AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'amour fraternel est plus durable ; il ressemble à la pierre précieuse qui résiste aux plus durs métaux et dont la valeur s'accroit avec les années || Stephen & Serena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 470
♣ Localisation : Tout près.
♣ Situation amoureuse : Éprise d'Arthur Stein.

MessageSujet: L'amour fraternel est plus durable ; il ressemble à la pierre précieuse qui résiste aux plus durs métaux et dont la valeur s'accroit avec les années || Stephen & Serena   Ven 9 Juil 2010 - 17:46

__

Cela faisait à peine quelques jours que Serena Rice se trouvait à San Francisco, et elle n’avait pas épargné les quelques humains -inutiles d’après elle- qu’elle avait croisé sur sa route. Faire le mal, qu’importe où qu’elle soit, c’était quelque chose de jubilant. Peu importe si ces stupides humains finissaient par se poser des questions où non. Contre elle, ils ne pouvaient rien. Mais la jeune femme c’était très vite aperçu qu’elle n’était pas la seule créature dans cette ville. En effet, elle avait remarqué différentes espèces dans les rues, les bars. N’importe où. Ils se mêlaient aux humains, pensant passer inaperçu. Elle avait senti des vampires, des sorciers, des elfes, des lycans, … Toutes sortes de créatures.

Mais, elle n’avait toujours pas vu son frère, et cela devenait vraiment agaçant pour la brunette. Elle était là pour lui, et pour personne d’autre. Il fallait absolument qu’elle le voit, c’était presque vital pour la jeune femme. La nuit tombait lentement, enfonçant San Francisco dans les ténèbres. C’était son moment préféré : la nuit. Là, elle pouvait vagabonder dans les rues, et tuer les passants qui se croyaient trop intelligent et malin à se promener dans les rues mal fréquentées. Ça devenait presque trop facile, et elle qui était joueuse avec ses proies, commençait sincèrement à s’ennuyer. Mais étant donné que la ville grouillait de créatures en tout genre, Serena sentait que son jeu préféré n’allait pas tarder à être plus intéressant.

La démone se trouvait dans une rue sombre et déserte ; l’endroit était parfait pour faire venir son frère. Se concentrant mentalement, elle porta toutes ses pensées sur Stephen afin qu’il vienne à elle. Tous deux étaient liés psychiquement. Étant jumeaux, un lien télépathique était né entre eux, ce qui facilitait le contact. Fermant les paupières, fronçant ses sourcils noirâtres, elle montra l’endroit où elle se trouvait à Stephen, faisant tout ceci mentalement. Rouvrant ses yeux bleutés, elle regarda la rue toujours déserte autour d’elle. Elle était certaine qu’elle n’allait pas attendre bien longtemps avant de le voir arriver. Se calant contre le mur d’un immeuble, elle attendit, patiente.

Six minutes plus tard, celui qu’elle attendait tant, avançait vers elle. Serena avait reconnu sa carrure et sa démarche. Un petit sourire se posa sur ses lèvres, et Stephen la rejoignit en quelques enjambées. Le visage de la jeune femme s’illumina, et sans demander l’avis de son frère, elle se jeta dans ses bras. Le jeune homme ne tarda pas à répondre à l’étreinte de la brunette, et cette dernière renforça sa prise autour de Stephen. Au bout de quelques minutes, elle brisa cette étreinte fraternel. Regardant minutieusement son jumeau, c’est sans grande surprise qu’elle remarqua qu’il n’avait pas changé d’un poil.

- Enfin te voilà, lâcha-t-elle en lui accordant un magnifique sourire.

Stephen était le seul à bénéficier de ce sourire, et de la joie de la jeune femme. C’était la seule personne qu’elle aimait, les autres n’avaient aucune importance à ses yeux, ils pouvaient très bien perdre la vie à ses côtés, elle ne bougerait pas le petit doigt. Jaugeant son frère d’un regard pétillant, elle lança :

- Je ne comprends pas pourquoi tu es venu à San Francisco, c’est très mal fréquenté, tu y trouves vraiment tout et n’importe quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dray-lo0ve-mione.skyrock.com

avatar


My name is

MODO-EN-CHEF
Tu m'touches, j'te bouffe.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 1278
♣ Localisation : En Enfer, probablement...
♣ Situation amoureuse : Libre comme l'air.

MessageSujet: Re: L'amour fraternel est plus durable ; il ressemble à la pierre précieuse qui résiste aux plus durs métaux et dont la valeur s'accroit avec les années || Stephen & Serena   Mar 20 Juil 2010 - 18:17

La journée avait été plus que fructueuse pour Stephen Rice, démon de haute catégorie. Il avait réussit en une simple et petite journée à se nourrir de quelques humains, à tuer des démons de grade supérieur qui le traquait à cause du montant de sa tête, qui avait encore doublé. Et pour la première fois depuis deux ans, il avait réussit à vaincre quatre chasseurs de prime d'un coup. Grâce à cette petite fierté, il savait qu'il allait être tranquille quelques jours et ça lui provoquait à chaque fois qu'il y pensait, une bouffée de consolation. Au moins, tous ses mois à fuir, à se cacher et à tuer d'autres créatures de son espèce n'avait pas servit à rien. Malgré cette journée forte en émotion, il n'était pas fatigué et était remplit d'une telle énergie que personne n'aurait pu deviner qu'il avait passé sa journée à courir pour sauver sa vie. Voulant fêter sa victoire, il s'éclipsa de la forêt de San Fransisco, où il y avait passé sa journée et réapparut chez lui.

Comme par réflexe, il parcourut chaque pièce de sa demeure, restant méfiant malgré le fait qu'aucuns démons ne pouvaient pénétrer les lieux sauf si Stephen l'autorisait. Une fois rassuré, il se dirigea vers sa cuisine et ouvrit son frigo, il attrapa une bouteille de vin, voulant fêter l'occasion. N'ayant pas besoin d'un quelconque accessoire, il ouvrit directement la bouteille à l'aide de ses mains et en bu une gorgée, puis une autre et encore une autre. Il était triste, voir macabre de fêter un évènement seul, mais depuis toujours, le jeune démon avait été un solitaire, forcé par tous d'être mit à l'écart et de vivre sa vie en survivant plutôt qu'en la vivant. Il eut soudainement une pensée pour sa sœur jumelle; Serena. A plusieurs reprises, il avait essayé de la contacter par télépathie, mais sans succès, il n'obtenait aucunes réponses de sa part. Soupirant longuement, il finit la bouteille d'une gorgée et la balança contre un mur avant de s'éclipser aux Sous-Sols, le bar des vampires.

Sachant que là-bas, il était craint - comme partout où il allait d'ailleurs -, un sourire narquois se posa instinctivement sur ses lèvres lorsqu'il apparut en plein milieu des tables de billard. En voyant Stephen arriver dans le bar, l'ambiance fut directement différente; les discussions s'évaporèrent, la musique s'arrêta et tous les yeux étaient rivés sur le démon. Ayant l'habitude, il soupira longuement, gardant ce sourire mystérieux qui faisait fuir tous ses ennemis avant de s'avancer d'un pas énergique vers le bar. En voyant qu'un vampire était assit à sa place, il sortit une boule de feu, jouant quelques secondes avec, puis comprenant que le vampire ne partirait pas, paralysé par la peur, il leva les yeux aux ciels, exaspéré et lança sa boule de feu sur lui. En à peine quelques secondes, le vampire fut détruit dans un tourbillon de cri et de souffrance, jusqu'à ce que le feu le consume et qu'il se transforme en un tas de poussière. Voyant que tous les regards étaient braqués sur Stephen, ce dernier prit un air innocent et haussa les épaules :

- Il le savait que c'était ma place, se justifia-t-il inutilement.

Enfin, les discussions reprirent et la musique fut relancé sur un air de Country plutôt vieux, qui grésillait. Assit au bar, Stephen commanda un scotch et attendit son verre d'alcool. Tout en patientant, il regarda de tous les côtés du bar, plus parce qu'il était paranoïaque que parce qu'il était menacé. Puis, au bout de longues minutes, son verre arriva enfin. Il allait boire une gorgée lorsque soudain une voix résonna dans sa tête : Serena. Derechef, il se tendit et se concentra sur les informations qu'elle était en train de lui envoyer; elle était en ville depuis plusieurs jours et elle l'attendait dans une ruelle près de l'Avenue Centrale. Conscient qu'il fallait qu'il s'y rende, non seulement pour lui passer un savon mais aussi pour voir si elle allait bien, il bu coup sec son verre de scotch et se leva d'un trait. Ne sachant pas s'il était suivit, il prit la décision de s'éclipser à plusieurs endroit avant d'aller à son lieu de rendez-vous. Chose faite, il s'éclipsa une dernière fois vers l'endroit que Serena lui avait indiqué par télépathie.

A peine venait-il de réapparaitre dans la ruelle, qu'une jeune femme aux cheveux aussi foncés que les siens se mit à courir vers lui. Apercevant Serena avec un grand sourire foncer en toute hâte dans ses bras, il se mit à sourire et la prit dans ses bras. Le démon se doutait que s'il n'avait pas été ce qui est, Serena lui aurait certainement broyé les os à serrer aussi fort. Répondant à son étreinte, il n'osa cependant pas serrer aussi fermement qu'elle, sachant qu'elle était plus fragile que lui, malgré sa part entière de démone. Enfin, elle le lâcha et le regarda droit dans les yeux. En voyant les yeux de sa jumelle pétiller autant, le jeune homme ne put se restreindre à la gronder devant son inconscience.

- Enfin te voilà !

Elle lui accorda un sourire somptueux et rayonnant de mille feux auquel Stephen répondu immédiatement, n'arrivant pas à être froid ou distant avec sa jumelle, quoi qu'elle puisse faire contre lui. Regardant avec attention les traits de sa jumelle, il faillit s'étouffer en remarquant qu'une cicatrice trônait dans son cou, près de son oreille, certes elle était toute petite, mais savoir que quelqu'un lui avait fait du tort le mettait hors de lui. Alors qu'il allait la questionner sur cette marque, elle le coupa et fut la première à parler :

- Je ne comprends pas pourquoi tu es venu à San Francisco, c’est très mal fréquenté, tu y trouves vraiment tout et n’importe quoi.

Stephen soupira et secoua la tête, un air amusé au visage, il se remit à lui sourire, conscient qu'elle manquait encore d'expérience pour comprendre ses actes et ses plans. Serena avait beau être sa jumelle, elle n'avait pas eut la même éducation que lui, elle avait grandit entre les murs d'un hôpital, et quand Stephen lui avait accordé la vie éternelle, la jeune femme avait comprit qu'elle était aussi puissante que n'importe qui. Elle et Stephen avait d'innombrables pouvoirs, elle était presque aussi puissante que son frère, mais manquait terriblement de pratique, préférant profiter de sa vie démoniaque en tuant et en torturant plutôt que de concevoir un avenir tangible. Mais tout ceci, Stephen ne lui en voulait pas, conscient qu'il était préférable pour elle qu'elle vive dans un monde où elle était libre de faire ce qu'elle souhaité sans qu'une horde de chasseurs de primes ne la traquent. Passant une main sur son visage, il caressa sa joue et remonta jusqu'à ses cheveux d'un noirs jais. Les yeux bleutés de la jeune femme brillaient de plus en plus, à croire que son seul et unique amour était son frère.

- Il est clair que San Fransisco n'est pas un havre de paix et de réconfort, mais tu dois comprendre qu'avec ma situation, je ne puis me permettre d'aller où bon me semble. Je suis traqué Sena, ce n'est pas un jeu auquel je joue. Bon sang, mais que fais-tu ici ? Tu te rends compte des risques que tu prends en me rendant visite ? De plus, ça fait des semaines que j'essaye de te joindre, mais sans aucuns résultats ! J'ai cru que Satan s'en était prit à toi !

Ne se rendant pas compte qu'il avait haussé la voix, ce n'est qu'en voyant le regard bleuté de Serena tomber sur le sol qu'il se rendit compte qu'il était surement allé trop loin, poussé par le sentiment d'inquiétude et d'insécurité qui l'avait hanté durant des semaines. Il s'était fait tellement de films sur l'absence de réponse de Serena, qu'il était indéniable qu'il lui en voulait un minimum, certes pas beaucoup, mais assez pour lui faire un sermon. Malgré tout, une bouffée de culpabilité s'accapara de lui lorsqu'il observa Serena, apparemment anéantit par les premières paroles de son frère. Voulant se rattraper, il soupira longuement et prit le menton de sa sœur dans une de ses mains, l'obligeant à le regarder droit dans les yeux. Puis, d'une voix plus douce, il reprit :

- Sena, tu dois comprendre que ne pas me donner de tes nouvelles dans ma situation m'a rendu presque fou. Je ne m'en remettrais pas s'il t'arriverait quelque chose. Je sais que mes paroles ont étaient plutôt dur, mais je me suis tellement inquiété que j'étais prêt à te rejoindre sur le champ en Italie ! Tu dois me promettre de ne plus me faire de pareil frayeur, par Satan, j'ai assez d'ennuis comme ça !

Puis, d'un geste doux, il attrapa avec ses mains les joues de sa sœur, caressant à l'aide de ses pouces ses cernes bien tracés.

- Tu es la seule personne, qui à mes yeux, compte. Tu es toute ma vie, sœurette, que ça te plaise ou non.

Apercevant un bref sourire de la part de sa sœur, il fut rassuré de voir qu'elle ne l'avait pas vraiment mal prit. Il se rapprocha d'elle et la serra alors dans ses bras, d'un geste puissant, fort et réconfortant.

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

je suis un abricot.
bisous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://Draamione.skyblog.com

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 470
♣ Localisation : Tout près.
♣ Situation amoureuse : Éprise d'Arthur Stein.

