AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Follow me into the Darkness ~ Stephen&Ninon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


My name is

ADMINISTRATRICE
Je suis partout.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 1184
♣ Localisation : Aux oubliettes.
♣ Situation amoureuse : Délibérément seule.

MessageSujet: Follow me into the Darkness ~ Stephen&Ninon   Dim 2 Mai 2010 - 0:33

Victime du bonheur instantané, Ninon avait adressé un salut chaleureux à tous ceux qu'elle avait croisés. Sa bonne humeur débordante commençait à ne plus étonner les adeptes du bar à vampires qu'elle fréquentait. Celui-ci grouillait de Sangs-Froids qui consommaient avec d'autres créatures. Clients habitués, ils se connaissaient tous si pas personnellement, au moins de nom. La blonde qui était ici depuis un bon bout de temps déjà avait réussi à se créer une sorte de réputation. Sa notoriété possédait quelques avantages, comme celui de se savoir toujours en bonne compagnie. Mais aussi des inconvénients, il était rare qu'elle puisse venir en ce lieu uniquement pour se rafraîchir paisiblement. Il y avait sans cesse quelqu'un pour lui taper la discussion, et elle prenait plaisir à communiquer avec n'importe qui.

Ce soir là, comme tous les autres soirs, elle s'était retrouvée au centre de l'attention d'un groupe de suceurs de sang fraîchement arrivés en ville. Accueillante, elle ne les avait pas renié quand ils l'avaient aimablement abordée. Leur souhaitant la bienvenue, elle prit part à leur conversation animée quant à leurs premières impressions sur San Francisco. Sympathiques, elle avait conversé avec eux jusqu'à ce qu'ils ne doivent la quitter faute d'une faim tenaillante. La vampire s'était retrouvée seule sur son tabouret, accoudée au bar. Elle avait profité de sa paix momentanée pour replonger dans les pensées qui la préoccupaient depuis maintenant plusieurs semaines.

Ces dernières portaient toutes sur le même sujet ; son passé envahissant. Ses instants de pure démence avaient un goût de trop peu auquel elle avait déjà songé à remédier. Mais elle s'était ravisée à chaque fois, préférant souffrir du manque que de se remettre à tuer par simple plaisir. Femme de parole, elle tiendrait jusqu'au bout sa promesse et ne profiterais pas de sa puissance pour nuire à d'autres espèces. Son régime était ardu, mais c'était un mal nécessaire. Si ne plus laisser son désir prendre le dessus pouvait permettre à sauver des vies, elle saurait s'y tenir. Elle avait bossé dur sur elle-même pour arriver à devenir meilleure, pour rien au monde elle ne réduirait tous ses efforts à néant. Sauf peut-être au cas où elle souhaiterait mourir pour de bon, éradiquer son âme de cette terre.

Une présence se fit sentir à ses côtés et la tira de ses réflexions. Souriante, elle tourna la tête vers le nouvel arrivant. Croisant son regard, son coeur cogna dans sa poitrine et la fit émettre un souffle étonné. L'impression d'être retournée cinquante ans en arrière lui frappa l'esprit comme un coup de couteau tant ça lui faisait mal. Y penser était vraiment mal, le pire était sans doute que ce cliché l'envoûtait. Non, elle préférait mettre ce sentiment sur le compte du regard perçant du beau jeune homme qui lui faisait face. Il lui souriait de manière narquoise, comme si sa réaction l'amusait alors que ça ne devrait pas. Ninon retrouva la tête froide et le toisa de haut, un air de défi dans les yeux. Autrefois, c'était un de leur jeu favori ; ils passaient des heures à se lancer des piques amicales et à enfoncer un peu plus l'autre que lui même ne l'était déjà. Enjouée de retomber dans cette vieille manie, la blonde s'appliqua à ne rien laisser transparaître.

- Rice, ça alors quelle surprise de mauvais goût ! Qu'est-ce qu'une face de démon comme toi fait dans mon domaine? lâcha-t-elle du tac au tac.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://owod.forumactif.org/t65-ninon-haalen-broken-inside

avatar


My name is

MODO-EN-CHEF
Tu m'touches, j'te bouffe.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 1278
♣ Localisation : En Enfer, probablement...
♣ Situation amoureuse : Libre comme l'air.

MessageSujet: Re: Follow me into the Darkness ~ Stephen&Ninon   Dim 2 Mai 2010 - 21:16

Vagabondant en Enfer, Stephen passait d'un territoire à un autre, s'amusant à provoquer ses ennemis passés qui l'avaient, autrefois, regardé de haut. Amusé, il regardait certains démons et monstres de l'Enfer se cacher sur son passage, trop peureux qu'il les tuent tous où les torturent. C'est vrai que le jeune homme s'ennuyait de plus en plus en ce moment et que par conséquent, il appréciait de plus en plus le fait de tuer certains démons ou créatures magiques. Un fin sourire sardonique s'empara de ses lèvres quand il repensa à la veille; Prit en otage par l'ennui, il s'était amusé à torturer une sorcière qui avait eu le malheur de traîner trop dans les parages.

Il soupira d'aise en repensant à ses cris de souffrance et de supplication. Douce mélodie, avant d'aller se coucher, c'est certain. Pourquoi n'y avait-il pas plus d'humains à torturer ? Enfin... Bien sûr, il y en avait des milliers, mais tous étaient protégés par des anges, ces fichus bestioles qui font en sortes que le monde reste un halo de paix et de lumière. Pathétique !

S'éclipsant pour la millième fois de la journée, il décida d'aller sur le territoire des vampires. Certes, comparé au sien, leur territoire en Enfer était ridicule, voir lamentable, mais Stephen appréciait de temps en temps traîner avec des vampires. Ils avaient toujours le mot pour rire et n'hésitaient pas à tuer leurs victimes de sang-froid. Pile ce qu'il adorait. Gardant son petit sourire énigmatique, il atterrit en plein milieu de leur territoire et fut amusé de voir certains vampires s'enfuir en le voyant. Décidément, il faisait si peur que ça ?

Amusé, il s'avança vers une de ses connaissance et le salua brièvement. Ce jeune vampire s'appelait Mike, il savait peu de chose sur les humains et autres créatures. Mais, par contre, il était incroyablement bien collé en vampire. Il savait toujours tout sur tout et n'importe quelle nouvelle lui arrivait toujours aux oreilles.

- Alors Mike, quoi de neuf dans le beau monde des vampires ?
Demanda Stephen en rigolant presque.

Le jeune vampire eut un sourire plutôt frustré en voyant Stephen près de lui et se passa une main dans ses cheveux blonds, apparemment gêné :

- Tient ! Stephen ! Ça fait plaisir de te voir ici, surtout que j'avais une bonne nouvelle à t'annoncer !

Stephen fronça les sourcils, n'appréciant pas le temps que mettait Mike à continuer son récit. Il croisa les bras et soupira d'agacement.

- Ok, ok ! T'énerves pas, mec ! Ninon Haalen est en ville... En ce moment même, elle doit être au Sous-Sols, le bar des vampires.

Stephen sentit son cœur faire un raté et son sang ne faire qu'un tour. Comment était-il possible que Ninon Haalen soit ici ? La dernière fois qu'il l'avait vu... Bon sang ! C'était il y a une cinquantaine d'années, au moins. Pourquoi traînait-elle dans les parages ? Il n'y avait plus d'humains dans son trou perdu en Italie ? Les aurait-elle tous mangé ?

Stephen esquissa un sourire sincère et plein de sous-entendu avant de s'éclipser jusqu'au Sous Sols. Arrivant rapidement au repère des vampires, il fut surprit de voir certains d'entre eux se reculer en le voyant arriver. Décidément, sa réputation le précédait où qu'il aille. Avançant à travers le lugubre bar, évitant avec brio et souplesse les vampires qui se battaient ou qui parlaient avec un peu trop d'agitation.

Il n'eut aucune difficulté à retrouver Ninon dans ce bar miteux, elle était la seule vampire qui avait une odeur particulièrement suave et pétillante, ressemblant parfaitement bien à son apparence si fragile et belle, telle une fleur qu'il ne faut pas sous-estimer. Sans aucune gêne, Stephen s'adossa au bar auquel était assise Ninon, à siroter un verre qui ne semblait pas être le sien. Stephen la regarda quelques secondes avant qu'elle ne tourne la tête et le découvre près d'elle. Le jeune démon fut surprit de voir sa camarade sursauter presque en le voyant. Un sourire narquois se posa sur les lèvres de Stephen tandis que Ninon reprenait peu à peu ses esprit, le jaugeant du regard, un lueur de défi scintillant dans ses yeux gris.

- Rice, ça alors quelle surprise de mauvais goût ! Qu'est-ce qu'une face de démon comme toi fait dans mon domaine ?

Le sourire de Stephen s'intensifia en un plus mesquin et plus naturel, tout ceci lui rappelait le passé, quand ils se cherchaient mutuellement et se lançaient des petits pics. Petits mais durs. Amusé et revoyant un flot de souvenir transpercer son esprit, il prit place à côté de Ninon, s'asseyant sur un vieux tabouret en bois, aussi miteux que le bar.

- Et bien Vampirella, tu sais bien que je ne vis que pour te pourrir ta petite vie banale, finit-il par dire en lui adressant un clin d'œil.

Se retournant vers le barman, il commanda un verre de scotch.

- Néanmoins, j'ai été surpris de te savoir en ville, dit-il tout en regardant le barman préparer son verre d'alcool, je ne pensais pas de revoir aussi vite.

Enfin, quand il fut servit, il se redressa vers son ancienne amie et leva rapidement le verre, lui accordant un toast :

- Au bon vieux temps ! Lança-t-il avant de boire son verre de scotch d'un trait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://Draamione.skyblog.com

avatar


My name is

ADMINISTRATRICE
Je suis partout.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 1184
♣ Localisation : Aux oubliettes.
♣ Situation amoureuse : Délibérément seule.

MessageSujet: Re: Follow me into the Darkness ~ Stephen&Ninon   Lun 3 Mai 2010 - 18:42

Comme s'il était chez lui, Stephen s'installa juste à côté d'elle, ne maintenant même pas une distance de sécurité entre lui, donc, par conséquent sa nuque exposée, et la jeune vampire. Lui lançant un regard appréciateur, la blonde voulut attirer son attention sur leurs genoux qui se touchaient presque. Désireuse de rappeler à son camarade d'autrefois à quel point ils avaient aimé se provoquer, adoptant toutes sortes de méthodes pour prouver à l'autre que la tentation physique était plus forte que le reste. Cependant, il ne lui en laissa pas l'occasion car il avait décidé de lui répondre, tout aussi ironiquement qu'elle :

- Et bien Vampirella, tu sais bien que je ne vis que pour te pourrir ta petite vie banale.

Oh ça oui, Vampirella le savait. Qu'aurait été son passé sans la présence influente de son comparse? Ennuyeux, c'était indéniable. Il l'avait tellement agacée avec ses sous-entendus bidons et ses blagues qui ne faisaient rire que lui que la blonde en avait gardé un net souvenir. A côté de sa, elle portait de l'affection à ce démon qu'elle adorait tant. Ensemble, ils en avaient fait des choses ; et pas toujours les meilleures !

