoyant sans doute quelque repas dans l'heure qui suivrait. Agacé de cette affreuse constatation, le jeune homme se tourna à nouveau vers le barman qui n'avait pas lâché la brune du regard. Se penchant en avant pour se créer un petit aparté avec le vieil homme, il lui murmura quelques mots qu'il veilla à laisser audibles à l'oreille de tous les vampires présents dans le bar.

    - Elle m'est réservée.

    Aussitôt, les conversations reprirent comme si rien ne s'était passé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is

Somewhere over the rainbow.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 518
♣ Localisation : Paumée en pleine forêt.
♣ Situation amoureuse : Mais qu'est-ce qui m'arrive, bon sang ?

MessageSujet: Re: Show me your teeth || Clara&Alek   Sam 24 Juil 2010 - 18:41

Les regards avides de ses potentiels assassins se faisaient de plus en plus nombreux à être rivés sur elle. De part et d'autre de la salle, les babines se mouvaient et les narines se dilataient de manière fort peu rassurante. L'ambiance était de plus en plus tendue, électrique même. Au centre de toute l'attention ne demeurait plus qu'elle, sorcière au sang chaud circulant en abondance dans ses veines. Pourtant, la peur ne se mélangeait pas encore aux multiples émotions ressenties par la jeune femme. Bien qu'un maelström de sentiments contradictoires fisse rage en elle, Clara continuait de feindre la sérénité. Les yeux toujours plantés dans ceux de son voisin, elle patientait, attendant désespérément qu'il daigne témoigner de ses intentions à venir. Tout ce qu'elle pouvait lire dans son regard était de l'indécision. Finalement, elle n'avait peut-être pas eu raison de s'adresser à lui de la sorte. Un inconnu n'était jamais bon qu'à fréquenter le jour où il n'en serait plus un, et encore, là, il s'agissait d'un vampire. C'était un des dictions favoris de sa défunte mère, qu'elle venait d'adapter à sa propre situation.

En repensant à cette dernière, son coeur eut un raté. Ou alors était-ce seulement parce que le ravissant prédateur qu'elle avait élu pour bourreau-ou-non semblait rester pantois face à son physique, dont il se délectait sans vergogne. Habituée à ce genre de réaction, la brune le laissa estimer la marchandise de par lui-même. Avec un peu de chance, il accepterait de lui venir en aide pour cette raison. Certes, ce serait à elle de payer la facture de son sauvetage à la tombée de la nuit. Au vu du corps sans défaut de son investigateur, ce ne serait pas pour déplaire à la sorcière. Elle qui croyait avoir perdu sa journée, la voilà servie. Non pas qu'elle le trouvait particulièrement attirant - bien qu'elle ne crache pas sur cette fatalité incontestable - disons juste qu'elle aurait pu tomber sur pire, si on considérait la poisse qui la hantait depuis quelques jours. Ce n'était pas faux : Clara avait vraiment connu la guerre en cette éprouvante semaine. Son réconfort serait grand si le beau à la chevelure châtain-roux bavait déjà devant sa personne.

Une main déposée adroitement sur son épaule vint la tirer de ses réflexions, soulignant l'interruption du contact visuel qui s'était établis entre eux. La jeune femme qui avait une sainte horreur qu'on la touche sans qu'elle n'y soit préparée se retint de ne pas céder à l'envie de laisser sa main s'écraser sur la joue du vampire - car il ne se faisait aucun doute que ce geste lui était dû. Ravalant sa frustration, elle attendit la suite des évènements avec une hâte malsaine. Ce nouveau contact, physique, cette fois-ci, l'avait saisie d'une drôle de sensation. A la fois plaisante et compromettante, la froideur de sa paume se faisait de plus en plus singulière. Un instant sous l'emprise de cet homme, Clara ferma les paupières, imaginant à quel point il devait être agréable de se retrouver dans ses bras. La réalité eut bien fait de la récupérer là, avant qu'elle ne s'abandonne éperdument à ses désirs, qui, faute du manque, étaient d'autant plus présents dans ses pensées. Bientôt le désespoir aurait raison d'elle… quoique, non, pas encore.