MessageSujet: Re: L'amour fraternel est plus durable ; il ressemble à la pierre précieuse qui résiste aux plus durs métaux et dont la valeur s'accroit avec les années || Stephen & Serena   Mar 27 Juil 2010 - 14:54

La remarque de Serena sur San Francisco fit soupirer Stephen. Visiblement, elle n’avait pas compris le pourquoi de sa venue dans cette ville. Elle patienta tout de même pour savoir ce qui l’avait poussé à s’installer ici avec tous ces démons qui étaient sur ses traces. Son frère laissa une de ses mains glisser sur sa joue, pour ensuite se diriger vers ses cheveux ténébreux. Il était le seul à avoir des attention telles que celle-ci avec elle, personne d’autre mis à part lui, ne pouvait la toucher de cette manière. Ses yeux bleutés brillèrent intensément, tout en jaugeant Stephen d’un regard d’adoration.

- Il est clair que San Fransisco n'est pas un havre de paix et de réconfort, mais tu dois comprendre qu'avec ma situation, je ne puis me permettre d'aller où bon me semble. Je suis traqué Sena, ce n'est pas un jeu auquel je joue. Bon sang, mais que fais-tu ici ? Tu te rends compte des risques que tu prends en me rendant visite ? De plus, ça fait des semaines que j'essaye de te joindre, mais sans aucuns résultats ! J'ai cru que Satan s'en était prit à toi !

Le ton qu’il employait été monté d’un cran, faisant prendre doucement conscience à Serena qu’il s’était inquiétait pour elle. Ses yeux regardèrent le sol, ne voulant pas en plus recevoir un regard accusateur de la part de Stephen. Il était réellement traqué. Elle le savait, elle n’était pas idiote, mais c’était bien plus grave et important qu’elle ne l’avait imaginé. Mais elle s’était rendue dans cette ville pour lui, pour l’aider contre tous ces démons qui voulaient sa peau. La jeune femme était là pour lui et pour personne d’autre. Ce qui la tracassait, c’était de ne pas avoir reçu tous les messages de Stephen. Sortant de ses réflexions, son frère releva lentement son menton, de façon à ce qu’il rencontre son regard, et c’est avec un ton doucereux, qu’il lâcha :

- Sena, tu dois comprendre que ne pas me donner de tes nouvelles dans ma situation m'a rendu presque fou. Je ne m'en remettrais pas s'il t'arriverait quelque chose. Je sais que mes paroles ont étaient plutôt dur, mais je me suis tellement inquiété que j'étais prêt à te rejoindre sur le champ en Italie ! Tu dois me promettre de ne plus me faire de pareil frayeur, par Satan, j'ai assez d'ennuis comme ça !


La jeune démone était consciente d’avoir provoqué une forte inquiétude, mais elle s’était aussi fais du mauvais sang. Et c’est pour ça qu’elle se trouvait dans cette ville, pour son frère. Elle ne pouvait s’empêcher de s’en vouloir aussi, de ne pas avoir répondu aux messages, mais soit elles ne les avaient pas reçus, soit elle était occupée lorsqu’il lui les envoyait. Un sentiment de culpabilité s’imprégna en elle. Les deux mains de Stephen entouraient son visage, ses pouces retraçant les cernes qu’elle avait sous les yeux.

- Tu es la seule personne, qui à mes yeux, compte. Tu es toute ma vie, sœurette, que ça te plaise ou non.

La concernée ne put retenir un petit sourire sincère devant de telles paroles de la part de son jumeau. Un lien puissant les unissait, et Serena aurait échangeait son frère contre personne. Qu’importe ses décisions, ses fréquentations, elle ne pouvait exister sans lui. Stephen la prit dans ses bras, l’enserrant d’une étreinte rassurante et chaleureuse. La jeune femme répondit à son étreinte, encerclant la taille de son frère avec moins de force que précédemment. Elle finit par s’excuser avec sincérité :

- Je ne voulais pas te causer autant d’inquiétude. Je suis désolée, je m’en veux tellement si tu savais. Je recevais tes messages jamais au bon moment. Je sais que ce n’est pas une excuse, mais dorénavant, qu’importe ce que je ferais, je te répondrais, je ne te causerai plus aucun tort, je te le promets.

Reculant légèrement de Stephen, elle lui accorda un sourire désolé. Puis, elle reprit avec fermeté :

- Je sais que tu es traqué Stephen, et je suis là pour toi, pour t’aider à te débarrasser de ces fichus démons. Et rien ne me fera changer d’avis. Je ne veux pas qu’il t’arrive la moindre chose si tu te trouves à des kilomètres de moi. Je t’aiderai et tu ne te débarrasseras pas de moi aussi facilement que tes traqueurs, tu peux en être certain.

Serena était très bornée de nature, et elle ne quitterait pas son frère tant qu’il ne sera pas tranquille. Elle le vit lever les yeux au ciel, comme désespéré par son entêtement. Ceci amusa la jeune femme. Mais elle savait que malgré tout, il était tout de même content qu’elle soit là. Ca faisait tellement longtemps qu’ils ne s’étaient pas vu. Et maintenant qu’il n’avait plus de famille, ils étaient libre de faire ce qui leur chantait. C’est peut-être ça qui les a éloigné durant un certain temps. Lui, passant de ville en ville afin de semer ses traqueurs. Et elle, jouissant de ses pouvoirs sans aucunes limites dans le monde entier. Oui, Serena avait voulu s’amuser, mais aujourd’hui, elle faisait un break pour Stephen. Mettant ses occupations, sa routine de côté, pour l’aider dans sa tâche.

- J’en ai rencontré quelques uns d’ailleurs, reprit-elle avec réflexion. Trois pour être exact. Je n’ai réussi à n’en avoir que deux.

Elle avait finit sa phrase avec une moue déçue sur le visage. Le dernier démon s’était avéré être plus dur à attraper, et le combat qu’elle avait eu avec, lui avait causé un peu de tort, elle en gardait même quelques cicatrices par ci, par là. Enfin, ce n’était que superficiel, rien de grave. La démone s’était juste jurée de réussir à l’attraper, et à le faire mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dray-lo0ve-mione.skyrock.com

avatar


My name is

MODO-EN-CHEF
Tu m'touches, j'te bouffe.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 1278
♣ Localisation : En Enfer, probablement...
♣ Situation amoureuse : Libre comme l'air.

MessageSujet: Re: L'amour fraternel est plus durable ; il ressemble à la pierre précieuse qui résiste aux plus durs métaux et dont la valeur s'accroit avec les années || Stephen & Serena   Mer 28 Juil 2010 - 22:56

Serrant chaudement sa sœur dans ses bras, la tenant fermement de ses bielles puissante et rassurante. Posant son menton contre le crâne de sa jumelle, Stephen ne put retenir un soupir de soulagement. Toutes ses horribles semaines où il n'avait pas eut de nouvelles d'elle et ou il s'était fait d'horribles peur seul; S'imaginant Serena sous la main de Satan, se faisant torturer tous les jours afin de savoir où le démon se cachait. A présent, il devait s'assurer que sa sœur soit en sécurité quelque part, il devait l'emmener dans un endroit où il était sure qu'elle ne serait pas traquée, et où elle pourrait sans problème faire tout ce qui lui passait par la tête; tuer ou torturer des humains, faire la fête, profiter de sa vie de démone sans prendre le risque de mourir toutes les minutes. En sentant Serena le serrer d'avantage, il ne pu retenir un sourire, trouvant sa sœur particulièrement touchante lorsqu'elle était avec lui.

- Je ne voulais pas te causer autant d’inquiétude. Je suis désolée, je m’en veux tellement si tu savais. Je recevais tes messages jamais au bon moment. Je sais que ce n’est pas une excuse, mais dorénavant, qu’importe ce que je ferais, je te répondrais, je ne te causerai plus aucun tort, je te le promets.


Sa jumelle s'était excusé au creux de son cou, et il s'était d'avantage concentrée sur son souffle dans sa nuque que sur ce qu'elle disait, mais en entendant des mots tels que " désolé " ou " messages ", il comprit qu'elle essayait de se justifier vainement. Conscient qu'elle venait de lui faire une énième promesse, il leva les yeux au ciel, ne se gênant pas pour soupirer, las de devoir entendre sa sœur faire encore des promesses qu'elle ne tiendrait pas. Il y a un siècle, elle lui avait promit de rester avec lui toute l'éternité, mais en voyant Ninon Haalen débarquer dans la vie de Stephen, Serena avait préféré partir avec un démon. Bien sûr, en voyant sa fugue, Stephen s'était dépêché de la retrouver avec sa meilleure amie et il avait prit un malin plaisir à torturer puis à tuer l'ami de Serena sous ses yeux. La brune n'appartenait qu'à Stephen. A lui, et à lui seul.

Cette dernière se recula doucement du torse du démon, ne le lâchant pas pour autant. En apercevant le petit sourire en coin que lui accordait sa sœur, il y répondit, conscient qu'il ne pouvait pas lui refuser quoi que ce soit. Pas même un sourire. Sa démone de sœur était réellement tout pour lui, elle était ce qu'il avait de plus précieux au monde et passer l'éternité avec elle était le seul réconfort qu'il arrivait à trouver lorsqu'il se sentait trop seul et qu'il était lassé de vivre pour essayé d'échapper aux traqueurs.

- Je sais que tu es traqué Stephen, et je suis là pour toi, pour t’aider à te débarrasser de ces fichus démons. Et rien ne me fera changer d’avis. Je ne veux pas qu’il t’arrive la moindre chose si tu te trouves à des kilomètres de moi. Je t’aiderai et tu ne te débarrasseras pas de moi aussi facilement que tes traqueurs, tu peux en être certain.

En entendant les raisons de sa venue à San Fransisco, Stephen se figea, n'appréciant pas le fait que sa jumelle se mette en danger pour lui. Non, ce n'était certainement pas une bonne idée, et il allait la faire partir sur le champs, et si il le faudrait, à coup de pieds au fesse. Il s'en voudrait toute sa vie si jamais il arrivait quoi que ce soit à sa sœur. C'était son petit bout de paradis, et il se battait pour elle, pour qu'elle et lui finissent pas régner sur les Enfers. Mais en attendant, elle devait se mettre à l'abri et continuer sa petite vie de pacha, à l'abri de tout. C'était essentiel qu'elle reste en vie. Pourtant, en remarquant la mine de chien qu'elle arborait, il finit par soupirer tout en secouant la tête, se repassant ce qu'elle lui avait dit. Non, il ne se débarrasserait jamais de sa sœur, elle était bien trop bornée et lorsqu'elle avait quelque chose en tête, elle était décidée à aller jusqu'au bout de ses convictions. Il finit par lever les yeux au ciel, encore une fois.

- J’en ai rencontré quelques uns d’ailleurs, reprit-elle avec réflexion. Trois pour être exact. Je n’ai réussi à n’en avoir que deux.

Le cœur de Stephen manqua un battement et son sang ne fit qu'un tour. Ainsi, non seulement elle avait combattu des traqueurs, mais en plus, elle en avait raté un. Une pulsion colérique s'empara de ses membres et il s'écarta directement, ignorant la mine déçue qui se lisait sur ses traits. N'arrivant pas à croire que des traqueurs s'en était prit à elle, il explosa littéralement, bouillant de rage intérieurement. Se reculant de sa jumelle, il la détailla avec plus de concentration et aperçut quelques vagues encoches, plus superficielles qu'autre chose mais qui intensifia la haine du démon dans ses membres. En quelques secondes, il tourna le dos à Serena et lança un jet puissant et très large de lave sur un benne à ordure. Celle-ci, sous le coup et aidée par le feu, explosa derechef. Enfin, il se retourna sur sa sœur et se rapprocha d'un pas menaçant et très rapide. En voyant l'air blasée qu'elle prenait, il ne releva pas, conscient qu'elle l'avait déjà vu dans cet état, voir pire.

Stephen, une fois, avait du tuer trois démon, alors que Serena et lui étaient à un bar de démons. Le grand frère qu'il est s'était énervé en voyant ces trois hommes lui tourner un peu trop rapidement autour, la considérant plus comme une simple occupation d'une nuit, qu'une princesse. Mais le geste qui le fit exploser fut lorsqu'un des trois démons osa un geste déplacé et lui mit la main au fesse. LE geste qu'il ne fallait pas faire contre sa sœur. Prit d'une rage dévastatrice, il les avaient tués. Les trois d'un coup, en une simple boule de feu. Puis, lorsque les démons et démones du bar avaient comprit qu'il s'agissait de Stephen Rice, à cause de ses pouvoirs que seul lui possédait avec sa sœur, ils avaient été chassés. La famille Rice étant maudit en Enfers. Arrivant près de sa sœur, il caressa d'un revers de sa main une des blessures ensanglantées sur sa joue, doucement.

- Serena, je veux que tu repartes. Je ne veux pas que tu restes à San Fransisco. C'est bien trop dangereux et je ne veux pas de telles blessures et de tels combats t'emportent à la mort. Je refuse de vivre dans un monde où tu n'es pas. Tu es bien trop jeune et sans expérience pour comprendre ça, je sais. Mais, sérieusement, tu risques de te faire tuer, tu n'es pas aussi puissante que moi.

Ce qu'il avait dit était en partie vraie. Serena n'était pas aussi forte que lui, mais seulement parce qu'elle ne s'entraînait pas, elle manquait de pratiques et d'expérience, de plus, elle avait été éduqué dans une famille de démon pacifiste qui profitait de la vie, éducation agréable mais complètement différente de la sienne qui s'est fait dans la douleur, le sang et des exercices de pratique. Et il ne voulait pas perdre celle pour qui il se battait actuellement. C'était sa sœur. Et personne d'autre. Pourtant, à cette pensée, une petite voix dans son esprit lui murmura le doux prénom de Prudence Huston mais il l'effaça rapidement, conscient que ce n'était surement pas le moment de penser à cette louve. Voyant son air résolu, montrant à quelle point, elle était décidée à rester à San Fransisco, qu'il soit d'accord ou non. Comprenant qu'il n'avait pas le choix, il soupira et embrassa tendrement son front.