Son compagnon se tourna vers le serveur pour lui ordonner de lui servir un verre d'alcool pur digne de ce nom sur le champs. Il n'avait pas encombré sa phrase de formules de politesse inutiles, un s'il-vous-plait aurait été superflu. Il poursuivit la discussion tout en ne quittant pas son verre qui se remplissait sous ses yeux sombres.

- Néanmoins, j'ai été surpris de te savoir en ville, je ne pensais pas de revoir aussi vite.

Si pour son égo, presque un demi-siècle n'était pas un temps de repos suffisant, elle pouvait le comprendre. La tranquillité du démon allait être une nouvelle fois rompue par sa vampire préférée. A cette conclusion, la blonde savoura déjà ses futures journées dédiées à pourrir l'existence de Stephen.

Il saisit sans aucune grâce son verre et le leva aux yeux de sa camarade avant de déclarer :

- Au bon vieux temps !

Etait-ce un toast porté à leurs retrouvailles que Ninon en serait la première étonnée. Quoiqu'il en soit, elle lui sourit de manière à ce que ses crocs pointues scintillent, éclairées par les reflets des lampes tamisées. Eclatante, la blonde reposa avec soin ses yeux clairs sur son comparse. Le revoir lui faisait énormément plaisir, même si, d'un autre côté, la souffrance surpassait de loin cette joie. Stephen faisait partie de son passé, celui-là même qu'elle avait fui et tentait d'enterrer dans l'antre de la terre. Les souvenirs refaisaient surface avec lui, ce n'était pas une bonne chose du tout.

Elle se décida à parler car c'était à son tour d'animer la conversation. Le silence qui pourrait s'installer rendrait peut-être son interlocuteur soupçonneux. Il n'était pas nécessaire qu'il soit de suite mis au courant qu'elle avait changé de camp. Ça ne lui plairait pas, Ninon aurait beau argumenter en sa faveur, ça ne changerait rien à la nature de son comparse. Un démon ne pouvait se réjouir d'une telle chose, encore moins lorsque cet être en question était un bon ami de la traître. Il ne pourrait que l'en blâmer, ce qu'elle était tout à fait apte à comprendre.

Quand leurs regards s'accrochèrent, elle perdit pied quelques dixièmes de seconde. Le temps pour elle qu'elle se raisonne quant au fait qu'il était purement impossible que tout soit comme avant avec Stephen. Un dilemme intérieure et fortement contradictoire éclata en elle. D'un côté, son amitié pour le monstre qui l'avait soutenue dans sa démence par le passé. De l'autre, l'Ange qu'elle aimait tant et sans qui elle ne pouvait se résoudre de poursuivre son éternité : Haley.

- San Francisco est une sorte de nouveau départ pour moi, Stephen. Je ne suis plus celle que tu as connue en Italie, j'ai changé. Les meurtres et bains de sang, tout ça c'est fini pour moi. Je me suis rangée, avoua-t-elle.

Comme elle s'y était attendue, la réaction choquée de son camarade lui lacera la poitrine. Il la regardait, ahuri et déboussolé. Son expression était indéchiffrable. Bon sang, que lui avait-il pris de finir par lui expliquer tout ça ! Elle n'aurait pas dû, ils venaient à peine de se retrouver, elle ne voulait pas de nouveau le perdre. Malgré leurs différences et leurs innombrables soirées passées à s'enquiquiner mutuellement pour blaguer, elle ne supporterais pas de laisser la dernière trace de ses antécédents s'effacer aussi bêtement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://owod.forumactif.org/t65-ninon-haalen-broken-inside

avatar


My name is

MODO-EN-CHEF
Tu m'touches, j'te bouffe.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 1278
♣ Localisation : En Enfer, probablement...
♣ Situation amoureuse : Libre comme l'air.

MessageSujet: Re: Follow me into the Darkness ~ Stephen&Ninon   Sam 29 Mai 2010 - 8:12

Buvant son verre d'alcool d'un trait, il sentit le liquide couler le long de sa gorge et se maudit intérieurement d'avoir une partie humaine qui arrivait à sentir la moindre petite douleur, qu'elle soit importante ou non, d'ailleurs. Grimaçant légèrement, il posa son verre et se redressa vers Ninon, qui lui accorda un fin sourire qui lui laissait l'honneur de voir ses petite canines de vampire sortirent et s'exposer sans crainte à la lumière du bar. Stephen ne put s'empêcher qu'elle n'avait pas changée d'un poil, elle était restée aussi belle que dans ses souvenirs et il était sur que, maintenant qu'elle était à San Fransisco, le mal dominerait largement sur le bien. Ninon Haalen était la vampire la plus sanguinaire et la plus cruelle du monde, c'était certain.

Pourtant, en l'observant d'avantage et en cherchant à percer son regard grisé, le démon n'arrivait pas à retrouver la flamme qui les animait, autrefois. Cette petite étincelle qui brillait dans ses doux yeux et qui ne lui laissait jamais le doute de savoir dans quel camp elle était. Même lors de leur première rencontre, il avait immédiatement comprit qu'elle faisait partie du monde des Ténèbres rien qu'en croisant ses yeux. Il fronça quelque peu ses sourcils bruns, essayant de garder son anxiété pour lui, malgré le fait qu'il sentait que quelque chose n'allait pas.

- San Fransisco est une sorte de nouveau départ pour moi, Stephen. Je ne suis plus celle que tu as connue en Italie, j'ai changé. Les meurtres et bains de sang, tout ça c'est finit pour moi. Je me suis rangée.

Une gifle. Une trahison. Un coup de poignard par derrière. Un choc.

Non, ce n'était pas possible. Pas elle. Pas Ninon. Ces fichus anges n'avaient pas pu l'avoir, c'était insensé. Ninon Haalen était et restera toujours cette folle furieuse qui aimait le goût du sang, qui ne se gênait pas pour tuer un humain quand elle s'ennuyait, qui aimait relever les défis en prenant comme jeu le simple fait de faire souffrir ses stupides humains. Stephen sentit une boule se former dans sa gorge et remonter doucement contre les parois de celle-ci, lui donnant presque les larmes aux yeux. Une colère et une déception sans fin étaient en train de prendre le contrôle de lui. Il se mit à gigoter péniblement, essayant de se calmer, se persuadant inutilement que tout ceci était une blague.

Pourtant, quand il croisa une deuxième fois les yeux de Ninon, il sut et il comprit que ce n'était plus la même personne. Ce n'était plus sa Ninon. Sa Vampirella. Rageusement, il se leva et jeta son verre contre un des murs miteux du bar, puis en apercevant d'autres verres d'alcool sur le comptoir, il se rapprocha d'eux d'un geste rapide et les balança tous par terre d'un geste. Tout en criant de haine et de colère, il sortit une boule de feu et la lança contre un des vampires qui étaient dans le bar. Celui-ci prit feu immédiatement et mourra sous les flammes qui le consumait. Stephen était le seul démon capable de tuer des vampires, grâce à son pouvoir.

En voyant ce spectacle, la musique s'arrêta, les discutions ne firent plus aussi bruyante et la moitié du bar partit en courant. Essayant de ravaler ses larmes de haines et de déception, il se retourna vers Ninon, qui le regardait avec de grands yeux, la bouche entre-ouverte, le visage apparemment choquée. Stephen avait largement réussit à gagner en pouvoir depuis sa dernière rencontre avec Ninon, il était presque aussi puissant que Satan lui-même.

- Tu n'es plus la personne que j'ai connu, tu es faible et influençable. Ton abstinence ne servira à rien, parce que crois-moi, si je te tuais tout de suite, je ne serais pas étonné de te retrouver en Enfer. Les gens comme nous, Ninon, ne peuvent pas racheter les crimes qu'ils ont commis. Surtout toi. Ils t'ont juste manipuler en te disant que si tu arrêtais de tuer et que si tu ne faisais plus souffrir les humains, tu aurais une nouvelle vie, tu aurais ta place avec eux. Mais tout ceci, c'est des CONNERIES ! Ils t'ont juste dit ça pour que tu arrêtes de leur donner autant de travail, pour que tu ne tues plus d'humains et pour que tu sois entièrement sous leurs ordres. Et d'après ce que je vois... Ça marche. Tu n'es plus qu'un pantin qui se bat contre sa propre nature. C'est pitoyable et tu sais aussi bien que moi, que tu souffriras toute ta vie pour te retrouver en Enfer, et non dans leur petit havre de paradis.

Il fit une pause, ne se rendant pas compte qu'une petite larme coulait le long de sa joue droite. Puis, tout en sentant la boule nichée dans sa gorge se resserrer, il lança :

- Je crois que nous n'avons plus rien à nous dire, maintenant.

Puis, d'un pas las, il se dirigea vers le bar vide, attrapa une bouteille de vodka et se dirigea vers la sortie, tout seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://Draamione.skyblog.com

avatar


My name is

ADMINISTRATRICE
Je suis partout.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 1184
♣ Localisation : Aux oubliettes.
♣ Situation amoureuse : Délibérément seule.

MessageSujet: Re: Follow me into the Darkness ~ Stephen&Ninon   Sam 29 Mai 2010 - 14:12

Ses prières furent vaines, elle s'en persuada après avoir observer l'expression de son vieil ami changer. Stephen était devenu encore plus pâlot que de coutume. Son teint pâle n'était pas le seul à témoigner du choc émotionnel que cette révélation devait lui avoir causé. Sa bouche entrouverte, son air déconfit, ses yeux implorant, autant de détails quela vampire n'avait pu s'empêcher de remarquer. Elle le connaissait si bien qu'il lui aurait été impossible d'en faire autrement, soit dit en passant. Ninon put aisément lire sur son visage la haine, l'incompréhension et une déception sans pareille. Elle en fut attristée et préféra baisser la tête, elle en avait assez vu ainsi. La blonde ne supportait pas cette réaction démesurément révélatrice quant à ce qu'il adviendrait de leur amitié. C'en était fini de Stephen et Ninon, le duo autrefois inséparable et craint de tous n'avait plus de raison d'être. Elle avait tout gâché.

Diable que lui avait-il pris de faire une chose pareille. Comment avait-elle pu dénier de la sorte sa véritable nature? Maintenant qu'elle se retrouvait face à un fantôme de son passé, elle peinait à se remémorer les arguments qui l'avaient poussée à se ranger. Une meilleure estime de soi, des sentiments nouveaux, une manière plus acceptable de continuer à vivre son éternité. Ridicule. C'était tout ce qu'elle réussit à tirer comme conclusion. Lorsqu'elle y songeait, la blonde n'arrivait pas à comprendre ce qui avait fait qu'elle avait rejoint San Francisco en laissant Vampirella derrière elle. La bête cruelle, sanguinaire et assoiffée de pouvoir était tombée bien bas. A dire qu'elle s'était laissée emportée par une raison nouvelle, une nostalgie de ses tendres années passées à l'orphelinat. Là où tout n'était que joie et contes de fées. C'était incontestablement ce désir d'antan qui lui avait donné la force et le courage d'arrêter le massacre.