- Vous serez aimable de lui servir un whisky. C'est mon invitée.

A ces mots, Clara se fit muette. Ce fut surtout le dernier que cette voix enchanteresse avait prononcé qui lui resta calé en travers de la gorge. Qu'entendait-il par-là? Soit, l'avenir le lui apprendrait certainement. Elle n'était pas du genre à se laisser tracasser pour rien, ne sachant même pas quelle tournure prendraient les choses. Ce fut avec étonnement qu'elle observa le vieux laid retourner vaquer à sa tâche. Quoi que cette révélation puisse vouloir dire, elle venait sans doute de la soutirer d'un risque énorme. Elle était son invitée. Ignorant toujours ce que cela pouvait signifier chez les suceurs de sang, la sorcière s'intéressa plutôt à ce que ces mots lui inspiraient. Assise à côté de ce dieu vivant - mort aurait été plus adapté à sa condition, certes - elle se laissa cajoler par cet étrange sentiment de sécurité qui l'envahissait. Cet homme devait avoir des dons de charmeur né, elle ne pouvait concevoir cette attirance plus réelle que toutes autrement. Trop en manque. Ce fut la seule excuse potable qui lui traversa la tête pour justifier ses pensées honteuses.

Un verre lui fut posé devant elle par le barman. Celui-ci lui vouait probablement un culte, vu comment il la dévorait des yeux. Regard que tous dans la salle semblaient avoir remarqué. A vrai dire, l'activité avait cessé depuis un bon moment déjà, tous étant trop concentré sur les battements réguliers du coeur de la mortelle. Clara resta aussi solide que d'ordinaire, ce n'était pas une troupe de sangsues en chaleur qui allaient lui faire peur. Enfin, pour l'instant. Lorsqu'elle vit son hôte de la soirée se pencher un peu plus en avant, dardant un regard noir à la crapule de serveur, elle retira cette dernière nuance, forcée de se rendre à l'évidence que sa vie dépendait des choix d'un vampire, aussi séduisant soit-il. A voix basse, bien qu'elle put aisément l'entendre, une sorte de mise en garde fut formulée :

- Elle m'est réservée.

Et enfin, l'assistance sembla reprendre le cours de leurs occupations. Pas plus avancée quant au sort que lui réservait l'auburn, Clara tourna la tête vers lui. Aussitôt, ses yeux accrochèrent les siens avec maladresse. Vifs et envoûtants, les iris du vampire lui firent perdre consistance. Quelque peu déroutée par l'éclat vert bouteille de ces joyaux, elle manqua de sortir une bêtise. Il lui fallait un homme, et vite. N'importe qui ferait l'affaire, du moment qu'il lui empêchait d'accroître son délire plus en profondeur. Retrouvant la raison, la sorcière usa de son sale caractère pour lui faire comprendre qu'elle le remerciait sans vraiment le faire. Rompant la ligne invisible qui unissait leurs regards, elle se détourna de son voisin, non sans lui avoir accordé un semblant de sourire reconnaissant. Toutefois, elle n'avait pas l'intention de s'arrêter là avec ce jeune homme et les multiples interrogations que ses dires avaient engendrées en elle. Déterminée à en savoir plus, elle prit la parole, sans pour autant reporter les yeux sur son interlocuteur :

- Votre réservation a-t-elle droit à être choyée avant sa dégustation, ou est-ce que monsieur préfère qu'elle la ferme en attendant le coup de grâce?


Hésitant quant à la fin que lui préparait le vampire, elle préférait opter pour ce que la généralité aurait fait à sa place : la tuer.