Puis, alors qu'il allait lui lancer une réplique pour l'embêter, un traqueur apparut devant eux. Remplit de réflexe et l'ayant vu, Stephen poussa sa sœur directement et la plaça derrière lui, mettant un de ses bras vers l'arrière, la protégeant d'une quelconque attaque. Le démon s'approcha dangereusement d'eux, un sourire narquois perché du bout des lèvres. Reculant à pas de loups vers le bout de la ruelle, entraînant ainsi sa sœur, il savait que le chasseur ferait bientôt une attaque. En apercevant ce dernier regardait sa jumelle avec intensité, une lueur de malice éclaira ses yeux et Stephen comprit que c'était avec ce traqueur que s'était battu Serena.

- Alors, petite démone. On a peur de moi ? On va se recueillir dans les bras de son grand frère ? Qui n'est d'autre que Stephen Rice, d'ailleurs... Et bien, Satan va drôlement me récompenser quand j'apporterais vos têtes sur un plateau d'argent.

Apparemment amusé, ce dernier se mit à rire ce qui fit doublement plus ragé le brun. Non seulement il avait osé lui faire du mal, mais en plus il osait les menacer. N'y tenant plus et d'un geste rapide, Stephen poussa sa sœur contre un des murs où elle serait à l'abri entre deux bennes bien solides. Il lui lança ensuite un regard autoritaire, lui ordonnant silencieusement de ne pas bouger. Celle-ci retint un cri de protestation, laissant ses sourcils froncés et sa bouche entrouverte. Ne lui prêtant plus attention, il retourna au combat et se mit à s'avancer d'un pas assuré et déterminé. Quand il arriva à quelques mètres de lui, il lui lança un regard de braise, laissant ses yeux d'habitude bleutés virer au rouge. Le démon, visiblement étonné resta quelques instant abasourdi devant ce spectacle. Ce fut les secondes de trop. Ne tenant plus Stephen l'attrapa par la gorge et le leva doucement, l'étranglant avec force :

- Sache, démon que personne ne touche à ma sœur. Et que celui qui ose le faire meurt dans d'horrible souffrance. De plus, personne n'a le droit de nous menacer car au cas où tu l'ignorais peut-être... Je suis indestructible.

Lâchant sa prise, sa proie tomba à terre et s'écroula au sol, mais il n'eut pas le temps de se remettre que Stephen lui donna un énorme coup de pied au visage, le faisant saigner. Ensuite, il sortit un boule d'énergie, un sourire machiavélique sur ses lèvres et sans aucune hésitation, il la lui envoya. Un cri de souffrance retentit alors et le démon explosa en un milliers de morceaux. Le brun soupira et s'étira, puis il se retourna et fut surprit de voir sa jumelle juste derrière lui. Amusé, il ne put cependant pas s'empêcher de lui lancer un regard réprobateur.

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

je suis un abricot.
bisous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://Draamione.skyblog.com

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 470
♣ Localisation : Tout près.
♣ Situation amoureuse : Éprise d'Arthur Stein.

MessageSujet: Re: L'amour fraternel est plus durable ; il ressemble à la pierre précieuse qui résiste aux plus durs métaux et dont la valeur s'accroit avec les années || Stephen & Serena   Ven 30 Juil 2010 - 10:03

Tout à coup, Stephen s’éloigna violemment de la jeune femme, qui fut déçue par ce comportement, ne comprenant pas tout de suite ce qui le mettait dans cet état là. Mettant de la distance entre eux, il la jaugea avec attention, et Serena vit que la colère s’emparait de lui de plus en plus. Sans qu’elle n’ait eu le temps de dire quoi que ce soit, de le rassurer, ou autre, il lui avait déjà tourné le dos, et envoyait un jet de lave sur une benne à ordure non loin de là, qui explosa instantanément. Dépitée, et lassée par les colères que son frère pouvait avoir, elle le vit s’approcher rapidement d’elle. La jeune démone aurait pu prendre peur si elle ne le connaissait pas. Il n’avait jamais levé la main sur elle, et ce n’est pas aujourd’hui que ça allait commencer. Certaine qu’il avait remarqué les balafres superficielles dans son cou, elle attendit patiemment qu’il se calme.

Stephen porta sa main sur la joue de Serena, où se trouvait une légère trace de cicatrice encore rouge, et lâcha :

- Serena, je veux que tu repartes. Je ne veux pas que tu restes à San Francisco. C'est bien trop dangereux et je ne veux pas de telles blessures et de tels combats t'emportent à la mort. Je refuse de vivre dans un monde où tu n'es pas. Tu es bien trop jeune et sans expérience pour comprendre ça, je sais. Mais, sérieusement, tu risques de te faire tuer, tu n'es pas aussi puissante que moi.

La concernée savait qu’elle n’était pas aussi puissante que son frère. Ils n’avaient pas eu la même éducation, il était normal que leurs pouvoirs ne soient pas de valeurs égales. Mais elle refusait tout bonnement de partir. Il ne l’enverrait certainement pas de force quelque part. Elle savait que son frère se montrait peut-être trop protecteur envers elle, mais rarement elle lui en avait voulu. En fait, elle ne pouvait pas être fâchée contre lui, c’était quelque chose de rare. Très rare. Même si il venait à la blesser moralement par ses actes. Comme la fois où il avait osé tuer Klyve devant ses yeux, parce qu’elle s’était enfuie avec. Et fuir ainsi, avec qui que ce soit, elle ne l’avait plus jamais refait. Bien entendu, lorsqu’il l’avait ramené avec lui, elle ne lui avait plus adressé la parole durant plusieurs semaines. Mais très vite le contact était revenu, même si elle lui en avait maladivement voulu.

Aujourd’hui, elle faisait tout pour ne plus provoquer la colère de son frère envers elle, déjà parce qu’elle finissait toujours par le regretter, mais surtout parce qu’elle détestait causer du tort à Stephen. C’était son rôle de frère après tout, de la protéger contre n’importe qui. Celui qui occupait ses pensées finit par lâcher un petit soupir, et lui posa un tendre baiser sur son front, ce qui la fit instantanément sourire. Relevant la tête, elle vit soudainement la mine de Stephen changer du tout au tout. Avant qu’elle ne puisse demander ce qu’il se passait, elle se retrouva derrière lui en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. C’est avec amusement qu’elle vit le dit démon qu’elle n’avait pas réussi à détruire la fois dernière, posé devant eux, l’air menaçant. Serena ne pouvait faire le moindre geste, son frère la tenant derrière lui, l’obligeant à se mettre en retrait. Ils reculaient lentement vers le fond de la rue, le démon avançant, un sourire sardonique sur les lèvres.

La démone ne put s’empêcher de le trouver bien vantard ce fichu démon, et elle ne comprenait pas comment il avait fait pour lui échapper. Son regard bleuté rencontra, celui sombre, du démon, qui la jaugeait avec attention. Levant les yeux au ciel, la voix de son ex proie résonna dans la rue :

- Alors, petite démone. On a peur de moi ? On va se recueillir dans les bras de son grand frère ? Qui n'est d'autre que Stephen Rice, d'ailleurs... Et bien, Satan va drôlement me récompenser quand j'apporterais vos têtes sur un plateau d'argent.

Elle n’aimait, mais alors pas du tout les railleries de son interlocuteur. Il se pensait bien plus puissant qu’elle ou son frère, visiblement. Comme pour appuyer ses dires, il se mit à rire, d’un rire gras et qui fit grimacer Serena. Elle allait répliquer, et sortir du dos de son frère, mais ce dernier la poussa brusquement contre le mur d’un bâtiment, entre deux bennes à ordures. Outrée, elle voulut revenir sur le champ de combat, mais Stephen lui accorda un regard plus qu’autoritaire, la refusant auprès de lui, à se battre contre le démon. Agacée, elle ne put retenir un cri indigné, avant de donner un coup de pied dans une benne. Mais l’attention de son frère n’était plus concentrée sur elle, mais sur le démon qui semblait amusé par la scène.

Passant la tête derrière la benne, elle vit son frère en face du démon, et ce dernier fut étonné alors qu’il n’avait encore rien fait, et rien dit. Il n’eut pas le temps de réagir, que Stephen encerclait sa gorge, l’étranglant et le plaçant au dessus de lui. Et c’est d’une voix glaciale et dure qu’il s’adressa au démon qui manquait visiblement d’air, vu la teinte rouge que prenait son visage :

- Sache, démon que personne ne touche à ma sœur. Et que celui qui ose le faire meurt dans d'horrible souffrance. De plus, personne n'a le droit de nous menacer car au cas où tu l'ignorais peut-être... Je suis indestructible.

Serena ne put empêcher un roulement d’yeux devant les premières paroles de son frère. Et sur ces mots, il laissa le concerné retomber violemment sur le sol, avant de lui administrer un violent coup de pied au visage. La démone en ayant marre d’être cachée ainsi, sortir de sa cachette, et se posta derrière Stephen à quelques mètres de la scène. Arquant un sourcil, et accordant un sourire satisfait et vainqueur au démon couché à terre, qui saignait abondamment de l’arcade et du nez, elle le vit hurler de souffrance et exploser grâce à la boule puissante d’énergie, crée par son frère. Elle vit Stephen s’étirait de dos, avant de se retourner, et d’afficher une mine surprise. Malgré tout, elle reçut un regard mécontent de sa part.

La brunette lui tira puérilement la langue, tout en croisant les bras, déçue de ne pas avoir pu participer. C’est avec indignation qu’elle lança :

- C’était à moi de le tuer ! Je lui avais promis !

Mimant une mine boudeuse, elle passa devant Stephen sans lui accorder le moindre regard, et continua son avancée. Elle finit par s’assoir avec brusquerie par terre, jambes et bras croisés, son regard bleuté fixant un point imaginaire devant elle. Serena devinait que son frère allait venir, il ne s’excuserait certainement pas, lui répliquant qu’elle n’aurait pas réussi aussi facilement que lui à le mettre en pièce. Elle aurait peut-être mis plus longtemps mais elle aurait réussi, elle le savait. Sentant son frère s’assoir à ses côtés, elle tourna la tête à l’opposé de lui. Sa mise en scène ne durerait certainement pas dix ans, mais elle voulait lui montrait qu’elle été vexée d’avoir été mise à l’écart. Elle le sentit lui donner une petite tape sur l’épaule, et ne pouvant se retenir elle tourna la tête vers lui. La mine boudeuse, elle lâcha fermement :

- Maintenant tu peux te gratter pour que je parte de San Francisco. Je sais que je ne suis pas aussi forte que toi, et si tu veux, je peux te promettre que je ne chercherais pas à provoquer un combat avec un démon.

Stephen ne semblait pas convaincu, et Serena devinait que c’était la faute de sa promesse. Elle ne les tenait pas toutes, elle le savait, elle était très mauvaise pour ça. Elle en faisait énormément mais ne les tenait que rarement. Attrapant doucement le visage de son frère avec ses deux mains, elle plongea son regard dans le sien, et rajouta :

-Cette fois, c’est une vraie promesse. Si c’est la seule solution pour que tu sois un tant soit peu rassuré, je le ferais, je te le jure Stephen, ai confiance.

C’était bien une des rares fois qu’elle était aussi sincère. Pas qu’elle ne le soit jamais avec Stephen, mais elle devait avouer que niveau promesse, elle était très mauvaise. Et son frère le lui avait plusieurs fois reproché. Accordant un petit sourire à Stephen qui restait silencieux, elle le supplia de la croire d’un regard. Elle était prête à n’importe quoi pour lui, même si, ne pas provoquer de démon la faisait clairement grimacer, elle pourrait se faire violence pour lui, pour lui seul d’ailleurs. Son jumeau était le seul à bénéficier de la loyauté de Serena, et de l’amour fraternel et indestructible qu’elle lui portait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dray-lo0ve-mione.skyrock.com

avatar


My name is

MODO-EN-CHEF
Tu m'touches, j'te bouffe.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 1278
♣ Localisation : En Enfer, probablement...
♣ Situation amoureuse : Libre comme l'air.

MessageSujet: Re: L'amour fraternel est plus durable ; il ressemble à la pierre précieuse qui résiste aux plus durs métaux et dont la valeur s'accroit avec les années || Stephen & Serena   Ven 27 Aoû 2010 - 23:29

Croisant les bras et lançant un regard plutôt mauvais à sa sœur, comme il savait si bien le faire, il se mit à jurer intérieurement. Il aurait du la surveiller, en même temps. Bien sûr, combattre un traqueur tout en veillant sur sa jumelle aurait certainement été du suicide, mais il aurait été prêts à prendre ce risque pour la protéger, mettant si il le fallait sa propre vie en danger de mort. Sa sœur comptait plus que tout pour lui, et savoir qu'elle ne l'avait pas écouté et qu'elle était sortit de sa cachette tout ça pour surement narguer le démon qui l'avait attaqué le faisait bouillonnait de rage. Bien sûr, il n'en voulait pas à sa sœur, il n'arriverait jamais à lui porter préjudice de toute manière. Mais il était frustrant pour le démon de voir que sa sœur n'en faisait qu'à sa tête et n'écoutait absolument pas ses ordres. Ils auraient pu tous les deux y passaient à cause de sa bêtise, c'était certain. Et comme d'habitude, Serena, trop jeune et naïf pour s'en rendre compte ne comprenait pas tout ceci.

