AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ~ Et c'est à pas de loup, que la pleine lune se lève. || Prudence & Elena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 276
♣ Localisation : Sous la pleine lune.
♣ Situation amoureuse : Amoureusement sienne. ♡

MessageSujet: ~ Et c'est à pas de loup, que la pleine lune se lève. || Prudence & Elena   Lun 28 Juin 2010 - 12:59

__

"C'est l'heure où les douleurs des malades s'aigrissent !
La sombre Nuit les prend à la gorge ; ils finissent
Leur destinée et vont vers le gouffre commun ;
L'hôpital se remplit de leurs soupirs."


C’était cette nuit. Elena le savait, elle le sentait dans chaque parcelle de son corps. Elle n’avait même plus besoin de regarder le calendrier, où la météo pour savoir lorsqu’il y avait la pleine lune. Elle avait des tremblements durant la journée, son caractère exécrable prenait le dessus, elle était d’une humeur massacrante, et préférait être cloitrée chez elle dans ses moments là. Cela faisait 186 ans qu’elle subissait la même chose tous les mois, pendant à peu près une semaine. Une semaine de mal-être, de souffrance. Une semaine où elle restait prisonnière de son appartement la journée, et où elle fuyait dans les bois la nuit. S’en prendre aux animaux ne la dérangeait pas, c’était plus s’en prendre aux humains qui la dérangeait.

C’est pour ça qu’elle avait choisi de s’enfuir dans les bois pendant sa mutation. Il était rare que des promeneurs s’y trouvent. Mais par mal chance, elle avait du s’en prendre à certains d’entre eux. La jeune femme ne supportait pas le monstre qu’elle était durant ces périodes. En plus d’être de mauvaise humeur, elle ne cessait de se remettre en question, de se demander si elle ne devait pas mettre un terme à tout ça. Elle avait des excès de colère, et encore aujourd’hui, son appartement était sans dessus, dessous. Ses nerfs étaient fragiles et la moindre petite chose la faisait exploser. Etant donné que la plupart du temps elle intériorisait tous ses tracas, c’était ces semaines là où elle lâchait, sa peine, sa colère, sa rancœur.

La brunette avait pris la direction de la forêt. Elle espérait ce soir qu’il n’y aurait personne dans les bois. Arrivée à destination, elle se posa contre un arbre, et enfouit sa tête dans ses genoux relevés contre sa poitrine. La nuit n’était pas encore tombée, mais petit à petit le soleil commençait à s’absenter, à diminuer d’éclat. Comme toujours, un poids pesait sur son estomac ; la peur. La peur de souffrir à nouveau, la peur de tuer quelqu’un, la peur d’être une fois de plus une lycan. Une brise légère se leva, s’engouffra dans ses cheveux bruns détachés. Elle avait eu la bonne idée de ne mettre qu’une vieille chemise et un vieux short. Comme toujours elle trouverait des vêtements de rechanges dans le creux d’un arbre. Rentrée nue chez elle n’était pas la meilleure des solutions pour paraitre ordinaire.

Relevant la tête, elle entendit des pas non loin d’elle. Regardant à gauche et à droite, elle aperçut une silhouette à sa droite, avancer lentement. Elena ne bougea pas attendant de voir qui était l’inconnue. Alors que ce dernier ou cette dernière, brulait de plus en plus les mètres qui les séparaient, la jeune femme se releva. Il fallait qu’elle lui dise de partir, elle trouverait une excuse, n’importe laquelle. Pendant quelques minutes, elle mettrait sa mauvaise humeur de côté, juste pour paraitre rassurante aux yeux de la personne qui arrivait. Alors qu’elle ouvrait la bouche pour lui demander de partir, s’étant fait très vite un brouillon dans son esprit, elle remarqua qu’elle connaissait ce visage.

En effet, elle l’aurait reconnu entre mille. C’est avec stupéfaction qu’elle lâcha :

- Prudence ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dray-lo0ve-mione.skyrock.com

avatar


My name is

ADMIN-CODEUSE
Lycantrope nostalgique.

• • • • • • • • • •


♣ Messages : 574
♣ Localisation : Plongée dans un roman.
♣ Situation amoureuse : Folle de ses bouquins.