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

YOLO ILY LIAM PLV
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 364

MessageSujet: Re: Show me your teeth || Clara&Alek   Dim 25 Juil 2010 - 13:46

    La manière dont les vampires se désinteressèrent subitement de l'humaine après qu'il ait murmuré ces quelques mots au laideron surprit Aleksandr. Il avait espéré que cette phrase ferait gagner quelques précieuses minutes à la belle brune, mais n'avait pas escompté une réaction aussi vive et plaisante. Il avait suffi qu'il déclare qu'elle lui était destinée pour que les autres ne se sentent plus concernés par cet amas de chair fraîche qui était entré dans le bar tel un présent vivant pour leurs estomacs affamés. Soit! cela l'arrangeait amplement. La dizaine de paires d'yeux aux iris cramoisis qui s'était figée sur eux lorsque la jeune femme s'était installée à ses côtés l'avait exaspéré, bien plus qu'il n'aurait aimé l'avouer. Cette jolie humaine lui inspirait quelque chose de bien plus plaisant que de la soif.. Elle lui plaisait. Cette constatation manqua de lui faire faire quelque geste hésitant dont il se serait bien passé. C'était tout simplement.. affreux. L'attirance envers une représentante de la race humaine. Il n'avait ressenti ce sentiment que quelques rares fois dans sa vie, et cela s'était toujours conclu par une fin vilaine et tragique. Et il ne voulait pas ceci pour la jeune femme qu'il venait sans doute de sauver.

    Justement, ce qui le ramena à la réalité fut un geste de cette jeune femme. Elle avait tourné son visage angélique et parfait vers lui, et venait de planter son regard noisette dans le sien. Il ne fit rien, se perdant à la contemplation de ces deux billes chocolat où perçait une faible lueur de malice et de mutinerie. Quelques secondes passèrent, et le décontenancement sembla s'emparer de l'être frêle qu'il fixait sans se lasser. La jolie brune détourna le regard au grand dam d'Aleksandr, qui aurait bien voulu se fondre dans ses prunelles douces et envoûtantes. Il ne put cependant retenir un sourire sincère et amusé, qui étira ses lèvres pâles pendant quelques dizièmes de secondes. Il ne s'était jamais vraiment rendu compte de ce que faisaient les vampires aux humains ; et l'effet qu'il provoquait sur les jeunes femmes de cette race ne cessait de l'étonner.

    L'humaine se détourna de lui, instaurant une distance entre eux qu'il aurait instinctivement désiré combler. Elle feignit le désinterêt, et l'espèce de sourire empreint d'une certaine dose de reconnaissance qu'elle venait de lui adresser le laissa pantois. Il venait sans doute de lui épargner une fin rapide et douloureuse et son seul remerciement était ce semblant de sourire désabusé. Cachant son mécontentement, il fixa son regard sur le vieux barman qui, un peu plus loin, dardait toujours un regard envieux sur eux. Sans doute ce vieux laid n'avait-il que de rares occasions de goûter le plaisir du sang de si belles créatures et, pour une fois que l'une d'entre elle se présentait à lui, il fallait qu'un inconnu la lui ravisse sous le nez. A cette idée, un élan de satisfaction s'empara d'Aleksandr. Ce barman ne lui inspirait pas la confiance - bien au contraire - et le fait de lui avoir volé cette belle humaine lui plaisait beaucoup.

    Après quelques secondes d'un silence rythmé des conversations silencieuses d'autres clients, la jeune femme se décida enfin à parler. Ce fut d'une voix lente et mélodieuse qu'elle s'exprima, que parvinrent à entendre tous les autres vampires présents dans le bar.

    - Votre réservation a-t-elle droit à être choyée avant sa dégustation, ou est-ce que monsieur préfère qu'elle la ferme en attendant le coup de grâce?