Stephen ne lui en voulait pas, après tout, il s'était sacrifié pour qu'elle puisse avoir une enfance plus ou moins normale et sans soucis. Pour qu'elle n'ait aucuns mauvais traitements de la part de quiconque et pour qu'elle puisse avoir la meilleure vie possible, et qu'elle profite à fond de son immortalité. Elle avait largement mérité cette vie où elle était complètement libre de faire ce qu'elle veut et d'aller où elle le désire, et non pas enchainé comme lui, à la vie de vagabond. Croisant le regard de sa sœur, il comprit bien vite qu'il ne s'en sortirait pas aussi facilement et qu'elle lui en voudrait, d'une façon qui serait surement enfantine et grotesque, comme toujours. Soupirant longuement, il décroisa les bras alors que cette dernière les croisa tout en lui tirant la langue, cherchant à lui faire passer un message.

- C’était à moi de le tuer ! Je lui avais promis !

Regardant sa sœur avec indignation, il la laissa passer à ses côtés, le bousculant rapidement au passage. Il soupira longuement avant de passer une de ses mains sur son visage et d'essayer de trouver les mots pour lui faire comprendre les risques énorme qu'elle prenait en venant à San Fransisco, que ce soit pour sa vie mais aussi pour celle de Stephen. Si elle décidait de rester, le démon devra alors la protéger elle, tout en se protégeant. Tâche presque impossible à San Fransisco. A part si il prenait la décision de l'attacher dans son appartement magique, sa tanière où personne ne pouvait entrer mis-à-part les personnes invités par Stephen. Certes, solution cruelle mais efficace. Impossible que Serena soit en danger, par conséquent. Haussant les épaules, il finit par secouer la tête, cherchant une idée pour la faire changer d'avis et aussi pour la faire arrêter de bouder telle une petite fille capricieuse. Se retournant sur sa sœur, il l'aperçut assisse par terre, comme une simple clocharde, en tailleur. Secouant la tête, d'un air las, il se dirigea vers elle d'un pas assuré et s'assit à ses côtés. Directement, cette dernière tourna la tête vers le côté où Stephen n'était pas ce qui agaça d'avantage le démon.

Il était certain qu'il aimait profondément sa sœur, mais lorsqu'elle se comportait de cette manière avec lui, il était déstabilisé et ne savait pas quel comportement avoir pour qu'elle passe l'éponge sur les erreurs éventuelles qu'il aurait pu commettre. Grimaçant maladroitement, il tenta une approche différente de celle qu'il faisait d'habitude, et lui tapota doucement l'épaule pour qu'elle se retourne et qu'il puisse lui faire part de son point de vue. Mais lorsqu'elle se retourna et que le démon voulu prendre la parole, sa sœur lui coupa l'herbe sous les pieds en étant plus rapide que lui :

- Maintenant tu peux te gratter pour que je parte de San Francisco. Je sais que je ne suis pas aussi forte que toi, et si tu veux, je peux te promettre que je ne chercherais pas à provoquer un combat avec un démon.

Haussant un sourcil, le jeune homme se retint de rire, sachant pertinemment que Serena ne retenait jamais ses promesses. Il aurait été blasphémateur d'admettre que sa jeune sœur avait déjà tenu une de ses nombreuses promesses. Le démon en avait tellement en tête qu'il accorda à Serena une mine peu crédible, presque agacé de la voir refaire une promesse qu'elle ne tiendra surement jamais. C'était bien ça, le problème avec sa jumelle. Elle était tout simplement incontrôlable. Heureusement, Stephen avait un minimum d'influence sur elle pour lui faire choisir les bonnes décisions, mais lorsqu'elle était décidée à faire quelque chose, elle y allait jusqu'au bout et il était alors impossible de l'en dissuader. Attrapant brusquement le visage du brun dans ses mains, sa sœur démoniaque ancra ses yeux pétillants dans les siens. Le bleu dans le bleu. Retour aux racines, pour Stephen.

- Cette fois, c’est une vraie promesse. Si c’est la seule solution pour que tu sois un tant soit peu rassuré, je le ferais, je te le jure Stephen, ai confiance.

Lui accordant une moue hésitante, il fit bouger sa bouche dans tous les sens, signe qu'il restait tout de même sur ses positions mais qu'il accordait le bénéfice du doute à Serena. Après tout, il arrivait souvent que la démone arrive à le surprendre. Et pas qu'un peu. Rien qu'en débarquant ici pour l'aider à combattre les traqueurs qui lui voulaient la peau l'avait surprit. Non pas qu'il doutait de la fidélité de sa sœur, bien au contraire, mais parce qu'il n'aurait jamais pensé qu'elle serait aussi bornée à risquer sa vie pour une vieil épave comme lui. Il n'était plus le démon puissant et terrifiant qu'il était dans une autre époque. Ce temps était révolu. Il était désormais remplacé par un dénommé Xan et, était traqué par tous les démons des Enfers. Même par certaine créature de la nuit, tel que des sorcières ou des lycans. Amusant de voir Lucifer aussi en rogne contre lui. Amusant de voir le Roi des Enfers avoir peur d'un microbe comme lui, quoi que.. Si il l'aurait vraiment voulu, pendant une période, il aurait pu être le nouveau Satan. Il aurait pu lui prendre sa place et faire une mutinerie avec tous les démons qui lui vouait un culte et une vénération sans nom.

Ressentant une bouffée de nostalgie, il soupira lourdement et accorda un sourire profond à sa sœur, puis il attrapa ses deux mains et les baisa avec passion pour ensuite les lier à ses propre mains. Regardant avec aplomb les iris bleu azur de sa sœur, il aurait pu s'y perdre aisément; ils étaient tout simplement merveilleux, brillant de mille feux. On aurait presque dit que c'était les anges qui lui avait accordé un regard aussi profond et innocent. Tel l'agneau et l'enfant à leur naissance et jusqu'à ce qu'ils grandissent pour devenir la gazelle et le lion.

- Très bien Serena, je te crois et j'accepte que tu restes à San Fransisco. Mais, à partir de maintenant lorsque je te dis de rester cacher... Tu le fais. Tu ne discutes pas et ne désobéit pas. San Fransisco n'est pas une ville aimable et tendre et toutes sortes de créatures qui travaillent pour Lucifer rodent dans les parages, attendant que je fasse un mauvais pas. Et je ne veux pas qu'ils s'en prennent à toi, tu comprends ?


Il fit une pause où il aperçut les traits de sa sœur se durcirent, puis continua dans sa lancée, sachant très bien qu'elle finirait par le couper sinon.

- Ce qui pourrait me faire le plus de mal c'est que quelqu'un s'en prenne à toi. De plus, tu as beau dire que tu es assez forte pour t'occuper de traqueurs ou de démons, tu ne le seras jamais devant des lycans, des vampires ou des sorcières. Nombreux sont mes ennemis et tu n'as pas assez de puissance pour t'occuper d'eux toute seule. Du moins, pas encore. Ça finira par venir avec le temps et de l'entrainement.

Accordant un dernier sourire à sa sœur, il se releva et l'aida à faire de même puis il passa une main sur une de ses joues et embrassa l'autre, avant de l'étreindre dans ses bras, la serrant presque à l'étouffer. Le plus important pour lui, c'est qu'à présent, elle était en vie et en sécurité auprès de lui. Quoi qu'il n'était pas réellement sur qu'elle le soit près de lui, mais au moins, maintenant, il pourrait veiller sur elle et reprendre avec sérieux son titre de grand frère protecteur et possessif, comme il l'avait toujours été avec sa sœur. Se séparant d'elle, il passa une de ses mains sur ses côtes et l'entraina sans lui demander son avis vers les rues plus bondées, où il était sur qu'il pourrait discuter avec elle sans être coupé par un énième traqueur ou un démon de niveau supérieur. Se mettant à marcher en compagnie des humains, serrant avec fermeté Serena, il laissait ses yeux se perdre à travers la masse population qui semblait s'être donné le mot et étaient tous de sortit.

Regardant sa sœur rapidement, il vit qu'elle semblait concentrée et amusé, se mit à la secouer légèrement grâce à sa main qui était posé sur ses hanches. Celle-ci sursauta presque et le démon se mit à ricaner, n'arrivant pas à croire qu'il arrivait encore à surprendre sa sœur avec toutes les années qui s'étaient écoulés. La démone, visiblement elle-aussi amusée par sa bêtise ricana à son tour tout en secouant la tête et les deux jumeaux échangèrent alors un regard complice. Puis reprenant sa marche, Stephen demanda soudainement à sa sœur :

- Tu as faim ? Ça te dit qu'on aille dans un petit restaurant, typiquement comme dans les années 60 ? Et surtout typiquement américain !

Certes, certes, Serena et Stephen étaient des démons et se nourrissait en général d'âmes humaines, mais la nourriture humaine arrivait à satisfaire leur faim, non pas de force démoniaque, mais de nourriture. Il était encore très rare de voir des démons manger de la nourriture humaine, mais Stephen appréciait de temps à autre ce petit plaisir et s'accordait une pile de crêpes ou un bon fast-food bien gras. La nourriture humaine avait tellement changé depuis quatre siècle, qu'il était curieux de découvrir chaque nouveautés. La curiosité était un bien vilain défaut chez Stephen Rice, mais elle faisait partie de son côté humain, qui ne demandait clairement qu'à être mit à jour.


• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

je suis un abricot.
bisous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://Draamione.skyblog.com

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 470
♣ Localisation : Tout près.
♣ Situation amoureuse : Éprise d'Arthur Stein.

MessageSujet: Re: L'amour fraternel est plus durable ; il ressemble à la pierre précieuse qui résiste aux plus durs métaux et dont la valeur s'accroit avec les années || Stephen & Serena   Dim 29 Aoû 2010 - 22:12

Tenant toujours le visage de son frère encerclé par ses mains, ses yeux bleutés dans les siens tout aussi bleu, elle le vit hésiter quelques instants. C’était quelque part logique qu’il mette du temps à la croire. Certes, elle n’était pas vraiment sûre de réussir à la tenir jusqu’au bout cette promesse, mais elle ferait des efforts, pour lui. D’ailleurs, il lui confirma l’hypothèse qu’il n’avait pas totalement confiance en elle, en faisant de drôles de mimiques avec ses lèvres. Manquant de rire, la jeune femme resta sérieuse, attendant d’avoir la pensée de Stephen en cet instant. Il finit par soupirer, puis tout en attrapant doucement les deux mains de la jeune femme sur son visage, lui accorda un sourire sincère. Son frère porta ses mains liées à ses lèvres et déposa des baisers passionnés dessus. Touchée par cet acte, ses yeux bleutés s’illuminèrent automatiquement. Son frère s’y plongea sans aucune gêne, et un fin sourire se posa sur les lèvres de Serena. Elle aimait son jumeau, lui vouant un amour véritable, fidèle, profond, et éternel, que personne d’autre que lui n’avait. Il était toute sa vie, et s’il venait à mourir loin d’elle, il était certain qu’elle finirait par le rejoindre dans les flammes des enfers.

- Très bien Serena, je te crois et j'accepte que tu restes à San Francisco. Mais, à partir de maintenant lorsque je te dis de rester cacher... Tu le fais. Tu ne discutes pas et ne désobéis pas. San Francisco n'est pas une ville aimable et tendre et toutes sortes de créatures qui travaillent pour Lucifer rodent dans les parages, attendant que je fasse un mauvais pas. Et je ne veux pas qu'ils s'en prennent à toi, tu comprends ?


La concernée se retint de grogner ou de faire la moindre remarque, sachant pertinemment que son frère n’avait qu’une seule parole, et qu’il revenait rarement sur ses dires. Et à moins de vouloir à tout prix qu’il la force à partir avec de grands moyens, il était dans ces moments là, le moment de la boucler pour Serena. Cela ne voulait pas dire qu’elle était totalement pour, mais elle savait ce qui lui couterait si elle désobéissait à nouveau.

- Ce qui pourrait me faire le plus de mal c'est que quelqu'un s'en prenne à toi. De plus, tu as beau dire que tu es assez forte pour t'occuper de traqueurs ou de démons, tu ne le seras jamais devant des lycans, des vampires ou des sorcières. Nombreux sont mes ennemis et tu n'as pas assez de puissance pour t'occuper d'eux toute seule. Du moins, pas encore. Ça finira par venir avec le temps et de l'entrainement.


Là, elle devait avouer à contre cœur, qu’il marquait un point. Elle se retint de lui dire que ce n’était pas ces misérables créatures qui allaient lui faire peur, et qu’elle savait parfaitement comment les abattre. Mais elle ne dit rien. Stephen lui accorda un dernier sourire, avant de se lever et de l’aider par la même occasion. Une des mains de son jumeau caressa sa joue droite, puis il lui déposa un doux baiser sur l’autre. La prenant ensuite dans ses bras, Serena oublia la précédente petite querelle, qu‘elle avait provoqué, pour répondre à l’étreinte de Stephen. Il lui avait véritablement manqué lorsqu’elle était en Italie, à des milliers de kilomètres de lui. Elle ne s’en rendait compte que maintenant, à quel point ça avait été dur pour elle de ne pas le voir tous les jours, de n’avoir personne à qui parler de tout et n’importe quoi, à qui se confier. La jeune femme avait la sensation qu’elle était plus qu’invisible dans les bras de son frère, que rien ne pourrait l’atteindre. C’est cette étreinte qui lui avait le plus manqué.

Finissant par se séparer de son jumeau, ce dernier entoura sa taille d’un bras puissant et sécurisant. Il l’entraina avec elle vers les rues de San Francisco, noires de monde à cette heure-ci. C’était logique, puisqu’après tout, il était l’heure du dîner pour les humains, ils se rendaient tous donc chez eux, ou ailleurs. Qu’il était amusant de voir qu’à une heure précise, leur ventre se mettait à grogner pour recevoir la nourriture qui leur permettait de vivre, ou du moins de survivre. Elle sentit soudainement la main de Stephen lui secouer la hanche où était posée sa main. Instantanément, elle sursauta. Son frère se mit à rire, certainement satisfait de la réaction de Serena. Le rire de ce dernier étant communicatif, elle le rejoignit de suite. Cela faisait longtemps qu’elle ne l’avait pas entendu rire. Et cela remettait du baume au cœur à la brunette. Recommençant leur marche, Stephen lui demanda :

- Tu as faim ? Ça te dit qu'on aille dans un petit restaurant, typiquement comme dans les années 60 ? Et surtout typiquement américain !