Ninon releva légèrement les yeux et vit qu'il commençait à ne plus tenir à sa place. Leurs regards se croisèrent et ce fut probablement cela qui déclencha tout le reste. En rage, le démon se redressa, agrippa son verre et le balança contre la paroi d'en face. D'un geste énergique, il radia tous les autres verres du comptoir qui vinrent s'écraser brutalement au sol. Hurlant toute son aversion au sous-sols tout entiers, une flamme gigantesque s'échappa de sa gorge et alla anéantir un vampire contemplatif. Emporté par les flammes, il devint braises et puis cendres. Suite à cela, l'activité cessa autour d'eux. La musique d'ambiance fut coupée net, les discussions également. Les deux anciens amis étaient au centre de toute l'attention le temps de quelques secondes, avant que bon nombres de vampires ne s'enfuient à toute jambes.

Stephen se retourna vers Ninon qui le fixait avec effarement. Jamais elle n'avait imaginer qu'il aurait à ce point évoluer. Ses pouvoirs semblaient vachement accrus depuis leur dernière entrevue en Italie. Tuer un Sang-Froid était ardu pour les autres créatures quelles qu'elles soient. Même pour ceux qu'on appelait ici les Anges de la Mort. Il avait acquis ce pouvoir, ce qui laissait entendre qu'il en avait appris pas mal durant ces dernières années. Satan devait à tous prix vouloir l'éliminer tant ses capacités devaient le menacer. Le roi des Enfers ne tarderait plus à faire pâle figure face à lui. Au fond d'elle, une lueur de fierté s'illumina. Stephen n'était qu'un novice quand elle avait failli le tuer la nuit de leur première rencontre. Chose qu'elle n'avait pas faite en lisant en lui l'ambition dont il débordait alors. En le prenant deux ans sous son aile, elle lui avait montré ce qu'était véritablement le Mal. Et après, ils l'avaient répandu ensemble. Mais aujourd'hui, après ce qu'elle venait de voir, l'élève était sur le point de dépasser son maître.

- Tu n'es plus la personne que j'ai connu, tu es faible et influençable. […] C'est pitoyable et tu sais aussi bien que moi, que tu souffriras toute ta vie pour te retrouver en Enfer, et non dans leur petit havre de paradis.

Estomaquée, Ninon regarda, anéantie, la perle d'eau qui avait entamé sa descente aux Enfers couler le long de la joue de son interlocuteur. Tant d'idéaux venaient de se briser sous les morts bruts de son ancien collaborateur qu'elle avait du mal à retrouver le fil de ses pensées. Celles-ci ne faisaient que défiler dans sa tête telle un flot d'images et de paroles incessantes. Stephen avait été si dur, si cassant. Il lui avait fait mal, très mal. Non pas une de ces souffrances qui n'ont d'effets qu'en surface, celle ressentie par la blonde dépassait de loin ces petites peines guérissables. Non. La sienne était une de celles qui vous brûlait l'air que vous respiriez, obstruait vos poumons, accaparait votre coeur et vous tuait à petit feu. Les remords envahirent son être, prenant la place de sa raison et lui dictant ce qu'elle se devait d'éprouver. Tout en elle l'incitait au suicide. Dans son monde tyrannique, mieux valait mourir avec honneur que mourir de façon honorable. Une voix dans son crâne lui susurra que le peu de gloire qu'il lui restait encore ne pouvait qu'être conservé que si elle cessait de vivre telle une vampire innocente sur-le-champ. Mais elle s'y refusa et les regrets se turent un peu.

- Je crois que nous n'avons plus rien à nous dire, maintenant.

Et il s'en alla, une bouteille à la main, à une allure d'enterrement vers la sortie du pub. Un instant perdue, Ninon ne voulait pas que toutes ces années de bonne entente se terminent de la sorte. Elle s'évapora et se matérialisa juste devant lui. Il la toisa, tout aussi déboussolé qu'elle apparemment. La vampire ne sourit pas, ne bougea même pas. Encore sous le coup de l'émotion, elle se contentait de le regarder droit dans les yeux. Elle espérait sans doute y retrouver cet éclat qui s'était fané lorsqu'il avait compris qu'elle n'était plus Vampirella, comme il l'avait lui-même surnommée il y avait de cela plusieurs décennies déjà. Mais seul le néant se reflétait dans le regard du démon. Animée d'une force nouvelle et d'un courage naissant, Ninon s'approcha de lui d'un pas légèrement hésitant. L'espace d'un court instant, ses yeux se posèrent sur son cou mais elle les en détourna bien vite.

- Les anges n'y sont pour rien, laisse ces bons à rien en-dehors de ça veux-tu. J'ai toujours pris mes décisions seule, ça, ça ne changera jamais. Et moi non plus, je ne changerai jamais Stephen. Je suis toujours la même personne : Ninon Haalen. Sauf que je prône d'autres causes que celle du mal désormais.

Elle fit une pause, le temps de trouver les mots justes pour exprimer cette peur de le perdre qui la tenaillait. Stephen Rice avait beau faire partie intégrante de son passé, celui-là même qu'elle s'efforçait d'oublier, elle ne supporterait pas de ne plus le revoir. Cela faisait cinq ans qu'elle avait déserté son camp à Florence, autant d'années qu'ils ne s'étaient plus parlés, plus revus. Si déjà cette demi-décennie lui avait parue longue, elle ne pourrait se faire à l'idée que son avenir n'entendrait plus parler de Stephen Rice.

- Rien ne t'oblige à t'encombrer de notre amitié plus longtemps. Mais si tu décides de faire une croix sur elle, sur moi, ne le fais pas parce que tu crois que je t'ai abandonné, ou que je t'ai trahi. Tu sais très bien que c'est faux. Si j'ai modifié mon comportement ce n'est pas parce que j'en mourrais d'envie, pardonne-moi l'expression, mais plutôt parce que j'en avais besoin. L'affliction aurait fini par avoir raison de moi. Ma démence m'aurait consumée de l'intérieur, jusqu'à ce qu'elle me tue. Dans les derniers mois que j'ai passés à Florence, chaque âme volée émiettait la mienne. Comme si le destin avait l'esprit vengeur ! finit-elle par se moquer.

En songeant à ça, elle se rappela cette sensation étrange de déchirement qui la traversait lorsqu'elle tuait. Un frisson parcouru son dos et elle se rendit compte qu'elle avait parlé en fixant le vide devant elle. Flottant entre deux époques, son coeur n'en finissait plus de se fendre, bien qu'il soit inerte depuis plus d'un siècle. Elle lança un appel au secours à son ami, de ses iris implorant elle lui dit d'une voix fatiguée par les années :

- Si tu savais comme je suis épuisée Stephen…

C'était si vrai qu'elle en fut même étonnée. Cette véracité avait des airs de fatalité, maintenant qu'elle s'imposait à elle. Le temps avait bien des raisons pour lui en vouloir. La terre aussi. Cette dernière n'avait pas reçu don de son corps lorsqu'elle aurait dû mourir, aujourd'hui ses entrailles réclamaient leur dû. Les Enfers commençaient à peser sur les épaules de la vampire. Elle savait qu'elle devrait les rejoindre sans savoir ni quand ni comment. Le souvenir d'une pierre tombale qu'elle avait souvent contemplée au cimetière italien lui revint en mémoire. Dessus était inscrit le proverbe latin « Mora certa, hora incerta ». Aujourd'hui seulement, elle comprenait le sens réel de ces mots.



Dernière édition par Ninon Haalen le Mer 16 Juin 2010 - 18:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://owod.forumactif.org/t65-ninon-haalen-broken-inside

avatar


My name is

MODO-EN-CHEF
Tu m'touches, j'te bouffe.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 1278
♣ Localisation : En Enfer, probablement...
♣ Situation amoureuse : Libre comme l'air.

MessageSujet: Re: Follow me into the Darkness ~ Stephen&Ninon   Ven 11 Juin 2010 - 9:54

Sentir un profond sentiment de douleur et de solitude, persécutant Stephen, lui rappelant sans cesse sa pire des hontes; Celle de posséder une part d'humanité en lui et qui, en ce moment même, le blesser, l'anéantissait et lui laissait un goût amer dans la gorge. A croire qu'il n'arriverait jamais à passer au-dessus de ça, cette moitié de lui, le laissant pantois devant tous les problèmes sentimentaux où il n'arrivait à rien gérer, se laissant simplement emmener dans un tourbillon de sentiments qui surpassaient toutes les souffrances du monde. Même la torture et les coups qu'il avait souvent reçu de la part d'autres démons n'étaient rien comparés à tout ça. C'était plus fort que tout ce qu'il avait connu; Du plus profond de son âme, sa chair se scarifiait toute seule, son sang se refroidissait, ses forces se vidaient à chaque pas qu'il osait faire vers les escaliers, et ce trou énorme, béant qui s'ouvrait dans les méandres de son cœur, déjà beaucoup trop fissuré. Ses sentiments étaient si humiliant pour lui, Stephen Rice, démon aussi puissant que Satan lui-même, le voilà mit à terre par sa meilleure amie qui l'avait abandonné, se découvrant une soudaine passion pour le bien. Trahison.

Avec le projet bien ancré dans son cerveau de se souler jusqu'à extirper ne serait-ce qu'un peu la douleur dans laquelle l'avait jeté Ninon, ses pas cessèrent et ses yeux bleutés cherchèrent des explications dans ceux de son ancienne meilleure amie, qui venait de s'éclipser devant lui, chose qu'il n'appréciait pas. Il fut étonné de voir les traits de Ninon si désemparés et aussi douloureux que les siens, à croire qu'elle arrivait elle-aussi à capter sa peine. En détaillant chaque parcelles de ses iris aussi bleu que l'océan, Stephen fut d'avantage déçu. Ce n'était plus sa Ninon, certes, elle lui ressemblait comme deux gouttes d'eau, mais ce n'était plus la sienne, sa meilleure amie, cette personne était une simple inconnue et à cette simple pensée, le cœur de Stephen se fissura un peu plus. Rien qu'en se plongeant dans ses yeux, on pouvait y voir la bonté, la gentillesse et le besoin d'aider l'autre. Stephen en frissonna de dégout, ne comprenant pas comment cela avait pu se produire.

Au bout de longues secondes, où tous les deux se détaillaient comme si c'était la première fois qu'ils se rencontraient, Ninon fit un pas vers Stephen, se rapprochant d'un pas presque hésitant. En observant son visage, Stephen fut surprit de découvrir des expressions qu'il connaissait par cœur, comme cette mine qu'elle arborait lorsqu'elle prenait son courage à deux mains et qu'elle était décidée à faire quelque chose. Une vraie tête de mule, comme toujours, ne put s'empêcher de penser Stephen.

- Les anges n'y sont pour rien, laisse ces bons à rien en-dehors de ça veux-tu. J'ai toujours pris mes décisions seule, ça, ça ne changera jamais. Et moi non plus, je ne changerai jamais Stephen. Je suis toujours la même personne : Ninon Haalen. Sauf que je prône d'autres causes que celle du mal désormais.