    Le petit sourire qui s'était affiché sur les lèvres du vampire quelques secondes auparavant se dessina à nouveau, un peu plus large cette fois-ci. Ils étaient sur la même longueur d'onde. Et si elle désirait l'entraîner sur ce terrain, il s'y aventurerait volontiers. Le fait qu'elle désire un peu d'attention de sa part lui plut beaucoup ; cela prouvait bien qu'elle n'était pas insensible à son charme d'immortel. L'idée de lui clouer le caquet lui traversa l'esprit un instant ; il s'imaginait déjà la voir s'offusquer, mais il se dit qu'elle ne désirait peut-être pas une réplique cinglante de sa part. Cette jeune femme n'avait pas l'air d'une pimbêche - tout au contraire! elle en était l'opposé-même - mais peut-être ne s'attendait-elle pas à ce qu'il se montre trop vif et sarcastique à son égard. Ce fut pourquoi il lui renvoya la balle, en une réponse courtoise mais chargée de sous-entendus ;

    - Tout cela dépendra du comportement qu'adoptera ladite réservation ...

    Il ne chercha pas à guetter la réaction de la jeune femme, et se perdit dans la contemplation des bouteilles d'alcool alignées sur une étagère poussièreuse derrière le comptoir. Le petit rictus amusé était toujours ancré sur ses lèvres fines et marmoréennes, si bien que la jolie brune ne devait pas se faire d'illusions quant à la sincérité qu'il avait mis dans la phrase qu'il lui avait murmurée. Néanmoins, au bout d'un temps, il se tourna à nouveau vers elle ; son joli minois lui manquait presque déjà. Ce fut avec surprise qu'il aperçut un liquide vermeil coulant doucement le long de la peau nacrée du cou de la jeune femme. Deux trous ; fins et profonds, indiquaient l'emplacement de deux canines fines et acérées qui s'étaient enfoncées dans la chair peu de temps auparavant. L'explication de la venue de la jeune femme de le bar apparut alors, claire et précise, aux yeux du vampire. Un de ses pairs avait dû l'attirer ici, et par une quelconque raison, elle était parvenue à lui échapper. Par la suite, elle s'était perdue dans les méandres de ces sortes de catacombes et avait finalement atterri dans le bar : égarée.

    Ecartant délicatement les cheveux doux et soyeux de l'humaine pour dégager sa gorge, il essuya les quelques gouttes de sang qui descendaient en une cascade lente et appréciable le long de sa peau. La jeune femme risquait un regard sur lui, guettant une réaction violente et sanguinaire qui ne vint pas. Au contraire, il lui présenta le sang qui tâchait son doigt et lui sussura d'une voix trop faible pour que quelqu'un d'autre l'entende ;

    - Je pense que cette.. blessure nécessiterait quelques soins, mademoiselle ...

    Fronçant les sourcils, il s'aperçut qu'il ne connaissait pas le nom de sa voisine - avec qui, pourtant, il s'était tissé un lien épais mais insondable du fait de leurs échanges de regards. Ne la lâchant pas des yeux, il se délecta de ses prunelles sombres et mystérieuses, des traits fins et parfaits de son visage et de sa longue chevelure brune. Enfin, il reprit la parole en une interrogation courte et polie que s'étaient échangée des milliers de personnes avant eux :

    - Puis-je savoir votre nom ?

    Il plissa un peu plus les yeux, signalant qu'il attendait une réponse franche et sincère. Il ne faisait pas de doute qu'elle la lui donnerait, car il ne pensait pas qu'elle se risquerait à mentir au vampire qui avait sa vie entre les mains. Ou plutôt entre les crocs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


My name is

Somewhere over the rainbow.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 518
♣ Localisation : Paumée en pleine forêt.
♣ Situation amoureuse : Mais qu'est-ce qui m'arrive, bon sang ?