Surprise par la question, et l’invitation, la concernée ne répondit pas de suite. Avait-elle faim ? Avait-elle envie de nourriture humaine ? A quand remontait la dernière fois qu’elle avait mangé normalement, si elle pouvait dire. Serena ne savait pas donner de réponse à ses questions, mais elle l’envie venait de s’insinuer en elle. Elle avait souvent vu des publicités de produit alimentaire ici, mais n’y avait jamais goûté. Ca serait l’occasion. Après tout, il y a une première fois à tout. Et si en plus ça pouvait être un restaurant comme dans les années soixante, elle était plus que partante. Cette génération avait été une des meilleures d’après la démone. Aujourd’hui, les années 2000 étaient si, niaises et sans surprises, que ça hébétait la jeune femme. Comment est-ce que les humains avaient-ils put dégrader leur mode de vie à ce point ? C’en était déroutant. Repensant à cette époque, elle visualisa ce qu’elle y mangeait comme aliment humain, et en eut de suite l’eau à la bouche. Accordant un sourire à son frère, elle répondit :

- Ca fait au moins trente ans que je n’ai rien mangé.

Elle vit de suite Stephen enchanté par sa réponse. Serena ne savait pas réellement où il l’amenait, mais elle lui faisait confiance. Certaine, qu’il savait parfaitement où les conduire pour manger à leur faim, comme avant. Très souvent, avant que Stephen ne soit sans cesse pourchassé par des démons, les deux jumeau s’offraient des repas terrestre, où ils s’empiffraient comme jamais. La nourriture humaine ne les faisait pas grossir, ça comblait juste un manque de gout, qu’ils n’avaient pas, en se nourrissant de l’âme de leur victime. C’était tout bonnement de la gourmandise. Elle se souvint encore, qu’une fois, elle et son frère avaient fait le concours de celui qui mangeait le plus vite possible les trente pancakes qu’ils avaient dans leur assiette. Bien entendu c’était Stephen qui avait gagné. Malgré tout, ça restait plus un amusement qu’une compétition entre eux. Son frère la fit emprunter plusieurs rues, toutes aussi bondées de personnes les unes que les autres, pour finir par s’arrêter devant un petit restaurant convivial. Le nom de ce restaurant était inscrit au dessus de la porte d’entrée, en majuscule, et de couleur rouge : Edwood Café. Drôle de nom pensa de suite la démone.

Stephen ouvrit la porte, et lui intima d’un regard de lui emboîter le pas. Obéissante, la brunette s’engouffra en première dans le restaurant. C’est la couleur qui la frappa en premier. Le rouge qui composait la pièce, était de la même couleur que le sang, quoi qu'un peu plus clair dans son ensemble. Tout les meubles, le papier peint, les peintures, le comptoir, tout était de la même couleur. Ce qui donnait une ambiance chaleureuse à ce restaurant. Stephen la talonnant, elle partit prendre directement une place. S’asseyant au fond du restaurent, près d’une fenêtre, son frère la rejoignit très vite. Elle ne lui avait pas demandé son avis, mais elle savait que ça n’avait pas vraiment d’importance pour lui, mais surtout, être un peu plus à l’écart, leur permettrait aussi de pouvoir parler à leur guise, sans avoir peur que quelqu’un écoute leur conversation. Son jumeau installé en face d’elle, la brunette s’empara du menu, et la lut silencieusement. Tout lui faisait envie, mais au fur et à mesure, elle décida très vite de commander un Milk-shake à la fraise, et un hamburger frittes. Le reste, elle verra plus tard. Relevant le nez de la carte, elle l’a tendit à Stephen, tout en lâchant :

- J’ai choisi !

Le jeune homme lut à son tour le menu, et de suite, un serveur arriva près d’eux. Serena ne put s’empêcher de le détailler de son regard bleuté, brillant, mais ce retint de toutes remarques. Adressant un fin sourire au beau blond qui attendait, un carnet à la main, elle déclara :

- Je voudrais, un Milk-shake à la fraise, et un hamburger avec des frittes s’il vous plait.

Tout en notant la commande de la brunette, il porta son attention sur son frère, et attendit silencieusement de connaitre ce qu’il désirait prendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dray-lo0ve-mione.skyrock.com

avatar


My name is

MODO-EN-CHEF
Tu m'touches, j'te bouffe.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 1278
♣ Localisation : En Enfer, probablement...
♣ Situation amoureuse : Libre comme l'air.

MessageSujet: Re: L'amour fraternel est plus durable ; il ressemble à la pierre précieuse qui résiste aux plus durs métaux et dont la valeur s'accroit avec les années || Stephen & Serena   Lun 30 Aoû 2010 - 14:52

Serrant légèrement ses mains sur les côtes de la jeune femme, Stephen aperçut que sa sœur semblait perdue dans des pensées surement portée sur la nourriture. Souriant vaguement en voyant son air enfantin s'afficher comme par magie, faisant briller de mille feux ses yeux bleutés, Stephen ne douta plus une seule seconde du sujet sur lequel était porté ses réflexions. Il soupira d'aise et la laissa réfléchir quelques secondes. Il était réellement heureux d'avoir retrouvé sa sœur, même si bien sûr, il aurait préféré qu'elle reste à l'écart de lui, en sécurité. Mais bien sûr, en tant que chipie et tête de mule Stephen était sur que sa jumelle ne partirais pas avant longtemps de San Fransisco et malgré sa promesse, s'attirera surement les foudres des autres démons. Au grand désespoir de son frère. Passant une main dans ses cheveux, le démon prit la direction du restaurant, sachant très bien que sa jumelle ne pourrait qu'accepter. Non seulement parce qu'ils seraient ensemble, mais aussi parce qu'elle était aussi gourmande qu'elle. Et surement parce qu'elle n'avait pas du aller dans un restaurant depuis longtemps.

Observant les couleurs du ciel se ternir dans un halo de lumière rougeâtre et disparaitre dans un fond rosé, il remarqua que certaines étoiles pointaient déjà le bout de leur nez et fut heureux de voir le soleil se coucher pour faire place à la lune, qui peu-à-peu montrait le bout de son nez, en forme de croissant. Il avait fait terriblement chaud sur San Fransisco aujourd'hui, à tel point que Stephen avait eut l'impression étrange de se trouver dans les Enfers à vagabonder pour dénicher des informations. Même si la nuit serait surement tropicale, les températures ne pourraient pas être aussi haute que dans la journée, après le soleil couché. Tournant au détour d'une rue, il traversa sur un passage piéton et c'est pile à ce moment-là que choisit Serena de sortir de sa torpeur et de lui répondre.

- Ça fait au moins trente ans que je n’ai rien mangé.

Le brun fut enthousiasmé par la réponse de sa sœur et accéléra sa marche vers le petit bistrot où ils se rendaient. Il ne put s'empêcher de lâcher un léger ricanement en entendant les dires de sa sœur. Elle ne changerait donc jamais. Coupant à travers un parc, il repensa à leur enfance plutôt malheureuse, avec leur pauvre mère qui faisait tout pour les protéger de ceux qu'ils étaient vraiment et qui n'hésitaient pas à fuir en sentant la présence de Spike dans les parages. Ce dernier faisant tout pour retrouver ses enfants, du moins Stephen. Serena, elle, était paralysée dans un lit d'hôpital, déjà rongée par le mal des ténèbres qui ne faisaient que la ronger à chaque année qui s'écoulait avec une lenteur indéniable. Celle-ci était encore jeune lorsque leur mère s'était éteint dans un cri de souffrance, tandis que Stephen se débattait contre son géniteur pour la sauver. Il était même presque sure qu'elle ne se souvenait pas avoir eut une mère. Et pourtant, des fois il aurait aimé la secouer et lui dire " Souviens-toi de cette femme qui s'est sacrifié pour que tu restes en vie ", mais il était conscient qu'elle ne réagirait pas, son côté humain ayant disparut depuis trois siècles maintenant.

Sortant du parc et débouchant dans un boulevard, il secoua la tête et décida de ne plus secouer le passé, profitant de l'instant présent en compagnie de sa jumelle. Ils s'arrêtèrent ensuite devant le petit restaurant convivial qu'il avait aperçut, une fois, en chassant à manger. Il avait tout de suite était fasciné par la décoration des lieux bien qu'il n'avait pas osé rentrer dans la batisse. A travers les vitres ovale et aussi grande qu'un aquarium, il avait observer les gens manger et dévorer des plats de crêpes, des frites et des hamburgers, se régalant de ce que leur estomac digèrerait avec lenteur. Il avait très vite comprit que le thème du restaurant été basé sur les années 60; les couleurs flashy, les serveuses qui portaient des tabliers aux couleurs du restaurant, et le mobilier vintage, de plus les images et tableaux accrochés au mur du self-service. Passant la pallier du bâtiment, d'où une sonnette se mit à sonner lorsque la porte se refermèrent sur eux, Stephen fut heureux de sentir l'odeur des aliments, certes chimiques, mais terriblement bon. Suivant sa sœur entre les tables du Edwood Café, elle décida de s'assoir à une table plus au fond et son frère fut rassuré de voir qu'aucuns humains ne pouvaient les entendre si jamais ils se mettaient à parler surnaturel. Quoi que.. Au final, ça ne le dérangeait pas d'assassiner comme dessert un humain.

S'asseyant sur la banquette aussi rouge que la décoration du restaurant, juste en face de sa sœur, il observa avec un petit sourire taquin sur les lèvres, voyant qu'elle s'était déjà emparée de la carte du Edwood Café et qu'elle semblait réfléchir avec ardeur, à croire que le plat qu'elle choisirait serait la chose la plus importante qui arriverait au cours de sa vie. Ses yeux pétillaient de bonheur et le cœur de Stephen semblait se réchauffer avec plaisir en voyant sa jumelle aussi rayonnante. Enfin, elle tendit la carte à son frère et tout en lui accordant un sourire ravi lança :

- J’ai choisi !

Stephen ouvrit la carte et se laissa doucement sombrer dans la lecture du menu, bavant devant chaque illustration qui présentait les plats. Il faillit s'étrangler en voyant que le restaurant faisait des hamburgers et des frites, comme les tout premiers des années 60. Un souvenir se percuta dans son esprit lorsqu'il repensa à son premier hamburger, dans les années 60. C'était la grande mode, à l'époque, la nouveauté du siècle même et curieux de goûter les délices de la nouvelle mode culinaire des humains, il en acheta un. Ce fut le plus délicieux plat qu'il avait consommé jusqu'à présent, tout comme leur frites. Naturels au possible et venant directement des patates, et non pas des sacs surgelés. Confiant, il finit par choisir un hamburger sixty's food, accompagné de ses frites et d'un soda, coca-cola pour être plus précis, appréciant le liquide piquant et les arômes de la vanille et du caramel mélangés. Un serveur blond arriva, un carnet à la main et il porta d'abord son attention sur sa sœur, quoi de plus normal. Celle-ci garda un air mutin et passa sa commande.

- Je voudrais, un Milk-shake à la fraise, et un hamburger avec des frittes s’il vous plait.

Le serveur nota ce que sa jumelle avait choisit et laissa son attention se porter sur Stephen. Ce dernier faillit s'étouffer en entendant sa sœur finir sa phrase par une politesse. Il ricana quelques instants, et tout en faisant mine de relire le menu, il essaya tant bien que mal de reprendre son sérieux. Enfin, il secoua la tête, un grand sourire aux lèvres et déclara :

- Pour moi ce sera un hamburger sixty's food avec des frites et un coca-cola. Il fit une pause tout en rendant le menu à l'humain, puis finit par dire. S'il vous plait.

Appuyant fortement sur ses derniers mots, il aperçut sa sœur pouffer de rire et le serveur partit aussi vite qu'il était arrivé. Se retenant du mieux qu'il pouvait, il finit par s'étirer de tout son corps, levant les bras et faisant craquer ses muscles endoloris par cette chaude et dure journée de labeur. Regardant autour d'eux, il aperçut qu'un poster d'Elvis Presley et leva les yeux au ciel. Cet humain était surement le plus ridicule de tous, dans les années 60, il avait été considéré comme un dieu, avec toutes ses paillettes et ses danses à dormir debout. Reportant ses yeux bleutés sur sa sœur, il finit par dire, l'air perplexe.

- Mmh.. Joli décor. Il fit une longue pause, puis sans avoir pourquoi, il reprit d'un air plus détaché. Tu as croisé Roxanne sur San Fransisco depuis ton arrivée ? D'après Max, elle serait ici et enchainerait fêtes sur fêtes.

Il leva les yeux au ciel, exaspéré et se rendit compte que sa jumelle s'était raidit. Il était vrai qu'elles ne s'entendaient pas très bien toutes les deux, pour des raisons que Stephen n'arrivait pas à comprendre. Elles étaient à présent sœurs, et malgré la relation incestueuse qu'il avait eut avec sa plus jeune sœur, il l'appréciait réellement. Se souvenant de l'époque où ils étaient sortit ensemble, une vague de dégoût s'empara de lui, ne sachant pas à l'époque que c'était sa demi-sœur. Bien sûr, lorsqu'ils l'apprirent, ils furent d'abord choqués, puis réussirent à entretenir une vraie relation fraternelle. Bien sûr, sa relation avec Roxanne n'était rien comparé à celle qu'il partageait avec sa jumelle, mais il se demandait si Serena n'était cependant pas légèrement jalouse de savoir que Stephen avait une autre sœur qu'elle. Restant perplexe un moment, il finit par soupirer et revenir à la question qui le trottait ; Pourquoi se détestaient-elles ? Soit c'était une histoire de jalousie, soit c'était plus profond que ça et ça remontait à plus loin. Espérant que sa sœur réponde à sa question, il haussa les sourcils et l'interrogea du regard, mais elle semblait complètement obnubilée par un point invisible sur la table. La ramenant à la raison, Stephen plaça ses mains devant ses yeux et elle sembla peu à peu reprendre conscience du monde qui l'entourait. Laissant ses sourcils haussés, se demandant à quoi elle avait bien pu penser, il allait lui demander.