Stephen croisa les bras et secoua la tête, n'étant réellement pas d'accord avec ce que disait son ancienne meilleure amie. La vraie Ninon qu'il connaissait aimait la souffrance, la douleur, le mal, les cris de ses victimes lorsqu'elle les tuaient, la peur qui se lisaient dans leurs yeux, le fait qu'on la supplie, elle aimait le pouvoir et la domination des autres créatures magiques, ne se laissant jamais marcher sur les pieds par quelqu'un d'autre que Stephen, qui faisait plus que la taquiner que d'être en concurrence avec elle. Ce n'était plus sa Ninon, ce pourquoi elle se battait était l'opposé de ce qu'elle avait été et le démon ne pouvait plus être amis avec elle pour ce qu'elle se battait : Le bien.

- Rien ne t'oblige à t'encombrer de notre amitié plus longtemps. Mais si tu décides de faire une croix sur elle, sur moi, ne le fais pas parce que tu crois que je t'ai abandonné, ou que je t'ai trahi. Tu sais très bien que c'est faux. Si j'ai modifié mon comportement ce n'est pas parce que j'en mourrais d'envie, pardonne-moi l'expression, mais plutôt parce que j'en avais besoin. L'affliction aurait fini par avoir raison de moi. Ma démence m'aurait consumée de l'intérieur, jusqu'à ce qu'elle me tue. Dans les derniers mois que j'ai passés à Florence, chaque âme volée émiettait la mienne. Comme si le destin avait l'esprit vengeur !

Tout ceci était insensé, et impossible. Le destin ne se mettait pas en travers de leur chemin, pour la simple raison que les conséquences pouvaient être désastreuses. Les créatures magiques étaient maitres de leur destin, vivant différentes époques, épreuves ou pertes qui les rendaient soit plus fort, soit plus faible, les classant dans différentes catégories qui montraient soit leur puissance, soit leur lâcheté. Mais le destin ne s'occupait que des humains, c'était une chose à laquelle Stephen croyait. Tout ceci n'était qu'une simple excuse bidon pour essayer de justifier son comportement, rien ne pouvait pardonner cette erreur, pas même toutes les excuses bidons du monde, car il n'y en avait aucune qui réussirait à apaiser les maux tourmentés de Stephen.

Dégouté de voir ce qu'était devenue Ninon Haalen, le démon détourna ses yeux de son visage si parfait tout en secouant la tête, laissant sa part d'humanité prendre le dessus sur celle du parfait petit démon. Il ne voulait pas entendre des excuses de la part de son amie, mais seulement le simple fait qu'elle est passée du stade de vampire puissante et sanguinaire à simple vampire errant à travers le monde, ne trouvant pas sa place, essayant de dévier sa réelle nature, trônant pour le bien plutôt que pour ce qu'elle était réellement, voulant juste rattraper ses meurtres au dépit de sa vie. Stephen était sur que si elle continuait dans cette voie, Ninon Haalen ne serait bientôt plus et elle se consumerait, disparaissant comme elle était apparut dans sa vie, redevant de la simple poussière.

- Si tu savais comme je suis épuisée Stephen…

Et le processus était déjà en marche. Si elle continuerait à s'oublier derrière une personne qui n'était plus elle et qu'elle laisserait ses anges la corrompre un peu plus, elle finirait par s'éteindre peu à peu, même si à priori c'était déjà le cas. Stephen se tendit, imaginant une vie sans Ninon Haalen, ce serait comme un elfe sans seau protecteur, comme un ange sans ailes, comme un démon sans aura maléfique, comme sorcière sans pouvoir... Un monde sans Ninon Haalen serait aussi triste et monotone qu'une vie en tant qu'humains. Il sentit son amie lancer un appel au secours, voulant trouver une porte, un échappatoire pour une nuit. Entendant cet appel de plus en plus perspectif, le brun soupira et se rapprocha de Ninon. D'un geste qui se voulait protecteur, il la prit dans ses bras, serrant sa taille avec puissance. Une de ses mains remonta jusqu'à son crâne et caressa ses cheveux d'un blond pétillant. Stephen sentit Ninon se tendre et essayer de se reculer, mais le démon la maintenu dans ses bras, comprenant qu'elle avait peur de ne pas se contrôler et de lui faire du mal. Se rapprochant de son oreille, il susurra :

- Pas à moi, Ninon.

Il la sentit perplexe quelques instants, mais elle finit par se détendre, comprenant surement ses paroles qui se voulaient rassurantes, dans le sens où il était certain que même si elle mourrait d'envie de lui sucer le sang, elle n'osera jamais lui faire du mal. Il le savait. La berçant comme une enfant qui avait fait un cauchemar, Stephen fut surprit de sentir Ninon s'accrocher fermement à lui, comme si sa seule peur était qu'il s'en aille. Pourtant, il n'irait nul part, pas maintenant en tout cas. Il se devait de s'occuper de Ninon qui était redevenue une simple enfant qui aurait peur du monde qui l'entourait, perdue entres diverses sentiments qui semblaient la perdre, petit à petit. Elle était devenue influençable et n'écoutait plus ses besoins personnelles mais ce que les autres lui disaient de faire. Tout en caressant ses longs cheveux blonds, Stephen soupira sachant qu'à présent, il n'avait plus d'autres choix. C'est ainsi qu'il s'éclipsa, Ninon dans ses bras.

Pour réapparaitre dans sa caverne, le lieux où il était sur qu'il pourrait s'occuper de son amie sans être vu et dérangé par les anges qui semblaient vouloir la perte de Ninon. Se séparant d'elle de quelques millimètres, il aperçut ses yeux gris détailler le tombeau dans lequel ils étaient, d'un geste qui se voulait protecteur, il lui accorda un simple baiser sur le front et la regarda droit dans les yeux. Oui, ce n'était plus la même, non seulement le fond de ses iris le lui accorde. Voyant qu'elle l'interrogeait du regard, avec appui, il finit par s'expliquer :

- Bienvenue chez moi ! Lança-t-il avec un demi sourire, c'est un tombeau où repose en paix les plus célèbres membres de ma famille, bien sûr, seuls les humains peuvent rentrer ici, et ma part d'humanité m'a plutôt bien aidé sur ce coup-là... Mais grâce à quelques coup de passe-passe magique, j'ai réussis à faire en sorte que personne ne sache que cette taverne existe, ainsi donc, personne ne peut nous voir ou nous entendre. Et... Aucuns démons ne peut venir ici, c'est proscrit, mais d'autres créatures magiques peuvent entrer à condition d'avoir mon accord vu que je suis devenu le... Gardien de ses lieux. Tu es ici chez toi !

Il lui fit un léger clin d'œil avant de se diriger vers ce qui lui servait de cuisine; Un mini frigo, des étagères posés contre le mur en terre, un simple évier avec des assiettes sales posés en vrac dedans, et un bar qui collait la petite cuisine, avec des tabourets pour s'assoir. Ouvrant son mini-frigo, il sortit deux canettes de soda humains et en lança une à son amie, qu'elle rattrapa très facilement, un petit sourire posé sur le visage. Stephen ouvrit sa canette et en but plusieurs gorgées tout en regardant avec intensité son amie, avant de décréter :

- Ninon, je vais t'aider à aller mieux, mais à condition que tu coupes tout contacte avec les anges... Parce que crois-moi, ils ne sont pas ce qu'ils prétendent être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://Draamione.skyblog.com

avatar


My name is

ADMINISTRATRICE
Je suis partout.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 1184
♣ Localisation : Aux oubliettes.
♣ Situation amoureuse : Délibérément seule.

MessageSujet: Re: Follow me into the Darkness ~ Stephen&Ninon   Sam 19 Juin 2010 - 22:06

Tête droite, fixant sans vraiment le voir le bar vide qui offrait une vue sinistre, Ninon était plus que jamais déchirée en morceaux. Brisée. Coupée en deux. Perdue entre le cœur et la raison. Cette dernière lui dictait de mettre définitivement un terme à sa relation avec Stephen Rice. Chose qu'elle ne pouvait évidemment pas concevoir, il ne fallait pas non plus lui demander le ciel. Et pourtant, elle savait qu'en restant aussi proche de lui, son bon côté peinerait à garder la tête hors de l'eau. Leur amitié infaillible la trainerait dans l'indécision jusqu'à ce qu'elle finisse par se résoudre à déterminer ce qui est le plus important : son ami ou son innocence. Face à cette dure réalité, son sang se glaça un peu plus dans ses veines. Faire un choix serait, et elle le savait, un passage obligatoire. Mais jamais elle ne pourrait trancher, elle en était certaine. C'était trop lui demander. Jamais elle ne pourrait trancher entre ce que désirait son cœur et ce que lui ordonnait idéalement sa raison.

Anéantie par l'évidence de cette décision à venir, elle hurla intérieurement. Ses yeux se fermèrent sous le poids de la souffrance intense qui l'envahissait de plus en plus. Confrontée à l'impossible, elle s'autodétruisait de l'intérieur. Ses pensées se mélangeaient, s'opposaient les unes aux autres. D'un côté elle voyait Haley, sa chère Haley, son ange gardienne. La trahir était impensable, surtout maintenant que celle-ci était en connaissance de son passé jusqu'alors tabou. Il y avait aussi les sentiments, les bons sentiments, ceux qu'on ne pouvait pas ressentir lorsqu'on était un monstre, comme l'amitié pure et tendre, et plus fort encore ; l'amour. Néanmoins, de l'autre côté, il y avait premièrement la seule personne que personne n'égalerait jamais à ses yeux : Stephen Rice. Il resterait indéniablement en réelle concurrence avec tout l'amour qu'elle portait à Haley, bien que plus avantagé faute du nombre d'années considérables passées ensemble. Et puis, les crimes, le pouvoir, la joie dans la souffrance des autres, les cris de supplications, le sang frais de victimes dont la vie aurait été arrachée sans aucune vergogne, le respect de ses semblables, leur crainte, une réputation inégalable. Mais bien sûr, principal problème, tout ça était réellement mal, voir même vraiment pervers.

Tiraillée entre ces dernières pensées, Ninon était, au sens propre tout comme au figuré, morte de l'intérieur. Son indécision et sa peur de perdre dans les deux cas un être cher la tuait à petit feu, faisant d'elle une femme trop émiettée que pour continuer à ressentir quoi que ce soit. Vidée. Elle était complètement vidée de toute espoir quant à un avenir heureux, tel qu'elle le désirait depuis sa métamorphose en Sœur Ninon. Elle s'était battue pour réfréner ses ardeurs démoniaques dans l'unique but de vivre mieux, d'être capable d'éprouver autre chose que tout ce qui se rapportait à la haine, ou d'autres ressentis négatifs. Mais visiblement, avec le retour du démon dans sa vie, ses projets n'allaient guère pouvoir se réaliser aussi facilement qu'elle l'avait rêvé. C'en était presque dérisoire ! comment avait-elle pu penser qu'elle ne le reverrait jamais, que cette balafre au cœur due à son absence ne guérirait jamais, que le temps effacerait les souvenirs encrés dans sa mémoire de vampire, que Haley remplacerait celui qui se trouvait aujourd'hui en rage face à elle? Comment avait-elle pu imaginer sa vie sans son meilleur ami? Maintenant, elle en prenait conscience, jamais plus elle ne se séparerait du démon et le laisserait dans l'ignorance comme elle l'avait fait il y avait désormais cinq ans.