MessageSujet: Re: ~ Et c'est à pas de loup, que la pleine lune se lève. || Prudence & Elena   Sam 10 Juil 2010 - 21:01

Un silence accaparant régnait dans la petite maison de Prudence Huston. Cette dernière, assise en chien de fusil sur son tapis, laissait ses yeux décrypter le vide. Ne pensant à rien, ne ressentant qu'une envie contre laquelle elle luttait du mieux qu'elle pouvait. La tête lui tournant, bouillante, elle n'y prêtait pas attention. Tout ce qui était susceptible de la captiver en cet instant était la rose couleur rouge sang qui trônait au beau milieu de son salon, confortablement installée dans un fin vase en verre. Ses pétales étaient étincelantes, elle venaient à peine de faire leur apparition. Et cette couleur qui passionnait tant la contemplative, ce rouge intense, profond. Comme si elle avait besoin de ça !

Ne lâchant pas l'objet de sa rage naissante des yeux, la louve fronça les sourcils en une moue dérangée. Faisant tout pour oublier ce que cette nuit signifiait, elle crachait sur les souvenirs de ses mutations précédentes qui lui éclataient en pleine figure. Ses cheveux couleurs blonds étincelants alors qu'ils étaient si obscures d'ordinaire, lui rappelaient que l'éclat de la lune ne tarderait plus. Cette tignasse vint embrasser la courbe d'un sofa en cuir contre lequel elle était appuyée. Tête reposée, elle ne se sentait toujours pas mieux. Forcément.

Prise d'une furieuse crise de démence, elle se releva d'un bond. Debout, imposant sa silhouette ombragée au papier peint assombri par le manque de lumière, Prue attendait, immobile, que le temps passe. La rose solitaire attirait sans cesse le regard sur elle, apportant avec elle les souvenirs de la dernière pleine lune subie, les bons comme les mauvais. Agacée, elle attrapa le vase à la volée et l'envoya se fracasser à côté de son ombre. Une volées d'éclats retombèrent au sol, le contenant était réduit en miettes mais ce n'était pas le cas du contenu. Enragée, la louve s'approcha de la survivante et se mit à la piétiner avec fureur.

Apaisée, elle entreprit une descente dans ses caves pour s'enchaîner, comme d'habitude, mais se résigna en songeant au moins passé. Un de ses points d'attache avait cédé, le monstre qu'elle était en avait profité pour s'échapper. Elle avait retrouvé une conscience alors qu'elle hurlait perdue en plaine forêt noire, ressentant encore le sang de ses victimes couler dans ses veines et qui lui procurait une adrénaline insoutenable. Ayant souffert de cette métamorphose plus qu'elle n'y avait été habituée, elle s'était défoulée sur tout ce qu'elle pouvait. Son corps, pantin de son âme qui lui était redonnée lentement, avait fait les frais de sa souffrance. Et puis il y avait eu ses bras qui l'avaient soulevés du sol crasseux, cet homme qui avait pansé ses blessures jusqu'au petit matin. Ça avait été en quelque sorte, le calme après la tempête, son réconfort interdit.

Chassant Stephen Rice de ses pensées, elle quitta sa demeure et fuit vers la forêt non loin de là. Pénétrant à travers son orée, l'air moite chatouillant ses narines, elle sut que la nature se préparait elle aussi à sa métamorphose. C'était idiot, mais elle était persuadée que les animaux la sentaient venir. Quelque peu tranquillisée grâce à ce territoire connu, bien que redouté, Prudence flaira une odeur qui lui disait très clairement quelque chose. Sachant parfaitement de qui il s'agissait, elle la coursa jusqu'à remonter à sa source. Adossée à un arbre, une personne appréciée la scrutait avec des yeux d'abord affolés, puis étonnés. Une voix mit fin aux suspicions :

- Prudence ?!

Un large sourire vint illuminer les lèvres de cette dernière qui allait déjà vers son amie. S'installant à ses côtés, elle adopta la même posture qu'elle tout en lui adressant un regard serein. Sachant qu'elle était animée du même sentiment qu'elle, la fausse blonde respecta un court moment de silence. Le temps pour leurs deux êtres de se calmer un peu. Après plusieurs secondes sans dire mot, elle se décida enfin à émettre un semblant de murmure. Aucun son n'émana de sa voix. Ne sachant pas trop que dire dans une pareille situation, elle opta pour un air aussi détaché qu'elle pouvait et dit :

- Pardonne-moi si je t'ai fait peur, Elena.

Après un petit arrêt, elle ajouta :

- Enfin, encore plus peur que nous ne l'avons déjà…
laissa-t-elle supposer.