Mais il fut coupé par l'arrivée du serveur blond qui leur amenait les commandes. C'était rapide ! Et c'était tant mieux. Donnant son pauvre et simple hamburger avec des frites à sa sœur, le plat de Stephen semblait bien plus copieux et plus gros qu'elle. Lorsque le blond déposa son assiette juste devant ses yeux, le démon écarquilla les yeux, ne s'attendant pas à ce que ça soit aussi fastueux. Son coca arriva juste après, accompagné par le Milk-shake à la fraise de sa sœur. Levant son verre d'un liquide noirâtre vers sa sœur, celle-ci fit de même et le brun lança d'un air ravi :

- A nos retrouvailles, ma chère Serena.

Cette dernière lui accorda un sourire et leur verre se heurtèrent, émettant un petit bruit claquant. Buvant une gorgée du liquide, il sentit sa gorge lui picoter légèrement puis aspira directement de l'air. Sans attendre, il se jeta sur son hamburger et l'attrapa avec ses mains. Certes, ce n'était réellement pas distingués, mais qui pouvait blâmer un démon ? Croquant dedans une première bouffée, il ferma les yeux et mâcha avec plaisir le pain, la viande, le fromage, les tomates et la salade qui se mélangeaient dans sa bouche. Appréciant cette rencontre entre tous les aliments, il attrapa une frite au passage et la glissa dans sa bouche, bien qu'elle était déjà rempli au maximum. Continuant de mâcher, il finit par avaler et tout en piquant une frite dans l'assiette de sa sœur, lança d'un air taquin :

- Alors ? La nourriture humaine ne t'a pas trop manqué ?

Puis, sans attendre la réponse, il bu une gorgée de coca-cola, savourant ce présent qui semblait si humain.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

je suis un abricot.
bisous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://Draamione.skyblog.com

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 470
♣ Localisation : Tout près.
♣ Situation amoureuse : Éprise d'Arthur Stein.

MessageSujet: Re: L'amour fraternel est plus durable ; il ressemble à la pierre précieuse qui résiste aux plus durs métaux et dont la valeur s'accroit avec les années || Stephen & Serena   Dim 7 Nov 2010 - 18:36

Elle ne fut pas surprise de voir son jumeau manquait de s’étrangler de rire en entendant la fin de sa phrase. Un sourire amusé se posa sur ses lèvres, satisfaite. Ne portant plus attention au serveur, se concentrant sur son frère qui tentait de se retenir de rire, Serena attendit patiemment que Stephen se calme, afin qu’il puisse commander à manger. Lançant furtivement un regard au serveur, ce dernier semblait totalement dépourvu devant la scène qui s’offrait à lui. Finalement, il finit par passer commande :

- Pour moi ce sera un hamburger sixty's food avec des frites et un coca-cola. Il fit une pause tout en rendant le menu à l'humain, puis finit par dire. S'il vous plait.

La démone ne put s’empêcher de rire au « s’il vous plait » de son jumeau. Il n’avait jamais montré la moindre politesse envers des humains, ce n’était que de la pure moquerie. Le serveur se dépêcha de ramasser les menus, et parti de suite. Levant les yeux au ciel, Serena regardant par la fenêtre les quelques humains qui passaient dans la rue. Un petit soupir s’extirpa de ses lèvres. Elle était enfin en présence de Stephen, et ils étaient là, à un restaurant, comme au bon vieux temps. Cette pensée la fit sourire. Au bon vieux temps. En effet, ça semblait si loin l’époque où ils passaient quasiment tout leur temps ensemble, à tuer des innocents, ou des démons, à rire des autres, et à se foutre royalement de la vie elle-même. Serena n’avait pas changé, mais son frère oui. Aujourd’hui il avait des responsabilités, une vie à garder ; la sienne. Il n’avait plus le temps pour leurs jeux d’autrefois. Reporta son regard sur Stephen, ce dernier brisa le silence instauré en lâchant :

- Mmh.. Joli décor. Il fit une longue pause, puis sans avoir pourquoi, il reprit d'un air plus détaché. Tu as croisé Roxanne sur San Fransisco depuis ton arrivée ? D'après Max, elle serait ici et enchainerait fêtes sur fêtes.

Au nom de sa demi-sœur, le sourire de Serena retomba de suite. Ses poings se serrèrent de suite. Jamais elle n’avait pu supporter cette fille. Sœur ou non. Elle lui avait d’abord été présentée comme belle-sœur, et ça n’a pas été facile loin de là. La démone avait été profondément jalouse que son jumeau puisse avoir une autre femme dans sa vie qu’elle. Elle avait bien tenté de se débarrasser de cette peste à l’époque, elle avait joué à la garce avec elle, elle avait tenté de nombreux coups bas. Elle l’avait même menacé, lui avait raconté d’innombrables mensonges sur son frère, en espérant que ça la fasse fuir, mais rien n’avait marché. Par la suite, l’espoir que leur histoire se finisse et ne dure pas plus longtemps qu’il ne le fallait, c’était doucement insinué dans son esprit. Et bien sûr c’était arrivé, mais pas pour des raisons appréciables, loin de là. Elle était sa demie sœur. Quand elle l’avait appris, elle avait été d’autant plus choqué, en se disant que Stephen n’avait certainement pas joué seulement aux échecs avec elle durant leur idylle. C’en avait été écœurant à s’imaginer. Et de là, était partie une guerre sans fin. Elle n’avait jamais supporté sa présence, lien du sang ou non, seuls Stephen comptait à ses yeux. Depuis, avec Roxanne, à part se mettre des bâtons dans les roues dès qu’elle le pouvait, elles n’entretenaient aucune relation fraternelle avec elle. Son regard s’était perdu tandis qu’elle se remémorait tous ses affreux souvenirs en présence de Roxanne. Son jumeau crut bon de la ramener sur Terre, en secouant sa main devant ses yeux inexpressifs.

La jeune femme reprit peu à peu ses esprits, se rendant compte qu’elle avait bloqué sur la table durant plusieurs minutes. Elle voulut répondre à la précédente question de son jumeau, seulement le serveur venait apporter les plats. L’assiette de Serena était beaucoup moins consistante que celle de son frère. Et visiblement son jumeau en était tout aussi étonnée qu’elle. La jeune femme préférait un plus petit repas. Même si elle appréciait la nourriture humaine à sa juste valeur, elle n’aimait pas s’en mettre plein la panse juste comme ça, non elle préférait faire des concours pour ça. Un sourire amusé s’imposa sur ses lèvres, tandis que Stephen levait son verre en lançant :

- A nos retrouvailles, ma chère Serena.

Elle avait aussi levé sa boisson, et ils entrechoquèrent leurs verres, avant d’en boire quelques gorgées. Le gout frais du Milk-shake fut fit plaisir aux papilles ensommeillées de la démone. Reposant son verre, elle allait s’attaquer à son hamburger, mais lorsqu’elle vit son frère manger sans grande subtilisait le sien, elle dut se retenir de rire. Heureusement qu’il ne mangeait pas en compagnie d’une fille qu’il aurait voulu draguer, parce que ça serait très vite tombé à plat. Sa bouche était pleine à craquer, mais il trouvait le moyen de rajouter une frite. Elle ne sut comment il réussit à tout avaler, mais il parvint. Visiblement satisfait il lui piqua une fritte, ce qu’elle ne releva pas, s’en fichant légèrement, préférant voir son frère manger avec ravissement.

- Alors ? La nourriture humaine ne t'a pas trop manqué ?

Mais avant qu’elle ne puisse répondre, il attrapa son verre de coca, et en but une gorgée. Il était pas croyable. L’expression « il n’a pas mangé depuis quinze jours » était à peu près juste pour désigner son frère en cet instant, seulement les quinze jours devaient être multiplié par une bonne centaine d’années, voir plus. Regardant son frère avec amusement, ce dernier la fixa sans comprendre. Elle finit par rire et lança :

- Je n’ai pas encore gouté mon succulent hamburger, car tu es une façon de manger qui ferait fuir toutes les filles qui te verraient. Tu es vraiment très distingué, j’apprécie.

Stephen parut quelques instants amusé par sa remarque, avant de retourner à son hamburger, mettant tout ce qu’il pouvait de nourriture dans sa bouche, tout en la regardant, la narguant ouvertement. Levant les yeux au ciel, elle attrapant son hamburger, et mordit dedans après l’avoir jaugét quelques secondes. Au contraire de son frère, les aliments qui constituaient le hamburger n’avait pas du mal à entrer dans sa bouche, tout bonnement parce qu’elle n’en avait pas une grosse quantité. Elle devait avouer qu’il était très bon, et que les saveurs qui composait son hamburger lui plaisaient. Rajoutant quelques frittes dans sa bouche, elle avala le tout, appréciant ce gout perdu depuis des années. Elle avait toujours aimé les Faste Food, bien que la nourriture soient loin d’être de basses calories, étant de nature démoniaque, ça ne jouait pas sur son physique. Pas l’ombre d’une graisse. Adressant un sourire conquérant à son jumeau, elle répondit à sa dernière question :

- Je dois avouer que la nourriture humaine m’a manqué durant toutes ces années.

Elle attrapa de nouveau son hamburger pour en mordre une nouvelle bouchée. Au bout de quelques minutes silencieuses ou chacun appréciait la nourriture humaine, Serena releva la tête de son assiette, et vit son frère la regarder en haussant les sourcils. Visiblement, il attendait quelque chose, elle pouvait clairement le lire dans son regard. Sans réfléchir plus longtemps, elle devina qu’il attendait la réponse à sa question posée avant que le serveur ne vienne leur amener leur commande. Elle lâcha un petit soupir, et reposa son hamburger dans son assiette, tandis qu’elle essuyait ses mains à l’aide d’une serviette en papier. Jouant distraitement avec le couteau posé sur la table, Serena se força à donner la réponse attendue :

- En effet je l’ai croisé,
lâcha-t-elle avec désarroi. Elle était à une fête et moi aussi, et on a … échangé quelques paroles.

La démone vit son jumeau froncer les sourcils à la fin de sa phrase. Elle ne mentait pas, elles avaient bel et bien échangé quelques paroles. Certes, pas des plus distinguées, mais leurs paroles habituelles quoi. Et après tout, c’était cette petite peste qui avait commencé à empiéter sur ses plates bandes, Serena ne voyait pas en quoi elle devait faire des efforts avec elle, sœur ou non. Elle ne comprenait pas tellement pourquoi son frère avait mis ce sujet sur le tapis. Il savait parfaitement que la brunette face à lui était loin de l’apprécier. Il n’y avait même pas besoin d’être devin pour le deviner, les tentions qui régnaient entre elles lorsqu’elles se retrouvaient ensemble étaient perceptibles de tous. Appuyant un peu trop fort sur la lame du couteau à l’aide de ses doigts, elle s’entailla légèrement le pouce. Lâchant un juron, elle appuya sur la plaie, faisant ainsi sortir un peu plus le sang, puis finalement, elle attrapa la serviette et essuya sa peau rouge. De toute manière dans une minute elle n’aurait plus rien. Et ce qui devait arriver, arriva. Sa plaie se referma quelques secondes après, et elle accorda un petit sourire mutin à son frère.

- C’est tout ce que tu voulais savoir sur notre sœur bien aimée ? Demanda-t-elle avec sarcasme.

Elle ne pouvait s’en empêcher, c’était plus fort qu’elle. Serena avait beau tout faire pour ne pas se laisser aller à la haine qu’elle éprouvait pour Roxanne, parce qu’elle savait que Stephen l’aimait, elle ne pouvait se faire violence. De suite, elle vit que son frère n’était pas du tout amusait par l’ironie qu’elle avait employé dans sa question. Mais qu’importe. Après tout, c’était sa faute si maintenant elle n’était plus d’aussi bonne humeur. Sans rajouter quoi que ce soit, elle s’empara de nouveau de son hamburger et en trois bouchées le fini. Attrapant son Milk-shake elle en but quelques gorgées, regardant le décor du restaurant autour d’eux. Elle reviendrait plus souvent ici, c’était certain. Afin de manger de bons hamburger quand elle en aurait envie. Soutenant sa tête d’une main, et attrapant des frittes de l’autre, elle regarda son jumeau attendant qu’il lui fasse part de ses pensées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dray-lo0ve-mione.skyrock.com

avatar


My name is

MODO-EN-CHEF
Tu m'touches, j'te bouffe.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 1278
♣ Localisation : En Enfer, probablement...
♣ Situation amoureuse : Libre comme l'air.

MessageSujet: Re: L'amour fraternel est plus durable ; il ressemble à la pierre précieuse qui résiste aux plus durs métaux et dont la valeur s'accroit avec les années || Stephen & Serena   Mer 23 Mar 2011 - 14:43


Tandis que sa jumelle le regardait un air effaré sur le visage, ne cachant pas la surprise de le voir manger aussi peu proprement, Stephen but de façon plutôt rapide sa boisson, si bien qu'en quelques gorgées son verre fut bientôt à moitié plein. Reprenant son souffle de façon peu discrète, en soupirant d'aise devant le repas dont il profitait, sa jumelle lui offrit un fin sourire plein de sous-entendus, assez amusée, qu'il ne comprit pas directement. L'interrogeant du regard, en haussant les sourcils et prenant une moue sarcastique, Serena finit par rigoler de façon mélodieuse - comme à son habitude, d'ailleurs. Elle appuya ses coudes sur la table avant de lui lancer un regard malicieux, tandis qu'il la regardait, ahurit de ne pas la comprendre.