Malgré cette certitude rassurante, Ninon ne voyait toujours pas la solution à son problème arriver, et elle continuait de se morfondre. N'espérant plus un mot de la part de son fidèle ami, elle se demanda presque si elle ne rêvait pas quand elle le sentit s'approcher vers elle, dans un silence qui commençait à devenir de plus en plus solennel. Ses bras entourèrent sa taille fine, la maintenant avec une certaine force contre lui. Inerte, toujours aussi détruite psychiquement, Ninon ne réagit pas. Ni son cerveau ni son corps ne lui répondaient, il semblerait qu'elle soit plongée dans une sorte d'impuissance. Une main remonta jusqu'à ses cheveux et les caressa doucement, comme on berçait un enfant pour qu'il s'endorme, sauf que la vampire dormait déjà depuis bien trop longtemps. Un souffle de vie vint lui chatouiller les narines ; elle récupérait l'usage de ses membres engourdis. Une voix ironique résonna dans sa tête, pour lui affirmer qu'elle pouvait de nouveau bouger, de nouveau penser. Le mode 'pantin' était sur pause.

Elle ouvrit les yeux. Erreur. Vue directe sur le cou de Stephen, à quelques centimètres de ses canines seulement. Il suffirait d'un léger geste en avant pour qu'elle déchire sa peau si parfaite, enfonce ses crocs dans sa chair, et le vide de son sang qui, au vu de l'odeur alléchante qu'il dégageait, ne devait pas être imbuvable. Tous ses membres se raidirent, elle se pétrifia sur place, incapable de détourner le regard des veines palpitantes du démon. Prise d'une envie affolante de tuer son meilleur ami, elle voulut se dégager de son étreinte, mais il l'en empêcha en la retenant fermement par la taille. Terrifiée à l'idée qu'elle puisse lui faire encore plus de mal qu'elle ne lui en avait déjà causé, elle allait retenter le coup. Cependant, elle n'en eut pas le temps, Stephen se rapprochait déjà de son visage, il lui murmura à l'oreille :

- Pas à moi, Ninon.


Songeuse, elle se demanda si il la connaissait mieux qu'elle ne le croyait. Ces mots laissaient clairement entendre qu'il savait ce qu'elle avait eu l'intention de faire, ce qui demandait une certaine connaissance des réactions de l'autre. A cette dernière réflexion, Ninon esquissa un faible sourire. Détendue, elle se rendit brutalement compte qu'elle était dans les bras de son démoniaque de meilleur ami, alors que quelques minutes auparavant, elle pensait l'avoir définitivement perdu. Heureuse, le soulagement vint prendre la place de la douleur le temps de quelques secondes, ou de quelques minutes, cela restait encore à définir. Consciente de la chance incroyable qu'elle avait que Stephen soit toujours là après ses affreuses révélations, elle agrippa à lui comme si il était sa bouée de sauvetage. Il lui prouvait la seule chose qu'elle avait encore du mal à concevoir tant c'était déraisonnable : même un être aussi noir que le diable en personne était capable d'aimer, au point de se montrer plus dévoué que ne l'autorisait sa nature envers une marionnette telle qu'était devenue la blonde.

Soudain, le décor changea. Curieuse, Ninon se mit à détailler l'endroit où l'avait emmené son ami. Aussi charmant qu'une chambre aux Trois Trolls ! ricana-t-elle silencieusement. Toutefois elle préféra ne pas faire de commentaire pour ne pas vexer le démon qui devait l'avoir faite atterrir ici pour une bonne raison. Elle se contenta de le penser très fort, s'empêchant difficilement d'éclater de rire. Ses yeux examinaient la pièce où ils se trouvaient, cherchant en vain à reconnaître un élément susceptible de la mettre sur une piste. Mettant un terme à son examen, Stephen déposa un baiser sur son front avant de plonger ses iris bleus azurs dans les siens, éclairés par la curiosité. Puisqu'elle se montrait insistante, il finit par s'expliquer, se détachant de quelques centimètres de la vampire :

- Bienvenue chez moi ! C'est un tombeau où repose en paix les plus célèbres membres de ma famille, bien sûr, seuls les humains peuvent rentrer ici, et ma part d'humanité m'a plutôt bien aidé sur ce coup-là... Mais grâce à quelques coup de passe-passe magique, j'ai réussis à faire en sorte que personne ne sache que cette taverne existe, ainsi donc, personne ne peut nous voir ou nous entendre. Et... Aucun démon ne peut venir ici, c'est proscrit, mais d'autres créatures magiques peuvent entrer à condition d'avoir mon accord, vu que je suis devenu le... Gardien de ces lieux. Tu es ici chez toi !

Il lui fit un clin d'oeil qui accentua son envie de rire comme une idiote qu'on aurait mise devant un clown miteux. En le voyant s'en aller, un léger stress la percuta, de peur qu'il la laisse ici seule, dans ce piège d'où elle ne pourrait sortir. Le voyant ouvrir un petit frigo situé non loin d'un évier où résidaient une pile d'assiettes crasseuses, Ninon sourit. Non, il ne l'abandonnerait vraiment pas. D'un geste automatique, sans même y avoir fait attention, elle rattrapa une canette de soda qu'il lui avait envoyée. Glissant un petit regard vers son ami, elle vit qu'il engloutissait déjà le contenu de celle-ci. Cependant, il la fixait sans dire mot, ce qu'elle n'appréciait pas beaucoup. Elle détestait être dans l'ignorance, le pire c'était qu'il le savait parfaitement. A moins qu'il ne se remette à l'enquiquiner pour le simple plaisir de la provoquer, elle ne comprenait pas ce qu'il attendait qu'elle fasse. Pour répondre à ses interrogations, il dit :

- Ninon, je vais t'aider à aller mieux, mais à condition que tu coupes tout contacte avec les anges... Parce que crois-moi, ils ne sont pas ce qu'ils prétendent être.

Exaspérée qu'il remette ce sujet sur le tapis, elle leva les yeux au ciel. Blasée qu'ils en reviennent toujours à parler de la même chose alors qu'ils ne s'étaient plus vus depuis cinq longues années, la blonde fit légèrement remuer sa tête de droite à gauche en signe d'agacement. Un soupir s'échappa, malgré elle, laissant comprendre à son ami ce qu'elle en pensait. Non pas qu'elle soit énervée de devoir apporter des explications certes difficilement concevables au démon, seulement elle en avait assez de voir son cœur se fendre en deux. Et revenir sans cesse sur l'objet de ses maux l'avait suffisamment faite souffrir. Autant elle était consciente qu'il puisse être borné, autant elle ne comprenait pas pourquoi il s'acharnait à remettre la faute sur le dos des anges. La vampire connaissait très bien son point de vue sur la chose, on ne pouvait pas dire qu'il soit impartial, loin de là. Toutefois, ne voulant pas qu'il se braque ni qu'il souffre à nouveau, elle lui dit :

- Je vais très bien, merci de t'en inquiéter, mais ça n'irait pas mieux si je ne voyais plus Haley, crois-moi. Si ça te vexe tant que ça que je m'entende avec une ange, une seule et unique adorable petite ange, Stephen, dis-toi que tu finiras par t'en remettre et passe au-dessus de ça, s'il-te-plait.

Elle ne s'était pas montrée colérique, ni même mauvaise, elle avait juste voulu lui faire comprendre une bonne fois pour toute qu'elle n'avait aucunement l'intention de laisser les anges lui dicter ce qu'elle devait faire. Au moins, il savait désormais que la seul amie de cet ordre qu'elle possédait n'était autre que la petite brune. En voyant sa mine se décomposer, elle se demanda si il était possible qu'il ait mal digérer le ton d'alpha sur lequel elle lui avait parlé. Étant donné qu'il avait l'habitude qu'elle s'exprime de la sorte lorsqu'elle avait quelque chose de précis à formuler, ça ne devait pas être ça. Peut-être s'était-il simplement senti déboussolé face à l'attitude changeante de la blonde. Il était vrai qu'elle n'avait pas l'art de rester très longtemps de bonne ou de mauvaise humeur. Et comme cette loi s'appliquait aussi quand elle était au bord de l'énervement, elle se mit à sourire et s'approcha de son meilleur ami. S'installant à côté de lui, elle tourna la tête vers la sienne et lui accorda son plus sincère sourire.

N'ayant rien oublié des sautes d'humeur constantes de sa meilleure amie, il semblait avoir déjà oublié cette passade et sourit à son tour, même si la vampire pouvait voir transparaître des traces qui montraient qu'il avait été choqué. Elle aurait peut-être finalement dû se taire… Elle le sentait un peu tendu après cet échange qui avait fini bien malgré elle par avoir des accents houleux. Ne supportant pas de le savoir dans cet état par sa faute, elle s'approcha un peu plus et posa la tête sur son épaule, se voulant rassurante. D'expérience apprise à San Francisco, elle avait compris que le contact physique était le meilleur moyen d'apaiser ou de montrer son affection à autrui. Testant son apprentissage sur le démon, elle s'étonna de voir que la tactique fonctionnait réellement, même avec les créatures de Ténèbres. Souriant, elle se sentait à sa place, près de son ami, isolée du monde extérieur qui la perdait, loin des autres qui en demandaient trop de la part d'une vampire fraîchement retraitée, à l'abri des doutes et des incertitudes. Le malaise de tout à l'heure faisait pâle figure face à sa sérénité nouvelle. Il manquait juste quelque chose, qu'elle s'empressa de rajouter faute du paysage décadent qui s'offrait devant elle et qui la rendait hilare :

- Tu aurais franchement besoin de te trouver une copine, Stephen. Au moins, tu mangerais dans des assiettes propres !
dit-elle avant d'éclater de rire.

A son tour, il se mit à rire. L'ambiance s'était détendue, dieu soit loué la conversation s'éloignait des anges et de tout ce qui y était lié. Néanmoins, la vampire avait senti son ami un peu gêné suite à sa dernière remarque. Mais, comme elle ne voyait as réellement à quoi cette réaction pouvait être due, elle ne dit rien qui puisse l'embarrasser encore plus. Enfin, ça, c'était ce qu'elle comptait faire avant qu'une illumination ne lui éclaircisse les idées. Ôtant à une vitesse éclaire la tête de l'épaule du démon, elle afficha un air faussement outré avant de prendre le ton d'une maman qui soupçonnerait son petit garçon d'être allé chiper dans le bocal à bonbon :

- Y aurait-il quelque chose dont tu ne m'aurais pas parlé, cher ami?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://owod.forumactif.org/t65-ninon-haalen-broken-inside

avatar


My name is

MODO-EN-CHEF
Tu m'touches, j'te bouffe.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 1278
♣ Localisation : En Enfer, probablement...
♣ Situation amoureuse : Libre comme l'air.