MessageSujet: Re: Show me your teeth || Clara&Alek   Mar 24 Aoû 2010 - 8:41

Le fait qu'elle ait parlé suffisamment fort que pour être entendue de tous renforça le désintérêt des autres vampires présents. Marcher dans le jeu du bel immortel assis à ses côtés était finalement bien plus simple qu'elle ne l'avait d'abord pensé. En outre, ça semblait éloigner les crocs de ses prédateurs. Certes, tout pouvait encore arriver. Son soit-disant sauveur d'un soir pourrait très bien lui réserver une fin d'autant plus tragique que ses semblables. A dire que son sort était entre ses seules mains… Pourtant, cela ne l'effrayait pas comme tel aurait dû être le cas. Clara plaçait une certaine assurance en son voisin, non pas qu'elle lui fit confiance, loin de là, mais une sensation de sureté apaisait ses craintes à la simple pensée qu'il était là, tout près d'elle. C'était comme si rien ne pouvait plus l'atteindre, comme si ils n'étaient que dans un bête bar fréquenté exclusivement par des humains, sans aucun danger pour lui nuire. Ignorant pourquoi sa légère peur se faisait plus moindre encore en le sachant veillant sur elle, ou surveillant sa proie, tout simplement, la sorcière osa un rapide coup d'œil vers lui - comme si la raison d'un tel sentiment résidait en l'objet même de ses interrogations.

Il souriait. Pas un de ces vrais sourires, ceux que même elle était incapable de copier. Ce n'était qu'une moue amusée, presque narquoise. Il devait certainement se sentir intouchable. Supérieur. Et cette situation semblait lui convenir parfaitement, outre l'amusement qu'il tentait de contenir. L'air que le vampire arborait ajoutait un doute de plus quant à ce qu'il désirait faire de la sorcière. Néanmoins, cette dernière continuait de croire à une seconde morsure imminente. Autant ne pas se créer de faux espoirs, pensait-elle. Désintéressée, Clara se replongea dans l'observation des étagères que meublaient des colonnes de verres prêts à être utilisés. La tête ailleurs, les pensées submergées par des questions éphémères, son regard se perdit dans les méandres des coupes à champagne transparentes et des autres contenants qui leur faisaient concurrence. Un tel décor était si habituel dans les bistros de San Francisco qu'elle peinait encore à réaliser où elle se trouvait réellement. D'ailleurs, qui pourrait y croire? Une sorcière perdue en sous-sols, sous-terrains habités exclusivement par des Sangs-Froids - elle imaginait déjà le tableau. Le seul détail qui clochait encore était le cœur battant de ladite sorcière, alors qu'une horde de créatures assoiffées de sang l'entourait. Détail qui serait bientôt réglé… ou pas.

Comme pour ponctuer cette dernière pensée, l'albâtre laissa entendre sa voix mélodieuse afin de lui répondre, bien qu'elle ignorait encore si oui ou non elle aurait désiré qu'il le fasse.

- Tout cela dépendra du comportement qu'adoptera ladite réservation ...

De ses dires s'échappaient d'énormes sous-entendus. Comme si cet idiot n'avait pas déjà remarqué qu'il la perturbait suffisamment pour qu'il n'en rajoute. Ça devenait grotesque. Si bien qu'une idée vint titiller la brune. Elle mourrait d'envie de se montrer plus détestable encore que d'ordinaire. Provoquer un vampire n'était pas un acte que l'occasion lui offrait de réitérer souvent. Autant saisir cette chance pour s'amuser un peu. Un sourire mutin vint prendre place sur ses lèvres blanchies par le stress qui s'était accaparé d'elle quelques minutes plus tôt, en réalisant l'endroit où elle venait de mettre les pieds. Désormais ravie de la tournure que prenaient les choses, elle mit ses craintes de côté et s'adonna à ignorer son voisin. Tâche qui lui demanda beaucoup d'efforts et de conviction. Celui-ci semblait sans cesse l'appeler, alors qu'aucun mot ne franchissait ses lèvres. Elle espéra que cet attrait fut réciproque, que lui aussi avait du mal à ne pas la fixer incessamment. Réaction purement égoïste qui voulait qu'elle ne soit pas la seule à céder si tentation il y avait.