- Je n’ai pas encore gouté mon succulent hamburger, car tu es une façon de manger qui ferait fuir toutes les filles qui te verraient. Tu es vraiment très distingué, j’apprécie.

Le démon écarquilla les yeux, puis un sourire tout aussi amusé que son état s'immisça sur ses lèvres pulpeuses. Jamais on ne lui avait fait une remarque sur sa façon de se nourrir... Il faut dire qu'il avait plusieurs raisons pour excuser son impolitesse. Déjà, ça faisait une éternité qu'il n'avait pas savouré la nourriture humaine, traqué par des chasseurs de têtes, prit dans ses propres problèmes, il n'avait pas réellement eut le temps de passer un moment agréable depuis un certain temps. De plus, il n'était pas avec n'importe quelle fille, il était en compagnie de sa sœur jumelle, celle avec qui il avait partagé neuf mois de sa vie dans un ventre, celle avec qui il l'avait grandit, celle dont il a prit soin durant toute sa vie. Ça faisait cinq siècles qu'ils se connaissaient et qu'ils avaient tant vécu ensemble, chaque sentiments qu'ils avaient pus ressentir en étant loin l'un de l'autre s'étaient répandus dans chacun de leurs muscles et au final les avaient liés de façon plus profonde, plus intense. C'était sa sœur. Et elle représentait exactement tout ce qu'il avait toujours voulu avoir dans la vie, elle était son seul petit rayon de soleil dans ce monde si obscur. Secouant la tête, amusé, il haussa les épaules, lui montrant qu'importe sa façon de se tenir en sa présence, elle était la seule qui avait le droit de le voir sans aucune classe. Il attrapa son hamburger, et comme pour la défier, il en prit une énorme bouchée dans sa bouche, laissant le fromage fondu couler le long de son menton et le ketchup gicler vers elle. Stephen tenta de rigoler mais en voyant qu'il était à deux doigts de s'étouffer, il avala avec sérieux sa nourriture. Mourir étouffé. Quelle mort stupide. Il mâcha avec force et observa sa sœur. Cette dernière prit entre ses doigts son sandwich, le regarda un instant, perplexe puis mordit dedans. Le brun regarda avec surprise sa sœur qui semblait apprécier la nourriture qu'elle mangeait. Elle en reprit une bouchée, puis encore une autre et à la différence de lui, mangea avec grâce et dignité. Comme toujours. Serena attrapait une frite par ci et par là à savourer avec son repas déjà bien copieux. Là, tout de suite, sa jumelle semblait si rayonnante qu'elle réchauffait sans mal le cœur meurtrit et fatigué du démon.

Il se reprit à se nourrir tandis que sa sœur, brusquement posa son hamburger et le regarda les yeux pleins de malice, brillant de petites étoiles qui contrastaient à merveille avec ses iris saphirs. Il haussa les épaules avec ralentit et prit une frite dans sa bouche, mélangeant à nouveau la saveur des tiges jaunes avec son hamburger bien gras et américain.

- Je dois avouer que la nourriture humaine m’a manqué durant toutes ces années.

Stephen lui accorda un petit sourire. Bien sûr que ça lui avait manqué, tous les deux étaient exactement pareils et ce qui manquait à l'un manquait à l'autre. C'était instinctive et c'était quelque chose qu'ils ne pouvaient pas contrôler. Reprenant sa quête à finir son plat terriblement énorme, il lâcha un petit soupir et en trois bouchée assez grosse, finit son hamburger. Il but le reste de son verre de soda et s'enquerra de finir les frites qu'il avait commencé. Tout en jetant un coup d'œil à Serena de temps en temps, il inspecta autour d'eux, scrutant une personne qui aurait pu les suivre ou les observer dans l'ombre. On aurait pu aisément le traiter de paranoïaque, mais c'était justement la paranoïa qu'il avait envers les autres qui le faisait rester en vie. En plus d'être rusé et très puissant, bien sûr. Stephen avait le don pour ne pas se faire attraper aussi facilement. Ce qui le faisait être l'ennemi numéro un de Satan, récemment il avait apprit que son prix avait encore augmenté, c'était certain que celui qui arriverait à l'attraper - ou pas - serait plus riche que n'importe quels autre démons. N'importe qui osaient l'approcher de trop près sans tenter de le tuer se rajouter à la liste de Lucifer, il savait de source sure que Serena y était. La protéger serait plus facile qu'elle ne le pensait, mais il avait peur que sa petite sœur, Roxanne, soit aussi sur cette fameuse liste. Elle était si jeune et si innocente, toujours à des soirées, introuvable qu'il eut brusquement peur qu'elle se soit fait attrapée. Plus sérieux que jamais, il regarda avec attention sa jumelle, attendant qu'elle daigne enfin répondre à sa question. Il savait bien que toutes les deux se détestaient et ça ne faisait qu'en empirant, cependant il attendait de la part de Serena un coup de pouce qui aurait pu le rassurer. La brune, sentant visiblement le regard brûlant qu'il lui lançait, finit par redresser la tête. A ce geste, Stephen haussa les sourcils et prit un air dur pour lui faire comprendre qu'il ne rigolait pas. Il voulait des réponses. Elle sembla comprendre car, l'instant d'après elle soupira en posant son hamburger et en s'essuyant les mains à l'aide d'une serviette. Le démon sentait bien que ce n'était pas un sujet auquel sa soeur serait tendre, et comme pour confirmer ceci, elle s'empara de son couteau et se mit à jouer nerveusement avec. Devant une telle comédie, le brun se retint de lever les yeux au ciel et attendit qu'elle réponde enfin.

- En effet je l’ai croisé. Elle était à une fête et moi aussi, et on a … échangé quelques paroles.

Stephen fronça directement les sourcils. Échanger des paroles aurait très bien pu être pour Serena la mettre en pièce. Roxanne était tellement jeune et sans expérience, que ses pouvoirs s'en reflétaient à merveille. Ils étaient faibles et sans contrôle. Stephen avait déjà tenté de l'entraîner - tout comme sa jumelle - mais les deux jeunes femmes étaient trop occupées à s'éclater et être la plus délurée possible. Ça avait été un parfait massacre. Elles avaient passés leurs temps à se battre et à tenter de rabaisser l'autre en argumentant bêtement. Elles avaient utiliser leurs énergies inutilement et au final, c'est ça qui avait agacé Stephen. Il avait attendu de Serena un comportement plus mature que leur jeune sœur, mais pas du tout, elle était rentrée dans son jeu et au final ça n'avait amené que des conflits au sein de leur famille déjà pas tellement unit. Il espérait - en vain - que tout ceci change très bientôt. Après tout, s'ils renversaient le pouvoir de Satan, ça serait ensemble alors il va falloir qu'elles s'habituent à la présence de l'une et de l'autre. Sans disputes. Le futur maitre des Enfers soupira. Il était si lasse de tout ça, de cette vie de fuite. Une odeur de sang le fit sortir de ses pensées. Serena, en appuyant un peu trop sur le couteau venait de s'entailler un de ses doigts, le brun secoua la tête, blasé. Il laissa les propres pouvoirs de sa sœur la soigner et enfin, cette dernière rajouta, quelque peu arrogante :

- C’est tout ce que tu voulais savoir sur notre sœur bien aimée ?


Stephen ne réagit pas à la question de sa sœur, qui semblait plus rhétorique qu'autre chose. Il la savait jalouse, toute comme lui et l'amour qu'il portait à Roxanne la dérangeait depuis bien longtemps, il le savait. Cependant, il n'avait pas cessé une seule fois de la rassurer en lui disant qu'elle était la seule et unique personne dont il avait besoin pour être heureux. Et c'était la pure vérité. Il avait beau apprécier vraiment leur petite sœur, l'amour qu'il portait à Serena était incomparable. Tandis qu'elle finissait son repas, visiblement très fière de sa dernière remarque complètement farouche, le démon laissa une moue d'angoisse tordre son visage. Quelque chose n'était pas normal. Il inspecta autour d'eux et remarqua avec effarement qu'ils n'étaient plus que deux dans le restaurant. Plus personne n'était là. Ni les serveurs, ni les clients, ni même le barman qu'il y avait près de la porte d'entrée. Reportant son attention sur sa sœur, cette dernière venait de finir son repas et digérait en portant sa belle tête d'une main et en piochant des frites de son autre main. Peu rassuré, Stephen se leva doucement et regarda autour d'eux, cherchant des traqueurs qui se seraient cachés dans le restaurant pendant qu'ils se chamaillaient. Il sortit de la banquette où il s'était assit et son odorat le prévint tout de suite du danger qui les guettaient. Xan. Et ses sbires, de toute évidence. Son principal adversaire était en ce moment même dans la salle en train de l'observer manger un fast-food... Amusant. Il entendit sa sœur se lever et d'un geste - sans pour autant se retourner - il lui ordonna de s'assoir. Ce qu'elle fit, avec une certaine lourdeur, lui montrant bien le fait qu'elle n'était pas réellement d'accord avec ceci. Doucement, il sortit un billet de dix dollars et le balança sur la table en bois où ils avaient mangés, regardant toujours dans les coins sombre du restaurant. Ne regardant toujours pas sa sœur, il lui tendit une main qu'elle attrapa avec rapidité. Placée derrière lui, leurs mains liés assez fortement, Stephen sortit une boule de feu de son autre main et laissa un sourire sardonique se tordre sur ses lèvres. Il en avait repéré trois en tout accompagnés de Xan et il savait parfaitement bien où ils étaient cachés. Même son principal adversaire n'avait pas l'art de se cacher correctement pour devenir invisible aux yeux des autres. Bande de novices.

Vif, le jeune homme s'éclipsa avec sa sœur et atterrit dans sa taverne. N'ayant pas le temps d'expliquer à sa jumelle ce qu'il comptait faire, il la poussa jusqu'à son propre lit dans son petit chez lui et repartit dans le restaurant. Il réapparut pile derrière un des hommes de Xan et lui déboita la tête dans un crac sonore avant de le laisser tomber à terre. Il fit de même pour les autres homme de Xan et apparut au final juste derrière son ennemi. Ce dernier l'ayant senti, se retourna promptement et l'attaqua en premier à l'aide d'un poignard. L'évitant de justesse, Stephen grimpa sur le bar rétro du lieu de restauration, suivit de près par son adversaire. Tous deux se mirent à se battre, Stephen lui envoyait des boules de feu, qu'il arrivait trop bien à son goût à éviter. Et au final, ce fut un jet de flamme qui le blessa au niveau de l'épaule. Mais cette attaque ne fut pas envoyée par le brun. Non, elle fut envoyée par Serena qui se tenait juste derrière Xan. Celui-ci blessé au niveau de l'épaule, disparut en s'éclipsant dans une fumée qui lui était propre en prenant soin de fusiller du regard sa jumelle. Le jumeau, quant à lui, descendu du bar et regarda avec colère Serena. Désobéissant à ses ordres, elle avait attaqué sans s'en rendre compte le bras droit de Satan et se retrouvait par conséquent en deuxième tête de liste. Sa tête sera bientôt mit à prix. La regardant avec une fureur sans nom, face à son idiotie, il s'arrêta face à elle et lança clairement :

- On rentre.


Puis, il s'éclipsa jusqu'à chez lui. Sa sœur le rejoignit quelques secondes après. Ne lui accordant pas un seul regard, le brun se dirigea vers sa cuisine et frappa à l'aide de ses poings son évier, laissant un écho puissant résonner dans son petit terrier. Il tentait de respirer avec calme, mais impossible... Serena, en tentant de faire ses preuves venait bêtement de dire adieu à sa belle vie de débauche qu'elle aimait tant. C'en était finit. Elle serait à présent recherchée partout par les autres démons et toutes ces années où Stephen avait essayé de la protéger par n'importe quel moyen venait d'être réduit à néant. Il se retourna et sentit la colère le submerger, englober par la même occasion ses prunelles dans un rouge sang bien à lui. Il s'adossa à ledit levier et planta son regard dans le sien, fuyant.

- Te rends-tu compte de ta stupidité ? Demanda-t-il en articulant chaque mots. Parce que tu as voulu faire ton intéressante à vouloir tuer ou prendre ma défense, tu seras dans un futur plus proche que tu ne le penses, l'ennemi numéro deux de Lucifer et surement le principal ennemi de Xan. Tu as beau critiquer Roxanne et dire qu'elle est imbue d'elle-même et sans puissance, au moins notre sœur a l'intelligence de ne pas me désobéir ! J'espère qu'avant de faire la connerie qui condamnera ta vie, tu as dis adieu à ta douce et prospère vie de débauche. Parce que tout ça... C'est terminé.

Accompagnant ses paroles, il l'applaudit avec provocation et secoua la tête ensuite, désabusé. Il soupira et se dirigea d'un pas rapide vers sa chambre. Il la bouscula quelque peu au passage et claqua ensuite la porte en bois qui menait à sa chambre.

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

je suis un abricot.
bisous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://Draamione.skyblog.com

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 470
♣ Localisation : Tout près.
♣ Situation amoureuse : Éprise d'Arthur Stein.