MessageSujet: Re: Follow me into the Darkness ~ Stephen&Ninon   Mer 30 Juin 2010 - 0:32

En apercevant sa meilleure amie lever les yeux au ciel, Stephen sentit que ce terrain serait plus miné qu'il ne l'aurait pensé. Gardant son visage froid et impassible, il essaya de lui faire comprendre qu'il ne renoncerait pas aussi facilement et qu'elle aurait beau lever les yeux au ciel, tout ceci ne changerait rien. Apparemment, sa meilleure amie n'apprécia pas et se mit à gigoter la tête de droite à gauche, signe qu'elle n'était absolument pas d'accord avec Stephen. Celui-ci ne dit rien, attendant de voir quelle serait la prochaine réaction, qui fit vite son apparition quelques secondes plus tard et qui accompagna ses précédentes réticences à propos du sujet qui concernait de très près les anges. Blasé de voir ses réactions qui ressemblait à sa Ninon, et ayant l'habitude qu'elle lui tape des crises, il croisa les bras et attendit qu'elle finisse de lui exposer ce qu'elle pensait de tout ceci.

- Je vais très bien, merci de t'en inquiéter, mais ça n'irait pas mieux si je ne voyais plus Haley, crois-moi. Si ça te vexe tant que ça que je m'entende avec une ange, une seule et unique adorable petite ange, Stephen, dis-toi que tu finiras par t'en remettre et passe au-dessus de ça, s'il-te-plait.

En entendant le ton de caïd qu'elle venait de prendre en lui parlant, il ne dit rien, ayant l'habitude que Ninon lui fasse des réflexions qui se voulait, non pas cinglante mais qui exposait en tout point son point de vue. Une partie de lui fut rassuré de voir que certains traits de son caractère de vampire était dominateur dans certaines situations. Cependant, il resta sans voix en entendant le nom de l'ange qu'il avait rencontré à son arrivé à San Fransisco et qu'il avait prit soin de sauver, non pas parce qu'il le voulait vraiment, mais plus par fierté. Haley Cartwright. Stephen manqua de jurer, sentant ses tympans gonfler et ses poings se refermer, enfonçant ses ongles dans sa chair. Il était frustré. Pire, il était blessé. Il n'aurait jamais pensé que sa meilleure amie puisse devenir amie avec une petite ange malpolie avec un passé douteux.

Ne regardant plus Ninon, il tourna la tête et regarda son évier sans vraiment faire attention à ce qu'il observait. Il était sous le choc d'apprendre tout ceci. Il était blessé de savoir qu'elle ne pouvait plus vivre sans une ange, comme si cette petite peste l'avait remplacé du jour au lendemain et qu'il n'avait plus sa place dans le cœur de sa meilleure amie. Mais, il était en plus du reste, en colère; il aurait pu la tuer, cette Haley, mais au lieu de ça, il l'a sauvé et ils sont presque devenus amis, au point qu'à la fin d'un combat qui les avaient réunit, ils s'était prit dans les bras, heureux d'être encore en vie. Stephen se retenu de se redresser et de tout casser dans sa petite demeure, prit entre deux sentiments qui n'aurait pas dû être là s'il n'aurait pas été en partie humain.

En sentant la peau froide de Ninon le toucher, il tourna la tête et remarqua avec surprise que sa meilleure amie se tenait à ses côtés et qu'elle lui accorda un fin sourire. Réchauffant avec légèreté son cœur de pierre, il répondit à son sourire angélique. Il soupira discrètement, essayant de calmer ses pulsions meurtrières. En un seul mouvement de la part de son amie, et celle-ci disparurent comme par magie. En sentant la tête de Ninon se poser sur son épaule, il se mit à légèrement frissonner et son instinct de tueur sembla se taire, passant de cris à des chuchotements presque inaudibles. Il avait la soudaine impression qu'une bulle se formait autours des deux amis où plus rien n'avait d'importances, tout n'était que paix, prospérité et sérénité. Il n'y avait plus de problèmes, plus de tensions, plus de passé qui hantait ou de maux qui pouvaient blesser. Il y avait seulement Ninon et Stephen. Pour toujours.

Pourtant, au bout de quelques longues secondes, la bulle se perça, marquée par la voix aiguë de Ninon qui s'élevait dans le tombeau :

- Tu aurais franchement besoin de te trouver une copine, Stephen. Au moins, tu mangerais dans des assiettes propres !

La blondinette se mit à rire et Stephen se mit à rire à son tour dans la seconde qui suivit. Qu'il était bon de retrouver sa Ninon. Certes, ce n'était plus la même et elle avait surement beaucoup changée durant ses cinq longues années mais au fond, son âme et son cœur étaient restés les même. Certes, ce ne serait plus jamais sa Vampirella, celle qui tuait sans faire attention aux conséquences, celle qui faisait souffrir les humains pour son simple plaisir, mais au fond, oui, tout au fond d'elle même, ça sera toujours Ninon Haalen, sa Ninon. Sa meilleure amie. Celle qui considère comme sa sœur, au même niveau que Serena. Un sourire illumina le visage anciennement pâle de Stephen et il repensa soudainement à la phrase de son amie... Trouver une femme. Sans rien contrôler, le jeune homme eut un vague flash d'une jeune femme qu'il avait sauvé il y avait de ça quelques semaines : Prudence Huston.

Brusquement, Ninon se redressa et le regarda avec de gros yeux, comme si il venait de faire une énorme bêtise. Prit de court, il se mit à paniquer intérieurement. Qu'avait-il fait encore? Se demandant si la vampire avait comprit à quoi son esprit s'était arrêté, il l'interrogea du regard, fronçant ses sourcils et essayant de se donner un air méchant qui la pousserait à dire ce qui se passait.

- Y aurait-il quelque chose dont tu ne m'aurais pas parlé, cher ami?

D'abord prit de court, Stephen ne répondit pas tout de suite, se contentant d'entrouvrir ses lèvres pulpeuses et de la regarder avec de grands yeux. Était-il possible que les liens qu'avaient avec Ninon se soient intensifiés et que maintenant, elle puisse lire dans ses pensées les plus intimes? Fronçant doucement les sourcils, le démon remit ses idées en place et reprit un visage lisse et impassible, ne laissant aucunes émotions le traverser avant qu'il ne sache quoi répondre. Certes, Prudence Huston ne l'avait pas laissé indifférent, la petite louve avait sut le charmer avec sa froideur, son corps mutilés et ses secrets qui semblaient la hanter et lui faire perdre la tête. Comme pour Ninon ou Serena, il avait une envie presque maladif de la protéger de tous les dangers qu'il pouvait y avoir. Mais cela ne voulait certainement rien dire. Juste qu'il l'appréciait plus qu'il ne le fallait...

Secouant la tête de droit à gauche, il se recula de l'emprise de Ninon, un sourire au coin perché sur son visage. Il rouvrit son frigo et se reprit une boisson, optant cette fois-ci pour une bière qu'il espérait, le détendrait un peu. Il l'ouvrit et bu plusieurs gorgées, essayant de se ressaisir et d'effacer de son esprit l'image de Prudence, qui ne cessait de le hanter depuis toutes ses semaines. Chaque jours devenaient un combat où il n'avait plus qu'un espoir : La revoir. Sentant le regard brûlant de Ninon percer chaque parcelle de son cou, il la regarda enfin et soupira :

- Non, tu sais tout de ma vie, ma chère et tendre Ninon, mentit-il avec un faible sourire.

Prenant un visage sur de lui, il lui assura silencieusement qu'il ne lui cachait rien, bien que ce n'était pas réellement le cas. Chassant de son esprit Prudence, il se rapprocha d'elle et la reprit dans ses bras, la rassurant devant sa mine intriguée et inquiète. Elle devait surement se demander ce qui lui avait prit d'avoir mit autant de temps à lui répondre. Caressant rapidement ses cheveux dorés, il finit par s'éloigner et la prenant par la main, il l'emmena dans son mini salon, qu'il avait fait comme il le pouvait avec des canapés qu'il avait récupéré dans les décharges, ainsi qu'une table basse en bois cassé et qui tenait debout grâce à des journaux et du scotch. Entraînant sa meilleure amie sur un des sofa marrons, il se mit à ses côtés et la regarda d'un air sérieux mais calme :

- Je veux tout savoir. Que s'est-il passé pendant ces cinq longues années sans aucunes nouvelles de toi. Et surtout, pourquoi ce changement précoce ?

Stephen était rongé par la curiosité. Et plus il regardait Ninon, plus il avait hâte qu'elle réponde à sa question. De plus, ça permettrait de ne plus évoquer le sujet tabou qu'était Prudence Huston.

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

je suis un abricot.
bisous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://Draamione.skyblog.com

avatar


My name is

ADMINISTRATRICE
Je suis partout.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 1184
♣ Localisation : Aux oubliettes.
♣ Situation amoureuse : Délibérément seule.

MessageSujet: Re: Follow me into the Darkness ~ Stephen&Ninon   Sam 25 Sep 2010 - 8:31

Suite à ses dires, son ami sembla en manque d'air. Comme si il venait de se prendre une gifle en pleine figure, ce qui, tout bien réfléchi, aurait pu se produire si il avait continué à blâmer les anges. Ninon venait certainement de toucher un point sensible. Étonnant. Stephen Rice, lui faire des secrets? Impensable. Non, un meilleur ami aussi proche que lui ne pouvait pas se contenter de lui raconter des mensonges, sinon, elle l'aurait abandonné bien plus tôt. Ils étaient indissociables, et ce depuis bien trop longtemps. Quand elle songeait à tout ce qu'ils avaient partagés ensemble, il était difficile de ne pas comprendre pourquoi il lui en avait voulu de son départ, tout à l'heure. Il avait eu raison de mal le prendre, surtout là, maintenant qu'il savait la raison de cette séparation inopinée. Stephen avait toutes les raisons du monde de la jeter à la porte, hors il la gardait près de lui, chez lui, contre lui. La blonde ne réalisait pas vraiment jusqu'alors l'immense chance qu'elle avait d'être encore à ses côtés, comme avant.

Elle ne méritait pas tant de compréhension, encore moins de la part d'un être démoniaque qu'elle avait chéri pendant de longues années pour ensuite s'en débarrasser par pur égoïsme. Car oui, le jour de sa fuite, elle avait crû bien faire, mais elle ne s'était pas demandée pour qui avait-elle bien fait. Aujourd'hui, elle regrettait son acte. Enfin, elle se rendait compte qu'elle avait agi pour sa sauvegarde personnelle, alors qu'elle s'était jurée de ne jamais abandonner Stephen. Une trahison. Voilà ce qu'elle avait dû inspirer à son ami pendant ces cinq années. Et la voilà ici, à savourer chaque instant de ces retrouvailles tant attendues, et pourtant tellement redoutées. Ninon avait craint son retour à Florence pour la simple et bonne raison qu'elle redoutait la colère de son démon favori. Elle ne savait pas jusqu'où il était près à aller par pur amitié pour elle, ni si il aurait été capable de lui pardonner. Maintenant, elle avait sa réponse. Oui. Il l'aimait toujours de la même façon, et oui, il lui pardonnait. Enfin, c'était ce dont témoignaient ses paroles et ses gestes.