Alors que sa seule occupation consistait à compter le nombre de bouteilles rangées dans une armoire, un peu plus loin, une impression de fraîcheur assez désagréable se manifesta au niveau du cou de la brune. Elle attendit, patiente, que sa chair soit à nouveau transpercée. Pourtant, la suite n'arrivait pas ; les crocs étaient restées loin de leur cible. Au lieu de ce à quoi Clara s'était attendue, une légère caresse régie du bout de l'index du vampire manqua de lui arracher un frisson. Une fois le choc du changement de température passé, la sensation glaciale éprouvée premièrement en devenait largement appréciable. Cependant qu'il terminait son acte - incompris de la sorcière -, celle-ci osa un regard préventif vers lui. S'attendant à un retournement de situation, qui envers et contre tout ne semblait pas être au programme. Déboussolée, elle allait demander des explications lorsqu'il les lui fournit de son plein gré, levant son doigt qu'un liquide vermeil avait teinté.

- Je pense que cette.. blessure nécessiterait quelques soins, mademoiselle ...

Voilà qui expliquait son geste ; il avait découvert la marque laissée par son prédécesseur. Qu'un autre se soit abreuvé à "sa réservation" ne devait certainement pas lui plaire. Clara comparait ça au fait de terminer les restes de l'assiette de son voisin. Répugnant et dévalorisant. Finalement, la chance avait peut-être bien rejoint son camp, restait le souci de cohérence entre la protection et le danger que représentait l'immortel à ses côtés. Ce dernier venait d'ailleurs de soulever, outre l'hypothèse d'un soin imminent, le fait qu'ils ignoraient encore leurs identités. Faute de ce lien invisible qui semblait plus réel quand contact visuel il y avait entre eux, la jeune femme n'avait pas vraiment conscience qu'ils ne se connaissaient que depuis quelques minutes.

- Puis-je savoir votre nom ?

Encore une fois, sa politesse et sa courtoisie l'amenèrent à se demander s'il ne faisait pas partie des vampires qui avaient abandonné la malfaisance pour se consacrer à une existence "meilleure". Cette idée se renforça lorsqu'elle devina à son regard qu'il attendait qu'elle joue franc jeu. Avait-il donc déjà cerné sa difficulté à rester honnête quand l'amusement ne lui laissait d'autres choix? Non. Probablement pas. Les Sang-froids pouvaient être plus futé que les autres, jamais ils ne mettraient une reine de la manipulation à découvert. Sans doute voulait-il simplement qu'elle n'esquive pas la question. Après qu'elle lui ait déjà prouvé ne reculer devant rien - et pour cause, elle en était arrivée ici -, mal se conduire restait dans ses capacités. Toujours décidée à contrer ce qu'on pourrait presque qualifier de gentillesse par de la mauvaise foi, Clara répondit avec le moins de bienséance de possible ;

- Clara.

Ayant le mérite d'avoir été claire, elle n'eut pas envie de s'attarder plus longtemps sur le sujet. D'ailleurs, elle économiserait sa salive. Il serait dommage de se priver d'un peu d'attention de la part de l'albâtre, qui paraissait disposé à enfin lui en donner. Même si malgré ses réticences, un minimum de décence la forçait à lui renvoyer l'appareil. Alors elle le fit, jugeant inutile de se blâmer pour cet élan de savoir-vivre.

- Et vous?

Son ton détaché devait toutefois en dire long sur l'envie qu'elle y mettait. Feindre le désintérêt était assez distrayant, pourvu qu'elle puisse jouer encore un moment.

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

YOLO ILY LIAM PLV
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



My name is
Contenu sponsorisé -


• • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Show me your teeth || Clara&Alek   

Revenir en haut Aller en bas
 

Show me your teeth || Clara&Alek

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our World Of Dreams :: Lieux :: ♣ Lieux magiques :: Sous-sols :: Bar-