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


I hate this animal I'm become.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.Gryffinrin.skyblog.com

avatar


My name is


• • • • • • • • • •


♣ Messages : 276
♣ Localisation : Sous la pleine lune.
♣ Situation amoureuse : Amoureusement sienne. ♡

MessageSujet: Re: ~ Et c'est à pas de loup, que la pleine lune se lève. || Prudence & Elena   Mar 27 Juil 2010 - 15:24

En effet c’était bel et bien Prudence Huston qui se dirigeait vers elle. Elle arborait un large sourire. Arrivant près d’Elena, toujours assise contre son arbre, Prudence prit la même posture qu’elle, et s’assit à ses côtés. Toutes deux allaient passer une nuit plus que fatigante. Son amie n’était pas là pour rien, tout comme elle. Un silence tomba. Un silence de réflexion, et loin d’être oppressant. Il était plus que bizarre de se retrouver ici, avec une autre louve, toutes deux à quelques minutes de leur mutation. La brunette ne savait quoi dire, et préféra attendre. Attendre que Prudence prenne les devants, où bien attendre que l’heure de sa transformation n’arrive.

Mais c’est la voix de la louve à ses côtés qui brisa la silence qui perdurait :

- Pardonne-moi si je t'ai fait peur, Elena.

Faisant une pause, elle reprit de suite :

- Enfin, encore plus peur que nous ne l'avons déjà… laissa-t-elle supposer.

En effet, Elena était terrifiée, comme chaque nuit de pleine lune. Terrifiée à l’idée de blesser quelqu’un, terrifiée à l’idée de voir le monstre qui restait tapis au fond d’elle la journée, sortir, et prendre le contrôle d’elle-même. La brunette était quelque peu soulagée de rencontrer Prudence ce soir-là. Elle était la seule qui savait à quel point c’était horrible de se muter en un monstre et de ne plus répondre de soi-même. Lâchant un petit soupir elle répondit :

- Tu es pardonnée pour la petite frayeur, lâcha-t-elle avec un petit sourire. En fait, j’ai cru que c’était une fois de plus le vampire qui me traque depuis plusieurs mois.

La brunette se demanda si il ne faisait traquer que elle, où si Prudence en avait été aussi victime. Enfin, c’était la première fois qu’elle en parlait à quelqu’un. Et qu‘une personne, soit au courant du danger qu’elle courrait, qu’importe si elle s’en fichait ou non, la soulageait quelque peu. La solitude lui pesait depuis qu’elle se trouvait à San Francisco. Elle avait beau être sociable avec les humains, se confier à eux c’était une mission impossible, elle ne pouvait pas. A moins de les mettre dans le secret. Ce qui était une chose qu’elle refusait tout bonnement. Depuis qu’elle était devenue une lycan, elle faisait tout pour ne pas s’attacher à une quelconque personne. C’est ainsi qu’elle ne gardait contact avec aucune personne lorsqu’elle changeait de pays, et que ses histoires d’amours ne duraient jamais bien longtemps.

Qui dit histoire d’amour, dit confiance. Qui dit confiance, dit aucun secret. Et révélait qu’elle était un monstre à une humain, signifiait voir son visage se transformer en une grimace d’horreur et de dégout. Chose, qu’elle refusait tout simplement. Ou alors pire, qu’il la prenne en pitié. Et la pitié, elle n’en avait pas besoin. Sortant de ses pensées, secouant la tête, elle finit par briser un silence, où les deux louves étaient dans leurs propres pensées :

- Tu as peur ? Demanda-t-elle de but en blanc, sans réellement réfléchir.

Elle n’en avait jamais vraiment parler avec Prudence. Elle l’avait rencontré dans un bar, et au fil de la conversation, elles s’étaient toutes deux aperçu qu’elles avaient leur nature de lycan en commun. Prudence était la seule lycan qu’elle connaissait. Mais elles ne se voyaient pas souvent, même si elles s’entendaient toutes deux assez bien. Pensant que maintenant sa question était stupide, Elena rajouta :

- Tu n’es pas obligée de répondre. Je ne sais même pas pourquoi je t’ai demandé ça. C’est absurde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dray-lo0ve-mione.skyrock.com



My name is
Contenu sponsorisé -


• • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: ~ Et c'est à pas de loup, que la pleine lune se lève. || Prudence & Elena   

Revenir en haut Aller en bas
 

~ Et c'est à pas de loup, que la pleine lune se lève. || Prudence & Elena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our World Of Dreams :: Lieux :: ♣ San Francisco :: Forêt-