La réponse à sa question ne venait toujours pas, ce qui amena Ninon à s'inquiéter. Comme toujours lorsqu'elle avait la fugace impression que Stephen lui mentait. Hors, il n'avait encore rien dit. Il tentait de se refaire une mine neutre, indestructible, à laquelle la blonde ne crut pas un seul instant. Elle le laissa cependant faire, peu désireuse de gâcher ce moment paradisiaque avec des enfantillages. Le démon s'éloigna de peu, s'empara d'une canette fraîche, offrant à une vampire en pleine crise d'instabilité quelques veines sans défense. Son cou était là, juste tout près, et lui, ne la regardait plus. La blonde avait tout le loisir de céder à ses pulsions et d'y planter des crocs acérées. Mais il s'agissait de Stephen Rice, ce n'était pas n'importe qui. Alors elle se refusa de violer la distance qui les séparaient, mieux valait pour l'un comme pour l'autre. Juste à temps, la voix de son meilleur ami rompit le silence, la tirant de sa transe :

- Non, tu sais tout de ma vie, ma chère et tendre Ninon.

Elle le connaissait par coeur, et là, elle n'eut aucun mal à deviner qu'il lui mentait. Elle était persuadée qu'il lisait tout aussi facilement en elle qu'elle en lui, et ça lui fichait le frousse. Être à découvert pour quelqu'un signifiait que cette même personne avait plein pouvoir sur vous, elle vous connaissait, anticipait vos réactions, et tout un tas d'autres choses encore. Effrayant. Même si pour elle, celui qui tenait les ficelles n'était autre que Stephen Rice, en qui elle avait entièrement confiance, Ninon regrettait son intimité envolée. Désormais, toute cachotterie était exclue, entre eux. Elle ne crachait pas sur le fait qu'elle était ravie de pouvoir absolument tout partager avec son ami, simplement, de temps en temps, un peu de mystère ne faisait pas de mal. Là, elle n'en avait pas le cœur, étrange, mais vrai. Il lui était impossible de lui mentir. Ce qui, visiblement, n'allait que dans un sens, puisqu'il venait de lui prouver que lui en était parfaitement capable.

Comme s'il savait qu'elle doutait de sa confiance en elle, il la serra dans ses bras tout en lui caressant les cheveux - à croire que ça devenait automatique. D'un geste agile, il attrapa sa main et la tira à sa suite. Docile, elle le suivit. Elle avait de plus en plus l'impression de n'être redevenue qu'une marionnette. Vampirella, l'ombre de la mort, aujourd'hui n'était plus que l'ombre d'elle-même. Qui l'eut crû? Certainement pas elle. Sa réputation était sa gloire, jamais elle ne l'aurait compromise, à l'époque. Aujourd'hui, se mouvoir vers un salon de fortune, s'asseoir à côté de son meilleur ami et taper la causette faisaient partie des choses qu'elle trouvait extraordinaires. Même si elle avait l'habitude de communiquer avec tout le monde, Stephen n'était pas tout le monde, et ça lui redonnait un peu de punch. Au fond, elle était heureuse qu'il la materne. Ça lui changeait un peu des traditionnelles leçons de morale de ses compatriotes. Ils ne faisaient que lui reprocher ses envies de meurtres soudaines, comme si chacun de ses désirs leurs sortaient par les yeux. Pour elle, ne pas avoir envie de se jeter sur toute une foule d'humains était déjà un grand pas en avant. Visiblement, ça ne suffisait pas pour les satisfaire. Vous faisiez tout pour plaire, et on vous collait encore votre passé sur le dos. Jamais contents, rouspéta-t-elle intérieurement.

- Je veux tout savoir. Que s'est-il passé pendant ces cinq longues années sans aucunes nouvelles de toi. Et surtout, pourquoi ce changement précoce ?


Ne s'étant pas du tout attendue à cette question, Ninon regarda le démon l'air stupéfait. Finalement, ils étaient peut-être tous pareils, sans exceptions. Si même Stephen se mettait à chercher des explications quant à sa conduite, c'était qu'elle était salement maudite, niveau amitié. Certes, c'était lui, et à lui, elle ne pouvait rien lui refuser. Surtout pas ça. Car si il souhaitait en savoir plus, ce n'était pas par simple curiosité, il y avait sans doute une autre raison. Peut-être attendait-il qu'elle lui livre plus d'indices sur la vie telle qu'elle la vivait désormais. Bien qu'elle douta que cela puisse réellement l'intéresser. Le démon n'était pas du genre à se laisser bercer par le récit d'une vie douce et dénuée de toute violence. Hors, c'était ce que la blonde avait connu, ces dernières années. Du moins, ce qu'elle avait tenté d'aimer, d'apprivoiser. Ça ne s'avérait pas toujours facile, la tentation ne tarissait pas, mais son obstination n'en faiblissait guère. Ninon persévérait. Et elle continuerait ainsi tant qu'elle jugera que c'est ce qui la comblera.

Elle se concentra sur une réponse ciblée sur l'essentiel. Il y avait tant de choses qu'elle aurait aimé partager avec son meilleur ami, pendant ces cinq années loin de lui. Des souvenirs où il manquait. Nonobstant son absence, elle a tout de même passé d'excellents moments en compagnie de nouveaux collègues. Haley, par exemple. Bien que l'Ange ne fut pas la seule à égayer son quotidien. Nombreux étaient les jours de sorties diverses entre collègues, jamais elle n'avait songé à s'ennuyer. Elle s'adonna à rassembler les moments importants afin d'en tirer une conclusion générale. Peu désireuse de tout détailler à Stephen - monopoliser la conversation n'était pas forcément ce qu'elle préférait. Ensuite, elle plongea son regard dans le sien, sincère, comme si elle voulait se donner toutes les chances d'être comprise. Puis, elle se prononça :

— J'ai fait de nouvelles rencontres, ai appris à m'amuser autrement qu'en tuant ou en faisant gicler le sang par pur plaisir. Si si, je t'assure que c'est possible,
ajouta-t-elle face à son air perplexe. Au début, rien n'était facile. Je n'arrivais pas à me défaire de ma nature de tyran. Depuis que j'ai rencontré une ange devenue ma meilleure amie, je fais moins d'erreurs, le Bien devient logique. Il est réellement distrayant de passer du bon temps tout en restant… sage.

Après avoir parlé sans s'arrêter, elle fit enfin une pause. Ninon lui laissa le temps d'enregistrer toutes les informations qu'elle venait de lui fournir. Elle avait été franche, n'avait pas caché ses difficultés à se plier aux règles de bienséance, au début. N'avait pas non plus craint de citer l'aide de ses ennemis, les Anges. Enfin, il n'y en avait jamais eu qu'une seule. La blonde aurait aimé lui parler de ses connaissances les plus proches, les amitiés qui lui étaient désormais indispensables. Il savait pour Haley, mais ignorait tout des autres, pourtant aussi importantes. Ninon s'en voulut de les négliger ainsi aux yeux de celui qui monopolisait presque son cœur tout entier. Le démon n'avait jamais eu de secrets pour elle et vice-versa. Cependant, elle préféra ne pas lui balancer tout d'un coup. Il devait sans doute déjà peiner à s'en remettre ainsi.

Pourtant, elle continua, n'ayant pas encore répondu à la dernière nuance de sa question.

— C'est pour goûter à ce genre de plaisir innocent que j'ai décidé de changer. Est-ce que tu comprends, maintenant?
ajouta-t-elle comme dans un cri d'espoir.

La vampire désirait entendre ses impressions. Certes, elle savait qu'il la raisonnerait. Elle n'en avait que faire. C'était Stephen. Son meilleur ami. Il allait de soi qu'il ne pouvait décemment pas la laisser abandonner sa gloire. S'il l'avait fait, elle ne l'aurait d'ailleurs pas compris. On est démon ou on ne l'est pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://owod.forumactif.org/t65-ninon-haalen-broken-inside

avatar


My name is

MODO-EN-CHEF
Tu m'touches, j'te bouffe.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 1278
♣ Localisation : En Enfer, probablement...
♣ Situation amoureuse : Libre comme l'air.

MessageSujet: Re: Follow me into the Darkness ~ Stephen&Ninon   Dim 26 Déc 2010 - 2:18

Devant la question que venait de poser Stephen, sa meilleure amie sembla légèrement stupéfaite par la nature de son interrogation. Certes, savoir qu'elle avait passé son temps à fricoter avec des anges ne l'enchantaient guère, mais il était cependant de nature très curieuse et ressentait toujours le besoin de comprendre avant de juger, de prendre une décision. Sage, il devait ce côté pragmatique à son humanité qui faiblissait en lui et qui se laissait disparaitre dans un flot de murmures qui n'étaient que revigoré par la présence de trois femmes : Serena, sa sœur jumelle, Prudence et Ninon. Les autres lui étaient complètement indifférents. Et pour le coup, être un cruel démon ne le dérangeait pas, s'amusant même à dévorer ses victimes avec une lenteur exorbitante ou à les torturer avant de les achever, se délectant des cris qui pouvaient sortir de leurs bouches. Un frisson de délice le parcourut, si bien qu'il du légèrement redresser les épaules en se remémorant plusieurs souvenirs récents. Il soupira et inclina sa tête faussement angélique vers la droite, tentant de décrypter les pensées de sa blonde préférée, analysant ses traits qu'il connaissait par cœur depuis si longtemps mais qui lui semblaient à présent presque inconnu. Trop doux, trop froncés, trop.. Niais ? Stephen fit la moue. Oui... C'était peut être donc vrai que sa Vampirella était partit et qu'à présent c'était une sorte de bonne-sœur qui avait prit sa place. L'hôpital se fichant de la charité. Néanmoins, il lui laissait une chance de s'expliquer, de lui démontrer ses raisons et de le persuader de façon logique. Le principal était qu'elle montre ses preuves, qu'elle lui fasse voir que même si ses actions étaient... Différentes, elle, sa Vampirella préférée était restée la même qu'avant.