MessageSujet: Re: L'amour fraternel est plus durable ; il ressemble à la pierre précieuse qui résiste aux plus durs métaux et dont la valeur s'accroit avec les années || Stephen & Serena   Sam 30 Juil 2011 - 11:28

Tout en continuant d’attraper quelques frittes par ci, par là, elle vit soudainement un air inquiet se graver sur le visage de son frère. Fronçant les sourcils, elle fixa le jeune homme avec attention, attendant docilement qu’il lui fasse part de ses doutes. Stephen se leva soudainement, et sembla chercher quelque chose dans le restaurant. Il passait l’endroit au peigne fin à l’aide de ses yeux, sous le regard emplit d’incompréhension de Serena. Cette dernière se doutait qu’un danger rôdait autour d’eux, et elle finit par se redresser afin de venir en aide à son jumeau. Mais sans grand étonnement, Stephen lui ordonna de s’assoir à l’aide d’un geste de la main. Agacée, elle obéit tout de même, tout en se laissant tomber lourdement sur le siège qu’elle venait de quitter. Elle n’aimait pas qu’il la considère toujours comme une personne qui ne savait pas se défendre, c’était une grande fille, mais visiblement Stephen ne le comprenait pas. Le jeune homme posa doucement un billet de dix dollars sur la table où ils venaient de déjeuner, tout en étant à l’affut du moindre bruit. Il tendit une main vers la brunette, sans pour autant prendre la peine de se retourner. Serena ne se fit pas prier pour attraper la main tendue, et se redressa, se postant ainsi derrière son jumeau. Ce dernier venait de faire apparaître une boule de feu dans sa main gauche, tandis qu’avec sa main droite il serrait fortement la sienne. Elle savait qu’il prenait toutes ces précautions pour elle, pour qu’il ne lui arrive aucun mal, et elle en était très touchée, mais pour une fois, elle aurait voulu lui venir en aide, elle en était tout à fait capable. Mais avant qu’elle ne puisse prouver quoi que ce soit, elle se retrouver dans une sorte de vieille cave, et se retrouver éjectée par son frère sur son lit.

Ne comprenant pas de suite ce qu’il lui arrivait, son cerveau se remit en marche lorsqu’elle comprit qu’une fois de plus, son jumeau venait de la mettre à l’écart. Se redressant, elle donna un coup de pied dans le lit où elle se trouvait quelques secondes auparavant, tout en lâchant un grognement de mécontentement. Elle en avait plus qu’assez du comportement protecteur de son jumeau vis-à-vis d’elle. Quand comprendrait-il qu’elle n’est plus une enfant ? Qu’elle est capable de se défendre. Décidant de faire ses preuves, de montrer à Stephen qu’elle était puissante, et qu’elle avait la capacité de se protéger, elle se téléporta jusqu’au restaurant où elle se trouvait quelques minutes auparavant en compagnie de son jumeau. Ce dernier se trouvait sur le comptoir, balançant des boules de feu sur un adversaire de taille, qui parvenait à les éviter avec une dextérité déconcertante. Etant dos à elle, il ne l’avait pas vu, si bien qu’elle en profita pour venir en aide à son frère en envoyant une flamme sur l’épaule de l’homme qui était bien trop préoccupé par Stephen pour s‘occuper d‘elle. Faisant volte face, Serena était assez fière de l’avoir blessé à l’épaule. L’homme lui lança un regard glacial qui pouvait clairement dire « Tu le regretteras petite garce », mais qui ne démonta pas pour autant la brunette. Il s’éclipsa, et avant qu’elle n’ait eu le temps de dire ou faire quoi que ce soit d‘autre, son frangin se posta face à elle, visiblement énervé. Craignant plus que tout les colères de Stephen, ne comprenant pas ce qu’elle avait pu faire de mal, il lui lança sèchement :

- On rentre.

Et il s’éclipsa, certainement dans la cave où il l’avait emmené précédemment. Lâchant un soupir d’agacement, elle finit par se téléporter à son tour, jusqu’à retrouver son jumeau dans ce qui semblait être une cuisine. Maintenant qu’elle regardait la cave plus attentivement, elle prenait conscience que ça ressemblait plutôt à un studio aménagé. Stephen donna plusieurs coups de poings dans l’évier face à lui, avant de se retourner. Serena se tenait au milieu de la pièce, sereine, ne laissant pas la crainte qu’elle avait de se faire sermonner par son jumeau, se peindre sur son visage. Elle ne comprenait pas la réaction de son frère. Elle l’avait aidé non ? Elle lui avait sauvé la vie, en quelques sortes. Si elle n’était pas arrivée, qui sait ce qu’il se serait passé. Qu’avait-il encore à lui reprocher ? Oui bon, elle avait louper sa victime. D’accord. Mais quand même, elle leur avait permis de partit sans beaucoup de dommages.

Serena dût attendre quelques minutes avant d’obtenir une quelconque réaction de la part de Stephen qui finit par faire volte face, s’adossant contre l’évier qu’il venait de frapper à l’aide de ses poings. Le regard noirâtre qu’il lui accorda n’était pas pour la rassurée, loin de là. Serena tentait de fuir le regard glacial de son frère, mais il avait le don pour ancrer son regard dans le sien, le happant totalement.

- Te rends-tu compte de ta stupidité ? Demanda-t-il en articulant chaque mots. Parce que tu as voulu faire ton intéressante à vouloir tuer ou prendre ma défense, tu seras dans un futur plus proche que tu ne le penses, l'ennemi numéro deux de Lucifer et surement le principal ennemi de Xan. Tu as beau critiquer Roxanne et dire qu'elle est imbue d'elle-même et sans puissance, au moins notre sœur a l'intelligence de ne pas me désobéir ! J'espère qu'avant de faire la connerie qui condamnera ta vie, tu as dis adieu à ta douce et prospère vie de débauche. Parce que tout ça... C'est terminé.

Et voilà, c’était reparti une fois encore. Elle lui avait désobéi et voilà qu’elle était condamnée à être mise en quarantaine ou une chose dans ce genre. Serena n’apprécia pas la comparaison avec sa sœur, elle n’était pas comme Roxanne justement, et si cette pimbêche préférait attendre que Stephen meurt tranquillement, les bras croisés, c’était son choix, pas le sien. Malgré tout, la jeune femme prenait peu à peu conscience des dires de son jumeau. Visiblement, elle avait réussi à blesser Xan. Le célèbre Xan, bras droit de Lucifer. Etant déjà considérée comme la jumelle de Stephen, sa vie était en danger, tous les jours, et bien qu’elle rencontrait quelques petits soucis de temps à autre, elle avait toujours réussi à garder sa vie d’avant. Alors peut-être qu’elle venait de faire apparition sur la liste des ennemis de Lucifer ou de Xan, et tout ça à cause d’une petite brûlure sur le bras. Quelle chochotte !

Stephen avait applaudit après ses dires, ce qui ne plut absolument pas à Serena. Passant près d’elle, il ne manqua pas de la bousculer pour ensuite s’enfermer dans une des pièces de la cave, sans rajouter quoi que ce soit. La brunette lâcha un grognement accablé. Son jumeau avait le don de l’agacé, il partait toujours au quart de tour quand elle faisait quelque chose que Monsieur n’appréciait pas. Il ne comprenait pas qu’elle n’était plus une enfant, qu’elle pouvait très bien s’en sortir sans lui. Le peu de confiance qu’il avait en elle la blessait profondément, depuis toujours. Pour Stephen, Serena n’était pas assez entraînée, elle avait du potentiel mais ne l’exploitait pas, elle préférait s’adonner à une vie de débauche, plutôt que d’être comme lui, d’avoir un but dans sa vie; prendre le pouvoir des Enfers. Et bien non, elle n’était pas comme lui, elle n’avait pas de but dans son immortalité, elle n’avait pas une vie passionnante, elle n’avait pas des pouvoirs démoniaques plus puissants que Lucifer, et ça, ça ne convenait pas à son jumeau. Depuis toute petite elle avait essayé de montrer à Stephen qu’elle était capable de se défendre, de faire quelque chose avec ses pouvoirs, mais ce n’était jamais assez. Et après qu’il ait tué son premier véritable petit ami, elle avait préféré quitter son frère, et rester en Italie. Elle avait eu besoin de prendre un peu de recul, pour finalement revenir vers lui, fatidiquement. Il était en danger, elle était là. C’est tout. Elle avait voulu prendre sa défense, et son frère n’avait pas apprécié parce qu’elle lui avait désobéi. Si elle s’écoutait, elle partirait de nouveau, sans tourner les talons, pour quelques temps. Seulement voilà, Serena se rendait compte petit à petit, qu’elle était dans de beaux draps, comme disent les humains. Et pour surmonter tout ceci, elle avait besoin de Stephen. Il y a quelques heures de cela, elle lui promettait de ne pas chercher les ennuis d’elle-même, sa promesse n’avait pas duré plus de trois heures.

Se mordant nerveusement les lèvres, elle alla frapper à la porte derrière laquelle son jumeau avait disparu ;

- Stephen ? Demanda-t-elle d’une voix légère.

Elle n’aimait pas se disputer avec son frère. Ceci était leur deuxième dispute de la journée, et elle culpabilisait. C’était entièrement sa faute, et bien que d’ordinaire elle n’aurait rien ressenti vis-à-vis de son comportement, là tout était différent. Stephen avait fait des pieds et des mains pour la protéger, pour qu’elle puisse continuer à vivre comme elle l’entendait, et voilà qu’en un claquement de doigts, elle venait de tout gâcher. N’entendant aucune réponse de la part de son jumeau, elle entreprit d’ouvrir la porte avec soin, et elle le trouva assit sur un lit, la tête entre les mains. Fermant la porte, elle s’adossa contre celle-ci, faisant ainsi face à Stephen, qui n’avait même pas pris la peine de lever le regard dans sa direction. Lâchant un soupir, elle finit par briser le silence oppressant qui régnait entre eux :

- Je t’en prie Stephen … Ce n’est pas si grave. Depuis que tu es l’ennemi numéro un, je suis en danger, parce que je suis ta sœur. Ca ne va pas changer grand-chose maintenant que cette chochotte de Xan va vouloir me tuer, tout ça parce que j’ai malencontreusement brûlé son bras ! Si je suis intervenue, c’était pour toi, seulement pour toi. Alors oui je t’ai désobéi, pour te venir en aide, parce que je ne suis pas Roxanne, qui attendrait que tu crèves tout en ayant les bras croisés. Tu le sais pourtant. Je ne suis plus une enfant, je sais me défendre, peut-être pas aussi bien que toi, mais j’ai toujours survécu jusque là. Arrête de me prendre pour une incapable, arrête de croire que tu pourras toujours me protéger envers et contre tout, parce que c’est pas le cas Stephen. Tu n’es pas toujours là pour me venir en aide, pour me défendre ou me dire quoi faire dans une situation difficile, et pourtant je suis là, devant toi, toujours vivante. Depuis que tu es considéré comme l’ennemi numéro un, et recherché de partout, tu ne sais pas ce que j’endure tous les jours, d’accord ? Tu ne connais pas les journées que je passe à m’inquiéter pour toi, à me demander si tu es toujours en vie, si on ne t’a pas attrapé, si tu es en sécurité. Tu ne t’ais jamais posé la question, tu ne me l’as jamais demandé. Et moi, … je me sens impuissante, je ne sais pas quoi faire pour t’aider, pour te garder en vie, parce que tu vois je me dis que jamais je ne survivrai au fait que tu puisses mourir sans avoir pu faire quoi que ce soit pour empêcher ça. Alors ma vie de débauche n’a aucune importance, en fait, ma vie n’a aucune importance si tu n’es pas là. Excuse-moi de t’avoir désobéi pour te garder en vie.

Et sans attendre la moindre réaction de la part de son jumeau, Serena sortit de la pièce en claquant la porte. Pour la première fois depuis plusieurs siècles, les yeux bleus de la brunette venait de s’humidifier, pour la première fois depuis plusieurs siècles, Serena Rice éprouvait l’étrange besoin de pleurer. Dire qu’elle avait passé des années sans verser une seule larme, voilà que son masque de fer tombait à l’eau. Elle ne pouvait pas se montrer aussi faible, aussi pathétique, c’était inconcevable. Souhaitant effacer toute trace de profonde tristesse de son visage, elle se dirigea vers le lavabo, et ouvrant le robinet d’eau froide, aspergea son joli minois. Frottant vigoureusement ses joues, elle sentait toujours ses yeux laisser écouler des pleures le long de son nez. Elle avait beau se mouiller le visage, rien n’y faisait, elle continuait de pleurer. Enervée, sous l’emprise de l’émotion elle donna un violet coup de pied au meuble qui se trouvait sous le lavabo, tout en jurant à voix haute.

C’était la première fois qu’elle faisait clairement part de ses peurs à Stephen. Elle avait toujours voulu se montrer forte pour lui, lui dire qu’elle avait peur de le perdre, mais malgré tout rester confiante, montrer qu’elle n’éprouvait aucune crainte tous les jours à l’idée qu’il soit capturé, ou torturer, ou pire encore. Et elle lui en voulait pour tout ce qu’il lui infligeait, pour toutes ses heures à se demander ce qu’il faisait, où il était, pour toutes ses heures où elle était seule sans recevoir un seul signe de vie de sa part pour la rassurer. Elle aurait voulu ne jamais lui dire, mais elle était partie au fil de ses paroles, et avait laissé toutes ses émotions sortir et prendre forme sous des mots. A présent elle le regrettait, et tout en se laissant glisser contre le placard derrière elle, elle essuya rageusement ses joues humides, leurs donnant une teinte rouge. Serena ne contrôlait plus ses émotions, et ça l’agaçait fortement, plus elle frottait ses yeux et ses joues, plus elle pleurait. Un sanglot à moitié étouffé la fit hoqueter, la laissant perplexe sur le coup, avant d’entendre la porte s’ouvrir à sa droite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dray-lo0ve-mione.skyrock.com



My name is
Contenu sponsorisé -


• • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: L'amour fraternel est plus durable ; il ressemble à la pierre précieuse qui résiste aux plus durs métaux et dont la valeur s'accroit avec les années || Stephen & Serena   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'amour fraternel est plus durable ; il ressemble à la pierre précieuse qui résiste aux plus durs métaux et dont la valeur s'accroit avec les années || Stephen & Serena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our World Of Dreams :: Lieux :: ♣ San Francisco :: Dans les rues-