Impatient et sûr qu'elle lui lancerait un discours sur une expérience qu'elle faisait ou une nouvelle méthode de vie qu'une personne peu recommandable lui aurait conseillé, Stephen était assuré de ses convictions. Non... Quoi que sa Ninon dise, elle resterait toujours une tueuse sanguinaire, c'était dans ses gênes, c'était ce qu'elle était. C'était comme si brusquement une lionne extrêmement douée dans la traque, la chasse, la torture et le meurtre se changeait du jour au lendemain en une gazelle, innocente et pure. Ce genre de chose n'était visible que dans les films et quelque part, bien au fond de lui, le brun laissait un sentiment de sécurité l'entourer. Elle se fichait surement de lui, au final. Lui jouant une nouvelle fois une de ses blagues absolument pas drôle mais qui avait le dont de la faire plier de rire. Après tout, ils avaient tout de même passés une cinquantaine d'année ensemble, à trainer à droite et à gauche, à se déplacer constamment et à détruire les chasseurs de primes ou les sorcières qui tentaient de s'en prendre à Stephen, qui avait le Diable à ses trousses. Comme toujours, d'ailleurs. Jamais il n'y avait eu de conflits entre eux, jamais ils ne s'étaient disputés une seule fois dans toute leur vie et bien que le brun avait pensé que leur retrouvailles serait... Plus froide, laissant encore un arrière-goût plutôt âcre dans ses papilles sèches. Après tout, il lui en avait voulut. Terriblement voulut. Du jour au lendemain, elle l'avait abandonné et ça, sans raison encore véritablement valable. Elle était partit, sans un mot, sans rien, quittant leur appartement dans une nuit où Stephen dormait profondément. Il n'avait même pas entendu la porte d'entrée claquer. Il ne l'avait même pas entendu... Alors, oui, bien sûr qu'il lui en avait voulu et qu'une part de lui, si infime soit-elle lui en voulait encore, et ça pour longtemps. Sans elle, il avait été longtemps perdu, se demandant même pendant un certain temps s'il ne s'était pas attaché plus qu'il ne l'aurait due à son amie, d'une manière bien plus qu'amicale ? Après tout, même si le temps s'était écoulé de façon radicalement lente, les douleurs du démon ne s'en était pas moins atténué, bien au contraire. Le trou qu'il avait ressentit durant son absence n'avait fait que s'accroitre, s'agrandir et intensifiant la souffrance presque masochiste. Nerveusement et par réflexe, il passa une de ses mains dans ses cheveux bruns, mi-long à présent, et attendit qu'elle ouvre la bouche, ce qu'elle finit par faire au bout d'un certain temps de méditation.

- J'ai fait de nouvelles rencontres, ai appris à m'amuser autrement qu'en tuant ou en faisant gicler le sang par pur plaisir. A cette phrase, le démon parut choqué, presque offensé et semblant le remarquer, elle répondit rapidement à sa surprise silencieuse : Si si, je t'assure que c'est possible. Au début, rien n'était facile. Je n'arrivais pas à me défaire de ma nature de tyran. Depuis que j'ai rencontré une ange devenue ma meilleure amie, je fais moins d'erreurs, le Bien devient logique. Il est réellement distrayant de passer du bon temps tout en restant… sage.

Une nouvelle gifle. Encore une fois, Stephen s'était bercé de fausses illusions, préférant nier l'essentiel, la réalité à toute cette histoire. Vampirella n'était plus. Non, cette personne qu'il avait devant lui avait la même apparence, les mêmes traits du visages - quoi que quelque peu différent - et le même corps athlétique qu'il avait connu engouffré dans des tenues aussi provocante les unes que les autres. Là, elle était radicalement simple et presque... Angélique. Oui, décidément ces fichus bestioles avaient le don de gâcher les plus belles créatures qu'il lui avait été donné de voir. Ces anges n'étaient que des hypocrites de première qui prêchaient la soi-disant bonne parole puis finissait par vous planter un couteau dans le dos, lorsqu'ils n'avaient plus besoin de vous, ils étaient pire au final que les démons. Ninon s'était fait avoir par le bout du nez et, à présent esclave de ses bêtes, Stephen su qu'il serait difficile pour lui de la re-transformer, de la faire revenir. Et pourtant.. Il devait le faire, il savait que quelque part, dans ce corps changeant se trouvait la vampire qu'il aimait de tout son petit cœur, agonisant et l'appelant à l'aide. Il parvenait presque à entendre les cris qui s'échappaient de sa poitrine. Restant impassible, le seul mouvement du démon fut de serrer les poings et les dents, tentant vainement de cacher une rage qui finirait par exploser, d'un moment à un autre. Comme une bombe à retardement. Sage... Ce mot lui procurait des haut le cœurs et des frissons de dégout. Sa meilleure amie s'était de façon idiote, salie en partant dans cette quête spirituel, ce retour à zéro, sans but vraisemblablement. Oh que non.. Ce n'était plus son amie devant lui, c'était quelqu'un d'autre. Ninon n'aurait jamais abandonné la torture et n'aurait jamais prononcé le mot 'sage' avec autant de patience et de délicatesse. Avant, ce simple mot lui donnait la nausée et elle commettait ses plus sanglants meurtres lorsqu'on l'a cherchait avec la gentillesse. Des simples mots étaient dans leur appartement tabou et refusaient tous deux de les prononcer, comme sage, ange, ou même sauver. C'était en dehors de leurs principes, de tout à ce qu'ils croyaient. Ils n'étaient plus. Stephen et Ninon, malgré les solitudes apparences avaient disparus en même temps que le crime de sa Vampirella chérie.

L'envie de sortir, d'aller prendre l'air et de se vider la tête en tuant, encore et encore lui trotta dans la tête un instant et il fut tenté d'amener de force Ninon avec lui, pour qu'elle voit ce qu'ils étaient réellement et qu'elle redevienne telle qu'elle était. Ou... Il se contenterait de lui faire un chantage affectif, après tout, ça lui remettrait peut-être de l'ordre dans ses idées farfelues et soi-disant 'sage'. Il s'apprêta à lui faire la remarque, d'un ton cynique, lorsqu'elle le coupa, plus rapide.

- C'est pour goûter à ce genre de plaisir innocent que j'ai décidé de changer. Est-ce que tu comprends, maintenant?

Venait-elle sérieusement de prononcer le mot innocent ? Avait-elle sérieusement osé dire ce mot devant lui, démon à plein temps ? Son envie de la remettre sur pied, de la sauver d'un piège s'envola aussitôt. C'était trop tard. A peine cinq ans chez les Anges qu'ils l'avaient complètement bousillé, elle n'était plus que l'ombre d'elle-même. Il était désemparé. Ninon était morte, alors. Belle et bien morte. Un râle de douleur s'échappa de ses lèvres tandis qu'il se levait difficilement en direction de son lavabo. Il avait envie de vomir. De déglutir à flot de paroles ininterrompus. Il fallait qu'il commette un meurtre, sinon il allait regretter de rester à côté d'une angélique vampire herbivore. Déglutissant avec difficulté, il ouvrit son frigo avec rapidité et en sortit une de ses bouteilles où les âmes étaient enfermés. Nourriture auxquelles il touchait rarement, préférant se nourrir fraichement et se changer les idées, mais là... Là il n'avait plus le temps pour patienter dans l'ombre d'un passant idiot. Il ouvrit le bouchon de la bouteille et se mit à boire avec avidité le contenu de sa bouteille. L'âme était jeune, pas trop acide, donc de bonne qualité plus tôt. Un défilement d'images se fit dans la tête du démon lorsqu'il se délectait de sa nourriture, retraçant avec merveille les derniers instants de sa vie. Le moment lui sembla infiniment court, mais durant pourtant quelques minutes. Chose faite, il envoya pâtre sa bouteille en fer dans l'évier et un bruit métallique et désagréable sonna entre eux, comblant le blanc qu'il y avait entre les deux meilleurs amis depuis un certain temps. Baissant les yeux vers le sol de sa cuisine, Stephen ne voulait plus porter son regard bleuté sur elle, sur cette chose qui avait remplacé la femme qu'il avait adoré. Sur cette chose qui l'avait assassiné. Secouant nonchalamment la tête de droite à gauche, cette dernière toujours baissée, un soupir las et long s'échappa de ses lèvres fines et foncé par son quatre heure. Il prit une grande bouffée d'oxygène et se lança, courageusement à lui dire ce qu'il pensait réellement de tout cela, après tout, il devait bien ça.

- Non. Je suis désolé. Je ne comprends pas. Tu n'es plus celle que j'ai connu, tu es... Affleurante, dégoutante. Tu es devenue comme tous ces anges en quête de paix intérieur et d'amour, si bien que tu as tué la femme que j'aimais. Tu as tué ma meilleure amie, ma Vampirella, la tuant sans merci... Et tout ça, pourquoi ? Pour ne plus faire de mal et être sage, lança-t-il en limitant et en faisant la grimace. Tout ça est allé trop loin, à force de fréquenter les mauvaises personnes, tu as finis par trahir les gens que tu aimais et qui t'aimaient en retour et pire que tout... Tu t'es perdue en chemin. Tu es quoi à présent, hein ? Ninon, la vampire herbivore ? Ou Ninon, la petite esclave des anges, dis-moi... Qui es-tu maintenant ? Stephen fit une pause, attendant une réponse qui ne vint pas, puis il continua dans sa lancée. Ce qui est certain, c'est que tu n'es plus rien pour moi. Qu'importe ce que nous avons vécu ensemble, c'était à une autre époque et avec une autre personne. Tu n'es plus personne pour moi que l'ombre de ce que tu étais, nous n'avons plus rien en commun et par conséquent plus rien à nous dire.

Le jeune homme, conscient de sa dureté, passa à ses côtés sans la regarder et se dirigea jusqu'à un chemin sombre, une sortie de grotte qui menait dans la forêt de San Fransisco. Personne ne pouvait ni rentrer, ni sortir par ce chemin mis-à-part le démon, sa jumelle et les personnes qu'ils autorisaient à franchir. Stephen eut une pensée pour sa jumelle, cette dernière ne tardera pas à revenir de son après-midi shopping en compagnie de Sixtine, sa drôle de meilleure amie fantôme. Et il certain qu'il vaudrait mieux pour Ninon que lorsque sa jumelle rentrerait à la maison, elle ne soit plus dans les parages. Il lui en voulait, il essayait de la détester mais s'efforcer malgré tout de vouloir encore et toujours la protéger. Fichu côté humain...

- Tu devrais t'en aller, maintenant. Serena ne va pas tarder à rentrer et nous savons tous deux le sort qu'elle te réservera si elle te croise sur son territoire. Et vu que maintenant, tu n'es plus qu'une sbire sans force et sans défense, une pauvre victime, il vaut mieux que tu ne tardes pas.

Il lui montra le chemin d'un geste de la main, évitant toujours de croiser son regard car il savait pertinemment que s'il la regardait ne serait-ce qu'une fois, ses barrières s'écroulèrent et il se transformerait une fois de plus en vrai guimauve. Rien que pour elle, comme toujours. Et cette fois, il ne voulait pas laisser passer la trahison qu'elle lui avait fait dans son dos, ainsi que sa fuite toujours pas excusée. Elle l'avait abandonné et aujourd'hui, il lui rendait la pareille, la laissant vivre de son côté, dans son monde parfait, sans violence, ni sang. Soit, qu'il en soit ainsi.

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

je suis un abricot.
bisous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://Draamione.skyblog.com



My name is
Contenu sponsorisé -


• • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Follow me into the Darkness ~ Stephen&Ninon   

Revenir en haut Aller en bas
 

Follow me into the Darkness ~ Stephen&Ninon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our World Of Dreams :: Lieux :: ♣ Lieux magiques :: Sous-sols :: Bar-